CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Textes

Raynouard, François-Juste-Marie. Choix des poésies originales des troubadours. Tome premier – T02

| Table des matières | Fiche | Texte |

Grammaire
de
la langue romane.107

Grammaire
de
la langue romane.

Les règles de la grammaire romane sont classées dans
l'ordre établi pour en présenter les éléments. Il serait
donc superflu de répéter la plupart des observations déjà
faites.

D'ailleurs j'expose les principes de cette langue, non
pour instruire des personnes qui auraient à la parler,
mais pour faciliter l'intelligence des ouvrages romans à
celles qui voudront les étudier et les comprendre.

Les connaissances que je dois supposer à ces personnes
me dispensent de leur rappeler les définitions et les préceptes
qui se trouvent dans toutes les grammaires.

Des exemples justifieront constamment l'indication des
règles.

Ces exemples seront pris ordinairement dans les écrits,
soit en prose, soit en vers, dont les auteurs auront vécu
avant la fin du XIIe siècle.109

Chapitre premier.
Articles.

tableau masculin | féminin | sing. | el | elh | lo | le | la | il | ill | ilh | del | de lo | du | de la | al | a lo | au | a la | à la | plur. | els | elhs | los | li | les | las | dels | des | de los | de li | de las | als | as | a los | a li | aux | a las

Voici des exemples de l'emploi de ces différents articles,
soit comme sujets, soit comme régimes directs ou indirects.

Sing. masc. el, elh, lo, le, sujet.

El pan fo cautz, el vin fon bos 11.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

« Elh diable gardec lo de mort 22. »
Philomena, fol. 60.

Tot lo joy del mon es nostre,
Dompna, s'amduy nos amam 33.
Comte de Poitiers : Farai chansoneta.110

Sing. masc. el, lo, le, régimes directs.

Peire, lo dormir e 'l sojorn
Am mais qu'el rossignol auzir 14.
Bernard de Ventadour : Amics.

Sing. masc. del, de lo, du, al, el, a lo, au,
régimes indirects.

Chantars no pot gaire valer,
Si d'ins del cor no mov lo chans ;
Ni chans no pot del cor mover,
Si no y es fin amors coraus 25.
Bern. de Ventadour : Chantars.

Juli César conquis la senhoria
De tot lo mon, tan cum ten ni garanda 36.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

Lo creator de tot lo mon 47. »
Philomena, fol. 94

El capitoli, lendema al dia clar 58.
poeme sur Boece.

Metge querrai al mieu albir 69.
Comte de Poitiers : Farai.111

Amicx, ben leu deman morras ;
E doncx, pos seras mes el vas,
Aver pueis que te faria 110 ?
Rambaud d'Orange : Nueg e jorn.

Qu'a tot lo mon s'en fez, qui'n vol ver dir,
Als us doptar, et als altres grazir 211.
Gaucelm Faidit : Forz chausa.

Plur. masc. els, elhs, los, li, ill, il, les, sujets.

Els riu son clar de sobre los sablos 312.
Bern. de Ventadour : Belh. Monruel.

« Elhs Sarrasis fugiro tota la nueyt 413. »
Philomena, fol. 54

Vers es que los cors son essems
E ja no s partiran nulh temps 514.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

« Quascuna de las parts partie se, los crestias gausens,
elhs Sarrasis dolens 615. »
Philomena, fol. 74

Car li ris e li joc
An lur temps e lur loc 716.
Arnaud de Marueil : Rasos es.112

Aras non sai cum s'anara de me,
Tant son li mal gran e petit li be 117.
Cadenet : Ben volgra.

E ill ram son cubert de fuoilha 218.
Bern. de Ventadour : Bel m'es quan.

Abans que il blanc puoi sion vert 319.
P. d'Auvergne : Abans que.

Plur. masc. els, los, ill, li, les, régimes directs.

C' aissi s conven c' om los essai
Ab ira 'ls us, autres ab jai,
Ab mal los mals, ab be los bos 420.
Pierre Rogiers : Senher Raimbaut.

« Vedia que tolt los sujets 521. »
Acte de 1025. Hist. du Languedoc, pr. t. 2.

E mantenrai los frevols contra ' ls fortz 622.
Rambaud de Vaqueiras : Ges sitot.

Ill crozat vau reptan 723.
Bertrand de Born : Ara sai.

Paguesan li fameiant e li errant endreycesan 824.
La nobla leyçon.113

Plur. masc. dels, des, de los, de li, des, rég. indir.
als, as, a los, a li, aux.

L'esser e la maniera
Dels avols e dels bos,
Dels malvatz e dels pros 125
Arnaud de Marueil : Rasos es.

El dolz chanz des ausels per broill
M'adolza lo cor e m reve 226.
Bern. de Ventadour : Quan par la flors.

E m platz quan la treva es fraicha
Des Esterlis e dels Tornes 327.
Bertrand de Born : Guerra e treball.

Doncs sai eu ben que mi dons ten las claus
De totz los bes qu'ieu aten ni esper 428.
Berenger de Palasol : Tan m'abelis.

E aurian la victoria de li nostre enemics 529.
La nobla leyçon.

Lausenjador fan encombriers
Als cortes et als dreituriers 630.
Rambaud d'Orange : Als durs.114

A vos volgra mostrar lo mal qu'ieu sen
E as autres celar et escondire 131.
Folquet de Marseille : Amors merces.

Na Johana d'Est agensa
A tos los pros ses falhensa 232.
Bern. de Ventadour : En aquest.

E en Orient aparec una Stella a li trei baron…
E dis a li apostol que bategesan la gent 333.
La nobla leyçon.

Singulier fém. la, il, ilh, ill, la, sujet.

Qu'eissament trembli de paor
Com fa la fuelha contra 'l ven 434.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Domna, il genser de las gensors 535.
Blacasset : Ben volgra.

S'ilh voluntatz non es engaus 636.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.

Apodera, domna, vostra beutatz
E la valor, e 'l prez, e ill cortesia,
Al meu semblan, totas cellas del mon 737.
Gaucelm Faidit : Tot atressi.115

Singulier féminin : la, la, régime direct.

E am del mon la bellazor
Domna, e la plus prezada 138.
Rambaud d'Orange : Mon chant.

Am la meillor dona qu'ieu sai
E la plus bela qu'anc dieus fe 239.
Pons de la garde : Ben es dreitz.

Sing. fém. de la, de la, a la, à la, rég. indirects.

Tant soi aprochatz de la fi 340.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Chanso, vai t'en a la melhor 441.
Arnaud de Marueil : A guiza.

A la mort no s pot escremir
Reis, ni coms, ni ducx, ni marqis 542.
P. d'Auvergne : Cui bon vers.

Pluriel féminin, las, les, sujet.

Las donas eyssamens
An pretz diversamens ;
Las unas de beleza.
Las autras de proeza 643.
Arnaud de Marueil : Rasos es.116

Pluriel féminin : las, les, régime direct.

Si sen d'amor las trebalhas ni 'ls maus 144.
Arnaud de Marueil : La cortezia.

Qui fai las flors espandir per la planha 245.
Pons de Capdueil. : Leials amors.

Plur. fém. de las, des, a las, aux, rég. indirects.

Dona, no us puesc lo sente dir
De las penas ne del martir 346.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

De las donas me desesper ;
Jamais en lor no m fiarai 447.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Belha domna, de cor y entendia
Dieus, quan formel vostre cors amoros ;
E par y be a las belhas faissos 548.
Giraud le Roux : Ara sabrai.

« La tenc a las fons e fo son payri 649. »
Philomena, fol. 103.117

Les noms propres ne prennent point l'article.

Per zo no 'l volg Boecis a senor 150.
Poeme sur Boece

« E Karlès Maines dix : Adonques aissi sia, si a Thomas
platz et a totz 251. »
Philomena, fol. 5.

Eissamen m'es per semblansa
Com de Peleus la lansa,
Que del seu colp no podi' hom garir,
Si autra vez no s'en fezes ferir 352.
Bern. de Ventadour : Ab joi.

Souvent l'article n'est pas mis devant les substantifs
romans.

« E Karles, quant o hac ausit, fe gracias a Dieu e lauzors 453. »
Philomena, fol. 19.

Et sur-tout en poésie :

Ieu eonosc ben sen e folhor
E conosc anta et honor
Et ai ardimen e paor 554.
Comte de Poitiers : Ben vuelh.118

Pros domna conoissens,
En cui es pretz e sens
E beutatz fin' e pura
Que natura y mes 155.
Arnaud de Marueil : Franquez' e noirimens.

Parfois la suppression de l'article a pareillement lieu
après les prépositions.

Paratge d'auta gen,
Poder d'aur ni d'argen
No us daran ja bon pretz,
Si ric cor non avetz 256.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Si no m baiza 'n cambr' o sotz ram 357.
Comte de Poitiers : Farai chansonetta.

L'article qui précède la plupart des noms substantifs
est aussi placé au-devant de la plupart des autres noms
qui sont employés substantivement.

Il sert ordinairement à distinguer les genres, les nombres,
et quelquefois le sujet, le régime.

Quelquefois, devant plusieurs substantifs exprimant des
noms propres, génériques, qualificatifs, etc., la langue
romane, au lieu d'indiquer par l'article del, de la, etc.,
119un rapport de génitif, supprima non seulement le signe
de l'article, mais encore la préposition de.

Morrai pel cap…. Sanh Gregori 158.
Comte de Poitiers : Farai chansoneta.

Lo servici…. nostre seignor 259.
P. d'Auvergne : Bella m'es.

Cette forme, qui n'est qu'une exception à la règle
générale, se trouve dans le serment de 842 : Pro…. deo
amur
360, et l'inversion qui, dans cet exemple, place le
génitif deo ou deu avant le substantif qui le gouverne,
est restée en usage dans la langue romane.

Pro…. Deu amor, ben savez veramen 461.
Folquet de Marseille : Pro Deu amor.

La plupart des voyelles finales ou initiales des articles
s'élident souvent ; comme :

tableau l' | pour | lo | la | 'l | 'lh | 'll | el | elh | il | ilh | ill | 'ls | 'lhs | els | elhs

L'h ajouté aux articles ou aux pronoms personnels et
démonstratifs ne change en rien leur nature. Ainsi on
trouve :

elh, elhs, ilh, elha, elhas | pour | el, els, il, ela, elas.
etc. | etc.

Et de même avec les prépositions de et ad.120

Chapitre II
Substantifs.

Les noms doivent être considérés sous les rapports du
genre, du nombre, et du cas.

La langue romane admet seulement les genres masculin
et féminin, que l'article, la terminaison, font ordinairement
reconnaître.

Elle admet deux nombres : le singulier et le pluriel ; ils
sont de même indiqués ordinairement par l'article, par
la terminaison.

Le cas fut ainsi nommé à cause du signe final distinguant
les sujets et les régimes dans les langues qui terminent
leurs noms par une variété de désinences ou
chûtes, casus. Quelques grammairiens ont prétendu que,
dans les langues modernes qui n'attachent point à leurs
noms cette variété de désinences caractéristiques soit des
sujets soit des régimes, il n'existait point de cas.

Quoique je préfère d'employer les expressions de sujet
et de régime direct ou indirect, je me conforme quelquefois
à l'usage, en me servant du mot de cas, pour
rendre mes idées plus sensibles, sur-tout quand j'établis
des rapports avec les cas des langues qui ont des désinences
caractéristiques.121

Presque tous les substantifs romans ayant été formés
par la suppression de ces désinences qui marquaient les
cas des substantifs latins, il serait aussi long que fastidieux
de présenter ici le tableau de toutes les terminaisons
des différents substantifs romans, soit masculins,
soit féminins. Ces détails minutieux et compliqués
appartiennent au dictionnaire de la langue : il contiendra
la classification des désinences très-nombreuses et très-variées
qui indiquent les noms substantifs ou adjectifs ;
ces noms sont faciles à reconnaître soit à l'article ou aux
prépositions qui les précèdent, soit au signe qui, dans
la langue romane, distingue les sujets des régimes.

On a vu précédemment de quelle manière se faisait
cette distinction caractéristique ; de nouvelles observations
et de nouveaux exemples confirmeront la règle, et offriront
quelques détails nécessaires.

Au singulier, l's final attaché à tous les substantifs
masculins et à la plupart des substantifs féminins qui ne
se terminent point en a, désigne qu'ils sont employés
comme sujets, c'est-à-dire qu'ils remplissent la fonction
du nominatif ou du vocatif ; et l'absence de l's désigne le
régime direct ou indirect, c'est-à-dire que ces noms remplissent
une fonction de génitif, de datif, d'accusatif, ou
d'ablatif.

Au pluriel, les nominatifs et les vocatifs de ces noms,
c'est-à-dire les sujets, ne reçoivent pas l's ; mais il s'attache
aux génitifs, datifs, accusatifs, et ablatifs, c'est-à-dire
aux régimes directs ou indirects.122

Les régimes indirects sont facilement distingués, soit
au singulier, soit au pluriel, par les prépositions de et a,
ou autres, qui précèdent les génitifs, datifs et ablatifs ;
et les régimes directs, par l'absence de ces prépositions,
lesquelles ne sont jamais placées entre des verbes et un
nom qui devient leur régime direct.

Les noms féminins en a, sujets ou régimes, ne reçoivent,
dans aucun cas du singulier, l's final, qu'ils
gardent à tous les cas du pluriel.

Les substantifs qui originairement se terminent en s, le
conservent dans tous les cas, soit au singulier, soit au
pluriel.

Pour offrir des exemples de l'emploi de l's, désignant
au singulier les noms masculins comme sujets, je choisis
un couplet entier :

Valer m degra mos pretz e mos paratges
E ma beutatz e plus mos fins coratges ;
Per qu' ieu vos man, lai on es vostre estatges,
Esta chanson, que me sia messatges,
E voill saber, lo mieus bels amics gens,
Per que m'etz vos tan fers e tan salvatges ;
No sai si ses orguelhs o mals talens 162.
Comtesse de Die : A chantar.123

Je donne de même un couplet entier pour les exemples
de l'absence de l's, désignant au singulier les noms masculins
comme régimes directs ou indirects :

Seinher Conrat, tot per vostr' amor chan,
Ni ges no i gart ami ni ennemi ;
Mas per so 'l fatz qu'ill crozat vauc reptan
Del passatge qu'an si mes en obli :
Non cuidon qu'a Deu enoia
Qu'ill se paisson e se van sojornan ;
E vos enduratz fam, set, et ill stan 163.
Bertrand de Born : Ara sai.

L'observation de cette règle et son utilité sont frappantes
dans les phrases où le même nom est successivement
employé et comme sujet et comme régime :

Qe mais mi notz a Deu siaz
Que Deus vos sal no m'ajuda 264.
Cadenet : Amors e cum er.

Parmi les citations que je pourrais faire de la prose
124romane, je préfère ce passage qui commence l'ouvrage
intitulé : Leys d'amors :

« Segon que dis lo philosophs, tut li home del mon desiron
aver sciensa, de la qual nais sabers, de saber conoyssensa,
de connoyssensa sens, de sen be far, de be far valors,
de valor lauzors, de lauzor honors, d'honor pretz de
pretz plazers, et de plaser gaug e alegriers 165. »

Il me reste à donner, pour le pluriel, des exemples de
l'absence de l's désignant les sujets, et de la présence de
l's désignant les régimes :

Plur. sujet. De fin' amor son tuit mei pensamen
E mei desir e mei meillor jornal 266.
P. Raimond de Toulouse : De fin' amor.

En vos son pauzat miei voler,
E miei talan e miei desir 367.
Elias de Barjols : Pus la bella.

Plur. régime. En abril, quan vei verdeiar
Los pratz vertz, e 'ls verdiers florir 468.
Bern. de Ventadour : En abril.

Lo temps vai, e ven, e vire
Per jorns e per mes e per ans 569.
Bern. de Ventadour : Lo temps.125

Plur. régime. Car qui be vol baissar e frevolir
Sos ennemics, bos amics deu chausir 170.
Bernard Arnaud de Montcuc : Anc mais.

Pro ai del chan essenhadors
Entorn mi et ensenhairitz,
pratz e vergiers, arbres e flors,
Voutas d'auzelhs e lais e critz 271.
Geoffroi Rudel : Pro ai del chan.

Voici des exemples des substantifs féminins en a au
singulier, et en as au pluriel.

Sing. sujet. Que fara la vostr'amia ?
Amicx, cum la voletz laissar 372 !
Bern. de Ventadour : En abril.

Guerra m platz, sitot guerra m fan
Amors e ma domna tot l'an 473.
Bertrand de Born : Guerra.

Sing..régime. Farai chansoneta nueva 574.
Comte de Poitiers : Farai.

Lanquan vei la fuelha
Jos dels arbres cazer 675.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei.126

Sing. régime. Mielz no fa 'l venz de la rama,
Q' en aissi vau leis seguen,
Com la fuelha sec lo ven 176.
Bern. de Ventadour : Amors enquera.

Plur. sujet. Las donas eyssamens
An pretz diversamens….
Las unas son plazens,
Las autras conoissens 277.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Plur. régime. E vey las aiguas esclarzir 378.
Bern. de Ventadour : En abril.

Anc Persavals, quant en la cort d'Artus
Tolc las armas al cavalier vermelh,
Non ac tal joy 479.
Rambaud de Vaqueiras : Era m requier.

De las domnas me desesper :
Jamais en lor no m fiarai 580.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

J'ai dit que les substantifs terminés en s le gardaient à
tous les cas du singulier et du pluriel, soit qu'ils fussent
employés comme sujets, soit qu'ils le fussent comme
127régimes ; je choisis pour exemples les noms temps, temps ;
vers, vers ; ops, besoin, avantage.

Sujets. Lo gens temps m'abellis e m platz 181.
Arnaud de Marueil : Lo gens temps.

Qu'entr els lurs gabs passa segurs mos vers 282.
Arnaud de Marueil : L'ensenhamentz.

Ab fina joia comensa
Lo vers qui be ls motz assona 383.
Pierre d'Auvergne : Ab fina.

Car mot l'es ops sacha sofrir
Que vol a gran honor venir 484.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Régimes. Totz temps vos amaria,
Si totz temps vivia 585.
Arnaud de Marueil : Sabers.

Per joi qu'ai dels e d'el temps 686.
Arnaud Daniel : Autet e bas.

Estat ai dos ans
Qu'ieu no fi vers ni chanso 787.
Bernard de Ventadour : Estat ai.

Dirai un vers que m'ai pensat 888.
Rambaud d'Orange : Als durs.128

Rég. E chanta sos vers raucament 189.
Le moine de Montaudon : Pus Peire.

Ben vuelh que sapchon li plusor
D'est vers, si 's de bona color 290
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Lai on m'agra ops que fos saubuz mos vers 391.
Folquet de Marseille : Chantan volgra.

Qu'a vos soi fis e a mos ops trayre 492.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.

Concurremment avec la règle qui désigne par l's final
le sujet au singulier, la langue romane usa d'une forme
spéciale pour quelques substantifs masculins, dont le
nominatif au singulier se termina différemment des autres
cas du singulier et de tous ceux du pluriel.

Ces substantifs reçurent la finale aire, eire, ire,
comme sujets au singulier, et la finale ador, edor, idor,
comme régimes directs ou indirects au singulier, et comme
sujets ou régimes au pluriel.

Aire : suj. « Pistoleta si fo cantaire d'En Arnaud de
Marueil, e fo de Proensa, e pois venc Trobaire,
e fez cansos. 593 »
Vie manuscr. de Pistoleta. Ms. roy. 7225, fol. 137.

C' anc no fui fais ni Trichaire 694.
Bern. de Ventadour : Lo rossignols.129

Aire : suj. Qu'ieu chant gais e joios,
Pois cil cui sui amaire,
Qu' es la gensor qu'anc fos,
Vol mi e mas chansos 195.
Gaucelm faidit : L'onrat jauzens.

Ador : rég. Vergiers ni flors ni pratz
No m'an fait cantador ;
Mas per vos cui ador,
Domna, m sui alegratz 296.
Pierre Raimond de Toulouse : S'ien fos.

Cantarai d'aquest trobadors
Qui chantan de mantas colors 397.
Pierre d'Auvergne : Cantarai.

Amic ai de gran valor
Que sobre totz seingnoreia
E non a cor trichador 498.
Azalais de porcairague : Ar em al freg.

Vos am e no m recre
Per mal ni per dolor ;
Tan yos ai cor de lial amador 599l
Gaucelm faidit : Razon.130

Eire : suj. E s'anc fuy gays entendeire ni drutz 1100.
Rambaud de Vaqueiras : D'amor no m lau.

Edor :rég. D'una dona qu'a dos entendedors 2101.
Rambaud de Vaqueiras : Seigner.

Ire : suj. E ill serai hom et amicx e servire 3102.
Bern. de Ventadour : Ben m'an.

Doncs, belha, membransa
N'aiatz qu'ieu no us sui mentire 4103.
Gaucelm faidit : Coras que m.

Idor : rég. Bona dompna, plus no us deman
Mais que m prendaz a servidor 5104.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Car del tornar ai paor
Que me tegna per mentidor 6105.
Gaucelm faidit : D'un dolz bel.

Quand j'indique les principales règles qui, dans la
langue romane, servent à distinguer les sujets et les
régimes, je ne dois pas omettre que cette langue possède
plusieurs substantifs qui, par leur double terminaison
masculine et féminine, pouvaient être employés tour-à-tour
dans le genre qui convenait aux auteurs.

Ces mots sont en grand nombre ; le dictionnaire roman
131les indiquera ; je me borne à donner les exemples de
fuelh et fuelha, de joy et joya.

Lo fuelhs e 'l flors e 'l frugz madurs 1106.
Pierre d'Auvergne : Lo fuelhs.

Quan la vert fuelha s'espan
E par flors blanqu' el ramel 2107.
Bern. de Ventadour : Quan la vert.

Tos temps sec joi ir' e dolors,
E tos temps ira jois e bes 3108.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

No sai joya plus valen 4109.
Geoffroi Rudel : Quan lo.

Le substantif dons est employé dans le même sens que
le substantif domna, mais alors le pronom possessif qui
y est joint est mi, ti, si :

Sujet : E mi dons ri m tan doussamens 5110.
Rambaud d'Orange : Ab nov joi.

Régime. Amicx, quan se vol partir
De si dons, fai gran enfansa 6111.
Gaucelm faidit : Sitot ai.

Pois a mi dons no pot valer
Dieus ni merces ni'l dreich qu'ieu ai 7112.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.132

Enfin la langue romane employa quelquefois un signe
particulier pour précéder et faire reconnaître les noms
propres des personnes qualifiées.

En désigna les noms propres masculins.

Na désigna les noms propres féminins 1113.

Trobey la molher d'en Guari
E d'en Bernart 2114.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

E fa tota la linhada
Que près d'en Adam naissensa 3115.
Gavaudan le vieux : Un vers.

Na Beatrix, Dieus qu'es ples de merce
Vos accompanh' ab sa mair' et ab se 4116.
Aimeri de Peguillan : De tot en tot.

Na subissait quelquefois l'élision devant les noms qui
commençaient par des voyelles :

So dis n'Agnes, e n'Ermessen :
Trobat avem qu'anam queren 5117.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

En et na furent placés même devant les sobriquets ou
133les noms fictifs qui étaient donnés à ces personnes qualifiées.

Ainsi Bertrand de Born, qui donne au roi Richard le
sobriquet d'oc e no, oui et non, dit de lui :

En oc e no vol guerra mais
Que no fai negus dels Alguais 1118.
Bertrand de Born : Al dous nov.

Bernard de Ventadour, donnant à la dame qu'il chantait
le nom de fin' amors, pur amour, s'exprime ainsi :

Na fin' amors, fons de bontatz,
Merce ti clam, lai no m'acus 2119.
Bern. de Ventadour : Pus mos coratges.

Et Arnaud de Marueil appelant sa dame ses merce,
sans merci :

Na ses merce, trop s'afortis
Vostre durs cors encontra mey 3120,
Arnaud de Marueil : Cui que fin' amors

Verbes employés substantivement.

A l'exemple de la langue grecque et de la langue
latine, les présents des infinitifs furent souvent employés
substantivement.134

Comme sujets, ils prirent ordinairement l's final, mais
ils ne le prirent pas toujours.

Comme régimes, ils rejetèrent l's final.

Les régimes indirects furent précédés des prépositions
qui les désignent.

Quelquefois l'article fut joint à ces verbes, soit sujets,
soit régimes ; quelquefois ils furent employés sans articles,
ainsi qu'on le pratiquait à l'égard des substantifs mêmes.

Voici des exemples de l'infinitif des verbes romans employés
substantivement.

Sujets sans articles. Chantars me torna ad afan,
Quan mi soven d'En Barral 1121.
Folquet de Marseille : Chantars.

El dieus d'amor m'a nafrat de tal lansa
Que no m ten pro sojornars ni jazers 2122.
Folquet de Marseille : Chantan.

Que viures m'es marrimens et esglais,
Pus morta es ma dona N'Azalais 3123.
Pons de Capdueil : De totz caitius.

Sujets avec articles. Pus lo partirs m'es aitan grieus
Del seignoratge de Peytieus 4124.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.135

Sujets avec article. Val lo bon cor e 'l gen parlars
E 'l merces e l' humiliars
Mais que riquezas ni poders 1125.
Arnaud de Marueil : Si que vos.

Granz affars es lo conquerers,
Mais lo gardar es maestria 2126.
Gaucelm Faidit : Chascun deu.

Lanquan la vei, me te 'l vezers jauzen 3127.
Pons de Capdueil, : Aissi m'es pres.

Sujets au pluriel. Ben sai qu'a sels seria fer
Que m blasmon quar tan soven chan,
Si lur costavon mei chantar 4128.
Rambaud d'Orange : Ben sai.

Soffrissetz qu'a vostr' onransa
Fosson mais tuich mei chantar 5129.
Gaucelm faidit : Al semblan.

Rég. direct. En mon cor ai un novelet cantar
Planet
e leu e qu'el fai bon auzir
A totz aisselhs qu'en joy volon estar 6130.
Arnaud de Marueil : En mon cor.136

Rég. ind. sans article. Ab celar et ab soffrir
Li serai hom e servire 1131.
P. Raimond de Toulouse : Altressi.

E tal es en gran poiar
Cui la rod' en breu virar
Fai son poiar e descendre 2132.
Giraud de Borneil : Honratz es hom.

Rég. ind. avec article. Messatgier, vai, e no m'en prezes meinhs,
S' ieu de l' anar vas mi dons sui temens 3133.
Bern. de Ventadour : Quant erba.

Ma dompna m fo, al comensar,
Francha e de bella conpaigna 4134.
Bern. de Ventadour : Estat ai.

Aux verbes employés substantivement s'attachent,
comme aux véritables substantifs, les pronoms possessifs,
démonstratifs, etc., et tous les différents adjectifs ; en un
mot, ces verbes remplissent entièrement les fonctions des
substantifs ordinaires.

La langue romane emploie aussi substantivement les
adjectifs, quand elle s'en sert d'une manière impersonnelle ;
j'en donnerai des exemples dans le chapitre suivant.137

Chapitre III
Adjectifs.

L'adjectif roman doit s'accorder en genre et en
nombre avec le substantif auquel il se rapporte.

L'a final ajouté à l'adjectif masculin caractérise le genre
féminin.

Voici des exemples où le même adjectif est tour-à-tour
employé comme masculin et comme féminin.

Us guais conortz me fai guayamen far
Guaia chanso, guai fait e guai semblan 1135.
Pons de Capdueil : Us guais.

Que m fezessetz, contra 'l maltrag, aver
De ma bella domna un bel plazer 2136.
Elias de Barjols : Amors que.

Aman viu et aman morrai,
C' ab bon cor et ab bona fe
Am la meillor dona qu'ieu sai
E la plus bela qu'anc Dieus fe 3137.
Pons de la Garde : Ben es dreitz.138

Si 'l cors es pres, la lenga non es presa 1138.
Rambaud d'Orange
 : Si l cors.

Selon que le substantif est sujet ou régime, au singulier
ou au pluriel, l'adjectif masculin admet ou rejette
l's final, à l'exemple du substantif, d'après les mêmes
règles et les mêmes exceptions.

Sing. suj. Tant er gen serviz per me
Sos fels cors durs e iratz,
Tro del tot s'er adolzatz 2139.
Bernard de Ventadour : Conort era.

Per so lur serai fis e cars,
Humils e simples e liaus,
Dous, amoros, fis, e coraus 3140.
Rambaud d'Orange : Assatz sai.

Savis e fols, humils et orgoillos,
Cobes e larcx, e volpils et arditz
Sui, quan s'eschai, e jausenz e marritz ;
E sai esser plazens et enoios
E vils e cars, e vilas e cortes,
Avols e pros, e conosc mals e bes 4141,
Rambaud de Vaqueiras : Savis.139

Sing. rég. Un sirventes farai novelh, plazen 1142.
Bertrand de Born : Un sirventes.

Plur. suj. Abans que il blanc puoi sion vert 2143.
P. d'Auvergne : Abans.

Plur. rég. Quar, per vostres faitz vilas,
Mensongiers e soteiras,
Vos mesprendon tut li pro 3144.
Elias de Barjols : Amors be.

Als durs, crus, cozens lauzengiers,
Enuios, vilans, mals parliers,
Dirai un vers que m'ai pensat 4145.
Rambaud d'Orange : Als durs.

Il y a des adjectifs communs aux deux genres. Ces adjectifs
ne prennent point la terminaison a, quand ils sont
joints à un nom féminin.

La plupart sont en al, an, e, en, ert, eu, il, ols,
ort, etc. etc.

Ils reçoivent au singulier les signes de sujets ou de
régimes, quoiqu'ils se rapportent à ce nom féminin.

Mais au pluriel, soit sujets, soit régimes, ils prennent
l's ; la raison qu'on peut en donner, c'est que la plupart
140des substantifs féminins étant en a, et ayant conséquemment
l's final comme régime et sujet, le communiquent
à leurs adjectifs.

L'os final bref prend l'a, et l'os long ne le prend pas.
Je donnerai l'exemple de l'adjectif gran, grand, pour le
singulier et pour le pluriel.

Sing. suj. Hai ! com grans enveia m'en ve 1146.
Bern. de Ventadour : Quan vei.

Tant es grans la rancura
Per qu'ieu en sui iratz 2147.
Pons de Capdueil : Ben es fols.

Sing. rég. Per qu'ieu n'en ai gran pena e gran trebailha 3148.
Bern. de Ventadour : Per mielhs cobrir.

Flors es de pretz e frug de gran valensa 4149.
Giraud le Roux : A lei de bon.

Le voici tour-à-tour sujet et régime :

Ben gran meravilla n'ai,
Quar grans meravilla es 5150.
Bernard de Tot lo mon : Mals fregz.

Plur. suj. Que sei solatz son grans copas d'argen 6151.
Gaucelm Faidit : Manens fora.

Plur. rég. Per far grans honors 7152.
Bertrand de Born : Mon chant.141

Voici des exemples de quelques autres adjectifs communs.

Sing. suj. Ieu sui tan corteza guaita
Que no vuelh sia defaita
Leials amors adreit faita 1153.
Cadenet : S'anc fui bella.

Ai ! bona domna benestans 2154 !
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Tant es ferms mos talens
En vos, domna valens 3155
Arnaud de Marueil : Franquez' e noirimen.

Et es joves dona, quan be s capdelh 4156.
Bertrand de Born : Bel m'es quan.

Quant erba vertz e fuelha par 5157.
Bern. de Ventadour : Quant erba.

Que tant es la dolor qu'el sen
E la pena greus per sofrir 6158.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Leis qu'es gaia, cortes', e gen parlans,
Franqu' e humils ab totz faitz benestans 7159.
Rambaud de Vaqueiras : Era m requier.142

Sing. suj. Tant es sotils c'om no la pot vezer 1160.
Gaucelm Faidit : A lieis cui am.

Qu'avols vida val pauc, e qui mor gen
Auci sa mort, e pueis viu ses turmen 2161.
Pons de Capdueil : Er no sia.

Fortz chausa es que tot lo maior dan…
M'aven a dir, en chantan, e retraire 3162.
Gaucelm Faidit : Fortz chausa.

Si m preges ara la pros comtessa 4163.
Albertet : En amor truep.

Pros donna conoissens,
En vos es pretz e sens 5164.
Giraud le Roux : Tant es ferms.

Sing. rég. Lo metge sai ben qui es
Qu'en pot sols salut donar,
Mas que m val, s'ieu demonstrar
Ja no l'aus ma mortal playa 6165 !
P. Raimond de Toulouse : Ar ai ben.

Quan dui s'amen finamen
Per leyal drudaria 7166.
Peyrols : Camjat m'a.143

Sing. rég. Et ieu vuoill mais plasen mensoigna auzir
Que tal vertat de que totz temps sospir 1167.
Giraud le Roux : nulhs hom no saup.

Amics, ab gran cossirier
Sui per vos e en greu pena 2168.
Rambaud d'Orange : Amics, ab gran.

Ai ! com trac greu penedensa 3169 !
Elias de Barjols : Amors ben m'avetz.

Franc, fizel, d'umil semblansa 4170.
Gaucelm Faidit : Jauzens en gran.

Avol vida e piez de mort auran 5171.
Gaucelm Faidit : Fortz chausa.

D'amor no chan ni vuelh aver amia
Belha ni pros, ni ab gran cortezia 6172.
Albertet : En amor truep.

Plur. suj. Las unas son cabals,
E las autras venals….
Las unas ben parlans,
Las autras ben estans,
Las unas son plazens,
Las autras conoissens 7173.
Arnald de Marueil : Rasos es.144

L'adregz solatz e l'avinens companha,
E 'lh gent parlar, e las humils faissos
Mi fan chantar 1174….
Pons de Capdueil : L'adregz.

Plur. rég. Car comprei vostras beutatz
E vostras plazens faisos 2175.
Elias de Barjols : Car comprei.

E braus respos a mas humils chansos 3176.
Folquet de Marseille : Per deu amor.

E per avols gens
Proeza forsjutjada 4177.
Arnaud de Marueil. : Rasos es.

