CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Vollständige und Neuerläuterte Deutsche Sprachkunst

Gottsched, Johann Christoph

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires allemandes [3512]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurGottsched, Johann Christoph
Datation de l'auteur1700–1766
Biographie de l'auteurSavant et auteur allemand, né à Juditten [près de Königsberg], mort à Leipzig. Après des études de théologie, de philosophie et de rhétorique à l'université de Königsberg, il s'établit à Leipzig en 1724. Nommé professeur de poésie en 1730, puis de logique et de métaphysique en 1734, il fut doyen et recteur de l'université de Leipzig à plusieurs reprises. Auteur de traités de poétique et de rhétorique, de poésies et de tragédies, éditeur de revues littéraires, il domina pendant longtemps la vie littéraire en Allemagne. Son œuvre linguistique, plus modeste en volume, comprend, outre sa grammaire de 1748, un abrégé de celle-ci (Kern der deutschen Sprachkunst, 1753) et un recueil d'observations lexicographiques, devant servir de base au dictionnaire de l'allemand qu'il se proposait de composer (Beobachtungen über den Gebrauch und Misbrauch [sic] vieler deutscher Wörter und Redensarten, 1758).
Titre de l'ouvrageVollständige und Neuerläuterte Deutsche Sprachkunst, Nach den Mustern der besten Schriftsteller des vorigen und itzigen Jahrhunderts abgefasset, und bey dieser fünften Auflage merklich verbessert, von Johann Christoph Gottscheden
Titre traduitGrammaire allemande complète et nouvellement expliquée, composée selon le modèle des meilleurs écrivains de ce siècle et du siècle dernier...
Autre titreVollständige und Neuerläuterte Deutsche Sprachkunst
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire normative de l'allemand, destinée aux germanophones, et notamment à la jeunesse.
Type indexéGrammaire normative.
Original (date, lieu)1748, Leipzig, Bernh. Christoph Breitkopf.
Période|18e s.|
Édition utilisée5e édition, 1762, Leipzig, Bernh. Christ. Breitkopf und Sohn.
Volumétrie[30 +] 734 [+ 26] pages, environ 2 030 signes par page, illustration avant la page de titre: portrait de l'auteur.
Nombre de signes1 603 700
Reproduction moderne1970, Hildesheim, Georg Olms [à partir d'un exemplaire de la première impression de l'édition de 1762, conservé à la Leopold-Sophien-Bibliothek d'Überlingen]. 1978-1980, Berlin, New York, de Gruyter, édition critique par H. Penzl à partir de la seconde impression de l'édition de 1762: Gottsched, Ausgewählte Werke, tome 8 en 3 volumes [vol. 3: Varianten und Kommentar].
DiffusionAux 6 éditions (1748, 1749, 1752, 1757, 1762, 1776, toutes Leipzig, Breitkopf), il convient d'ajouter une édition non autorisée 1775, Wien, Trattner et surtout la version abrégée, destinée à l'usage scolaire (Kern der deutschen Sprachkunst, 1753, Leipzig, Breitkopf, 8 éditions au total entre 1753 et 1777, sans compter plusieurs éditions non autorisées). Tant la Sprachkunst que l'abrégé furent traduits en plusieurs langues, dont le latin, le polonais, le russe et le français. Pour le français, il existe même trois versions/adaptations différentes, dont celle souvent attribuée à tort à Fr. M. Grimm (Le maître allemand, ou nouvelle grammaire allemande méthodique & raisonnée) connut 19 éditions, la dernière datant de 1830.
Langue(s) cible(s)Allemand.
