CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Etude sur l'analogie

Henry, Victor

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique historico-comparative [5214]
Liens

CTLF Images (éd. 1883)

Auteur(s)

Henry, Victor

Datation: 17 août 1850 - 21 septembre 1907

Linguiste français né en Alsace et mort à Sceaux (près de Paris). A partir de 1888, Victor Henry succède à A. Bergaigne à la chaire de sanscrit et grammaire comparée de la Faculté des Lettres de Paris (Sorbonne) qu'il partage d'abord avec S. Lévi, puis qu'il occupe seul. Il est partiellement un autodidacte en linguistique. Formé d'abord en Droit et Sciences Economiques, il prépare sa thèse en enseignant l'économie à la Faculté de Lille, en assumant les fonctions de conservateur en chef de la bibliothèque municipale de Lille. En 1880, il est licencié en Lettres. En 1881, il intègre la Société de Linguistique de Paris grâce à M. Bréal et rejoint le milieu où il rencontrera d'Arbois de Jubainville, A. Meillet, F. de Saussure. Docteur en 1883 (Etudes sur l'analogie…), il voit sa thèse couronnée par le prix Volney et lui valoir un poste d'assistant en Philologie Classique à Douai, avant d'entamer sa carrière parisienne. Si l'autodidaxie n'est pas rare en linguistique à la fin du 19e s., le parcours d'Henry est relativement exceptionnel: pas de formation philologique, débuts en linguistique amérindienne, accès aux milieux parisiens à partir de la province.