Les adjectifs qui se terminent originairement en s le
conservent au singulier et au pluriel, soit qu'on les emploie
comme sujets, soit qu'on les emploie comme régimes.

Quelquefois le féminin ajoute son signe final a.

Les adjectifs romans remplissent parfois les fonctions
de substantifs :

Si voletz al segle plazer,
En locs siatz fols ab los fatz 5178 ;
145E aqui mezeis vos sapchatz
Gent ab los savis mantener.
C'aissi s coven c' om los essai
Ab ira 'ls us, autres ab jai,
Ab mal los mals, ab be los bos 1179.
Pierre Rogiers : Senher Raimbaut.

Les adjectifs sont souvent employés impersonnellement
avec le verbe esser :

Viure m'es greu, ni morir no m sap bo.
Que farai doncs ? Amarai ma enemia 2180 ?
Rambaud d'Orange : Si de trobar.

Bel m'es quan lo ven m'alena
En abril, ans qu'intre mais 3181.
Arnaud de Marueil : Bel m'es quan.

Régimes des adjectifs.

Dans la langue romane, les adjectifs ont souvent des
régimes, tels que a, de, etc.

E mas no ilh play, farai hueimais mon chan
Leu a chantar, e d'auzir agradan,
Clar d'entendre 4182.
Blacas : Bel m'es ab motz.146

La fassa fresca de colors,
Blanca, vermelha pus que flors 1183.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

D'autras vezer sui secs, et d'auzir sortz,
Qu'en sola lieis vei, et aug, et esgar 2184.
Arnaud Daniel : Sols sui que.

Bel m'es ab motz leugiers a far
Chanson plazen et ab gai so 3185.
Blacas : Bel m'es ab motz.

Anar a pe, a lei de croy joglar
Paubre d'aver e malastrucx d'amia 4186.
Albert Marquis : Ara m diatz.

Autet et bas, entr' els prims fuelhs,
Son nov de flors 5187.
Arnaud Daniel : Autet et bas.

Degrés de comparaison.

Les différents degrés de comparaison s'expriment ordinairement
par les adverbes de quantité plus, mais, mens,
mielhs, aitant, etc.

Quand ils ne sont précédés ni de l'article, ni d'un pronom
possessif, ils désignent le comparatif ; ils se placent
147devant les adjectifs auxquels ils se rapportent, et ces
adjectifs sont suivis du que.

Pus blanca es que Elena 1188.
Arnaud de Marueil : Bel m'es quan.

Pus bela que bel jorn de mai 2189.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Emperador avem de tal manera
Que non a sen ni saber ni menbranza :
Plus ibriacs no s'asec en chadera ;
Ni plus volpils no porta escut ni lansa ;
Ni plus avols no chausa esperos ;
Ni plus malvatz no fai vers ni chansos 3190.
Lanza : Emperador avem.

Que mil aitanz soi meill vostre que meu 4191.
Folquet de Romans : Ma bella.

Quan m'auretz dat so don m'avetz dig d'oc,
Serai plus ricx qu'el senher de Marroc 5192.
Augier : Per vos belha.

Outre cette forme générale, il est, dans la langue romane,
plusieurs adjectifs qui, pour exprimer l'idée de
plus, ont conservé ou imité la terminaison or des comparatifs
latins.148

Quand ils sont employés comme sujets au singulier,
ils se terminent ordinairement en er, et les autres cas du
singulier et tous ceux du pluriel se terminent en or.

Sing. suj. Si que mos maiers pessamens,
Bella dona, doss' e valens,
Es tot per far vostre plazer 1193.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Dona genser que non sai dir,
Per que soven plan e sospir 2194.
Arnaud de Marueil. : Dona genser.

Qu'ades m'agr' ops, sitot ses bos,
Mos chans fos mielhers que non es 3195.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Sing. rég. Qu'ades on plus mos poders creis,
N'ai maior ir' ab me mezeis 4196.
Rambaud de Vaqueiras : No m'agrada.

Ja de vos no m partray,
Que maior honor ay
Sol el vostre deman,
Que s'autra m des bayzan
Tot quan de vos volria 5197.
Blacas : Lo belhs dous temps.149

Plur. suj. En Gaucelms Faidits, ie us deman
Qual vos par que sion maior
O li ben o li mal d'amor 1198.
Albert Marquis : En Gaucelms.

Plur. rég. Que cavaliers ai vist e trobadors
Que de bassez fez auz, e d'auz ausors 2199.
Aimeri : Toz hom que so.

Après les termes de comparaison, le que est souvent
sous-entendu dans les poésies des troubadours.

Ans am vos mais… no fetz Seguis Valensa 3200.
Comtesse de Die : A chantar.

Quar plus m'en sui abellida
….No fis Floris de Blancaflor 4201.
Comtesse de Die : Estat ai.

Qu'anc no saup ren tro fui en miei la flama
Que m'art plus fort… no feira fuec de forn 5202.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

E am la mais… no faz cozin ni oncle 6203.
Arnaud Daniel : Lo ferm voler.150

E mas en vueill aver d'umelitatz
…. No ac lo leo, quan fon issitz del lacz 1204.
Gaucelm Faidit : Trop malamen.

A l'imitation de la langue grecque, la langue romane
employa souvent après le comparatif le signe du génitif
de à la place du que.

Que flors de roser, quan nais,
Non es plus fresca de lei 2205.
Raimond de Miraval : Bel m'es qu'eu.

Pero no sai dompneiador
Que mielhs de mi s'i entenda 3206.
Bern. de Ventadour : No es meraveilla.

Qu'ome de mi no vey plus ric 4207.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.

Que si 'lh lo tenia un an,
Qu'ieu lo tengues mas de cen 5208.
Comte de Poitiers : Companho.

Le superlatif s'exprime ordinairement en plaçant l'article
ou le pronom possessif devant le comparatif ou devant
l'adverbe de comparaison.

Sujet. Dona 'l genser que sia 6209.
Arnaud de Marueil : Sabers.151

Sujet. Pois cill cui sui amaire,
Qu'es la genser qu'anc fos,
Vol mi e mas chansos 1210.
Gaucelm Faidit : L'onratz.

Merce, dona la plus genta
Que anc natz de maire vis 2211.
Giraud le Roux : Amors.

Donx si com es la genser qu'anc fos visa 3212.
Arnaud de Marueil : Tot quant.

Régime. Blacas, d'aquest partimen
Sai ieu chauzir lo meillor 4213.
Blacas : En Raimbaut.

Quar am ni desire
Del mon la bellasor 5214.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei.

Per bona fe e ses engan
Am la plus bella e la meillor 6215.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Et ai m'amor messa, en mon joven,
En la melhor et en la plus valen 7216.
Blacas : Peire Vidals.152

Régime. De l'aigua que dels huels plor
Escriu salutz mai de cen
Que tramet a la gensor
E a la plus avinen 1217.
Bern. de Ventadour : Era m.

Tan com la mars avirona,
N'ay triat, ses dig baduelh,
La gensor e la pus bona
C'oncas vezeson miey huelh 2218.
Pierre Raimond de Toulouse : Pos lo prims.

Plur. suj. Li port amor tan fin' e natural
Que tuit son fals ves mi li plus leial 3219.
Bern. de Ventadour : Quan par la flors.

Plur. rég. Dona genser de las gensors 4220.
Blacasset : Ben volgra.

Bella dompna, meiller de las meillors 5221.
Guillaume Figuieras : En pessamen.

E sa beutaz es entre las gensors
Genser aisi com entre foillas flors 6222.
Aimeri ; Totz hom que so.153

Plur. rég. Car vos valetz las meillors cen 1223.
Rambaud d'Orange : Mon chant.

C'una 'n sai qu'es de las melhors
La meilher qu'anc dieus fezes 2224.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Quelquefois l'er final, qui au singulier caractérise le
sujet des termes de comparaison, se change en aire.

Car es del mon la bellaire 3225,
Rambaud d'Orange : Mon chant.

La meiller etz del mon e la belaire 4226.
Perdigon : Aissi cum selh.

Rarement le superlatif fut emprunté de la finale latine
issimus, mais il s'en trouve des exemples :

E fora genser la razos
Que s coitesso del loc cobrar
On per Melchior e Gaspar
Fon adoratz l'altisme tos 5227
Pierre du Villar : Sendatz.154

Chapitre IV.
Pronoms.

Pronoms personnels.

tableau 1ere pers. | singulier | pluriel | sujet | ieu | eu | me | mi | je | moi | nos | nous. | rég. dir. | rég. indir. | de me | de mi | de moi | de nos | de nous. | a me | a mi | a moi | a nos | à nous

Ieu, eu, me, mi, je, moi, sujet.

Ieu conosc ben sen e folhor
E conosc anta e honor 1228.
Comte de Poitiers : Ben vuelh.

Pois me preiatz, senhor,
Qu'ieu chant, ieu chantarai 2229.
Bern. de Ventadour : Pos me preiatz.

Et empero anc re non amiei tan ;
Mas, en dreg vos, eu non aus far semblan 3230.
Arnaud de Marueil : Aissi cum selh.155

E s'auzes dire quar me fos
Un ser, lai on se devestis 1231.
Arnaud de Marueil : Bel m'es lo dos.

E veus sui al vostre plazer
Mi e mos chans e mas tors 2232.
Bertrand de Born : S'abrils.

Me, mi, moi, régimes directs.

Saluderon me francamen 3233.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Si mi ten pres s' amors e m'aliama 4234.
Bern. de Ventadour : Ben m'an.

Ar cum mi saup gent esgardar 5235 !
Blacas : Ar cum.

De me, de mi, de moi, a me, a mi, me, mi, à moi,
régimes indirects.

Auiatz la derreira chanso
Que jamais auziretz de me 6236.
Giraud le Roux : Auiatz.

Dona, que cuiatz faire
De mi que us am tan 7237 ?
Bern. de Ventadour : Can la doss' aura.156

Doncx, per que us metetz amaire,
Pus a me laissatz tot lo mal ?
Quar abdui no 'l partem egual 1238 ?
Rambaud d'Orange : Amicx ab gran.

E, malgrat de malas genz,
Aus pensar so c'a mi plai 2239.
Giraud le Roux : A la mia.

A manjar me deron capos 3240.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Qu'el mon non ai amic que tan mi vailla 4241.
Bern. de Ventadour : Per mielhs.

Respondetz mi ; per cal razon
Reman que non avetz chantat 5242 ?
Bern. de Ventadour : Peyrols.

Nos, nous, sujet ; nos, nous, régime direct.

Domna, nos trei, vos et ieu et amors 6243.
Arnaud de Marueil : L'ensenhamentz.

Volc nos rezemer del sieu sanc 7244.
Gavaudan le Vieux : Patz.157

De nos, de nous, a nos, nos, à nous, rég. ind.

Malvestatz el mon tan gayssa,
Per que patz de nos s'avanta 1245.
Bern. Alahan de Narbonne : No puesc.

Mout hi fes gran a nos amor
Dieus, quan venc en lieys humilmen
Per delir nostre faillimen 2246.
Bernard d'Auriac : Be volria.

Que dieus nos dona tal conort
Qu'el segle fals, faillit et mort,
Nos traga patz per sa doussor 3247.
Gavaudan le Vieux : Patz.

tableau 2e pers. | singulier | pluriel | sujet | tu | toi | vos | vous | rég. dir. | te | ti | vous. | rég.indir. | de tu | de te | de ti | de toi | de vos | de vous. | a tu | a te | a ti | à toi | a vos | à vous

Tu, toi, sujet.

Aital merce, com tu agest
De totz aquels que pendutz as,
Tu, atretal la trobaras 4248.
Roman de Jaufre.158

E poira 'l dir senes faidia
Qui moira : tu morist per me,
Vers dieus, et ieu soi mortz per te 1249.
Pierre d'Auvergne : Lo senher.

Tu, te, ti, toi, régimes directs.

Amors, faras ja ren al mieu voler ?
Per so, te prec, tu c'o as en poder,
C'un pauc vas mi lo sieu coratge vires 2250.
Arnaud de Marueil : Bel m'es lo dous.

Qu'eu no vei ren mas tu venir 3251.
Roman de Jaufre.

« Ni non ti decebrai del castel de Drap 4252. »
Acte de 1075. Papon, Hist. de Provence, t. II, p. 459.

De tu, de te, de ti, de toi, régimes indirects.

Vas Malespina vai, chans,
Al pro Guillem qu'es prezans ;
Qu'el aprenda de tu los motz e l so 5253.
Aimeri de Peguillan : Mantas ves.159

Oc volentiers, so dis Jaufre,
Antz que m parta de te, l'auras 1254.
Roman de Jaufre.

Qu'ar faza de ti prezen
A leis don chant a presen 2255.
Barthelemi Zorgi : Totz hom.

A tu, a te, a ti, te, ti, à toi, régimes indirects.

« Juram a tu Roger, fil d'Estephania 3256. »
Acte de 1137. Hist. du Languedoc, pr. t. II, col. 450.

« Jur a te Guillelm de Montpesler 4257. »
Acte de 1122. Hist. du Languedoc, pr. t. II, col. 422.

« E aisi t'o tenrai a ti 5258. »
Acte de 1103. Hist. du Languedoc, pr. t. II, col. 363.

« A ti Raymun lo tolc 6259. »
Acte de 1075. Papon, Hist. de Provence, t. II, p. 459.

E per que ? ai te ren forfait 7260 ?
Roman de Jaufre.

Na, fin' amors, fons de bontatz,
Merce ti clam, lai, no m'acus 8261.
Bern. de Ventadour : Pus mos coratges.160

Vos, vous, sujet ; vos, vous, régime direct.

E vos es lo meus joys premiers
E si seretz vos lo derriers 1262.
Bern. de Ventadour : Pel dos chan.

E vos, amors, que m'avetz promes tan
Vostre secors, ara us en sovengues 2263.
Gaucelm Faidit : Anc no m parti.

Dona, si no us vezon mei huelh,
Ben sapchatz que mos cors vos ve 3264.
Bern. de Ventadour : Quan par.

D'aisso m conort car anc no fis falhensa,
Amics, vas vos, per nuilla captenensa ;
Ans vos am mais no fets Seguis Valensa 4265.
Comtesse de Die : A chantar.

De vos, de vous ; a vos, à vous, régimes indirects.

Aisi pren de vos comjat 5266.
Cominal : Comtor d'Apchier.161

Car de vos sai, dona, que m ve
Tot cant ieu fas ni dic de be 1267.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

E m dig en rizen :
Amicx, a vos mi ren 2268.
Gaucelm Faidit : Be m platz.

Mand e tramet salut a vos 3269.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Qual vos par que sion maior
O li ben o li mal d'amor 4270 ?
Albert Marquis : En Gaucelms.

Presque toujours la langue romane emploie vos, vous,
en parlant à une seule personne.

tableau 3e pers. | singulier | pluriel | masculin | suj. | el | elh | il | els | elhs | ill | ilh | eux | ils. | r. dir. | lo | lui | le | los | li | les. | r. ind. | d'el | d'elh | de lo | d'els | d'elhs | de li | de lui | de lor | d'eux. | a el | a elh | li els | a els | a elhs | a li | a lui | à lor | lor | à eux | leur 5271162

tableau 3e pers. | singulier | pluriel | féminin | suj. | ela | elha | ella | il | lei | elas | elhas | leys | elle | ellas | elles. | r. dir. | la | leis | lieys | las | les. | r.i.nd. | d'ela | d'elha | d'ella | de li | de lei | d'ellei | de leys | d'elleis | de lieys | d'elle | a ella | a li | a lei | a leys | a ellas | a lor | à elle | lor | à elles | leur

Se, si, s'emploient au singulier et au pluriel soit comme
sujets, soit comme régimes, et avec les prépositions de
et a.

El, elh, il, il, sujet.

Qu'el dona grantz dons volontiers
A joglars e a cavaliers 1272.
Roman de Jaufre.

Quar mos amics es lo plus gais,
Per qu'ieu sui coindeta e gaia ;
E pois ieu li sui veraia,
Be i s taing qu'el me sia verais 2273.
Comtesse de Die : Ab joi.163

E ieu, dis el, me defendrai 1274.
Roman de Jaufre.

De czo que era a venir el lor vay annunciar
Cossi el devia morir e pois rexucitar 2275.
La nobla Leyçon.

El nom de Dieu qu'es paire omnipotens,
Que s volc, per nos gandir, a mort livrar,
Fas sirventes, e prec li qu'el m'ampar,
Si quon elh es guitz e capdellamens,
Que no m nogon clercx ab fals mots forbitz 3276.
Guillaume Anelier : El nom de dieu.

Quar elh era en tan ric loc pausatz
Qu'anc no nasquet tan desastrux de maire
Que lai no fos astrux totas sazos…
Mas elh era sobre totz elegit 4277.
Giraud de Calanson : Bel senher dieus.

Ni com il es mal moilleratz 5278.
Gaucelm Faidit : Perdigon.

Ab aitan il gira la testa
Del bon destrier, vas cella part 6279.
Roman de Jaufre.164

El, elh, lo, lui, le, régimes directs.

Mal li faran tug li plusor
Qu'el veyran jovenet meschi 1280.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

E Jaufre venc ves lui corrent
E troba 'l jasen estendut 2281.
Roman de Jaufre.

Si Falco d'Angieus no 'lh secor 3282.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

« Karles partic se de sa compaynha, e anec ferir lo rei de
Tudelha, aissi que elh e 'lh caval fendec per mieg 4283. »
Philomena, fol. 59.

Alberguem lo tot plan e gen 5284.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

« E tug cels qui auzian lui, se meravilhavan sobre la
savieza e sobre lo respost de lui 6285. »
Trad. du Nouv. Test. Luc, c. 2, v. 47165

D'el, d'elh, de lo, de li, de lui, de lui, rég. ind.
A el, a elh, li, lui, a li, a lui, il, ill, à lui, rég. ind.

E Estout es se d'el lonjatz 1286,
Roman de Jaufre.

« Lo message d'elh s'en tornec 2287. »
Philomena, fol. 43

« Que non vendesson ad altre se a son fil oc que de lo
teniun 3288. »
Acte de 1168. Hist. du Languedoc, pr. t. II, col. 607.

E la ley de li mot fort deguessan gardar 4289.
La nobla Leyçon.

« Lo vescomte Frotard li recognog lo castel d'Eysena quel
tenia de lui 5290. »
Acte de 1135. Bosc, Mém. pour l'hist. du Rouergue, t. III.

Sels que non an de lui temor 6291.
Bernard de tot lo mon : Be m'agrada.

Ja nuill marit non cal temer
De lui, ni sa moiller gardar 7292.
Garin d'Apchier : Mos Comunals.

« Tos temps lo rey de Fransa amatz, et ad elh respondetz,
et en apres a l'apostoli de Roma 8293. »
Philomena, fol. 33.166

« Et adonc Karles querelec se ad elh delh abbat de
Sorese et del abbat de Galhac et de trops d'autres, quar
no li eran vengutz a secors al seti de Narbona 1294. »
Philomena, fol. 66.

« Pres se a clamar e baysar los pes de Karle, contan ad
elh
co 'l abbat e 'lh prior claustrier li avian tout elh moli 2295. »
Philomena, fol. 41.

Merce quier a mon companho ;
S'anc li fi tort, que lo m perdo 3296.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Obediensa deu portar
A motas gens, qui vol amar ;
E conven li que sapcha far
Faigs avinens 4297.
Comte de Poitiers : Pus vezem.

Lor segnor habandoneron, non donant a li honor 5298,
La nobla Leyçon.

Del vescomte mo senhor mi desplay
De Brunequelh tot so qu'a lui non play 6299.
Bernard de tot lo mon : Be m'agrada.167

Mortz eravam tug, si Dieus no muris,
Per qu' a luy plac son cors en croz estendre 1300.
Bern. d'Auriac : Be volria.

Col parpaillos q'a tan folla natura
Que s met el fuoc per la clardat que il lutz 2301.
Folquet de Marseille. : Sitot me soi.

Mas cel que pert no ill par joia 3302.
Bertrand de Born : Arai sai eu.

Al semblan del rei Ties,
Quan lac vencut l'emperaire,
E ill fetz tirar, quan l'ac pres,
Sa carret' e son arnes 4303.
Gaucelm Faidit : Al semblan.

E fols qui trop es guardaire
D'aisso que no ill taing n'ill cove 5304.
Elias de Barjols : Ben deu hom.

Els, elhs, il, ill, ilh, eux, ils, sujets.

Aissi 'ls gart dieus de mal e de pezansa,
Com els non an ni erguelh ni bobansa 6305.
Bertrand Carbonel : Per espassar.168

De foras els lo van menar,
Comenson a lo lapidar 1306.
Planch de Sant Esteve.

E prezicon la gens, la nueg e l dia,
Que non aion enveya ni talen
De nulla ren, mas ges elhs non an sen,
E devedon renou e raubaria,
E elhs fan lo, e d'elhs pren hom la via 2307.
Pons de la Garde : D'un sirventes.

Il van disen qu'amors torna en biais 3308.
Bern. de Ventadour : Quant la fuelha.

Qu'ill se paisson e se van sejornan,
E vos enduratz fam, set, et ill stan 4309.
Bertrand de Born : Ara sai eu.

Ma cant ilh peccavan e faczian malament,
Ilh eran mort e destruit e pres de l'autra gent 5310.
La nobla Leyçon.

Els, elhs, los, li, eux, les, régimes directs.

E no 'ls puesc tener amdos,
Que l'us l'autre no cossen 6311.
Comte de Poitiers : Companho.169

Amicx, mostra m'isnelement
Los cavaliers, car ieu sai son
Per els desliurar de preison 1312.
Roman de Jaufre.

E perdon Dieu qu'els ten totz en bailia 2313.
Pons de la Garde : D'un sirventes.

E d'autrui joi los vei devinadors 3314.
Bern. de Ventadour : Quant la fuelha.

Doncx, dis Jaufre, totz los veirai,
E poisas desliurar los ai ;
Car no s taing que vos los tengatz 4315.
Roman de Jaufre.

Que lo rey de Babelonia li met en sa prison 5316.
La nobla Leyçon.

D'els, d'elhs, de lor, d'eux ; els, a els, a elhs,
lor, a lor, à eux, leur, régimes indirects.

Per so devetz, senher dieus, per dreitura,
A quasqun d'els esser vers perdonans 6317.
Aimeri de Peguillan : S'ieu anc chantei.

Pois part se d'els coichosament 7318.
Roman de Jaufre.170

Qu'estiers nuls d'els no s'en poiran defendre 1319.
Bertrand de Born : Ar ven la.

« Avetz fayt aitalh vengament d'elhs 2320. »
Philomena, fol. 44.

Ni d'autra part no vazan entenden
Qu'aiso diga per doptansa de lor 3321.
Bertrand Carbonel : Per espassar.

E selhs qu'auran de mi tort e peccat,
Ses falhimen, que no 'ls er perdonat,
Cayran lains el foc d'ifern arden 4322.
Folquet de Romans : Quan lo dous temps.

« Comtec a Karle en quina manieyra avian faytas lurs
fassendas, ni co 'ls era endevengut 5323. »
Philomena, fol. 79.

Car ma perda es razos qu'a els dueilla 6324.
Boniface Calvo : S'ieu ai perdut.

E qui per els s'esmaya
Ni, a son tort, ad els fugir s'asaya,
S'ieu no l'aussisc, jamais no jassa be 7325.
Boniface de Castellane : Sitot no m'es.171

« E l'arssevesque Turpi dix a Karle : Seynher, se a vos
platz, icu hi irey ad elhs 1326. »
Philomena
, fol. 18.

Qu'a lor non platz donars ni messios,
Ni lor platz res que taigna a cortesia,
Mas a lor platz quand ajoston l'argen. 2327
Bertrand du Puget : De Sirventes.

Lo mal qu'els fan perdona lor 3328.
Planch de Sant Esteve.

En Proenza tramet joi e salutz,
E mais de ben qu'ieu no vos sap retraire,
E fatz esfortz, miraclas e vertutz ;
Car ieu lor man de so don non ai gaire 4329.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

Ela, ella, elha, il, ilh, ill, lei, lieis, lieys, elle,
sujet.

Ieu am la plus debonaire
Del mon, mais que nulla re ;
Mas ela no m'ama gaire 5330.
Bern. de Ventadour : Amors que vos.172

Anc eu, ni autre, no il o dis,
Ni ella no saup mon talen 1331.
Pierre Rogiers : Per far esbaudir.

Seigner, per crist no us sai dir,
Dis ella, ni sai on se sia 2332.
Roman de Jaufre.

Mas un sol jorn volgra qu'elha sentis
Lo mal qu'ieu trai per lyeis sers e matis 3333.
Peyrols : De ben soi.

Il m'encolpet de tal re
Don mi degra venir graz 4334.
Bern. de Ventadour : Conortz.

Qu'en aissi sap d'avinen far e dir,
Ab pur plazer, tot so qu'il ditz ni fai,
C'om no pot mal dire senes mentir 5335.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

Ricx hom sui s'ilh me ten en gaug,
Mas ieu no sai per que m viva
S'ilh enten e pueys non a sonh 6336.
Rambaud d'Orange : Un vers farai.173

Tan atendrai aman
Tro morrai merceyan,
Pus ilh vol qu'aissi sia 1337.
Blacas : Lo bel dous.

Car am la bellasor,
Et ill me, qu'ieu o sai 2338.
Bern. de Ventadour : Pos me preiatz.

E farai ho, al mieu viven,
Que d'al re no sui amaire ;
Car ieu cre qu'ill a bon talen
Ves mi, segon mon veiaire 3339.
Rambaud d'Orange : Mon chant.

Car so m veda don mi det aondansa
Leis qu'es gaya, cortes', e gen parlans 4340.
Rambaud de Vaqueiras : Era m requier.

Com que mos chans sia bos,
O qui quel chan ni l'aprenha,
Lieys de cui fas mas chansos
No fai semblan qu'en retenha 5341.
Gaucelm Faidit : Com que.174

Comme sujets ou régimes, avec ou sans prépositions,
l'on disait et l'on écrivait indifféremment :

Ela, ella, elha.
Il, ill, ilh.
Lei, leis, lieis, lyeis, lieys.

En général, ces légères dissemblances provenaient du
système d'orthographe que les copistes adoptaient, ou des
variétés de la prononciation modifiée selon les pays.

La, lei, leis, lieys, la, elle, régime direct.

Anc no la vi et am la fort 1342.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Cant ieu la cug ades trair per amia,
Adoncx la truep pus salvatg' e peior 2343.
Albertet : En amor truep.

Ges no m recre d'amar leis tan ni quan 3344.
Gaucelm Faidit : Ara cove que.

En re non am mas lieys cui amar suelh,
Ni ja nulh temps autra non amarai,
E sai e cre que lieys aman morrai 4345.
Pons de la Garde : Farai chanso.175

D'ela, d'elha, d'ella, de li, de lei, d'ellei, de leys,
d'elleis, de lieys, d'elle, rég. indir.
A ela, ad elha, a ella, ill, ilh, li, lei, lieis,
a leis, a lieis, à elle, rég. indir.

Quar si us ditz oc, mielhs vos tenrez per fi ;
E si us ditz no, tenetz vostre cami ;
Quel cor d'ela a tan prim e volven
Que non es hom, e sapchatz no us en men,
Que ja en pogues aver amor segura 1346.
Guillaume Cabestaing : Assatz es dreitz.

« El restituiria tot so que avia avut d'elha. 2347. »
Philomena, fol 43.

Pero tan mi plai
Quan de li me sove 3348.
Bern. de Ventadour : Pos me.

E m meraveill de lei, on es honors,
Beltatz e sens, que no i sia amors 4349.
Gaucelm Faidit : Tant ai sofert.176

Ma rasos camja e vira,
Mas ieu ges d'ellei no m vir 1350.
Bern. de Ventadour : Bel m'es quan eu vei.

No posc mal dir de leis, car no hi es 2351.
Bern. de Ventadour : Ben m'an.

Qu'ieu d'elleis no m loing ni m desvai ;
C'aissi fos il mia,
Com ieu l'am totz jorns miels e mai 3352 !
Elias de Barjols : Una valenta.

No vuelh esser ni reis, ni emperaire,
Per que de lieis partis mon pessamen ;
No soi ben rix, s'ieu am ben finamen 4353 !
Peyrols : Ben dei chantar.

Razon e mandamen
Ai de lieis on m'aten
De far gaia chanso 5354.
Gaucelm Faidit : Razon.

« Ditas que hac Karles sas paraulas ad elha, Orionda li
va respondre 6355. »
Philomena, fol. 103.177

E gart lu ben e gen, quar ad elha s'eschai
Que, sitot ilh val pro, tos temps en valra mai 1356.
Bertrand d'Alamanon : Molt m'es grev.

Sueffra que ill serf a rescos humilmen 2357.
Pons de Capdueil : Ges per la.

E tan la dopt e la reblan,
Que de re no lauze preyar,
Ni re no 'lh die ni no 'lh deman 3358.
Bern. de Ventadour : Quant erba.

Gran talen ai qu'un baisar
Li pogues tolre o emblar :
E si pueis s'en iraissia,
Volentiers lo li rendria 4359.
Peyrols : Del seu tort.

Amor blasmon, per non saber,
Fola gens, mas lei non es dans 5360.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.

Un gai descort tramet lieis cui dezir 6361.
Pons de Capdueil : Un gai descort.178

« Per aquest do deu far om son aniversari a leis 1362. »
Acte de 1090. Hist. du Languedoc, pr. t. II, col. 285.

Sos homs plevitz e juratz
Serai ades, s' a leis platz 2363.
Alphonse II, roi d'Aragon : Per mantas.

Qu'ades ses lieis die a lieis cochos mots ;
Pois can la vei, no sai, tan l'am, que dire 3364.
Arnaud Daniel : Sols sui que.

Elas, elhas, ellas, les, sujet ; las, régime direct.

Anz sostengra tan gran pena
Qu'elas nos feiran tan d'onor,
Qu'anz nos pregaran que nos lor 4365.
Bern. de Ventadour : Amicx Bernartz.

Las tres dompnas a cui eu te presen,
Car elhas tres valon ben d'autras cen 5366.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.

E se ellas son en obeziensa,
Ieu sui sai fors qui 'n trac penedenza 6367.
Blacasset : S'el mals d'amor.179

C aissi com las suelh captener
En aissi las descaptenrai 1368.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

De lor, lor, d'elles, leur ; a lor, lor, à elles,
régimes indirects.

Per qu'ieu serai a las donas salvatge,
E no cug hom que jamais chan de lor 2369.
Albertet : En amor truep.

Bernartz, so es desavinen
Que dompnas preguen ; anz cove
Qu'om las prec e lor clam merce 3370.
Bern. de Ventadour : Amicx Bernartz.

Se, il, lui, elle, ils, eux, elles, se, soi, sujets ;
se, si, se, soi, régimes directs ; de se, de si, de soi ;
a se, a si, à soi, régimes indirects.

Sing. suj. Mas ja nulh temps, si vivia mil ans,
No lo y dirai, si no 'l se vol entendre 4371.
Pons de la Garde : Sitot no m'ai.

Plur. suj. Totas las dopt e las mescre,
Que ben sai qu'atretals se son 5372.
Bernard de Ventadour : Quan vei la laudeta.180

S. rég. dir. Ben es fols qui en vos se fia 1373.
Bern. de Ventadour : Tuit selhs.

Que qui autrui vol encolpar,
Dregs es que si sapcha guardar 2374.
Bern. de Ventadour : Pus mos coratges.

Pero tan fort si fai temer
Qu'ieu no l'aus vezer ni auzir 3375.
Gaucelm Faidit : Ben a amors.

Rég. ind. El serventz l'estrein e l'enbrassa
Si que non a de se poder 4376.
Roman de Jaufre.

Mas dieus vos a mandatz a se venir 5377.
Aimeri de Bellinoi : Allas ! per que.

Que quant vei la bella
Que m soli' acuelhir,
Aras no m'apella
Ni m fai a si venir 6378.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei la fuelha.

P. rég. dir. Per cui si salvon peccador 7379.
Bernard d'Auriac : Be volria.181

Et quan totz despoillatz se son….
E son se mes de genoillos 1380.
Roman de Jaufre.

Se est quelquefois employé pour a se en régime indirect.

Que tuit rompon s lor vestiduras 2381.
Roman de Jaufre.

Souvent il est pris dans un sens neutre et impersonnel
avec les verbes.

Queque m comandetz a faire
Farai qu'en aissi se cove 3382.
Bern. de Ventadour : Amors, que vos es.

« Endevenc se que Thomas ajustet un jor sos compaynhos 4383. »
Philomena, fol. 38.

Quelquefois il signifie on ; j'en donnerai des exemples,
quand je traiterai de ce pronom indéfini.

En, ne, de lui, d'eux, d'elle, d'elles, en :
i, y, hi, à lui, à eux, à elle, à elles, y.

Quoique en et ne dérivés d'inde, et i, y, ou hi, dérivés
d'ibi, ne dussent remplacer le pronom qu'autant qu'ils
désigneraient les choses inanimées, la langue romane en
fait pourtant usage au singulier et au pluriel, au masculin
182et au féminin, pour désigner les personnes ; et ils tiennent
lieu des pronoms même.

En, ne, 'n, n', en.

Sing. E mos cor li perdona ;
Car tan la sai belh' e bona
Que tut li mal m'en son bon 1384.
Bern. de Ventadour : Bes m'es quan eu vei.

Mon coratge no s pot partir de vos ;
Ans en durmen me vir mantas sazos,
Qu'ieu joc e ri ab vos, e 'n sui jauzire 2385.
Arnaud de Marueil : Aissi com selh.

E m dig en rizen :
« Amicx, a vos mi ren,
E faitz en so que us plaia 3386. »
Gaucelm Faidit : Be m platz.

