CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Considérations sur la premiere formation des langues

Smith, Adam

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurCompilations [5162]
Liens

CTLF Images (éd. 1796, trad. fr.)

CTLF (PDF, éd. 1796, trad. fr.)

Gallica (éd. 1796, trad. fr.)

TextesCTLF Textes (2)
Auteur(s)

Smith, Adam

Datation: ca 1723 - 17 juillet 1790

Adam Smith, philosophe écossais, est né à Kirkcaldy (Écosse, baptisé le 5 juin 1723) et est décédé à Édimbourg le 17 juillet 1790. Son enfance est peu documentée mais sa biographie rend compte d'un parcours intellectuel riche, où Smith rencontre au cours de nombreux voyages en Grande-Bretagne et en Europe d'éminents penseurs et universitaires. On le connaît surtout pour ses écrits de philosophie morale, la Théorie des sentiments moraux (1759) et La richesse des nations (1776).

Titre de l'ouvrageConsiderations concerning the first formation of Languages, and the different genius of original and compounded Languages
Titre traduitConsidérations sur la première formation des langues, et le différent génie des langues originales et composées
Titre courtConsidérations sur la premiere formation des langues
Remarques sur le titre
Période|18e s.|
Type de l'ouvrageDissertation sur l'origine des langues.
Type indexéCompilation | Origine du langage
Édition originale1761, London, England, T. Beckett and P.A. Dehondt, in the Strand.
Édition utilisée1796, Paris, Baillio et Colas, traduction d'Antoine-Marie-Henri Boulard.
Volumétrie72 pages, env. 950 signes par pages (la 1re éd.: in 8°, viii + 510 p.).
Nombre de signes68400
Reproduction moderneAprès le succès de la 1re éd. des Sentiments moraux (1759), Smith décide d'intégrer la dissertation sur l'origine des langues dans les 2e et 3e éditions pour lui donner plus de lisibilité. On trouve ainsi cinq reproductions du vivant de l'auteur, l'une dans Philological Miscellany (1761), les suivantes dans quatre réimpressions de la Théorie des sentiments moraux (1767, 1774, 1781, 1790).
Reproductions post-mortem:
Considérations sur la première formation des langues, et le différent génie des langues originales et composées, Paris, Baillio et Colas, traduit par Antoine Marie Henri Boulard (1796).
Essai sur la première formation des langues, et sur la différence du génie des langues originales et des langues composées, traduit de l'anglais d'Adam Smith, avec des notes; suivi du premier livre des Recherches sur la langue et la philosophie des Indiens, extrait et traduit de l'allemand de F. Schlegel, Genève, Manget et Cherbuliez (1809). En ligne sur Gallica.
A dissertation on the origin of languages: or, considerations concerning the first formation of languages and the different genius of original and compounded langages, G. Narr éd., Tübingen, Tübinger Beiträge zur Linguistik 3 (1970).
DiffusionLa dissertation a connu une diffusion orale avant d'être publiée pour la première fois en 1761. Cet essai est en effet la trace écrite d'une série de séminaires donnés par Smith à Glasgow et Édimbourg entre 1748 et 1751. Par ailleurs, au cours de l'année 1762-1763, Smith reprend cette publication dans ses cours de rhétorique, comme l'atteste la publication des notes d'étudiants par J.M. Lothian en 1963.
Langues ciblesLes langues du monde
MétalangueFrançais (anglais dans l'éd. originale)
Langue des exemplesSmith prend la plupart de ses exemples à l'anglais que le traducteur convertit en français. Sont également utilisés: latin et grec ancien, arménien, langues sémitiques (hébreu), gothique, langue des Lombards, ancien toscan, ancien saxon, français, anglais et italien.
Sommaire de l'ouvrageMémoire d'un jet sans chapitre ni section. On repère toutefois les transitions suivantes: Introduction. Les premiers mots (p. 3-10); Les premiers adjectifs (p. 10); Les prépositions (p. 10-11); Ordre d'apparition des mots et justifications (p. 11-15); Formation des mots (p. 15-16); Sexe et genre des noms substantifs et adjectifs (p. 16-22); Les prépositions et les marques casuelles dans les anciennes langues (p. 22-35); Le nombre (p. 35-40); Le verbe (p.40-53); Les pronoms et les déclinaisons (p. 53-56); Simplification des langues par le mélange des différentes nations (p.56-67); Effets de la simplification des langues (p. 68-74). Un développement intitulé «Appendix et notes du traducteur» (p. 75-80) rend hommage à quelques grands noms de l'Université de Paris.
