CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

Paribhāṣāvṛtti

Vyāḍi

DomaineTraditions non-occidentales
SecteurSanskrit: travaux pré-paninéens, école paninéenne [4308]
Auteur(s)

Vyāḍi

Datation: Après 150 a.C.?

Grammairien indien. Le nom de Vyāḍi apparaît près de vingt fois dans la tradition littéraire en référence à des idées diverses d'ouvrages de genres divers dont la plupart ne nous sont pas parvenus. On soupçonne qu'il a dû y avoir plusieurs auteurs de ce nom. On est incapable de relier aucune de ces références à l'auteur de la Paribhāṣāvṛtti placée sous ce nom. Cet ouvrage ne cite aucun auteur nommément. Il connaît des idées du Mahābhāṣya. On peut juste dire de son auteur qu'il est ultérieur à Patañjali.

Titre de l'ouvrageParibhāṣāvṛtti
Titre traduitGlose des métarègles
Titre courtParibhāṣāvṛtti
Remarques sur le titre
Période|-2e s.|
Type de l'ouvrageEnsemble de gloses de métarègles, sous forme dialoguée. On appelle paribhāṣā [métarègle] une formule qui sert à interpréter des formules opératoires ou qui enseigne des procédures d'utilisation d'un formulaire. Il y a une liste de telles métarègles annexée par une tradition ancienne à la grammaire de Pāṇini. Le présent ouvrage est une glose de cette liste.
Type indexéCommentaire grammatical
Édition originaleDate de composition: indéterminée après 150 a.C. Edition princeps dans Paribhāṣāsaṃgraha (a collection of original works on Vyākaraṇa Paribhāṣās), ed. critically with an introduction and an index of Paribhāṣās by K. V. Abhyankar, Bhandakar Oriental Institute, Poona, 1967.
Édition utiliséeMetarules of Pāṇinian Grammar, Vyāḍi's Paribhāṣāvṛtti, critically edited with translation and commentary by Dominik Wujastyk, Groningen Oriental Studies V, Egbert Forsten Groningen, 1993, 2 vols. Vol. 1: introduction anglaise et texte sanskrit. Vol. 2, introduction et traduction anglaises.
VolumétrieVol. 1, xxiv et 96 pages, 750 à 1000 signes indiens par page; vol. 2, xxxi et 304 pages, 3000 à 4000 signes par page.
Nombre de signes168000
Reproduction moderne
DiffusionOn connaît seulement seulement quatre manuscrits non datés, remontant tous à une même source en écriture śāradā et donc du Kaśmīr.
Langues ciblesSanskrit
MétalangueSanskrit
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageL'ouvrage commente 87 paribhāṣā. Le commentaire consiste en une argumentation sous forme de dialogue, visant à montrer comment la métarègle est impliquée dans le formulaire de Pāṇini et quelle est son utilité pratique. Par exemple une métarègle enjoint que, quand il y a mention d'une forme ayant un sens dans une formule, il n'y a pas notation de la même forme dénuée de sens. Par exemple la forme bhrāj est une forme pourvue d'un sens, à savoir la racine verbale signifiant "briller". Cette forme mentionnée dans la formule "vraśca-bhrasja-sṛja-mṛja-yaja-rāja-bhrāja-ccha-śāṃ ṣaḥ" 8.2.36 y note seulement la dite racine. Vyāḍi explique que ce principe est impliqué par la mention que Pāṇini a faite de la racine rāj "régner" à côté de bhrāj. Autrement, Pāṇini aurait pu s'en dispenser, la forme rāj dénuée de sens étant notée par sa mention dans bhrāj. Mais Pāṇini désirait que seule la forme ayant un sens soit notée. Il en a donc fait une mention à part. Cette explication est ensuite rejetée, parce qu'un interlocuteur trouve une autre utilité à la double mention. D'autres explications sont tour à tour données et rejetées, pour conclure à l'implication par l'énoncé de Pāṇini "svaṃ rūpaṃ śabdasya (un mot note sa propre forme)": si le mot avait comme seul bien propre sa forme, il était inutile de mentionner la forme, il suffisait de mentionner le bien propre. Mais Pāṇini pensait que le mot a un autre bien propre, à savoir son sens; il a donc dû préciser qu'il s'agissait de la forme. Vyāḍi explique ensuite que cette métarègle est utile pour l'interprétation de la formule "śe (l'élément śe n'est pas soumis au sandhi)" 1.1.13, où la mention note seulement le suffixe appelé śe (substitut de désinences en védique) et non les phonèmes finaux dénués de sens des mots kāśe, kuśe, etc.
Objectif de l'auteurL'objectif de Vyāḍi est la technique d'utilisation des formules opératoires de Pāṇini. Il s'agit de construire une forme propre à l'emploi en appliquant une série de formules. Les procédures à suivre sont parfois conflictuelles. Et à mesure que des difficultés apparaissent, on pose des conventions d'utilisation apportant des solutions aux problèmes rencontrés. Ces conventions sont le plus souvent des artifices pour réinterpréter une formule sans en changer la lettre. Un autre objectif est de justifier le recours à des métarègles qui ne sont pas formulées par Pāṇini lui-même, en montrant que des énoncés pāninéens les impliquent.
Intérêt généralLe Paribhāṣāvṛtti est un ouvrage intéressant pour l'étude du maniement des formules opératoires de Pāṇini et qui frappe par l'ingéniosité des moyens d'interprétation employés. A un niveau plus général, il est utile pour l'étude des langages formalisés et de leur utilisation, en ce qu'il met en évidence les limites d'application de formules et met en œuvre des procédures logiques ou linguistiques d'interprétation pour pallier les difficultés.
Parties du discours
Innovations term.
Corpus illustratif
Indications compl.
Influence subieVyāḍi raisonne sur le formulaire de Pāṇini. Il doit donc à ce grammairien sa terminologie et le fondement des métarègles qu'il explique. La comparaison de son texte avec le Mahābhāṣya de Patañjali révèle des passages presque identiques, ou du moins nombre d'idées similaires. Si Vyāḍi est bien postérieur à Patañjali, il faut poser une forte influence du grand commentateur de Pāṇini sur sa pensée.
Influence exercéeOn reste dans l'incertitude sur son influence. La liste de paribhāṣā commentée par lui est la plus courte de toutes celles qui ont été commentées par d'autres auteurs. On soupçonne que c'est un indice de son antériorité. On remarque qu'il ne formule le rejet d'aucune paribhāṣā commentée par les autres, ce qui aurait pu être le cas, s'il avait abrégé une liste plus longue. La comparaison de son commentaire avec les nombreux autres révèle des idées, des arguments communs, mais on les trouve aussi dans le Mahābhāṣya de Patañjali et c'est peut-être à cette source que les autres auteurs les ont trouvés.
Renvois bibliographiques
Rédacteur

Filliozat, Pierre-Sylvain

Création ou mise à jour2000