CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Meaning of Meaning

Ogden, Charles

DomaineCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
SecteurLinguistique générale [5316]
Liens

CTLF Images (10e éd. 1949) – Dans l'incapacité de trouver les ayants-droits, malgré nos recherches, nous donnons provisoirement accès au présent texte. Nous examinerons toute observation qui nous serait transmise au sujet de l'ouvrage et nous en tiendrons compte

TextesCTLF Textes (4)
Auteur(s)

Ogden, Charles · Richards, Ivor

Ogden, Charles

Forme complète: Ogden, Charles Kay

Datation: 1er juin 1889 - 21 mars 1957

Sémanticien anglais, né à Fleetwood (Angleterre). D'abord intéressé par l'influence de la langue sur la pensée grecque à Magdalene College (université de Cambridge), Ogden élargit son intérêt à la philosophie, la psychologie, l'esthétique et la religion. Après la guerre 1914-1918, son intérêt se tourna vers le langage. Il publia avec I. A. Richards The Meaning of Meaning qui parut d'abord dans plusieurs livraisons du Cambridge Magazine qu'il avait fondé en 1912. Il créa ensuite le Basic (acronyme de British, American, Scientific, International, and Commercial) English, un système utilitaire formé d'un noyau de 850 mots qui permettent une expression beaucoup plus diversifiée (1930-1934). Il fut aussi traducteur (allemand, français). Il mourut à Londres.

Richards, Ivor

Forme complète: Richards, Ivor Armstrong

Datation: 26 février 1893 - 7 septembre 1979

Sémanticien anglais, né à Sandbach, Cheshire (Angleterre), I. A. Richards fut étudiant au Magdalene College de l'université de Cambridge où il rencontra C. K. Ogden. Il est surtout reconnu pour ses travaux littéraires (critique, théorie de la métaphore). Il s'intéressa au Basic English d'Ogden et proposa (après avoir été visiting professor en Chine, 1929-1930) d'en faire l'anglais standard pour les communications internationales. Professeur à Harvard University de 1939 à 1974, il revint ensuite à Cambridge (Angl.) où il mourut.

