CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Serões grammaticaes

Carneiro Ribeiro, Ernesto

DomaineGrammaires des langues européennes modernes
SecteurGrammaires brésiliennes [3395]
Liens

CTLF Images (2e éd. 1915)

CTLF (PDF, 2e éd. 1915)

La Trobe University (éd. 1910)

Auteur(s)

Carneiro Ribeiro, Ernesto

Datation: 1839-1920

Ernesto Carneiro Ribeiro est un psychiatre et professeur brésilien. Il est l’auteur des Elementos de grammatica portugueza et des Serões grammaticais ou nova grammatica portugueza. Il est né dans l’État de Bahia, dans l’île d’Itaparica, à 27,4 km de la ville de Salvador où il décède en 1920. Il reçoit une formation de médecin en 1864 et écrit deux ouvrages dans le domaine. Grâce à l’un de ces ouvrages, intitulé “Perturbations psychiques dans l’hystérie” publié en 1886, il obtient un poste de professeur à la Faculté de médecine de Bahia. Mais cette carrière ne le satisfait pas et il s’oriente vers l’enseignement et la recherche sur la langue portugaise (Hampejs 1961, p. 166). Il est professeur de français et d’anglais, de grammaire philosophique, de linguistique et grammaire générale et comparée et de latin. Il enseigne également l’histoire du Brésil, la botanique et la zoologie (id., p. 177). Il joue un rôle important dans la société bahianaise et brésilienne dans le domaine de l’éducation. En plus de son rôle de professeur et d’auteur d’ouvrages didactiques et grammaticaux, il co-fonde en 1874 à Salvador le collège de Bahia, institution publique qui jouit d’un grand prestige et forme des milliers d’étudiants pendant des dizaines d’années. À Salvador également, il fonde en 1883 une école qui porte son nom et qu’il dirige pendant plus de 30 ans. Celle-ci existe toujours sous le nom de Colégio Estadual Ernesto Carneiro Ribeiro. En 1950, le gouverneur de Bahia, Otávio Mangabeira, inaugure le Centre d’éducation Ernesto Carneiro Ribeiro sur la base d’un projet pionnier au Brésil promu par un autre grand éducateur bahianais, Anísio Teixeira. Ce centre, dédié aux populations défavorisées et dont l’objectif est l’éducation professionnalisante, est toujours actif malgré des moments difficiles dûs à l’abandon du gouvernement.

