CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Mithridates oder allgemeine Sprachenkunde

Adelung, Johann Christoph

ChapitreCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
Sous-chapitreCompilations [5107]
Fac-similé(s)CTLF Images (vol. 1)
CTLF Images (vol. 2)
CTLF Images (vol. 3.1 et 3.2)
CTLF Images (vol. 3.3)
CTLF Images (vol. 4)
Gallica (vol. 2)
Gallica (vol. 3.1)
Gallica (vol. 3.2)
Gallica (vol. 3.3)
Gallica (vol. 4)
Google Livres (vol. 1)
Google Livres (vol. 3.1 et 3.2)
Google Livres (vol. 4)
Texte(s)CTLF Textes
Nom de l'auteurAdelung, Johann Christoph
Datation de l'auteurAdelung, J. C. (1732–1806); Vater, J. S. (1771-1826); Humboldt, W. von (1767-1835); Adelung, F. von (1768-1843)
Biographie de l'auteurAdelung, J. Chr. - Linguiste allemand né à Spantekow (Poméranie), mort à Dresden. Après des études de théologie, il enseigna dans un lycée d'Erfurt avant de s'établir à Leipzig comme traducteur, critique et écrivain. Auteur d'un volumineux dictionnaire de l'allemand (Versuch eines vollständigen grammatisch-kritischen Wörterbuches, 1774-1786), il fut chargé officiellement de la rédaction d'une grammaire scolaire par Frédéric II de Prusse (Deutsche Sprachlehre, zum Gebrauch der Schulen in den Königlich Preußischen Landen, Berlin, 1781; un abrégé en parut la même année sous le titre Auszug aus der Deutschen Sprachlehre für Schulen, ouvrage traduit en français par Chrétien-Henri Reichel sous le titre Abrégé de la grammaire allemande de M. Adelung, Leipzig, 1789). Après avoir été nommé conservateur en chef de la bibliothèque du prince électeur à Dresden en 1787, Adelung poursuivit ses travaux linguistiques, publiant notamment une 2e édition et une version abrégée de son dictionnaire.
Vater, J. S. - Grammairien et orientaliste allemand. A partir de 1794, enseignant à l'Université de Halle. En 1798, professeur de théologie à l'Université de Iéna. De 1800 à 1809, professeur de théologie et de langues orientales à Halle. De 1810 à 1820, professeur de théologie à Königsberg. En 1820, retour à sa chaire de Halle, qu'il occupe jusqu'à sa mort. Auteur d'ouvrages importants de théologie, de grammaires et de lexiques de l'arabe, du syrien, de l'hébreu, du chaldéen, du russe, de la langue prusso-lithuanienne et de l'allemand comme langue étrangère, coauteur des tomes 2 à 4 du Mithridates. Orientaliste renommé. Fondateur de la slavistique en Allemagne. Travaux importants dans le domaine du comparatisme (pour une bibliographie des travaux linguistiques, voir Brekle 1970c).
