CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Grammatica Descriptiva

Maciel, Maximino de Araújo

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires portugaises et brésiliennes [3393]
Fac-similé(s)CTLF Images (1914, 5e éd.)
CTLF (PDF, 1914, 5e éd.)
UNESP (1914, 5e éd.)
Texte(s)
Nom de l'auteurMaciel, Maximino de Araújo
Datation de l'auteur1866–1923
Biographie de l'auteurMaciel, fils de João Paulo dos Santos et de Maria Clara dos Santos de Araújo, naquit le 20 avril 1866 à Rosário do Catete dans l'État de Sergipe et mourut à Rio de Janeiro le 2 mai 1923. Après des études secondaires au lycée Ateneu Sergipense, il obtint un diplôme de droit à Rio de Janeiro (1890 à1894) puis de médecine toujours à Rio de Janeiro (1896 à 1901). Philosophe, poète et pédagogue, il exerça la médecine et enseigna au Collège militaire où il fut nommé professeur titulaire de portugais en 1893. Il écrivit sur la botanique, l'agronomie, la médecine, la zoologie, la chimie et la philologie, notamment: un ouvrage de philologie portugaise (des essais descriptifs et historiques); une grammaire descriptive, un ouvrage sur la classification sociale (collection d'articles publiés dans le journal Debate); des leçons de botanique générale données au collège (Gymnasio Nacional); des notions d'agronomie (leçons complémentaires à celles sur la botanique); une thèse sur les proportions du corps humain; des leçons élémentaires de langue portugaise; un discours lors de la distribution des prix du Collège militaire de 1903; des éléments de chimie générale; des éléments de zoologie sur la faune brésilienne; enfin des travaux de médecine en français: «Valeur des différentes méthodes de traitement de la tuberculose», mémoire présenté au Congrès International de Paris; «La médication urique dans la tuberculose» (Revista Medico-Cirurgica do Brasil). Cf. Fávero & Molina 2006; Guimarães 1996; Leite 2012.
Titre de l'ouvrageGrammatica Descriptiva, baseada nas doutrinas modernas
Titre traduitGrammaire descriptive, basée sur les doctrines modernes
Autre titreGrammatica Descriptiva
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire analytique, descriptive ou expositive, prescriptive.
Type indexéGrammaire descriptive. Grammaire générale.
Original (date, lieu)1887, Rio de Janeiro, Typ. Central, de Evaristo Rodrigues da Costa.
Période|20e s.|
Édition utilisée12e éd. augmentée et corrigée, 1931, Rio de Janeiro.
Volumétrie498 pages [1.600 signes par page environ] augmentées de: une feuille de titre de l'ouvrage et des ouvrages de l'auteur [I-II]; une page de garde avec le nom de l'auteur [III-IV]; une feuille pour le Prologue de la 2e édition [V-VI]; une feuille comportant quelques lignes sur la 3e édition [VII-IX]; une feuille blanche et pour le Plan Synoptique [IX-X]; 10 pages d'Appendice, 5 pages pour l'Index des matières. La page de garde comporte le nom «Langue Portugaise» suivi du titre «Grammaire Descriptive, fondée sur les doctrines modernes» par le Dr. Maximino Maciel, originaire de Sergipe, formé en médecine et en droit, professeur titulaire du Collège Militaire, membre de la Société de Médecine et de Chirurgie de Rio de Janeiro, de l'Institut Historique et Géographie de Sergipe. Lex sum sermonis, linguarum regula certa, qui me non dedicit, caetera nulla petat (Bacon). Le Prologue de la 2e édition [V], quelques lignes sur la 3e édition [VII-IX] [et sur les éditions suivantes.
Nombre de signes837 200
Reproduction moderneAucune.
DiffusionLa première édition fut publiée en 1887 à Rio de Janeiro sous le titre de «Grammaire Analytique»; elle a subi de multiples modifications et fut rééditée «en 1894; une troisième édition de 1904, augmentée de nombreuses notes et résumés synoptiques, la quatrième en 1910 comportant en fin de volume une "Brève rétrospection sur l'enseignement de la langue portugaise" qui apparaît toujours dans les suivantes; la cinquième non datée; la sixième en 1916, augmentée et remaniée; la septième en 1918; la huitième en 1922, dernière parue durant la vie de l'auteur; puis les éditions posthumes: la neuvième en 1925, la dixième en 1926, la onzième en 1928 et la douzième – et probablement dernière – en 1931» (Moraes, 1977, p. 165).
