CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Piſmenoſt ali Gramatika sa Perve Shole

Vodnik, Valentin

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires des langues slaves [3479]
Fac-similé(s)Slovnice in pravopisi (éd. 1811, PDF)
dLib.si (éd. 1811, PDF)
Google Livres (éd. 1811)
Texte(s)
Nom de l'auteurVodnik, Valentin
Datation de l'auteur1758–1819
Biographie de l'auteurVodnik est le premier parmi les plus importants poètes slovènes et le premier rédacteur slovène de textes journalistiques, grammairien, lexicographe, pédagogue, traducteur, terminologue (il a créé des terminologies slovènes pour plusieurs domaines). Né à Ljubljana, il s'est préparé pour l'école primaire chez les franciscains, il a fréquenté le lycée classique (où le latin occupait un rôle important) à Ljubljana de 1769 à 1775. De 1775 à 1784, il a été membre de l'Ordre Franciscain; à partir de 1778, il étudie la théologie et est ordonné prêtre en 1782. Après être rentré à Ljubljana en 1796, il est devenu, en tant que partisan du renouveau national slovène, l'un des membres plus importants du cercle de Žiga (Sigismundus) Zois. À partir de 1798, il est professeur au lycée à Ljubljana. Lors de la fondation des Provinces illyriennes en 1809, il fut professeur temporaire de français; après les réformes françaises du système éducatif en 1810 et 1811, il est devenu chef du lycée et des écoles primaires et professionnelles à Ljubljana. Après le retour au pouvoir, les autorités autrichiennes l'ont démis d'office en 1815, du fait qu'il était censé être politiquement peu fiable. Il a continué à traduire des décrets officiels. Selon les principes modernes de l'enregistrement du lexique slovène existant, il a préparé le dictionnaire manuscrit allemand-français Slowenisches Wörterbuch – Slovensek Besednjak (1804-1806) auquel il a fourni des compléments presque jusqu'à la fin de sa vie en 1819.
Titre de l'ouvragePiſmenoſt ali Gramatika sa Perve Shole
Titre traduitGrammaire pour les écoles primaires
Autre titrePiſmenoſt ali Gramatika sa Perve Shole
Remarques sur le titreLe titre original dans le manuscrit que Vodnik avait barré avant la publication était Pismenoſt, Piſmena Snadnoſt ali Gramatika sa Slovenſke Shole na Krajnſkimu ino Koroſhkimu v Ilirii (Science grammaticale ou grammaire pour les écoles slovènes en Carniole et Carinthie en Illyrie).
Type de l'ouvrageGrammaire didactique normative. Elle fut utilisée comme manuel scolaire dans l'enseignement du slovène et en même temps comme manuel pour les enseignants dans les écoles primaires et aux lycées. Elle fut utilisée après la réforme du système éducatif (1810-1811) en Carniole qui, du fait qu'elle faisait partie des Provinces illyriennes, fut sous administration française jusqu'au retour au pouvoir des autorités autrichiennes en 1813. Selon les idées de Vodnik, le slovène comme langue maternelle est devenu langue d'instruction dans les écoles primaires unifiées et secondaires et également, dans la dernière année, matière enseignée.
Type indexéGrammaire didactique.
Original (date, lieu)1811, Ljubljana, Janez Leopold Eger.
Période|19e s.|
Édition utilisée1811, Ljubljana, Janez Leopold Eger.
Volumétrie[VIII] + [8] + 190 p.
Nombre de signes145 000
Reproduction moderne
DiffusionComme la grammaire est écrite dans la métalangue slovène (et donc n'était pas au moins bilingue), elle n'était plus intéressante après le retour des autorités autrichiennes en raison d'une situation linguistique défavorable au slovène. La Préface et l'ode Ilirija oživljena («Illyrie ressuscitée») ont été éliminées de la plupart des exemplaires existants, ce qui montre qu'elle était utilisée de façon informelle pour l'enseignement de la langue slovène – probablement au lycée à Ljubljana après la création de la chaire de langue slovène en 1817, et ce au moins jusqu'à la publication des grammaires de Franc Metelko (1825, 1830) – et comme matériel de support pour les enseignants slovènes jusqu'à la publication des grammaires écrites en slovène (1847-1850). La grammaire a été publiée plus de trois décennies plus tard (1847) à Trieste comme manuel scolaire pour les classes inférieures; Vodnik y est indiqué comme auteur. Une version abrégée avec le titre partiellement modifié, Vodnikova krajnska pismenost okrajšana za male šole (Grammaire carniolienne de Vodnik abrégée pour les écoles primaires), a été préparée par Štefan Kociančič. La réédition de cette grammaire de 1854 est identique du point de vue du contenu. Sur le Littoral, la grammaire abrégée de Vodnik est restée en usage encore dans la seconde moitié du 19e s., alors qu'en Carniole elle n'était plus utilisée.
