CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Grammatica portugueza

Ribeiro, Júlio

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires portugaises et brésiliennes [3383]
Fac-similé(s)CTLF Images (1885, 2e éd.)
CTLF (PDF, 2e éd. 1885)
UNESP Biblioteca Digital (2e éd. 1885)
Texte(s)CTLF Textes
Nom de l'auteurRibeiro, Júlio
Datation de l'auteur10 avril 1845 – 1er novembre 1890
Biographie de l'auteurJúlio Ribeiro (Júlio César Ribeiro Vaugham), auteur de la Grammatica portugueza (1881), est né le 16 avril 1845 dans la ville de Sabará au Minas Gerais. Son père, George Washington Vaugham, un américain installé au Brésil, l’abandonne enfant ainsi que sa mère, Maria Francisca Ribeiro, une brésilienne, pour retourner aux États-Unis; raison probable pour laquelle Júlio n’a jamais utilisé le nom de son père. Júlio Ribeiro termine ses études primaires grâce au soutien de sa mère et s’inscrit à 17 ans à l’École militaire de Rio de Janeiro. Cependant, il ne termine pas ses études, quitte Rio de Janeiro et commence une carrière de professeur de langue portugaise à Lorena, dans l’état de São Paulo. En 1871, il épouse Sofia Aureliana de Souza, qu’il a connue lors d’un pélerinage et qui lui donne quatre enfants. Il vit alors à Campinas, également dans l’État de São Paulo, où il est professeur au Collège Culto à Ciência et journaliste. Devenu veuf en 1879, il se remarie avec Belisária do Amaral (cousine de Amadeu Amaral). En 1880, il s’installe à Capivari, toujours dans l’État de São Paulo après s’être brouillé avec le directeur du Collège Culto à Ciência. À un âge déjà avancé, il découvre qu’il est tuberculeux et s’installe à São Paulo, capitale de l’État, où il crée deux journaux: A Procelária et O Rebate; il occupe la chaire de latin du cours annexe de la faculté de droit. En 1888, peu de temps avant sa mort, il remplace Barão de Loreto à l’Institut d’enseignement secondaire de Rio de Janeiro. Il meurt le 1er novembre 1890 à Santos, État de São Paulo, ville dans laquelle il a déménagé une dernière fois à la recherche d’un climat plus favorable.
Titre de l'ouvrageGrammatica portugueza
Titre traduitGrammaire portugaise
Autre titreGrammatica portugueza
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive.
Type indexéGrammaire descriptive.
Original (date, lieu)1881, São Paulo, Teixeira & Irmão, éditeurs.
Période|19e s.|
Édition utilisée1885, Margão, Typographie d’Ultramar, 2e éd.
VolumétrieIn 8º, 362 p.
Nombre de signes300 000
Reproduction modernePas de reproduction moderne connue.
DiffusionIl existe 13 éditions de la “Grammatica Portugueza”. La première édition est publiée en 1881 par le typographe Jorge Seckler. La seconde paraît en 1885, cette fois chez l’éditeur Teixeira & Irmãos, avec le titre: “Seconde édition, refondée et très augmentée”. C’est dans cette édition que se trouve la célèbre préface dans laquelle Júlio Ribeiro se positionne contre les pratiques de la grammaire philosophique en s’inscrivant dans la grammaire scientifique et historico-comparative. La troisième édition est publiée après sa mort, en 1891, par le même éditeur que la seconde mais avec le titre suivant: “3e édition, révisée avec soin par João Vieira de Almeida, prof. de portugais à l’Ecole Normale de S.Paulo”. À partir de cette édition, le texte n’a apparemment plus été modifié. Toutefois les éditions suivantes n’ont plus été publiées par Teixeira & Irmãos. La 5e édition, par exemple, a été publiée par Miguel Melillo 99. La 7e, dont la date est inconnue, par N. Falcone & Compania. Enfin, la 9e édition de 1910 et la 13e de 1919 ont été publiées par la Librairie Francisco Alves & Companhia. Jusqu’à aujourd’hui, ces dernières éditions ne sont toujours pas disponibles pour l’analyse.
Langue(s) cible(s)Portugais.
MétalanguePortugais.
Langue des exemplesLes exemples sont pour la plupart en portugais, mais certains sont d’origine espagnole, française, grecque, italienne, latine et valaque (roumaine).
Sommaire de l'ouvrage[page blanche] [A]; [page blanche avec le cachet Livraria ‘Astréia’ Editora LTDA] [B]; [page blanche] [C]; [page de garde] [D]; [droits d’édition] [E]; [dédicace] [F]; [réponse aux critiques] [G]; Préface. p. I-V.