Titre de l'ouvrageSerões grammaticais ou nova grammatica portugueza
Titre traduitSoirées grammaticales ou nouvelle grammaire portugaise
Titre courtSerões grammaticaes
Remarques sur le titreAu dessus du titre, mention: «Langue portugaise». En dessous du titre: «pour le Dr. Ernesto Carneiro Ribeiro, professeur émérite du Lycée de Bahia et directeur du Lycée Carneiro Ribeiro».
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire portugaise.
Type indexéGrammaire historique
Édition originale1890, Bahia, Imprensa Popular.
Édition utilisée1915, Bahia, Livraria Catilina de Romualdo dos Santos, 2e éd. (augmentée et soigneusement révisée par l’auteur). Aucune date d’édition ne figure dans la grammaire. Elle apparaît seulement dans la littérature concernant l’auteur, comme par exemple Rodrigues (2009, p. 42). La bibliothèque du Sénat Fédéral du Brésil indique également l’année 1915. La reproduction (en pdf) de l’édition disponible à la Trobe University – et utilisée ici – ne comporte pas de date et l’ouvrage est catalogué avec la date 1910.
VolumétrieXIV, 872 p.
Nombre de signes1603608
Reproduction moderne6e et dernière éd.,1956.
DiffusionSeules les deux premières éditions ont été publiées du vivant de Ribeiro. La 3e, dont la 4e est une reproduction, a été revue par son fils, Ernesto Carneiro Ribeiro Filho. La 5e éd. était en préparation par Deraldo Ignácio de Souza, sous la supervision de Ribeiro Filho, lorsque ce dernier mourut. Cette édition est conforme à la 3e tout en étant augmentée des notes rédigées par Ribeiro Filho et d’un index préparé par Souza. La 6e éd. en est une reproduction. Les éditions sont les suivantes:
– 1890, Bahia, Imprensa Popular;
– 1915, Bahia, Livraria Catilina, 2e éd. augmentée et soigneusement révisée par l’auteur;
– 1919, Bahia, Livr. Catilina, 3e éd. revisée par Ernesto Carneiro Ribeiro Filho, 781 p.;
– 19[??], Bahia, Livraria Progresso Editora, 4e éd. entièrement conforme à la 3e éd. révisée par Ernesto Carneiro Ribeiro Filho;
– 1950, Bahia, Progresso Editora, 5e éd. entièrement conforme à la 3e éd. révisée par Ernesto Carneiro Ribeiro Filho;
– 1956, Bahia, Livraria Progresso Editora, 6e éd. entièrement conforme à la 3e éd. révisée par Ernesto Carneiro Ribeiro Filho, notes et index par Deraldo Ignácio de Souza, 815 p.
Langues ciblesPortugais
MétalanguePortugais
Langue des exemplesPortugais
Sommaire de l'ouvrageIndex. Prologue de la première édition p. VII-IX. Prologue de la présente édition XI-XIV. Introduction p. 1-8.
Première partie – Phonologie. Chap. I – De l’appareil vocal. Voyelles consonnes ou articulations. Diphtongue; syllabe; vocable. De la configuration du conduit vocal dans la prononciation des voyelles 9-21. Chap. II – De la classification des consonnes ou articulations 21-25. Chap. III – Des figures de mots ou métaplasmes 26-38. Chap. IV – De la quantité et de l’accent 38-46. Chap. V –Du vocalisme. Origine des voyelles, leurs transformations; groupes vocaliques. Lois relatives aux changements et alterations des voyelles 46-53. Chap. VI – Du consonantisme. Origine des consonnes; groupes consonantiques. Permutations des consonnes et de leurs groupes 53-66. Chap. VII – Lois de permutation des consonnes 66-72.
Seconde partie – Orthographe. Chap. I – De l’orthographe et des systèmes orthographiques 73-77. Chap. II –De l’emploi des majuscules 78-81. Chap. III –Division des syllabes; abréviations; lettres capitales, représentatives des nombres 81-86. Chap. IV – Des signes orthographiques ou notations lexicales. 86-90.
Troisième partie – Lexicologie – Section I. Chap. I – Des mots et leurs éléments morphologiques 91-102 Chap. II – Des mots réunis par leurs éléments morphologiques fondamentaux. Familles dérivatives. 102-105. Chap. III – Des mots réunis par leurs éléments accessoires ou secondaires; familles grammaticales. Étude des préfixes et suffixes 105-122. Chap. IV – Des suffixes latins, grecs et d’autres provenances 122-158. Chap. V – Vocables d’origine populaire et d’origine érudite; formes doubles ou dérivations divergentes 159-166. Chap. VI – Des vocables réunis par une analogie de sens, par une relation de contraste ou par une pure ressemblance phonique ou orthographique. Mots au sens propre et au sens figuré 166-168. Chap. VII – De la classification des langues; langues indo-européennes; langues romanes 169-180. Chap. VIII – Esquisse historico-littéraire de la langue portugaise, son origine et sa filiation 181-210. Chap. IX – De la constitution du lexique ou vocabulaire portugais 210-231. Chap. X – Langue, idiome et dialectes; changement des langues; changements lexicaux; archaïsmes, néologismes et hybridations 232-240. Chap. XI – Du sens des mots 240-259.
