CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Slovenska slovnica

Toporišič, Jože

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires des langues slaves [3485]
Fac-similé(s)Slovnice in pravopisi (éd. 1976, PDF)
Texte(s)
Nom de l'auteurToporišič, Jože
Datation de l'auteur1926–2014
Biographie de l'auteurJože Toporišič est un linguiste slovène, né à Mostec près de Brežice. Après l'école primaire (Dobova, 1933–1938), il a fréquenté le lycée classique à Maribor. Avant son baccalauréat, sa famille a été déportée en Silésie et en Pologne et c'est pour cette raison qu'il n'a terminé sa scolarité qu'après le retour en Slovénie. Après les études slaves (1947–1952) à la Faculté des Lettres à Ljubljana, il a travaillé comme aspirant-professeur (Novo mesto, 1953/4), puis comme lecteur de slovène à la Faculté des Lettres à Zagreb (1954–1965). Il a soutenu sa thèse intitulée Nazorska in oblikovna struktura Finžgarjeve proze (La structure de la vision du monde et de la forme de la prose de Finžgar) (1963), il est devenu maître de conférences (1966), puis professeur associé de langue slovène littéraire (1970) et professeur des universités (1976). Depuis 1963, il a aussi donné des cours (d'abord comme vacataire) à la Faculté des Lettres à Ljubljana. À son initiative, la chaire de langue slovène littéraire a été créée; il a été son premier directeur. Il a fait un cours de la grammaire et stylistique de la langue slovène littéraire à la Faculté des Sciences Sociales à Ljubljana (1972/3) et un cours de la langue littéraire slovène à l'Académie de théâtre, régie, radio, film et télévision à Ljubljana (1979). En tant que chercheur, il s'est perfectionné en faisant des stages à l'étranger: à Hambourg (1962/63), à Chicago; il a donné des cours à Graz, Berlin et Leipzig, Varsovie, Ratisbonne et Moscou. Les résultats de son travail polyvalent à tous les niveaux sur la structure de la langue sont présentés dans ses manuels: sa Slovenska slovnica (Grammaire slovène) (1976) est la seule œuvre grammaticale de référence de la seconde moitié du 20e s.; des éditions corrigées, révisées et actualisées sur la base de recherches scientifiques de l'auteur et de plus de 300 articles scientifiques ont été publiées en 1984, 1991, 2000 et 2004. Quant à ses activités dans le domaine de l'orthographe et l'orthoépie, il a participé surtout aux préparatifs pour le Slovar slovenskega knjižnega jezika (Dictionnaire de la langue littéraire slovène). En collaboration avec Jakob Rigler, il a publié Komentar k Načrtu pravil slovenskega pravopisa (Commentaire du Brouillon des règles d'orthographe slovène) (1977–1979), il a défendu les solutions proposées dans la discussion publique et dirigé le groupe chargé de rédaction des règles d'orthographe (parues en 1990) et du dictionnaire d'orthographe Slovenski pravopis (2001, 2003) dont il était le principal auteur.
Titre de l'ouvrageSlovenska slovnica
Titre traduitGrammaire slovène
Autre titreSlovenska slovnica
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire générale de la langue littéraire contemporaine englobant tous les niveaux linguistiques. Elle est souvent considérée comme une œuvre scientifique, même si elle ne fournit pas de preuves à l'appui de ses affirmations ou ne les soutient pas en s'appuyant sur des sources de références. Elle est basée sur l'approche structuraliste. Elle est conçue comme une grammaire synchronique de la langue slovène, des aspects diachroniques ne sont mentionnés que rarement (la quatrième édition de 2000 contient aussi un chapitre sur l'histoire de la langue slovène). Elle combine la description et la prescription, par endroits, elle entame aussi des problèmes d'orthographe (par ex. graphie des mots composés, ponctuation, etc.). Elle a été utilisée aussi comme manuel universitaire pour les étudiants de la langue slovène. Elle est destinée surtout aux locuteurs slovènes, le métalangage et l'explication elle-même réclamant un locuteur autonome de la langue slovène.
Type indexéGrammaire complète. Grammaire systématique.
Original (date, lieu)1976, Maribor, Obzorja.
Période|20e s.|
Édition utilisée1976, Maribor, Obzorja.
Volumétrie588 pages.
Nombre de signes1 500 000
Reproduction moderneCf. Diffusion.
DiffusionLa grammaire a connu 3 rééditions (complétées et partiellement refondues): la seconde édition complétée, 1984; la troisième édition (effectivement un reprint de la seconde édition), 1991; la quatrième édition actualisée et augmentée, 2000, second reprint, 2004. En Slovénie, cette grammaire représente une œuvre de référence. Si l'on tient compte des quatre éditions, la grammaire est actuellement l'œuvre la plus citée de la linguistique slovène.
