CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Tomo kagami

Tôjô Gimon

ChapitreTraditions non occidentales
Sous-chapitreGrammaires du japonais [4510]
Fac-similé(s)
Texte(s)
Nom de l'auteurTôjô Gimon
Datation de l'auteur1786–1843
Biographie de l'auteurPrêtre bouddhique japonais, grammairien, disciple et continuateur des travaux de Motoori Norinaga et de son fils Motoori Haruniwa; langue maternelle: japonais.
Titre de l'ouvrage1. Tomo kagami. 2. Wagosetsu no ryakuzu
Titre traduit1. Miroir des appariements
2. Tableau explicatif concis du japonais
Autre titreTomo kagami
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageDescription des mots fléchis du japonais écrit présentés sous la forme de correspondances systématiques entre formes et valeurs.
Type indexéMots fléchis. Traité de morphologie.
Original (date, lieu)1. Tomo kagami: 1823. 2. Wagosetsu no ryakuzu: 1833.
Période|19e s.|
Édition utiliséeRééditions en 1842, 1897.
Volumétrie1. Tomo kagami: imprimé sur un papier de grand format; tableau vertical: (hauteur) 170 cm x (largeur) 31 cm.
2. Wagosetsu no ryakuzu: imprimé sur un papier de grand format; tableau horizontal.
Nombre de signes
Reproduction moderneEditions critiques: Miki Yukinobu éd. (1966-1968) Gimon kenkyûshiryô shûsei [Documents des études sur Gimon], Tôkyô, Kazama shobô; Okazaki Masatsugu éd. (1976) Katsugoshinan [Consignes d'emploi des mots fléchis], Tomo kagami, Wagosetsu no ryakuzu, Tôkyô, Benseisha.
DiffusionOuvrages imprimés et assez largement diffusés.
Langue(s) cible(s)Japonais.
MétalangueJaponais.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTableau des parties du discours classées en formes fixes et en formes fléchies.
Objectif de l'auteurBonze fin lettré et conscient de la nécessité d'enseigner le japonais d'abord aux personnes sans instruction comme préalable à l'enseignement du bouddhisme, Tôjô a conçu une présentation rapide et pratique des variations des mots fléchis suivant leur place et leur valeur sous forme de tableaux.
Intérêt généralTôjô pose le principe de l'analyse des parties du discours suivant qu'il s'agit de formes fixes [tai] ou fléchies [].
Parties du discoursParmi les mots de la catégorie katsugo (ou hatarakikotoba), mots fléchis, il distingue deux types: keijô no kotoba, mots de forme et d'état (qualitatifs correspondant aux qualificatifs du français pour le sens mais non pas leur statut grammatical), sayô no kotoba, mots d'activité (qui correspondent aux verbes) suivant leurs désinences.
Innovations term.En étudiant les mots fléchis, Gimon a créé une nouvelle terminologie qui permet, à l'aide de critères sémantiques et distributionnels, d'identifier six bases propres aux mots fléchis telles que shôzengen, forme d'imminence; renyôgen, forme de liaison avec les mots fléchis; setsudangen, forme de coupure; rentaigen, forme de liaison avec les mots fixes; izengen, forme de rémanence; kegugen, forme exhortative. Ce classement des formes s'est imposé dans la vulgate scolaire actuelle avec quelques modifications terminologiques, notamment le passage de gen [mot] à kei [forme], mais en gardant l'ordre de ce classement: mizenkei, renyôkei, shûshikei, rentaikei, izenkei, meireikei.
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieLes ouvrages de référence sont: Motoori Norinaga, Teniwoha himo kagami [Miroir du fil (qui relie) les teniwoha], 1771; Kotoba no tama no o [Fil (qui relie) les joyaux (que sont) des mots (Ame de la parole)], 1785; Gengo katsuyô shô [De la variation des mots], vers 1782; Suzuki Akira, Gengyo shishu ron [Essai sur les quatre espèces des mots], manuscrit en 1803, imprimé en 1824; Motoori Haruniwa, Kotoba no yachimata [Les multiples voies du verbe], 1808. Influence revendiquée: études des mots fléchis suivant la conception de Motoori Norinaga. Influence implicite, inscription dans une tradition: Tôjô est au confluent de deux traditions: celle de la sinologie développée dans l'étude des textes bouddhiques; et celle de Kokugaku rattachée à l'étude de la culture nationale (études des textes anciens et études étymologiques) dans la lignée de Motoori Norinaga dont il est un disciple fidèle.
Influence exercéeSur les manuels de la grammaire scolaire.
Renvois bibliographiquesFomin A. 1975; Furuta Tôsaku & Tsukishima Hiroshi 1972; Kôichi Hoshina 1934; Kôshin Miki 1970; Maès H. 1975; Motoki Tokieda 1940; Shinkichi Hashimoto 1983 [1946]; Suzuki Kazuhiko & Hayashi Ooki 1984 (Kenkyû shiryô nihon bunpô, 1, 2, 3 et 6); Tsutomu Sugimoto 1987; Yamada Yoshio 1971 [1943].
→ Références
Auteur de la noticeTerada, Akira
Création ou mise à jour2000