CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Essai sur la structure logique de la phrase

Sechehaye, Charles-Albert

ChapitreCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
Sous-chapitreLinguistique générale [5318]
Fac-similé(s)CTLF Images
Texte(s)CTLF Textes
Nom de l'auteurSechehaye, Charles-Albert
Datation de l'auteur4 juillet 1870 – 2 juillet 1946
Biographie de l'auteurLinguiste suisse, né et mort à Genève où il fit toute sa carrière après une formation en Allemagne (1893-1902), d'abord en 1902 comme privat-docent en collaborant au "Séminaire de français moderne" et aux "Cours de vacances" avant d'obtenir plus tard (1929) une chaire de "professeur extraordinaire de théorie de la grammaire". Sa thèse, soutenue à Göttingen, portait sur l'Imparfait du subjonctif en français, et une bonne partie de son œuvre scientifique tournera autour du "problème grammatical", c'est-à-dire les problèmes de morphosyntaxe envisagés comme structuration des énoncés en syntagme et au-delà du syntagme (Essai sur la structure logique de la phrase, 1926), ce que les recherches linguistiques antérieures avaient fortement négligé. Coéditeur du Cours de linguistique générale de Saussure avec son collègue et ami Bally, il s'attachera à commenter et à diffuser les principes (description synchronique, opposition langue / parole) de ce qui allait devenir l'Ecole genevoise de linguistique générale. Il se révèle un remarquable organisateur lors du Deuxième congrès international de linguistes qui se tint dans sa ville en 1931 en occupant les fonctions de secrétaire général. Militant chrétien et rédacteur du journal bimensuel l'Essor, Sechehaye fit preuve d'un engagement hors pair durant la montée du nazisme et la Deuxième Guerre mondiale.
Titre de l'ouvrageEssai sur la structure logique de la phrase
Titre traduit
Autre titreEssai sur la structure logique de la phrase
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageExposé de linguistique générale et de grammaire générale illustré surtout par les langues indo-européennes.
Type indexéLinguistique générale. Psychologie du langage.
Original (date, lieu)1926, Paris, H. Champion, 1 vol., Collection linguistique publiée par la Société de linguistique de Paris, XX.
Période|20e s.|
Édition utilisée1926, Paris, H. Champion.
VolumétrieIn-8°; nombre de pages: [6] + 237 pages.; nombre moyen de signes par page: 1700.
Nombre de signes403 000
Reproduction moderne1950, réimpression photomécanique.
DiffusionPrix Volney de l'Institut de France (1927).
Langue(s) cible(s)Langues indo-européennes anciennes et modernes (surtout latin, français et allemand, mais aussi sanscrit, grec, russe, anglais), et quelques exemples isolés de langues non indo-européennes (groenlandais, tamoul, chinook, bantou).
MétalangueFrançais.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrage[P. 1-8] Introduction. [9-18] Chap. I: La phrase à un seul terme. [19-38] Chap. II: La phrase à deux termes et les trois rapports fondamentaux: [19-21] § 1. Coordination. [21-37] § 2. Subordination. [37-38] § 3. Remarque finale. [39-42] Chap. III: Les rapports fondamentaux dans la phrase à plus de deux termes. [43-90] Chap. IV: Les formes grammaticales des trois rapports fondamentaux: [43-44] § 1. Les catégories de l'imagination. [44-48] § 2. Le sujet. [48-61] § 3. Le prédicat intrinsèque. [61-66] § 4 Le complément intrinsèque. [66-76] § 5 Le complément extrinsèque ou de relation. [78-79] § 6 Le prédicat extrinsèque ou de relation. [80-90] § 7 Transitivité et rection. [91-118] Chap. V: L'emploi des classes de mots dans la langue et dans la parole. [91-92] § 1. Généralités. [92-95] § 2. Comment les classes de mots correspondent aux catégories de l'imagination.