CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Regole grammaticali della volgar lingua

Fortunio, Giovanni Francesco

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires italiennes [3202]
Fac-similé(s)Google Livres (éd. 1541)
Biblioteca Italiana (éd. électronique 2003)
Texte(s)
Nom de l'auteurFortunio, Giovanni Francesco
Datation de l'auteurca 1470–1517
Biographie de l'auteurHumaniste italien né à Pordenone, mort à Ancona. Formation et activité juridiques: en 1497-1498, vicaire (juge des causes civiles et pénales) à Trieste et lieutenant; en 1499, avocat. 1501-1502: séjour à Venise. Il écrit des poésies (cf. l'églogue contenue dans le ms. Marciano it. Z 60, cc. 98-101) et entretient des relations avec des poètes et des hommes de lettres; en 1502 il prend la défense de l'humaniste Sabellico dans une lettre adressée à l'Académie vénitienne (Dionisotti 1938, 1968). Il s'occupe de grammaire; en 1509 il obtient de la République de Venise le privilège d'impression pour ses Regole grammaticali della volgar lingua qui ne seront imprimées à Ancone qu'en 1516. En 1517, il est élu podestat d'Ancone où il mourut la même année dans des conditions mystérieuses.
Titre de l'ouvrageRegole grammaticali della volgar lingua
Titre traduitRègles grammaticales de la langue "vulgaire"
Autre titreRegole grammaticali della volgar lingua
Remarques sur le titreLe titre de Regole entérine que le vulgaire, à l'instar du latin, est régi par des règles, ce qu'Alberti avait voulu démontrer 75 ans plus tôt.
Type de l'ouvrageGrammaire didactique.
Type indexéGrammaire didactique.
Original (date, lieu)Ancone, Bernardin Vercellese, 1516.
Période|16e s.|
Édition utilisée1516, Ancone, Bernardin Vercellese, in-4° env.; f. 1-5 non numérotées, f. I-XXXVI (numérotées au recto en chiffres romains), exemplaire de la Bibliothèque Palatine de Parme (E 8-6589).
Volumétrie5 feuillets non numérotés + 36 feuillets numérotés I-XXXVI. 2070 caractères par page.
Nombre de signes157 320
Reproduction moderneRegole grammaticali della volgar lingua, éd. Claudio Marazzini et Simone Fornara, Accademia San Marco, Pordenone, 1999: Introduzione (p. 7-31), reproduction en fac-similé de l'édition originale (p. 33-111), accompagnée de sa transcription et de notes (p. 113-200).
Regole grammaticali della volgar lingua, éd. Brian Richardson, Antenore, Rome-Padoue, 2001: Introduzione (p. IX-LXXXV), Agli studiosi della regolata volgar lingua (p. 3-11), libro 1 (p. 13-126), libro 2 (p. 127-185), Nota al testo (p. 189-212), Appunti sulla lingua (213-225), Indici (229-254).
DiffusionIl s'agit de la première grammaire éditée de la langue italienne, réimprimée 18 fois entre 1517 et 1565 (soit en moyenne une tous les trois ans), ce qui en fait, et de loin, la grammaire italienne la plus éditée à la Renaissance. Les Regole de Fortunio figurent, avec celles d'Acarisio, de Gabriele, de Corso et les Prose della volgar lingua de Bembo, dans la première anthologie de grammaires italiennes, éditée par Francesco Sansovino, Le osservationi della lingua volgare di diversi huomini illustri (Venise, 1562 puis 1565), et ouvrent le tome 2 du grand recueil en six volumes Della favella nobile d'Italia. imprimé à Venise en 1643, puis en 1644 (Lettura necessaria per chi vuole bene scrivere, e parlare in questa lingua).
Langue(s) cible(s)Italien.
MétalangueItalien.
Langue des exemplesItalien.
Sommaire de l'ouvragePréface (f. [1-5]), Livre I (f. I-XXI) nom: formation du pluriel; genre des adjectifs et substantifs (I-V); pronoms: formes pour les cas régis et formes pour les cas obliques, enclise, article (V-XI); verbes: conjugaisons, paradigmes verbaux: amare, scrivere, avere, essere (XI-XII), discussion de quelques désinences: -iamo (1re pers. plur. prés. ind.), o/a (1re pers. sing. imparf. ind.), arono,-arno,-aro,-orono (3e pers. plur. passé simple ind.), -ei/-ia (1re pers. sing. cond.), -essi, -esse, -este/-esti (types: tacessi/tacesti, dicesse, sareste/saresti); discussion de quelques formes particulières (volgo et volvo, volli et volsi, tacette et tacque, visto et veduto etc.), formation de l'infinitif (XII-XVII); adverbes: che et composés (accio' che, prima che, benché, come che, tutto che, avvegna che, ancor che, pero' che, perchè, finchè), quantunque, assai, unquanco, anco/anche, meno/manco, tosto/ratto, avaccio/presto/incontanente/immantenente, altrimenti/altramente, nulla/niente, mica, testè, via via, hora hora, più, guari, rado/raro, a passo a passo, quando che sia, tardo/tardi, affatto, sovente, quinci, quindi, là, qua, colà, costà, costi, costinci, quinci, quindi, ove, dove, altrove, onde, donde, altronde, dovunque, ovunque (XVII-XXII). Livre II (XXIII-XXXVI): orthographe, règles générales (XXIII-XV): deux consonnes intervocaliques à l'exception des suites avec liquide (santo non sancto, mais abbraccio et labbra), assimilation (dotto non docto, ammiro non admiro), renforcement (acqua, nocque mais aquila, aquilone), -sc-,-ss- (lasciare/lassare, bascio, etc.), e/i prétoniques et toniques (ispedire, rinasco, mais oppenione, selva pas silva); règles particulières à certains caractères: b-z (XXV-XXXVI); errata (XXXVI).
