CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Gramatică românească

Heliade Rădulescu, Ion

ChapitreGrammaires des langues européennes modernes
Sous-chapitreGrammaires roumaines [3705]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurHeliade Rădulescu, Ion
Datation de l'auteur1802-1872
Biographie de l'auteurIon Heliade Rădulescu a été écrivain, philologue et homme politique roumain, membre fondateur et président de l'Académie roumaine. À partir de 1822, il a enseigné au Collège Sfântul Sava [Saint-Sava] de Bucarest. Il a fondé le premier journal des Principautés Roumaines (1829, Curierul românesc). Il a été membre de la «Société littéraire» qui promouvait la culture roumaine, la fondation des écoles roumaines, les journaux et les traductions en roumain.
Titre de l'ouvrageGramatică românească
Titre traduitGrammaire roumaine
Autre titreGramatică românească
Remarques sur le titreDans la version originale, le titre est en caractères cyrilliques.
Type de l'ouvrageGrammaire descriptive, didactique, normative.
Type indexéGrammaire descriptive. Grammaire didactique. Grammaire normative.
Original (date, lieu)1828, Sibiu, publiée avec l'aide de la «Société littéraire» (1re édition).
Période|19e s.|
Édition utiliséeLa plus récente édition (1980).
VolumétrieXXXIV + 166 p, dans la version originale. Dans l'édition moderne (1980), 403 pages (le texte est en caractères cyrilliques et en caractères latins). Environ 960 signes par page.
Nombre de signes192 000
Reproduction moderne1980, éditée par Valeria Guţu Romalo, Bucarest, Éditions Eminescu.
DiffusionLa grammaire a circulé en manuscrit quelques années avant sa publication, en 1828. En 1856, elle en était à sa 13e édition. Elle est devenue un ouvrage de référence pour les grammairiens. Il existe des similarités frappantes entre cette grammaire et une autre Grammaire roumaine (qui ne porte pas d'indication sur l'auteur), publiée pour la première fois en 1835 (la 13e édition est parue en 1859). Il s'agit du même texte, avec quelques variations, conçu comme une variante plus accessible de la grammaire de 1828 (qui s'adressait aux classes supérieures).
Langue(s) cible(s)Roumain.
MétalangueRoumain (en caractères cyrilliques).
Langue des exemplesRoumain.
Sommaire de l'ouvrageDédicace. Préface [III-XXXIV]. Qu'est-ce qu'est la grammaire et comment se divise-t-elle? [1-9] Ch. I: Pour le substantif [9-18]; Ch. I: Pour le pronom [18-21]; Ch. III: Pour l'adjectif [22-32]; Ch. IV: Pour l'article [32-37]; Ch. V: Pour le verbe [37-68]; Ch. VI: Pour le participe [68]; Ch. VII: Pour les prépositions [68-70]; Ch. VIII: Pour l'adverbe [70-71]; Ch. IX: Pour les conjonctions [71-72]; Ch. X: Pour les interjections [72-73]. La deuxième partie (La syntaxe) – Ch. I: La syntaxe du substantif [73-74]; Ch. II: La syntaxe du pronom [75-78]; Ch. III: L'accord des adjectifs avec les substantifs [78-82]; Ch. IV: La syntaxe de l'article [83-84]; Ch. V: La syntaxe du verbe [84-97]; Ch. VI: La syntaxe du participe [97-99]; Ch. VII: La syntaxe des prépositions [99-109]; Ch. VIII: La syntaxe de l'adverbe [110-112]; Ch. IX: La syntaxe de la conjonction [112-115]; Ch. X: Pour l'interjection ou sa syntaxe [115]; Ch. XI: Exercice d'analyse grammaticale [116-123]. La troisième partie – 1. Pour la construction [124-125]; 2. Exercice concernant les constructions [126-128]. La quatrième partie – 1. Pour les propositions [129-140]; 2. Exercice d'analyse logique [141-146]. La cinquième partie (L'orthographe) – Ch. I: Qu'est-ce qu'est l'orthographe? [147-149]; Ch. II: Pour les lettres, leur relation et leur prononciation [149-154]; Ch. III: L'utilisation des majuscules [154-155]; Ch. IV: Pour les syllabes [155-157]; Ch. V: Pour les signes ou la prosodie [157-159]; Ch. VI: Pour la ponctuation [160-166].