[95-98] § 3. Les classes de mots dans les ensembles synthétisés. [91-102] § 4. De l'attribution arbitraire d'une idée à une catégorie de langue. [102-111] § 5. Des trois règles de transposition. [111-118] § 6. De l'attribution des catégories dans la parole. [119-142] Chap. VI: Les rapports fondamentaux de la grammaire dans la langue et dans la parole. [119-120] § 1. Généralités. [121-122] § 2. Emploi de formes inférieures aux virtualités logiques de la pensée. [123-136] § 3. Effets de l'automatisme grammatical. [136-137] § 4. Automatisme par figure. [137-141] § 5. Grammaticalisation de certaines formes en dehors de leur rôle étymologique. [141-142] § 6. Conclusions. [143-166] Chap. VII: Les propositions simples à logique implicite. [143-144] § 1. Généralités. [144-149] § 2. Le sujet du verbe impersonnel. [149-155] § 3. Le complément prédicatif. [155-156] § 4. Le prédicat indirect et la copule verbale. [156-164] § 5. Le terme à prédication implicite. [164-166] Les "compléments et adverbes de proposition". La conjonction. [167-172] Chap. VIII: Formes substantives et adjectives du verbe. [173-178] Chap. IX: Propositions coordonnées proprement dites et prédicatives. [179-200] Chap. X: Propositions subordonnées. [179-186] § 1. Généralités. [186-192] § 2. Propositions subordonnées adjectives. [192-199] § 3. Les propositions subordonnées substantives. [201-204] Chap. XI: Les subordonnées prédicatives. [205-210] Chap. XII: Remarques générales sur les conjonctions. [211-218] Conclusions. [219-224] Appendice: Note sur le classement des disciplines linguistiques. [225-233] Index. [235-237] Table des matières.
Objectif de l'auteurElucider le "problème grammatical" en mettant au jour les principes qui régissent l'organisation de la langue, en particulier la construction de la phrase. Approche logique et psychologique du problème, l'aspect morphologique étant écarté pour faire l'objet d'un autre essai (inédit: Essai sur les principes de la morphologie grammaticale). Etude des interactions entre la "langue", conçue comme le moule traditionnel de la pensée qui appartient à tous et la "parole", qui est l'acte individuel du sujet parlant. Classement des constituants de la phrase en fonction de leur degré de complexité (méthode constructive).
Intérêt généralThéorie saussurienne de la grammaire. Application de la dichotomie saussurienne de "langue"/"parole" à la description grammaticale, avec une interprétation personnelle de Sechehaye qui, accordant la priorité à la parole, voit dans la langue une grammaticalisation de la parole. Vision élargie de la grammaire comme synonyme de l'organisation de la langue en général.
Parties du discoursLes "trois règles de transposition", qui seront exploitées et réinterprétées par Bally et Frei, puis par Tesnière sous le nom de translation. Première règle: Toute idée peut être ramenée à la catégorie de l'entité. Deuxième règle: Toute idée de relation ou de procès peut être exprimée objectivement. Troisième règle: Toute idée de qualité peut être transposée dans la catégorie du procès.
Innovations term.Spécificités terminologiques: monorème (phrase à un seul terme) et dirème (phrase à deux termes) sont des créations terminologiques de Sechehaye, qui les utilise dans le cadre de la description génétique de la phrase. Division de la grammaire en grammaire syntagmatique (la combinaison des signes), associative (le signe isolé) et phonologique (les sons).
Corpus illustratifCourts exemples d'origine diverse: construits ad hoc, relevés dans des manuels de linguistique, empruntés à la langue courante, mais aussi à la littérature.
Indications compl.Intérêt pédagogique: Sechehaye propose une application pédagogique de ses principes théoriques dans l'Abrégé de grammaire française sur un plan constructif (paru également en 1926).
Influence subiePrincipalement celle de Saussure, dont Sechehaye est, avec Bally, le premier interprète à travers la publication du Cours de Linguistique Générale; Schuchardt par l'importance accordée à la genèse de l'organisation grammaticale; Bally à qui Sechehaye emprunte la notion d'actualisation.
Influence exercéeTrès importante, notamment en France. Parmi les Saussuriens, Bally 1965 (4e éd.), Frei 1929, Hjelmslev 1928, De Boer 1933, Galichet 1947, Antoine 1958 et Tesnière 1959.
Renvois bibliographiquesAntoine G. 1958; Bally C. 1965; Chevalier J.-C. 1999; De Boer C. 1947; Frei H. 1929; Frýba-Reber A.-M. 1994; Galichet G. 1947; Hjelmslev L. 1928; Iordan I 1937 [1970]; Tesnière L. 1959 [1966].
→ Références
Auteur de la noticeFrýba-Reber, Anne-Marguerite
Création ou mise à jour2000