Quecx cuiatz bon' amig' aver,
Sol so qu'en veiretz ne crezetz ;
Que cuiars fa 'l savi cazer,
Si sens no lo declara 4387.
Gavaudan le Vieux : Ieu no sui.183

Plur. Per merce prec als amadors
Chascus per si cossir e pes
Del segle, coin es enveios,
E quan pauc n'i a de cortes 1388.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Qu'una 'n sai qu'es de las melhors
La meiller qu'anc dieus fezes 2389.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

E per domnas ai ja vist ieu
A manht hom despendre lo sieu ;
E ai ne vist amat ses dar,
E mal volgut ab molt donar 3390.
Guillaume Adhemar : Ieu ai ja.

« Cant los ausiro aissi cridar ni plorar, pres lor ne pietat 4391. »
Philomena, fol. 6.

I, y, hi, à lui, à elle, etc.

Sing. E pois ieu li sui veraia,
Be i s taing q' el me sia verais 5392.
Comtesse de Die : Ab joi et ab joven.184

Sing. « Matran…. va li transmetre message que li retes sa
molher, e Karles va li respondre que elh no la y
avia touta, per que no la y retria, mais lo creator del
mon la y avia touta, que li donec voluntat e cor e sen
de bateyar, et elh la i avia donada, per que no la y
retria 1393. »
Philomena, fol. 94.

Pos…. a lei non ven a plazer
Qu'ieu l'am, jamais no lo y dirai 2394.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Domna, no puesc de vos lauzar mentir,
Que tot lo bes hi es qu'en puesc hom dir 3395.
Berenger de Palasol : Aital dona.

Plur. Per qu'ieu serai a las donas salvatge….
Et ai aussat lur pretz e lur valor ;
Aras no y truep mas destric e dampnatge ;
Gardatz si dei hueimay chantar d'amor 3396.
Albertet : En amor truep.

Quelquefois les pronoms personnels reçoivent l'adjonction
d'autres pronoms, tels que eis, mezeys, etc., altres,
185même, autres ; et l'effet de ces pronoms adjoints est de
communiquer aux pronoms personnels une force explétive
qui ajoute à l'affirmation individuelle.

Sing. M'enfoletis e m tolh si mon albir
Qu'aver non puesc de mi eys retenensa 1397.
Giraud le Roux : A lei de bon.

Qu'elh eis dieus, senes fallida,
La fetz de sa eissa beutat 2398 ».
Guillaume de Cabestaing : Aissi com cel.

C'om coill maintas vetz los balais
Ab qu'el mezeis se balaya 3399.
Comtesse de Die : Ab joi.

De se mezeis nos fe do,
Quan venc nostres tortz delir 4400.
Folquet de Marseille : Hueimais.

Plur. Vill ves elhs eys, vil ves segle e ves Dieu 5401.
Durand de Carpentras : Un sirventes.

E son ves els mezeis trachor
Li ric malvat, per qu'els azir 6402.
Folquet de Romans : Tornat es.186

Le pronom indéterminé altre, se joint seulement aux
pronoms personnels nos et vos.

« Et afermi que mays valh Mahomet que ton Xrist loqual
vos autres adoratz 1403. » Philomena, fol. 83.

« La regina va lor dir : Qui etz ni qualhs vos autres 2404 ? »
Philomena, fol. 64.

Tels sont les pronoms personnels de la langue romane ;
mais ce que j'en ai dit serait imparfait, si je ne faisais
connaître que plusieurs de ces pronoms deviennent souvent
affixes, c'est-à-dire qu'ils perdent leur voyelle finale
ou intérieure, et qu'après cette apocope ou cette contraction,
ils sont attachés, fixés au mot qui les précède, et
qui presque toujours est terminé par une voyelle, de
manière qu'on doit les confondre dans la prononciation.

Ainsi, m, t, s, ns, us,
représentent me, mi, te, ti, se, si, nos, vos.

M. No sai en qual guiza m fui natz 3405.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Si m destreignetz, domna, vos et amors,
Qu'amar no us aus ni no m'en puesc estraire…
Donc ben sui fols, quar no m recre
D'amar lieys, quar be m par folhors 4406,187

M. Pus autre bes no m n'esdeve 1407.
Arnaud de Marueil : Si m destreignetz.

No m meravill de s'amor, si m ten pres 2408.
Bernard de Ventadour : Ben m'an perdut.

T. D'amar no t defes 3409.
Arnaud de Marueil : En mon cor.

Per aisso t tem, amers, que tu m'enjans 4410.
Gaucelm Faidit : Pel messatgier.

« Be m plaserta mays, si t volias batheyar 5411. »
Philomena, fol. 83.

Que ges lai,
Per nuill plai,
Ab si no t retenha 6412.
Pierre d'Auvergne : Rossinhols.

Se servant du t comme affixe, et jouant sur l'usage
qu'il en faisait, le troubadour Cadenet fit des vers très-agréables.

Tres letras de l' ABC
Aprendetz, plus no us deman :
A, M, T ; car atretan
Volon dire com am te 7413.
Cadenet : Amors e cum er.188

S. Bona domna, tan vos am finamen,
Mos coratges no s pot partir de vos 1414.
Arnaud de Marueil : Aissi com selh.

Mas amors qu'es en mi enclausa
No s pot cobrir ne celar 2415.
Bern. de Ventadour : Amors que vos es.

Per far esbaudir mos vezis
Que s fan irat car ieu chan,
Non mudarai deserenan 3416.
Pierre Rogiers : Per far esbaudir.

NS. Lo jorn que ns ac amor amdos eletz 4417.
Rambaud de Vaqueiras : Non puesc saber.

So ns retrazon li auctor 5418.
Gavaudan le Vieux : Un vers.

US. « Ni us en vedarem 6419. »
Actes de 960. Ms. de Colbert.

Per que us vulhetz metre monja 7420 ?
Comte de Poitiers : Farai chansoneta.

Aissi us fetz dieus avinen e ses par
Que res no us falh que us deia ben estar 8421.
Pistoleta : Ar agues.189

Tolre no m podetz que no us am,
Neys s'ieu e vos o voliam 1422.
Arnaud de Marueil. : Totas bonas.

Amors, merce us prec que us prenga
De me que us ain e us servis 2423.
Giraud le Roux. : Amors mi.

Quelques langues ont des pronoms affixes, mais ils ne
sont pas de la même nature. Ces pronoms affixes, formés
par des contractions ou des apocopes de pronoms personnels,
et s'attachant aux substantifs, y transportent l'effet
du pronom possessif ; au lieu que les pronoms affixes de la
langue romane ne perdent jamais le caractère de la personnalité.

Les manuscrits romans offrent ordinairement les pronoms
affixes confondus avec le mot qui les précède ; j'ai
pensé toutefois que, dans les citations imprimées, il était
convenable de les détacher : en effet, les confondre dans
l'impression comme ils doivent l'être dans la prononciation,
ce serait donner aux lecteurs un embarras inutile,
et sur-tout ce serait beaucoup nuire à la clarté ; car quelquefois
ces pronoms affixes se rencontrent avec des élisions
ou contractions d'autres mots, et si on ne séparait
pas tous ces mots qui ont subi des altérations, il deviendrait
presque impossible de les discerner.190

Ainsi pour :

Sieus play rendetz m salut.
Saisi finamen coyeus am.

J'ai dû écrire :

S'ie'us play rendetz m salut.
Saisi finamen co ye us am.

Signifiant :

Si ieu vos play rendetz mi salut 1424.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

S'aisi finamen com ieu vos am 2425.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Parmi les pronoms affixes, j'aurais dû comprendre
peut-être les pronoms personnels qui se trouvent quelquefois
confondus avec no, etc. comme nol, nols, en
admettant que nol et nols représentent no lo, no los,
mais comme il est plus vraisemblable qu'ils représentent
no el et no els au moyen de la seule aphérèse, j'ai cru
inutile d'expliquer, par le système des pronoms affixes, ce
qui pouvait être expliqué par un système plus simple.

N est quelquefois affixe pour ne, en.191

Pronoms possessifs.

Quand les pronoms possessifs sont placés devant le
substantif auquel ils se rapportent, sans être précédés ni
de l'article ni de tout autre signe démonstratif, il faut les
traduire par

Mon, ton, son, etc.

Ma, ta, sa, etc.

Au contraire, s'ils sont précédés de l'article ou de tout
autre signe démonstratif, comme ce, un, etc., ils signifient :

Le mien, ce tien, un sien, etc.

La mienne, cette tienne, une sienne, etc.

Parfois ils sont simples adjectifs, et on les traduit :

Mien, tien, sien, etc.

Mienne, tienne, sienne, etc.

tableau 1ere pers. | masculin | feminin | singulier | suj. | mos | mieus | meus | ma | mieua | mia. | nostres | nostra. | rég. | mon | mieu | meu | nostre | pluriel. | miei | mei | mas | mieuas | mias. | nostras. | nostras192

Mos, mieus, meus, mon ; nostres, nôtre, suj.

Sing. suj. Qu'en vos es totz mos cors joinhs et aders….
Donc, s' aissi muer, que m val mos bos espers 1426 ?
Arnaud de Marueil : L'ensenhamentz.

Anc non agui de mi poder,
Ni no fui mieus deslor en sai 2427.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Car lo meus dans vostres er eisamen 3428.
Folquet be Marseille : Tan m'abeliis.

E ja per el nostre secret
Non er saubut 4429.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Mon, mieu, meu, mon ; nostre, nôtre, rég.

Sing. rég. Si de mon joi me vai queren,
Qu'ens en mon cor no l'azire 5430.
Bern. de Ventadour : Lonc temps a.

Metge querrai al mieu albir 6431.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Et al meu dan vezon trop soptilmen 7432.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.193

Sing. rég. Que per lo nostre salvamen
Prezes en cros mort e dolor 1433.
Pierre d'Auvergne : Bella m'es.

Miei, mei, mieu, meu, mes ; nostre, nôtres, suj.

Plur. suj. De fin' amor son tuit mei pessamen
E mei desir e mei meillor jornal 2434.
P. Raimond de Toulouse : De fin' amor.

Or sachon ben miey hom e miey baron,
Engles, Norman, Pyectavin, e Gascon 3435.
Richard Ier, roi d'Angleterre : Ja nuls hom.

« Si l mieus regnes fos d'aquest mont, certas li mieu
ministre combatessan 4436. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 18, v. 36.

Qu'irem aventura cercar,
Pus ves qu'en esta cort non venon ;
Que nostre cavalier so tienon
A mal, car lor es tant tardatz 5437.
Roman de Jaufre.194

Mos, mieus, meus, mes ; nostres, nôtres, rég.

Plur. rég. Ab pauc no m rompei mos corretz
E mos arnetz 1438.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Ne non es dreiz de mos amies me plangna,
C'a mon secors vei mos parens venir 2439.
Frédéric III, roi de Sicile : Ges per guerra.

E no y esgart los meus neletz,
E retorna m'als camis dretz 3440.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Senhors, per los nostres peccatz
Creis la forsa dels Sarrasis 4441.
Gavaudan le vieux : Senhors per los.

Ma, mieua, mia, ma ; nostra, nôtre, sujets.

Fém. suj. Guerra m platz, sitot guerra m fan
Amors e ma domna tot l'an 5442.
Bertrand de Born : Guerra m platz.

« Donc la mieua ma non fes totas aquestas causas 6443. »
Trad. des Actes des Apôtres.195

Fém. suj. C'aissi fos il μια,
Com ieu l'am totz joins miels e mai 1444 !
Elias de Barjols : Una valenta.

« E la heretat sera nostra 2445. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 20, v. 14.

Ma, mieua, mia, ma ; nostra, nôtre, régime.

Fém. rég. S ieu ma bona dompna am 3446.
Comte de Poitiers : Farai chansonetta.

« Neguns d'aycels que eran apellat no tastaran la mieua
cena 4447. » Trad. du Nouv Testament : Luc, c. 14, v. 24.

Quant ieu mi don sobrepren
De la μια forfaitura 5448.
Bern. de Ventadour : Conort.

« Quant aurem ausida nostra messa 6449. »
Philomena, fol. 5.

Mas, mieuas, mias, mes ; nostras, nôtres, suj.

Plur. suj. E mas cansos me semblo sirventes 7450.
Rambaud de Vaqueiras : D'amor no m lau.

« Las mieuas fedas auzon la mieua votz 8451. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 10, v. 27.196

Plur. suj. E mias sion tals amors 1452.
Geoffroi Rudel : Pro ai del.

No sai quora mais la veyrai,
Que tan son nostras terras luenh 2453.
Geoffroi Rudel : Lanquan li jorn.

Mas, mieuas, mias, mes ; nostras, nôtres, rég.

Plur. rég. Leys de cui fas mas chansos
No fai semblan qu'en retenha 3454.
Gaucelm Faidit : Com que mos chans

Quar denha sufrir ni l plai
Qu'ieu la laus en mas chansos ;
Del sobre gran gaug qu'en ai,
M'es complitz lo guazardos 4455.
Bérenger de Palasol : Aital dona.

« En cal maniera creires las mieuas paraulas 5456. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 5, v. 47.

« A zo que tratten las nostras fazendas per concili general 6457. »
Doctrine des Vaudois.197

tableau 2e pers. | masculin | feminin | singulier | suj. | tos | tieus | teus | ta | tieua | tua. | vostres | vostra. | rég. | ton | tieu | teu | vostre | pluriel. | tiei | tei | tas | tieuas | tuas. | vostras. | vostras

Tos, tieus, teus, ton, tien ; vostres, vôtre, sujets.

Sing. suj. Ieu soi tos filhs, e tu mos paire 1458.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

A nos venha lo teus regnatz 2459.
Oraison Dominicale.

Dona, genser que no sai dir,
Per que soven planh e sospir
Est vostre amicx bos e corals ;
Assatz podetz entendre cals 3460.
Arnaud de Marueil : Dona genser198

Sing. suj. E si us play m retener,
Sui vostres, senes engan,
E vostres, si no us plazia 1461.
Bérenger de Palasol : Totz temeros.

Ton, tieu, teu, ton, tien ; vostre, vôtre, rég.

Sing. rég. E conta li de ton seignor 2462.
Roman de Jaufre.

E retorna m' al tieu servici 3463.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

E soi plus freg que neu ni glas,
Quan me parti del teu solas 4464.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Amicx, be vos dic e vos man
Qu'ieu farai vostre coman 5465.
Albert Marquis : Dona a vos.

Tiei, tei, tieu, teu, tes, tiens ; vostre, vôtres, suj.

Plur. suj. Can tiey jorn foron acabat,
Can ab gaug el sel t'en pogiest 6466199

Pl. suj. Ou as tot so que deziriest….
Car can vist l'aigua e 'l sanc issir,
Ai ! cal foron li tiey sospir 1467 !
La Passio de nostra dona sancta Maria.

No vos vulh dar cosselh ja d'ome bric,
Que pues digo tei home ni tei amic
Que t'aga mes en guerra ni en destric 2468.
Roman de Gérard de Roussillon.

« E dit ad ella : Li tieu peccat ti son perdonat 3469 »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 7, v. 48.

Ges totz retraire no s poiran
Li tieu gaug que tot jorn creissiran 4470.
Gui Folquet : Escrig trop.

« Li vostre filh e las vostras filhas prophetiaran, e li
vostre jovencel veyran las visions 5471. »
Trad. des Actes des Apôtres.

E vostre pastor
Son fals e trachor 6472.
Guillaume Figuières : Sirventes.200

Tos, tieus, teus, tes, tiens ; vostres, vôtres, rég.

Pl. rég. « Leva te sobre tos pes, el nom del senhor Jhesu
Crist ; et levet se, et annet 1473. »
Trad. des Actes des Apôtres.

E reconosca 'ls tieus sendiers 2474.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

« Yeu sui Dieus dels tieus paires 3475. »
Trad. des Actes des Apôtres.

Quar per vostres faitz vilas,
Mensongiers e soteiras,
Vos mesprendon tut li pro 4476.
Elias de Barjols : Amors be.

Ta, tieua, tua, ta, tienne ; vostra, vôtre, suj.

Sing. suj. « E quant l'auras fait, esta y ta moler 5477. »
Philomena, fol. 36.

« Non sia facha la mieua voluntat, mas la tieua 6478. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 22, v. 42.

« E dix a Thomas : Exaucida es la tua pregaria davant
Dieu 7479. » Philomena, fol. 6.201

Sing suj. Que 'lh vostra pietatz
Lor perdon lor peccatz 1480.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Ta, tieua, tua, ta, tienne ; vostra, vôtre, rég.

Sing. rég. « E va li dir : Femna, sanada iest de ta enfermetat 2481. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 13, v. 12.

« Onra ton paire e ta maire 3482. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 18, v. 20.

« Que aparelhara la tieua via davant tu 4483. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 7, v. 27.

« Aras laissas lo tieu sers en pas, segon la tieua paraula 5484. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 2, v. 29.

« Tu, m dona victoria, ad honor de la tua mayre 6485. »
Philomena, fol 28.

« La enveia de la tua mayzo manjet mi 7486. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 2, v. 17.

Far mi podetz o ben o mau ;
En la vostra merce sia 8487. »
Bern. de Ventadour : Ges de chantar.202

Tas, tieuas, tuas, tes, tiennes ; vostras, vôtres,
sujets.

Pl. rég. Coms, vetsi tas mainadas veno a tei 1488.
Roman de gérard de Roussillon.

« O Corneli, las tieuas oracions son auzidas davant Dieu,
e las tieuas almornas y son nombradas 2489. »
Trad. des Actes des Apôtres.

« E totas mas causas son tieuas 3490. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 15, v. 31.

« E vostras menassas, Borrelh, que fasiatz en comessament,
ara per ma fe son tornadas e nient 4491. »
Philomena, fol. 64.

Tas, tieuas, tuas, tes, tiennes ; vostras, vôtres,
régimes.

Pl. rég. « Amaras ton senhor Dieu de tot ton cor, et de
tota t'arma, e de totas tas forsas 5492. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 10, v. 27.

« Ieu sai las tieuas obras e 'lh tieu trebalh e la tieua
pasciencia 6493. » Trad. de l'Apocalypse.203

Pl. rég. Las ti'as lagremas mostraras 1494.
La Passio de nostra dona sancta Maria.

Car comprei vostras beutatz
E vostras plazens faisos 2495.
Elias di Barjols : Car comprei.

tableau 3e pers. | masculin | féminin | singulier | suj. | sos | sieus | seus | sa | sieua | sua. | lor | lor. | rég. | son | sieu | seu | pluriel. | siei | sei | sas | sieuas | suas.

Sos, sieus, seus, son, sien ; lor, leur, sujets.

Sing. suj. Si lo joi que m presenta
Sos esgartz e 'l clar vis 3496.
Bern. de Ventadour : Quan la doss' aura.

Tant es sobr' els aussors fuelhs
Lo sieus pretz, e senhorya 4497.
Arnaud de Marueil : Us guays amoros.204

Sing. suj. Et ieu sui guais, quar sui sieus finamen 1498.
Pons de Capdueil : Us guays conort.

« El drax se combatian e li angel d'el, e non pogron
car lur loc non fon plus trobat al cel 2499. »
Trad. de l'Apocalypse.

Son, sieu, seu, son, sien ; lor, leur, rég.

Sing. rég. Per son joy pot malautz sanar 3500.
Comte de Poitiers : Mout Jauzens.

D'En Blacas no m tuelh ni m vire,
Ni de son pretz enantir 4501.
Elias de Barjols : Car comprei.

E per domna ai ja vist ieu
A manth hom despendre lo sieu 5502.
Guillaume Adhémar : Ieu ai ja.

E domna, si merce non a
Del sieu, doncas de que l'aura 6503 ?
Pistoleta : Manta gen.

Eu farai ma penedensa 7504,205

Sing. Rég. Sai entre mare Durenza,
Apres del seu repaire 1505.
Blacas : En chantan

Seigner Coines, jois e pretz et amors
Vos commandon que jujatz un lor plai 2506.
Rambaud de Vaquieras : Seigner Coines.

Siei, sei, sieu, seu, ses, siens ; lor, leur, suj.

Pl. Suj. Bons drutz no deu creire autors,
Ni so que veiran siei huelh 3507.
Pierre Rogiers : Al pareissen.

Mais dieus, per la sua dossor,
Nos do, com siam siei obrier,
Qu'el nos cuelha en resplandor
On li sieu sans son eritier 4508.
Pierre d'Auvergne : De Dieu no us.

« E li parent sieu anavan cascu an en Jherusalem 5509. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 2, v. 41.

Li sieu belh huel traidor
Que m'esgardavon tan gen 6510.
Bern. de Ventadour : Era m conseillatz.206

Pl. suj. A mancar li comenczan tuit li seu sentiment 1511.
La Barca.

Quar lur fol deport
E lur malvat veiaire
Los fan totz cazer 2512.
Germonde de Montpellier : Greu m'es.

Sos, sieus, seus, ses, siens ; lor, leur, rég.

Pl. rég. Mas a sos digz mi par qu'aisso s cambia 3513.
Blacas : Bel m'es.

« E confessarai lo sieu nom davant los angels sieus 4514. »
Trad. de l'Apocalypse.

Sitot son greu e perillos li fais
Que fai als seus soven amor soffrir 5515.
P. Raimond de Toulouse : De fin' amor.

Que meton sellas als destriers,
E tragon lor garnimentz fors 6516.
Roman de Jaufre.

Sa, sieua, sua, sa, sienne ; lor, leur, suj.

Sing. suj. Si m ten pres s'amors e m'aliama 7517.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.207

Sing. Suj. « Pus que dieus e la sieua maire beneseyta amo
tant aquest loc 1518. » Philomena fol. 131.

« La sua arma sera davant Dieu 2519»
Philomena, fol. 14.

Qui que aya valor perduda,
La sua creys e mellura 3520.
Bern. de Ventadour : Ai ! quantas.

Tant es grans lur cobeytatz,
Que dreytura n'es a jos 4521.
Guillaume Anelier : Ara Farai.

Sa, sieua, sua, sa, sienne ; lor, leur, rég.

Sing. rég. Quecx auzel, en son lengatge,
Per la frescor del mati,
Van menan joy dagradatge,
Cum quecx ab sa par s'aizi 5522.
Arnaud de Marueil : Bel m'es quan.

Totz temps volrai sa honor e sos bes 6523.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

« Car la humilitat della sieua sirventa a regardat 7524. »
Trad. du Nouv.Testament : Luc, c. 1, v. 48.208

Sing. rég. « Car nos a visitatz de la sua resplendor 1525.
Philomena, fol. 7.

Si com li peis an en l'aiga lor vida,
L'ai eu en joi e toz temps la i aurai 2526.
Arnaud de Marueil : Si com li peis.

Sas, sieuas, suas, ses, siennes ; lor, leurs, suj.

Pl. suj. « Et el en bec e li sieu filh e sas bestias 3527. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 4, v. 12.

« E talamen a fait lo dit comte jove e sas gens que lo
camp lor es demorat 4528. »
Guerre des Albigeois. Pr. de l'Hist. de Langued. t. III, col. 98.

« No se vezo ni se conoysso lur defalhimens ni lurs
colpas 5529. »
Lo libre de Vicis e de Vertutz.

Sas, sieuas, suas, ses, siennes ; lor, leurs, rég.

Pl. rég. Per qu'es mos jois renovellatz,
Quan mi remembre sas beutatz 6530.
Gavaudan le Vieux : Dezemparatz.209

Pl. rég. Quan vei la laudeta mover
De joi sas alas contra 'l rai 1531.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta

Pois que fas de tot a sas voluntatz 2532.
Rambaud d'Orange :Si de trobar.

« E las cadenas cazegron de las sieuas mans 3533. »
Trad. des Actes des Apôtres.

« En Elias s enamoret de la comtessa ma dompna Garsenda
moiller del comte, quant el fo mortz en Cesilia, e fez
d'elleis suas cansos 4534. »
Vie d'Elias de Barjols. Ms. 7225 de la Bibl. roy. fol 130, v°.

A donzellas mi sui donatz,
Per far e dir lur voluntatz 5535.
Bernard de tot lo mon : Los plazers quals.

Pronoms possessifs employés substantivement.

Les pronoms possessifs firent souvent la fonction de
substantifs dans la langue romane.

Dans les citations précédentes on a pu en remarquer
des exemples ; en voici quelques autres.210

E non es benestan
Qu'hom eys los sieus aucia 1536.
Blacas : Lo bel dous temps.

« Vos e 'lhs vostres foratz totz mortz 2537
Philomena, fol. 61.

Ai ! seigner Dieus, cui non platz
Mortz de negun peccador ;
Ans per aucire la lor,
Sofritz vos la vostra en patz 3538.
Folquet de Marseille : Si cum sel qu'es.

De moilleratz non es pas gen
Que s fasson drut ni amador,
C' ab las autrui van aprenden
Engeing ab que gardon las lor 4539.
Pierre d'Auvergne : Belha m'es la flors.

La langue romane employa indifféremment, soit en
laissant, soit en supprimant l'i intérieur,

mieus, etc. | ou | meus, etc.

tieus, etc. | teus, etc.

miei, etc. | mei, etc.211

Quelquefois,

toa, tia | est pour | tua.

soa, sia, etc. | sua, etc.

J'ai dit précédemment que ces différentes manières
d'écrire les mêmes mots proviennent vraisemblablement
ou des copistes, ou de la prononciation locale.

On trouve aussi mon, ton, son, nostre, vostre,
sujets au singulier, et mos, tos, sos, sujets au pluriel,
quoique la règle générale leur assigne la seule qualité de
régimes.

Il est vrai que cette sorte de licence ou cette exception
se rencontre rarement dans les pièces tirées des
meilleurs et plus anciens monuments.

Enfin ma, ta, sa, subirent souvent l'apocope devant
les noms qui commencent par une voyelle.

No l'aus m'amor fort assemblar 1540.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

Au lieu de « ma amor ».

Quan li quer s'amanza 2541.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei.

Pour « sa amanza ».212

Pronoms démonstratifs.

Les pronoms démonstratifs romans sont,

Cel, | est.

Aicel, | cest.

Aquel | aquest.

La règle de l's qui distingue les sujets et les régimes
fut quelquefois appliquée aux pronoms démonstratifs
masculins.

Les pronoms féminins prirent ordinairement l'a final
au singulier, et l'as au pluriel.

Mais aussi d'il, pronom personnel féminin, furent
dérivés par analogie cil, aicil, etc. pour caractériser le
pronom démonstratif féminin au singulier, quand ce pronom
était sujet.

Par la même raison, leis, féminin du pronom personnel,
fournit les pronoms démonstratifs féminins celleis,
seleys, etc.

De lui masculin au singulier, vint celui, etc.

Et d'il masculin sujet au pluriel, furent formés cil,
aquil, etc.

Ces pronoms démonstratifs sont quelquefois seuls, et
alors, dans leurs fonctions de relatifs, ils sont employés
substantivement, ainsi que les pronoms personnels.

Plus souvent ils sont joints à un nom, et ne remplissent
que la fonction d'adjectifs.

Ces pronoms démonstratifs s'appliquent aux objets animés
et inanimés. Plusieurs se modifient de manière à être
employés neutralement.213

Pronom démonstratif cel, et ses dérivés.

tableau masculin | féminin | singulier | suj | cel | selh | celui | cella | cilh | aicel | aicella | aicil | aquel | aquella | aquil | rég | celleis | aicela | aquelleis | pluriel | cil | cels | cellas | aicels | aicellas | aquels | aquellas | els | los | las

Les différentes prépositions qui précédent ces pronoms
ou les substantifs auxquels ils se rapportent, font
reconnaître les régimes indirects.

Pour éviter des détails qui seraient sans aucune utilité,
je choisirai les exemples de ces divers pronoms masculins
ou féminins, sujets ou régimes, soit au singulier, soit au
pluriel, de manière que leur réunion offre le tableau
entier.

Je répète l'observation que la langue romane écrivait
indifféremment,

cel, ou celh, cell, sel, selh, sell, etc.

aicel, aisel, aiselh : cil, silh, etc. etc.214

Cel, celui, aicel, aquel, celui, ce, celui-là, suj.

Sing. suj. Astrucx es selhs cui amors ten joyos 1542.
Pons de Capdueil : Astrucx es.

Car miels gasaigna e plus gen
Qui dona qu'aicel qui pren 2543.
Folquet de Marseille : Greu feira.

Lo vers es fis e naturaus ;
E boz celui qui be l'enten 3544.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.

Cel, aicel, celui, aquel, celui, ce, celui-là, rég.

Sing. rég. Ieu conosc ben selh qui be m di,
E selh qui m vol mal atressi ;
E conosc be selhuy qui m ri,
E selhs qui s'azauton de mi
Conosc assatz 4545.
Comte de Poitiers : Ben vuelh que.

Qu'ieu port d'aicelh mestier la flor 5546.
Comte de Poitiers : Ben vuelh que.215

Cels, cil, aicels, aicil, aquels, aquil, ceux, ces
ceux-là, suj.

Pl. suj. Tuit sels que m pregan qu'ieu chan,
Volgra 'n saubesson lo ver,
S'ieu n'ai aize ni lezer 1547.
Bern. de Ventadour : Tuit sels que.

Car tug silh que pretz an
Non l'an ges d'un semblan 2548.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

A vos mi clam, senhor,
De mi dons e d'amor,
Qu'aisil dui traidor….
Me fan viure ab dolor 3549.
Bern. de Ventadour : Lo gens temps.

Car aquels que son remazut
Apenrion una foleza,
Plus volontiers c' una proesa 4550.
Roman de Jaufre.

Pauc foron aquilh que la ley ben garderon 5551.
La nobla leycon.216

Cels, aicels, aquels, ceux, ces, ceux-là, rég.

Pl. rég. Totz hom cui fai velhez' o malautia
Remaner sai, deu donar son argen
A selhs qu'iran ; que ben fai qui envia 1552.
Pons de Capdueil : Ar nos sia.-

En mon cor ai un novellet cantar
Planet e leu, e qu'el fai bon auzir
A totz aisselhs qu'en joy volon estar 2553.
Arnaud de Marueil : En mon cor ai.

Ai Dieus ! can bona fora amors
De dos amics, s'esser pogues
Que ja us d'aquels envios
Lor amistat no cognogues 3554 !
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Cella, cil, aicella, aicil, aquella, aquil,
celle, cette, celle-là, suj.

Sing. suj. E ilh belha cui sui aclis,
Cella m platz mas que chansos 4,555217

Sing. suj. Volta ni lais de Bretainha 1556.
Folquet de Marseille : Ja no volgra.

Pois cill cui sui amaire,
Qu'es la genser qu'anc fos,
Vol mi e mas chansos 2557.
Gaucelm Faidit : L'onrat jauzens.

Vos es aisela res
Que, sobre can quel segle es,
Me plazetz e m'atalentatz 3558.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

C'un nantz, que fon mot petitz,
Torneiet al fuec un singlar
Don aquella gent deu sopar 4559.
Roman de Jaufre.

Qu'ieu fora mortz, s'aquilh honors no fos,
E l bon respieg que mi reverdezis 5560.
Bern. de Ventadour : Belh Monruelh.218

Cella, celleis, aicella, aquella, celle, cette,
celle-là, rég.

Sing. rég. Si m fos grazitz
Mos chantars ni ben acuilhitz
Per cella que m'a en desdeing 1561
Rambaud d'Orange : Braus chans

C'amat aurai
En perdos lonjamen
Seleys on ja merce non trobarai 2562.
Arnaud de Marueil : Bel m'es qu'ieu chan.

Molt m'es greu que ja reblanda
Selieys que ves mi s'erguelha 3563.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei per.

Cellas, aicellas, aquellas, celles, ces,
celles-là, suj.

Pl. suj. E cellas que verges se tenon,
Es vers que gran honor retenon 4564.
Los VII Gaug de Maria.219

Pl. suj. « Benaurada iest tu que crezes quar aycellas
causas seran faichas que son dichas a tu del
senhor 1565. » Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 1, v. 45.

Quals son aquellas 2566 ?
Doctrine des Vaudois.

Cellas, aicellas, aquellas, celles, ces, celles-là, rég.

Pl. rég. Lausenjador fan encombriers
Als cortes et als dreituriers
Et a cellas qu'an cor auzat 3567.
Rambaud d'Orange : Als durs crus.

Apodera, domna, vostra beutatz….
Al meu semblan, totas cellas del mon 4568.
Gaucelm Faidit : Tot atressi.

« Esgarda aycellas causas que son escrichas en el 5569. »
Trad. de l'Apocalypse.

S'ieu en volgues dire lo ver,
Ieu sai be de cui mov l'enjans ;
D'aquellas qu'amon per aver 6570.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.220

Pronom démonstratif est, et ses dérivés.

tableau masculin | féminin | singulier | suj | est | esta | ist | cest | cesta | cist | aquest | aquesta | aquist | rég | pluriel | estas | cestas | aquestas | ests | cests | aquests

Est, cest, aquest, celui, ce, celui-ci, suj.

Sing. suj. Dona, genser que no sai dir,
Per que soven planch e sospir
Est vostre amicx bos e corals 1571.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Pilatz respon a los juzieus :
Cest est trayst per eys los sieus 1572.
La Passio de Jhesu Crist.221

Sing. suj. Aquestz romans es acabatz ;
Nostre senher en sia lauzatz 1573.
La Passio de nostra dona sancta Maria.

Pensan vos bais e us manei e us embras :
Aquest domneis m'es dolz e cars e bos ;
E non m' el pot vedar neguns gelos 2574.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

Est, cest, aquest, celui, ce, celui-ci, rég.

Sing. rég. Est cosselh m'a donat amors
A cui deman tot jorn secors 3575.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Sel que ses vos non pot aver,
En est segle, joy ni plazer 4576.
Arnaud de Marueil : Si que vos.

En aquest guai sonet leugier
Me vuelh, en cantan, esbaudir 5577.
Bern. de Ventadour : En aquest.222

Est, ist ; cest, cist ; aquest, aquist ; ceux, ces,
ceux-ci, suj.

Pl. suj. Domna, quar yst lauzengier,
Que m'an tout sen et alena,
Son vostr' angoissos guerrier 1578.
Rambaud d'Orange : Amicx ab gran.

Quist son d'atretal semblan,
Cum lo nivol que s'espan
Qu'el solel en pert sa raia 2579.
Comtesse de Die : Fin joi.

