CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Theoretisch-praktische deutsche Grammatik

Heyse, Johann Christian

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires allemandes [3524]
Fac-similé(s)Google Livres (5e éd. 1844)
Texte(s)
Nom de l'auteurHeyse, Johann Christian
Datation de l'auteur1764–1829
Biographie de l'auteurGrammairien et lexicographe allemand, né à Nordhausen. Professeur, puis recteur de gymnasium et directeur d'école privée de jeunes filles (Nordhausen, Magdebourg). Membre actif des sociétés de défense de la langue allemande de Berlin et de Francfort. Il publia de nombreux articles sur l'enseignement de la langue allemande et des langues vivantes, et les nouvelles méthodes pédagogiques (Basedow, Pestalozzi, Salzmann); un dictionnaire d'emprunts de la langue allemande (Allgemeines Fremdwörterbuch, 1804) et sa version abrégée; de même qu'une importante grammaire scolaire de l'allemand en trois versions dès 1814. Nommé docteur honoris causa de l'Université de Greifswald (1824). Ses oeuvres furent revues et rééditées jusqu'au début du 20e s.
Nom de l'adaptateurHeyse, Karl Wilhelm; Heyse, Theodor; Heyse, Gustav
Datation de l'adaptateurHeyse, K. (1797-1855); Heyse, Th. (1803-1884); Heyse, G. (1809-1883)
Biographie de l'adaptateurHeyse, K. - Grammairien et lexicographe allemand, fils aîné de J. C. Heyse (voir notice 3520), né à Oldenbourg. Après le baccalauréat (1812), il enseigna à Vevey (Suisse); il devint le précepteur à Berlin du fils cadet de Guillaume de Humboldt, puis de celui de Felix Mendelssohn-Bartholdy. Il étudia à Berlin, où il fut marqué par F. A. Wolf, A. Böckh et K. P. Buttmann, mais il fut aussi un grand autodidacte. Il soutint fin 1826 à l'Université de Berlin sa thèse de philosophie sur Herodote et y fut nommé professeur "extraordinaire" (1829). Il dispensa de nombreux cours sur la Grèce ancienne et la littérature latine. Dans ses publications, il poursuivit l'œuvre de son père: l'édition des grammaires allemandes et des dictionnaires; Steinthal publia de manière posthume son System der Sprachwissenschaft (1856).
Heyse, Th. - Professeur, philologue et grammairien allemand, fils de J. C. Heyse, né à Oldenbourg. Il étudia à Berlin la philologie et la philosophie. Il fut l'un des grands collaborateurs de la grammaire de son père jusqu'à la mort de ce dernier (1829), et après 1855, à la mort de son frère Karl. Précepteur (à Altona), puis professeur en Suisse (à Lenzburg). À partir de 1832, il s'adonna en Italie à des recherches en philologie et en archéologie; il rentra en Allemagne en 1862, puis s'installa à Florence (1865) où il mourut.
Heyse, G. - Professeur de sciences naturelles, allemand, fils de J. C. Heyse, né à Nordhausen. Il quitta tôt l'école (1819) pour effectuer des études commerciales et s'engager dans la métallurgie dans la région du Harz et à Clausthal. Il étudia par la suite à l'Université de Göttingen (1830) et de Berlin (1832), en mathématiques et en sciences naturelles, et devint professeur à Aschersleben dans un établissement à orientation professionnelle (Realschule). Il poursuivit la réédition des grammaires et des dictionnaires familiaux dès son départ à la retraite (1862).
Titre de l'ouvrageTheoretisch-praktische deutsche Grammatik, oder Lehrbuch zum reinen und richtigen Sprechen, Lesen und Schreiben der deutschen Sprache nebst einer kurzen Geschichte und Verslehre derselben. Für den Schul- und Hausgebrauch bearbeitet von Johann Christian Heyse
Titre traduitGrammaire théorique et pratique, ou manuel pour l'apprentissage de la lecture, de l'écriture de la langue allemande, enrichie d'une brève histoire et d'un traité de versification de celle-ci
Autre titreTheoretisch-praktische deutsche Grammatik
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire scolaire, normative, non spéculative, à orientation pédagogique.
Type indexéGrammaire normative. Grammaire didactique.
Original (date, lieu)1814, Hanovre, chez les Frères Hahn (éditeurs).
Période|19e s.|
Édition utiliséeTroisième édition: 1827, Hanovre, chez les Frères Hahn (éditeurs).