Langue(s) cible(s)Slovène.
MétalangueSlovène; des citations latines traduites en slovène sont parfois fournies. Dans la liste des termes ajoutée à la grammaire, les significations des termes linguistiques slovènes sont expliquées au moyen d'équivalents latins, parfois allemands aussi, exceptionnellement français ou russes.
Langue des exemplesSlovène; les exemples slovènes sont quelquefois traduits en allemand, exceptionnellement en latin, français ou italien.
Sommaire de l'ouvragePréface (p. III-VIII). Poème de Vodnik Illyrie ressuscitée (Iliria oshivlena) [8 p.]. Grammaire [Piſmenoſt ali Gramatika]: A. Phonologie [Zherke, Slòg, Pogòlt ‘opust, elipsa’] (2-8), accent d'intensité et accent tonique. B. Morphologie [Beſéde]: I. Substantif [Imé], genre [Spòl], nombre [Shtevilo ali zhiſlo] et cas [Pádesh] (9-13), déclinaison [Sklanjanje] des substantifs du genre masculin (14-23), neutre (23-27) et deux modèles des déclinaisons des substantifs de genre féminin (27-35); II. Adjectif [Perlòg], déclinaisons et degrés de comparaison [Stopnje mérjenja v' perlogih] (36-45); III. Numéral dans les usages substantif et adjectival [Shtevilne iména ino perlogi], types, déclinaison (45-55); III. (sic!) Pronom [Nameſtimé], types, déclinaison (55-63); IV. Verbe [Glagol], temps [Zhaſ: sdajni, pretekli, prihodni], personne [Lize], nombre [ſhtevilo], transitivité [prehájavni, neprehájavni glagoli], mode [znanivni naklòn 'indicatif', vgovorivni ali pogajavni 'conditionnel', velivni 'impératif', neokončavni 'infinitif'], voix [djavni/delovni, terpivni salog], aspect verbal [Podóba], conjugaison [Vpréga glagolska], verbe auxiliaire [Pomóshni glagol], substantif déverbal [Glagolſko imé], verbes irréguliers se terminant en -am, -em et -im (64-102); V. Participe [Deléshje] (102) (l'auteur explique que les traits verbaux et adjectivaux sont traités dans le chapitre sur le verbe et les spécificités syntagmatiques dans le chapitre sur la syntaxe); VI. Préposition [Predlòg]: types selon le cas qu'elles régissent (102-107); VII. Adverbe [Narézhje], types selon la question (107-111); VIII. Conjonction [Vés], 9 types (111-113); IX. Interjection [Medmèt], types selon les sentiments intérieurs (113-114). C. Syntaxe [Vésanje]: I. entre les mots [Sklad beſedi med ſebój] (115-135): usage de deux substantifs, de l'adjectif et du substantif etc.; II. de la proposition [Vésanje zelih isrékov ino ſtavkov]: ordre de mots dans la proposition et dans la phrase [ſtrok], ordre de mots non marqué et stylistiquement marqué, tableau montrant des alternances aspectuelles de verbes (135-147). D. Formation de mots [Isobrasenje beſéd] (148-163): composition, suffixation de substantifs, d'adjectifs, préfixation de verbes, significations de suffixes [perſtavkov], noms propres empruntés [Obras ptujih imén per nas]. E. Quantité syllabique [Glaſova mera]: mots monosyllabiques et polysyllabiques (163-164). F. Signes de ponctuation [Prepóne] (164-167). Liste slovène-latine (principalement bilingue) de termes linguistiques accompagnés parfois d'exemples [Pomén piſmenjih beſéd po abezednimu rédu]: B-Zh (168-187). Table des matières [Kasaviz sapopadka] (188-190). Corrections [Poprava] (190). D'importantes remarques sur la matière traitée se trouvent à la fin de chaque chapitre dans les sections Remarque(s), Note, Exception(s).
Objectif de l'auteurVodnik a voulu rédiger une grammaire normative de la langue slovène (carniolienne) littéraire qui aurait avant tout une valeur didactique. Il a réussi à dépasser l'état où la langue slovène ne pouvait être apprise qu'au moyen de grammaires étrangères, le plus souvent écrites en allemand. Il ressort de la Préface qu'il était convaincu qu'une bonne connaissance de la langue maternelle était le fondement d'une formation approfondie et de l'apprentissage de langues étrangères et qu'elle exerçait une influence positive sur le développement de la langue poétique slovène et sur le renforcement d'une identité nationale positive.