« Et aquest signe segran aquels que i creiran 3580. »
Trad. du Nouv. Testament : Marc, c. 16, v. 17.

Tuit aquist foron a la cort 4581.
Roman de Jaufre.

Ests, cests, aquests, ceux, ces, ceux-ci, rég.

« Mas quant receupron lui, donet ad els poder esser fach
filh de Dieu ad aquestz que erezon el nom de lui 5582. »
Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 1, v. 12.223

Pl. rég. Ben serai fols, s'ieu non pren
D'aquestz dos mals lo menor 1583.
Bern. de Ventadour : Era m conseillatz.

Esta, ist ; cesta, cist ; aquesta, aquist ; celle,
cette, celle-ci, suj.

Sing. suj. Esta chansons vuelh que tot dreg repaire
En Arago, al rei cui Deus aiut 2584.
Pierre Raimond de Toulouse : No m puesc.

Gran fo cesta humilitat 3585.
La Vida de san Alexi.

Aquest' amors me fier tan gen
Al cor d'una dolza sabor ;
Cen vetz mor lo jorn de dolor,
E reviu de joi altras cen 4586.
Bern. de Ventadour : No es meraveilla.

« Saben quals es aquist canczons 5587. »
Vie de Sainte Foi d'Agen.224

Esta, cesta, aquesta, cette, celle-ci, rég.

Sing. rég. Pus ves qu'en esta cort non venon 1588.
Roman de Jaufre.

Per qu'ieu vos man, lai on es vostre estatges,
Esta chanson, que me sia messatges 2589.
Comtesse de Die : A chantar.

Ab aquesta domna domney,
E l'am tan cum puesc ni sai ;
E muer quar s'amor non ai 3590.
Arnaud de Marueil. : Cui que fin' amors.

Estas, cestas, aicestas, aquestas, ces, celles-là, suj.

Pl. suj. « Et es uey lo ters jorn que son fachas aquiestas
causas…. E va lur dir : Quals son aquestas
paraulas 4591 ? »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 24, v. 21 et 17.

« Verament vos dic que aquesta generacion non trespassara
entro que sian fachas totas aquestas causas 5592. »
Trad. du Nouv. Testament : Marc, c. 13, v. 30.225

Estas, cestas, aquestas, ces., celles-ci, rég.

Pl. rég. Cestas joyas prec que tengas
Aytan quan a Dieu plazera 1593.
La Vida de san Alexi.

D'aquestas mas fo culhitz lo bastos
Ab que m'aucis la plus belha qu'anc fos 2594.
Bern. de Ventadour : Belh Monruelh.

Pronoms démonstratifs employés
neutralement.

So, aisso, aco, aquo, ce, ceci, cela, dérivés de pronoms
démonstratifs ordinaires auxquels s'attache la terminaison
neutre o, furent employés neutralement.

De s o fai ben femna parer
Ma dompna, per qu'ieu lo retrai,
Que so c'om vol non vol voler,
E so c'om li deveda fai 3595.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Totz hom que so blasma que deu lauzar,
Lauz' atressi aco que dec blasmar 4596.
Aimeri : Totz hom que so.226

Qu'anc d'aquo qu'amiey non jauzi 1597.
Comte de Poitiers : Pus vezem.

D'aisso m conort car anc no fis faillensa,
Amics, vas vos en lunha captenensa 2598.
Comtesse de Die : A chantar.

Il est à remarquer que ce pronom démonstratif indéclinable
se place avec le verbe esser au singulier et au
pluriel.

Nuls hom no saup que s'es gran benanansa,
S'enans no saup cals es d'amor l'afans 3599.
Giraud le Roux : Nuls hom.

Zo sun bon omne qui an redems lor peccat 4600.
Poème sur Boece.

Pronoms relatifs.

El, lo, ella, la, etc. En, ne, y, etc.

Qui, que, don, on, etc. Loqual, qual, tal, etc.

Voici des exemples de ces différentes sortes de pronoms
appelés relatifs.

El, lo, ella, la, lor, etc., il, elle, les, eux, etc.

Lorsque ces sortes de pronoms désignent des objets
227non animés ou non personnifiés, ils deviennent pronoms
relatifs.

Sing. Aissi com mov mon lais, lo finerai 1601.
Folquet de Marseille : S'al cor plagues.

Bona domna, be degratz esguardar
Lo cor qu'ieu ai, mas ges no lo us puesc dir ;
Mais be 'l potetz conoisser al pensar 2602.
Arnaud de Marueil : En mon cor ai.

« Uns hom avia plantat en sa vinha una figuiera, e venc
querre en ella fruc, e no lo trobec 3603. »
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 13, v. 6.

Ja non aura proeza
Qui no fug avoleza,
E non la pot fugir
Qui no la saup chauzir 4604.
Arnaud de Marueil : Quan vei la flor.

Plur. Mais nul poder non an
Huels d'esgardar gen, si 'l cor no 'ls envia 5605.
Blacas : Bel m'es ab mots.228

Plur. Premieirament mos ditz,
Si com los ai escritz 1606.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Las tuas lagremas mostraras ;
Al tieu sirven las laissaras ;
Car per ellas conogra pla
L'amaror del dol sobeira 2607.
La Passio de nostra dona sancta Maria.

O, lo sont employés neutralement comme relatifs.

S'ilh es folha, ja ieu no o serai 3608.
Gaucelm Faidit : Ab nov cor.

Non es fis drutz cel que s camja soven,
Ni bona domna cella qui lo cossen 4609.
Blacas : Peire Vidals.

En, ne, en, de cela, indéclinables.

Ben la volgra sola trobar
Que dormis o 'n fezes semblan ;
Per qu'ieu l'embles un dous baisar,
Pus no valh, tan que lo 'lh deman 5610.
Bern. de Ventadour : Qua nt erba vertz.229

E toletz vos en de son querre,
Que re no i podetz conquerre ;
Bel seiner, e tornatz vos ne 1611.
Roman de Jaufre.

Y, i, hi, y, indéclinables.

Companho, farai un vers covinen ;
E aura i mais de foudatz no y a de sen 2612.
Comte de Poitiers : Companho.

Mas aras vey e pes e sen
Que passat ai aquelh turmen,
E non hi vuelh tornar jamais 3613.
Geoffroi Rudel : Belhs m'es.

Hom ditz que gaug non es senes amor ;
Mas ieu no y truep mas enueg e pesansa 4614.
Arnaud de Marueil, : Hom ditz.

Qui, que, etc. pronoms relatifs.

tableau suj. | qui | que | che | qui. | rég. dir. | cui | que. | rég. ind. | de qui | de cui | cui de qui | etc. | de que | don | de quoi | dont. | a qui | a cui | a que | à qui | a quoi.230

Qui masculin ou féminin fait, au singulier et au pluriel,
la fonction de sujet.

On ne le trouve pas avec les pronoms démonstratifs
employés neutralement, auxquels s'adjoint que.

Qui, cui, sont quelquefois régimes directs, mais plus
souvent régimes indirects, et ordinairement cui est précédé
d'une préposition.

Que sert au singulier et au pluriel, au masculin et au
féminin, et après les mots employés neutralement : il
est également sujet ou régime, et régime direct ou indirect ;
mais, comme régime indirect, il est précédé de la
préposition.

Don, dont, exprime la relation des mots latins cujus,
a quo, etc. et de l'adverbe de unde.

On, ou, auquel, en qui, fait fonction de pronom
relatif lorsqu'il se rapporte aux personnes ou aux objets
personnifiés.

La langue romane forma un autre pronom relatif de
qualis, qual ; placé après l'article, il remplit la fonction
du qui, du que, du cui, et du don.

L'article de ce relatif qual reçut les modifications usitées
pour les genres, les temps, et les régimes ; et qual
reçut celles qui étaient établies pour les adjectifs communs.

Les manuscrits offrent indifféremment :

Qi, ki, qui, que, che, que, qe, ke, qu', ch', k',
q', c', etc.

Et qual ou cal.231

Qui, que, qui, suj. masc. et fém.

Sing. suj. Ieu conosc be selh qui be m di,
E selh qui m vol mal atresi 1615.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

Quar ves lei no soi tornat,
Per foldat qui m'en rete 2616.
Bern. de Ventadour : Conort era.

Mas eu soi cel que temen muor aman 3617.
Arnaud de Marueil. : Aissi com cel.

Qan remir la bella
Que m soli' acuelhir 4618.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei la fuelha.

E donc s'ieu fauc so que s cove,
Be m'en deu eschazer honors 5619.
Arnaud de Marueil : Ab pauc ieu.

Pl. suj. Et ab los pros de Proenza
Qui renhan ab conoissensa
Et ab belha captenensa 6620.
Bern. de Ventadour : En aquest. 232

Pl. suj. Tuit sels que m pregan qu'ieu chan,
Volgra 'n saubesson lo ver 1621.
Bern. de Ventadour : Tuit sels.

Ma aquilh que feron ben lo plazer del Segnor
Hereteron la terra d'enpromession 2622.
La nobla leyçon.

Qui, que, cui, que, rég. dir.

Sing. rég. De vos, domna, cui desir e ten car,
E dopt, e blan part las meillors 3623.
Bertrand de Born : Quan vei lo temps.

Aisso que vos dirai no us pes 4624.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Quar sai qu'ieu am e sui amatz
Per la gensor que anc Dieus fey 5625.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.

Pl. rég. Escriu salutz mai de cen
Que tramet a la gensor 6626.
Bern. de Ventadour : Era m conseillatz.233

Cui, de qui, de qui ; don, de que, dont ;
a cui, a qui, on, à qui, , rég. ind.

Sing. rég. Per totz nos peccadors preiatz
Vostre dous filh e vostre paire
De cui vos es e filha e maire 1627.
Pons de Capdueil : En honor del.

E ma domna don lo mons es honratz 2628.
Arnaud de Marueil : La cortezia.

Bona dompna, on es granz beutatz,
Don par c' om sia enamoratz 3629.
Gaucelm Faidit : Perdigon.

E s'agues mais de que us fezes presen
De tot lo mon, o feira, si mieus fos 4630.
Pistoleta : Ar agues ieu.

D'aquestas mas fo eulhitz lo bastos
Ab que m'aucis la plus belha qu'anc fos 5631.
Bern. de Ventadour : Belh Monruelh.

Car hom de so don es forsatz
No deu esser occaizonatz 6632.
Arnaud de Marueil : Si que vos.234

Sing. rég. Al rei cui es Lerida,
Cui jois e jovenz guida 1633.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Si mal l'en pren, a cui darai lo tort 2634 ?
Bertrand de Born : Atornat.

Quar leis on pretz e senz e beltatz regna 3635.
Gaucelm Faidit : Chant e deport.

Qu'amar mi faitz en perdon loiaumen
Sella on ja merse non trobarai 4636.
Giraud de Borneuil : Amors e cals.

Pl. rég. E sels cui desplay jonglaria,
E selhs cui desplay cortezia,
Et totz aquelhs a cui ben fan desplay 5637.
Bernard de tot lo mon : Be m'agrada.

Pauc n'i venon a qui non don 6638.
Roman de Jaufre.

Aquist gelos, ab cui ai pres batalha,
Si son malvatz e descausit, no m cal 7639.
Gaucelm Faidit : Pel Messatgier.235

Pl. rég. La gensor es c'om anc pogues chausir ;
O non vei clar des huelhs ab que us remir 1640.
Bern. de Ventadour : Ab joi mov.

Que, ce que, quoi, pris dans un sens neutre.

Que, employé dans un sens neutre, remplit dans la
langue romane la fonction du quid latin.

Quelquefois il semble que le pronom démonstratif so
ce, soit sous-entendu au-devant de ce relatif que :

Et ieu lai ! no say que dire 2641
Bern. de Ventadour : Lo temps vai.

No sai que m dic ni que m fai 3642.
Bern. de Ventadour : Be m cujei.

Trobat avem qu'anam queren 4643.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

E pois d'amor mais no m cal,
Non sai don ni de que chan 5644.
Folquet de Marseille : Chantars.

Loqual, laqual, etc. lequel, laquelle, etc. pron. rel.

Ce pronom relatif, selon qu'il est sujet ou régime,
masculin ou féminin, se modifie tant au singulier qu'au
pluriel, conformément aux règles établies pour l'article
236qui précède qual, et à celles qui sont relatives à qual,
adjectif commun.

Suj. En Pelicer, chauzes de tres lairos
Lo qual pres pietz per emblar menuder 1645.
Blacas : En Pelicer.

« E lo drac istet devan la femna la cal devia enfantar 2646. »
Trad. de l'Apocalypse.

« Johans a las VII gleyzas las cals son en Asia 3647. »
Trad. de l'Apocalypse.

Rég. Atrobero gran multitut
De paubra gen que segro tug,
Entre los quals Alexi fo 4648.
La Vida de San Alexi.

E sabrem, quan l'aura joguat,
Dels quals dels filhs er la terra 5649.
Bertrand de Born : Ieu chant.

Le pronom relatif qui, etc. comme sujet, est quelquefois
sous-entendu, sur-tout en poésie.

Nuls hom no us ve no us si' amicx 6650.
Arnaud de Marueil : Sel que vos es.237

Car anc no vi dona …. tan mi plagues 1651.
Gaucelm Faidit : Anc no m parti.

Que no y a ram …. no s'entressenh
De belas flors e de vert fuelh 2652.
Arnaud Daniel : Ab plasers.

Ce même pronom est aussi employé en supprimant le
sujet ou le pronom démonstratif auquel il se rapporte
soit expressément, soit tacitement.

Suj. Adonc se deu ben alegrar
….Qui bon amor saup chausir 3653.
Bern. de Ventadour : Quan la vertz fuelha.

Que …. qui ben serf, bon guierdon aten 4654.
Arnaud de Marueil : Aissi cum cel.

…. qui en gaug semena, plazer cuelh 5655.
Arnaud Daniel : Ab plazers.

Rég. Ben deyria aucire
….Qui anc fez mirador ;
Quan ben m'o consire,
Non ai guerrier peior 6656.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei la fuelha.

Qui sujet est même placé après des verbes ou des
238prépositions dont il ne devient pas le régime, parce que
ce régime c'est le pronom démonstratif sous-entendu.

La premiera ley demostra a…. qui ha sen e raczon 1657.
La nobla Leyçon.

On trouve la préposition et le régime sous-entendus
à-la-fois.

Ai ! cum par franch' e de bon aire
Qui l'au parlar o qui son gen cors ve 2658.
Gaucelm Faidit : Ben a amors.

Qual, cal, quel.

Qual, cal, pronom relatif de la langue romane, fut
appliqué aux personnes et aux choses.

Il se rapporte toujours à un substantif.

E que saupes dels baros
Quals es fals ne quals l'es fis 3659.
Bertrand de Born : Be m platz car.

Qui, qui, que, que, qual, quel, que, quoi ;
interrogatifs.

Soit comme sujets, soit comme régimes, dans les différents
genres et dans les différents nombres, les relatifs
qui, que, qual, sont placés en forme interrogative.

E s'ieu chanti, qui m'auzira 4660 ?
Pistoleta : Manta gent.239

Don es, ne qui venetz querer 1661 ?
Roman de Jaufre.

Amors, e cals honors vos es,
Ni cals bes vo'n pot eschazer,
S'aucizetz seluy c'avetz pres 2662 ?
Arnaud de Marueil : Bel m'es qu'ieu chan.

Ai ! cal vos vi, e cal vos vei 3663 ?
Bern. de Ventadour : Era non ai.

E que val viure ses amor 4664 ?
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Amors, que vos es veiaire ?
Trobatz vos fol mais que me 5665 ?
Bern. de Ventadour : Amors que.

J'ai précédemment parlé des que employés après les
termes de comparaison ; je parlerai ailleurs des que conjonctifs,
placés ordinairement entre deux verbes, pour
transporter l'action de l'un sur l'autre, et des différents
que régis par les adverbes ou prépositions, etc.

Tal, tel, et ses composés, pronoms relatifs.

Subst. suj. Tals tolh que devria donar ;
E tals cuia dir ver que men 6666 ; 240

Subst. suj. Tals cuia autrui enganar
Que si meteys lassa e repren :
E tals se fia en lendema
Que ges no sap si 'l se veira 1667.
Pistoleta : Manta gent.

Subst. rég. De tal sui homs que non a par
De beutat ni d'ensenhamen 2668.
Pistoleta : Manta gent.

Pronoms indéfinis.

Ils sont employés, les uns comme substantifs ;

Les autres comme adjectifs ;

Et quelquefois ces pronoms remplissent tour-à-tour
les deux fonctions.

Enfin il en est qu'on emploie neutralement.

Voici les principaux :

Om, hom, se.

Quecx, usquecs.

Cascun, cadun, negun, degun, nul.

Quelque, queque.

Altre, altrui, al, l'un l'altre.

Eis, meteis, mezeis.

Maint, molt, tot, plusor, tant, quant.241

Hom, om, se, on, l'on.

J'ai eu occasion d'indiquer comment hom vient d'homo :
les manuscrits ont souvent conservé à ce pronom l'h primitif.

E deu hom mais cent ans durar 1669.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

Hom ditz que gaug non es senes amor 2670.
Arnaud de Marueil : Hom ditz.

En général, dans les manuscrits romans, ce pronom
indéterminé est écrit sans l'h.

C'om sia humils als bos,
Et als mals orgulhos 3671.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

La langue romane a usé, dans le même sens, du pronom
personnel se au-devant de la troisième personne du
singulier des verbes.

Car genser cors no crei qu'el mon se mire 4672.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

Per la meillor que n'esta ni s'esmire 5673.
Pistoleta : Aitan sospir.

Sel que us amet pus anc no s vi 6674.
Arnaud de Marueil : Si que vos.242

Quecx, quiconque, chaque ; usquecs, quiconque,
un-chacun.

Ces pronoms indéterminés furent dérivés du latin
quisque, unusquisque.

Ils sont ordinairement substantifs.

Quecx cuiatz bon' amig' aver,
Sol so qu'en veiretz ne crezetz 1675.
Gavaudan le Vieux : Ieu no sui.

Dona, amors a tal mestier,
Pus dos amicx encadena,
Quel mal qu'an e l'alegrier
Senta quecx a son veiaire 2676.
Rambaud d'Orange : Amicx ab grau.

Q'usquecx desira so qu'ieu vuelh 3677.
Guillaume de Cabestaing : Aissi cum cel.

Qu'en leis amar an pres conten
Mos ferms coratges e mos sens,
C'usquecs cuid amar plus formen 4678.
Folquet de Marseille : Tan mov.243

Quelquefois il est adjectif.

Quecx auzel, en son lengatge,
Per la frescor del mati,
Van menan joy d'agradatge 1679.
Arnaud de Marueil : Bel m'es quan.

Cadun, cascun, chacun, chaque ; negun, degun,
nulh, non-aucun, nul.

Subst. suj. E no y ten mut bec ni gola
Nuls auzels, ans bray e canta
Cadaus
En son us 2680.
Arnaud Daniel : Autet et bas.

Volgra que celes e cobris
Son cor quascus dels amadors 3681.
Arnaud de Marueil : Bel m'es lo dos.

Cascuna creatura
S'alegra per natura 4682.
Bern. de Ventadour : Quan lo dous.244

Sub. rég. Qu'al mieu semblan, qui en dos luecs s'aten,
Vas quascun es enganaire e trahire 1683.
Arnaud de Marueil : Aissi cum celh.

Adj. suj. Negus vezers mon bel pensar no m val 2684.
Bern. de Ventadour : Quan par la.

E quascus auzels quier sa par 3685.
Bern. de Ventadour : Quan lo boscatges.

Nuls hom non pot ben chantar
Sens amar 4686.
Bern. de Ventadour : Estat ai dos.

Adj. rég. Qu'ieu vey say e lay
Cascun auzel ab son par
Domneyar 5687.
Bern. de Ventadour : Estat ai dos.

« Thomas dis a Karle que, per deguna causa delh mon,
non la penria 6688. » Philomena, fol. 27.

Que miels foren cavalguatz
De nulh home viven 7689.
Comte de Poitiers : Companho.245

On trouve parfois cac, cad.

E maritz soi c'ieu no la vei cac dia 1690.
Giraud le Roux : Ara sabrai.

A Carduel, una pentecosta
On cad an gran pobels s'ajosta….
Cad an, al jorn d'aquesta festa 2691.
Roman de Jaufre.

Alque, alcun, qualque, quelqu'un, quelque.

Sing. suj. Que us am, calsque dans m'en sia
Destinatz ni a venir 3692.
Bérenger de Palasol : Dona si tos temps.

Sing. rég. Conoscatz donc que mal vos estaria
S'entre totz temps no trobava ab vos
Qualque be fag o qualque bo respos 4693.
Giraud le Roux : Ara sabrai.

Al res noya mais de murir,
S' alqun joy no ai en breumen 5694.
Geoffroi Rudel : Pro ai del chan.246

On trouve en régime : qualacum, qualaquom, etc.

Sing. rég. Ayatz de mi qualacum jauzimen 1695.
Pons de Capdueil : Sicom celui.

Qu'en vos trobes qualaquom pietat 2696.
Arnaud de Marueil : Si m destreignetz.

Plur. Be 'n degri' ieu aver
Qualque avinen plazer,
Qu'els bes e 'ls mais, qualsqu'ieu n'aia,
Sai sofrir, et ai saber
De far tot qu'a mi dons plaia 3697.
Peyrols : Si anc nuls hom.

Altre, altra, al, altrui, autre, autrui.

Sing. suj. Totz autres joys fora petitz,
Vas que lo mieus joys fora grans 4698.
Bern. de Ventadour : Pel dos chans.

Nulh' autr' amors no m pot faire joyos,
Si m preyavon d'autras domnas cinc cens 5699.
Pons de Capdueil : Humilis e fis.247

Sing. suj. Qu'ieu non soi alegres per al,
Ni al res no m fai viure 1700.
Pierre Rogiers : Tant no plov.

Sing. rég. D'autra guiza e d'autra razo
M'aven a chantar que no sol 2701.
Arnaud Daniel : D'autra guisa.

Qu'els falhimen d'autrui taing c'om se mir,
Per so c'om gart se mezeis de faillir 3702.
Folquet de Marseille : Ja no s cug.

Plur. Quar mi plus qu'els autres repren 4703.
Bern. de Ventadour : Pus mos coratges.

Sui plus cobes de lieis que m'a conques,
On plus remir las autras, tant es pros 5704.
Pons de Capdueil : Astrucx.

Autrui, adjectif, est ordinairement commun aux deux
genres.

Car nulhs non a doctrina
Ses autrui dessiplina 6705.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

C'ab las autrui van aprenden
Engeing ab que gardon las lor 7706.
Pierre d'Auvergne : Belha m'es la flors.248

Il est employé substantivement :

E'l reis conquier l' autrui, e'l seu defen 1707.
Bertrand de Born : Gent part.

L'un, l'altre, l'un, l'autre.

Quand un, altre, sont employés substantivement et
en rapport réciproque, on les place aussi parmi les pronoms
indéfinis.

Sing. E no 'ls puesc amdos tener,
Que l'us l'autre no cossen 2708
Comte de Poitiers : Companho.

Plur. Li cavayer an pretz,
Si cum l'auzir podetz :
L'un son bon cavayer,
L'autre son bon guerrier ;
L'un an pretz de servir,
L'autre de gent garnir 3709.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Las unas son plazens,
Las altras conoissens 4710.
Arnaud de Marueil : Rasos es.249

Plur. Los us ten bas e 'ls autres fai valer 1711.
Gaucelm Faidit : A lieis cui am.

Un signifie quelquefois même, semblable.

Car tug silh que pretz an,
No l'an ges d'un semblan 2712
Arnaud de Marueil : Rasos es.

En parlant des pronoms personnels, j'ai dit que le
pronom indéterminé altre s'attachait souvent aux premières
et aux secondes personnes du pluriel de ces
pronoms.

Voici d'autres exemples de cette forme explétive :

Trames en terra lo sieu filh,
Per Adam gitar de perilh
E nos autres totz issament
Que em sieu filh verayament ;
E' n receup nostra carn mortal
Per que nos autres serem sal 3713.
La Passio de Jhesu Crist.

Blancatz, no sui eu ges d'aital faison
Com vos altre a cui amors non cal 4714.
Blacas : Peire Vidal.250

Vos autres qu'el mon oblidatz 1715.
La Vida de san Alexi.

Eis, meteis, même, le même ; eissa, meteissa,
même, la même.

Ce pronom indéfini s'applique aux choses et aux personnes,
et quelquefois il se joint à un adverbe.

E s'eu no m puesc cobrir, qui m'er cobrire ?
Ni qui m'er fis, s'eu eis mi soi traire 2716 ?
Folquet de Marseille : Amors merces.

Car eis dieus, senes fallida,
La fetz de sa eissa beutat 3717.
Guillaume de Cabestaing : Aissi cum selh.

Qu'en eysa la semana,
Cant ieu parti de lai,
Me ditz en razo plana
Que mos chantars li plai 4718.
Bern. de Ventadour : Quan la doss' aura.

Tal paor ai qu'ades s'azir,
Ni ieu meteys tan tem falhir 5719!
Comte de Poitiers : Mout jauzens.251

D'un joy que m sofraing
Per mo mezeis follatge 1720.
Gaucelm Faidit : Ab cossirier.

Altresi com la candela
Que si meteissa destrui,
Per far clardat ad altrui 2721.
Pierre Raimond de Toulouse : Altresi com.

E son ves els mezeis trachor
Li rich malvatz, perqu'els nazir 3722.
Folquet de Romans : Tornatz es.

On trouve aussi medes, metes, messeis, etc.

Quelquefois il est employé adverbialement étant joint
à un autre adverbe.

Et aqui meteis vos sapchatz
Ab los savis gen captener 4723.
Pierre Rogiers : Senher Raimbaut.

Totz, tout, sing. ; tut, tug, tuit, tuich, tous, plur. ;
trastotz, trestotz, très-tout ; trestuit, très-tous.

Sing. suj. Dona, si us platz, aiatz humilitat
De mi que sui totz el vostre poder 5724.
Arnaud de Marueil : Tot quant.252

Sing. rég. Alixandres, que tot lo mon avia,
No portet ren mas un drap solamen 1725.
Pons de Capdueil : Ar nos sia.

Anc ieu no l'aic, mas ela m'a
Trastot en son poder amors 2726.
Arnaud Daniel : Anc ieu no l'aic.

Pl. suj. Aisso sabem tug que es vers 3727.
Arnaud de Marueil : Sel que vos es.

Bon son tut li mal que m dona 4728.
Bern. de Ventadour : Bel m'es quan eu vei.

Car s'ieu, lauzan vostre gen cors, dizia
So que per ver faissonar en poiria,
Sabrion tuich de cui sui fis amans,
Per qu'ieu en sui de vos lauzar doptans 5729.
Blacasset : Si m fai.

Pl. rég. Ben saup chausir de totas la melhor 6730.
Pons de Capdueil : Astrucx es.

Astrucx es selhs cui amors ten joyos,
Qu'amors es caps de trestotz autres bes 7731,
Pons de Capdueil. : Astrucx es.253

Pl. rég. Que ben placz a trestotas gens 1732.
Roman de Jaufre.

Tot est quelquefois employé comme substantif neutre.

Be fora ricx, si m volguessetz onrar,
Ans que del tot m'acson mort li sospir 2733.
Arnaud de Marueil : En mon cor ai.

Mant, molt, trop, plusor, maint, plusieurs.

Sing. Maint mur e mainta tor desfaicha
Veirem, e mainta testa fraicha,
Maint castel forsat e conques 3734.
Bertrand de Born : Guerra e trebalh.

Mas aissi falh hom en mainta fazenda 4735.
Pons de la garde : Sitot no mai.

Plur. Fugir enfern e 'l putnais fuec arden
On manh caitiu viuran tos temps dolen 5736.
Pons de Capdueil : Ar nos sia.

Mal li faran tug li plusor
Qu'el veyran jovenet meschi 6737.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.254

Plur. « E motas femnas eran aqui 1738. »
Trad. du Nouv. Testament : Marc, c. 15, v. 40.

Aqui veirem manz sirventz peceiatz,
Manz cavals mortz, manz cavaliers nafratz 2739.
Blacasset : Guerra mi plai.

« E co en dos torneyhamens avia morts trop Sarrasis 3740. »
Philomena, fol. 80.

Per mantas guizas m'es datz
Jois e deport e solatz 4741.
Alphonse II, roi d'Aragon : Per mantas.

Obedienza deu portar
A motas gens qui vol amar 5742.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

On ac gentz de moltas manieras 6743.
Roman de Jaufre.

« Pausec d'autra part tropas reliquias ad un trauc, et
aitantost elh lo fe clauser 7744. » Philomena, fol. 24.

Tant, quant, tant, combien.

« Calhs ni cans foro morts, nuls hom no lo poyria
Comtar 8745. » Philomena, fol 68.255

En Lemosi ont a trag niant cairel
En tanta tor, tans murs, e tant anvan
Frait e refrait, e fondut tan castel ;
E tant aver toit, e donat, e mes ;
E tan colp dat, e receuput, e pres 1746.
Bertrand de Born : Quan la novella.

E Dieus com pot formar
Tantas bellas faisos,
Lai on merces non fos 2747 !
Rambaud de Vaqueiras : Ja no cugei.

Dona, mon cor e mon castel vos ren,
E tot quant ai, quar etz bella e pros 3748.
Pistoleta : Ar agues ieu.

Ai ! quantas bonas chansos
E quants bos vers aurai fag 4749.
Bern. de Ventadour : Ai ! quantas.

Tous les adjectifs de quantité indéterminés peuvent
être placés parmi ces pronoms.256

Chapitre V.
Noms de nombres

tableau cardinaux | ordinaux | un | dos | tres | quatre | cinq | sei | sex | set | och | ot | nov | dex | deze | unze | doze | treze | quatorze | quinze | setze | vint | trenta | quaranta | cent | mil | masculin. | féminin | premier | premiera. | segon | segonda. | ters | tersa. | quart | quarta. | quint | quinta. | seizen | seizena. | seten | setena. | ochen | ochena. | noven | novena. | dezen | dezena. | unzen | unzena. | dotzen | dotzena. | trezen | trezena. | quatorzen | quatorzena | quinzin | quinzina. | sezesme | sezesma. | vintesme | ventesma. | trentesme | trentesma. | quarantesme | quarantesma. | cente | centesma. | mille | millesma.257

Nombres cardinaux.

La langue latine déclinait unus, duo, tres ; la langue
romane, fidèle à son système d'imitation, distingua les
sujets et les régimes dans un, dos, tres.

Un, un ; una, une.

Un eut son féminin una, et fut soumis à la règle de
l's final.

Suj. Us joys d'amor s'es e mon cor enclaus 1750.
Arnaud de Marueil, : Us joys d'amor.

Rég. Gran talen ai qu'un baisar
Li pogues tolre o emblar 2751.
Peyrols : Del seu tort.

Qu'una 'n sai qu'es de las melhors
La meiller qu'anc Dieus fezes 3752.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Dos, amdos, deux ; doas, amdoas, deux.

Dos fut régime, et dui fut sujet, amdos régime, et
amdui sujet, au masculin.

Conformément à la règle générale, doas, amdoas,
féminins, furent tour-à-tour sujets ou régimes.258

Ams, ambedos, ambos ont la même acception.

Suj. E colombet, per gaug d'estieu,
Mesclan lur amoros torney,
E duy e duy fan lur domney 1753.
Arnaud Daniel : Ab plazers.

Quan dui amic s'acordon d'un voler,
So que luns vol deu al altre plazer 2754.
Gaucelm Faidit : Tuit cilh que amon.

Tot lo joys del mon es nostre,
Dompna, s'amdui nos amam 3755.
Comte de Poitiers : Farai chansoneta.

C'ambedui me son jurat
E plevit per sagramen 4756.
Comte de Poitiers : Companho.

Rég. Que l'us perdet lo pe per dos capos ;
E 'l segon fo pendutz per dos deniers 5757.
Blacas : En Pellicer.

Dos jorns estem ses beure e ses manjar 6758.
Rambaud de Vaqueiras : Honrat marques.259

Rég. C'amors no vol ren que esser non deia ;
Paubres e ricxs fai amdos d'un paratge 1759.
Bern . de Ventadour : Quan vei la flor.

E d'ams mos bratz vos ressengua 2760.
Rambaud d'Orange : Estat ai.

Que ben pot aver cavalcat
Doas legas a tot lo meintz 3761.
Roman de Jaufre.

Aitant com pot ab ambas mans 4762.
Roman de Jaufre.

Tres, trois.

Trei fut sujet masculin : tres, régime masculin, fut
aussi sujet et régime féminin.

Suj. E no sabran ja duy ni trey
Quals es celha que m'a conquis 5763.
Arnaud de Marueil : Cui que fin' amors.

Rég. Mas non es, de mar en sai,
Ni lai on es flum Jordans,
Sarrazis ni Crestians
Qu'ieu non venques tres o dos 6764.
Rambaud d'Orange : Amors com er.260

Suj. Las tres dompnas a cui eu te presen,
Car elhas tres valon ben d'autras cen 1765.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.

Dans les autres noms de nombres cardinaux, la langue
romane ne distingue pas les sujets et les régimes.

Nombres ordinaux.

Comme sujets, ils prennent souvent l's final.

Ceux qui finissent en n quittent souvent cet n :

D'aisso m'er mal Peire Rogiers,
Per que n'es encolpatz premiers.
El segonz Guirautz de Bornelh
Qui sembla drap sec al solelh.
El tertz Bernatz del Ventadorn….
El quartz de Briva 'l Lemosis….
En Guillems de Ribas lo quinz 2766.
Pierre d'Auvergne : Cantarai.

El cinques es Gaucelms Faiditz….
El seizes Guillems Azemars
Qu'anc no fon pus malvatz joglars 3767.
Le Moine de Montaudon : Pus Peire.261

El ochen Bernartz de Sayssac…
E lo noves es En Rambautz….
En Ebles de Sagna 'l dezes,
A cui anc d'amor no venc bes 1768.
Pierre d'Auvergne : Cantarai.