Section II. Chap. I – De la classification des mots; définitions et divisions 260-268. Chap. II – Des interjections et onomatopées 268-275. Chap. III – Des Substantifs 275-321. Chap. IV – Des Pronoms 321-330. Chap. V – Des Adjectifs 330-375. Chap. VI – Des Verbes 375-482. Chap. VII – Des Prépositions 482-498. Chap. VIII – Des Conjonctions 498-513. Chap. IX – Des Adverbes 514-527. Chap. X – De l’origine des prépositions, conjonctions et adverbes. Mots invariables; locutions prépositives, adverbiales et conjonctives tombées pour la plus grande part en désuétude 527-541. Chap. XI – De l’étymologie en général et des principes sur lesquels elle se fonde 511-516
Quatrième partie – De la phaséologie ou syntaxe. Chap. I – Phraséologie en général; syntaxe et construction; proposition, phrase ou sentence et ses éléments logiques. Division des propositions; phrase, période et ses membres 547-573. Chap. II – Des compléments et leurs divisions; apposé, compellatif ou formule vocative; attribut superposé ou secondaire; attribut du complément. Ajouts des grammairiens anglais 573-582. Chap. III – Des systèmes d’analyse 582-590. Chap. IV – De l’accord 590-632. Chap. V – De l’emploi des modes 633-652. Chap. VI – Concordance des temps 652-656. Chap. VII – De l’emploi du substantif, du pronom, de l’article indicatif et de quelques autres déterminants 656-679. Chap. VIII – Des substantifs synthétiques o et quem 679-682. Chap. IX – Du pronom se 683-714. Chap. X – De la syntaxe des parties invariables 714-731. Chap. XI – De la rection 731-755. Chap. XII – De la ponctuation 755-772. Chap. XIII – Des altérations syntaxiques. 772-787. Chap. XIV – De la construction: ordre des mots dans les propositions et des propositions dans la phrase [periodo]; collocation des pronoms employés comme compléments 787-821. Chap. XV – De la différence de structure, entre les propositions [orações] en latin vulgaire et en latin classique ou littéraire. Types syntaxiques divergents 821-825. Chap. XVI – Des vices de langage 826-839. Chap. XVII – Des idiotismes, brasilianismes, provincialismes 839-847. Chap. XVIII – Des figures de syntaxe 818-858. Chap. XIX – De la syntaxe et du style 859-865.
Objectif de l'auteurPrésenter une grammaire portugaise “de manière historique” conformément aux études sur le langage de l’époque, de façon développée et enrichie par l’expérience de l’étude et de l’enseignement.
Intérêt généralEn didactique, Ernesto Carneiro Ribeiro produit des grammaires comme les Elementos de grammatica portugueza (1885), rééditée sept fois, et la Grammatica portuguesa philosophica (1881). En linguistique, il écrit les Estudos gramaticais e filológicos (1957) et les Serões grammaticaes ou Nova grammatica portugueza, réédité deux fois du vivant de l’auteur (1890 et 1915, édition revue et augmentée par l’auteur). Cette grammaire, contrairement à la grammaire philosophique publiée en 1881, suit les préceptes de la linguistique historico-comparative. Elle a constitué un cadre théorique pour des grammaires importantes publiées par ses contemporains, portugais et brésiliens, parmi lesquels Adolpho Coelho (1890), Júlio Ribeiro (1881), João Ribeiro (1887), Pacheco da Silva et Lameira de Andrade (1887a et 1887b).
Au début du 20e s., Ernesto Carneiro Ribeiro s’est trouvé impliqué dans une des polémiques linguistiques les plus célèbres du Brésil, au moment où, en 1901, le ministre de la justice J.J. Seabra le sollicite pour réviser le premier Code civil brésilien (publié en 1916). La tâche de révision s’avére difficile car le texte est long et le délai accordé pour la révision n’est que de quatre jours. Il accepte le défi et fait le travail. Le texte révisé présenté au Sénat doit être examiné par le sénateur Ruy Barbosa, un avocat et intellectuel éminent, ancien élève de Ernesto Carneiro Ribeiro au Colégio da Bahia (Leite 2006). Ruy Barbosa, réputé bon connaisseur de la langue portugaise, considérant que la tâche de révision aurait dû lui revenir, effectue une seconde révision, une révision