CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Notices

De grammatica

Hugues de Saint-Victor

DomaineTradition occidentale: grec et latin
SecteurGrammaires latines médiévales [1227]
Auteur(s)

Hugues de Saint-Victor

Variantes: Hugo de Sancto Victore

Datation: 1090-1141

Théologien. Originaire des Flandres, Hugues de Saint Victor devient chanoine de l'abbaye de Saint-Victor. Il est l'auteur d'ouvrages propédeutiques sur les arts libéraux, ainsi que de commentaires scripturaires et d'ouvrages théologiques. Son Didascalicon (Art de lire), avec sa célèbre classification des disciplines, resta influent tout au long du Moyen Âge (Lemoine 1991).

Titre de l'ouvrageDe grammatica
Titre traduitSur la grammaire
Titre courtDe grammatica
Remarques sur le titre
Période|12e s.|
Type de l'ouvrageGrammaire élémentaire, sous forme dialoguée.
Type indexéGrammaire didactique | Grammaire élémentaire
Édition originaleDate de composition: peut-être antérieure à 1115-1118.
Édition utiliséeEd. J. Leclercq, "Le De grammatica de Hugues de Saint-Victor", Archives d'Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge 15, 1943-1945, p. 263-322; R. Baron, De grammatica, in Hugonis de Sancto Victore opera propaedeutica, Notre Dame, Indiana, 1966, p. 65-165 (texte latin: p. 75-156).
Volumétrie81 pages (dans l'éd. R. Baron).
Nombre de signes134820
Reproduction moderneEd. J. Leclercq, "Le De grammatica de Hugues de Saint-Victor", Archives d'Histoire Doctrinale et Littéraire du Moyen Âge 15, 1943-1945, p. 263-322; R. Baron, De grammatica, in Hugonis de Sancto Victore opera propaedeutica, Notre Dame, Indiana, 1966, p. 65-165.
Diffusion3 ms. des 12e et 13e s., deux copies plus tardives (14e et 15e s.) et une copie encore plus tardive du 17e s. (contenant la première partie seulement).
Langues ciblesLatin
MétalangueLatin
Langue des exemples
Sommaire de l'ouvrageAlphabet latin (0,6%); introduction (comprenant la définition de la grammaire et ses parties, 22 annoncées, 20 seront traitées) (1,3%); (Sur le son vocal) I. lettres (4,4%); II. syllabe (4%); III. le mot-les parties du discours (29%) [1. le nom: 11,7%; 2. le pronom: 2,6%; 3. le verbe: 5,4%; 4. le participe: 2,1%; 5. l'adverbe: 3,9%; 6. la conjonction: 1%; 7. la préposition: 1,2%; 8. l'interjection: 0,6%]; IV. sur la construction (16,5%); V. l'orthographe (1,9%); VI. l'analogie (1%); VII. l'étymologie (0,7%); VIII. les gloses (0,4%); IX. les différences (1,8%) + transition; X. signes diacritiques (d'accents et de ponctuation) (9,5%); XI. accents (1,6%); XII. pieds (suit une liste donnant les étymologies des termes techniques utilisés) (5,9%); XIII. le mètre (4,8%); XIV. la prose (0,6%) + transition; XV. le barbarisme (1,2%); XVI. le solécisme (0,7%); XVII. les autres défauts (1,4%); XVIII. le métaplasme (1,9%); XIX. les schemata [figures] (3,7%); XX. le trope (5,3%).
Objectif de l'auteurPas de prologue indiquant l'objet du traité, mais des indications données lors de transitions entre les sections: la grammaire, qui est essentielle comme préparation aux autres disciplines (p. 122) et vise à former le "lecteur" de textes sacrés (p. 121), s'intéresse d'abord à ce qui constitue son contenu et son fondement (cf. p. 122), à savoir les parties I à IV, ensuite à ce qu'Hugues de Saint Victor considère comme extrinsèque (comme l'orthographe, p. 117) ou relevant de la forme (cf. p. 122), et enfin à ce qui relève de l'ornement (p. 140).
Intérêt généralGrammaire à l'usage des moines, orientée vers la lecture des textes scripturaires.
Parties du discoursDéfinition (sauf pour le nom); énumération des espèces (l'auteur juxtapose souvent plusieurs listes, à partir de sources différentes) et des accidents.
Innovations term.Importance de la notion de regere, qui permet de classer les espèces de verbes.
Corpus illustratifExemples chrétiens; exemples classiques (Virgile, etc.) empruntés aux grammairiens (surtout Donat et Isidore), intervenant principalement dans les chap. XV à XX; exemples forgés pour illustrer les différentes constructions.
Indications compl.Syntaxe: définition de la construction, division entre transition et intransition; distinction entre les parties principales et les autres qui en sont des déterminations; liste des noms, puis des verbes, selon les cas qu'ils régissent. Pas de lien avec les chap. XV à XX sur les figures et défauts.
Influence subieLes trois sources principales sont Donat, Isidore, Priscien, ce dont témoigne le plan: les parties, I à IV, que l'auteur juge principales, suivent à la fois l'Ars maior de Donat et les Institutiones grammaticae de Priscien (pour IV), les parties V à XV suivent (quasi littéralement) deux blocs distincts empruntés à Isidore, les parties XV à XX reprennent la troisième partie de l'Ars maior. Les deux dernières parties annoncées dans le plan, mais non traitées, sont aussi les deux dernières d'Isidore (fables et histoire). Autres sources: Charisius et Diomède (pour la partie XIII), Cicéron, Servius et Sergius (commentaire sur Donat), Bède, Raban Maur. Voir Baron 1966, p. 159-163.
Influence exercéeNon déterminée, peut-être sensible sur l'enseignement de l'exégèse, qui constitue la destination de l'ensemble des ouvrages d'Hugues.
Renvois bibliographiquesBaron R. 1966; Gibson M. & Poirel D. 2009; Leclercq J. 1943; Saint-Victor H. de 1991
Rédacteur

Rosier-Catach, Irène

Création ou mise à jour1998