Langue(s) cible(s)Slovène.
MétalangueSlovène.
Langue des exemplesSlovène.
Sommaire de l'ouvrageI. Registres de la langue slovène (p. 9–30): Notions de base (10); Registres sociaux (11); Registres fonctionnels (21); Registres selon le médium (27); Bibliographie (29). II. Phonologie (31–88): Phonologie en général (33); Sons selon leurs articulations, les caractéristiques acoustiques et la distribution (39); Voyelles (39); Sonantes (67); Non-sonantes (73); Consonnes en tableaux (83); Syntagmatique des phonèmes (84); Syllabe (86); Bibliographie (87). III. Lexicologie (89–108): Qu'est-ce que c'est que le mot? (90); Particularités dans la graphie (90); Mots et formes composés de plusieurs parties (92); Image acoustique et sens (93); Sens des mots (93); Types de mots (96); Bibliographie (106). IV. Formation des mots (109–174): Notions de base (114); Formations des mots substantifs (124); Formation des mots adjectivaux (147); Formation des verbes (158); Formation des adverbes (169); Formation des conjonctions et interjections (173); Bibliographie (173). V. Morphologie (175–404): Notions de base (192); Catégories morphologiques des mots déclinables (202); Mot substantif (208); Mot adjectival (252); Verbe (282); Adverbe (343); Prédicatif (347); Préposition (348); Mot conjonctif (362); Particule (384); Interjection (386); Bibliographie (401). VI. Syntaxe (405–545): Qu'est-ce qu'elle englobe? (418); Phrase et proposition (419); Formation de la phrase (422); Phonétique du texte (437); Proposition (462); Union de propositions (506); Bibliographie (543). Index (547–588).
Dans la 4e édition (2000), l'auteur a ajouté les chapitres VII, VIII et IX, la section Index de la 1re édition (1976) a été refondue dans la 4e édition (2000) et y est incluse comme chapitre X: VII. Communication (693–749): Généralités (695); Production (697); Émetteur (698); Texte (715); Destinateur (726); Conclusion (731); Pragmatique (731); Bibliographie (743). VIII. Langue slovène dans le temps (751–822): Généralités (755); Histoire de la langue slovène (755); Dialectes slovènes (777); Bibliographie (788); Langue slovène écrite (795); Bibliographie (807). IX. Problèmes contemporains de la langue littéraire et linguistique slovènes (823–859): Caractère panslovène de la langue littéraire (825); Base constitutive de la norme (826); Registres fonctionnels (826); Norme et prescription (827); Bibliographie (842).
Objectif de l'auteurL'auteur a ouvertement critiqué la grammaire slovène de 1956 (et l'édition complétée de 1964) qui était la grammaire slovène centrale avant la publication de sa grammaire. Avec la nouvelle grammaire il voulait non seulement corriger la description inadéquate de l'ancienne grammaire et la compléter ainsi, mais aussi considérablement élargir l'ancienne grammaire quant à la quantité de données considérées et la profondeur du traitement et rédiger une nouvelle grammaire fondamentale. Il a voulu rapprocher le traitement grammatical du slovène du traitement structuraliste moderne des autres langues en estimant que ce dernier était plus avancé et plus précis. Comme la grammaire de 1964 contenait un chapitre sur l'orthographe, Toporišič n'a évidemment pas eu l'intention de séparer complètement la grammaire de l'orthographe; il a pourtant voulu répartir les règles d'orthographe parmi les différents chapitres de la grammaire. Il a conçu la grammaire comme une œuvre normative pour déterminer la forme du slovène littéraire; c'est pourquoi il ne mentionne des éléments n'appartenant pas à la langue littéraire que sporadiquement et ils sont clairement distingués des éléments de la langue littéraire. En même temps, la grammaire devait servir de base à la rédaction de manuels scolaires. Dans la grammaire ainsi que dans ses autres œuvres, l'auteur a voulu introduire dans la linguistique slovène le plus de la terminologie linguistique slovène possible pour nommer de nouveaux concepts et aussi pour remplacer la terminologie empruntée à d'autres langues par une terminologie d'origine proprement slovène.
Intérêt généralPar rapport aux grammaires slovènes précédentes, la grammaire de Toporišič a considérablement élargi et perfectionné la description du slovène. Après sa publication, elle a été rapidement reconnue comme la grammaire centrale de la langue slovène et elle occupe encore aujourd'hui cette position, bien qu'elle soit relativement dépassée. Actuellement, elle reste toujours la grammaire la plus complète et celle qui a attiré le plus d'attention eu égard au nombre de citations des quatre éditions. Elle est citée par un nombre considérable d'articles scientifiques de la linguistique slovène ainsi que par beaucoup de manuels linguistiques pour les professionnels el le grand public. Ce dernier lui attribue souvent aussi un rôle normatif: l'ouvrage est souvent cité par les correcteurs d'épreuves comme le fondement de leurs décisions. Jusqu'à une époque récente, la plupart des manuels scolaires ont été basés sur lui. Dans la linguistique slovène, cette grammaire avec son approche structuraliste représente la rupture finale avec la linguistique traditionnelle.