Titre de l'ouvrageEtude sur l'analogie en général et sur les formations analogiques de la langue grecque
Titre traduit
Titre courtEtude sur l'analogie
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageThèse pour le doctorat présentée à la Faculté des Lettres de Paris. Etude morphologique à portée de linguistique générale. L'étude des formations analogiques de la langue grecque est mise en perspective dans l'ensemble indo-européen. Comme facteur d'altération et de renouvellement des langues, elle relève d'une "tératologie linguistique" (p. 13) ambivalente…
Type indexéLinguistique historico-comparative | Linguistique générale | Méthodologie de la linguistique | Traité de morphologie
Édition originale1883, Maisonneuve, Lille, Imprimerie L. Danel (unique édition).
Édition utiliséeEdition originale.
VolumétrieIn-8°, [VI]; 441p.; 1800 signes par page.
Nombre de signes792000
Reproduction moderne
Diffusion
Langues ciblesLe grec dans son évolution et dans la famille indo-européenne
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageDédicace à M. Bréal; [p. I-VI] Avertissement préliminaire.
[p. 1-66] INTRODUCTION: De l'analogie, et de ses effets dans la famille indo-européenne en particulier: [6-13] Chap. 1, Des diverses causes d'altération du langage; [14-17] Chap. 2, De l'analogie en général; [18-21] Chap. 3, De l'analogie dans la période du monosyllabisme et dans celle de l'agglutination; [22-66] Chap. 4, De l'analogie dans les langues indo-européennes: § 1, Formation des thèmes; § 2, Flexions nominales; § 3, Flexions verbales.
[67-223] PREMIERE PARTIE: De l'analogie dans les formations thématiques de la langue grecque: [69-84] Chap. 1, Analogies superficielles: § 1, Chute de l'aspiration initiale; § 2, Aspiration initiale hystérogène; § 3, Perturbations vocaliques; § 4, Perturbations consonantiques; § 5, Nasalisations hystérogènes; [85-157] Chap. 2, Formation des thèmes primaires: Section 1, Thèmes nominaux; Section 2, Thèmes verbaux; [158-224] Chap. 3, Formation des thèmes secondaires: Section 1, Thèmes nominaux; Section 2, Thèmes verbaux; [198-223] Chap. 4, Composition: Section 1, Noms composés; Section 2, Verbes composés.
[225-306] DEUXIEME PARTIE: De l'analogie dans les flexions nominales de la langue grecque: [228-241] Chap. 1, Flexions nominales proprement dites: Section 1, Déclinaison parasyllabique; Section 2, Aperçu général des désinences de la déclinaison imparisyllabique, Section 3, Détail de la flexion imparisyllabique; [283-298] Chap. 2 Déclinaison pronominale: Section 1, Thèmes démonstratifs; Section 2 Pronoms personnels; [301-306] Chap. 3, Désinences nominales étrangères à la déclinaison.
[307-410] TROISIEME PARTIE: De l'analogie dans les flexions verbales de la langue grecque: [308-322] Chap. 1, Appendices verbaux invariables: Section 1, Augment; Section 2, Redoublement; [323-373] Chap. 2, Flexions personnelles: Section 1, Désinences secondaires; Section 2, Désinences primaires; Section 3, Désinences du parfait; Section 4, Désinences de l'impératif; [374-410] Chap. 3, Temps et modes: Section 1, Présent; Section 2, Imparfait; Section 3, Futur; Section 4, Aoriste premier; Section 5, Aoriste second; Section 6, Parfait; Section 7, Plus-que-parfait; Section 8, Futur redoublé.
[411-424] CONCLUSION. [425-428] Table. [429-441] Index des mots grecs.
Objectif de l'auteurEtudier le principe et les effets de l'analogie dans la formation des langues. L'analogie est l'un des ressorts de l'altération des langues (à côté de la "désuétude", de "l'archaïsme", de l'écriture, de la contagion, de "la loi de moindre effort", de "l'analogie lexique") et touche à leur "constitution intime", leur morphologie. Elle est aussi l'outil d'adaptation principal de la langue à la pensée. Si elle relève d'une sorte de "tératologie" des formes linguistiques, elle relève donc aussi du fonctionnement linguistique "normal", fondé sur l'association des idées.
Intérêt généralL'ouvrage s'inscrit dans l'histoire longue du concept d'analogie. Précisément, après la réhabilitation par Bréal (1878) de ce principe, et à la suite des néo-grammairiens. L'analogie est ici comprise à la fois comme outil descriptif et mécanisme psycholinguistique qui, appliqué à une seule langue (le grec), permet de décrire à la fois les phénomènes de flexion verbale et nominale, ceux de composition et de suffixation, de formation thématique… Malgré l'inscription de l'analogie au titre d'"altération" linguistique, elle est décrite aussi comme une force créatrice.
Parties du discours
Innovations term.L'approche exclusivement morphologique d'Henry systématise pour le grec les résultats disponibles à son époque. Il relativise la notion de "fausse analogie" issue des travaux néo-grammairiens, et reprend, en les discutant parfois, les mêmes exemples que M. Bréal (1878) (Henry, p. 414-415). Henry adopte en morphologie les termes descriptifs "modernes" de "thème", "désinence" et "suffixe" plutôt que ceux, chargés de multiples présupposés théoriques, de "racine" et "radicaux".
Corpus illustratifLe corpus étudié est constitué de mots et de morphèmes isolés dont l'index, en fin d'ouvrage, donne la liste.
Indications compl.
Influence subieCelle de M. Bréal, dédicataire de la thèse, mentor du candidat à l'université et à la Société linguistique de Paris, est la plus évidente. Une note p. 415 explicite la dette: "Qu'il nous soit permis de renvoyer le lecteur à l'étude dans laquelle M. Bréal a résumé en quelques pages les principaux effets de l'analogie. Le Maître a parlé: le disciple ne saurait nourrir une ambition plus haute que celle d'avoir compris la leçon". La thèse est moins marquée que les Esquisses morphologiques (1882) par le naturalisme à la Schleicher. Elle constitue une transition vers les thèses néo-grammairiennes, ce qui explique sans doute la coupure franche établie entre phonétique et morphologie: le matériau phonique relève de lois "sans exceptions", l'analogie morphologique est un mécanisme physio-psychologique. Au moment où il rédige sa thèse, V. Henry connaît le Mémoire de Saussure, comme en atteste une référence dans les Etudes afghanes (1882).
Influence exercéeParticulièrement appréciée par le Jury (L. Havet, M. Bréal, A. Bergaigne…), couronnée par l'Institut (prix Volney 1884) et par l'Association pour l'enseignement des études grecques (1884), la thèse d'Henry aura moins d'influence que ses Précis de grammaire comparée du grec et du latin ou de l'anglais et de l'allemand qui seront salués à plusieurs reprises par Meillet et par Vendryes en particulier.
Renvois bibliographiques→ Références
Bréal M. 1878; Décimo M. 1995; Delesalle S. & Chevalier J.-C. 1986; Desmet P. 1992; Desmet P. & Swiggers P. 1995; Morpurgo Davies A. 1998; Puech C. 2009
Rédacteur

Puech, Christian

Création ou mise à jour2000