CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Al-Inṣāf fī masā'ili l-ẖilāf

Al-Anbārī Abū l-Barakāt ʿAbd al-Raḥmān

ChapitreTraditions non occidentales
Sous-chapitreGrammaires arabes [4109]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurAl-Anbārī Abū l-Barakāt ʿAbd al-Raḥmān
Datation de l'auteur1119–1181
Biographie de l'auteurSuite du nom: ibn Muḥammad. Grammairien arabe et juriste, né à al-Anbār (Bas-Iraq), mort à Bagdad. Il étudia le droit et les belles-lettres (dont faisaient partie les disciplines linguistiques) à la prestigieuse université Niżāmiyya de Bagdad, où il enseigna à son tour, faisant une brillante carrière. Dans ses dernières années, il se retira de la vie active pour pratiquer l'ascèse (zuhd). Il laissa une production très abondante, consacrée surtout aux disciplines linguistiques, ainsi qu'à la théologie et au droit; outre l'ouvrage dont il est question ici, on lui doit notamment un recueil de questions grammaticales, les Asrār al-ʿarabiyya ("Les secrets de l'arabité"). Sa langue maternelle était l'arabe iraqien.
Titre de l'ouvrageInṣāf (al-) fī masā'ili l-ẖilāf bayna l-naḥwiyyīna l-baṣriyyīna wa-l-kūfiyyīna
Titre traduitL'arbitrage équitable au sujet des questions controversées entre les grammairiens de Baṣra et ceux de Kūfa
Autre titreAl-Inṣāf fī masā'ili l-ẖilāf
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageControverse grammaticale (genre surtout attesté dans le domaine juridique, mais déjà connu en grammaire).
Type indexéControverse grammaticale.
Original (date, lieu)Composition: 2e moitié du 12e s. Edition princeps en 1913 par G. Weil, Leiden, E. J. Brill.
Période|12e s.|
Édition utiliséeEdition de M. M. ʿAbd al-Ḥamīd, réimpr. Beyrouth, 1976, Dār al-Ğīl.
Volumétrie2 volumes in-8°, 880 pages (pagination continue), 1200 signes par page.
Nombre de signes1 000 000
Reproduction moderne
Diffusion5 manuscrits recensés (d'après GAL), ce qui indique une diffusion assez limitée; grande célébrité chez les arabisants occidentaux, grâce aux travaux de Weil, qui ont focalisé la réflexion sur la "querelle des deux écoles".
Langue(s) cible(s)Arabe.
MétalangueArabe.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage se compose de 121 "questions" portant chacune sur un point particulier; autant qu'on puisse en juger compte tenu du caractère discontinu et ponctuel des questions traitées, leur classement semble vaguement inspiré de l'ordre canonique (parties du discours, flexion du nom, flexion du verbe, morpho-phonologie), mais avec de nombreux écarts. A l'intérieur de chaque question, un bref exposé des positions en présence est suivi par l'argumentation des Kūfiens, puis par celle des Baṣriens, contenant en général la réfutation des arguments de leurs adversaires. Une telle démarche assure par défaut le dernier mot aux Baṣriens; toutefois, dans les rares cas où l'auteur prend parti pour les Kūfiens (e.g. question 18), l'argumentation des Baṣriens est suivie d'une réfutation de leurs positions.
Objectif de l'auteurFournir une exposition exhaustive du corpus des questions controversées entre les deux écoles. Mais la finalité implicite semble être surtout de conforter et d'homogénéiser le modèle canonique en signalant comme "kūfiennes" des positions jugées désormais incompatibles avec ce modèle, lors même qu'elles ont été partagées dans des états plus anciens de la théorie par des grammairiens classés comme baṣriens.
Intérêt généralL'ouvrage doit être traité avec une grande prudence en tant que document sur la controverse historique (8e-9e s.) entre Baṣriens et Kūfiens: al-Anbārī tend à réinterpréter les positions en présence dans le cadre théorique qui lui est contemporain, et à attribuer aux Baṣriens celles qu'il considère compatibles avec ce cadre. Ces derniers se voient par conséquent conférer une homogénéité factice, faisant contraste avec l'hétérogénéité des positions kūfiennes. Cela étant, l'ouvrage donne une idée assez riche des discussions à travers lesquelles s'est élaboré le cadre canonique. En ce qui concerne notamment la théorie de la rection, al-Anbārī s'attache à la ramener à un petit nombre de principes généraux et explicites, au nom desquels il est amené à rejeter de nombreuses analyses présentes dans la tradition, aussi bien chez les Baṣriens que chez les Kūfiens.
Parties du discoursPlusieurs discussions sur la catégorisation de certains morphèmes, considérés par les uns comme des noms et par les autres comme des verbes: exclamatifs niʿma et bi'sa (quest. 14), exclamatifs de la forme 'afʿal (quest. 15), ḥāšā employé comme exceptif (quest. 37), ou tantôt comme des noms et tantôt comme des particules: rubba (quest. 121).
Innovations term.
Corpus illustratif502 vers-témoins dont la plupart réapparaissent dans la littérature grammaticale antérieure et/ou postérieure (d'après les gloses de l'édition ʿAbd al-Ḥamīd); environ 600 citations coraniques; nombreux exemples et anti-exemples ad hoc.
Indications compl.
Influence subieEn ce qui concerne la forme, l'auteur affirme s'inspirer des traités consacrés aux "questions controversées" (iẖtilāf) entre écoles juridiques (cf. "Préface"), et souligne la "nouveauté" de ce type d'ouvrages en grammaire (ce qui n'est pas entièrement vrai). En ce qui concerne le contenu: pratiquement pas d'ouvrages cités; tout se passe comme s'il se reposait sur une "tradition vivante" transmise par les grammairiens de Bagdad.
Influence exercéeOuvrage rarement cité.
Renvois bibliographiquesFleisch H. 1961 (chap. I); Guillaume J.-P. 2011 (p. 68-69); Weil G. 1913.
→ Références
Auteur de la noticeGuillaume, Jean-Patrick
Création ou mise à jour2012-03 | 2000