Langue(s) cible(s)Portugais.
MétalanguePortugais avec une forte propension à utiliser le grec pour nommer les phénomènes linguistiques – processus de nomination affecté par le contact avec les sciences naturelles, auxquelles il emprunte nombre de noms de sa terminologie.
Langue des exemplesPortugais.
Sommaire de l'ouvrageNotions propédeutiques: [I], Phonologie et ses subdivisions. Phonétique [5], Phonèmes [6], Phonographie [22], Histoire des lettres [31], Prosodie [33], Quantité prosodique [33], Accentuation prosodique [35], Accentuation tonique [36], Accentuation double [41], Accentuation périspomène ou circonflexe [41], Métaplasme [44], Système étymologique [56], Système phonétique [57], Système mixte [58], Règles orthographiques [72], Aspect graphique du vocabulaire [74].
Lexiologie et ses subdivisions. Lexiologie [79], Morphologie: racine et affixes [80], Formules des thèmes [81], Structure des racines [82], Structure du vocabulaire [85], Fonction des préfixes [93], Préfixes latins [94], Préfixes grecs [ 97], Formes apparentées [98], Racines latines [99], Formes analogues [102], Homonymes: homographes, homophones [102-103], Taxinomie [116], Catégories grammaticales: substantif [116], Expression substantive [121], Expression personative [122], Adjectif [123], Pronom [131], Verbe [135], Personnes du verbe [138], Pronominalisation du verbe [140], Verbes irréguliers: forts, faibles et graphiques [142], Auxiliaires participes [144], Verbe redondant [145], Préposition [149], Adverbe [150], Conjonction [152], Interjection [156], Ptoséonomie [157], Genre des noms [158], Genre par hétéronymie [162], Flexion numérique [168], Pluriels divergents [170], Formes sigmatiques [172], Augmentatif organique [176], Augmentatif personatif [177], Augmentatif inorganique [177], Diminutifs organiques [178], Diminutifs érudits [179], Diminutifs personatifs [180], Fonction des degrés [180], Comparatifs inorganiques [182], Comparatifs organiques [183], Superlatifs [183], Superlatifs relatifs [184], Superlatifs organiques [184], Superlatifs divergents et convergents [186-187], Verbes déponents [193], Conjugaisons irrégulières anomales: Haver, ser, ir [200], Conjugaisons irrégulières anomales: ter, vir, estar [204], Graphies irrégulières et leurs lois [208], Irrégularités faibles et leurs lois [210], Irrégularités fortes et leurs lois [212], Étymologie [214], Le cas lexiogénique [224], Le sigmatisme du pluriel [224], Formes divergentes [225], Divergentes étrangères [229], Divergentes personatives [231], Formes convergentes [232], Formation vernaculaire [233], Dérivation vernaculaire [234], Dérivation organique [235], Dérivation inorganique [236].
Lexiologie des substantifs propres. Onomastique externe [242], Onomastique interne [243], Lexiogénie des adjectifs [243], Lexiogénie des pronoms [245], Lexiogénie des prépositions [246], Lexiogénie des adverbes [247], Lexiogénie des conjonctions [247], Lexiogénie de la conjugaison [248], Lexiogénie des verbes ser [être] et ir [aller] [255], Constitution du lexique [257], Langues subsidiaires du portugais [258], Langues subsidiaires [259], Altérations lexicales: néologismes [261], Archaïsmes irréversibles [267], Archaïsmes réversibles [269].
Syntaxologie et ses subdivisions. Syntaxe relationnelle [275], Concordance sémiotique [316], Article défini [318], Article indéfini [319], Syntaxe du verbe [345], Syntaxe de la préposition [349], Syntaxe de l'adverbe [350], Syntaxe des conjonctions [352], Syntaxe de l'interjection [353], Syntaxe phraséologique [354], Phraséologie [354], Proposition interferente [374], Transprédication du verbe [407], Syntaxe littéraire ou stylistique [420], Figures de syntaxe [423], Polysyndète, particules décoratives ou hypersyntactiques [430].
