CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Tolkāppiyam

Tolkāppiyaṉār

ChapitreTraditions non occidentales
Sous-chapitreTradition grammaticale tamoule [4351]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurTolkāppiyaṉār
Datation de l'auteurEntre le 3e s. a.C. et le 5e s. p.C.
Biographie de l'auteurGrammairien tamoul sur lequel nous avons quelques informations par la préface de son livre. Il est également mentionné dans quelques récits postérieurs, qui semblent légendaires. Selon Nacciṉārkkiṉiyar (voir notice 4358), son nom aurait été Tiraṇatūmākkiṉi (sk. Triṇadhūmāgni) et il aurait été fils du ṛṣi Camatakkiṉi (sk. Jamadagni). Il aurait été l'un des douze disciples de Agastya, auteur de la première grammaire tamoule (perdue ou mythique) et le maître aurait maudit son disciple à la suite de certaines péripéties; mais Agastya n'est pas cité par le Tolkāppiyam. On a postulé que Tolkāppiyaṉār était un auteur jain. Les récits qui l'entourent pourraient être une manière de le rendre acceptable à une orthodoxie hindoue en voie de constitution. Des raisons internes et externes font penser qu'il serait du Sud du Kerala (Travancore). Les dates proposées pour lui vont du 3e s. a.C. au 5e s. p.C.
Nom de l'adaptateurIḷampūraṇar
Datation de l'adaptateur
Biographie de l'adaptateurLe texte est généralement disponible avec les explications d'un commentateur [voir notices 4352, 4357 et 4358]. Seul l'un d'entre eux, Iḷampūraṇar a commenté la totalité du Tolkāppiyam. Grammairien tamoul qui est le plus ancien des commentateurs du Tolkāppiyam et le seul à en avoir commenté la totalité. Ni sa biographie, ni l'époque à laquelle il a vécu, ne sont connues. Les commentateurs ultérieurs le désignent généralement par le titre de Uraiyāciriyar "Le Commentateur". Comme plusieurs autres grammairiens, il semble avoir été de religion jain. La plupart des auteurs modernes le situent au 12e s. mais T.P. Meenakshisundaram pense qu'il appartient au 10e ou 11e s. De plus, il faut savoir que le découpage du texte varie selon les commentateurs.
Titre de l'ouvrageTolkāppiyam
Titre traduitAncien poème/traité
Autre titreTolkāppiyam
Remarques sur le titreCe titre semble se découper en tol "ancien" et kāppiyam "poème, traité" (sk. kāvya). La désignation de l'auteur est dérivée de celle de son ouvrage. D'autres font dériver inversement le titre de l'ouvrage du nom de l'auteur, qui viendrait lui même du nom d'un clan: tolkāppiyakkuṭi. Les trois parties du Tolkāppiyam ont pour noms respectifs Eḻuttatikāram "Livre des Lettres" (TE), Collatikāram "Livre des Mots" (TC), PoruḷatikKāram "Livre des Matières Poétiques" (TP).
Type de l'ouvrageGrammaire en vers (mètre: āciriyappā).
Type indexéTraité en vers.
Original (date, lieu)Les dates proposées pour la composition du Tolkāppiyam vont du 3e s. a.C. jusqu'au 5e s. p.C. Il a ensuite la plupart du temps été disponible accompagné d'un commentaire. La première édition du texte seul est celle de Cāmuvēl Piḷḷai en 1858. C'est à la même époque (19e s.) qu'apparaissent aussi les premières éditions des parties du Tolkāppiyam, accompagnées de l'un ou l'autre des commentaires.
Période|-5e s.|-4e s.|-3e s.|
Édition utiliséePour le texte du Tolkāppiyam seul, sans commentaire, l'édition de référence est Murray S. Rajam, 1957, Madras.
VolumétrieL'édition fait 120 pages, c'est-à-dire environ 4 000 lignes, ou encore environ 150 000 signes, en translittération, dont la moitié pour le troisième livre, le Livre des Matières, qui est consacré à la Poétique, dont il ne sera pas question ici.
Nombre de signes150 000
Reproduction moderneL'édition Murray Rajam été réimprimée en 1981, par New Century Book House, Madras.
DiffusionIl n'existe pas de catalogue général des manuscrits tamouls, qui sont généralement sur feuilles de palme; il est donc impossible de donner des renseignements sur la fréquence des différentes œuvres. On peut cependant noter que la U.V. Swaminatha Iyer Library (Madras), qui a été fondée autour des collections du plus important éditeur de textes tamouls classiques, possède deux manuscrits du Tolkāppiyam sans commentaire, tandis que la bibliothèque du monastère de Tiruvāvaṭutuṟai, autre lieu historiquement important, en possède un.
Langue(s) cible(s)Le tamoul poétique (ceyyuḷ) et le tamoul courant (vaṣakku), cette dernière expression renvoyant quand même à la langue des catégories supérieures (uyarntōr) de la population, comme l'explique l'un des sūtra-s du dernier chapitre du Tolkāppiyam (TP, marapiyal, 94).