Première partie (p. 3-208). Lexicologie. p. 2. Premier Livre (p. 3-60): Éléments matériels des mots. 3. Première section – Phonétique: 3-12. Seconde section – Prosodie: 12-27. Troisième section – Orthographe: 27-61. Second Livre (p. 61-208): Éléments morphologiques des mots. 61: Première section – Taxéonomie [Taxeonomia]: 61-82. Seconde section – Kampenomie [Kampenomia] ou Ptosconomie [Ptosconomia]: 82-135. Troisième section – Étymologie: 135-208.
Deuxième partie (p. 209-332). Syntaxe – Généralités: 209-212. Premier Livre (p. 212-218): Syntaxe lexicale: 212 (Première section – Relation des mots entre eux: 212-218; Seconde section – Particularités du sujet, du prédicat et de l’objet: 216-218). Second Livre (p. 218-223): Syntaxe Logique: 218-219. Première section – Coordination: 219-221. Seconde section – Subordination: 221-223. Troisième livre (p. 224-315): Règles de syntaxe: Substantif: 224. Article: 224. Adjectif: 232. Pronom: 243. Verbe: 254. Négations: 298. Préposition: 301. Conjonction: 313. Adverbe: 313. Interjection: 315. Quatrième livre (p. 316-331): Ponctuation: 316-324. Ordre des mots et syntagmes dans la construction des phrases composées: 325. Style (figures de construction): 327. Défauts: 329.
Annexes. Agent indéterminé en roman: 333-343. L’article en portugais: 343-348. Aoriste: 348-351. Le groupe Kh: 351-354. Conjugaisons portugaises: 354-355. Note du réviseur: 356. Errata: 2 p. hors pagination. Table des matières: 357-362.
Objectif de l'auteurSelon la préface de la seconde édition, l’objectif de la “Grammatica Portugueza” est “d’exposer avec clarté les lois déduites des faits de la langue vernaculaire” (Ribeiro, 1885, p. I). Ribeiro, influencé par le darwinisme, défend la thèse selon laquelle les langues évoluent de la même façon que les espèces organiques. L’auteur présente ainsi deux tableaux: “sélection” et “classification généalogique” à partir desquels il compare l’évolution des langues et l’évolution des espèces organiques, ainsi que la structure des langues et la physiologie des espèces organiques. L’auteur entend que sa grammaire soit pionnière et s’écarte des anciennes grammaires portugaises qui ne sont que “des dissertations de métaphysique” (Ribeiro, 1885, p. I). Il est important de souligner que Ribeiro ne reconnaît comme objectif de la grammaire ni l’élaboration des lois et des règles ni la correction du langage. Il admet cependant que l’étude des faits de langage exposés dans les manuels facilite l’apprentissage.
Intérêt généralLa Grammatica Portugueza, bien qu’elle ne se définisse pas comme ouvrage pédagogique, se donne pour cible le public des professeurs de l’État de São Paulo (Vieira de Almeida, Serafim Mello et Thomaz Galhardo), comme le montre la dédicace de Ribeiro dans les premières pages de la seconde édition. Dans cette édition, il s’adresse aux professeurs et aussi à la critique à laquelle il lance un appel: “Je demande que la critique de cette grammaire soit argumentée, honnête et exigeante de façon à ce que je ne puisse la refuser.” (Ribeiro, 1885, f. G); il demande à la presse de rendre compte de toutes les critiques et tous les éloges de son ouvrage. Ce qui permet d’en déduire que l’ouvrage était destiné à tous ceux qui s’intéressaient, d’une manière ou d’une autre, aux études linguistiques, au-delà du domaine spécifique de la grammaire théorique.
Parties du discoursSelon Ribeiro, “§ 120. Les mots se divisent en huit groupes ou catégories: substantif, article, adjectif, pronom, verbe, adverbe, préposition et conjonction” (p. 61). L’auteur explique que “le participe est une partie intégrante du verbe et, comme tel, ne doit pas être une catégorie à part” (p. 62). Il explique aussi que “l’interjection, cri involontaire, instinctif, animal, ne représente pas une idée, ne constitue pas une partie du discours, est plus de l’ordre du son que du mot” (p. 62).
Innovations term.Gonçalves (2012) indique que le terme “taxionomia” est une nouveauté introduite par Ribeiro (1885) dans la grammaire brésilienne. On peut ajouter que les termes “Kampenomia” et “Ptoseonomia” ont été utilisés ultérieurement par d’autres auteurs, comme Maciel (1914) par exemple, même si Bastos (2012) affirme qu’ils n’existent que dans l’ouvrage de Ribeiro (1885).