Objectif de l'auteurFortunio présente son oeuvre comme la première grammaire du "vulgaire" fondée sur les "choses vulgaires" de Dante, Pétrarque et Boccace (Dédicace). Dans les intentions de l'auteur, en plus des deux premiers livres édités (sur les 4 parties du discours: nom, pronom, verbe, adverbe) et sur l'orthographe, l'oeuvre aurait dû en compter trois autres (sur le lexique, la construction des verbes et la métrique). Convaincu de l'autonomie structurelle de la nouvelle langue par rapport au latin, Fortunio retient que ni la variété des usages existants ni l'archaïsme du corpus choisi ne constituent un obstacle à sa normalisation.
Intérêt généralFortunio utilise pour le "vulgaire" des méthodes critiques et interprétatives mises au point ou validées par la philologie humaniste dans le milieu latin: les règles linguistiques doivent se déduire de textes sûrs d'un point de vue philologique. C'est pourquoi dans le cours de l'exposé, Fortunio discute de leçons jugées erronées et propose, en suivant le modèle des castigationes, une série de corrections aux éditions aldines (1501-1502) de Dante et de Pétrarque par Bembo. En s'intéressant exclusivement à la langue écrite, Fortunio a comme objectif celui de fournir des règles univoques: il reconstruit dans ce but l'usage qui prévaut chez les grands du 14e s. En outre, il se sert souvent du critère de la rime pour choisir entre diverses formes et tend à éliminer toutes les variations mêmes celles qui sont justifiées d'un point de vue stylistique. Fortunio ne parle jamais de déclinaison nominale et réserve le terme et le concept de déclinaison pour les pronoms – une position exceptionnelle dans la grammaire italienne de la Renaissance (seuls Delminio et del Rosso la partagent, dans les années 1540).
Parties du discoursFortunio distingue 4 parties du discours nécessaires: nom, pronom, verbe et adverbe. L'adjectif "nome adiettivo" est traité avec le nom, l'article avec le pronom ("suivant en cela Priscien"), les participes avec le verbe tandis que les "conjonctions" et toutes les parties invariables sont incluses dans l'adverbe.
Innovations term.Les Regole de Fortunio offrent la première attestation connue de adverbialmente ‘adverbialement', derivato ‘dérivé', desinentia ‘désinence', (modo) desiderativo ‘optatif', dimostrativo ‘indicatif' et soggiontivo ‘subjonctif', genitivo ‘génitif', interrogativo ‘interrogatif', reciproco ‘réfléchi', scempiare ‘simplifier un groupe de deux consonnes identiques', semplice ‘simple', virgola ‘virgule', etc.
Corpus illustratifExemples littéraires tirés de Dante, Pétrarque, Boccace; Cino da Pistoia et Guido Cavalcanti sont cités une fois.
Indications compl.L'orthographe, à laquelle est réservé tout le second livre, est largement traitée. Les lettres sont considérées par ordre alphabétique. Fortunio insiste de façon particulière sur le redoublement consonantique.
Influence subieCelle des grammaires latines humanistes. Fortunio cite le De aspiratione de Pontano, mais les Elegantiae de Valla ont dû être prises en compte aussi. Fortunio croit en l'existence d'une grammaticalité intrinsèque du "vulgaire" qui est attestée dans les oeuvres de Dante, Pétrarque et Boccace: ces auteurs n'auraient pu traiter de "façon aussi harmonieuse" la langue vulgaire "sans quelque règle de mots grammaticaux"; il s'engage donc à extraire de leurs textes de telles règles amorçant ainsi le filon central de la tradition grammaticale italienne: celui fondé sur la langue des écrivains, en particulier des grands auteurs du 14e s. toscan.
Influence exercéeLes Regole ont eu un grand succès pendant tout le 16e s., probablement aussi à cause de la présentation structurée de l'exposition, de l'ordre alphabétique de la partie orthographique et de la richesse des exemples. Influence certaine sur Carlino, Delminio, Gabriele, Dolce, Matteo, etc.
Renvois bibliographiquesBarański Z., Lepschy A.-L. & Richardson B. (éd.) 1997; Belloni G. 1987; Dionisotti C. 1938, 1968; Floriani P. 1980; Fornara S. & Marazzini C. (éd.) 1999; Fornara S. 2003; Paccagnella I. 1987, 1991; Patota G. 1993; Petrilli R. 2009; Pistilli G. 1997; Pozzi M. 1978; Richardson B. 1997; Trabalza C. 1908 [1963] (p. 68-70); Trovato P. 1994 (p. 90-96); Vitale M. 1951; Werner E. 1994.
→ Références
Auteur de la noticeMaraschio, Nicoletta; Camugli-Gallardo, Catherine (trad.); Vallance, Laurent (rév.)
Création ou mise à jour2015-06 | 1998