de la révision, comportant des critiques cinglantes tant sur le plan juridique que linguistique. Ernesto Carneiro Ribeiro répond aux commentaires acerbes de Ruy Barbosa par un texte intitulé “Observations mineures concernant les modifications apportées par le Dr. Ruy Barbosa à la rédaction du Code civil”. Ruy Barbosa (1953) répond par un long texte intitulé “Réplica” qui à son tour est suivi d’une dernière réponse “Tréplica” (1953) sous la signature de Carneiro Ribeiro. Malgré cette polémique, le nom d’Ernesto Carneiro Ribeiro est reconnu au niveau national. Du point de vue scientifique les Serões grammaticaes est son ouvrage le plus significatif et constitue une étude approfondie de la langue portugaise. Il y insère des remarques sur la norme brésilienne, à l’instar de l’autre Ribeiro - Júlio (1881) – qui, le premier au Brésil, considère de façon claire et affirmée la grammatisation de la langue portugaise comme hypothèse de base de la méthodologie historico-comparative. Celle-ci conduit, à partir de l’observation d’une langue réelle, à considérer certaines caractéristiques de la langue pratiquée au Brésil en opposition à la pratique portugaise, ouvrant ainsi la voie à un nouveau domaine de recherche.
Les Serões comportent aussi des commentaires sur les usages brésiliens, dispersés dans le texte ou bien localisés dans le chapitre 17 réservé à la variation linguistique. Ils sont dénommés ‘vices, idiotismes, provincialismes ou brasilianismes’: “les brasilianismes sont des vocables ou locutions de la langue portugaise parlée par les Brésiliens ou des modes de dire spéciaux de l’idiome luso-brésilien”. Après cette affirmation, l’auteur présente “les brasilianismes lexicaux et syntaxiques” (Ribeiro 1915, p. 752).
La question de la filiation théorique est abordée dès la préface de la première édition (1915, p. VII): “ L’étude de la grammaire que n’accompagnent pas d’observations sur l’histoire de langue dans son évolution progressive comme organisme vivant (…) est incomplète”, et c’est à partir de cette exigence qu’il organise sa grammaire. C’est pourquoi la partie de la grammaire sur la formation des mots, étiquetée du terme ‘lexicologie’, est la plus longue de l’ouvrage, correspondant ainsi aux choix théoriques de l’auteur. Cette partie est divisée en deux sections, dont la première comporte onze chapitres traitant des aspects morphologiques des mots, des suffixes grecs et latins, de l’origine populaire et érudite des vocables, de la classification des langues, de la constitution du lexique. La seconde section, constituée de neuf chapitres, présente la classification des mots.
L’ouvrage, copieux (872 pages), comporte quatre parties, dont la troisième a deux sections (I e II) subdivisées en cinquante-quatre chapitres. Bien qu’il soit fondé sur l’historicisme et le comparativisme, l’ouvrage comporte des traits substantiels de la grammaire philosophique.
Parties du discoursBien que l’auteur revendique une filiation à l’historicisme positiviste, il commence le chapitre sur les classes de mots par l’interjection (Des interjections et onomatopées). Il ne la considère pas comme une classe de mots comme les autres, mais lui attribue une place importante du fait de son rôle dans l’expression des idées et les sentiments de l’âme. Par ailleurs l’article n’apparaît pas comme une classe autonome mais comme adjectif déterminatif (Ribeiro 1915, p. 330). Il en résulte que le chapitre qui traite de la division “de la classification des mots: définitions et divisions” est organisé de la façon suivante: interjections. 1. noms ou substantifs; 2. pronoms; 3. adjectifs; 4. verbes; 5. prépositions; 6. conjonctions; 7. adverbes.
Innovations term.La terminologie est traditionnelle avec des ajouts relevant de la théorie historico-comparative, adoptée au Brésil depuis Júlio Ribeiro (1881) tels que taxionomie ou taxinomie (déjà emprunté aux grammaires antérieures (Julio Ribeiro 1881); lexicologie (étude des classes de mots), étymologie (étude historique de l’origine des mots); phraséologie (ou syntaxe); sémasiologie ou sémantique (pour l’étude du changement de sens des mots); translato (pour l’étude du sens figuré des mots); ilativa (pour la conjugaison conclusive); sentença (pour proposição, oração ou frase), clause - clausula - (pour la proposition subordonnée, suivant ainsi la grammaire anglaise).