Titre de l'ouvrageThe Meaning of Meaning. A Study of The Influence of Language upon Thought and of The Science of Symbolism
Titre traduitLe sens du sens. Etude sur l'influence du langage sur la pensée et la science du symbolisme
Titre courtMeaning of Meaning
Remarques sur le titre
Période|20e s.|
Type de l'ouvrageOuvrage dont l'objectif est de montrer comment le langage influence la pensée et comment fonder une approche de la signification. L'ouvrage reflète l'encyclopédisme des auteurs.
Type indexéLinguistique générale | Philosophie du langage | Approche de la signification
Édition originaleParu d'abord en plusieurs livraisons dans le Cambridge Magazine, de 1921 à 1923. Première édition: 1923, Londres, K. Paul, Trench, Trubner, avec une introduction de J. P. Postgate. xxxi + 544 pages.
Édition utilisée10e édition, 1949, Londres, Routledge and Kegan Paul.
VolumétrieIn-8°, xxii + 363 pages Environ 2120 signes par page.
Nombre de signes740000
Reproduction moderne1989, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich. Introduction d'Umberto Eco. 1994, Londres, Routledge / Thoemmes Press. Introduction de W. T. Gordon et ajout d'un chapitre que les auteurs n'avaient pas retenu pour les éditions précédentes (Word Magic).
DiffusionL'ouvrage a connu des réaménagements notamment en fonction de l'élargissement de son auditoire et de certaines critiques: les trois premières éditions datent de 1926, 1930, 1936, la dixième de 1949. Traduction espagnole: El significado del significado. Una investigación acerca de la influencia del lenguaje sobre el pensamiento y de la ciencia simbólica, Buenos Aires, Paidós, 1964. Traduction allemande: Die Bedeutung der Bedeutung. Eine Untersuchung über den Einfluß der Sprache auf das Denken und über die Wissenschaft des Symbolismus, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 1974.
Langues ciblesLes auteurs n'ont pas en vue de langues cibles particulières, mais le fonctionnement du langage en général dans ses rapports avec la pensée. Un supplément (auteur: B. Malinowski) porte sur les langues primitives ou archaïques
MétalangueAnglais
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. v-xiv] Préfaces des éditions précédentes. [xv-xxii] Table des matières. [1-23] Chap. 1: Pensées, mots et objets (things). [24-47] Chap. 2: Le pouvoir des mots. [48-76] Chap. 3: Sign-Situations. [77-86] Chap. 4: Les signes dans la perception. [87-108] Chap. 5: Les règles de la symbolisation (Canons of Symbolism). [109-138] Chap. 6: La théorie de la définition. [139-159] Chap. 7: Que signifie "la beauté"? (The Meaning of Beauty). [160-184] Chap. 8: Le sens des philosophes. [185-208] Chap. 9: Le sens du sens (The Meaning of Meaning). [209-242] Chap. 10: L'interprétation symbolique (Symbol Situations). [243-250] Résumé. [251-262] Appendice A: Sur la grammaire. [263-265] Appendice B: Sur les contextes. [266-268] Appendice C: La théorie d'Aenésidème [philosophe sceptique alexandrin du 1er siècle]. [269-290] Appendice D: Quelques contemporains (Husserl, Russell, Frege, Gomperz, Baldwin, Peirce). [291-295] Appendice E: Sur les "faits réfutés" (On Negative Facts). [296-336] Supplément 1: La question du sens dans les langues primitives, par B. Malinowski. [337-355] Supplément 2: Importance d'une théorie des signes et critique du langage dans l'étude de la médecine, par F. G. Crookshank. [357-359] Index des sujets traités. [361-363] Index des noms.
Objectif de l'auteurLes auteurs veulent distinguer les deux fonctions du langage, la fonction référentielle (dont le but est de parler du monde de façon adéquate) et la fonction émotive. Ils entendent fonder une "science de la symbolisation" (Science of Symbolism) qui mobilise six règles (Canons of Symbolism) qui "déterminent l'emploi correct des mots dans le raisonnement", ce qui débouche sur un chapitre sur la définition qui servira de base au Basic English d'Ogden. Les philosophes et les scientifiques doivent apprendre à surmonter la confusion due à la double fonction du langage; ils doivent comprendre l'influence du langage sur la pensée et en conséquence se méfier du "pouvoir des mots".
Intérêt généralCet ouvrage a joué un rôle important en philosophie du langage au cours de la première moitié du XXe siècle. En témoignent les nombreuses rééditions. Il est plutôt considéré de nos jours comme un événement important mais daté. En linguistique, la reconnaissance de l'ouvrage est principalement due au triangle (nommé triangle of reference dans l'index des sujets traités) qui est appelé par les commentateurs parfois triangle de la signification, parfois triangle sémiotique. On remarque toutefois que ce triangle est souvent repris dans un "à peu près" qui au mieux le transforme, au pire le défigure (cf. Portine 1998), et qu'il est souvent considéré comme un prolongement de Saussure (voire la réparation d'un "oubli" de Saussure), alors que ce triangle est l'illustration pour Ogden et Richards de leur critique du structuralisme saussurien.
Parties du discoursLa terminologie des parties du discours est critiquée dans l'Appendice A (avec une assez longue citation de Ferdinand Brunot). L'innovation terminologique d'Ogden et Richards se situe plus dans le domaine de l'activité de langage: sign-situations, symbol situations.
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.Le triangle "Symbol - Thought or Référence - Referent". L'approche d'Ogden et Richards combine mentalisme et behavorisme (voir ci-dessous, la notion de sign-situation). Ce triangle illustre bien l'aspect mentaliste de leur approche. Une référence est "un ensemble de contextes extérieurs et psychologiques liant un processus mental à un référent". Une référence est susceptible d'être vraie ou fausse.
La notion de sign-situation. Cette notion repose sur la notion d'interprétation: notre interprétation de n'importe quel signe consiste en notre réaction psychologique à ce signe, réaction déterminée par nos expériences passées et par l'expérience présente au moment de l'interprétation. On a souvent vu dans cette conception un témoignage du behaviorisme d'Ogden et Richards (behaviorisme difficile à marier avec leur mentalisme). Mais le behaviorisme de l'époque est celui que Watson a initié dans son article de 1913 et n'est pas encore le behaviorisme skinnérien qui sert de référence aujourd'hui. De plus, ce n'est sans doute pas tant le refus de l'étude des états mentaux formulé par Watson que l'insistance sur l'environnement comme facteur explicatif qui intéresse Ogden et Richards.
Influence subieOgden a été influencé par Peirce et par Lady Welby, et surtout par Jeremy Bentham, même si les deux premiers sont plus largement cités dans The Meaning of Meaning. Une relative influence du behaviorisme watsonien semble se manifester. Wittgenstein a dû lui aussi jouer un rôle dans l'évolution de la pensée d'Ogden.
Influence exercéeL'ouvrage d'Ogden et Richards a influencé C. Morris. Il a en outre de toute évidence permis à certains de rétablir le rapport au monde absent chez Saussure (même si, comme nous l'avons vu, il est impossible de considérer sérieusement qu'Ogden et Richards complètent Saussure). Sans avoir de véritable postérité, The Meaning of Meaning a sans doute inspiré les travaux développant les fonctions du langage.
Renvois bibliographiques→ Références
Gordon W. T. 1990; Hörmann H. 1971 {p 144-147}; Morris C. 1946 {p. 291-301}; Nerlich B. & Clarke D. D. 1996 {p. 310-316}; Portine H. 1998; Wells R. 1961
Rédacteur

Portine, Henri

Création ou mise à jour2000