Sémiologie. Sémantique [468], Tropologie [477], Technique. Notations syntactiques [485], Notations objectives [486], Notations subjectives [488], Notations distinctives [489], Modèles d'analyse syntactique. Propositions simples [491], Analyse intégrale [496].
Objectif de l'auteurImprégné de l'esprit positiviste du 19e s., Maximino Maciel mit en pratique son expérience de détenteur de la chaire de portugais du Collège militaire, et participa au mouvement de grammatisation du brésilien initié par un groupe de linguistes du Collège Pedro II qui s'efforçaient d'éloigner le Brésil du Portugal, en prenant en compte l'évolution de la variété brésilienne de la langue portugaise à la lumière des théories modernes. Dans cet esprit et influencé par les études de sciences naturelles, Maciel écrivit «quatre titres de langue portugaise et sept de sciences naturelles, allant de la botanique générale, l'agronomie, la zoologie et la chimie au traitement de la turberculose» (Moraes 1997, p. 166) – l'auteur cherche à appliquer à l'analyse linguistique la méthode rigoureuse de ces sciences. On peut se rendre compte à quel point l'auteur était engagé dans son objectif au vu des changements observés au fil des éditions successives.
Intérêt généralAppliquer aux études grammaticales les préceptes du scientisme de l'époque et les «doctrines modernes» des courants naturaliste et comparatiste, notoirement liées aux sciences naturelles.
Parties du discoursSubstantif, adjectif, pronom, verbe, préposition, adverbe, conjonction, interjection, article. Le «numéral» apparaît comme une sous-classe de l'adjectif: les adjectifs numéraux (Maciel 1887, p. 94-95).
Innovations term.Maximino Maciel a fréquemment recours aux radicaux grecs pour créer certains termes comme ceux qui nomment les phénomènes linguistiques visant à classifier, ainsi: perispómenos, properispmenos, syntaxologia, lexiologia, ptoseonomia, sigmatismo, hypersyntactica, etc., de plus il crée des termes en portugais: expressão personativa, auxiliares participaes, augmentativo organico, augmentativo personativo, derivação inorganica, concordancia semiotica, transpedicação do verbo etc. Maximino donne le nom de «techniques» aux parties qui traitent de la ponctuation.
Corpus illustratifCertains exemples sont empruntés à la littérature (Garret, Camões, G. Dias, A. Herculano, P. Vieira, etc.), d'autres sont pris dans la doctrine: quand il parle de la «concordance sémiotique», Maciel cite João de Barros (Maciel 1931, p. 316). D'autres exemples, dont la source n'est pas identifiée, pourraient avoir été forgés par l'auteur. Il faut noter que dans cette édition, contrairement à la première, les auteurs sont cités en bas de page.
Indications compl.Maciel effectua de nombreuses modifications sur la 1re édition de la grammaire, plus succincte; les thèmes abordés dans l'une ou l'autre édition – phonologie, lexiologie, syntaxologie – sont traités de façon plus étendue dans les éditions ultérieures, mais les thèmes abordés sont les mêmes, par ex.: accentuation, pronoms, adjectifs, verbes; plusieurs termes sont orthographiés de façon différente: dans la première, on trouve «lexeologie», «taxéonomie», dans la seconde «lexiologie», «taxinomie». Des termes différents sont utilisés pour traiter du même sujet: dans la première «distribution des racines», dans la seconde «structure des racines»; dans la première, les adjectifs sont des «mots modificatifs», dans la seconde, des «adjectifs»; dans la première, pour parler de taxéonomie, l'auteur traite de kampénomie, terme qu'il ne mentionne pas quand il parle des verbes dans cette même édition. Quelques autres différences: dans la 1re édition, la phonologie est discutée en 31 items (la phonétique et les phonèmes sont traités ensemble), et dans la seconde, ils sont traités séparément en 46 items; la lexéologie est traitée en 100 items dans la première et la lexiologie et ses sous-divisions en 154 items dans la seconde; la syntaxologie, traitée en 55 items dans la première éd., l'est en 106 items dans la seconde; la 2e édition présente un développement sur «les modèles de l'analyse syntaxique» en 4 items, qui n'existe pas dans la première; il en est de même pour l'Appendice «Brève rétrospection sur l'enseignement de la langue portugaise». «Cette Brève rétrospection… constitue un panorama très clair de l'enseignement de la langue portugaise par les principaux spécialistes du 19e s., dont les ouvrages ont largement contribué au processus de grammatisation» (Fávero & Molina, 2006, p.183). Maximino Maciel fut un novateur dans le sens où il proposa des critères qui seront utilisés ultérieurement par les linguistes modernes, notamment pour les conjonctions. La définition de la conjonction comme «mot de connexion destiné à établir une relation entre deux propositions complètes ou incomplètes» (p. 103) ne le satisfait pas «parce qu'elle comporte l'idée implicite que la coordination entre les mots présuppose le déploiement de la proposition en termes coordonnés, considérés comme des représentants d'une structure elliptique, comme le fait la grammaire traditionnelle inspirée par la logique et comme le propose la grammaire générative» (Moraes 1997, p.170).