Objectif de l'auteurDans cette dissertation, Smith s'attarde sur les prépositions et les pronoms pour illustrer l'évolution des langues vers la généralisation et l'abstraction. À mesure que les langues ont gagné en généralisation, elles ont perdu leurs déclinaisons et conjugaisons. Ce phénomène de simplification a paradoxalement entraîné une composition des langues plus complexe (voir la maxime de Smith p. 61: «plus une langue est simple dans sa composition, plus elle doit être compliquée dans ses déclinaisons et ses conjugaisons; et […] au contraire, plus elle simple dans ses déclinaisons et ses conjugaisons, plus elle doit être compliquée dans sa composition»). Smith déplore ce développement naturel des langues qui les rend prolixes, peu agréables à l'oreille et monotones.
Intérêt généralDans cet essai, Smith se sert de la déclinaison comme classe morphologique et typologique. Les langues sont divisées en deux classes: les anciennes, marquées par les déclinaisons que portent leurs noms et leurs verbes, et les modernes, caractérisées par la perte des déclinaisons dans un mouvement naturel de l'évolution des langues vers plus d'abstraction et de généricité (p. 11-12). Plusieurs auteurs ont souligné le paradoxe de la thèse de Smith sur l'origine et la formation des langues: dans sa dissertation, Smith défend à la fois l'idée que les structures synthétiques ont été développées les premières, lorsque l'homme était au plus proche de la nature, car il est difficile «de créer des termes génériques et abstraits, lors de l'origine d'une langue» (p. 40), et l'idée que l'abstraction et le contact des nations entre elles ont entraîné la perte des modifications morphologiques car les hommes, lorsqu'ils sont ignorants, ont naturellement tendance à remplacer les déclinaisons par des prépositions (p. 57-58).
Parties du discoursSmith les évoque toutes, dans l'ordre d'apparition du sommaire ci-dessus, avec de nombreux renvois et retours entre les différents paragraphes de la dissertation. Smith explique l'existence et le développement des structures grammaticales soit par la nature de l'homme (la dénotation et l'analogie ont conduit à certains mots et certaines structures), soit au contraire par des opérations mentales que les hommes ont acquises en quittant l'état de nature (abstraction, généralisation).
Innovations term.Aucune.
Corpus illustratifDes exemples essentiellement empruntés à l'anglais (traduits en français dans la traduction française) et au latin (vers de Virgile, d'Horace traduits par Milton).
Indications compl.
Influence subieSanctius (dont Smith cite la Minerve), Condillac (1746), Gabriel Girard (1747) comme l'indique la lettre à M. George Baird (Glasgow, 7 février 1763, reproduite dans Rae, 1895) et Rousseau (Origine de l'inégalité, première partie, 1755). Plus vraisemblablement, la lecture des Vrais principes de la langue française de Gabriel Girard (1747) et certains articles de l'Encyclopédie traitant de grammaire (dont l'article LANGUE de Beauzée), dans un contexte où les Académies des belles-lettres encourageaient les dissertations sur l'origine des langues.
Influence exercéeCette dissertation, parfois considérée comme une œuvre mineure et de piètre qualité d'un point de vue linguistique, n'a pas eu un grand impact sur les grammairiens de l'époque. Elle a en revanche été étudiée plus tard par les historiens de la linguistique travaillant sur les premières typologies des langues et les théories développées au 18e siècle autour des origines du langage.
Renvois bibliographiques→ Références
Berry C. J. 1974; Bryce J.C. (éd.) 1985; Girard G. 1747; Jones T. 2006; Jooken L. 1994; Land S. K. 1977; Lothian J. M. (éd.) 1963; Noordegraaf J. 1977; Plank F. 1987; Porset C. (éd.) 1970; Rae J. (éd.) 1895; Schlaps C. 2004; Smith A. 1761
Rédacteur

Lechevrel, Nadège

Création ou mise à jour2018-01