Humboldt, W. von - Né à Potsdam, mort à Berlin. Une des figures de proue de la vie politique et culturelle de l'Allemagne à la jonction du 18e et du 19e s. Sa vie peut se distribuer en trois périodes, correspondant chacune à une des faces de ses activités: 1790-1800 (philologie grecque, traductions, essais divers), 1800-1820 (activité publique: fondation de l'université de Berlin, diplomatie); 1820-1835 (la retraite consacrée à la recherche linguistique). L'activité linguistique traverse en fait chacun de ces moments; latente jusqu'en 1800 où elle cristallise soudain au cours d'un voyage en Espagne (découverte des Basques et du Basque); explicite et obstinée à partir de 1820. Linguiste donc, mais en un sens tout à fait singulier. La question du langage marque le point d'orgue d'une interrogation philosophique portant sur le destination de l'homme (anthropologie), au croisement des Lumières et du Romantisme: l'homme en procès de lui-même, inventant librement le sens de son être au long d'un devenir ponctué par ses oeuvres (sciences, littérature, philosophie) dont le langage est le foyer et le vecteur. Mais, contemporain de l'essor de la grammaire comparée, Humboldt ne se borne pas aux recherches généalogiques sur l'indo-européen. Ce sont toutes les langues usitées à la surface de la planète (jusqu'aux langues amérindiennes et polynésiennes) qui sont convoquées à une élucidation dont l'horizon global (le sens de l'humanité) requiert d'autant plus impérieusement l'examen du détail langagier le plus infime. Au nom d'une inversion de l'adage classique: à l'extension maximale doit désormais répondre une compréhension renforcée ("Il n'est qu'une langue propre à l'homme, mais qui se manifeste de manière différenciée dans les langues innombrables de la sphère terrestre"). La différenciation de la puissance langagière, indéfiniment démultipliée, conditionne et soutient la mise en oeuvre d'un nouvel infini: la création conjointe, sans terme assignable, de l'humanité et du monde.
Adelung, Friedrich von - Neveu de J. Chr. Adelung, philologue et historien allemand, résidant à Saint Pétersbourg à partir de 1801. Précepteur du futur tsar Nicolas (1803), nommé directeur de l'Institut d'études orientales en 1824.
Titre de l'ouvrageMithridates oder allgemeine Sprachenkunde mit dem Vater Unser als Sprachprobe in bey nahe fünfhundert Sprachen und Mundarten
Titre traduitMithridate ou science générale des langues, avec comme échantillon le Notre Père dans près de cinq cents langues et dialectes
Autre titreMithridates oder allgemeine Sprachenkunde
Remarques sur le titre
Type de l'ouvragePrésentation des langues du monde connues à l'époque, regroupées selon des critères géographiques tout en prenant en considération des critères génétiques.
Type indexéComparaison des langues. Classification des langues. Compilation de langues. Linguistique historico-comparative.
Original (date, lieu)1806-1817, Berlin, In der Vossischen Buchhandlung.
Période|19e s.|
Édition utilisée1806-1817, Berlin, In der Vossischen Buchhandlung.
VolumétrieTome I (1806): [III]-XXII; 8 pages non paginées; I-XXXIV; 3-686. Tome II (1809): [III]-XXIV; 3-803. Tome III, 1re partie (1812): [III]-X, 3-305; 2e partie (1813): 309-708; 3e partie (1816): III-VI, 1-474. Tome IV (1817): [III]-XII; 1-530; environ 1 600 signes par page.
Nombre de signes5250 000
Reproduction moderne1970, reprint Hildesheim, Olms.
DiffusionTraduction / adaptation néerlandaise (partielle) par J. C .W. Le Jeune, 2 tomes, Delft, Allart, 1826-1827. Extraits traduits en français par Jean-Denis Lanjuinais ("Notions générales sur la langue Chinoise, tirées de l'ouvrage allemand de Jean-Christophe Adelung, intitulé Mithridates, tome 1, pag. 28-64", in Magasin encyclopédique, 1807, p. 333-369) et Luis de Neve y Molina (Eléments de la grammaire othomi, traduits de l'espagnol; accompagnés d'une notice d'Adelung sur cette langue, traduite de l'allemand, et suivis d'un vocabulaire comparé othomi-chinois, Paris, Maisonneuve, 1863). Nerlich (1988, p. 37-39) donne de brefs extraits de la préface au tome I en traduction française.
Langue(s) cible(s)Toutes les langues connues à l'époque (près de 500 langues et dialectes d'après le titre).