MétalangueAllemand, avec de nombreux termes donnés également en latin.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageEpigraphe; privilèges; préfaces aux éd. de 1748, 1749, 1752, 1757 et 1762; texte organisé en quatre parties principales, précédées d'une introduction traitant des principes de grammaire, de la perfection d'une langue et des parties de la grammaire (p. 1-27): I. Die Rechtschreibung [orthographe], p. 28-150 [liste de mots d'orthographe douteuse, p. 114-150]; II. Die Wortforschung [étymologie], p. 151-398 [généralités sur les espèces de mots en allemand, puis présentation détaillée de chaque partie du discours]; III. Die Wortfügung [syntaxe], p. 399-558 [syntaxe des parties du discours, suivie d'un traité des figures de rhétorique, p. 532-537 et des listes de tournures idiomatiques et de proverbes], p. 538-558; IV. Die Tonmessung [prosodie, métrique], p. 559-672. S'y ajoutent trois appendices traitant de l'orthographe, p. [673]-734, ainsi qu'une liste alphabétique des termes latins utilisés avec les équivalents allemands [3 p.], un index nominum [6 p.] et un index rerum [17 p.]. Selon l'usage du temps, le texte grammatical proprement dit est augmenté de notes et de commentaires [imprimés en petits caractères].
Objectif de l'auteurGottsched cherche avant tout à décrire la forme écrite de la "hochdeutsche Mundart" [dialecte haut allemand], à partir des modèles littéraires [cf. le titre], en privilégiant la "obersächsische Mundart" [le haut saxon], et à établir de la sorte une norme écrite unifiée de l'allemand. Par le succès de sa grammaire, il contribua largement à imposer le haut saxon en tant que norme pour l'Allemagne toute entière.
Intérêt généralL'ouvrage est un document important du point de vue de la politique linguistique, moins sans doute du point de vue grammaticographique.
Parties du discoursL'auteur donne une description tout à fait conventionnelle de la langue allemande. Suivant fidèlement le modèle latin, il pose notamment l'existence de six cas pour l'allemand [contestée par Aichinger 1754] et reprend la classification traditionnelle des espèces de mots ainsi que l'analyse syntaxique en termes de parties du discours. Gottsched distingue neuf Arten von Wörtern oder Redetheilchen [espèces de mots ou petites parties du discours], qu'il regroupe en trois catégories selon la nature de nos idées [Gattungen von Gedanken]. L'article, le nom [Nennwort, subdivisé en Hauptwort et Beywort] et le pronom [Fürwort] servent à désigner les objets [Benennungen oder Namen der Dinge]; le verbe et le participe désignent l'action et la passion [Anzeigungen des Thuns und Leidens]. Enfin, l'adverbe, la préposition, la conjonction et l'interjection sont des mots qui indiquent la détermination [Bestimmungswörter].
Innovations term.Les termes unbestimmt et bestimmt pour la distinction entre article défini et indéfini semblent avoir été introduits par Gottsched. L'auteur propose d'autre part de distinguer selon des critères sémantiques entre pronoms personnels, possessifs, démonstratifs, interrogatifs, relatifs et "impropres" [persönliche, zueignende, anzeigende, fragende, beziehende, uneigentliche], sous-classification qui devait s'imposer par la suite.
Corpus illustratifExemples fabriqués d'une part, citations de prose et de poésie de divers auteurs, nommés ou non, de l'autre.
Indications compl.
Influence subieGottsched, qui dit avoir consacré plus de vingt-quatre ans à la rédaction de sa grammaire [cf. Aichinger 1754] et avoir consulté à cet effet l'ensemble des ouvrages des grammairiens l'ayant précédé, mentionne entre autres Varron, Donatus, Scaliger, Ickelsamer, Albertus, Clajus, Vossius, Scioppius, Schottelius, Stieler, Bödiker, Buffier, Plüsche [= Pluche] et Canz.
Influence exercéePendant plus de trente ans, jusqu'à la parution d'Adelung 1782, l'ouvrage fut la grammaire de référence en Allemagne, le "Schottelius de l'époque". Réception critique par les grammairiens de l'époque, dont Popowitsch et Aichinger.
Renvois bibliographiquesBrekle H.E. et al. 1992 (vol. 3, p. 281-307); Gessinger J. 1992; Jellinek M.H. 1968 [1913-1914]; Kaltz B. 1996; Mitchell P.M. & Cheubim D. 2009; ; Naumann B. 1983; Penzl H. 1980; Poppe E. 1983 (p. 224 sq.).
→ Références
Auteur de la noticeKaltz, Barbara
Création ou mise à jour2000