CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Essai sur l'origine et l'antiquité des langues

Perrin, Jean-Baptiste

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurCompilations [5155]
Liens

CTLF Images (éd. 1767)

CTLF (PDF, éd. 1767)

Gallica (éd. 1767)

TextesCTLF Texte
Auteur(s)

Perrin, Jean-Baptiste

Variantes: Jean Perrin; John Perrin

Datation: fl. 1767-1798

Jean-Baptiste Perrin, né en France (dates de naissance et de décès inconnues), est auteur, pédagogue, linguiste et maître de langue française établi à Dublin. Les informations biographiques à son sujet, écrites en français, sont rares. L'Electronic Enlightenment Biographical Dictionary fait état d'une correspondance avec Jean-Jacques Rousseau, mais il est difficile de dire si les lettres de l'Essai sur l'origine et l'antiquité des langues, publiées anonymement, sont celles adressées à Rousseau. La plupart de ses ouvrages furent édités par Bedwell Law, à Londres. Il s'agit de manuels de langue française (prononciation, syntaxe, verbes, et pronom personnels), de glossaires et de livrets de conversation à l'époque très populaires.

Titre de l'ouvrageEssai sur l'origine et l'antiquité des langues
Titre traduit
Titre courtEssai sur l'origine et l'antiquité des langues
Remarques sur le titreLes catalogues anglais donnent à cet ouvrage le titre de Lettres sur l'origine et l'antiquité des langues.
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageMémoire (dissertation ou traité).
Type indexéCompilation de langues | Origine du langage
Édition originale1767, Londres: P. Vaillant, C. Bathurst, B. Law, J. Robson.
Édition utilisée1767, Londres: P. Vaillant, C. Bathurst, B. Law, J. Robson.
Volumétrie161 pages in-16, env. 600 signes par page.
Nombre de signes96600
Reproduction moderneL'Essai sur l'origine et l'Antiquité des langues est probablement le premier ouvrage de Perrin. Il est édité anonymement. Il y aurait 15 exemplaires de l'édition de 1767 en bibliothèque, et une reproduction récente (2015, Farmington Hills, Mich, Éditions Thomson Gale). L'auteur indiqué est Jean-Baptiste Perrin ou John Perrin, ce qui peut être source de confusion.
DiffusionL'Essai a fait l'objet de peu d'attention. En 1777, l'éditeur B. Law and Son (London) publie les Lettres choisies, sur toutes sortes de sujets; or, a collection of familiar letters in French and English, the second edition, de John Perrin. Il est possible que cette édition comprenne une reproduction de l'Essai. En revanche, les manuels et livrets de conversation de Perrin circulaient et avaient bonne réputation.
Langues ciblesToutes les langues. L'accent est mis sur l'hébreu. Quelques remarques étymologiques reprise du récit d'Hérodote au sujet de l'expérience de Psammétique III.
MétalangueFrançais
Langue des exemplesLes langues européennes, le chinois, l'hébreu et l'arabe
Sommaire de l'ouvrage[LETTRE I] (p. 1). Introduction.
LETTRE II (p. 12). Méthode et objectif.
LETTRE III (p. 18). Dieu ne donna point un langage articulé à Adam et Eve.
LETTRE IV (p. 30). Les langues sont établies par convention; les signes sont arbitraires; le besoin a inventé les signes artificiels et articulés.
LETTRE V (p. 40). Il n'y eut jamais de dialogue entre Dieu, Adam, Eve et le serpent après la chute; Saint Ambroise, Milton, et l'imagination.
LETTRE VI (p. 52). Adam n'imposa pas de noms convenables à la nature de chaque animal.
LETTRE VII (p. 73). L'ancien et le nouveau testament: paraboles et figures allégoriques.
LETTRE VIII (p. 84). Réaffirmation de l'absence de sons articulés.
LETTRE IX (p. 98). Conclusion de la première partie.
LETTRE X (p. 108). L'exil: quand fut tracé le plan de la parole, et la première langue; la langue est le membre le plus propre à la parole; invention des termes par degrés; les interjections comme langage du cœur et premiers signes de nos pensées; puis de nouveaux termes sont nécessaires pour exprimer de nouveaux besoins à mesure que la population grandit: la nécessité est la mère des arts.
LETTRE XI (p. 123). La terre est divisée en différents états et empires et il s'y est fait différentes langues; autant de différentes langues que de contrées; le mot: de la forme simple aux nouveaux mots; les dérivés à partir des mots simples.