El onzes es Guiraut lo Ros
Que sol viure d'autrui cansos.
E lo dotzes sera Folquetz
De Marcelha us mercadairetz.
E lo trezes es mo vezis….
Guillem de Ribas lo quinzins….
Ab lo sezesme n'i a pro 2769.
Le Moine de Montaudon : Pus Peire.

Plusieurs des noms de nombres ordinaux ont la double
terminaison : en, ou esme, eisme.

Ils sont parfois employés substantivement :

Sostenetz me lo ters o 'l cart
Del desir que m destruy e m'art 3770.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.262

Chapitre VI.
Verbes.

Les verbes romans peuvent être classés en trois conjugaisons :

ar, er ou re, ir ou ire.

La langue romane a deux verbes auxiliaires :

aver, avoir.

esser ou estar, être.

L'auxiliaire aver appartient à la seconde conjugaison.

Des deux verbes esser et estar, dont l'autre verbe
auxiliaire se compose, estar appartient à la première
conjugaison, et esser est à-la-fois irrégulier et défectif.

Les tableaux des différentes conjugaisons contiennent
les règles ordinaires.

Voulant, selon la méthode que j'ai adoptée, justifier
par des exemples ce que j'ai à dire des règles relatives
aux modes, aux temps, et aux personnes, j'indique sommairement,
dans d'autres tableaux, ou par des notes, les
citations répandues dans cette grammaire, où l'on trouve
des exemples applicables aux différents modes, temps, et
personnes, des verbes de chaque conjugaison.263

A la suite de ces tableaux seront les observations générales
relatives aux verbes 1771, et les observations spéciales
264qui concernent et expliquent les exceptions, soit communes
à plusieurs verbes, soit particulières à un seul.

Je place d'abord l'infinitif, parce qu'il serait impossible
de se rendre raison des temps composés, si l'on n'avait
déjà connaissance du participe passé.

Auxiliaire aver, avoir.

Je commence par ce verbe, qui, n'empruntant rien
des autres verbes, dont il devient l'auxiliaire, se suffit à
lui-même pour les temps composés.265

aver avoir.

Infinitif.

tableau présent | aver | avoir | part. prés. | avent | ayant | gérondif | aven | en ayant | part. passé | agut | eu | prétérit | aver agut | avoir eu

Indicatif.

tableau présent | ai | j'ai | as | tu as | a | il a | avem | nous avons | avetz | vous avez | an | ils ont | parfait composé | ai agut | j'ai eu | avem agut | nous avons eu | imparfait | av ia | j'avais | plus-que-parfait | avia agut | j'avais eu | av ias | tu avais | avias | il avait | avia | av iam | nous avions | aviam agut | nous avions eu | av iatz | vous aviez | aviatz | av ian en on | ils avaient | avian | parfait simple | futur | aic agui | j'eus | aur ai | j'aurai | aguist est | tu eus | aur as | tu auras | ac | aguet | il eut | aur a | il aura | aguem | nous eûmes | aur em | nous aurons | aguetz | vous eûtes | aur etz | vous aurez | agueren on | ils eurent | aur an | ils auront266

Conditionnel. Subjonctif.

tableau aur ia | aur ias | aur iam | aur iatz | aur ian ion | j'aye | tu ayes | il ait | nous ayons | vous ayez | ils ayent | présent | j'aurais | tu aurais | il aurait | nous aurions | vous auriez | ils auraient | ai a | ai as | ai am | ai atz | ai an on | imparfait | j'aurais eu | nous aurions eu | agu essen on ils eussent | parfait | auria agut | aurias | auria | auriam agut | auriatz | aurian | agu es | agu esses | agu essem | agu essetz | j'eusse | tu eusses | il eût | nous eussions | vous eussiez | imperatif | ai am em | aye | qu'il ait | ayons | ayez | qu'ils aient | aia agut | j'aye eu | aias agut | tu ayes eu | etc. | plus-que-parfait | agues agut | j'eusse eu

Le verbe aver et plusieurs autres ont un double conditionnel
présent :

agr a | as | a | am | atz | an, on.

Et, par analogie, un double conditionnel passé :

Agra agut | etc.267

esser, estar être.

Infinitif.

tableau présent | esser | estar | être | part présent | essent | estant | étant | gérondif | essen | estan | en étant | part passé | estat | été | prétérit | aver estat | avoir été

Indicatif.

tableau présent | sui soi son | est ai au | je suis | est iest | est as | tu es | es | est a ai | il est | em sem | est am | nous sommes | etz | est atz | vous êtes | sun son | est an on | ils sont | imparfait | era | est ava | j'étais | eras | est avas | tu étais | era er | est | ava | il était | eram | est avam | nous étions | eratz | est avatz | vous étiez | eran on | est avan avon | ils étaient | parfait simple | fui | est ei | je fus | fust | est est | tu fus | fo fon | est et | il fut | fom | est em | nous fûmes | fotz | est etz | vous fûtes | foren on | est eren eron | ils furent | parf composé | ai estat etc | j'ai été | plus-que-parf | avia estat etc | j'avais été | futur | ser ai er | estar ai | je serai | ser as | estar as | tu seras | ser a er | estar a | il sera | ser em | estar em | nous serons | ser etz | estar etz | vous serez | ser an | estar an | ils seront268

Conditionnel.

tableau présent | ser ia | ser ias | ser ia | ser iam | ser iatz | passé | estar ia | est era | estar ias | est eras | estar iam | est eram | estar iatz | est eratz | ser ian ion | estar ian ion | est eran | auria estat etc | je serais | tu serais | il serait | nous serions | vous seriez | ils seraient | j'aurais été *772

Impératif.

tableau présent | si as | est a | si a | si am | est em | si atz | est etz | si an sion | est en on | sois | soit | soyons | soyez | soient

Subjonctif.

tableau présent | si a | est e | je sois | si as | est es | tu sois | il soit | si am | est em | nous soyons | si atz | est etz | vous soyez | si an sion | est en on | ils soient | imparfait | fos | je fusse | fos ses | est esses | tu fusses | il fût | fos sem | est essem | nous fussions | fos setz | est essetz | vous fussiez | fos sen on | est essen esson | ils fussent | parfait | aia estat etc | j'aye été | plus-que-parf | agues estat etc | j'eusse été269

Ainsi que je l'ai annoncé, je rassemble en tableaux *773 les
exemples pour ces verbes auxiliaires, et je les prends
270des différentes citations faites, dans le cours de cette
grammaire, pour d'autres règles.271

Observations relatives au verbe aver.

Il arrive, mais rarement, qu'au lieu d'ai, la première
personne du présent de l'indicatif est en ei.

Que perdut ei pretz e valors 1774.
Gavaudan le Vieux : Crezens fis.

Et, par analogie, le futur aurai devient aurei 2775.

On conçoit que cet ei s'est facilement changé en e 3776.

Parfois, on trouve aussi dans l'imparfait du subjonctif,
au lieu d'aguessetz, d'aguesson, etc., acses, acson, etc.

Selon les localités, on prononce aurai ou avrai. Dans
quelques manuscrits, on rencontre l'h initial ou le b
intérieur d'habere, primitif latin ; et avut pour agut.

Le verbe aver est quelquefois employé impersonnellement :

Dona, loncx temps a qu'ieu consir 4777.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

« Pero tres semmanas ha que nos em aissi 5778. »
Philomena, fol. 8.

Ben a cinq ans qu'anc d'un voler no s moc 6779.
Augier : Per vos belha.272

Observations sur le verbe esser.

Infinitif.

Essent, étant, quoique formé régulièrement du verbe
esser, est très-rare.

« Car el meseime essent la quarta bestia devant scripta
per Daniel 1780. » Doctrine des Vaudois.

« Essent trop tenre e frevol non poc obtenir 2781. »
Doctrine des Vaudois.

Indicatif.

Présent. Pour la première personne du présent de
l'indicatif on trouve presque indifféremment soi ou sui ;
la différence de l'o et de l'u provient de la prononciation
locale ou des copistes.

Mais ce qu'il est essentiel de faire connaître, c'est
que divers auteurs se sont servis de son.

Puois aissi son encolpatz,
Quan fatz avols motz o'ls fatz 3782.
Rambaud d'Orange : A mon vers.

Per aquest sen son ieu sors 4783.
Pierre Rogiers : Al pareissen.273

Mas can se pot esdevenir
Qu'ieu vos vey, dona, ni us remir,
Son aisi que may res no m sen 1784.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Son encantatz, quel colp, que t don,
No pot ton elme entamenar 2785.
Roman de Jaufre.

Comtessa, yeu son santa Fe 3786.
Poeme sur sainte Foi.

Ans son vostre trop mielz que no us sai dir 4787.
Giraud le Roux : Nulhs hom no saup.

Les secondes personnes est, etz, reçoivent parfois l'i
au-devant de l'e.

E tu, senher d'umilitat,
Tu iest fort aut et ieu trop bas 5788.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Qui us apellava paoruc,
Semblaria que vers non fos ;
Car iest grans e joves e ros 6789.
Bertrand de Born : Maitolin.274

Car iest avols e semblas bos 1790.
Bertrand de Born : Maitolin.

La première personne du pluriel est em ou sem ; l'un
et l'autre sont rarement employés, sur-tout sem.

Que si non em amic andui,
D'altr' amor no m'es veiaire
Que jamais mos cor s'esclaire 2791.
Bern. de Ventadour : Lo rossignols.

E quant em al novel temps clar 3792.
Rambaud d'Orange : Ab nov cor.

Vey que sem aisi vengutz 4793.
Vidal de Bezaudun : Abrils issia.

La seconde personne du pluriel etz se trouve ordinairement
avec des sujets qui sont au singulier.

Quelquefois la prononciation locale, ou l'usage des
copistes, a introduit es au lieu d'etz ou d'ez.

O filhas de Jherusalem,
De Nazareth, de Besleem,
Verges castas et espozadas,
Que de Dieu es enamoradas 5794.
La Passio de nostra dona Sancta Maria.275

E escrida : Qui es baros
Que d'aital ora us combates ?
Puis no us puesc vezer, respondes 1795.
Roman de Jaufre.

Dans ces exemples, es se rapportant à des sujets qui
sont évidemment au pluriel, on ne peut former aucun
doute sur l'exception que j'indique.

On trouve siest pour est,
et ses es.

Ieu sai qui tu siest 2796.
Trad. du Nouv. Testament : Luc, c. 7, v. 48.

E vuoill saber, lo mieus bel amics gens,
Per que me ses tan fers ni tan salvatges 3797.
Comtesse de Die : A chantar.

J'ai cité ces vers p. 123. La version est différente de
celle-ci, que je trouve dans le ms. de la Bibl. du Roi 7225.

On rencontre des futurs terminés en ei au lieu d'ai,
conformément à la modification observée pour le présent
de l'indicatif du verbe haver.

Tos temps serei tortre ses par 4798.
Gavaudan le Vieux : Crezeus fis.276

Futur.

Le futur fut quelquefois emprunté d'ero : ainsi on
trouve à la première personne du singulier :

Com plus la prec, pus m'es dura ;
Mas si 'n breu no si melhura,
Vengut er al partimen 1799.
Bern. de Ventadour : Lo temps vai.

Il est plus souvent employé à la troisième personne du
singulier.

Farai un vers de dreit nien ;
Non er de mi ni d'autra gen,
Non er d'amor ni de joven 2800.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Car non es, ni er, ni fo
Genser de neguna leg 3801.
Rambaud de Vaqueiras : Guerras ni platz.

Mas no l'er, segon mon albir,
Apres me, nul amics tan sertz 4802.
Arnaud de Marueil : A guisa de fin.277

Mas una res er, se vos m'enjanatz ;
Mos er lo dans, e vostre er lo peccat 1803.
Gaucelm Faidit : Tot autressi.

Le verbe esser prend quelquefois en venant d'inde,
et signifiant de cela, de là.

Ailas ! qu'en er, si no m secor 2804 ?
Arnaud de Marueil : A guisa de fin.

Cet en se place au-devant du verbe, et avec tous les
différents temps et modes.

Observations sur le verbe estar.

Ce verbe offre quelques légères variétés.

Au présent de l'indicatif.

A la première personne du singulier, il fait estai,
estau, estauc :

Ab vos estay on qu'ieu esteia 3805.
Arnaud de Marueil : Ab vos estay.

Perque m'estau en bon esper 4806.
Bern. de Ventadour : Ges de chantar.

Et à la troisième, esta et estai.

Au présent du subjonctif, il fait, à la première et
à la troisième personne du singulier, estia et esteia.
Mais cette dernière désinence n'a peut-être été employée
qu'à cause de la rime.278

Conjugaisons des verbes réguliers en ar,
er ou re, ir ou ire.

Voici trois tableaux dont chacun offre l'une des trois
conjugaisons auxquelles appartiennent les différents verbes
de la langue romane.

Après ces tableaux, je présenterai les observations, soit
générales, soit particulières, qu'exigent les temps, les
modes, et les personnes de quelques verbes.

Ces tableaux n'offrent que les conjugaisons actives.

Quant aux conjugaisons que les grammairiens modernes
appellent encore passives, comme la langue romane
les forma en joignant le participe passé au verbe auxiliaire
esser, il suffira d'en avertir, et de rapporter quelques
exemples ; les règles relatives à ces conjugaisons ne souffrent
jamais d'exception.

La première conjugaison comprend les verbes en ar,
qui sont les plus nombreux, et qui n'offrent jamais d'anomalies.

La seconde, les verbes en er ou re ; ce sont ceux qui
éprouvent le plus de modifications intérieures.

La troisième, les verbes en ir ou ire ; ces verbes ne sont
pas nombreux, et ils offrent rarement des anomalies 1807 ; et,
ce qui en fait une classe à part, c'est que ces verbes n'ont
jamais qu'un conditionnel, tandis que les verbes des
autres conjugaisons en ont régulièrement deux.279

Conjugaison en ar.

Actif.

Amar aimer.

Infinitif.

tableau présent | am ar | aimer | part présent | am ant | aimant | gérondif | am an | en aimant | part passé | am at | aimé | prétérit | aver amat | avoir aimé

Indicatif.

tableau présent | parfait composé | am | ami | j'aime | ai amat | j'ai aimé | am as am | tu aimes | as | tu as | a | il aime | il a | nous aimons | avem | nous avons | atz | vous aimez | avetz | vous avez | an | on | en | ils aiment | ils ont | imparfait | plus-que-parfait | am ava | j'aimais | avia amat | j'avais aimé | avas | tu aimais | avias | tu avais | ava | il aimait | avia il | avait | avam | nous aimions | aviam | nous avions | avatz | vous aimiez | aviatz | vous aviez | avan | avon | ils aimaient | avian | ils avaient | parfait simple | futur simple | am ei | iei | j'aimai | amar ai | j'aimerai | est | iest | tu aimas | tu aimeras | et | il aima | il aimera | em | nous aimâmes | nous aimerons | etz | vous aimâtes | vous aimerez | eren | eron | ils aimèrent | ils aimeront280

Indicatif. Subjonctif.

tableau futur composé | aurai amat | j'aurai aimé | auras | tu auras | aura | il aura | aurem | nous aurons | auretz | vous aurez | auran | ils auront | am e | es | e | em | etz | en | on | présent | que j'aime | tu aimes | il aime | nous aimions | vous aimiez | ils aiment

Conditionnel.

tableau présent | am aria | era | j'aimerais | arias | eras | tu aimerais | aria | il aimerait | ariam | eram | nous aimerions | ariatz | eratz | vous aimeriez | arian | eran | il aimeraient | imparfait | am es | que j'aimasse | esses | tu aimasses | il aimât | essem | nous aimassions | essetz | vous aimassiez | essen | son | ils aimassent | parfait | auria amat | j'aurais aimé | aia amat | j'aye aimé | aurias | tu aurais | aias | tu ayes | auria | il aurait | aia | il ait | auriam | nous aurions | aiam | nous ayons | auriatz | vous auriez | aiatz | vous ayez | aurian | ils auraient | aian | ils aient 1808 2809 3810

Impératif.

tableau présent ou futur | am a | am | a | em | atz | en, on | aime | qu'il aime | aimons | aimez | qu'ils aiment | plus-que-parfait | agues amat | j'eusse aimé | aguesses | tu eusses | agues | il eût | aguessem | aguessetz | aguesson | nous eussions | vous eussiez | ils eussent281

Conjugaison en er ou re.

Actif.

Temer craindre.

Infinitif.

tableau présent | tem er | craindre | part. prés. | tem ent | craignant | gérondif | tem en | en craignant | part. passé | tem ut | sut | craint | prétérit | aver temut | avoir craint

Indicatif.

tableau indicatif | présent | parfait composé | tem | temi | je crains | tem es | tu crains | e | il craint | em | nous craignons | etz | vous craignez | en | on | ils craignent | imparfait | tem ia | ias | ia | iam | iatz | ian | je craignais | tu craignais | il craignait | nous craignions | vous craigniez | ils craignaient | parfait simple | tem i | ei | ist | est | i | et | im | itz | eren | eron | je craignis | tu craignis | il craignit | nous craignîmes | vous craignîtes | ils craignirent | ai temut | j'ai craint | as | tu as | a | il a | avem | nous avons | avetz | vous avez | an | ils ont | plus-que-parfait | avia temut | j'avais craint | avias | avia | aviam | aviatz | avian | tu avais | il avait | nous avions | vous aviez | ils avaient | futur simple | temer ai | je craindrai | tu craindras | il craindra | nous craindrons | vous craindrez | ils craindront1811 2812282

Indicatif. Subjonctif.

tableau futur composé | aurai temut | auras | aura | aurem | auretz | auran | j'aurai craint | tu auras | il aura | nous aurons | vous aurez | ils auront | présent | tem a | as | a | am | atz | an | que je craigne | tu craignes | il craigne | nous craignions | vous craigniez | ils craignent

Conditionnel.

tableau conditionnel | présent | imparfait | temer ia | je craindrais | ias | tu craindrais | ia | il craindrait | iam | nous craindrions | iatz | vous craindriez | ian | ils craindraient | tem es | je craignisse | esses | tu craignisses | es | il craignît | essem | nous craignissions | essetz | vous craignissiez | essen | ils craignissent | parfait | auria temut | j'aurais craint | aurias | tu aurais | auria | il aurait | auriam | nous aurions | auriatz | vous auriez | aurian | ils auraient | aia temut | j'aye craint | aias | tu ayes | aia | il ait | aiam | nous ayons | aiatz | vous ayez | aian | ils aient

Impératif. 1813

tableau présent ou futur | plus-que-parfait | tem e | crains | e | tem | qu'il craigne | em | craignons | etz | craignez | en | on | qu'ils craignent | agues temut | j'eusse craint | aguesses | tu eusses | agues | il eût | aguessem | nous eussions | aguessetz | vous eussiez | aguesson | ils eussent283

Conjugaison en ir et ire.

Actif.

Sentir sentir.

Infinitif.

tableau présent | sent ir | ire | sentir | part. présent | sent ent | sentant | gérondif | sent en | en sentant | part. passé | sent it | senti | prétérit | aver sentit | avoir senti

Indicatif.

tableau présent | parfait composé | sent, senti | je sens | ai sentit | j'ai senti | sent is | tu sens | as | tu as | il sent | a | il a | sent em | nous sentons | avem | nous avons | sent etz | vous sentez | avetz | vous avez | sent en | on | ils sentent | an | ils ont | imparfait | plus-que-parfait | sent ia | je sentais | avia sentit | j'avais senti | ias | tu sentais | avias | tu avais | ia | il sentait | avia | il avait | iam | nous sentions | aviam | nous avions | iatz | vous sentiez | aviatz | vous aviez | ian | ils sentaient | avian | ils avaient | parfait simple | futur simple | sent i | je sentis | sentir ai | je sentirai | ist | tu sentis | tu sentiras | i | il sentit | il sentira | im | nous sentîmes | am | nous sentirons | itz | vous sentîtes | atz | vous sentirez | iren | iron | ils sentirent | ils sentiront284

Indicatif. Subjonctif.

tableau futur composé | présent | aurai sentit | j'aurai senti | sent a | que je sente | auras | tu auras | as | tu sentes | aura | il aura | a | il sente | aurem | nous aurons | am | nous sentions | auretz | vous aurez | atz | vous sentiez | auran | ils auront | an | ils sentent *814

Conditionnel.

tableau présent | imparfait | sentir ia | je sentirais | sent is | que je sentisse | ias | tu sentirais | isses | tu sentisses | ia | il sentirait | is | il sentît | nous sentirions | issem | sentissions | iatz | vous sentiriez | issetz | vous sentissiez | ian | ils sentiraient | issen | isson | ils sentissent | parfait| auria sentit | j'aurais senti | aia sentit | que j'aye senti | aurias | tu aurais | aias | tu ayes | auria | il aurait | aia | il ait | auriam | nous aurions | aiam | nous ayons | auriatz | vous auriez | aiatz | vous ayez | aurian | ils auraient | aian | on | ils aient

Impératif.

tableau présent ou futur| plus-que-parfait | agues sentit | j'eusse senti | sent i | sent | sens | aguesses | tu eusses | i | qu'il sente | agues | il eût | sentons | aguessem | nous eussions | etz | sentez | aguessetz | vous eussiez | qu'ils sentent | aguesson | ils eussent285

Dans les nombreuses citations que cette grammaire
rassemble, il est aisé d'indiquer les exemples *815 qui peuvent
286justifier l'exactitude des tableaux des conjugaisons ordinaires
des verbes réguliers.287

Passif des verbes romans.

Je ne m'arrêterai pas sur le passif des verbes romans.
Il me suffira d'indiquer quelques exemples choisis parmi les
citations répandues dans cette grammaire *816 ; ces exemples
démontreront la règle invariable de ce passif : il se forme
par le rapprochement des différents temps et modes du
verbe esser avec le participe passé de chaque verbe.

La seule observation que je croie nécessaire, c'est que
le présent d'esser avec le participe passé désigne quelquefois
le passé plus voisin.

Estout es se d'el lonjat 1817.
Roman de Jaufre.

Fui désigne un passé plus éloigné.288

Observations sur les verbes romans.

A ces tableaux des conjugaisons régulières, je joins
diverses observations sur les exceptions ou anomalies
communes à plusieurs verbes romans ; le dictionnaire
offrira des détails plus nombreux et plus spéciaux, surtout
à l'égard des anomalies particulières.

Les modifications subies par les verbes romans, en
diverses personnes de leurs divers temps, consistent ou
dans les changements des désinences, ou dans les changements,
additions, soustractions, de lettres intérieures.

Les terminaisons des verbes romans offrent peu d'anomalies :
en général, ces anomalies se trouvent :

Aux participes passés,

Aux premières et aux troisièmes personnes du présent
de l'indicatif,

Aux premières et aux troisièmes personnes du prétérit
simple du même mode.

Il n'est pas impossible de reconnaître et de rassembler
les principes généraux, les causes analogiques, qui expliquent
suffisamment la plupart de ces exceptions.

Les modifications intérieures s'appliquent ordinairement
aux mêmes temps des mêmes modes.

On peut aussi reconnaître un système spécial dans la
plupart de ces modifications.

Je présenterai mes observations dans l'ordre des différents
modes et de leurs différents temps ; mais ce sera en
rapprochant les exceptions relatives aux verbes de chaque
289conjugaison, parce que plus d'une fois la même explication
servira aux verbes de différentes conjugaisons.

Infinitifs.

Présent.

Dans quelques verbes romans en er ou re, en ir ou
ire, le présent de l'infinitif a plus d'une terminaison.

Ainsi : Far et faire.

Querer | querre et leurs composés.

Seguir | segre, et leurs composés.

Dir | dire.

Etc. | etc.

Il suffira de présenter quelques exemples 1818.

Ben sapchatz, s'ieu tan non l'ames,
Ja non saupra far vers ni sos 2819.
Pierre d'Auvergne : Chantarai pus.

Dona, que cuiatz faire
De mi que us am tan 3820 ?
Bern. de Ventadour : Can la doss' aura.290

Ponha de sai los Moros conquerer 1821.
Rambaud de Vaqueiras ; Aras pot hom.

De conquerre fin pretz entier
Agra jeu talen e desir 2822.
Bern. de Ventadour : En aquest guai.

Ni ves on lo poirai seguir 3823.
Roman de Jaufre.

De ben amar sai segr' el dreit viatge 4824.
Peyrols : Si anc nuls hom.

Sap mais qui vol ses ditz segre
Que Salomos ni Marcols 5825.
Rambaud d'Orange : Apres mon vers.

D'en Blacatz no m tuelh ni m vire,
Ni de son pretz enantir ;
Que tan no puesc de ben dir
Qu'ades mais no i truep a dire 6826.
Elias de Barjols : Car comprei.

Cette double terminaison qu'ont plusieurs verbes au
présent de leur infinitif, n'embarrassera jamais les personnes
qui étudieront les ouvrages écrits en langue
291romane ; c'est pourquoi je m'abstiens de présenter d'autres
citations et d'autres rapprochements qui appartiennent
spécialement au dictionnaire.

Si je me suis arrêté sur cette circonstance très-remarquable,
c'est pour avoir le droit d'en tirer une conséquence
que sans doute on ne me contestera point.

Sur ce fait reconnu de la double terminaison qu'offre
le présent de l'infinitif de plusieurs verbes romans, j'établis
la règle suivante :

Quand une anomalie s'expliquera par la conjecture
très-vraisemblable que les verbes, où elle se trouve,
variaient primitivement la terminaison de leur infinitif,
cette explication ne doit pas être rejetée.

Far, faire, faire, sont très-vraisemblablement des
modifications de l'infinitif primitif fazer du latin facere ;
aussi far et faire n'ont-ils qu'un même participe présent
fazent, qu'un même gérondif fazen 1827.

Et, dans l'hypothèse inverse, si des verbes romans, tels
que vezer, voir, plazer, plaire, etc. font au futur de
l'indicatif veirai, plairai, etc., n'admettrait-on pas que
ces verbes ont eu une seconde terminaison au présent de
292leur infinitif, veire, plaire, quand même celle-ci ne se
retrouverait pas dans les écrits qui nous sont parvenus ?

Je pourrais donner à ces observations de nombreux
développements que je réserve pour les circonstances
qui me permettront d'en faire des applications particulières.

Participes présents, gérondifs, participes passés.

Les participes présents et passés n'étant que des adjectifs
verbaux, furent ordinairement soumis à la règle générale,
qui ôtait à chaque adjectif latin la désinence caractéristique
de ses cas 1828.

Les gérondifs romans, formés en supprimant do, finale
caractéristique des gérondifs latins, demeurèrent indéclinables
293dans la langue romane, comme ils l'étaient dans
la langue latine 1829.

Les participes latins, soit présents, soit passés, adaptés
à la langue romane par la suppression de la désinence
qui caractérisait leurs cas, paraissent quelquefois manquer
d'analogie avec le présent de l'infinitif, quand ce présent
a subi la modification souvent imposée au présent de
plusieurs autres verbes.

Ainsi, de credentem latin est venu le participe roman
crezent ; mais le présent de l'infinitif latin credere ayant,
par des modifications successives, produit le présent de
l'infinitif roman creire, on ne reconnaîtrait pas d'analogie
entre les temps de l'infinitif :

Creire, présent de l'infinitif venant de credere ;

Crezen, gérondif de credendo ;

Crezent, participe présent de credentem ;

Crezut, participe passé de creditum.

Les participes passés présenteraient beaucoup de difficultés
à celui qui rechercherait leurs rapports avec les
294présents des infinitifs, s'il n'avait la certitude que la
plupart de ces participes sont venus directement dans
la langue romane par la suppression de la désinence du
participe latin, quoique cette modification ne fût pas
conforme à la modification subie par le présent de l'infinitif.

En effet, on s'étonnerait avec raison que le présent
de l'infinitif nascer, naître, eût produit le participe
passé nat,  ; mais on reconnaît facilement que nat
a été dérivé directement de natum, et que l'infinitif
latin nasci, entrant dans la langue romane qui donne à
tous ses infinitifs la terminaison er ou re, a pris la terminaison
er, et a produit nascer.

Un très-grand nombre de verbes romans ont formé
leurs infinitifs présents, leurs participes présents, leurs
gérondifs, leurs participes passés, d'après des règles
d'analogie aussi simples qu'invariables.

tableau présent | part. prés. | gérondif | part. passé | ar. | rom. | amar | amant | aman | amat. | lat. | amare | amantem | amando | amatum.

Les verbes en ar, qui sont les plus nombreux dans la
langue romane, n'ont jamais d'anomalies.

Les verbes en er et en re sont ceux qui en présentent
le plus souvent ; du moins il est rare d'en trouver qui
n'offrent quelque légère altération de la forme générale ;
la principale cause en est que la terminaison du participe
passé en ut, terminaison qui caractérise presque
tous les verbes de cette conjugaison, est très-rare dans
la langue latine.295

tableau er, re | rom. | plazer | plazent | plazen | plazut | lat. | placere | placentem | placendo | placitum

tableau ir, re | rom. | auzir | auzent | auzen | auzit | lat. | audire | audientem | audiendo | auditum 1830

Comme la langue romane a un assez grand nombre de
participes passés qui s'éloignent plus ou moins de cette
forme ordinaire, je ferai quatre classes des différentes
exceptions.

La première comprendra les participes passés qui ont
été conservés du latin, sans autre altération que la suppression
296de la désinence, quoique le présent de l'infinitif
ait subi une altération plus ou moins considérable.

La seconde comprendra les participes passés romans
qui ont subi quelque altération particulière, soit que le
présent de l'infinitif ait été formé ou non d'après la règle
générale.

La troisième, ceux qui ont été formés extraordinairement,
soit pour les verbes venant de verbes latins privés
de supin et de participe passé, soit parce que, la langue
romane rejetant le supin ou le participe du verbe latin défectif,
leur formation a été soumise aux règles de l'analogie.

Enfin, la quatrième classe indiquera les participes
passés des verbes romans qui, empruntés du latin par
la nouvelle langue, ont pris au présent de l'infinitif la
terminaison en ar, et ont alors conformé leurs participes
et leurs gérondifs aux règles générales qui ne varient
jamais dans cette conjugaison en ar.

Je me bornerai au nombre d'exemples qui me paraîtra
nécessaire pour expliquer en général ces différentes anomalies.

Première classe. J'indiquerai quelques-uns des participes
romans 1831 dérivés d'un supin ou participe passé latin,
297sans aucune altération, quoique le présent de l'infinitif
en ait subi une plus ou moins considérable.

tableau part. rom. | inf. rom. | part. lat. | inf. lat. | at. | irat | irascer | iratum | irasci. | nat | nascer | natum | nasci | ars. | ars | ardre | arsum | ardere. | aus. | claus | clorre | clausum | claudere. | ert. | ubert | ubrir | apertum | aperire. | ipt. | escript | escriure | scriptum | scribere. | is. | auccis | auccir | occisum | occidere. | it. | fugit | fugir | fugitum | fugere. | ors. | cors | corre | cursum | currere. | ort. | mort | morir | mortuum | moriri. 1832

Deuxième classe. La seconde classe se compose des
participes passés romans qui, dans leur formation, offrent
des modifications remarquables ; en voici quelques-uns :

tableau at. | tronat | tronar | tonitrum | tonare. | ers. | aers | aerdre | adhæsum | adhærere. | es. | promes | promettre | promissum | promittere | pres | prendre | prehensum | prehendere. | ist. | quist | querre | quæsitum | quærere. | vist | vezer | visum | videre. | it. | complit | complir | completum | complere. | salit | salir | saltum | salire. | seguit | segre | seguir | secutum | sequi. | trahit | trahire | traditum | tradere. | trait | traire | tractum | trahere.298

tableau part. rom. | inf. rom. | part lat. | inf. lat. | but. | recebut | recebre | receptum | recipere. | cut. | viscut | viure | victum | vivere. | dut. | mordut | mordre | morsum | mordere. | gut. | begut | beure | bibitum | bibere. | put. | romput | rompre | ruptum | rumpere. | zut. | cazut | cazer | casum | cadere. 1833

Troisième classe. La troisième classe offre les participes
passés qui ont été formés par analogie avec les
autres participes romans, ou avec le présent de l'infinitif,
attendu que la langue latine n'avait pas un supin ou un
participe d'où ils pussent être dérivés.

tableau ert. | uffert | uffrir | offerre | it. | florit | florir | florescere | luzit | luzer | lucere | olt. | tolt | tolre | tollere | ut. | batut | batre | batuere | temut | temer | timere. 2834299

Quatrième classe. Cette dernière classe comprend
les participes passés en at des verbes romans qui, changeant
la terminaison latine, ont passé dans la conjugaison
en ar, quoique originairement ils appartinssent à une
autre conjugaison latine.

tableau part. rom. | inf. rom. | part. lat. | inf. lat. | at. | adolzat | adolzar | dulcitum | dulcescere | calfat | calfar | calefactum | calefacere. | cobeitat | cobeitar | cupitum | cupere. | oblidat | oblidar | oblitum | oblivisci. | tremblat | tremblar | tremere. | usat | usar | usum | uti. 1835

J'ai lieu de croire que ces différentes indications fourniront
les moyens d'expliquer les rapports plus ou moins
directs des participes passés romans soit avec les infinitifs
des verbes romans, soit avec les participes passés et les
supins ou avec les infinitifs de la langue latine.

Quelques participes passés romans, dérivés directement
des supins ou des participes passés de la langue
latine, ont subi parfois des modifications si peu importantes,
et si faciles à reconnaître, que je n'ai pas cru
nécessaire d'en faire une classe à part.

tableau roman. | latin. | fach, fait | de | factum. | destruit | destructum. | escrich, escrit | scriptum. | junh, joinh | junctum. | etc. 2836300

L'euphonie, et même seulement l'orthographe ou la
prononciation, ont pu produire ces légères altérations,
ainsi :

ct, pt ont été facilement changés en c, ch ou t.

nct, etc. | en nh, etc.

Quant à l'introduction de l'i, elle est si commune dans
les autres mots que la langue romane a dérivés de la
langue latine, qu'il n'est pas nécessaire de donner une
nouvelle explication à cet égard.

