CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Elementa linguae daco-romanae sive valachicae

Clain de Sad, Samuil • Şincai, Gheorghe

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires roumaines [3703]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurClain de Sad, Samuil • Şincai, Gheorghe
Datation de l'auteurS. Clain de Sad (1745–1806); Gh. Şincai (1754-1816)
Biographie de l'auteurSamuil Clain de Sad (connu sous le nom de Samuil Micu) a été théologien, philologue, historien et philosophe roumain, influencé par la doctrine de l'époque des Lumières. Il a étudié au Collège Pazmaneum, fondé par Petrus Pázmány à Vienne. Entre 1777 et 1782/83, il enseigne au collège Sainte Barbara de Vienne et imprime ses premiers ouvrages en caractères latins. Il rentre en Transylvanie en 1783 et dédie son temps aux activités intellectuelles et culturelles.
Gheorghe (Gavril) Şincai a été philologue, historien, traducteur et poète transylvain. Il a étudié à Târgu Mureş, Cluj, Bistriţa, Rome et Vienne (où il a connu Samuil Micu). Entre 1782 et 1794, il a été le directeur des écoles nationales uniates. Samuil Micu et Gheorghe Şincai ont tous les deux fait partie de l'École transylvaine, un mouvement socioculturel influencé par la philosophie des Lumières, qui visait l'éducation du peuple roumain par la création d'une culture nationale moderne et l'obtention des droits civils et politiques pour les Roumains de Transylvanie (qui faisait partie à l'époque de l'Empire des Habsbourg).
Titre de l'ouvrageElementa linguae daco-romanae sive valachicae
Titre traduitEléments de la langue daco-roumaine ou valaque
Autre titreElementa linguae daco-romanae sive valachicae
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive, historique.
Type indexéGrammaire descriptive. Grammaire historique.
Original (date, lieu)1780, Vienne, les Presses de Joseph de Kurzböck (première édition).
Période|18e s.|
Édition utiliséeL'édition moderne (1980).
Volumétrie8 + 101 pages (l'édition de 1780), environ 1160 signes par page (env. 126 440 signes). 111 p. dans l'édition de 1805 (env. 128 760 signes).
Nombre de signes128 760
Reproduction moderneSamuil Micu, Gheorghe Şincai, Elementa linguae daco-romanae sive valachicae, étude introductive, traduction du latin et notes par M. Zdrenghea, 1980, Cluj, Editura Dacia.
DiffusionLa première édition a été écrite par Samuil Micu et «augmentée et ordonnée» par Gheorghe Şincai. La deuxième édition («améliorée, rendue plus facile et mieux ordonnée») est signée seulement par Gheorghe Şincai. Dans la préface de la deuxième édition, Gheorghe Şincai dit que tous les exemplaires de la première édition avaient été déjà vendus. Huit ans après la 1re édition, en 1788, Ioan Molnar de Müllersheim a publié à Vienne une version augmentée, écrite en allemand et en roumain.
Langue(s) cible(s)Roumain.
MétalangueLatin.
Langue des exemplesRoumain (les exemples sont traduits en latin).
Sommaire de l'ouvrageSommaire de la première édition, 1780; les pages sont celles de la version originale, rendue en fac-similé dans l'édition moderne) Avant- propos [1-8]. Première partie, Sur l'orthographe [1-9] – 1. Sur les lettres daco-roumaines et leur prononciation [1-8]; 2. Sur les diphtongues [8-9]; 3. Sur l'apostrophe ou l'abréviation [9]. Deuxième partie, Sur l'étymologie [10-60] – 1. Sur l'article [10-13]; 2. Sur le nom [13-15]; 3. Sur la déclinaison du substantif joint à un adjectif [15-18]; 4. Sur les genres du nom [18-19]. 5. Sur la formation du nominatif pluriel à partir du singulier [20-24]; 6. Sur la formation des noms féminins à partir des masculins [24-25]; 7. Sur l'élargissement et la réduction des sens des noms [25]. 8. Sur la comparaison [25-26]; 9. Sur les pronoms [26-32]; 10. Sur les nombres (numéraux) [33-34]; 11. Sur les verbes auxiliaires [34-37]; 12. Sur la conjugaison des verbes réguliers [37-52]; 13. Sur les verbes passifs, réciproques et irréguliers [52-53]; 14. Sur les adverbes [53-57]; 15. Sur les prépositions [58-59]; 16. Sur les conjonctions [59-60]; 17. Sur les interjections [60]. Troisième partie, Sur la syntaxe [61-70] – 1. Sur la syntaxe des articles [61-62]; 2. Sur la syntaxe des noms et pronoms [62- 65]; 3. Sur la syntaxe des verbes [66-70]. 4. Sur la syntaxe des adverbes, des prépositions, des conjonctions et des interjections [70]. Appendice, Sur la formation des mots daco-roumains à partir des mots latins [71-75]. Vocabulaire roumain et latin [76-86] (par catégories sémantiques). Guide de conversation [87-101]. Dans la deuxième édition (1805), augmentée, le chapitre sur la formation des mots roumains à partir des mots latins est placé à la fin de la première partie.