Parties du discoursLa grammaire distingue 9 parties du discours: mot substantif, mot adjectival, verbe, adverbe, prédicatif, préposition, conjonction, particule et interjection. Le mot substantif regroupe les substantifs, les mots adjectivaux substantivés et les pronoms substantifs. Le mot adjectival regroupe les adjectifs, les numéraux et les pronoms adjectivaux. Les verbes sont répartis en formes verbales personnelles et impersonnelles. Les formes verbales impersonnelles comprennent les gérondifs, les participes, le substantif verbal, l'infinitif, le supin. Dans les éditions postérieures de la grammaire, le terme predikat, qui désigne le prédicatif, est remplacé par povedkovnik. Par rapport aux grammaires slovènes antérieures, Toporišič a introduit dans le traitement des parties du discours bon nombre d'innovations. Dans la classification, des critères syntaxiques et sémantiques ont été mis au premier plan. Dans les grammaires antérieures, le pronom et le numéral étaient traités comme des parties du discours indépendantes: dans cette grammaire, ils sont au contraire inclus dans les mots substantifs et les mots adjectivaux. La grammaire a introduit deux nouvelles parties du discours: le prédicatif et la particule.
Innovations term.Par rapport aux grammaires antérieures, la grammaire a introduit une quantité considérable de nouveaux termes linguistiques, surtout d'origine slovène (l'auteur les a appelés les théorèmes linguistiques de Jože Toporišič). Toporišič a effectivement pris pour modèle les grammairiens précédents et la tradition de la linguistique slovène, mais sa grammaire décrit des domaines qui n'avaient pas été traités dans les grammaires antérieures, ce qui a imposé l'introduction d'une nouvelle terminologie – surtout dans les domaines de la phonologie et de la formation des mots, domaines dans lesquels la terminologie a été considérablement complétée; les domaines de la communication et de la linguistique textuelle sont tout à fait nouveaux, mais ils étaient annoncés par les nombreux articles de l'auteur avant la publication de la grammaire. De nouveaux termes sont souvent formés à partir de la traduction directe des termes étrangers, surtout des termes tchèques, allemands et latins. La terminologie structuraliste tchèque a servi de modèle pour les innovations terminologiques aussi sur le plan conceptuel. Outre la terminologie nouvelle, l'œuvre contient aussi des termes qui avaient été utilisés préalablement, mais ils sont utilisés dans un sens différent de celui des grammaires antérieures. Par ex., le terme členek avait désigné auparavant des morphèmes indépendants ou liés ayant un caractère adverbial dépourvus de sens autonome, tandis que Toporišič introduit le členek comme une partie du discours indépendante qui établit un rapport entre le texte et le contexte, exprime des nuances de sens pour les mots, les parties de la proposition, etc.
Corpus illustratifEn ce qui concerne les phrases données en exemple, le corpus illustratif est pour la plus grande part tiré de la littérature slovène. Les exemples sont tirés des œuvres de 94 écrivains slovènes. Le corpus illustratif est constitué aussi de quelques textes modernes, de proverbes et de la littérature orale. Quelques exemples sont tirés aussi de grammaires et manuels d'orthographe antérieurs (Janežič; Slovenski pravopis 1962 et Slovenska slovnica 1964). Le corpus illustratif se compose surtout d'exemples appartenant au slovène standard et/ou littéraire.
Indications compl.Il s'agit principalement d'une grammaire de la langue slovène littéraire. Rares sont les éléments n'appartenant pas à la langue littéraire; le plus souvent, le choix des éléments non-littéraires est limité à ceux qui établissent une transition vers la langue littéraire. Quand des éléments de la langue parlée sont mentionnés, ils sont nettement distingués du système de la langue littéraire. Même si l'œuvre combine la description et la prescription, la grammaire joue un rôle assez fortement normatif et elle est perçue par le large public de slovénisants comme la référence pour la norme de la langue littéraire slovène moderne. La restriction au slovène littéraire n'est dépassée de façon systématique que sporadiquement, par ex. dans le chapitre sur les registres, dont une grande série est prise en compte. Dans l'édition de 2000, cette restriction est dépassée aussi au moyen d'ajout des chapitres Communication, Langue slovène dans le temps et Problèmes contemporains de la langue littéraire et linguistique slovènes.