Intérêt généralC'est la première grammaire slovène qui n'utilise que le slovène comme la métalangue et le premier manuel scolaire slovène pour l'apprentissage de la langue maternelle. Pour la première fois dans l'histoire de la linguistique slovène, on peut observer une création systématique de la terminologie linguistique, ce que montrent le texte des explications et la liste slovène-latine à la fin de la grammaire (glossaire contenant 328 entrées et sous-entrées). La manière dont les termes sont expliqués et l'usage systématique des termes dans ce manuel scolaire indiquent qu'il s'agit d'une forme vulgarisée de la langue scientifique dans le domaine de la linguistique. Dans sa grammaire, Vodnik a découvert et rendu évident des lois originales du slovène: avant 1807, il aurait découvert l'accent tonique qu'il a présenté pour la première fois dans la grammaire; il était le premier à porter attention sur le niveau des constituants de la phrase; il a découvert des modèles originaux de formation de mots slovènes; il a dévoilé des aspects de la syntaxe de la langue slovène qui était, quant à la langue littéraire, trop influencée par l'allemand, etc.
Parties du discoursVodnik distingue 9 parties du discours [devet plemen beſedi]: substantif [ime] divisé en noms communs [narezhivne ali ſplóſhne] et propres [laſtne]; adjectif [perlog] comprenant aussi le numéral [ſhtevilno ime]; pronom [nameſtimé]; verbe [glágol]; participe [deléshje]; préposition [predlòg]; adverbe [narézhje]; conjonction [vès]; interjection [medmèt].
Innovations term.Les points de départ de Vodnik dans la création de la terminologie linguistique slovène sont le vieux-slave liturgique et le russe. Dans la Préface, Vodnik cite deux sources: la grammaire du vieux-slave liturgique de Meletij Smotrickij, Grammatiki slavenskija pravilnoe syntagma (1re édition en 1619 et de nombreuses reproductions) et la première grammaire importante de la langue russe littéraire de Mixail Vasilevič Lomonosov écrite en russe Rossijskaja Grammatika (1re édition en 1755), Lomonosov ayant lui-même emprunté un grand nombre de termes à la grammaire de Smotrickij. À travers la grammaire de Vodnik, beaucoup de ces termes sont entrés dans la tradition linguistique (grammaticale) slovène en tant que calques et emprunts; certains termes se sont maintenus, dans une forme presque identique, jusqu'à nos jours. Certains autres termes que Vodnik utilise dans sa grammaire et qui sont empruntés aux langues classiques ont été aussi adoptés par le bais des deux grammaires de Smotrickij et de Lomonosov.
Corpus illustratifPresque tous les exemples sont fournis en slovène, rarement en allemand, exceptionnellement en latin ou en italien. Quand Vodnik commente ses exemples, il établit un parallèle entre l'exemple slovène et l'état dans d'autres langues slaves ou en allemand, en français ou en italien. Bien des exemples sont identiques à ceux de la grammaire de Kopitar, Grammatik der Slavischen Sprache in Krain, Kärnten und Steyermark (1808), à laquelle Vodnik aurait apporté une grande quantité de matériel. On trouve les exemples tirés de Piſmenoſt aussi dans son manuel scolaire pour l'apprentissage du français, Pozhétki Grammatike, to je Piſmenoſti Franzoske gospoda Lhomonda (1811), et dans son manuel scolaire (manuscrit et inachevé) destiné à l'apprentissage de l'italien, Laſhka Piſmenoſt ali Gramatika sa Latinſke Franzoske ſhole v' Illirii (1811).
Indications compl.Les manuscrits conservés (différentes versions, extraits) montrent qu'avant 1807, Vodnik avait rédigé l'ébauche d'une grammaire slovène écrite en latin et ses premiers essais sur la grammaire en allemand. À la demande de Žiga Zois et à des fins pratiques, il a préparé, en 1807, une grammaire de la langue slovène écrite en allemand qui est restée manuscrite. Kopitar a utilisé le chapitre sur l'adverbe, la préposition, la conjonction et l'interjection rédigé par Vodnik dans sa grammaire de 1808. La grammaire de Vodnik écrite en allemand forme la base pour les trois premiers chapitres de sa Piſmenoſt (1811).