Corpus illustratifLe corpus illustratif, très varié, est composé d’exemples inventés par l’auteur, et surtout d’exemples extraits de la littérature en langue portugaise, en prose et en vers, du 15e au 19e s. Parmi les auteurs portugais: au 15e s., Fernão Lopes et Gomes E. de Azurara; au 16e s., João de Barros, Bernadim Ribeiro, Luiz de Camões (le plus cité des Portugais), Garcia de Rezende, Fernão Mendes Pinto, Pe. João de Lucena, Rodrigues Lobo; au 17e s., Antonio Vieira, Pe. Manoel Bernardes, Francisco Rodrigues Lobo, Luiz de Souza; au 18e s., Francisco José Freire (Candido Lusitano), José Maria Latino Coelho; au 19e s., Alexandre Herculano, Antonio Feliciano de Castilho, Camilo Castelo Branco, Eça de Queiroz, Almeida Garret, Luiz Augusto Rebello da Silva.
Pour les auteurs brésiliens: au 19e s., Gonçalves Dias (le plus cité des Brésiliens), Frei José de Santa Rita Durão, Machado de Assis, Porto Alegre, Ruy Barbosa, Odorico Mendes, Francisco Monte Alverne, Junqueria Freire, Tomás Antonio Gonzaga, Xavier de Mattos.
Indications compl.Les citations d’écrivains brésiliens, parmi lesquels de nombreux contemporains de l’auteur, présentent un intérêt pour l’histoire de la grammaire au Brésil en ce qu’elles révèlent une valorisation de la norme brésilienne. L’auteur ne cite cependant pas deux des auteurs les plus populaires du 19e s., le poète bahianais Castro Alves (1847-1871) et l’écrivain José de Alencar (1794-1870). Ces deux auteurs documentés dans la critique littéraire étaient reconnus comme d’excellents lettrés pour “la fécondité de leur style”. Toutefois Ribeiro émet certaines restrictions à leur égard: “On note chez [Castro Alves] certains défauts de langage dont n’est pas non plus exempt l’auteur célèbre du Guarany e da Iracema [José de Alencar]", raison pour laquelle il ne les aurait pas inclus dans les auteurs cités dans le corpus d’exemples.
Influence subieComme l’horizon de rétrospection de l’auteur comporte des éléments venant de la grammaire philosophique - qu’il se donnait explicitement comme objectif de dépasser –, bien que ce soient l’historicisme et le comparatisme qui fondent l’ouvrage, on trouve des traces importantes de cette grammaire dans l’ouvrage. Le grammairien lui-même le reconnaît dans la préface de la seconde édition des Serões (Ribeiro 1915, p. XIII-XIV) "Nos longues années d’études viennent ajouter leur contribution aux travaux glottologiques et grammaticaux de Bopp, Diez, W . Meyer-Lubke, A. Maury, Gaston Paris, S. Reinach, Darmesteter, A. Hovelacque, Max Müller, Michel Bréal, Delon, Brachet, Brunot, Ayer, H. Torres y Gomez, R. de Vasconcellos, Gonçalvez Viana, Júlio Moreira, J. Leite de Vasconcellos, C. de Figueiredo, João Ribeiro, Adolpho Coelho, qui nous fournissent de copieux matériaux pour remodeler notre travail. L’auteur cite ces auteurs sans pour autant fournir de références explicites.
Influence exercéeLes Serões grammaticales ont exercé une influence pédagogique considérable et ont été adoptés dans les écoles partout au Brésil (Sousa 2015). Du point de vue scientifique, deux aspects traités par Ribeiro ont eu une répercussion sur la production des grammaires brésiliennes. D’abord, la méthode duale utilisée pour le traitement de la "phraséologie ou syntaxe", fondée autant sur la méthodologie de l’analyse française rationaliste qui se conçoit à partir de la proposition composée de trois éléments: sujet, verbe et attribut, que sur la méthode grammaticale anglaise qui s’appuie sur la phrase (sentence, clause) formée d’un sujet et d’un prédicat (Leal 2015). L’ouvrage de Ribeiro, bien que se disant anti-mentaliste, est encore très marqué par la grammaire générale et philosophique, raison pour laquelle l’auteur n’a pas abandonné définitivement la méthode française. De plus, la valorisation de la production littéraire se fait par la grammaire brésilienne, dans la mesure où cette dernière permet d’obtenir un état des lieux des ouvrages les plus pertinents de l’époque. L’importance de l’ouvrage tient aussi au fait d’avoir mis l’accent sur le traitement des usages brésiliens de la langue portugaise (dans le chap. 7 de la quatrième partie de la grammaire).
Renvois bibliographiques→ Références
Leal E. de Sousa 2015; Leite M. Q. 2006; Souza E. H. 2015
Rédacteur

Leite, Marli Quadros · Léon, Jacqueline (trad.)

Création ou mise à jour2018-10 | 2018-05