CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux Imprimer Retour écran
Menu CTLF Notices Bibliographie Images Textes Articles

Grundzüge der Phonetik

Sievers, Eduard

ChapitreCompilations, linguistique historico-comparative, linguistique générale, phonétique et phonologie
Sous-chapitrePhonétique et phonologie [5401]
Fac-similé(s)CTLF Images
Texte(s)CTLF Textes
Nom de l'auteurSievers, Eduard
Datation de l'auteur25 novembre 1850 – 30 mars 1932
Biographie de l'auteurPhonéticien (c'est un représentant de la Lautphysiologie, phonétique articulatoire) et indo-européaniste de l'école néo-grammairienne, allemand, né à Lippoldsberg an der Weser, Hesse, mort à Leipzig. Il étudie les humanités, la philologie allemande et sémitique à l'université de Leipzig avec F. Zarncke, G. Curtius et A. Erbert. C'est au cours de ses études qu'il rencontre W. Braune et H. Paul avec lequel il entretiendra des relations scientifiques tout au long de sa vie. Il soutient son doctorat en 1870 et poursuit ses recherches sur des manuscrits du vieil anglais et allemand. Il devient professeur extraordinarius de philologie romane et germanique en 1871, puis ordinarius en 1876 à l'université de Iéna. En 1881 il met en place et dirige un séminaire de philologie germanique. Il occupe ensuite les fonctions de professeur dans les universités de Tübingen (1883), de Halle (1887) et, à partir de 1892, à Leipzig où il enseignera jusqu'à sa mort la langue et la littérature allemandes. Il assure (avec Paul et Braune) les fonctions d'éditeur de la revue des néo-grammairiens Beiträge zur Gesch. der Sprache und Literatur (1892-96 et 1925-32). Il y publie lui-même des articles importants. Il occupe une position centrale dans la linguistique générale de son époque en y faisant une large place à la phonétique. C'est par les recherches dans ce domaine qu'il est le plus remarquable. Avec Grundzüge der Phonetik, il pose les fondements de la physiologie des sons. D'ailleurs ses intérêts scientifiques dans la dernière moitié de sa vie vont surtout se porter sur l'analyse des sons (Klanganalyse): reconnaître la signature vocale de chaque locuteur dans ses particularités sonores et rythmiques. Son importance dans l'histoire de la linguistique tient surtout à ses contributions en recherches historiques, essentiellement phonétiques, et à son enseignement de la phonétique.
Titre de l'ouvrageGrundzüge der Phonetik zur Einführung in das Studium der Lautlehre der indogermanischen Sprachen
Titre traduitEléments (principes) de phonétique pour une introduction à l'étude des sons des langues indo-germaniques
Autre titreGrundzüge der Phonetik
Remarques sur le titre
Type de l'ouvrageManuel de phonétique articulatoire décrivant l'ensemble des sons du langage des grandes langues indo-européennes: des conditions physiologiques jusqu'aux changements phonétiques en y incluant les faits prosodiques.
Type indexéTraité de phonétique. Phonétique articulatoire.
Original (date, lieu)1ère édition: 1876, Halle an der Saale.
Période|19e s.|
Édition utilisée4e éd., 1893, Leipzig, Breitkopf & Härtel.
VolumétrieXVI + 298 pages, 2300 signes par page.
Nombre de signes685 000
Reproduction moderne
DiffusionAu moins 4 éditions.
Langue(s) cible(s)Les langues indo-européennes, mais principalement l'allemand, et ses dialectes.
MétalangueAllemand.
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage est composé de 16 chapitres et compte 4 parties précédées des préfaces aux 3e et 4e éditions et de la table des matières (p. V-XVI). [1] L'introduction: elle permet de décrire les activités des différents organes dans la production d'un son: appareil respiratoire, larynx, conduit vocal proprement dit. L'auteur pose le problème de la division des sons du langage en voyelles et consonnes d'une part, et en sonnantes et consonnes d'autre part. Il estime nécessaire d'envisager des systèmes phonétiques différents pour chaque langue (1-49). [2] Le traitement de la variété des sons: après les deux groupes caractérisés par la nasalité et l'oralité, l'auteur présente les types de sons, d'après leur lieu d'articulation, leur force et leur durée, leur sonorité ou leur bruit (50-75). Il décrit ensuite les sons en détail, en les subdivisant en sonores "primitives", que nous appellerions aujourd'hui vocoïdes (voyelles, liquides, nasales), en réalisations comportant des bruits (les sourdes), et en alliant sonorité et bruits (76-135). [3] Les faits combinatoires: d'abord les variations dans l'attaque et la finale d'un son. Après l'étude des sons isolés, l'auteur s'attache à montrer comment leurs réalisations peuvent varier dans l'entourage (138-181). Puis la syllabe (182-196), l'étude de l'accent et de la quantité (197-242). L'auteur rappelle très justement que ces termes ont varié au cours du temps. [4] La dernière partie traite des changements phonétiques qui trouvent leur origine dans une reproduction imparfaite du son originel par un individu ou un groupe d'individus, et qui se propagent par imitation au sein de la communauté. L'auteur décrit les causes de ces changements (243-280). Une bibliographie (281-290) et un index des matières (291-298) terminent l'ouvrage. Il faut noter que l'auteur n'utilise aucune illustration.
Objectif de l'auteurIl s'agit d'un ouvrage de phonétique destiné à combler un vide dans la collection Bibliothek indogermanischer Grammatiken [Bibliothèque de grammaires indo-européennes], pour aider à la compréhension de la phonétique des langues indo-européennes. L'ouvrage est destiné à des germanophones, ce qui justifie les exemples tirés de l'allemand et des dialectes germaniques.
Intérêt généralManuel de phonétique encore conçu dans une perspective historico-comparative. La 4e édition ne présente pas de bouleversements par rapport aux précédentes. Vis-à-vis de la phonétique expérimentale, qui a commencé à prendre son essor, E. Sievers se montre très réservé: les résultats obtenus dans cette discipline ne lui semblent pas avoir leur place dans son livre qu'il qualifie modestement de "petit" ouvrage (Werkchen).
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieCelle de l'école philologique allemande.
Influence exercéeSur les manuels de phonétique du début du siècle.
Renvois bibliographiquesBronstein A.J., Raphael L.J. & Stevens C. 1977 (p. 193); Ehrhardt H. 2009; Frings T. 1966 [1934]; Malmberg B. 1991 (p. 318, 320-321.
→ Références
Auteur de la noticeRakotofiringa, Hippolyte; Boë, Louis-Jean
Création ou mise à jour2000