VolumétrieFormat: 19,5 x 11,5 cm. 860 pages Environ 2 500 signes par page.
Nombre de signes2 150 000
Reproduction moderne
DiffusionGrammaire rééditée sous cette forme en 1829 (4e édition).
Langue(s) cible(s)Allemand.
MétalangueAllemand.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageReprise des anciennes préfaces des éditions de 1814, 1820 et 1825 (p. III- IX). La nouvelle préface (IX-XIV) insiste sur les nouveautés de l'édition. Introduction relative à la langue allemande, son histoire et aux dialectes (p. 1-85). Chap. 1. la phonétique ("Des lettres et de leur bonne prononciation") (86-105); 2. la morphologie ("De la formation des syllabes et des mots; et de leur bonne accentuation, ou de l'accentuation des syllabes, des mots et du discours") (108-120); 3. les parties du discours et la flexion (126-144); 4. l'orthographe (145-241); 5. l'article et son emploi (242-250); 6. le substantif et son emploi (251-299); 7. le pronom et son emploi (300-334); 8. l'adjectif et son emploi (335-382); 9. le numéral et son emploi (383-394); 10. le verbe et son emploi (395-518); 11. l'adverbe et son emploi (522-537); 12. la préposition et son emploi (538-587); 13. la conjonction (Binde-, Fügewort) et son emploi (588-608); 14. l'interjection et son emploi (630-632); 15. de la phrase (die Lehre vom Satz) (633-741) - de la proposition et de ses constituants (Glieder) (638-641) - de la suite des mots, naturelle et inversée (642-659); de l'union (Verbindung) et de l'enchaînement (Folge) des propositions (665-741); des périodes (720-741); 16. de la ponctuation (742-761); 17. de la versification (762-834); index alphabétique détaillé (835-859).
Objectif de l'auteurIl faut observer la volonté intégrative de cette nouvelle version de l'ouvrage, la préface insistant sur la nouveauté de cette édition qui veut moderniser de nombreux chapitres, et donner à la grammaire un caractère original par rapport aux autres grammaires scolaires en usage. Volonté d'intégrer de nouvelles analyses et classifications. Caractère homogène, synthétisant ces nouvelles approches.
Intérêt généralKarl Wilhelm Heyse réécrit les chapitres sur le substantif, l'adjectif, le verbe, ainsi que celui consacré à la métrique; Theodor Heyse ceux sur les parties du discours, l'article, le pronom, la conjonction, et la phrase (Satzlehre).
Parties du discoursTraitement des parties du discours: le nombre des parties du discours diminue à 9 par rapport à 1814, les numéraux figurant à nouveau parmi les adjectifs. Theodor Heyse procède à un regroupement ternaire, en fonction de leur caractère variable/déclinable (partes orationis ou parties fondamentales [Hauptarten]: substantif, article, pronom, adjectif, verbe) et invariable (particulae, ou parties secondaires [Nebenarten]: adverbe, préposition, conjonction), les interjections étant classées à part et étant aussi des parties secondaires. Les chapitres suivent en général le plan définition/classification/caractères flexionnels, morphologiques/rection. Les pronoms (chap. 7) sont classés en cinq catégories: les pronoms personnels, démonstratifs, définis, relatifs, interrogatifs. Quant au verbe (chap. 10), la grammaire ne reconnaît que trois modes: l'indicatif, le subjonctif (Konjunktiv au sens large), l'impératif. Les temps sont au nombre de six, classés en fonction de la phase: un présent, un passé et un futur de l'accompli et du non accompli. Le temps est une catégorie essentielle relevant de la nécessité, la grammaire s'inspirant ainsi de Roth (1799). Aucune allusion n'est faite à Steinheil, la filiation de la pensée n'est pas attestée. L'extension de la distinction temps relatif/non relatif au présent aux temps du futur est aussi présente chez Heinsius (1807, 1817). Dans un tableau, K.W. Heyse alourdit la présentation en y intégrant une distinction aspectuelle supplémentaire marquant l'inchoatif. La classification binaire des conjonctions (chap. 13) est nouvelle, supplantant la classification sémantique ancienne, et rejoint la présentation de Heinsius (1819), de Bernhardi (1825) et de Herling modifiée en 1825: en conjonctions de coordination, de subordination au sens large; quant à la subdivision ternaire des propositions subordonnées en propositions dites substantivales (Gegenstandsätze), adjectivales (Adjectivsätze) et adverbiales (Umstandssätze) selon leur commutation fonctionnelle, l'ouvrage rejoint Herling (1819). Ce principe de classification est intégré au chap. 15 traitant des relations de coordination et de subordination des propositions (beiordnende/unterordnende Verbindung). Mais Theodor Heyse modifie les dénominations et le contenu en préférant Gegenstandssätze à Substantivsätze pour rappeler le rôle intégratif de "daß" et une possible fonction objet; les propositions adjectivales sont tant des relatives, comme chez Herling, mais aussi d'autres structures dépourvues de base verbale. La fonction des parties du discours est présentée par rapport à la structure binaire de la proposition. Tandis qu'Adelung attribuait au substantif la fonction "sujet", et aux autres parties du discours la fonction prédicative, Heyse reconnaît que le sujet peut être exprimé par le substantif, l'article, le pronom, le numéral et l'adjectif dans la mesure où il constitue une entité avec le substantif. Le prédicat, second constituant majeur, comprend: l'adjectif; le verbe, exprimant en soi l'idée de prédicat; l'adverbe, déterminant le verbe; la préposition, traduisant le même contenu sémantique que l'adverbe, mais définie par sa relation avec un "objet"; et aussi les conjonctions, mais au niveau global de la phrase.
Innovations term.La grammaire donne pour chaque terme une désignation empruntée au latin avec sa correspondance en allemand (Präposition- Verhältniswort, Vorwort/Adjectiv - Beiwort, Beschaffenheits-, Eigenschaftswort, par ex.). Pour Karl Heyse, le temps du parfait est un présent de l'accompli (Praesens, vollkommene Handlung). La classification des dépendantes privilégie le terme de proposition objective (Gegenstandssatz) à celui de proposition substantivale (Substantivsatz) (cf. ci-dessus). Conception élargie du prédicat.
Corpus illustratifExemples tirés des grands auteurs reconnus, récents ou plus anciens, tels que Amberg, Arndt, Campe, Fichte, Goethe, Grimm, Kosegarten, Krüger, Luther, Schiller.
Indications compl.Description de la structure de la phrase: au plan théorique, la grammaire de Heyse fait encore appel au modèle de Girard. Mais à partir de 1825, quand Heyse analyse de manière concrète la structure de la phrase allemande, il se réfère à la place finale du verbe en se référant non à l'ordre logique, mais à l'ordre naturel pour l'allemand. Il distingue deux ordres naturels: par rapport à la place de la copule, en deuxième position dans la principale, et en dernière dans la dépendante. Ses définitions se font en fonction de la place du prédicat, la copule et le verbe encadrant les autres déterminations.
Exercices: des plus variés à la fin de chaque chapitre (de phonétique, d'orthographe, de morphologie et de syntaxe, relatifs aux différentes parties du discours et à la construction des phrases); nombreux exercices: à "trous", rétablir des accords ou des désinences, entraîner au bon usage des cas, des temps, des modes, compléter des constructions (verbales, nominales, rectionnelles par ex.), dépister dans un texte des fautes dont seul le nombre est indiqué. Cette édition est enrichie, à la fin de chaque chapitre, de questions de révisions des points les plus importants.
Influence subieInfluence subie: celle des frères Grimm, de F. A. Wolf, de K. F. Becker, de Grotefend; la préface renvoie aussi à son ami Herling - fondateur de la société de Francfort dont Heyse était également membre - à Schmitthenner, à Bernhardt. Influence du grammairien Boye et de Etzler (1796/1826).
Influence exercéeInfluence exercée: en particulier sur les autres membres de la Société de Francfort. Aire de diffusion large dans l'Allemagne du Nord. Cette édition servit de base de travail pour les éditions ultérieures de la version simplifiée de la grammaire scolaire (Schulgrammatik) de Karl Wilhelm Heyse.
Renvois bibliographiquesEhrhard A.-F. 1993, 1998; Erlinger H.D. 1989; Forsgren K.-Å. 1985, 1992; Glinz H. 1947; Haselbach G. 1966; Jäger G. 1973; Jellinek M.H. 1906, 1968 [1913, 1914]; Matthias A. 1907; Naumann B. 1983, 2009; Raumer R.v. 1965 [1870]; Vesper W. 1980.
→ Références
Auteur de la noticeEhrhard, Anne-Françoise
Création ou mise à jour2000