CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Nouvelle Grammaire Française

Noël, François-Joseph-Michel

DomaineGrammaires françaises, remarques et traités sur la langue française
SecteurGrammaires françaises du 19e s. [2510]
Auteur(s)

Noël, François-Joseph-Michel · Chapsal, Charles-Pierre

Noël, François-Joseph-Michel

Datation: 1755-1841

Grammairien et fonctionnaire français, né en 1755 à Saint-Germain-en-Laye et mort à Paris en 1841; élève, puis professeur au collège Louis-le-Grand avant la Révolution. Diplomate, puis commissaire général de police, et préfet du Haut-Rhin en 1801, inspecteur général de l'Instruction publique en 1802.

Chapsal, Charles-Pierre

Datation: 1788-1858

Grammairien et littérateur français, né et mort à Paris. Il enseigna comme maître d'étude au collège Louis-le-Grand.

Titre de l'ouvrageNouvelle Grammaire Française sur un plan très-méthodique, avec de nombreux exercices d'orthographe, de syntaxe et de ponctuation, tirés de nos meilleurs auteurs, et distribués dans l'ordre des règles
Titre traduit
Titre courtNouvelle Grammaire Française
Remarques sur le titre
Période|19e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive et pratique.
Type indexéGrammaire didactique
Édition originale1823, Paris, Vve Nyon Jeune, iv + 211 p.
Édition utilisée23e édition, à Paris, Maire-Nyon, Libraire, Quai de Conti, n° 13; Roret, Libraire, rue Hautefeuille, au coin de celle du Battoir, 1832.
VolumétrieUn vol. de 218 pages à 1 800 caractères.
Nombre de signes292400
Reproduction moderne
DiffusionLa Nouvelle Grammaire Française a connu 80 éditions jusqu'en 1889, et une traduction américaine, à Philadelphie, en 1878, par Moss. L'Abrégé de la Grammaire française, que les auteurs avaient tiré de leur ouvrage en 1826 (Paris, Maire-Nyon, 1826), fut également traduit en américain, à New York, Lockwood, 1869. L'ouvrage a connu de très nombreuses adaptations: par Dehon, J.-B.-J. (1834), Bescherelle Jeune et Bescherelle Aîné, Martin, Ch., Braconnier, B. (1838), Coubart d'Aulnay, G.-E. et Bienvelet-Poncelet (1839), Davau, R. (1841), Caillet, P. (1843), Blieck, H. (1845), Lenient, A. (1884, 1885, 1886, 1903).
Langues ciblesFrançais
MétalangueFrançais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePremière partie: Introduction [p. 1-3]. Des Mots variables: I. Du Substantif [4-7]. II. De l'Article [8-9]. III. De l'Adjectif [9-17]. IV. Du Pronom [18-20]. V. Du Verbe: du Sujet [21]; du Régime [21-23]; des différentes sortes de verbes adjectifs [23-25]; des modifications du verbe [25]; du nombre [25]; de la personne [25]; du mode [25-26]; du temps [27-29]; verbe auxiliaire Avoir [30-31]; verbe auxiliaire Etre [31-33]; Première conjugaison en -Er [33-36]; Seconde conjugaison en -Ir [36-38]; Troisième conjugaison en -Oir [39-40]; Quatrième conjugaison en -Re [41-42]; verbes conjugués interrogativement [43-46]; de la formation des temps [46-47; des verbes irréguliers et des verbes défectifs [48-49]; tableaux synoptiques [50-55]; observations sur l'orthographe des quatre conjugaisons [56-58]; Conjugaison des verbes passifs [59-60]; Conjugaison des verbes neutres [61-63]; Conjugaison des verbes pronominaux [63-65]; Conjugaison du verbe impersonnel [65-66] soit au total [20-66]. VI. Du Participe [66]. VII. De l'Adverbe [67-68]. VIII. De la Préposition [68-69]. IX. De la Conjonction [69]. X. De l'Interjection. XI. De l'Orthographe [71-83]. Seconde partie: De la Syntaxe. I. Définition: syntaxe; proposition; sujet; attribut; complément logique; sujet, complément complexes, incomplexes; proposition principale, proposition incidente; incidente déterminative; incidente explicative; proposition pleine; proposition elliptique; proposition implicite [84-92]. Modèle d'analyse [92-100]. II. Du Substantif [100-105]. III. De l'Article [106-19]. IV. De l'Adjectif qualificatif [109-114].V. Des Adjectifs déterminatifs [114-119]. VI. Des Pronoms: emploi général; pronoms personnels; pronoms démonstratifs; pronoms relatifs; pronoms indéfinis [120-132]. VII. Du Verbe: Du sujet, de l'accord du verbe avec son sujet [132-138]; régime des verbes [138-142; emploi des auxiliaires [142-144]; emploi des temps de l'indicatif et du conditionnel [144-145; emploi du subjonctif [146-149]; emploi de l'infinitif [149-152]. VIII. Du Participe présent [152-154]. IX. Du Participe passé [154-166]. X. De l'Adverbe [167-170]. XI. De la Préposition [170-171]. XII. De la Conjonction [172-174]. XIII. De l'Interjection [175]. XIV. Des Figures de syntaxe: construction grammaticale, construction figurée; ellipse; pléonasme; syllepse; inversion [175-180]. XV. Observations particulières [180-192]. XVI. De la Ponctuation [192-196]. XVII. De la Prononciation et de la Lecture [196-201]. XVIII. Locutions vicieuses: Ne dites pas/Dites [202-204]. Table des Matières [205-214].