Influence subieLa grammaire tient compte de constatations de toutes les grammaires slovènes antérieures. Dans la préface de la 4e édition, l'auteur lui-même décrit la grammaire comme le reflet du travail des slovénisants à partir du début du 20e s. Quant à la phonétique, l'œuvre aurait été considérablement influencée par Petar Guberina. La partie sur l'accent mélodique dans les paradigmes morphologiques est basée sur les œuvres de Jakob Rigler. Les diagrammes de la cavité buccale lors de la production de sons sont reproduites d'après l'œuvre de France Bezlaj. Pour d'autres thématiques, Toporišič s'est appuyé sur des sources diverses: sur Fran Ramovš pour les bases dialectales, surtout sur la linguistique tchèque de l'époque pour les registres fonctionnels, sur Anton Breznik et la linguistique tchèque contemporaine pour l'ordre de mots. De même, il a combiné de différentes sources pour les solutions concrètes, par ex. la distinction entre vraies prépositions et prépositions secondaires empruntée à Anton Breznik, le terme nedoločniški polstavek («semi-proposition infinitive ») emprunté à la linguistique tchèque. En imposant une terminologie d'origine slovène, Toporišič a suivi la tradition linguistique de Marko Pohlin jusqu'à Anton Janežič, Josip Šuman et Anton Breznik. Le traitement des particules dans la 4e édition (2000) suit, dans une large mesure, les grammaires tchèques et russes (par ex. la grammaire tchèque de Petr de 1986); le traitement des particules contenu dans la 1re édition, qui est retenu dans la 4e édition (2000) comme un des deux traitements alternatifs, n'aurait pas subi d'influence reconnaissable de la part d'autres grammaires. Le traitement du prédicatif et des morphèmes libres a été influencé par la linguistique tchèque de Prague ainsi que par d'autres grammaires slaves. Déjà dans la 1re édition de la grammaire, dans le sous-chapitre Formation de la phrase du chapitre Syntaxe, Toporišič introduit des éléments de la grammaire générative et transformationnelle, même s'il ne cite pas de sources. Généralement, la détermination des influences subies est rendue difficile, parce que les affirmations ne sont pas accompagnées de références, un choix de sources n'étant offert qu'à la fin des chapitres. Dans les articles scientifiques de l'auteur qui ont accompagné les éditions de la grammaire, deux auteurs slovènes, Stanislav Škrabec et Anton Breznik, sont les plus saillants quant au nombre de citations; parmi les œuvres étrangères, ce sont des œuvres tchèques et allemandes qui sont le plus souvent citées.
Influence exercéeLa grammaire de Toporišič représente la grammaire slovène intégrale la plus moderne et elle joue, en tant que telle, dans la plus grande partie de la linguistique scientifique slovène, le rôle du manuel général de référence. La plupart des articles des slovénisants scientifiques et professionnels ainsi que des manuels linguistiques destinés aux professionnels et au grand public font référence à cette grammaire. Le modèle accentuel de Toporišič, par exemple, reste dominant encore aujourd'hui: il figure dans presque tous les dictionnaires et manuels prescriptifs. Une grande partie des classifications et de la terminologie contenues dans la grammaire a été incorporée dans les règles d'orthographe Slovenski pravopis (Orthographe slovène) (1990/2001). Jusqu'à récemment, les rédacteurs de manuels scolaires aussi ont fait référence à la grammaire, c'est pourquoi toutes les générations qui ont fréquenté l'école après sa publication et jusqu'au début du 21e s. la connaissent. La grammaire scolaire de France Žagar Slovenska slovnica in jezikovna vadnica (Grammaire slovène et livret d'exercices linguistiques) (1985) qui a été largement utilisée dans l'éducation l'a suivie aussi. La grammaire de Toporišič a exercé une grande influence sur la formation de la langue littéraire slovène des dernières décennies. Selon certains critiques, certaines de ces influences auraient entravé le développement (naturel) du slovène. Les grammaires slovènes ultérieures font aussi référence à elle, par ex. les grammaires en métalangue anglaise Herrity (2000) et Greenberg (2006).
Renvois bibliographiquesCazinkić R. 2001, 2012; Dukič D. 2010; Dular J. 1978, 1986; Greenberg M.L. 2008; Herrity P. 2000; Jurgec P. 2011; Logar N. & Verovnik T. 2001; Orešnik J. 2013; Petr J. (éd.) 1986; Priestley T. 1993; Smolej M. 2009; Stankovska P. 2007; Toplak B. 2008; Toporišič J. (éd.) 1990, 2001; Toporišič J. 1965, 1974, 1977, 2007; Urbančič B. 1976; Verovnik T. 2004; Žagar F. 1985, 2009; Žele A. 2003, 2010.
→ Références
Auteur de la noticeMarušič, Franc; Žaucer, Rok ( Version slovène de la notice); Trojar, Mitja (trad.)
Création ou mise à jour2016-03