CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Kitāb al-uṣūl

Ibn al-Sarrāğ Abū Bakr Muḥammad

ChapitreTraditions non occidentales
Sous-chapitreGrammaires arabes [4104]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurIbn al-Sarrāğ Abū Bakr Muḥammad
Datation de l'auteurMort en 928
Biographie de l'auteurSuite du nom: ibn Sirrī. Grammairien arabe, vraisemblablement né à Bagdad; il y étudia la grammaire et les belles-lettres dans le cercle d'al-Mubarrad (mort en 898), puis la logique et la musique avec le philosophe hellénisant al-Fārābī, ce qui lui vaudra les critiques de certains de ses pairs. Cela ne l'empêcha pas de faire une carrière brillante à Bagdad, où il occupa le "leadership" (ri'āsa) sur le milieu grammatical après al-Mubarrad et al-Zağğāğ (mort en 923). Il est l'auteur de plusieurs autres ouvrages de grammaire ou de philologie, dont une version abrégée du Kitāb al-uṣūl. Sa langue maternelle était vraisemblablement l'arabe bagdadien.
Titre de l'ouvrageKitāb al-uṣūl
Titre traduitLivre des fondements
Autre titreKitāb al-uṣūl
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageTraité de grammaire.
Type indexéTraité grammatical.
Original (date, lieu)Composition: début 10e s. Edition princeps par A. Fatalī, 1973, Bagdad, Ministère des Affaires culturelles.
Période|10e s.|
Édition utiliséeEdition A. Fatalī, 1re éd., 1975, Beyrouth, Mu'assasat al-Risāla.
VolumétrieIn-8°, 3 vol, 445 + 456 + 502 pages (réimpression de la princeps), 1300 signes/page.
Nombre de signes1 755 000
Reproduction moderne
DiffusionLe caractère novateur du Kitāb al-uṣūl lui vaut une grande notoriété - mais aussi des critiques - au 10e s. Il semble être tombé dans un oubli relatif (5 manuscrits seulement ont été conservés et aucun des 10 commentaires recensés ne nous est parvenu), éclipsé par les ouvrages des héritiers scientifiques d'Ibn al-Sarrāğ, notamment al-Fārisīet Ibn Ğinnī.
Langue(s) cible(s)Arabe.
MétalangueArabe.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvragePréliminaires: définition des parties du discours; flexion casuelle et modale; rection. Le nom. Noms au nominatif: thème et propos de la phrase nominale (détermination du thème, types de propos, antéposition du propos); sujet de la phrase verbale et cas particuliers (exclamatif, noms ayant une rection verbale). Noms à l'accusatif: compléments verbaux et assimilés; cas particuliers: verbes auxiliaires, particules de l'accusatif. Noms au génitif. "Dépendances" du nom (épithète, apposition...). Noms à flexion incomplète. Le verbe: flexion modale; les verbes sans flexion modale. Particule: classification sommaire (nombre d'éléments phonétiques) et brèves explications. Processus affectant la phrase: changement de l'ordre des mots, ellipse, manipulations syntaxiques diverses. Morphologie et phonologie verbales et nominales (pas de phonétique).
Objectif de l'auteurRassembler, selon un ordre systématique et reproductible, l'ensemble des règles générales qui permettent de "parler comme parlaient les Arabes", en laissant de côté les discussions spéculatives dépourvues d'utilité pratique.
Intérêt généralRupture avec l'approche intuitive et informelle des traités précédents et émergence d'un ordre d'exposition "canonique" dont l'ossature conceptuelle est fournie par la théorie de la rection, et qui entend reproduire l'organisation conceptuelle de la grammaire. L'ouvrage peut être considéré comme le texte fondateur de la tradition classique, plus encore que le Kitāb.
Parties du discoursTentative de définition du nom; introduction de la notion de prédication pour justifier la tripartition classique; les parties du discours sont explicitement utilisées comme grille de classement pour l'ensemble de la grammaire.
Innovations term.Tentative pour séparer plus clairement métalangage et langage-objet (référence aux "conventions terminologiques" des grammairiens); net progrès à cet égard sur les ouvrages antérieurs; l'évolution se poursuivra par la suite, notamment en ce qui concerne la terminologie de la prédication, qui reste encore flottante.
Corpus illustratifIl reprend largement celui du Kitāb (proportions non évaluées); tendance à la normalisation des exemples ad hoc.
Indications compl.
Influence subieNombreuses références implicites ou explicites à Sībawayhi et al-Mubarrad; usage de "technologies" empruntées à la tradition philosophique hellénisante (divisions exhaustives); importance nouvelle accordée à la notion de prédication (influence de la logique ?).
Influence exercéeFondamentale sur l'ensemble de la tradition arabe, mais occultée par le succès d'ouvrages postérieurs. L'organisation et la matière du Kitāb al-uṣūl sont reprises avec des aménagements au 10e s. dans l'īḍāḥ [L'Eclaircissement] d'al-Fārisī (mort en 987), lui-même commenté par ʿAbd al-Qāhir al-Ğurğānī (mort en 1078) dans son Muqtaṣad [Le juste milieu], qui est l'une des sources du Mufaṣṣal d'al-Zamaẖšarī.
Renvois bibliographiquesBohas G., Guillaume J.-P. & Kouloughli D.E. 1990 (p. 8-11); Guillaume J.-P. 1988 (p.31-33); Owens J. 1988, 1990; Versteegh K. 2009.
→ Références
Auteur de la noticeGuillaume, Jean-Patrick
Création ou mise à jour2012-03 | 2000