CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Phiṭsūtra

Śāntanava

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurSanskrit: travaux pré-paninéens, école paninéenne [4313]
Auteur(s)

Śāntanava

Datation: Après le 4e s. a.C.

Grammairien indien. La tradition indienne attribue unanimement un appendice à la grammaire de Pāṇini à un auteur de ce nom. Elle n'a rien retenu de lui. Elle en fait un auteur ancien, postérieur à Pāṇini.

Titre de l'ouvragePhiṭsūtra
Titre traduitFormulaire (d'accentuation) des thèmes nominaux
Titre courtPhiṭsūtra
Remarques sur le titre
Période|-3e s.|
Type de l'ouvrageAppendice à la grammaire de Pāṇini relatif à l'accentuation des thèmes nominaux.
Type indexéAccentuation
Édition originaleGénéralement inséré dans la section relative à l'accentuation de la Siddhāntakaumudī. Une édition ancienne de cette dernière est: Vaiyākaraṇasiddhāntakaumudī publiée par Kṣemarāja Kṛṣṇadāsa, Veṅkaṭeśvara Press, Bombay, 1900.
Édition utiliséePhiṭsūtrāṇi; dans Vaiyākaraṇasiddhāntakaumudī de Bhaṭṭojidīkṣita avec les commentaires Subodhinī de Jayakṛṣṇa Mauni et Laghuśabdenduśekhara de Nāgeśabhaṭṭa, édité par Giridharaśarman Caturveda et Parameśvarānandaśarman Bhāskara, Delhi, Motilal Banarsidass, 1979, volume IV, p. 491-507.
VolumétrieTexte très court: 23 lignes de 35 signes indiens en moyenne.
Nombre de signes805
Reproduction moderneRééditions aussi nombreuses que celles de la Siddhāntakaumudī.
DiffusionGénéralement inclus dans les manuscrits complets de la Siddhāntakaumudī. Ce texte a eu une diffusion égale à celle du formulaire de Pāṇini dont il est un appendice. Comme l'œuvre de Pāṇini, il a dû être transmis plus par la mémorisation que par les manuscrits.
Langues ciblesSanskrit
MétalangueSanskrit
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage comporte 87 formules réparties dans quatre sections, relatives à l'accentuation avec le même degré et les mêmes procédés de formalisation que l'Aṣṭādhyāyī de Pāṇini. L'accentuation du sanskrit repose sur trois tons, élevé, bas et modulé. En principe un mot, thème et désinence portent le ton élevé sur une seule syllabe, avec éventuellement le ton modulé sur la syllabe suivante, les autres syllabes ayant le ton bas. Śāntavana enseigne la place du ton élevé, initiale, finale, pénultième, selon les types de thèmes nominaux, des modifications entrainées par les phénomènes de sandhi, des cas particuliers.
Objectif de l'auteurŚāntavana a en principe une méthode d'analyse relative à l'accentuation différente de celle de Pāṇini. Ce dernier décrit l'accentuation des composants du mot, celle de la racine verbale, celle des suffixes et autres éléments entrant dans la formation des thèmes nominaux ou verbaux. Ensuite il considère les modifications qui se présentent lors de la jonction des composants dans la formation du thème, du mot plein et de la phrase. Śāntavana étudie en principe l'accent dans le thème nominal déjà formé. Il ne reprend pas la totalité de l'enseignement de Pāṇini, mais le complète, sa méthode lui permettant de mettre en évidence des faits dont la procédure de construction pāṇinéenne ne rend pas compte. Comme Pāṇini, il considère que tout mot sanskrit a un accent.
Intérêt généralLa description de l'accentuation par Śāntavana appartient à une époque antérieure à la disparition de l'accentuation de l'usage parlé, sans doute au début de l'ère chrétienne, l'accent n'étant conservé par la suite que pour les textes védiques susceptibles de récitation rituelle. Il a donc un intérêt particulier comme document sur l'accentuation de la langue sanskrite pour l'époque de la transition entre la fin de la période védique et le début de la période classique
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieŚāntavana est manifestement tributaire de la grammaire de Pāṇini dont il reprend le style d'exposition en formules. Il emploie cependant quelques noms techniques différents qu'il doit peut-être à d'autres traditions antérieures à Pāṇini, par exemple le nom technique phiṣ pour le thème nominal que Pāṇini appelle prātipadika.
Influence exercéeL'influence de Śāntavana a été limitée par le seul fait que l'accentuation, ayant disparu de l'usage parlé sans doute au début de l'ère chrétienne, n'a plus intéressé que les grammairiens travaillant sur le sanskrit védique. Le Phiṭsūtra a en effet été considéré comme ne servant plus qu'à la connaissance du sanskrit védique. Il a été inséré dans la Siddhāntakaumudī qui vise l'exhaustivité dans son étude du corpus pāṇinéen et après la section relative à la langue védique. Il l'a été aussi dans quelques ouvrages spécialisés sur l'accentuation où il est commenté en détail, mais avec référence au seul sanskrit védique, par exemple dans la Svaramañjarī de Narasiṃhasūrin (14e s.), la Svarasiddhāntacandrikā de Śrinivāsa Dīkṣita (17e s.).
Renvois bibliographiques
Rédacteur

Filliozat, Pierre-Sylvain

Création ou mise à jour2000