On ne sera pas surpris si quelques verbes romans
ont plus d'un participe passé, comme :

Conques, conquist, de Conquerre, conquerer.

Elet, elegit, elegut, | Eleger. 1837

Pour expliquer ces variétés, je dirai que de ces participes,
les uns ont été fournis directement par les participes
latins, et que les autres ont été formés analogiquement
301d'après l'infinitif roman, ou d'après les infinitifs romans,
quand le verbe en avait eu plus d'un.

Je terminerai mes observations sur les participes passés
romans, par l'indication de la règle relative à leurs
féminins.

La terminaison a au singulier, et la terminaison as au
pluriel, caractérisent ces adjectifs verbaux comme tous les
autres, mais il est à observer que tous les participes qui
au masculin se terminent en t précédé d'une voyelle,
changent au féminin ce t final en d, qui reçoit l'a et l'as
caractéristiques du genre 1838.

Cette règle est sans exceptions.

at, ada. Amada us ai mais qu'Andrieus la reyna 2839.
Rambaud de Vaqueiras : Non puesc saber.

ut, uda. No siats ges esperduda ;
Ja per mi non er saubuda
L'amors, ben siatz segura 3840.
Bern. de Ventadour : Ai ! quantas.

Qu'una 'n vuelh e n'ai volguda 4841.
Bern. de Ventadour : Lo temps vai.302

it, ida. Dona grazida,
Quecs lauz' e crida
Vostra valor
Qu'es abelida….
Quar, per genser,
Vos ai chauzida
De pretz complida 1842
Rambaud de Vaqueiras, Kalenda maya.

Indicatifs.

Présent.

Les trois conjugaisons forment ordinairement la première
personne du présent de l'indicatif, en supprimant
la finale caractéristique de l'infinitif.

am ar, tem er, part ir.

Je rapprocherai les principales modifications que subit
la règle générale.

Cette première personne ajoute quelquefois un i, et
plus rarement un e 2843.

« E laissi mais a G. Peire davant dig, etc. 3844 ».
Test. de R. de Trancavel. Pr. de l'hist. du Langued. t. III, col. 115,303

Nadi contra suberna 1845.
Arnaud Daniel : Ab gnay so.

Pens, e repens, e pueys sospir,
E pueys me levi en sezen ;
Apres retorni m'en jazen,
E colgui me sobr' el bras destre,
E pueys me vire el senestre ;
Descobre me soptozamen,
Pueys me recobre belamen 2846.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Il semble que parfois on ait employé indifféremment
l'i ou l'e final, puisque nous trouvons i ou e, selon les
manuscrits ; et, pour en citer un exemple, je rapporterai
ces vers de Pons de Capdueil :

De totz caitius sui ieu aisselh que plus
Ai gran dolor e suefri greu turmen 3847.
Suefri, ms. de la Biblioth. du Roi 3204 et 7225.
Suefre, ms. 7226 et 7614.

Quelques verbes en er ou re, retranchant la consonne
304qui reste, après la suppression de la finale er ou re de
l'infinitif, y substituent la voyelle i ; ainsi,

Dev er fait deu et dei.

Sab er | sap et sai 1848.

Per aisso dey estar en bon esper 2849.
Arnaud de Marueil : En mon cor.

E mas de ben qu'ieu no vos sap retraire 3850.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

« Saber t'o farai, si o sai. 4851 »
Titre de 1059. Pr. de l'hist. de Langued. t. II, col. 231.

Lorsque, après la suppression de la finale caractéristique
de l'infinitif, il restait deux consonnes, dont l'n
était la pénultième, la dernière lettre fut ordinairement
supprimée 5852.

tableau ar. | er ou re. | ir ou ire. | chan t ar. | aten d re. | blan d ir. | man d ar. | ren d re. | sen t ir.

Quelques auteurs ont supprimé, mais très-rarement,
305l'i final de la première personne du présent en ei, dans
certains verbes tels que :

crei, mescrei, etc., ce qui a produit cre, mescre, etc. 1853.

D'autres ont retranché la consonne finale placée après
au ; et alors,

Lauz ar, etc. a produit lau, etc.

Auz ir, etc. | au, etc.

Deu en lau e sanh Jolia 2854.
Comte de Poitiers : Ben vuelh.

Del rei d'Aragon consir
Que mantas gens l'au lauzar 3855.
Rambaud de Vaqueiras : D'amor no.

Souvent on changea des consonnes finales :

B en P. Tro b ar fit trop.

D en T. Gar d ar | gart.

ID en G. | Cu id ar | cug.

Z en G ou S. Au z ir | aug, etc. 4856

Parfois des verbes conservèrent ou reprirent la consonne
finale que fournissait le verbe latin, au lieu de celle qu'offrait
le verbe roman :

tableau roman. | latin. | prec | de | pre g ar | pre c ari. | sec | se g re | se q ui, etc. 5857306

Il y eut d'autres transmutations de consonnes finales ;
on s'aperçoit facilement de ces légères variétés.

Quelques premières personnes du présent furent terminées
en auc 1858.

E ieu vauc m'en lai a celui
On tug peccador trobon fi 2859
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

D'autres verbes prirent parfois un c après la consonne
finale, et sc après la voyelle 3860.

El reys de cui ieu tenc m'onor 4861.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Ar non posc plus soffrir lo fais 5862.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Er fenisc mon no sai que es 6863.
Rambaud d'Orange : Escotatz.

Aissi guerpisc joy e deport 7864.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Quelques-uns eurent une terminaison en s, z, ts,
comme fas, faz, fatz, de far, faire 8865.307

L'euphonie ou la prononciation locale modifia souvent
le son de l'o placé avant une consonne finale en ue, et
parfois en ei, oi 1866.

tableau trob ar | trop | fit | truep. | sol er | sol | suelh. | tol re | tol | tuelh. | vol er | vol | vuelh. | mor ir | mor | muer.

Il me suffira d'indiquer de plus légères modifications,
telles que vuoill, vueill, pour vuelh, etc.

En général, c'est à la prononciation locale ou aux
copistes qu'elles doivent être attribuées.

Assez souvent la première personne admet une modification
intérieure, en recevant un i qui n'est point à
l'infinitif.

De segre ou seguir vint seg, et sec qui a pris l'i
intérieur.

E siec vos, quar m'es tan bo,
Quan remir vostra faisso 2867.
Comte de Poitiers : En aissi.308

De querre ou querer vint quier.

Per qu'ieu vos quier de mantenen,
Si us platz, vostra mantenenza 1868.
Comtesse de Die : Ab joi.

Telles sont les principales exceptions qu'offrent parfois
les premières personnes du présent de l'indicatif au singulier.
Il y en a encore quelques autres ; mais je craindrais
de pousser trop loin l'exactitude grammaticale, si j'indiquais
des variétés qui sont à-la-fois et rares, et faciles à
reconnaître ; je dois même dire que souvent, lorsqu'un
manuscrit donne le mot avec l'une des légères modifications
que j'indique, un autre manuscrit le donne conforme
à la règle générale.

Les troisièmes personnes du présent au singulier étant
ordinairement formées, comme les premières, par la suppression
de la désinence caractéristique de l'infinitif, la
plupart des exceptions des premières personnes s'appliquent
aux troisièmes.

Ainsi on trouve à celles-ci les modifications suivantes :

E final 2869 :

E er suefre qu'Espanha se vai perden 3870.
Folquet de Marseille : Hueimais.

Finale en ai 4871 ;309

Changement de la consonne finale rude en consonne
plus douce 1872 ;

Suppression de consonne finale après la consonne n 2873 ;

Suppression de l'i final, comme dans vei, et de la consonne
finale après au, comme dans auzir 3874 ;

Terminaisons en c, s, tz 4875 ;

Ue, oi, mis à la place de l'o dans l'intérieur du verbe,
mais plus rarement qu'aux premières personnes 5876 :

Qu'autra no m platz, e ilh mi desacuelh 6877.
Pons de Capdueil : Leials amics.

Que murrei s'ap se no m'acuelh 7878.
Pons de Capdueil : Ma dona.

I ajouté intérieurement 8879 :

Vol qu'om la sierv' e ren non guazardona 9880.
Rambaud de Vaqueiras : D'amor no m lau.310

Une modification particulière à cette troisième personne,
ce fut de prendre un s à la fin, soit en l'ajoutant,
soit en le substituant à une autre consonne ; mais cette
modification n'a presque jamais lieu qu'aux verbes en ir 1881.

Voici l's ajouté :

Car vos ama de tan bon cor,
Que desiran languis e mor 2882.
Arnaud de Marueil : Cel que vos es.

Cel que per vos languis e mor 3883.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Ben fenis qui mal comensa 4884.
Folquet de Marseille : Grev feira.

E 'l dolz parlar que m'apolis lo sen 5885.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.

Voici l's mis à la place d'une autre consonne :

E vey qu'amors pars e cauzis 6886.
Bern. de Ventadour : Pus mos coratges.

Per una promessa genta
Don mi sors trebalhs e esglais 7887.
Bern. de Ventadour : Al dous.311

Cet s final s'attache à des troisièmes personnes de
quelques verbes, qui l'ont rejeté de leurs premières,
quoiqu'il pût y rester d'après la règle ordinaire 1888.

M'en nais orguelh e m creis humiltatz 2889.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

Quelques verbes terminés en nher, qui faisaient rarement
ing à la première personne, eurent assez ordinairement
la terminaison ing à la troisième 3890.

Tant fort me destreing e m venz
Vostr' amors que m'es plazenz 4891. !
Rambaud de Vaqueiras : Bella domna.

Joves deu far guerra e cavalaria ;
E quant er veillz, taing ben qu'en patz estia 5892.
Rambaud de Vaqueiras : Del rei d'Aragon.

Parfait simple.

Les exceptions à la règle générale sont rares pour les
premières personnes ; mais les troisièmes offrent souvent
des anomalies.

La première personne du singulier de la conjugaison
312en ar, qui est ordinairement en ei, prend quelquefois un
i intérieur, et est alors en iei 1893.

Et, par suite de cette modification, d'autres personnes
que la première reçoivent aussi cet i intérieur 2894.

Il y a des exemples, mais très-rares, de la terminaison
en ai.

Que anc re non amai tan 3895.
Bern. de Ventadour : Amors que.

Les autres conjugaisons ont ordinairement la première
personne de leur parfait simple en i au singulier, mais
parfois l's final y est joint 4896.

Et anc no vis bellazor, mon escien 5897.
Comte de Poitiers : Companho farai.

Mas que lur dis aital lati 6898.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Parfois la première personne du parfait simple de la
conjugaison en er ou re se termine en ei ou iei au singulier.

On trouve des exemples de la terminaison en inc ;
comme dans retener, tener, et venir, etc. :

Si m retinc ieu tan de convenen 7899.
Comte de Poitiers : Companho farai.313

Me tinc ab vos a ley de vassal bo….
En la batailla vos vinc en tal sazo
Que vos ferian pel pieitz e pel mento….
Pueys vinc ab vos guerreyar a bando 1900.
Rambaud de Vaqueiras : Senher marques.

Les troisièmes personnes du singulier des verbes en er
ou re, ir ou ire, offrent des modifications si nombreuses
et si variées, que je crois nécessaire de rassembler les
principales dans un ordre alphabétique.

tableau 3e pers. | pag | infin. | pag. | ac | 127 | haver. plac | 168 | plazer. | ais. | plais | trais | traire. | ars. | ars | ardre. | aup. | saup | 156 | saber. | aus. | claus | claurre. | ec. | cazec | cader. | correc | corre. | sofrec | sofrir. | bec | 209 | beure. | sec | sezer. | dec | 226 | dever. | tec | tener. | eis. | teis | neis | nascer. | esteis | estendre. | peis | penher. | enc. | venc | 186 | venir. | sostenc | sostener | erc. | uberc | ubrir. | ers. | ters | terger. | aers | aerdre. | es. | mes | 119 | metre. | pres | 237 | prendre. | ques | querre. | et. | escondet | escondre. | sufret | sufrir. | eup. | receup | 250 | recebre.314

tableau 3 pers | pag | infin | 3e pers | is | dis | 115 | dire | escris | escriure | aucis | 226 | aucire | fis | 150 | faire | enquis | enquerre | ris | rire | oc | moc | mover | noc | nocer | ploc | placer | poc | 273 | poter | conoc | conoscer | ois | oinher | pois | poinher | olc | dolc | doler | volc | 157 | volre | tolc | 127 | toler | ols | absols | absolvre | revols | revolvre | sols | soler | ors | tors | tordre | os | apos | aponre | escos | escoter

Quelques verbes ont à-la-fois différentes anomalies aux
mêmes temps.

J'en rapporterai un seul exemple qui me dispensera
d'autres détails semblables ; voici diverses modifications
de la troisième personne du passé du verbe fazer, faire,
far, faire.

Is. Quar plus m'en sui abellida
No fis Floris de Blancaflor 1901.
Comtesse de Die : Estat ai.

Es. Cel que fes l'air e cel, terra e mar 2902.
Rambaud de Vaqueiras : Coras pot hom.

Etz. Fetz p. 168, 186.

Ets ou ez. Fez 161.

E Fe 116, 118, 138, 186315

On aura pu remarquer, dans les citations de plusieurs
exemples, que, selon l'orthographe ou la prononciation,
les auteurs avaient écrit ec final au lieu d'et à la troisième
personne 1903.

Il y a même des exemples d'ic 2904.

Je répète que la plupart des verbes romans, qui offraient
ces exceptions à la règle commune, n'étaient pas
anomaux, puisqu'ils formaient tour-à-tour leur prétérit
ou d'après la règle commune, ou d'après l'exception particulière.

Futur.

Les futurs sont généralement restés conformes à la
règle primitive de leur formation ; les exceptions sont très-rares,
ou s'expliquent facilement.

Ainsi, quelques verbes ont subi des soustractions d'une
voyelle intérieure.

De tener est venu tenrai ; etc. 3905.

Et cette soustraction a eu lieu pour toutes les personnes
du singulier et du pluriel 4906.

L'euphonie ou la prononciation locale a quelquefois
changé le futur arai en erai.

Ja no m'ametz, totz temps vos amerai 5907.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.316

E si no us platz mos enans e mos pros,
Volrai m'en mal, don', e amerai vos 1908.
Arnaud de Marueil : Us gais amoros.

J'ai eu occasion de faire remarquer de quelle manière
avait été formé le futur de l'indicatif par l'adjonction du
présent du verbe aver à l'infinitif des autres verbes.

Quelquefois l'infinitif et le présent de ces verbes restèrent
divisés :

« Et quant cobrat l'auran, tornar l'an e so poder per fe
e senes engan 2909. » Acte de 1139. Ms. de Colbert. Titres de Foix.

E si li platz, alberguar m'a 3910.
Geoffroi Rudel : No sap chantar.

E pos mon cor non aus dir a rescos,
Pregar vos ai, s'en aus, en ma chansos 4911.
Arnaud de Marueil : La gran beutatz.

E s'a vos platz qu'en altra part me vire,
Ostatz de vos la beltat e 'l gen rire,
E 'l dolz parlar que m'afolis mon sen ;
Pois partir m'ai de vos, mon escien 5912.
Folquet de Marseille : Tan m'abellis.317

Amarai ? oc ; si li platz ni l'es gen ;
E si no 'l platz, amar l'ai eissamen 1913.
Elias de Barjols : Pus la belha.

Pus tan privada etz de mi,
Dir vos ei mon privat cosselh 2914.
Gavaudan le Vieux. : L'autre dia.

E dir vos ai perche 3915.
Rambaud d'Orange : Escotatz.

Les verbes aver et esser, avec la préposition a devant
l'infinitif d'un autre verbe, servirent aussi à exprimer le
futur :

Pus sap qu'ab lieys ai a guerir 4916.
Comte de Poitiers : Mont jauzens.

« A l'advenement del qual tuit an a ressuscitar 5917. »
Doctrine des Vaubois.

Et si per mi no us venz
Merces e chausimenz,
Tem que m'er a morir 6918.
Arnaud de Marueil : La franca captenensa.318

Conditionnel.

Tous les verbes ont leur conditionnel en ia, ias, ia, etc.,
ajoutés à l'infinitif.

Les verbes en ar ont un double conditionnel.
Amar ia, ias, ia, etc. Am era, eras, era, etc.

Plusieurs verbes en er ou re ont un second conditionnel
en gra, tels que :

tableau infin. | double condit. | part. passé | pag. | aver | avria | 359 | agra | 149 | agut | beure | beuria | begra | begut. | cogler | colria | colgra | colgut. | conoscer | conoiria | conogra | conogut. | dever | devria | 238 | degra | 123 | degut. | mover | movria | mogra | mogut. | nocer | noceria | nogra | nogut. | plazer | plaseria | 188 | plagra | 320 | plagut. | poter | poiria | 253 | pogra | pogut. | segre | seigria | segra | segut. | tener | tenria | tengra | tengut. | valer | valria | valgra | valgut. | voler | volria | volgra | 173 | volgut.

D'autres verbes, tels que venir, ont aussi ce double
conditionnel :

Venir venria vengra vengut.

Et d'autres, tels que saber, ont a et ia : Sapra, sapria.

Les soustractions subies par le futur ont aussi lieu pour
le conditionnel.319

Impératif et subjonctif.

Il y a peu d'observations à faire sur ces deux modes.

Le verbe saper, savoir, prend le ch intérieur, et fait
sapchatz, sapchon, etc. 1919.

Les verbes dont les prétérits simples ou les conditionnels
ont été modifiés intérieurement par des soustractions
ou par des additions, conservent, à l'imparfait du subjonctif,
ces modifications ; mais les différentes personnes
gardent leurs désinences ordinaires.

Seulement quelques pays avaient adopté la désinence
an 2920 à la troisième personne du pluriel ; ce qui m'a autorisé
à indiquer cette personne en essen, esson, essan.

Mais que m plagra fezessan acordansa
Dels reys que an guerr' e disacordansa,
Si c'otra mar passessan est autr' an 3921.
Bertrand Carbonel : Per espassar.

J'avertis de nouveau que souvent les modifications intérieures,
indiquées spécialement soit pour un temps, soit
pour un mode, se reproduisent ou dans un autre temps
ou dans un autre mode.

Ainsi, quand le verbe saber fait au subjonctif saupesses,
320c'est qu'il a fait saup au prétérit simple de l'indicatif,
et ainsi des autres.

Du verbe défectif et irrégulier anar.

Il n'entre point dans mon plan d'expliquer les anomalies
qui se rencontrent dans les conjugaisons d'un petit
nombre de verbes romans défectifs ou irréguliers : ces
détails appartiennent au dictionnaire, qui réunira les explications
et les exemples.

Mais je crois convenable de présenter mes observations
sur le verbe défectif et irrégulier anar, aller.

Je le considérerai d'abord dans sa conjugaison ;

Et ensuite dans son emploi assez fréquent d'auxiliaire.

Conjugaison du verbe anar.

La conjugaison de ce verbe est évidemment formée de
trois verbes différents :

tableau anar. | ir | venant | d'ire. | vader | vadere.

La conjugaison d'anar, dans tous les temps et tous
les modes que les monuments romans nous ont conservés,
étant entièrement conforme aux règles générales des conjugaisons
des verbes en ar, il suffit d'en faire l'observation ;
et je me borne à présenter le tableau de la conjugaison
des temps connus des deux autres verbes.321

Infinitif.

ir, aller.

Prés. Tan com los cavals podon ir 1922.
Roman de Jaufre

Indicatif.

tableau prés. sing. | vau | p. 113. | vauc | p. 124 | je vais. | vas | tu vas.

Sai est intratz ; que vas queren 2923 ?
Roman de Jaufre.

tableau va | 177. | vai | 164 | il va. | plur. | van | 124, 208. | ils vont.

tableau fut. sing. | irai | 172. | j'irai.

Qui que reman, ieu irai volentos 3924.
Pons de Capdueil : So qu'hom.

tableau iras | tu iras.

Tu t'en iras al leopart 4925.
Bertrand de Born : Pois als baros.

tableau ira | il ira.

Que ja non ira ses batailla 5926.
Roman de Jaufre.

tableau plur. | irem | 194 | nous irons. | iretz | vous irez.

« Vos iretz aissi col senhor Papa 6927. »
Philomena, fol. 8322

tableau fut. plur. | iran | ils iront

Perque n'iran trastug a perdemen 1928.
Pons de la Garde : D'un sirventes.

Conditionnel.

tableau sing. | iria | irais.

Que us iria contan 2929.
Peyrols : Un sonet vau.

Impératif.

tableau sing. | vai | p. 116 | 137 | 159 | vas | va.

Chanso, tu m'iras otra mar ;
E, per Dieu, vai m'a mi dons dir
Que non es jorns qu'ieu no sospir 3930.
Bern. de Ventadour : En abril.

Bel Papiol, vas Savoia
Ten ton camin, e vas branditz brochan 4931.
Bertrand de Born : Ara sai eu.

Quelquefois on a dit va.

Chansoneta, va de cors
A mi dons dire que t reteigna,
Pois mi retener no deigna 5932.
Peyrols : Del seu tort.323

Je ne dois pas omettre la forme remarquable de la
jonction du pronom personnel tu, t, avec l'adverbe en,
ce qui produit vai t en.

Messagiers, vai t en, en via plana,
A mon romieu, lai ves Viana ;
E digas li 1933.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

Subjonctif.

tableau sing. | vaza | j'aille.

Ar es ben dretz, pus ieu n'ai dich blasmor,
Qu'el be qu'els fan laus' e vaza dizen 2934.
Bertrand Carbonel : Per espassar.

tableau plur. | vazan | aillent.

Ni d'autra part no vazan entenden
Qu'aisso diga per doptansa de lor 3935.
Bertrand Carbonel : Per espassar.

Anar considéré comme auxiliaire.

Ce verbe est auxiliaire de deux manières :

La première, lorsque anar précède un autre verbe
placé au gérondif, c'est-à-dire un participe indécliné.

Soven la vau, entr'els meillors, blasman 4936.
Bern. de Ventadour : Quan la fuelha.324

Il van disen c'amors torna en biais….
La genser am, ja no i anes doptan 1937.
Bern. de Ventadour : Quan la fuelha.

De totz bos pretz vos anatz meilloran 2938.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

La seconde manière joint le verbe anar au présent de
l'infinitif du verbe qu'il régit 3939.

Qu'el vai traire li caucz encontra son segnor 4940.
La nobla Leyçon.

« Quan l'ac pro escotada, elh li va dir que mal o disia 5941. »
Philomena, fol. 59.

« Karles anec dir ad Helias que disxes tot so que s volria,
et Helias va comensar sas paraulas 6942. »
Philomena, fol 56.

On voit que cet auxiliaire, se confondant avec les infinitifs,
leur communique le mode, le temps, et la personne,
qui le modifient lui-même.325

Emploi des verbes régis par des prépositions.

Les participes indéclinés, ou gérondifs, qui représentent
les gérondifs latins, s'emploient sans préposition ou avec
la préposition en et même avec l'article.

D'aquest' amor sui cossiros,
Vellan, e pueys somjan, dormen 1943.
Geoffroi Rudel : Quan lo rossignols.

Mas de so c'ai apres,
Demandan e auzen,
escotan e vezen 2944.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Tant atendrai aman,
Tro morrai merceian,
Pus ilh vol qu'aissi sia 3945.
Blacas : Lo bels douz temps.

Aman viu e aman morrai 4946.
Pons de la garde : Ben es dreitz.

En ploran serai chantaire 5947.
Rambaud d'Orange : Ar m'er.326

En chantan, m'aven a membrar
So qu'ieu cug chantan oblidar 1948.
Folquet de Marseille : En chantan.

Me vuelh en cantan esbaudir 2949.
Bern . de Ventadour : En aquest guai.

Soven m'aven, la nueg quan soi colgat,
Que soi ab vos, per semblan, en durmen 3950.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

Al pareissen de las flors 4951.
Pierre Rogiers : Al pareissen.

Présents des infinitifs employés
avec des prépositions.

La plupart des prépositions peuvent être placées au-devant
du présent de l'infinitif ; je fournirai des exemples
de l'emploi de quelques-unes.

E s'ieu en amar, mespren 5952.
Bern. de Ventadour : Conort era.

En agradar et en voler
Es l'amors de dos fis amans 6953.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.327

Dels auzels qu'intran en amar 1954.
Rambaud d'Orange : Ab nov cor.

Per cal razon avetz sen tan venal
En mains afars que no us tornon a pro,
Et en trobar avetz saber e sen 2955 ?
Blacas : Peire Vidal.

Los joves faitz c'al prim prezem a far 3956.
Rambaud de Vaqueiras : Honrat marques.

Per qu'enseignarai ad amar
Los autres bos domneiadors 4957.
Rambaud d'Orange : Assatz sai.

Quar d'aqui mov cortezia e solatz,
Enseignamenz e franqueza e mesura,
E cor d'amar e esforz de servir 5958.
Arnaud de Marueil : A gran honor.

Il est même à remarquer que la préposition per, précédant
l'infinitif, a le même sens qu'avait en latin la préposition
ad suivie du gérondif en dum 6959.328

Car al savi cove
Que s'an' ades loinhan,
Per mielhs saillir enan 1960.
Bern. de Ventadour : Pus mi preiatz.

Verbes employés impersonnellement.

L'emploi des verbes, sans leur donner un sujet apparent,
est très-familier à la langue romane 2961.

Le verbe employé impersonnellement est toujours à la
troisième personne du singulier.

Respondez mi : Per cal razon
Reman que non avetz chantat 3962 ?
Bern. de Ventadour : Peirols.

S'aguem paor, no us o cal demandar 4.963
Rambaud de Vaqueiras : Honrat marques.

Joves deu far guerra e cavalaria,
E, quant er veillz, taing ben qu'en patz estia 5964
Rambaud de Vaqueiras : Del rei.329

Que, si nos fossem loyal,
Tornera ns ad honor gran 1965.
Folquet de Marseille : Chantar mi.

« Nos cove qu'estiam saviament, e que nos guardem que
no nos pusquan dessebre 2966. » Philomena, fol. 21.

Suppression des pronoms personnels
sujets des verbes.

A l'imitation de la langue latine, il arriva souvent que
la langue romane n'exprima point les pronoms personnels
qui étaient les sujets des verbes.

El si… m partetz un juec d'amor,
… No sui tan fatz
… No sapcha triar lo melhor
Entr'els malvatz 3967.
Comte de Poitiers : Ben vuelh.

Cette forme de la langue romane est si commune, qu'il
suffira de renvoyer aux exemples qu'offrent les citations
rapportées dans cette grammaire.330

J'en rassemble quelques-uns en les rangeant par personnes.

Premières personnes.

Singulier.

tableau tant… vos ai cor. | savis e fols … sui. | per vos cui … ador. | e … vuoill saber. | per vostr' amor … chan. | plus … no us deman. | e … conosc mals e bes. | totz temps … no trobava. | anc … non agui. | estat … ai dos ans. | ni … no fui mieus. | …trobei la molher. | d'aquo qu'… amiey. | car… comprei. | anc … no la vi. | s'anc … li fi tort. | …li serai hom. | …cantarai d'aquest. | …dirai un vers. | un sirventes … farai. | e … mantenrai. | totz temps … vos amaria. | quant de vos … volria. | a vos … volgra mostrar. | jamais … no jassa be. | e s'…. agues mais. | qu'en vos … trobes. | de que … us fezes presen. | un baisar… li pogues tolre. | tant je vous ai cœur. p. | 130 | sage et fol je suis. | 139 | par vous que j' adore. | et je veux savoir. | 123 | pour votre amour je chante. | 124 | plus je ne vous demande. | 131 | et je connais maux et biens. | 130. | tous temps je ne trouvais. | 246 | jamais je n'eus. | 193 | été j'ai deux ans. | 128 | ni je ne fus mien. | je trouvai la femme. | 133 | de ce que j' aimai. | 227 | cher j'achetai. | 145 | oncques je ne la vis. | 175 | si oncques je lui fis tort. | 167 | je lui serai homme. | 137 | je chanterai de ces. | je dirai un vers. | 140 | un sirvente je ferai. | et je maintiendrai. | 113 | tous temps je vous aimerais. | quant de vous je voudrais. | 149 | a vous je voudrais montrer. | 115 | jamais je ne repose bien. | 171 | et si j' eusse davantage. | 234 | qu'en vous je trouvasse. | 247 | de quoi je vous fisse présent. | un baiser je lui pusse enlever. | 178331

Pluriel.

tableau emperador … avem. | empereur nous avons. | p. | 148 | car si … non em. | car si sous ne sommes. | 275 | qu'… anam queren. | ce que nous allons cherchant. | 236 | dos jorns … estem. | deux jours nous fumes. | 259 | trobat… avem. | trouvé nous avons. | 133 | ni … vedarem. | ni nous défendrons. | 189 | e … sabrem quan. | et nous saurons quand. | 237

Secondes personnes.

Singulier.

tableau aras … laissas. | maintenant tu laisses. | 202 | sanada … iest. | guérie tu es. | can … vist l'aigua. | quand tu vis l'eau. | 200 | quant … l'auras. | quand tu l'auras. | 201 | …amaras ton senhor. | tu aimeras ton seigneur. | 203

Pluriel.

tableau si… voletz al segle plazer. | si vous voulez au siècle plaire. | 145 | per so … devetz. | pour cela vous devez. | 170 | s' … aucizetz selui. | si vous tuez celui. | 240 | menassas que … fasiatz-. | menaces que vous faisiez. | 203 | so don … m'avetz dit. | ce dont vous m'avez dit. | 148 | qu'… en veiretz. | ce que vous en verrez. | 183 | quan … m'auretz dat. | quand vous m'aurez donné. | domna, be … degratz. | dame, bien vous devriez. | 228 | que que … m comandetz. | quoi que vous me commandiez. | 182 | que … m prendatz. | que vous me preniez. | 131 | que … m fezessetz. | que vous me fissiez. | 138

Troisièmes personnes.

Singulier.

tableau pus blanca … es. | plus blanche elle est | 148 | meillers que …non es. | meilleur qu'il n'est. | 149332

tableau car so … m veda. | car cela elle me défend | p. 174 | …no fai semblan. | elle ne fait semblant | 174 | don … mi det. | dont elle me donna | quan … venc. | quand il vint | quan … l'ac pres. | quand il l'eut pris | 168 | quan … l'aura joguat. | quand il l'aura joué | 237 | …non er de mi. | il ne sera de moi 277 | que … sapcha far. | qu'il sache faire | 167

Pluriel.

tableau quan…ajoston. | quand ils amassent. | 172 | comenson a lo lapidar. | ils commencent à le lapider. | 169 | passatge qu'…an si mes. | passage qu'ils ont ainsi mis. | 124 | avol vida auran. | lâche vie ils auront. | 144 | cobrat …l'auran | recouvré ils l'auront. | 317 | que…non aion. | qu'ils n'aient. | d'autra part…no vazan | d'autre part ils n'aillent. | 171

Présent de l'infinitif faisant la fonction
de l'impératif.

Quelquefois le présent de l'infinitif remplaça la seconde
personne de l'impératif, sur-tout quand le verbe était
précédé d'une négation ; mais cette forme se rencontre
rarement.

Enamps li dis : Non temer, Maria ;
Car lo sant sperit es en ta conpagnia 1968.
La nobla leyçon.333

La belha cui non aus preyar,
Tan tem falhir al seu voler !
Per qu'ie 'n planc e 'n sospire :
Ai ! amors, no m'aucire 1969.
Peyrols : Tot mon engienh.

Secondes personnes du pluriel à la place
des secondes personnes du singulier.

On a vu précédemment que vos était presque toujours
employé au lieu de tu ; par suite de cette règle, les
verbes devant lesquels vos se trouve placé, quoique ne
désignant qu'une seule personne, prennent le pluriel.

Cependant les adjectifs qui se rapportent au pronom
restent au singulier.

Je choisis pour exemple ces vers qui s'adressent évidemment
à une seule personne :

Peirols, com avetz tan estat
Que non fezest vers ni chanson ?
Respondez mi : Per cal razon
Reman que non avetz chantat 2970 ?
Bern. de Ventadour : Peirols com avetz.

Il y a même peu d'exemples de l'emploi de la seconde
334personne du singulier soit dans les poésies des troubadours,
soit dans les autres écrits.

Verbes au singulier, quoiqu'ils aient plusieurs
sujets.

C'est un caractère particulier à la langue romane que
de mettre assez souvent au singulier le verbe auquel s'attachent
plusieurs sujets.

Per que prez, e cortesia,
E solaz torna en non chaler 1971.
Bern. de Ventadour : Ges de chantar.

Lo bels douz temps mi platz,
E la gaya sazos
E 'l chans dels auzelos 2972.
Blacas : Lo bels douz temps.

Dieus sal vos, en cui es assis
Mos joys, mos desportz e mos ris 3973.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Per la bona comensansa
Mi ven jois et alegransa 4974.
Bern. de Ventadour : Ab joi mov.335

Tal y a qui an mais d'orguelh,
Can grans jois ni grans bes lor ve 1975.
Bern. de Ventadour : Quan par la flors.

Verbes au pluriel, quand un nom collectif
est le sujet.

On trouve parfois au pluriel non seulement les verbes
dont un nom collectif est le sujet, mais encore les pronoms
personnels qui se rapportent à un nom collectif.

Amor blasmon, per non saber,
Fola gens, mais lei non es dans 2976.
Bern. de Ventadour : Chantars no pot.

La forme suivante est remarquable : ab, avec, est
considéré comme conjonction :

E pueis lo reis, ab sos baros,
Pueion, e lor spazas ceinzon 3977.
Roman de Jaufre.

Voici un exemple de pronoms personnels au pluriel,
lorsqu'ils se rapportent à un nom collectif :

Ieu o dic per chastiamen
Al rei Johan, que pert sa gen,
Que no lor secor pres ni loing 4978.
Bertrand de Born : Quan vei lo temps.336

Je terminerai mes différentes observations sur les
verbes, en parlant du que conjonctif.

Du que conjonctif entre les verbes.