Influence subieVodnik connaissait l'édition de la grammaire de Bohorič préparée par Hipolit, Grammatica Latino-Germanico-Slavonica (1715), les manuscrits grammaticaux de Žiga Popovič, la grammaire de Marko Pohlin, Kraynska grammatika (1768, 1783) – dans laquelle les termes linguistiques avait été traduits en slovène pour la première fois dans l'histoire de la linguistique slovène –, la grammaire bilingue de Mihael Zagajšek, Slovennska grammatika oder Wendische Sprachlehre (1791) et, probablement aussi, la grammaire manuscrite de Jurij Japelj; toutes ces grammaires lui ont servi plutôt d'incitation que de modèles directs. Ce qui l'a poussé, de façon directe, à rédiger la grammaire, c'était le questionnaire sur la normalisation de la langue slovène (carniolienne) littéraire envoyé par le grammairien Janez Debevec (c'est dans sa grammaire manuscrite qu'on a trouvé le plan d'une grammaire slovène écrite en allemand rédigé par Vodnik). Une des raisons qui ont incité Vodnik à la rédaction de la grammaire fut probablement aussi le fait que la grammaire envisagée par Blaž Kumerdej a progressé trop lentement (on connaît les écrits de Vodnik où il se montre critique envers cette grammaire). La collaboration professionnelle entre Vodnik et Kopitar avant la parution de la grammaire de Kopitar (1808) a exercé une grande influence sur l'un et l'autre: par ex. Kopitar traite le substantif dans le même ordre que Vodnik; l'ordre de classes de verbes dans la catégorisation selon la forme au présent (selon l'ordre alphabétique des consonnes finales du radical) est le même chez Vodnik et chez Kopitar.
Piſmenoſt (1811) a subi l'influence de la grammaire du vieux-slave liturgique de Smotrickij et de la grammaire de la langue littéraire russe de Lomonosov (cf. supra). C'est dans les Élémens de la grammaire françoise par M. Lhomond, professeur Émérite en l'Université de Paris du grammairien et latiniste français Charles-François Lhomond que Vodnik a trouvé le modèle du traitement de la syntaxe des constituants de la phrase. Il a ensuite traduit l'ouvrage français et en a fait un manuel scolaire pour l'apprentissage du français (Pozhétki Gramatike to je Piſmenoſti Franzoske gospoda Lhomonda, 1811). L'influence des grammaires des langues romanes sur le traitement des constituants de la phrase en slovène est visible aussi dans la grammaire manuscrite inachevée Laſhka Piſmenoſt ali Gramatika sa Latinſke franzoske ſhole v'Illirii (1811). Il s'agit de la traduction de la grammaire italienne de Francesco Soave, Grammatica italiana ad uso delle scuole normali.
Influence exercéeLa grammaire a exercé une influence sur la langue scientifique et la terminologie des manuels scolaires écrits en slovène pour l'apprentissage du français (Pozhétki Gramatike, 1811) et de l'italien (Laſhka Piſmenoſt, inachevé, 1811). Fran Metelko a cité, dans sa grammaire Lehrgabäude der Slowenischen Sprache in Königreiche Illyrien und in den benachbarten Provinzen (1825) et dans une grammaire scolaire abrégée (1830), à côté des termes allemands, les termes de Vodnik désignant les cas et les parties du discours. Jusqu'à la fin de la première moitié du 19e s., les termes linguistiques de Vodnik paraissent dans les grammaires scolaires slovènes écrites en slovène: Jožef Muršec, Kratka slovenska slovnica za pervence (1847); Fran Malavašič, Slovenska slovnica za perve slovenske šole v mestih in na deželi (1849); Matija Majar, Slovnica za Slovence (1850). L'influence de la grammaire de Vodnik prend fin avec la 1re édition de la grammaire scolaire d'Anton Janežič, Slovenska slovnica s kratkim pregledom slovenskega slovstva ter malim cirilskim in glagolskim berilom za Slovence (1854). Les termes linguistiques (surtout grammaticaux) créés par Vodnik qui ont été maintenus dans la 2e édition (1863) et dans les éditions postérieures sont restés en usage jusqu'à nos jours.
Renvois bibliographiquesAndoljšek I. 1978; Bržan A. 2011; Costa E.H. (éd.) 1859; Derganc A. 2007; Dobrila H. 2003; Kidrič F. 1929; Kos J. & Toporišič J. 1986; Kos J. (éd.) 1988; Legan Ravnikar A. 2011; Modic I. 1909; Orel I. 2003; Orožen M. 1979; Pacek M. 2003; Pirnat M. 1986; Ramovš F. 1971; Schmidt V. 1962, 1963, 1964; Toporišič J. 1986, 1987; Vidmar L. 2010.
→ Références
Auteur de la noticeLegan Ravnikar, Andreja ( Version slovène de la notice); Mitja Trojar (trad.)
Création ou mise à jour2014-07