MétalangueAllemand.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageTOME I (rédigé par J. Chr. Adelung): p. III-XXI: préface; p. XXII: errata; table des matières (sans pagination); p. I-XXXIV: introduction générale ("Fragments sur la formation et l'évolution du langage"); p. 3-641: les langues asiatiques (p. 3-24: introduction; p. 27-96: les langues monosyllabiques; p. 99-641: les langues polysyllabiques - I. Asie méridionale, II. Asie occidentale, III. Asie centrale, IV. Asie septentrionale, V. Iles de l'Asie orientale, VI. Iles de l'Asie méridionale, VII. Iles du Pacifique); p. 645-686: Anhang. Litteratur der vorhandenen Vaterunser-Polyglotten [annexe: bibliographie des recueils polyglottes du Notre Père] (suivie d'un index des langues et des toponymes).
TOME II (Grossentheils aus Dessen Papieren fortgesetzt und bearbeitet von Dr. Johann Severin Vater [continué et remanié par J. S. Vater sur la base de nombreux manuscrits et documents laissés par J. Chr. Adelung]): p. III-XVII: préface; p. XVIII: errata; p. XIX-XXIV: table des matières; p. 3-803: les langues européennes (introduction, I. le basque, II. langues et peuples celtiques, III. langues celto-germaniques, IV. langues et peuples germaniques, V. groupe des langues et peuples thraces, pélasgiques, grec et latins, VI. langues et peuples slaves, VII. langues germano-slaves, VIII. le valachien [roumain], IX. le finnois, le lapon, l'estonien et le livonien, X. langues mixtes de l'Europe orientale (le hongrois et l'albanais).
TOME III (Mit Benützung einiger Papiere desselben fortgesetzt; und aus zum Theil ganz neuen oder wenig bekannten Hülfsmitteln bearbeitet von Dr. Johann Severin Vater [rédigé par J. S. Vater sur la base de quelques documents laissés par J. Chr. Adelung, complétés à partir d'autres sources soit entièrement nouvelles soit peu connues]), 1re partie: p. III-VI: préface; p. VII-X: table des matières; p. 3-305: les langues africaines (introduction, I. Afrique septentrionale, II. Afrique centrale, III. Afrique méridionale). 2e partie: p. 309-708: les langues américaines (introduction, Amérique du Sud). 3e partie: p. III-VI: table des matières; p. 1-169: Amérique centrale; p. 170-468: Amérique du Nord; p. 469-474: index général des trois parties.
TOME IV (Mit wichtigen Beyträgen zweyer grossen Sprachforscher fortgesetzt von Dr. Johann Severin Vater [continué par J. S. Vater et contenant d'importantes contributions de deux éminents linguistes]: p. III-VIII: préface (par Vater); Nachträge zu dem ersten Theile des Mithridates [Supplément au tome premier du Mithridate] par F. [von] Adelung: p. XI-XII: préface; p. 1-272: compléments, notamment bibliographiques, donnés en référence à la pagination du tome premier; Nachträge zum zweyten Bande des Mithridates [Supplément au tome deuxième du Mithridate], p. 277-360: I. Berichtigungen und Zusätze zum ersten Abschnitte des zweyten Bandes des Mithridates über die Cantabrische oder Baskische Sprache [Corrections et compléments à la première section du tome deuxième du Mithridate sur la langue basque] (par Wilhelm von Humboldt); p. 363-417: compléments au tome deuxième, par F. Adelung et Vater; p. 421-514: compléments au tome troisième, par Vater; p. 517-530: index général.
Objectif de l'auteurJ. Chr. Adelung visait à établir une comparaison des langues fondée sur des données strictement empiriques et affirmait "décrire les faits linguistiques comme ils sont" (préface au tome I, p. XI). Comme pour d'autres auteurs avant lui, la comparaison des langues était pour Adelung un moyen d'élucider l'origine et la parenté des peuples (cf. notamment l'introduction à la partie traitant des langues asiatiques). Adelung part du principe que les langues étaient toutes monosyllabiques au départ; sa comparaison des langues est essentiellement fondée sur les "racines syllabiques". Sans modifier la conception de base de l'ouvrage, qui privilégiait les regroupements géographiques, Vater insistera davantage sur la parenté génétique des langues. La contribution de Wilhelm von Humboldt dépasse largement les objectifs énoncés dans le titre; elle constitue en effet la première description solide et détaillée du basque.