Pour exprimer l'effet de l'action d'un verbe sur l'autre,
souvent la langue latine plaçait à l'infinitif le verbe sur
lequel cette action était transmise, et alors le sujet de ce
dernier verbe ne pouvait être qu'à l'accusatif.

D'autres fois la langue latine transmettait cette action
par le moyen des particules ut et ne, etc., quod et
quia, etc. ; et le verbe soumis à l'action devait ordinairement
être au subjonctif.

Pour ces différentes opérations grammaticales, la langue
romane adopta que, pronom conjonctif indéclinable. Ce
que, permettant aux sujets du second verbe de conserver
le signe qui les caractérisait, ôta toute amphibologie, et
laissa ce second verbe au mode indiqué par la forme
ordinaire du discours.

Ce que conjonctif indéclinable servit donc à transmettre
l'action d'un verbe sur l'autre.

Employé par la langue romane, et par les autres
langues de l'Europe latine, il remplaça à-la-fois et la
forme grammaticale, que les modernes ont appelée la
règle du que retranché, et les nombreuses particules
qui, dans la langue latine, étaient le lien de communication
d'un verbe à un autre.

Cette forme de la langue romane est, à certains égards,
préférable à l'emploi que les Latins faisaient de leur infinitif.
337Elle ajoute à la clarté, elle sert à indiquer plus précisément
différentes modifications de la pensée et du
discours. En effet, les temps de l'infinitif latin n'offraient
pas assez de nuances, pour rendre exactement quelques-unes
des modifications qu'a exprimées la langue romane,
modifications qui, dans les divers modes, distinguent si
heureusement le présent, de l'imparfait ; le prétérit simple,
du prétérit composé ; le prétérit, du plus-que-parfait ; etc.

Quelquefois le que conjonctif roman est sous-entendu.

Que conjonctif roman remplaçant le que
retranché latin 1979.

E sai que fauc faillensa,
Quar non am per mesura 2980.
Bern. de Ventadour : Quan lo dous temps.

E conosc be que ai dic gran follatge 3981.
Bern. de Ventadour : Quan vei la flor.

Ans vey qu'ades creis ma dolors 4982.
Arnaud de Marueil : Ab pauc ieu.

Mais aisso no us esta be
Que m fassatz tot jorn maltraire 5983-,
Bern. de Ventadour : Amors que.338

Ma costum' es que fols tos temps folleia 1984.
Bern. de Ventadour : Quan vei la flor.

Que conjonctif dans le sens d'ut, ne, etc. 2985.

Per merce us prec que us playa
Qu'ieu vos am ses cor vayre ;
No vulhatz qu'ieu dechaya 3986.
Bern. de Ventadour : Si la belha.

Meillz qu'eu no dic, vos prec que m'entendatz 4987.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

E selh que de mi l'apenra
Guart si que res no mi cambi 5988.
Geoffroi Rudel : No sap chantar.

Que conjonctif dans le sens d'eo quod, quia, etc.

Alberguem lo tot plan e gen,
Que ben es mutz 6989.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.339

Ni contra mi malvat conselh non creia,
Qu'eu sui sos hom liges on que m'esteia 1990.
Bern. de Ventadour : Quan vei la flor.

Tristans, ges non aurez de me,
Qu'ieu m'en vau marritz, no sai on 2991.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Maritz, que marit fai sofren,
Deu tastar d'altretal sabor,
Que car deu comprar qui car ven 3992.
Pierre d'Auvergne : Bella m'es la flors.

Gardatz s'ieu l'am ses tot cor trichador,
Qu'el mon non ai tan mortal enemic,
S'ieu 'l n'aug ben dir, no 'l n'aya per senhor 4993.
Pons de Capdueil : Astrucs.

E si us fols li ditz mal per foilia,
Jes per aisso no i s tenga per blasmatz ;
Enanz s'en deu tener per ben lausatz,
Que blasmes es del fol al pro lauzors 5994.
Cadenet : De nuilla ren.

Souvent des manuscrits offrent la variante de quar,
car, au lieu de ce que.340

Que sous-entendu en la langue romane.

Ben sapchatz … s'ieu tan non l'ames,
Ja no saupra far vers ni sos 1995.
Peyrols : Chantarai pus.

Non cug … digua que anc auzis
Meillors motz trobatz luenh ni prop 2996.
Pierre d'Auvergne : Cui bon vers,

Tuit sels que m pregan qu'ieu chan,
Volgra …'n saubesson lo ver 3997.
Bern. de Ventadour : Tuit sels que.

Non estarai… mon chantar non esparja 4998.
Bertrand de Born : Non estarai.

Miels fora … fosses campios 5999.
Bertrand de Born : Maitolin.

Ben volgra … mi dons sabes
Mon cor, aisi com eu 'l sai 61000.
Pierre Rogiers : Ben volgra.

Ni no sembla … sia corals amics 71001.
Bern. de Ventadour : Belh Monruelh.341

Ans tem de lieys … m'aya per ergulhos 11002.
Giraud le Roux : Auiatz la.

E no vuelh … sia grazitz
Mos sirventes entr'els flax nualhos,
Paubres de cor e d'aver poderos 21003.
Bernard de Rovenac : Ja no vuelh.

Sapchatz… gran talent n'auria
Que us tengues en loc de marit 31004.
Comtesse de Die : Estat ai.

L'emperaires volgr'… agues la crots preza,
E qu'a son filh l'emperis remazes 41005.
Austorc d'Arlac : Ai ! Dieus per.

J'aurai bientôt occasion de parler du que placé après
les conjonctions, ou employé comme adverbe de temps.

Je déclare de nouveau qu'il m'eût été facile d'indiquer
d'autres légères modifications, soit accidentelles, soit
ordinaires, qu'on rencontre parfois en quelques modes, en
quelques temps, et en quelques personnes d'un petit
nombre de verbes.

Mais j'ai rejeté des détails trop minutieux.342

Chapitre VII
Adverbes, prépositions, conjonctions.

Je range sous un même titre les adverbes, les prépositions,
les conjonctions, et les autres semblables éléments
du discours ; parce que, selon le rang qu'ils occupent dans
la phrase, leurs fonctions changent quelquefois : ainsi
certains adverbes, suivis du que, deviennent conjonctions ;
et certaines prépositions le deviennent aussi, lorsqu'elles
sont immédiatement suivies du même que ; et enfin les
prépositions employées d'une manière absolue, et sans
soumettre un nom quelconque à leur régime, deviennent
adverbes.

Ces rapports intimes ont été cause de l'embarras que
plusieurs grammairiens ont éprouvé, quand ils ont voulu
classer ces divers éléments du discours.

Dans la langue latine, post était tour-à-tour adverbe
et préposition, et, suivi de quam, devenait conjonction 11006.343

Dans la langue romane, et dans les autres langues de
l'Europe latine, il est quelquefois des mots qui offrent les
mêmes variétés.

Je parlerai d'abord des adverbes ;

Ensuite, des prépositions ;

Et enfin, des conjonctions, négations, interjections : etc.

A mesure que les adverbes, les prépositions et conjonctions
passèrent de la langue latine dans la nouvelle
langue, ils reçurent souvent l'adjonction d'une préposition
romane, et notamment des prépositions a, de, en.

Ainsi d'intus vint intz, ins, auquel fut ajouté de,
qui produisit de ins, dans ; et même, par reduplication
de la préposition de, fut formé dedins, dedans.

De satis latin vint satz, qui reçut l'a, et forma asatz,
assez.

Versus latin fit d'abord vers, vers, et les prépositions
de et en, jointes à vers roman, produisirent devers,
envers.

En parcourant la nomenclature des principaux adverbes,
des principales prépositions, et des conjonctions,
qu'on ne soit pas surpris de trouver ce rapprochement
de différentes prépositions.

Avant de présenter les tableaux des principaux adverbes,
des principales prépositions, et des diverses conjonctions,
je crois utile de placer ici des détails qui expliqueront la
manière dont la langue romane a formé ces nombreux
éléments du discours, en les dérivant presque toujours de
la langue latine.

Ces détails auront un double avantage : d'une part,
344ils présenteront l'origine et la dérivation du mot qui en
sera l'objet ; et de l'autre, ils montreront le rapport des
adverbes, prépositions, ou conjonctions, qui ont une origine
ou une dérivation commune.

Voici des observations successives sur les principaux
adverbes, sur les principales prépositions, et sur les différentes
conjonctions.

Ab, a, avec.

Cette préposition ab se trouve dans les plus anciens
monuments de la langue romane :

« Ab Ludher nul plaid nunquam prindrai 11007 »
Serment de 842.

Ella ab Boeci parlet ta dolzament 21008.
Poeme sur Boece.

Ab vos estay on qu'ieu esteia ;
La nueg e 'l jorn ab vos domneya 31009.
Arnaud de Marueil : Ab vos estay.

Quelquefois cette préposition quitte le b, selon les manuscrits
ou la prononciation locale ; alors a seul signifie
avec :

Que 'l meiller es, et ab mais de beutat,
D'autra domna ; e es a dreit jujatz 41010.
Pistoleta : Sens e sabers.345

Qu' estat ai en tal marrimen,
Qu' a pauc no m'an mort li sospir 11011.
Gaucelm Faidit : Ab chantar.

Que s'il maire 'l sabia, batria l'a bastos 21012.
Sordel : Planher vuelh.

Lai a Melhau, on solia tener,
Qu'el coms li tolh ses dreg, e a gran tort,
E Marcelha li tolh a gran soan 31013.
Bertrand de Born : Un sirventes farai.

Qu'assatz val mais morir, al mon semblan,
Que toz temps viure a pena et a afan 41014.
Peyrols : Pois entremis me.

A penas sai dir oc ni no 51015.
Pons de Capdueil : S'anc fis ni dis.

On trouve parfois am, amb, pour ab :

« Am l'ajutori de Dieu 61016. »
Philomena, fol. 35.

« Et aqui atrobero lor fraire Thomas et l'arsevesque Turpi
amb elhs 71017. » Philomena, fol. 1.

Il serait difficile d'expliquer d'où vint cette préposition.346

Ce qu'on peut dire de plus satisfaisant, c'est que d'ab,
racine d'habere, la langue romane a fait une préposition
qui désigne la possession, l'adhérence, la manière, etc.,
et qui a l'effet d'approprier, de joindre, d'identifier les
objets, etc.

Ad, a, à.

La préposition latine passa dans la langue romane, et
conserva son acception primitive.

Elle retint quelquefois le d, lorsqu'elle était placée
au-devant des mots qui commençaient par une voyelle ;
et elle quitta toujours le d au-devant des mots qui commençaient
par une consonne.

des, desse, dès, depuis ; desse que, des que, dès que ;
ades, dese, à-présent, toujours ; neis, même ;
anceis, au contraire.

De ipso latin, sous-entendu tempore, forma des
roman.

Ad ipsum, sous-entendu tempus, forma ades 11018.347

Des fut préposition,

Desse que, des que, furent conjonction,

Ades, desse, adverbes.

Préposit. Des lo temps Rollan,
Ni lai denan,
Non fo anc tan pros
Ni tan guerreian 11019.
Bertrand de Born : Mon chant.

Conjonct. Desse que 21020 serem vengut 31021.
Bertrand de Born : Lo coms m'a.

El temps del premier paire,
Des que cregron las gens 41022.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Adverbe. S'ieu sabi' aver guizardo
De chanso, si la fazia,
Ades la comensaria
Cunheta de mots e de so 51023.
Bérenger de Palasol : S'ieu sabia.348

Adverbe. Sos homs plevitz e juratz
Serai ades, s'a leis platz 11024.
Alphonse II, roi d'Aragon : Per mantas.

Que tan no vauc, ni sai ni lai,
C'ades no m tenha en son fre 21025.
Bern. de Ventadour : En cossirier.

E en enfer n'anec dece
Per nos salvar, vera merce 31026.
Pierre d'Auvergne : Lo senher.

E qui 'l bon rei Richar, que vol qu'eu chan,
Blasmet per so que no paset dese,
Ar l'en desmen, si que chascus o ve
C'areires trais per miels saillir enan 41027.
Folquet de Marseille : Sitot me soi.

L'adverbe neis, même, vint du latin in ipso :

Per que no vuelh un dia
Viure desconortatz,
Que, neis quan soi iratz,
Ieu chant e m'asolatz 51028.
Arnaud de Marueil. : Ses joi non es.349

Mas so que tolre no m podetz,
Tolre no m podetz que no us am,
Neys s'ieu e vos o volriam,
Que no m'o cossentri' amors 11029.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Anceis, d'ante ipsum.

Conj. Senz no fo ges, anceis fo granz foldatz 21030.
Folquet de Marseille : Per Deu amor.

Anceis m'es esquiv' e fera,
On eu plus li clam merce 31031.
Sail de Scola : De bon gran.

donc, adonc, doncx, adoncs, doncas, adoncas,
alors, donc.

Du tunc latin vint dunc, et la langue romane y ajouta
parfois la préposition ad, a.

On trouve, dans la basse latinité, ad tunc 41032, locution
qui pourrait bien être un effet de la langue romane sur la
langue latine elle-même :

Adv. E dunc apel la mort ta dolzament 51033.
Poeme sur Boece.350

Adonca era un lengage entre tota la gent 11034.
La nobla Leyçon.

ADV. E quan lo bosc reverdeya,
Nais fresca e vertz la fuelha ;
Adoncas ieu reverdey
De joi, e florisc cum suelh 21035.
Geoffroi Rudel : Lanquan lo temps.

Lanquan vei los arbres florir
Et aug lo rossignol chantai,
Adonc se deu ben alegrar
Qui bon'amor saup chausir 31036.
Bern. de Ventadour : Quan la vertz.

Cant ieu la cug ades trair per amia,
Adoncx la truep pus salvatg' e peior ;
Doncx ben es fols totz hom qu'en lor se fia 41037.
Bern. de Ventadour : En amor truep.

On voit, dans l'exemple précédent, que donc est
conjonction, et sert à l'argumentation, de même que or
351venant d'ora, qui signifie alors, à l'heure, comme
donc :

Conj. Razon e mandamen
Ai, de leys on m'aten,
De far gaia chanso ;
Doncx, pos ilh m'en somo,
Ben coven derenan
Qu'ieu m'alegr' en chantan 11038.
Gaucelm Faidit : Razon.

alhors, ailhors, ailleurs.

Cet adverbe vint du latin aliorsum 21039 :

Ma forsa d'amor m rete
Que no m laissa virar alhors 31040.
Arnaud de Marueil : Ab pauc.

Perdre no m pot per so qu'ieu am aillors
C'ai fach semblan qu'ailhors m'era giratz 41041.
Arnaud se Marueil : Aissi com selh qu'a.352

alques, quelquefois, parfois, aucunement.

Cet adverbe roman vint vraisemblablement d'aliquoties.

Pero si m sui alques forsatz 11042.
Bern. de Ventadour : Estat ai dos.

E si n'ai estat alques lens,
No m'en deu hom ochaizonar 21043.
Bérenger de Palasol : S'ieu sabi' aver.

amon, damon, au haut, du haut ; aval, daval,
à bas, en bas.

Ces adverbes paraissent formés de montem, vallem,
avec les prépositions a ou de :

E la cortina se parti
El temple, daval tro amon 31044.
La Passio de Jhesu Crist.

Tornon so qu'es damon desotz 41045.
Pierre d'Auvergne : Cui bon vers.

Tro que n'aia mes te aval 51046.
Roman de Jaufre.

E vai corren damon daval 61047.
Roman de Jaufre.353

ant, ans, anz, abanz, davan, devan, avant,
devant ; enan, denan, adenant, avant, devant ;
antan, avant l'année, jadis ; derenan, deserenan,
dorénavant ; ans que, avant que ; ans,
anz, ainz, au contraire, mais, ains.

Ces adverbes, prépositions et conjonctions viennent
d'ante, combiné avec d'autres prépositions et adverbes.

Adv. « D'aquesta hora en ant 11048. »
Titre de 1122. Pr. de l'Hist. de Langued. t. II, col. 422.

Autra ley d'ayci enant no devon plus aver 21049.
La nobla Leyçon.

E torn atras, quand cug anar enan 31050.
Gaucelm Faidit : Maintas sazos.

Que lozenger e trizador
Portes' un corn el fron denan 41051.
Bern.de Ventadour : No m meraveilla.

« D'aquesta hora adenant 51052. »
Titre de 1059. Pr. de l'Hist. du Langued. t. II, col. 230.

Ans est quelquefois adverbe de comparaison, et alors
il est suivi du que ou du de :

Qu'anz nos pregaran que nos lor 61053.
Bern. de Ventadour : Amicx Bernartz.354

antan, d'ante annum, signifia auparavant, jadis :

Mas eras crey so qu'antan no crezia 11054.
Arnaud de Marueil : Anc m'es tan be.

Lo mals d'amor qu'avi' antan 21055.
Pierre Raimond de Toulouse : Enquera eu vei.

Derenan, deserenan, venant de de hora in antea,
de ipsa hora in antea, signifièrent dorénavant, désormais.

Per qu'eu vir deserenan 31056.
Gaucelm Faidit : Ges fora.

Prép. Qui fan, per fol' entendensa,
Ans del peccat, penedensa 41057.
Folquet de Marseille : Greu feira.

Vai, Papiol, e no sias lens,
A Trasinhac on sias ans la festa 51058.
Bertrand de Born : Non estarai.

Davan so vis nulz om no s pot celar 61059.
Poeme sur Boece.

Glorios Dieus, per ta merce,
Dressa ta cara devan me 71060.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.355

Sos homs plevitz e juratz
Serai ades, s'a leis platz,
Davan totz autres senhors 11061
Alphonse II, roi d'Aragon : Per mantas.

Qui vi anc mais penedensa
Faire denan lo peccat 21062 ?
Bern. de Ventadour : Lo temps vai.

Ans, suivi du que, est conjonction, et signifie avant
que
.

Conj. Si 'n Alazais
Me pregava tot an, seria lassa
Ans que m'agues conquist per aymador 31063.
Bern. de Ventadour : En amor truep.

Abans que il blanc puoi sion vert 41064.
Pierre d'Auvergne : Abans que.

« Enans que tiresso areyre los cavals 51065. »
Philomena, fol. 115.

Quelquefois il a le sens de plutôt :

Qu'enans voill que pres mi tenguatz,
Domna, que si m deliuravatz 61066.
Bérenger de Palasol : Aissi com hom.356

Le que est quelquefois sous-entendu.

Ordinairement ans, conjonction, et non suivi du que,
signifie au contraire, mais, ains :

Qu'ieu res no vei, ni sai on so ;
Ans prenc lo mal e lais lo bo 11067.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Mas aisso non es ardimentz,
Aintz es follia e non sentz 21068.
Roman de Jaufre.

Areire, dereer, tras, atras, detras,
arrière, derrière.

Ce fut en modifiant retro latin, et en y joignant les
prépositions de et a, que la langue romane forma dereer
et areire.

Le même retro, ou trans latin, a pu fournir tras,
atras, detras.

Adv. C'an mes derer so qu'anava denan 31069.
Hugues Brunel : Pois lo dreich.

Molt fort blasmava Boecis sos amigs
Qui lui laudaven dereer euz dias antix 41070.
Poeme sur Boece.357

Adv. Mi mandas areire tornar 11071.
Roman de Jaufre.

E torn atras, quan cug anar enan 21072.
Gaucelm Faidit : Mantas sazos.

E una femna ven detras 31073.
Roman de Jaufre.

Prép. E es se tras, un pilar mes,
E estet aqui apilatz 41074.
Roman de Jaufre.

Et ab aitant us nas issi
Qui estava tras un boison 51075.
Roman de Jaufre.

asatz, assatz, beaucoup, assez ; pro, pron,
prou, assez.

De satis latin, auquel fut jointe la préposition a, vint
l'adverbe asatz ; il prend quelquefois la particule de
après lui.

Que tan son nostras terras luenh ;
Assatz y a pas e camis 61076.
Geoffroi Rudel : Lanquan li jorn.

E membres li qu'assatz quier qui s complanh 71077.
Peyrols : D'un bon vers.358

Comte d'Urgel, assatz avetz formen,
E sivada, e bos castels, ab tors 11078.
Bertrand de Born : Un sirventes farai.

Pueis an asatz gabat e ris 21079.
Roman de Jaufre.

Lo nostre reys assatz a de poder 31080.
Bertrand de Born : Un sirventes farai.

Pron, pro eut la même acception. Il prit aussi quelquefois
le de après lui :

E aprenetz autre mestier,
Que aquest avetz pron tengut 41081.
Roman de Jaufre.

Quar on plus la lauzaria,
Del laus sol qu'en remaria,
Cent domnas ne aurian pro 51082.
Bérenger de Palasol : S'ieu sabi' aver.

Del papa sai que dara largamen
pron del pardon, e pauc de son argen 61083.
Bertrand d'Alamanon : D'un sirventes.359

S'ieu trobes plazer a vendre,
E agues pron de paiar,
Ben mi porion reprendre,
S'ieu non l'anes acatar 11084.
Barthélemi Zorgi : S'ieu trobes.

contra, encontra, contre, à l'opposite, envers,
à l'encontre, en comparaison.

Ja no m'aia cor felon ni salvatge,
Ni contra mi malvatz conselhs no creia 21085.
Bern. de Ventadour : Quan vei la flor.

Com la flors qu'om retrai
Que totas horas vai
Contra 'l solelh viran 31086.
Peyrols : D'un sonet vau.

Si vol que m lays de lieys, tuelha m lo sen,
E 'l cor e 'ls huelhs ; e pueys partirai m'en,
Si puesc ; si no, fassa n' ilh son veiaire,
Qu'encontra lieis non ai forsa ni genh 41087.
Gaucelm Faidit : Mas la bella.360

Qu'issamen trembli de paor
Com fai la fuelha contra'l ven 11088.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Si tot li dol e 'l plur e 'l marimen….
Fosson esems, sembleran tut leugier
Contra la mort del jove rei Engles 21089.
Bertrand de Born : Si tut li dol.

E vi dejos un albespi,
Encontra 'l prim rai del solelh 31090.
Gavaudan le vieux : L'autre dia.

Ja mos chantars no m'er honors
Encontra 'l gran joi qu'ai conques 41091.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.

cum, com, co, si com, eissi com, en aissi com, cossi,
comme, comment, de même que, ainsi comme.

Ces adverbes et conjonctions furent, selon leurs différentes
acceptions, dérivés des mots latins cum, quomodo,
et prirent quelquefois si, aissi, en aissi romans.

Qu'er amors m'a forjujaz, no sai com 51092.
Perdigon : Tot temps ai.361

Me mostra qu'ieu cossir
Quom de lieys me sovenga 11093.
Arnaud de Marueil : La cortesia.

Quan vostra beutat remire
Fresca cum rosa en mai 21094.
Rambaud de Vaqueiras : Bella domna.

Que vos emi 'n fesetz per totz lausar,
Vos com senher, e mi com bacalar 31095.
Rambaud de Vaqueiras : Honrat marques.

Dona, loncx temps a qu'ieu cossir
Co us disses o us fezes dir
Mon pessamen e mon coratge 41096.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Cum ausam donc aquesta mort atendre 51097 ?
Gaucelm Faidit : Cascus hom deu.

Al segle mostrarai Cossi s deu captener
Qui vol bon laus aver 61098.
Arnaud de Marueil : Rasos es.362

« Si com in isto pergamen es scrit et om legir i o pod 11099. »
Acte de 1053. Pr. de l'Hist. de Langued. t. II, col. 224.

Aissi col peis an en l'aigua lor vida 21100.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

de, de.

La préposition latine devint préposition romane, et
eut différentes acceptions ; elle exprima la propriété, la
manière, etc.

E fezetz la terr', e 'l tro,
E tot quant es ni anc fo,
D'un sol seing, e 'l sol, e 'l cel 31101.
Pierre d'Auvergne : Dieus vera vida.

en, e, dans, en.

D'in, préposition latine, furent formés en, e romans,
qui conservèrent la signification primitive.

L'n n'est supprimé que parfois et devant les consonnes :

Dona, que en bon pretz s'entend,
Deu ben pausar s'entendensa
En un pro cavalier valen 41102.
Comtesse de Die : Ab joi.

No cuid qu'e Roma om de so saber fos 51103.
Poeme sur Boece.363

ent, ens, en, ne, de là, en.

Cette préposition, modifiée de ces manières diverses,
fut dérivée d'inde latin :

Ja nos es obs fox i sia alumnaz ;
Veder enz pot l'om per quaranta ciptaz 11104.
Poeme sur Boece.

Ieu m'en anarai en eyssilh 21105.
Comte be Poitiers : Pus de chantar.

Tant l'am per fin' amor,
Que mantas vez en plor 31106.
Bern. de Ventadour : Tant ai.

Dona, far ne podetz a vostra guisa 41107.
Rambaud d'Orange : Escotatz.

entre, entre, parmi ; tro, tro que, jusques, jusqu'à
ce que
 ; entre que, mentre que, tandis que.

Ces prépositions et conjonctions furent formées de
inter, intra, intro, interim latins.

Prép. E sa beutaz es entre las gensors
Genser, aisi com entre foillas flors 51108.
Aimeri : Totz hom.364

Prép. Entr' els nessis e 'ls fatz
Sai chausir los sanatz 11109.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Que entro a la fin del mont fora tota via cum lor 21110.
La nobla Leyçon.

« De Savardie tro a Justared 31111. »
Acte de 1034 Pr de l'hist. de Languedoc, t. II, col. 190.

E escorgeron me del cap
Tro al talo 41112.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Conj. E s'aisi pert sos dregs, entre qu'es tos,
Lai quant er vielhs, en sera vergonhos 51113.
Bertrand de Born : S'ieu fos.

Qu'el cors me dis qu'ieu no chan mais,
Et amors no vol que m'en lais,
Mentre qu'el segl' estarai vius 61114.
Raimond de Miraval : Entre dos volers.

« Mentre qu'els estavan en aquest parlamen 71115. »
Philomena, fol. 12.

« Mentre Thomas levava el cors de Jhesu Xrist a la
messa 81116. » Philomena. fol. 6.365

Meillor amic qu'eu ai
Vos man en ostage,
Entro qu'eu torn de chai 11117.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei.

« En ajutori lor en seran… tro que recobrat l'auran 21118.
Acte de 1020. Pr. de l'Hist. de Languedoc, t. II, col. 179.

E no sap ren, tro que s'es pres a l'ama 31119.
Bern. de Ventadour : Ben m'an perdut.

Tro est souvent conjonction, quoiqu'il ne soit pas
suivi du que :

Me dis que tan trona tro plou 41120.
Arnaud Daniel : Amors e jois.

Que la gota d'aiga, quan chai,
Fer en un loc tan soven,
Tro cava la pera dura 51121.
Bern. de Ventadour : Conort era.

ensems, essems, ensemble.

D'insimul latin vint cet adverbe.

Veirem, al entrar del estor,
Gran ren vassalhs ensems ferir 61122.
Bertrand de Born : Be m plai lo.366

Que no us vey lai on essems fom 11123.
Rambaud d'Orange : Er quan.

entorn, autour ; environ, environ.

Du verbe tornare vint entorn, d'entorn ; de gyrare,
qui a le même sens que tornare, vint viron, environ.

Prép. Pro ai del chan ensenhadors,
Entorn mi, e ensenhairitz,
Pratz e vergiers, arbres e flors 21124.
Geoffroi Rudel : Pro ai.

« Entorn la miega nueyt 31125. »
Philomena, fol. 78.

Qu'en breu aura environ de VII anz
Que m fetz amar tant fort senez mesura 41126.
Gaucelm Faidit : Molt a pugnat.

Que s met viron l'aureilla 51127.
Augier : Era quan.

Adv. Li enemic qui li perseguian eran moti d'entorn 61128.
La nobla Leyçon.

De la Francha regio
Don il es, e d'enviro 71129.
Raimond de Miraval : Entre dos volers.367

estiers, esters, estra, autrement, hormis, outre.

Ces adverbes et prépositions vinrent d'extra latin.

Aissi com cel qu'esters non pot gandir 11130.
Folquet de Marseille : Ben an mort.

Ges no l'aus mostrar ma dolor,
Estiers adhorar, quan s'eschai
Qu'ieu la vei 21131.
Arnaud de Marueil : A guiza.

Dic en chantan ma razos,
Qu'estiers no us aus descobrir
So qu'ieu ai e mon coratge 31132.
Rambaud de Vaqueiras : A vos bona.

« E van hi morir III M Sarrasis, estiers los XI M davant
dits 41133. » Philomena, fol. 109.

Mentir cuiei, mas estra grat dic vers 51134.
Folquet de Marseille : S'al cor plagues.

foras, fora, fors, for, fors, hormis ; de foras,
defor, fors que, dehors, fors que.

Foris latin produisit fors roman, qui reçut tour-à-tour
368diverses modifications légères, et devint adverbe
préposition, et conjonction.

Adv. Ab tan cuia foras sailir…
E deforas par bels e bos…
Aissi avols hom, ben vestitz,
Es bels defors e dins poritz 11135.
Roman de Jaufre.

Ieu get defor abdos mos bras 21136.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Prép. Mas al meu chant neus ni glatz
No m'ajuda, ni estatz,
Ni res, fors Dieu et amors 31137.
Alphonse II, roi d'Aragos : Per mantas.

Il pendutz es fora de consirers 41138.
Blacas : En Pellicer.

Conj. Enans sapchatz tos temps vos amarai,
Fors que jamais vostres drutz no serai 51139.
Pierre Barjac : Tot francamen.369

gaire, guaire, beaucoup, grand chose, guères.

Cet adverbe a pu être dérivé ou de gar, qui, dans les
langues du nord, signifie beaucoup, très, exactement 11140 ;
ou de gran re, gan re, que l'on trouve dans les écrits
en langue romane :

Gran ren pogra d'autras donas ornar 21141.
Arnaud de Marueil. : Anc vas amors.

« Mas gan re de Samaritans d'aquella cioutat crezeron
en el 31142. Trad. du Nouv. Testament : Johan. c. 4, v. 41

On sent que, par euphonie, gaire a pu être formé
de gan re :

Que sciensa no pretz gaire,
S' al ops no la vey valer 41143.
Pierre d'Auvergne : Gent es.

Hoi, oi, ui, uoi, huei, ce jour, aujourd'hui ;
her, hier ; deman, demain.

Ces adverbes furent évidemment formés de hodie,
heri, manè.

Lo plus rics jorns es oi de la setmana 51144.
Bertrand de Born : Ges de disnar.370

Oi val pro mais que her 11145.
Aimeri de Peguillan : Si com l'arbres.

Non es amors, ans es enganz proatz,
Si uoi enqueretz, e deman o laissatz 21146.
Blacas : Peire Vidal.

« Verge, de Dieu engenairitz, sias nos huey en ajuda 31147. »
Philomena, fol. 15.

Mais huey s'oblida aco d'ier 41148.
Pierre d'Auvergne : De Dieu no.

Quelquefois mais se joint à huei comme il se joint à
ora, or, et il signifie également désormais :

Hueimai seran ric portier,
Que tenran porta serrada 51149.
Bertrand de Born : Rassa m'es.

Coindas razos e novelas plazens
Digam oimai, e aiam bel solaz 61150.
Hugues Brunel : Coindas razos.

Desser hueimais, de ipsa hora hodie magis, signifie
aussi désormais :

Desser hueymais m'esbaudis 71151.
Pierre d'Auvergne : Al descebrar.371

Encui, encoi, de in hoc hodie, en ce jour, aujourd'hui.

Si la mort nos penre o enchoy o deman 11152.
La nobla Leyçon.

Dona nos lo nostre pan quotidian enchoy 21153.
Oraison Dominicale en Vaudois.

I, y, hi, y ; aissi, aqui, ici,  ; sai, lai, çà, .

D'ibi latin, en supprimant bi (comme dans tibi, sibi,
ubi), vint l'adverbe de lieu i, y romans.

Cet i combiné avec aisso, aquo, pronoms démonstratifs
employés neutralement, forma aissi, aqui, ici, .

Et enfin ipsa ibi, illa ibi, produisirent sai, lai.

On trouve quelquefois la, sa.

De est joint fréquemment à ces sortes d'adverbes :

D'un an non i poiria venir 31154.
Comte de Poitiers : Mont jauzens.

E non hi vuelh tornar jamais 41155.
Geoffroi Rudel : Belhs m'es.

Mais la on vol, aqui s'en pren 51156.
Bern. de Ventadour : Ab cor leial.

Quar d'aqui mov cortesia e solatz 61157.
Arnaud de Marueil : A gran honor.372

Vos aport aici esta lansa…
E perque ? ai te ren forfait,
Mas car voil per aici passar 11158 ?
Roman de Jaufre.

Quar qui lai mor, mais a que si vivia ;
E qui sai viu, pietz a que si moria 21159.
Pons de Capdueil : Er nos sia.

Obre mos huelhs soptozamen ;
Gart sai e lai tot belamen 31160.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Que tan no vauc ni sai ni lai,
C'ades no m temia en son fre 41161.
Bern. de Ventadour : En cossirier.

« De Bolbona en ca e del Banchets en la 51162. »
Acte de 1034. Pr. de l'hist. de Langued. t. II, col. 190.

Prép. Qui tot quant es de sai mar conqueria,
No 'l te nul pro, si fal a Dieu vilmen 61163.
Pons de Capdueil : Er nos sia.373

L'adverbe on, , se joint à lai et sai :

Gratar me fai lai on no m pru 11164.
Bern. de Ventadour : Ab cor leial.

De lai on pres mort e dolor 21165.
Gaucelm Faidit : Tant sui ferms.

Ins, dins, dedins, en, dans, dedans, au-dedans ;
lains, léans, là-dedans ; sains, céans, çà-dedans.

Ins fut dérivé d'intus latin ; dins représenta deintus
et parfois reçut la préposition de :

Prép. C'amors m'a ins el cor enclaus
Vostra valor e vostra laus 31166.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Qu'anc no m'ac Norman ni Frances
Dins mon ostau 41167.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

Deinz de mon cor encorroz e m'azire 51168.
Bern. de Ventadour : Per miels cobrir.