LETTRE XII (p. 132). Le paradoxe d'une langue unique jusqu'au déluge.
LETTRE XIII (p. 139). Sur la confusion des langues.
[Lettres XIV et XV absentes].
LETTRE XVI (p. 148). Conclusion: il n'y a pas de preuves solides et convaincantes pour décider quelle a été la première langue.
Objectif de l'auteurConvaincre son interlocuteur que Dieu en créant Adam et Eve ne leur a pas donné une langue déjà formée pour pouvoir s'exprimer et s'entendre mutuellement. Par suite, toutes les hypothèses visant à défendre une langue première (la langue hébraïque en général) plutôt qu'une autre sont ridicules aux yeux de l'auteur.
Intérêt généralDu point de vue du support textuel, un exemple de genre «hybride» où des lettres privées sont publiées comme essai scientifique. Par ailleurs, les ouvrages de Perrin s'inscrivent dans une histoire de l'enseignement du français à des locuteurs de langue anglaise au 18e s., et présentent un intérêt pour l'étude de la description des parties du discours dans les grammaires pédagogiques.
Parties du discoursSelon Perrin, ce sont les besoins qui donnèrent les premiers sons (p. 109 et p. 114); les hommes auraient pu s'exprimer par des gestes mais la grande simplicité des sons articulés s'est imposée à eux (p. 110). L'ordre d'invention des mots et des parties du discours est naturel (p. 132), et les mots sont des signes arbitraires établis par convention. Sa conception est proche d'une forme de primitivisme, où les termes les plus simples sont les termes les plus naturels, et l'apparition du langage n'est qu'un long processus d'étiquetage du monde environnement (l'invention des termes s'est faite par degré [p. 110]). Les premiers mots qui furent inventés pour être les signes de nos pensées sont les interjections (p. 112), or les interjections, premiers signes de nos pensées, émanent du langage du cœur (p. 111): il y a là également une forme de sensualisme. Enfin, les langues ne furent distinguées par des noms particuliers, qu'après que les hommes eurent formé le téméraire dessein d'élever une haute tour (p. 122). Les interjections, les monosyllabes furent les premiers sons articulés (p. 123). Une troisième sorte de termes vit le jour après (sic). L'allongement des syllabes est une corruption (p. 128).
Innovations term.Sans objet.
Corpus illustratifL'auteur donne une liste d'exemples d'hypothèses sur l'origine des langues jugés «ridicules»: le livre de Johannes Petrus Ericus (Anthrōpoglōttogonia siue humanae linguae genesis, Venise, Franciscus Tramontanus, 1697), qui a soutenu qu'Adam parlait grec et que la langue grecque était la première langue du monde (p. 115); l'expérience de Psammétique, roi d'Égypte, telle que relatée par Hérodote (p. 115); Becanus, qui prétend que le hollandais fut la première langue (p. 116); «le docteur Swift, [qui] prouve que c'est l'anglais» (p. 117); Mr Rowland Jones (1764) qui défend «fort sérieusement» qu'Adam parlait celtique, ou gallois (p. 117, 158). Perrin cite d'autres références comme (probablement) la Rhétorique ou l'art de parler (1737) de Bernard Lamy (p. 128, p. 145-146, p. 154), le Glossaire du P. Thomassin (p. 130, p. 147), Mr Harris (p. 152), Mr. (William?) Jones (p. 158).
Indications compl.Il n'est pas raisonnable pour l'auteur de soutenir qu'il n'y eut qu'une langue jusqu'au déluge car c'est soutenir que l'homme n'est pas inconstant, que la différence des tempéraments et des climats, la diversité des mœurs et des intérêts n'influent pas sur les langues, et qu'il y aurait eu conventions des usages entre hommes éloignés par leurs sentiments et la distance des lieux, ce serait donc soutenir un paradoxe (p. 138).
Influence subieDifficile à déterminer du fait de l'éloignement de l'auteur et du peu d'information biographique à son sujet.
Influence exercéeProbablement peu d'influence compte tenu de l'anonymat de l'auteur.
Renvois bibliographiques→ Références
Altman J. G. 1986; Barbier A.-A. 1822; IFÉ 1997; McNamee R. V. 2008; Perrin J.-B. 1767; Quérard J. M. 1835; Skedd S. J. 2004
Rédacteur

Colombat, Bernard · Lechevrel, Nadège

Création ou mise à jour2016-10