MétalangueLe tamoul poétique. Il est à noter que le texte du Tolkāppiyam ne contient pas d'exemples, ceux-ci étant laissés au commentaire oral.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageI. Livre des Lettres (TE: Eṣuttatikāram [483 sūtra-s]): 1. règles générales (nūṉ marapu) [33 sū.], 2. règles sur [la structure] des mots (moṣimarapu) [49 sū.], 3. génération [des sons] (piṟappiyal) [21 sū.], 4. union [des sons] (puṇariyal) [40 sū.], 5. combinaison [des mots] (tokaimarapu) [30 sū.], 6. morphèmes (urupiyal) [30 sū.], 7. exceptions vocaliques (uyirmayaṅkiyal) [93 sū.], 8. exceptions consonantiques (puḷḷi mayaṅkiyal) [110 sū.], 9. unions avec le u ultra-bref (kuṟṟiyalukarap puṇariyal) [77 sū.].
II. Livre des Mots (TC: Collatikāram [463 sū.]): 1. constitution des paroles (kiḷaviyākkam) [62 sū.], 2. cas (vēṟṟumaiyiyal) [22 sū.], 3. exceptions casuelles (vēṟṟumai mayaṅkiyal) [35 sū.], 4. règles du vocatif (viḷi marapu) [37 sū.], 5. noms (peyar iyal) [43 sū.], 6. verbes (viṉai iyal) [51 sū.], 7. particules (iṭai iyal) [48 sū.], 8. "mots propres" (uri iyal) [98 sū.], 9. reste (eccaviyal) [67 sū.].
III. Livre des Matières (TP: Poruḷatikāram [656 sū.]): 1. Les genres intimes (akattiyal) [58 sū.], 2. Les genres extimes (puṟattiyal) [30 sū.], 3. amour prémarital (kaḷaviyal) [51 sū.], 4. amour marital (kaṟpiyal) [53 sū.], 5. les thèmes (poruḷiyal) [52 sū.], 6. les sentiments (meyppāṭṭiyal) [27 sū.], 7. la comparaison (uvamaviyal) [38 sū.], 8. la prosodie (ceyyuḷiyal) [235 sū.], 9. les usages (marapiyal) [112 sū.].
Objectif de l'auteurSelon la préface du Tolkāppiyam, qui est due à Paṉampāraṉār, l'objet de l'ouvrage est une présentation du savoir sur les "Lettres", les "Mots" et les "Matières", concernant la langue courante et la langue poétique en usage dans le pays tamoul, dont les limites géographiques, au Nord et au Sud, sont aussi précisées par la préface.
Intérêt généralA l'époque du Tolkāppiyam, et contrairement à ce que l'on constatera au millénaire suivant, l'objet d'étude est le savoir poétique dans sa globalité, dont les livres de phonétique-phonologie (TE) et de morphologie-syntaxe (TC) ne sont pas le couronnement, celui-ci étant le livre sur la poétique. La transmission de ce savoir suppose de disposer d'un ouvrage de synthèse, qui en aborde tous les aspects.
Parties du discoursLa tradition tamoule reconnaît depuis le Tolkāppiyam 4 parties du discours: noms (peyarc col), verbes (viṉaic col), particules (iṭaic col) et "mots propres" (uric col). Chacune a droit à un chapitre dans TC, le second livre du Tolkāppiyam. Un statut plus autonome est cependant reconnu aux deux premières.
Innovations term.L'auteur est probablement le créateur de sa terminologie, souvent calquée ou adaptée du sanskrit, mais certaines tournures semblent indiquer que l'ouvrage reprend aussi des termes déjà existants.
Corpus illustratifLe Tolkāppiyam, grammaire en vers, ne contient pas d'exemples proprement dits. Certains de ses sūtra-s contiennent cependant des énumérations où sont mentionnés des mots particuliers (noms, particules, mots propres). D'autres types d'éléments qui apparaissent sont des formules, qui permettent de faire référence à plusieurs mots simultanément.
Indications compl.
Influence subieSelon sa préface, le Tolkāppiyam se situe dans une école indienne de grammaire appelée "Ecole de Indra" (Aintiram, sk. Aindra).
Influence exercéeIl n'existe pas de grammaire ou de commentaire de grammaire tamouls qui, d'une manière ou d'une autre, ne se positionne pas par rapport au Tolkāppiyam. Il est l'ouvrage fondateur de la tradition, même si, d'une certaine manière, il a en pratique été remplacé par le Naṉṉūl comme ouvrage normatif.
Renvois bibliographiquesBurnell A.C. 1986 [1875]; Vaiyapuri Pillai S. 1988 [1956]; Zvelebil K.V. 1973.
→ Références
Auteur de la noticeChevillard, Jean-Luc
Création ou mise à jour2000