Objectif de l'auteurPrésenter "l'analyse des meilleurs traités de grammaire", ce "sans excéder les bornes d'un livre élémentaire"; dans la partie Grammaire proprement dite, donner "des définitions plus claires, plus précises, et par là plus faciles à retenir", "expliquer la raison des choses d'une manière proportionnée à la faiblesse de l'enfance", "ramener les principes de la grammaire française à ceux de la grammaire générale, afin de préparer insensiblement l'esprit à l'étude des autres langues"; dans la partie qui contient les Exercices, et qui est "la partie vraiment neuve de l'ouvrage", donner des phrases prises aux meilleurs auteurs, de bon goût, et susceptibles de fournir "l'occasion d'une leçon de morale, ou d'un développement instructif" [p. I-IJ]
Intérêt généralL'ouvrage de Noël et Chapsal constitue un des textes fondamentaux de la grammaire française du 19e s. Il présente en effet la synopsis de la grammaire philosophique en une vingtaine de notions récupérées pour servir de cadre à une description syntaxique dont l'utilisation sera prolongée fort avant dans le 20e s., notamment dans sa description des trois accords majeurs du français: sujet-verbe, participe-régime direct, et sujet-attribut.
Parties du discoursLa Grammaire de Noël et Chapsal souligne la contrainte de l'orthographe, laquelle rend nécessaire une analyse minutieuse des fonctions syntaxiques assumées par les parties du discours; elle développe également – dans une perspective d'analyse de l'argumentation – la nécessité de l'analyse logique des arguments de l'énoncé. Le traitement des parties du discours est en tous points conforme à la tradition, et ne présente aucune véritable et profonde innovation terminologique.
Innovations term.Elles sont plus que minimes et réservées à l'officialisation du terme de complément se substituant à celui de régime; et à la stabilisation du vocabulaire de l'analyse logique: principales et incidentes, les premières étant susceptibles d'être absolues ou relatives, tandis que les dernières rassemblent les complétives, les circonstancielles et les subordonnées relatives. Conséquence: le rapport d'inclusion logique de l'incidente dans la principale, que postulait la grammaire générale, est transformé en simple lien de subordination sémantique morphologiquement marqué par la présence d'une conjonction ou d'un pronom.
Corpus illustratifLe corpus illustratif de cette grammaire, qui prône un rationalisme abstrait, évite systématiquement les références directes à la littérature sous forme de citations d'auteurs précisément référencées. Toutefois, derrière les exemples allégués, il ne paraît pas difficile de retrouver le palimpseste littéraire des grandes œuvres et des auteurs du 17e au 19e s. français.
Indications compl.
Influence subieL'influence la plus importante subie par les auteurs est celle de Beauzée, dont la rigueur méthodique est à la vérité mise à mal par le zèle vulgarisateur du 19e s. Derrière la référence latente à l'Encyclopédie se lit l'ambition de fournir une description de la langue française qui échappe à un empirisme dicté par les circonstances, et qui, malgré les exceptions et les contre-exemples, s'élève à la hauteur de principes rationnels. L'éviction de la déclinaison comme mode de présentation des fonctions du substantif français constitue certainement à cet égard un progrès bien attendu. Derrière l'influence revendiquée de Lhomond et de Domergue, il est plus probable d'invoquer celle d'un Condillac heureusement corrigé par la nécessité de faire œuvre pédagogique.
Influence exercéeBaudelaire et Léon Cladel, aussi bien que les Goncourt, ont revendiqué l'influence de la Grammaire de Noël et Chapsal; dans l'ordre grammatical et linguistique, il est certain que les grammairiens scolaires de la fin du 19e s., Augé, Banderet, Monnin, ont encore subi l'influence de ces deux auteurs.
Renvois bibliographiques→ Références
Bourquin J. 1980 {p. 505-576}; Brunot F. 1966 {vol. 12, p. 519-520}; Chervel A. 1977 {p. 99-140}; Tell J. 1874 {p. 238-239}
Rédacteur

Saint-Gérand, Jacques-Philippe

Création ou mise à jour1998