CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Theoretisch-praktische Windische Sprachlehre

Šmigoc, Janez Krstnik Leopold

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires des langues slaves [3480]
Fac-similé(s)Slovnice in pravopisi (éd. 1812, PDF)
dLib.si (éd. 1812, PDF)
Texte(s)
Nom de l'auteurŠmigoc, Janez Krstnik Leopold
Datation de l'auteur1787–1829
Biographie de l'auteurVariante du nom: Schmigoz, Johann Leopold. Grammairien, né à Gruškovec, dans la région des Haloze en Slovénie. À Graz, il a fréquenté le collège et le lycée, ensuite, il a fait des études de droit jusqu'en 1813. Lors de ses études, il était parmi les premiers membres de la Société slovène (Societas Slovenica) conçue en 1810 par Janez Nepomuk Primic. Il a étudié la grammaire de Jernej Kopitar et l'œuvre Slavin de Josef Dobrovský avec les autres membres de la société. En même temps, il a enseigné le slovène dans la maison d'un haut dignitaire politique, probablement gouverneur de la province de Styrie, Ignaz Maria von Attems (à qui la grammaire est dédiée). Šmigoc a rédigé sa grammaire sur la base de la préparation de ses cours de slovène. À cette époque, il a postulé pour le poste à la chaire de langue slovène nouvellement créée au lycée à Graz; ce poste a été occupé par la suite par Janez Nepomuk Primic.
De 1818 à 1822, Šmigoc a été magistrat municipal à Ptuj en Slovénie, de 1822 jusqu'à sa mort; il a été également administrateur du château de Ptuj, Il est mort à Ptuj.
Titre de l'ouvrageTheoretisch-praktische Windische Sprachlehre: durch viele Uebungstücke zum Uebersetzen erläutert, mit einer auserlesenen Sammlung von Gesprächen, und einem Radical-Wörterbuche versehen
Titre traduitGrammaire slovène théorique et pratique: expliquée à l'aide de nombreux exercices de traduction, accompagnée d'un recueil choisi de conversations et d'un vocabulaire de mots radicaux
Autre titreTheoretisch-praktische Windische Sprachlehre
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire didactique destinée aux adultes pour un usage pratique avec peu de théorie et de nombreux exercices, des exemples de conversations et un petit dictionnaire. Elle est destinée à tous les locuteurs de l'allemand possédant au moins une connaissance de base du latin; la connaissance du français et/ou de l'italien est envisagée aussi.
Type indexéGrammaire pour étrangers.
Original (date, lieu)1812, Graz, Aloys Tusch.
Période|19e s.|
Édition utilisée1812, Graz, Aloys Tusch.
Volumétrie[XVI +] 319 p.
Nombre de signes345 000
Reproduction moderne
DiffusionLa grammaire n'a été imprimée qu'une seule fois, elle est conservée en plusieurs exemplaires.
Langue(s) cible(s)Slovène.
MétalangueAllemand; pour désigner certains phénomènes linguistiques, Šmigoc utilise aussi des termes latins (surtout les termes désignant les cas), rarement des termes français.
Langue des exemplesSlovène; les exemples slovènes sont presque toujours traduits en allemand (à l'exception des exemples cités dans les notes, qui, eux, sont tirés de l'œuvre Knishiza spitavanya téh pet glavnih ſhtükov kershanskoga navüka, anon., Graz, 1777 [NUK 19508]), parfois en latin aussi, surtout pour préciser le sens dans le cas où il s'agit d'un mot polysémique en allemand. Dans le traitement de l'aspect verbal qui est littéralement copié de la grammaire de Kopitar (1809), on trouve quelques mots grecs aussi.
Sommaire de l'ouvrageDédicace (p. III-VI). Préface [Vorrede] (VII-X). Table des matières [Inhalt] (XI-XVI). I. Lettres et leur prononciation [Von den Buchstaben und der Aussprache derselben] (1-5). Accent [Von der Tonmessung] (5-6). Parties du discours [Von den Redentheilen] (6-7). Flexion: informations générales [Von den Abänderungen überhaupt] (7-8), flexion du substantif (8-37), de l'adjectif (37-46); du numéral (46-55), du pronom (55-65), du verbe (65-115). Adverbe (115-120). Préposition (120-123). Conjonction (123-124). Interjection (125-126). II. Syntaxe: des substantifs (126-145), des adjectifs (145-148), des numéraux (148-150), des pronoms (150-154), des verbes (154-167). Usage: des adverbes (167-168), des prépositions (168-172), des conjonctions (172-178). III. Collection de mots allemands-slovènes [Deutsch-Slowenische Wörter-Sammlung] (179-195). Conversations en société [Gespräche im Umgange zur Uibung im Slowenischreden, und zur Erhaltung der Geläufigkeit in der Slowenischen Sprache] (195-236). Texte Polsko délo (Le travail aux champs) pour traduire en allemand [Polsko délo, oder überhaupt die Beschäftigung der Slowenen, zur Uibersetzung ins Deutsche] (236-240). Vocabulaire [Kleines Wörterbuch] (242-320).