Intérêt généralSynthèse monumentale du savoir linguistique en matière de comparaison des langues au début du 19e s., l'ouvrage permet d'apprécier pleinement les progrès que l'approche comparatiste devait permettre par la suite. Les jugements de valeur n'en sont pas absents. Ainsi, Adelung, qui ne veut décrire que "ce qui est", note qu'"avec le suisse et le tyrolien, le bavarois est le dialecte le moins aimable" (tome II, p. 207).
Parties du discoursSelon Adelung, la distinction en parties du discours est inexistante dans les langues monosyllabiques qu'il considère comme "incultes" (introduction générale au tome I, p. XXIV). En chinois, tout mot pourra ainsi être "adjectif, substantif, verbe ou particule" (tome I, p. 43; à noter au passage que l'auteur considère le chinois comme une langue "imparfaite" qui, associée à une "écriture fort incommode" dont l'apprentissage occupe "la période la meilleure et la plus active" de la vie, maintient les Chinois "à l'état d'enfants pour le restant de leur vie", incapables à tout jamais de parvenir "à un degré acceptable de culture scientifique"; tome I, p. 49). D'une manière générale, le traitement des parties du discours, loin d'être systématique, se limite à de brèves remarques telles que "les parties du discours sont les mêmes que dans les autres langues" (pour le sanscrit; tome I, p. 148) ou la simple énumération (article, substantif, adjectif, adverbe, préposition, pronom, verbe, particule de négation pour les langues sémitiques; cf. tome I, p. 306 sq.).
Innovations term.Aucune.
Corpus illustratifConstitué essentiellement par le texte du Notre Père dans les différentes langues, reproduit en transcription phonétique selon l'alphabet latin, parfois en plusieurs versions (c'est le cas, notamment, pour le tsigane, cf. tome I, p. 250 sq.), le corpus comprend également quelques autres textes courts, dont l'extrait d'un manuel chinois d'histoire (cf. tome I, p. 58 sq.) et des passages d'un roman kalmouk (cf. tome I, p. 511 sq.). Ces échantillons sont donnés avec le texte allemand en interlinéaire ("traduction syntaxique"; cf. tome I, p. 58).
Indications compl.
Influence subiePar son titre, l'ouvrage renvoie de manière explicite au texte de Gessner (1555, Mithridates). Il se situe par ailleurs dans la tradition des compilations polyglottes telles que celles de L. Hervás y Panduro (1785) et P. S. Pallas (1787). Les auteurs citent ou renvoient à un nombre impressionnant de travaux; en annexe au tome I, Adelung fournit notamment des détails sur trente-neuf auteurs (dont Gessner et Hervás) qui ont utilisé avant lui le Notre Père comme échantillon.
Influence exercéeSi J. Chr. Adelung reconnaît en principe l'importance de la structure des langues pour la comparaison, sa pratique descriptive ne suit guère puisque, comme ses prédécesseurs, il se borne essentiellement à la comparaison d'éléments lexicaux. A l'exception des extraits en néerlandais et en français, l'ouvrage ne laissa que peu de traces et fut rapidement dépassé par les travaux des comparatistes. Seules les contributions de Humboldt et de Vater devaient avoir un impact sur l'évolution des théories linguistiques au 19e s.
Renvois bibliographiquesArens 1969, p. 150-152; Brekle H.E. et al. 1992 (t. I, p. 36-39); Gipper H. & Schmitter P. 1979 (p. 41-42); Henne H. 2009; Jankowsky K.R. 1972 (p. 34-36); Lüdtke J. 1978; Nerlich B. (éd.) 1988; Schmitter P. 1988 (p. 31-39); Wyss U. 1979 (p. 97-100).
→ Références
Auteur de la noticeKaltz, Barbara
Création ou mise à jour2000