CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Langage

Jaucourt, Louis de

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurCompilations [5159]
Liens

CTLF Images (éd. 1765, vol. 9)

CTLF (PDF, éd. 1765, vol. 9)

ARTFL (éd. 1751-1772)

TextesCTLF Texte
Auteur(s)

Jaucourt, Louis de

Forme complète: Jaucourt, Louis Chevalier de

Datation: 1704-1779 [1780]

Louis de Jaucourt (ou M. le Chevalier de Jaucourt, également connu sous le nom de plume Louis de Neufville), fit ses études de théologie à Genève, et celles de médecine à Cambridge et Leyde. Docteur en médecine, il est l'un des principaux contributeurs de l'Encyclopédie pour laquelle il rédige, avec l'aide de trois ou quatre secrétaires, près de 17 000 articles, principalement dans les domaines de la médecine, de la physique et des sciences naturelles. Pour ses nombreux services rendus à l'Encyclopédie, on peut lire les éloges de d'Alembert et Diderot dans l'Avertissement des volumes 2-5 (texte de d'Alembert) et 8 (texte de Diderot) de l'Encyclopédie. Jaucourt possédait la plupart des langues modernes, qu'il parlait avec beaucoup de facilité. Jaucourt a également coopéré à la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l'Europe, depuis l'établissement de ce journal en 1728, jusqu'en 1740. Enfin, il serait l'auteur d'un Lexicon medicum universale jamais publié, qui devait former 6 volumes in-fol. Le manuscrit, envoyé à un imprimeur d'Amsterdam, aurait périt dans le naufrage du bateau qui le portait, sur les côtes de la Hollande-du-Nord.

Titre de l'ouvrageLangage (Hist. anc. Gramm. & Arts.)
Titre traduit
Titre courtLangage
Remarques sur le titreArticle de M. le Chevalier de Jaucourt [signé C.D.J. ou D.J., M. le Ch. de Jaucourt].
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageArticle.
Type indexéCompilation de langues | Origine du langage
Édition originale1765, 1re éd., vol. 9, édition de Paris (1751-1772).
Édition utilisée"Langage", vol. 5, éd. originale mise en ligne par ARTFL, University of Chicago et ATILF-CNRS, éd. Robert Morrissey 2013 (ARTFL Encyclopédie Project).
Volumétrie2 pages (242-243), deux colonnes par page notées A et B, env. 5515 signes par page.
Nombre de signes11031
Reproduction moderneToutes les rééditions de l'Encyclopédie, papier et numériques.
DiffusionConstante, par les rééditions.
Langues ciblesLe langage
MétalangueFrançais
Langue des exemplesSans objet. Exemples des différentes formes de langage à travers l'histoire
Sommaire de l'ouvrageDéfinition sommaire du langage (242A). Raisons qui ont poussé les hommes à communiquer et moyen par lequel ils l'ont fait (242A). Des «sons confus» et «indéterminés» aux «signes arbitraires». (242A). Querelles autour des hypothèses des origines du langage (Pères de l'église, dissertations philosophiques, Condillac) (242A). Les «significatifs» accompagnent les paroles: gestes, images et actions. Le langage d'action des prophètes dans l'écriture sainte (242B). Évolution du langage: perfection des sons, perfectionnement des langues jusqu'à l'opacité du langage (242B). Les formes de l'expression vocale: art musical, discours, poésie, art oratoire (242B). Génie des peuples et variétés des idiomes: de l'influence des climats, mœurs et tempéraments sur le langage d'une nation (243B).
Objectif de l'auteurOffrir un résumé concis de l'Essai sur l'origine des connaissances humaines (Condillac, 1746), Seconde partie, Du langage et de la méthode, section première, De l'origine et des progrès du langage (chapitres I à XV).
Intérêt généralLe texte est un résumé fidèle de la partie de l'Essai de Condillac sur l'origine des connaissances qui traite du langage. En filigrane, Jaucourt exprime son opinion sur les débats qui animent religieux et philosophes autour de l'origine du langage (p. 242A): il n'y a sur la question que des études guidées par la révélation (religieuse), ou des essais philosophiques purement spéculatifs. D'où sa conclusion: «Cependant la connoissance des diverses langues, du moins celle des peuples savans, est le véhicule des sciences, parce qu'elle sert à démêler l'innombrable multitude des notions différentes que les hommes se sont formées: tant qu'on les ignore, on ressemble à ces chevaux aveugles dont le sort est de ne parcourir qu'un cercle fort étroit, en tournant sans cesse la roue du même moulin.» (p. 243B). C'est donc l'étude de la variété des langues qui renseignera le mieux sur les origines du langage.
Parties du discoursSans objet.
Innovations term.Pas d'innovation. Mais un choix philosophique pour expliquer les origines du langage: le langage d'action comme point de départ au langage articulé.
Corpus illustratifConstitué par des exemples de différents langage et des repères historiques.
Indications compl.On reconnaît au moins deux passages de l'Essai sur l'origine des connaissances humaines de Condillac dans cet article. La reprise d'une note de bas de page (présente dès l'édition de 1746) concernant les travaux de Warburthon (Seconde partie, Du langage et de la méthode, Section première, «De l'origine et des progrès du langage»: note (a), p. 2, éd. 1746, note dans laquelle Condillac cite Warburthon, p. 48, Essai sur les hiéroglyphes). Le chapitre XV, «Du génie des langues»: «Puisque du différent génie des peuples naissent les différens idiomes, on peut d'abord décider qu'il n'y en aura jamais d'universel. Pourroit-on donner à toutes les nations les mêmes mœurs, les mêmes sentimens, les mêmes idées de vertu & de vice, & le même plaisir dans les mêmes images, tandis que cette différence procede de celle des climats que ces nations habitent, de l'éducation qu'elles reçoivent, & de la forme de leur gouvernement?» (p. 243).
Influence subieCondillac (1746).
Influence exercéeDifficile à déterminer, mais sans doute très grande.
Renvois bibliographiques→ Références
Chouillet A.-M. 2011; Duclos C. 1821 {chap. V, p. 462-471}; Jaucourt L. C. 1765; Leca-Tsiomis M. & Pépin F. 2015; Lough J. 1960; Lough J. 1961; Michaud J.-F. & Michaud L.-G. (éd.) 1858; Morris M. F. 1979; Pariente J.-C. & Pécharman M. (éd.) 2014; Perla G. A. 1980; Schwab R. N. 1957; Schwab R. N. 1957; Schwab R. N. 1958; Schwab R. N. 1962; Warburthon W. 1744
Rédacteur

Lechevrel, Nadège

Création ou mise à jour2016-05