Objectif de l'auteurAvec cette grammaire, l'auteur veut donner la possibilité aux commerçants, fonctionnaires et prêtres germanophones d'apprendre le slovène dont ils ont besoin lors de leur travail dans la population slovénophone de la Monarchie de Habsbourg; en même temps, il veut prouver que le slovène n'est pas «une langue brute, défectueuse, irrégulière et difficile qui ne mérite pas d'être apprise». Il veut inciter les Slovènes à produire la littérature en langue slovène pour présenter ainsi sa richesse au reste du monde.
Intérêt généralIl s'agit de la première grammaire imprimée présentant la variante de la langue slovène de l'est de la Styrie. Surtout dans la morphologie, Šmigoc a pris la norme du centre de la Slovénie établie par Kopitar comme point de départ, mais dans les paradigmes, il ajoute des formes utilisées à l'est de la Styrie comme variantes; dans les notes aussi, il attire souvent l'attention sur les différences entre les deux variétés. Tandis que ce sont principalement les formes utilisées au centre de la Slovénie qui sont mises en évidence dans la partie sur la morphologie (ce que Šmigoc explique par le fait qu'il ait été absent de l'imprimerie lors de l'impression de la 1re partie), il utilise surtout les variantes utilisées dans l'est de Styrie dans les exemples cités dans la partie sur la syntaxe.
Parties du discoursŠmigoc distingue neuf parties du discours: substantif (das Hauptwort), adjectif (das Beiwort/das Beschaffenheitswort), numéral (das Zahlwort), pronom (das Fürwort), verbe (das Zeitwort), adverbe (das Nebenwort), préposition (das Vorwort), conjonction (das Bindewort) et interjection (das Empfindungswort).
Innovations term.Dans la plupart des cas, Šmigoc utilise les terminologies établies pour l'allemand et le latin; il traduit parfois les termes latins au moyen de descriptions.
Corpus illustratifDans l'aperçu sur la morphologie, Šmigoc tire la plupart des exemples de la grammaire de Kopitar (1809). Pour les exemples illustrant les paradigmes, qui sont différents de ceux de Kopitar, Šmigoc a pu avoir été influencé par la grammaire tchèque de Dobrovský. Dans les notes, il cite des extraits courts tirés de l'œuvre susmentionnée Knishiza spitavanya (1777) pour illustrer l'usage de certaines formes utilisées dans la variété de l'est de Styrie.
Indications compl.La grammaire est destinée à l'apprentissage du slovène; c'est pourquoi elle contient de nombreux exercices de traduction, une liste de mots de base thématiquement regroupés (entrées allemandes), un dictionnaire de mots radicaux, de mots dérivés et de mots composés (entrées slovènes) et des exemples de conversations; ces dernières avaient déjà été incluses dans quelques grammaires et dictionnaires antérieurs (Gregorio Alasia da Sommaripa, Marko Pohlin). La particularité de Šmigoc réside dans le fait qu'il s'agit de conversations dans un milieu bourgeois et séculier (composé d'hommes et femmes), et non seulement de la communication de base avec les gens appartenant aux classes inférieures.
Influence subieLa première partie de la grammaire (morphologie) se base sur la grammaire de Kopitar (1809), mais Šmigoc a considérablement simplifié les explications et les a adaptées à un usage didactique sauf pour l'explication de l'aspect verbal qu'il a reprise, sans changements, à la grammaire de Kopitar. Šmigoc s'appuie aussi sur Kopitar dans la classification des parties du discours. Dans les additions didactiques qui accompagnent la grammaire, Šmigoc suit, dans une large mesure, l'exemple de la grammaire française écrite en allemand de Johann Valentin Meidinger, Praktische französische Grammatik (1797), d'où il tire aussi des exemples de conversations. Il pourrait avoir choisi une approche fondée sur la formation de mots sous l'influence de Josef Dobrovský.
Influence exercéeLa grammaire paraît avoir incité Peter Dajnko à la rédaction de sa propre grammaire (1824); Anton Murko semble avoir incorporé, dans une large mesure, le lexique du vocabulaire dans son dictionnaire (1833).
Renvois bibliographiquesGlazer J. 1960; Orel I. 2003; Rajh B. 1984.
→ Références
Auteur de la noticeJelovšek, Alenka ( Version slovène de la notice); Trojar, Mitja (trad.)
Création ou mise à jour2014-07