Objectif de l'auteurL'auteur avait besoin d'une grammaire roumaine pour le collège, mais aussi d'une grammaire unifiant la langue littéraire. Il était très jeune quand il l'a écrite et ses motivations étaient plutôt de nature didactique: il avait besoin d'une grammaire systématisée de la langue littéraire pour son activité de professeur au collège Sf. Sava. Après plusieurs années, en rétrospective, il considérait sa grammaire comme un moyen de promouvoir la culture roumaine.
Intérêt généralIon Heliade Rădulescu est considéré comme l'un des créateurs de la langue littéraire roumaine, non seulement par cette grammaire «de référence», mais aussi par toutes ses activités (de professeur, traducteur, écrivain, académicien). L'auteur propose une reforme de l'orthographe de la langue roumaine, fondée sur le principe phonétique; cette reforme représentait une étape nécessaire avant l'adoption de la graphie avec des caractères latins. Les règles grammaticales sont exposées d'une manière méthodique et claire, avec objectivité, en tenant compte des faits de langue. Ion Heliade Rădulescu connaissait bien les travaux étrangers, dont il emprunte les concepts. Sa grammaire a une logique interne de la description, qui justifie ses options. Par son influence sur les intellectuels roumains, elle a préparé les esprits pour l'unification de la langue littéraire roumaine. Elle fait partie des ouvrages qui montrent l'étape d'assimilation de la science moderne et de formation de l'esprit scientifique des Roumains.
Parties du discoursA la différence d'autres grammaires de l'époque, le substantif et l'adjectif sont décrits séparément, comme deux parties du discours distinctes (cette option a été expliquée par l'influence de Condillac). Le chapitre sur le substantif est clair et assez proche des descriptions modernes. Le chapitre concernant l'article est placé après le substantif, le pronom et l'adjectif, au lieu d'être place au début de la morphologie, et contient des règles précises et justes sur l'usage de l'article enclitique. Les paradigmes du verbe sont systématisés, les formes obsolètes n'étant pas incluses dans le tableau des flexions. Les sens des prépositions sont présentés en détail.
Innovations term.Beaucoup de termes sont empruntés au français, italien, latin ou grec (surtout si les mots grecs ont été déjà employés dans les autres langues). La plupart d'entre eux sont toujours utilisés dans les ouvrages de linguistique d'aujourd'hui (avec quelques modifications phonétiques ou morphologiques). Parfois les néologismes sont expliqués par un mot de la langue commune, mis entre parenthèses. L'auteur emploie aussi des termes qui avaient déjà été utilisés par ses prédécesseurs et des calques.
Corpus illustratifLes exemples sont construits par l'auteur ou traduits du français, car il considérait que la littérature roumaine n'offrait pas beaucoup de textes «importants». En plus, «la langue est vive, tous la connaissent» et tout le monde peut se rendre compte que les exemples sont corrects.
Indications compl.
Influence subieIon Heliade Rădulescu montre que ses modèles étaient les grammaires françaises de Condillac et Destutt de Tracy. Les linguistes ont prouvé qu'il a été très influencé aussi par les ouvrages de Ch. C. Le Tellier (l'auteur de plusieurs manuels très appréciés à l'époque). Tous ces modèles sont utilisés d'une manière sélective et critique. L'auteur connaissait aussi les ouvrages sur le grec et les grammaires roumaines publiées avant 1828, qu'il avait utilisées pendant son activité didactique. Par comparaison, sa grammaire est plus cohérente et plus moderne que les autres grammaires roumaines de l'époque.
Influence exercéeL'influence de cette grammaire s'est exercée avant qu'elle soit publiée, parce qu'elle était copiée en manuscrit et utilisée dans les écoles. Dès cette période, les anciens élèves de Ion Heliade Rădulescu enseignaient la grammaire roumaine d'après ses cours. Après 1828, la grammaire devient accessible non seulement pour les élèves de l'auteur, mais aussi pour tous les intellectuels intéressés par l'étude du roumain. Elle devient une grammaire de référence. Beaucoup des grammaires du 19e siècle l'ont pris pour modèle.
Renvois bibliographiquesAvram M. & Şuteu F. 1978; Guţu Romalo V. 1980; Iordan I. 1956 (p. 165-170); Macrea D. 1978 (p. 102-119, Ion Heliade Rădulescu); Rădulescu Sala M. & Sala M. 2007 (p. 439-440); Şăineanu L. 1895 (p. 141-146, 150-152).
→ Références
Auteur de la noticeCroitor, Blanca
Création ou mise à jour2010-02