Influence subieL'influence subie se manifeste dans les hommages rendus à certains auteurs dans la dédicace ainsi que dans des citations tout au long de l'ouvrage. Dans la dédicace: Sylvio Romero, Pacheco Junior, Alfredo Gomes, Castro Lopes, Júlio Ribeiro, João Ribeiro, Fausto Barreto, Carlos de Laet, Adolpho Coelho, Theophilo Braga. Dans le texte: Augusto Freire da Silva (1906), Max Müller (1879); Franz Bopp (1833,1852), Michel Bréal (1904); Arsène Darmesteter (1891-1897, 1885), Abel Hovelacque (1882); Victor Henry (1894); Émile Egger (1880). Certains passages confirment l'influence subie, comme le montrent Fávero & Molina (2006): «Comme l'a montré Cavaliere [2000, p. 242], l'influence de Darmesteter est notable sur les grammairiens de l'époque (Maximino Maciel, João Ribeiro, Alfredo Gomes, Eduardo Carlos Pereira et autres). Il est fréquemment cité par Maximino» (p. 178); «Maximino [Maciel] ne parvient pas à se détacher totalement de l'héritage logiciste et divise la grammaire en général et particulier» (ibid.); «le fait qu'il présente la phonologie comme autonome n'est pas étonnant dans la mesure où il en était ainsi chez Adolfo Coelho et chez Epifânio. Il faut noter que la sémiologie ‘qui traite de la signification des mots dans toutes leurs manifestations’ (p. 467), contemporaine de Bréal, a déjà été abordée par Pacheco da Silva dans un ouvrage, Notions de sémantique, publié de façon posthume en 1903, où elle apparaît pour la première fois traitée de façon minutieuse» (p. 179); Maciel «attire l'attention sur l'attribution des fonctions du pronom se en expliquant comme Rodrigues Lobo, qu'il peut exercer la fonction de sujet indéterminé, dans une époque de purisme exacerbé où les débats sont vifs» (p. 183).
Influence exercéeLa première édition de l'ouvrage a été très critiquée; c'est pourquoi l'auteur l'a complètement refondue et rééditée en 1904. La nouvelle édition a été très bien reçue et fut adoptée dans de nombreux collèges au Brésil. En outre, il faut noter que Maciel a systématisé les études de la signification des mots, conférant ainsi à la systématisation de la sémiologie un caractère doctrinal. Maximino Maciel occupe une place particulière dans l'histoire des grammaires du 19e s., grâce à sa classification minutieuse des études grammaticales sous l'influence des sciences biologiques (Fávero & Molina 2006).
Renvois bibliographiquesBastos N.M.B. & Palma D.V. (éd.) 2006; Fávero L.L. & Molina M.A.G. 2006; Guimarães E. 1996; Leite G. 2012; Maciel M. 1996 [1910]; Moraes L.C.D.d. 1997.
→ Références
Auteur de la noticeLeite, Marli Quadros; Carvalho, Antonio Carlos S. de; Léon, Jacqueline (trad.)
Création ou mise à jour2016-02