Corpus illustratifLes exemples sont quasiment tous forgés par l’auteur. On trouve toutefois aussi des exemples extraits de la littérature portugaise de diverses époques: la poésie des troubadours de Dom Diniz du 14e s.; les ouvrages humanistes (des 15e et 16e s.) de Sá de Miranda, de Fernão Lopes et de Gil Vicente; ceux tirés de Antônio Vieira, auteur consacré du baroque portugais et brésilien, au 17e s; les ouvrages de certains auteurs contemporains - de sa grammaire – comme les romantiques Alexandre Herculano et Almeida Garret, et le réaliste Eça de Queirós, tous éminents auteurs portugais du 19e s. On remarquera surtout les exemples tirés de textes courants comme la Bible, de documents historiques et de livres venant d’autres domaines d’intérêt; enfin des exemples d’origine française, grecque ou italienne.
Indications compl.Voici les positions des chercheurs brésiliens qui ont étudié l’ouvrage de Ribeiro: Pour Elia (1975), il s’agit d’un ouvrage précurseur de la période dite scientifique de la grammatographie brésilienne; selon Fávero (2002), il représente une introduction de l’évolutionnisme biologique et de la méthode historico-comparative dans les études grammaticales brésiliennes; Leite (2005) le tient pour un pionnier de l’hyperlangue brésilienne permettant de montrer les différences entre portugais européen et brésilien; Orlandi (2000) le compte parmi ceux qui ont permis la consolidation du rôle d’auteur/ de la propriété intellectuelle des grammairiens brésiliens; Aquino (2016) affirme que Ribeiro est “un grammairien qui opte pour la grammaire historique et comparée en s’appuyant sur des interprétations non orthodoxes de l’objet central du comparatisme, à savoir le changement linguistique.
Influence subieL’ouvrage de Júlio Ribeiro présente des caractéristiques à la fois de la grammaire philosophique et la grammaire historico-comparative. Toutefois, dans la préface de la seconde édition, l’auteur tient à souligner la modernité de l’ouvrage notamment par son lien avec la théorie linguistique alors en vigueur en France, en Angleterre et en Allemagne. De très nombreux ouvrages métalinguistiques sont cités en notes de bas de page tout au long de la “Grammatica Portugueza”. Les principaux noms qui ont influencé Ribeiro et que celui-ci mentionne d’ailleurs dans la préface de la seconde édition, sont les suivants: Ayer (1876), Bastin (1878), Mason (1864), Bergman (1875), Brachet (1878), Burggraff (1863), Chassang (1873), Hovelacque (1877), Muller (1867), Bréal (1877), Guardia et Wierzeyski (1876) et les plus importants de tous, Whitney (1877) et Bain (1879) (cf. Cavaliere 2000). Parmi les étrangers de langue portugaise, Ribeiro cite des auteurs de grammaires et de dictionnaires, notamment Braga (1876) et Coelho (1870) figurant dans la dédicace et la préface. D’autres auteurs de langue portugaise sont cités, la plupart du temps de façon critique comme Barbosa (1871) et Reis (1858).
Influence exercéeL’ouvrage de Ribeiro (1885) a exercé une grande influence sur les grammairiens contemporains et ultérieurs. Pour cette raison, son horizon de projection, bien que considérable, est difficile à cerner. Cependant, certains cas plus représentatifs méritent d’être mentionnés, comme l’influence qu’il a exercé sur Francisco Adolpho Coelho (1891), Eduardo Carlos Pereira (1907) et Maximino Maciel (1914), auteurs qui le citent dans les préfaces de leurs ouvrages grammaticaux respectifs. Ou encore les simples mentions faites par des grammairiens comme Candido de Figueiredo (1920), Júlio Ribeiro (1920) e Silveira Bueno (1968). La grammatographie récente mentionne aussi Júlio Ribeiro: c’est notamment le cas de l’auteur brésilien Celso Pedro Luft (1996) et des auteurs portugaises Pilar Vazquez Cuesta et Maria Albertina Mendes da Luz (1971). L’ouvrage a eu une répercussion importante dans l’enseignement de la langue portugaise et a été adopté par le collège Pedro II entre 1882 et 1887 (Razzini 2010).
Renvois bibliographiquesAquino J.E.d. 2016; Bastos, N.M.B. 2012; Cavaliere R. 2000; Elia S. 1975; Fávero L.L. 2002; Gonçalves M.F.C. 2012; Leite M.Q. 2005; Maciel M. 1915, 1996 [1910, 1915]; Orlandi E. 2000; Pereira E.C. 1907; Razzini M.d.P.G. 2010.
→ Références
Auteur de la noticePrete, Mairus; Leite, Marli Quadros; Léon, Jacqueline (trad.)
Création ou mise à jour2017-05 | 1998