Objectif de l'auteurLes objectifs des auteurs ont été d'abord de démontrer l'origine latine de la langue roumaine et, par conséquent, la présence continue du peuple roumain dans la Transylvanie depuis l'époque romaine jusqu'à leur temps, et d'offrir aux Roumains et aux étrangers un bon manuel du roumain. C'est pourquoi les règles de grammaire sont complétées par un vocabulaire (organisé par domaines sémantiques) et un guide de conversation (des dialogues).
Intérêt généralLes Elementa linguae daco-romanae sive valachicae constituent la première grammaire imprimée de la langue roumaine. Les auteurs soutiennent l'origine latine et la romanité du roumain. Les fragments (mots, exemples) roumains sont écrits en caractères latins à l'époque où la plupart des textes roumains étaient écrits en caractères cyrilliques. Étant donné qu'en roumain il y avait des sons qui n'existaient pas en latin, Micu et Şincai ont dû trouver une solution pour les écrire. Dans la première édition (1780), la solution a été celle d'écrire les mots roumains sous une forme proche de l'étymon latin (l'orthographe étymologique). Les règles d'écriture et de prononciation des mots sont exposées dans la première partie de l'ouvrage et représentent, en fait, les principales lois de l'évolution des sons du latin au roumain; elles sont complétées par des règles morphologiques, dans le chapitre sur la formation des mots roumains à partir des mots latins. Dans la deuxième édition (1805), Gheorghe Şincai simplifie l'orthographe qui devient plus phonétique.
Parties du discoursLes mots sont groupés en 10 classes, qui ne sont pas définies. L'influence des grammaires latines est visible: l'ablatif est considéré comme un cas du roumain, tout comme en latin; le conditionnel est englobé dans le subjonctif (comme dans les grammaires latines). Les auteurs ont créé quelques formes qui n'existaient pas en roumain, à partir des structures verbales du latin. Mais, en général, leurs observations sont justes.
Innovations term.La terminologie est celle des grammaires latines.
Corpus illustratifLes exemples sont construits par les auteurs.
Indications compl.
Influence subieMicu et Şincai ont pris pour modèles les grammaires latines de l'époque. Par conséquent, ils ont essayé de trouver les correspondants roumains de toutes les catégories latines. Leur conception de la langue a subi l'influence des philosophes de l'époque, fortement inspirés par le rationalisme. N. A. Ursu (1971) soutient que Micu et Şincai ont eu comme modèle l'ouvrage de Georgio Nagy, Elementa linguae germanicae... ex optimis autoribus collecta a –, Vienne, 1775, rédigé sur l'ordre de Marie-Thérèse, afin que les élèves et les étudiants de Hongrie et de Transylvanie puissent apprendre l'allemand.
Influence exercéeCette grammaire a servi de source d'information à Friedrich Diez, l'auteur de la première grammaire comparée des langues romanes (1836-1844).
Renvois bibliographiquesGheţie I. 1978; Ionaşcu R. 1914 (p. 16-25); Iordan I. 1956a (p. 163-165), 1956b; Macrea D. 1978 (p. 9-21, Samuil Micu, p.22-30, Gheorghe Şincai); Rosetti A., Cazacu B. & Onu L. 1971; Şăineanu L. 1895 (p. 123-126); Steinke K. 1971; Ursu N.A. 1971; Zdrenghea M. 1980.
→ Références
Auteur de la noticeCroitor, Blanca
Création ou mise à jour2010-02