Perqu'ieu volgra estar suau e gen
Dins mon ostal, et aculhir los pros 61169.
Pistoleta : Ar agues.374

Tro lai ont es mont Oreps,
Pueis auzim dedins Bethleem 11170.
Pierre d'Auvergne : Dieus vera vida.

Adv. Sitot fas de joy parvensa,
Mot ai dins lo cor irat 21171.
Bern. de Ventadour : Lo temps vai.

Per lo cor dedins refrescar 31172.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

Qu'es malvatz defors e dedins 41173.
Pierre d'Auvergne : Chantarai d'aquest.

Lainz, sainz vinrent de illa intus, ipsa intus,
comme lai et sai de illa ibi, ipsa ibi :

D'una donzella fo lainz visitatz 51174.
Poeme sur Boece.

Es se lainz tornatz sezer…
Car no pot de lainz issir 61175.
Roman de Jaufre.

Cavaliers, be t tenc per ausar,
Car anc sains auses intrar 71176.
Roman de Jaufre.375

Ja, jamais, jasse, jamais, quoique.

Cet adverbe fut dérivé de jam, jam magis :

No m do Dieus nul be, à mon viven,
S'ieu ja per re de vos amar mi tuelh 11177.
Arnaud de Marueil : Us jois d'amor.

E jamais no veirai, so cre,
Mon seigner lo rei, ni el me 21178.
Roman de Jaufre.

Cal que m fassatz, o mal o be,
Vos am, e us amarai jasse 31179.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Que s'anc virey vas autra part mon fre,
Er sui ab vos remazutz per jasse 41180.
Pons de Capdueil : Mielhs.

Souvent ja et mais sont séparés :

E ja no voill mais de sos pes mover 51181.
Bern. de Ventadour : Quan vei la flor.

E ja non volria mais esser residatz 61182.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.376

Ja peut être considéré quelquefois comme conjonction,
et alors il signifie quoique, bien que :

Dona, cui pretz, e jois, e jovens guida,
Ja no m'ametz, totz temps vos amerai 11183.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

C'est dans ce sens que ja, joint à sia, a signifié quoique,
soit, jaçoit :

« Karles las ac totas entendudas, ja sia aisso que elhs no
s pessavo ges que elh ho agues entendut 21184. »
Philomena, fol. 59.

Quoique anc et ja signifient l'un et l'autre jamais, il
existe cependant entre eux une distinction importante.

Anc n'est guères employé que pour les temps passés ;

Ja ne l'est ordinairement que pour les temps futurs :

E ja non er, ni anc no fo
Bona dona senes merce 31185.
Giraud le Roux : Auiatz la.

Il y a pourtant des exemples de ja employé avec le
passé, et alors il signifie jadis :

E ai ja vist per avol drut
A domna marit desamar 41186.
Guillaume Adhemar : Ieu ai ja.377

Jos, de jos, en jos, en bas ; sus, desus, sur, dessus.

Iusum et susum, qui avaient la même acception dans
la basse latinité 11187, fournirent ces adverbes et ces prépositions
à la langue romane.

Adv. Qu'ieu lo vi en l'arena
Jos trabucar 21188.
Rambaud de Vaqueiras : El so que pus.

Qu'el Gastinel
Li saup gent dejotz traire 31189.
Rambaud de Vaqueiras : El so que pus.

Tot l'auran abayssat en jos 41190.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

L'autre fon noyritz sa jos pres Cofolen 51191.
Comte de Poitiers : Companho farai.

Prép. Del loc alsor
Jos al terrai 61192.
Arnaud Daniel : Chanson d'un mot.378

Adv. Qu'es tan poiatz que no sap tornar jos,
Ni sus non vai, tan li par temeiros 11193 !
Folquet de Marseille : S'al cor plagues.

El pueg es desus grans et autz 21194.
Roman de Jaufre.

Prép. Mas car non poc sus el serier montar 31195.
Aimeri : En Berguedan.

E es sus el caval saillitz 41196.
Roman de Jaufre.

Lo coms cui fon Belcaire
Venc al sembel
Desus un destrier vaire 51197.
Rambaud de Vaqueiras : El so que pus.

Justa, josta, dejosta, jouxte, proche, auprès,
comme.

Cette préposition fut dérivée de juxta latin.

Quan par la flors justa 'l vert fuelh 61198.
Bern. de Ventadour : Quan par.

Qu'ieu pretz mais jazer nutz e gen
Que vestitz josta peleri 71199.
Rambaud de Vaqueiras : Ben sai e conosc.379

Dejosta 'ls breus jorns e 'ls loncs sers 11200.
Pierre d'Auvergne : Dejosta 'ls breus.

Se la bella onjai
No m'a dejosta se 21201.
Bern. de Ventadour : Pois me preiatz.

Leu, vite, légèrement ; ben leu, peut-être, bientôt.

De levem latin fut formé cet adverbe.

Leu signifia vite, tost, d'après son acception primitive.

En joignant ben à leu, l'adverbe eut un sens détourné,
bien légèrement, peut-être.

Car non podetz tan leu issir 31202.
Roman de Jaufre.

Que qui non avezet aver
Gran be, plus leu pot sostener
Afan 41203.
P. Raimond de Toulouse : Us novels.

D'amor non dei dire mas be,
Quar non ai ni petit ni re,
Quar ben leu plus no m'en cove 51204.
Comte de Poitiers : Pus vezem.380

E dis que al fuec s'en ira
E ben leu aqui trobara
Qui 'l dira novas a son grat 11205.
Roman de Jaufre.

Mais, mas, mai, plus, davantage, excepté, mais.

Ces adverbes et conjonctions vinrent de magis latin.

Adv. Reis dels cortes, e dels pros emperaire
Foratz, senher, s'aguessetz mais visqut 21206.
Bertrand de Born : Mon chant.

No 'l prec mas que s'amor m'autrei 31207.
Arnaud de Marueil : Cui que fin' amors.

Mas qui may n'a ab se,
Mai de bon pretz rete 41208.
Arnaud de Marueil : Rasos es

Quar qui mais val, mais dopta far faillida 51209.
Arnaud Daniel : Lanquan vei.

Comme adverbe de quantité, il prend les signes de
comparaison que et de :

Mas vueilh murir que vivre desonratz 61210.
Blacasset : Guerra mi play.381

Adv. Qu'anc pus la vi, non aic poder en me
Mas d'amar leis e de far son coman 11211.
Pons de Capdueil : Aissi m'es pres.

Lorsque mais signifie hormis, excepté, c'est que le
signe de comparaison que ou de est comme sous-entendu :

Per que no us aus preiar mais en chantan 21212.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

Car res no i truep mas enjan e bauzia 31213.
Bern. de Ventadour : En amor truep.

Mais se joint explétivement à d'autres adverbes tels
que anc, huei, ja, on, etc., et les renforce.

Mais conjonction fut beaucoup en usage :

Conj. Vos amarai, vos plassa o us pes,
Mais moult volgra mais que us plagues 41214.
Bérenger de Palasol : Aissi com hom.

Malgrat, malgré.

Malgrat, locution employée en sens absolu, devint
préposition et conjonction.

Adv. Que, mal grat vostre, us am e us amarai
E, mal grat mieu ; mas amors vos m'atrai 51215.
Gaucelm Faidit : Mais ai poinhat.382

Adv. Don, mal mon grat, sufria
Penas, e dans, e dolors 11216.
Peyrols : Camjat m'a.

« E Rolland passec, mal lur grat 21217. »
Philomena, fol. 20.

Prép. « Elhs autre s'en intrero a la ciutat, malgrat de
Karle 31218. » Philomena, fol. 72.

Conj. Car am, malgrat qu ieu n'aia 41219.
Gaucelm Faidit : De faire chanso.

Mantenen, de mantenen, maintenant, incontinent,
immédiatement.

Cet adverbe vint de manu tenens, touchant par la
main
, et exprima la grande proximité et pour l'espace et
pour le temps.

Qu'ieu vi ja comensar un pon,
Ab una peira solamen,
Que pois veni' a complimen ;
Pueis mantenen
Anet cazen 51220.
Gaucelm Faidit : S'om pogues.383

E trais sa spaza mantenen 11221.
Roman de Jaufre.

Hueimais parran li ric e ill pro
E 'ls coratjos, ab ardimen,
Al be ferir de mantenen 21222.
Pierre d'Auvergne : Lo senher que.

E Jaufre ven de mantenent
A la porta per on intret 31223.
Roman de Jaufre.

Avec cet adverbe je placerai de manes, signifiant
subitement, soudainement ; il vint peut-être de mane,
de bonne heure, de matin :

On non ten pro ausbercs fortz ni espes,
Si lansa dreit, e pois trais de manes
Sajetas d'aur, ab son arc asteiat 41224.
Gaucelm Faidit : A leis cui am.

Qu'amples vestirs porton e bels arnes ;
E son ardïtz e feron de manes 51225.
Albert : Monges digatz.384

Mens, meins, moins.

Ces adverbes vinrent de minus latin.

Mens preza vieure que morir,
Car vieure es trop pietz de mort 11226.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Quan plus m'esfors, e meins me val 21227.
Bern. de Ventadour : Ab cor leial.

Comme plusieurs autres adverbes, mens fut employé
substantivement, et reçut même l'article :

Aissi son finas beltatz,
Que mais ni meins no i cove 31228.
Bern. de Ventadour : Ab cor leial.

Sitot amors me tormenta
E m'auci, non o planc re,
Qu'al mens muer per la plus genta 41229.
Sordel : Ailas ! e que m fan.

A tot lo mens forma une locution adverbiale, à tout
le moins
, au moins :

Que ben pot aver cavalcat
Doas legas a tot lo meintz 51230.
Roman de Jaufre.385

Mest, per miei, per mieg, en mieg,
parmi, au milieu, par le milieu.

Ces prépositions furent dérivées de medium.

Car aital captenemens
No val mest las bonas gens 11231.
Bertrand de Born : S'abril e fuelhas.

Guiraut, ben volgra fos say
Aquel bos costums per mest nos 21232.
Geoffroi Rudel : Guiraut Riquier.

Troba un cavalier nafrat
D'una lansa per miei lo cors,
D'outra en outra 31233.
Roman se Jaufre.

El rossinhols s'abandona
De chantar per mieg lo bruelh ;
Belha m'es la retindida
Que fai per mieg la giardina 41234.
P. Raimond de Toulouse : Pos lo prims.

Se combaton en mieg la via 51235.
Roman de Jaufre.386

Oltra, ultra, otra, outre, au-delà.

D'ultra latin vint cette préposition.

Prép. Qu'el trametia los breus ultra la mar 11236.
Poeme sur Boece.

Outra la terra Normanda,
Part la fera mar preonda 21237.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei per miei.

Unca, oncas, ongan, oan, anc, oncques, onc ;
ancmais, jamais ; ancse, toujours ; nonca, jamais.

Unquam et nunquam latins fournirent ces adverbes.

E faczia veser li cec que unca non havian vist 31238
La nobla leyçon.

La genser e la pus bona
C'oncas vezeson miey huelh 41239.
Pierre Raimond de Toulouse : Pos lo prims.

Ni no m vol ongan auzir 51240.
Gaucelm Faidit : Lo rossinholet.

No l'auzirem doncx ? non onguan 61241.
Pierre Rogiers : Tant ai mon cor.387

So que no cugei far onguan 11242.
Gaucelm Faidit : Lo rossinholet.

D'un sonet vau pensan,
Per solaz e per rire,
Qu'eu no chantai oan 21243.
Peyrols : D'un sonet.

S'anc li fi tort, que lo m perdo 31244.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Mais se joint souvent à anc, et parfois à hogan :

El maior dol, las ! qu'eu ancmais agues 41245.
Gaucelm Faidit : Fortz chausa.

E ja domna non perdre hoganmai 51246.
Gaucelm Faidit : Ab nov cor.

Qu'ancse amey joc e deport 61247.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Que sos hom e sos servire
Soi, et ai estat ancse 71248.
Gaucelm Faidit : Sitot ai.

Qu'ieu noquam planh, sitot me dol 81249.
Bern. de Ventadour : Lonc temps a.388

So que dis qu'a fait aillors
Creza, si nonca. lo jura,
E so qu'en vi desacuelha 11250.
Pierre Rogiers : Al pareissen.

A ora, oras, ara, ar, era, eras, er,
ores, maintenant.

Cet adverbe de temps et ses modifications et contractions
vinrent d'hora latin 21251.

Enfans, en dies foren ome fello,
Mal ome foren ; a ora sun peior 31252.
Poeme sur Boece.

Si me pregues eras la pros comtessa 41253.
Bern. de Ventadour : En amor truep.

Ma la terza ley, la cal es ara al temps present 51254.
La nobla leyçon.

« Lo castel de Laurag ni la forsas que ara y son ni adenan
y seran 61255. »
Acte de 1084. Pr. de l'hist. de Langued. t. II, col. 320.389

Mas so que Merlis
Prophetizan dis
Del bon rey Loys….
Ara s'esclarcis 11256.
Germonde de Montpellier : Greu m'es.

Aras pot hom conoisser e proar
Que de bos fatz ren Dieus bon guizardo 21257.
Rambaud de Vaqueiras : Aras pot hom.

Aras quan rei verdeiar 31258.
Rambaud de Vaqueiras : Aras quan vei.

Mais er vei be que si meteis destrigua
Sel qu'ab amor guerreia ni playeia 41259.
Sail de Scola : Gran esfortz.

Mas eras sai ben que vers es
Tal se cuia calfar que s'art 51260.
Arnaud de Marueil : Si que vos.

Dans la même signification, cet adverbe peut se traduire
par tantôt :

Mas tan a van cor e doptos,
Qu'er ai lei, era non ai ges 61261.
Bern. de Ventadour : Ja mos chantars.390

Cet adverbe a plusieurs composés :

Encar, encaras, enqueras, etc., de in hanc horam,
encore.

Creis la forsa dels Sarrasis ;
Jherusalem pres Saladis,
Et encaras non es cobratz 11262.
Gavaudan le Vieux : Senhors per lo.

Ges enquerras no puesc serrar mas dens
Qu'ieu del comte non digua sa lauzor 21263.
Aimeri de Peguillan : S'ieu anc chantiei.

Deslor de de ipsa illa. hora, latins, ou de des et
l'ora, romans, dès-lors :

Que ben conosc qu'anc re non amei tan,
Com ieu fauc lei, deslora qu'ieu fui natz 31264.
Gaucelm Faidit : Ara cove.

Anc non agui de mi poder,
Ni no fui mieus deslor en sai 41265.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Quora vint de qua hora, quand :

No sai quora m fui endurmitz 51266.
Comte de Poitiers : Farai un vers.391

No sai quora mais la veyrai,
Que tan son nostras terras luenh 11267.
Geoffroi Rudel : Lanquan li jorn.

On a vu précédemment derenan, dorénavant.

Ont, on,  ; dunt, don, d'où, dont.

Ces adverbes de lieu vinrent de undè latin 21268, auquel
parfois fut jointe la préposition de.

E vos queric lo dur plebs,
Tro lai ont es mont Oreps 31269.
Pierre d'Auvergne : Dieus vera vida.

Pero 'l pessar no s ne part nuech ni dia ;
Ans es pus ferms on qu'ieu an ni m'estia 41270.
Pierre d'Auvergne : Ab lial cor.

No sai on vauc ni on me venc 51271.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

Mors fo Mallios Torquator dunt eu dig 61272.
Poeme sur Boece.392

Farai un vers don sui dolens 11273.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Qui gran cor a de larguezar,
Saber deu dont o pod traire 21274.
Gaucelm Faidit : Cascus deu.

« Quant lo vie, Karles apelec lo : E don ves 31275 ? »
Philomena, fol. 13.

E pois d'amor mais no m cal,
Non sai don ni de que chan 41276.
Folquet de Marseille : Chantars.

Cet adverbe de lieu on se joint à que et à plus :

« Moble et non moble on que sia, ni qual que sia 51277. »
Acte de 1209. Pr. de l'Hist. de Languedoc, t. III, coL 319.

Si qu'ab lieys, es on qu'ieu an ni estia 61278.
Blacas : Bel m'es ab motz.

Mas per so chant c'oblides la dolor
E 'l mal d'amor ;
Et on plus chan, plus m'en sove 71279.
Folquet de Marseille : En chantan.

C'ades me fug, on plus l'apel 81280.
Bern. de Ventadour : Ab cor leial.393

Ou, o, que, .

D'ubi latin fut formé ou, et ensuite o dans la même
acception.

Et souvent le que indéclinable fut employé dans le sens
de quo loco, qua die :

Lo mas o intra inz es en gran claritat 11281.
Poeme sur Boece.

Cazut sui de mal en pena ;
E vau lai o 'l cors mi mena 21282.
Bertrand de Born : Cazut sui.

Que non es jorns qu'ieu no sospir 31283.
Bern. de Ventadour : En abril.

E 'l Lazer ressorsis vos
Qu'era ja quatredians 41284.
Pierre d'Auvergne : Dieus vera vida.

Ieu chant que devria mielhs plorar 51285.
Bern. de Ventadour : En abril.

Estat aurai estas doas sazos
Que non chantey, e fas hy mon dampnatge 61286.
Guillaume de Saint-Didier : Estat aurai.394

Part, parmi, par, à travers, au-delà.

Cette préposition vient du latin partim.

Outra la terra Normanda,
Part la fera mar preonda 11287.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei per miei.

Aquest deu sobre totz granar,
E part los autres emerar 21288.
Comte de Poitiers : Mont jauzens.

Reis Castellas, vostra valor se tria
Part las valors que tug l'autre rey an 31289.
Folquet de Lunel : Al bon rei.

Pauc, peu.

J'aurais pu ne pas parler de cet adverbe, attendu que sa
dérivation de pauce latin est si évidente, qu'elle n'exige
aucune explication ; et par cette raison, je ne parlerai pas
de plusieurs autres adverbes tels que bene, multum, etc. ;
mais pauc, précédé d'ab ou a, devient une locution
conjonctive signifiant avec peu, peu s'en faut que, et
je dois en avertir :

Ab pauc ieu d'amar no m recre,
Per enueg de lauzenjadors 41290.
Arnaud de Marueil : Ab pauc.395

Que m fan sufrir tan greu turmen,
Qu'a pauc lo cor d'ir' e d'esmai no m fen 11291.
Pons de Capdueil : Ben sai.

On aura remarqué qu'après cette conjonction le verbe
reçoit toujours la négation no.

Per, par, pour, à cause de, au moyen de,
en qualité de, etc.

La préposition latine per ne subit aucun changement ;
et elle eut beaucoup plus d'acceptions.

Leu li juraria,
Per Dieu e per ma fe,
Qu'el bes que m faria
No fos saubutz per me 21292.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei la fuelha.

L'autre dia, per un mati,
Trespassava per un simmelh 31293.
Gavaudan le Vieux : L'autre dia.

Ben es fols qui l'arm' ublida
Per aquesta mortal vida 41294.
Barthélemi Zorgi : Jesu Christ.396

E laissa son parlar per nos….
E digas lor que per m'amor
Aucizo 'l cat 11295.
Comte de Poitiers : En Alvernhe.

Mort m'a, e per mort li respon 21296.
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.

Per joint à l'o roman, signifie pour ce, pour cela,
pourtant :

Pero no soi del tot desesperat 31297.
Arnaud de Marueil : Aissi col peis.

Suivi de que, il devient conjonction, et signifie par
quoi
, c'est pourquoi :

Que plus etz blanca qu'evori ;
Per qu'ieu autra non azori 41298.
Comte de Poitiers : Farai chansoneta.

Peccatz a tan dossa sabor !
Per que Adams lo pom trazic 51299.
Gavaudan le Vieux : Patz passien.

Il signifie aussi pourquoi :

Per que us vulhetz metre monja 61300 ?
Comte de Poitiers : Farai chansoneta »397

On a vu précédemment que per, pour, devant le
présent de l'infinitif, remplissait la fonction du gérondif
en dum :

De bon engenh ad ops d'amar,
Per servir, et per tener car,
E per selar, e per sofrir 11301.
Arnaud de Marueil. : Totas bonas.

Pietz, piegz, piez, pire, plus mal.

Cet adverbe de comparaison vint de pejus.

Quar pietz trai que si moria
Qui pauc ve so qu'ama fort 21302.
Sordel : Aylas ! et que m fan.

Sa guerra m'es mortals,
E sa patz pietz de martire 31303.
Rambaud de Vaqueiras : Guerras.

Plus, pus, plus, davantage.

Cet adverbe de comparaison, venu du latin plus,
n'exige aucune explication.

J'ai déjà fait remarquer que parfois la langue romane
l'employa précédé de l'adverbe de lieu on.398

Pos, pus, pois, pueis, puois, de pois, poisas,
pois que, puis, après, depuis, pieçà, depuis
que
, puisque.

De post latin furent dérivés ces adverbes et conjonctions.

Adv. Car si fa mal, pois abena 11304.
Bern. de Ventadour : Amics Bernart.

Plus que d'autra qu'ieu vi pueis ni abans 21305.
Bérenger de Palasol : Tan m'abelis.

E poisas delivrar los ai 31306.
Roman de Jaufre.

E anc depuois no fui ses gilozia 41307.
Augier : Erransa.

Conj. Car vieure es trop pietz de mort,
Pus c' om non a joi ni deport 51308.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Le que est parfois sous-entendu :

E pus no m puesc de vos amar sofrir,
Per merce us prec e per humilitat,
Qu'en vos trobes qualaquom pietat 61309.
Arnaud de Marueil : Si m destreignetz.399

Conj. Pus fom amdui enfan,
L'ai amad' e la blan 11310.
Bern. be Ventadour : Lo gens temps de pascor.

A presen, à découvert, à présent, maintenant.

Cet adverbe signifia à découvert, ad presentiam, et,
par sens détourné, maintenant, ad presens tempus.

Si non per aital coven
Que lui ames a presen,
E que y agues senhoria ;
E mi seladatemen 21311.
Gaucelm Faidit : N'Ugo de la.

Mas ieu no l'aus descubrir mon talan,
Si no o fes a presen en chantan 31312.
Pistoleta : Anc mais nulhs.

Prop, aprop, de prop, en aprop, pres,
proche, près, après.

Ces adverbes et ces prépositions vinrent de prope latin.

Adv. C'anc tan non amey luenh ni prop 41313.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.400

Adv. De tal doussor sui resplenitz,
Quan de prop la puesc remirar 11314.
Bern. de Ventadour : Quan lo boscatges.

Apres comensa sa rason….
En après viron un vassal 21315.
Roman de Jaufre.

Prép. Ben volgra que Limosis
Fos plus prop de Mauretainha 31316.
Folquet de Marseille : Ja no volgra.

L'autre fon noyritz sa jos pres Cofolen 41317.
Comte de Poitiers : Companho farai.

Qu'ieu sia, per sa comanda,
Pres del lieg josta l'esponda 51318.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei per miei.

S'aprop cent braus respos,
En fos d'un joi pagatz 61319.
Blacas : Lo bels douz temps.

Cal prezatz mais, e respondetz premiers ;
Et, aprop vos, respond' En Perdigos 71320.
Rambaud d'Orange : En Azemars.401

Prép. Molt valra 'l bens apres l'afan 11321.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Je place ici seguentre, signifiant aussi après.

Prép. E de seguentre lui, manj 'en lo reis Franceis 21322.
Sordel : Planher vuelh.

Apres, avec le que, devient conjonction.

Quan, quant, can, cant, lanquan,
quand, lorsque.

Cette conjonction fut formée de quando latin.

Quant ieu serai partit de vos 31323.
Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Ordinairement le t final n'est conservé que devant les
voyelles.

De illo anno quando vint lanquan :

Lanquan fuelhon bosc e guarric 41324.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.

Quant, autant, autant que, combien.

Cet adverbe vint de l'adverbe latin quantum.

Il ne quitte jamais le t final.

E quant aurem de tort et de peccat,
Trobarem totz al jorn del jutjamen 51325.
Folquet de Romans : Quan lo dous temps.402

Halas ! quant cuiava saber
D'amor, e quant petit en sai 11326 !
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta

Quar, car, car, parce que, pourquoi,
à cause que, c'est pourquoi.

Cette conjonction fut dérivée de quare latin.

Car ilh avian invidia, car la gent lo seguia 21327.
La nobla Leycon.

Per Deu e per merce, vos clam
Que no us sia greu car vos am 31328.
Arnaud de Marueil : Totas bonas.

Il est quelquefois employé dans le sens de que :

Gentils dona, plazens tan m'es,
Car vos am sobre onratz honors 41329.
Blacasset : Ben volgra.

Amors, alegres part de vos,
Per so car vau mon miels queren 51330.
Geoffroi Rudel : Quan lo rossignols.403

Segon, segon que, selon, selon que.

Secundum latin produisit cette préposition et cette
conjonction.

Prép. Mas, segont lor poer, hi fan empachament 11331.
La nobla Leyçon.

Qu'ieu non vuelh, dona, joi ni be,
Mas segon la vostra merce 21332.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

Conj. Segon que s pot sempre faire 31333.
Pierre d'Auvergne : Ab fina joia.

Sempre, toujours.

Par une légère modification, très-usitée dans la langue
romane, cet adverbe vint de semper latin.

Que tota ora sempre vai chaden 41334.
Poeme sur Boece.

Senes, sens, ses, sans, sans.

De sine latin fut formée cette préposition qui reçut
diverses modifications.

Tots sos faitz sap acabar e complir
Ab segur sen, ses reguart de faillir 51335,404

E ses mal gienh, ses blasm' e sens folia,
Ses enveg dir, e senes vilania 11336.
Bérenger de Palasol : Aital dona cum.

« En la sua potestat de Guillem lo tournara sans deception 21337. »
Acte de 1059. Pr. de l'hist. de Languedoc, t. II, col. 230.

Si, si.

La conjonction latine si fut employée sans modification.

Mort sui, si us am ; e mort, si m part de vos 31338.
Giraud le Roux : Auiatz la derreira.

Dona, si no us vezon mei huelh,
Ben sapchatz que mos cors vos ve 41339.
Bern. de Ventadour : Quan par la flors.

Souvent l'i subit l'élision.

Si, ainsi ; si que, tellement que ; aissi,
ainsi, de même.

Cet adverbe vint du latin sic.

« Si t'o tenrei… E si t'o tendrai, e si o atendrai a ti 51340. »
Actes de 960. Ms. de Colbert.405

Us amicx et una amia,
Sordel, an si un voler,
C'a lur semblan, non poiria
Lus ses l'autre joi aver 11341.
Guillaume de la Tour : Us amicx.

Ja dous' amors, que m'a conques,
Me ten si que no m vir alhors 21342 !
Blacasset : Ben volgra.

Parfois il signifie cependant, pourtant :

Mi faitz orguelh en digz et en parvensa ;
E si etz francs vas totas autras gens 31343.
Comtesse de Die : A chantar m'er.

Et d'autres fois alors :

« Al temps qu'En Richartz era coms de Peitieus, ans
quel fos reis, Bertrans de Born si era sos enemics, per so
qu'En Bertrans volia ben al rei jove 41344. »
Argum. de la Sirvente : Non puosc, ms. de la Bibl. roy. 7225.

Aissi vint de sic en y joignant a :

Paure era Nostra Dona, e Joseph asi 51345.
La nobla Leyçon.406

Quant aissi auzets esbaudir
Lo rosignolet nuoit e jorn 11346.
Bern. de Ventadour : Amics Bernartz.

En aissi fos pres, com ieu sui,
Mos Alvernhatz, e foram dui 21347,
Bern. de Ventadour : Lo rossignols.

Il peut être suivi du que :

E sui aissi meitadatz,
Que no m desesper,
Ni aus esperans' aver 31348.
Folquet de Marseille : Uns volers.

On a vu précédemment aissi com, cossi, etc.

Conj. C'aissi com sai perdonaran,
Sapchatz c'aital perdon auran
Lai on er fatz lo jutjamen 41349.
Pons de Capdueil : En honor del.

Altresi venant du latin alterum sic signifia aussi,
de même, et prit quelquefois com :

Adv. Mas er es temps que diz hom de mal be,
Et atreisi, que del ben diz hom mal 51350.
Aimeri : Totz hom.407

Conj. Atresi com l'orifans
Que, quan chai, no s pot levar 11351.
Richard de Barbezieux : Atresi com.

De sic latin fut dérivée la particule affirmative si, oui :

La ley velha deffent solament perjurar,
E plus de si o de no non sia en ton parlar 21352.
La nobla Leyçon.

Sitot, quoique, bien que.

Conj. E sitot venta freg' aura,
L'amor qu'ins el cor mi muev,
Mi ten caut, on plus yverna 31353.
Arnaud Daniel : Ab guay so.

E s'aman muer, domna, sui merceians,
Qu'en la mort prenc honor, sitot m'es dans 41354.
Blacasset : Si m fai.

Sivals, du moins, pourtant.

Adv. S' a lieis no platz qu'entenda en s'amor,
Tos temps sivals retrairai sa valor 51355.
Pons de Capdueil : Un guai descort.408

Adv. L'an molt de remaner pregat,
Sivals tro que agues manjat 11356.
Roman de Jaufre.

Sobre, desobre, sur, dessus ; sotz, desotz,
sous, dessous.

Super et subtus latins produisirent ces prépositions et
adverbes.

Prép. Sobre sans li juraria
C autre jois el mon no m sia 21357.
Bern. de Ventadour : En cossirier.

Mas ilh val sobr' ellas mais,
Tant quant val aurs plus qu'arena 31358.
Bertrand de Born : Cazutz sui de mal.

Chantan desobre la verdor 41359.
Roman de Jaufre.

E 'ls riu son clar desobre los sablos 51360.
Bern. de Ventadour : Belh Monruelh.

Adv. « Sant Peyre fo pausa en la croc, li pe desobre e lo
cap desot 61361. » Doctrine des Vaudois.

Prép. Que re mais sotz cel non envei 71362.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.409

Adv. Per qu'es dessus e 'ls autres son desotz 11363.
Rambaud de Vaqueiras : Aras pot hom.

Prép. Sicum l'auzel son tug sotz Aurion,
Son las autras sotz la gensor del mon 21364.
Bertrand de Born : Quan la novella.

Soven, sovent, souvent.

Cet adverbe fut dérivé de sæpe.

Bon conseil vos don e gen :
Armaz e cantaz soven 31365.
Peyrols : Quant amors.

Tant, tan, aitan, altretan, tant, autant.

Ces adverbes furent formés de tantum.

Tan de bon cor vos am 41366 !
Arnaud de Marueil : Ses joi non es.

Tan gais e tan amoros
Eraz en vostras chansos 51367.
Peyrols : Quant amors.

Can vi que tan fort fos feritz,
Cuiei me que fosetz fenitz 61368.
Roman de Jaufre.410

Tan devient conjonction, en recevant quan :

Conj. Que tan quan solelhs raya,
Non a domna cui tan ricx pretz s'eschaia 11369.
Pons de Capdueil : Humils e fis.

Tan quan ten terra ni dura 21370.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.

Adv. Qu'ieu fui d'aitan melhuratz
Qu'ome de mi no vey plus ric 31371.
Bern. de Ventadour : Lanquan fuelhon.

Tan m'es greu que trichaire
Aia joy ab engan,
O plus, o altretan,
Com cel qu'es fis amaire 41372 !
Bern. de Ventadour : Quan la doss' aura.

Ab tant, ab aitant, signifièrent pourtant, cependant,
alors.

Adv. Ab tant lo seneschals eserida 51373.
Roman de Jaufre.

Ab aitant lo reis aras sona
Son nebot mon senher Galvan 61374.
Roman de Jaufre.411

Per tan signifia pourtant :

E si m fetz mal, e no m voletz aver
Franc ehauzimen, ges per tant no m n'irais 11375.
Pons de Capdueil : Tant m'a donat.

Tan ni quan, tant et quant, aucunement, jamais.

Ges no m recre d'amar lei tan ni quan 21376.
Gauceim Faidit : Era cove.

Mas no y a d'ira tan ni quan,
Qu'el dans n'es pros e 'l mals n'es bes 31377
Pierre Rogiers : Tant ai mon cor.

Tost, tôt, bientôt, vite.

E cort tan tost que res no il pot fugir 41378.
Gaucelm Faidit : A leis cui am.

Cansos, vai t en tost en corren 51379.
Gaucelm Faidit : S'om pogues.

Tot, del tot, totalement, du tout, entièrement.

Cet adverbe dérivé du latin fut employé parfois avec
une préposition et l'article :

Per que m sui del tot a vos donatz 61380.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel c'ama.412

Parfois cet adverbe se joint à des adverbes ou conjonctions :
tot altresi, tot quant, tot aissi com, etc.

Souvent l'adjectif tot est employé avec des substantifs
romans en locution adverbiale.

totz jorns, tota dia, totz temps, totas sazos,
totas horas, tota via, etc., signifièrent toujours, sans
cesse
, en tous temps, etc.

On a vu des exemples de toutes ces locutions.

Travers, travers.

Cette préposition fut formée du latin transversus.

E puois c'a travers non poinha 11381.
Arnaud Daniel : Lanquan son passat.

C'a travers lo 'n a tot trencat 21382.
Roman de Jaufre.

Trop, très, trop.

Troppus, dans la basse latinité, signifiait multitude,
foule, troupeau :

Si en troppo de jumentis.
Lex Alaman. Tit. 72, §. 1.

On peut conjecturer que ce mot a fourni l'adverbe
roman trop, qui a le sens de beaucoup, très, trop.

Voici des exemples de la première acception :

« Perdigons si fo joglars, e sap trop ben violar e trobar 31383. »
Vie de Perdigon. Ms. de la Bibl. du Roi, 7225, fol. 49.413

« Trop e mielhs estarem a nostra guisa 11384. »
Philomena, fol 21.

Trop ameron lo mont, e poc lo paradit 21385.
La nobla Leyçon.

E si merces ab vos non a que faire,
Ma vida m val trop meins que si moria 31386.
Arnaud de Marueil : Aissi com selh.

Voici des exemples de la seconde acception :

Per qu'om no s deu per gaug trop esjauzir,
Ni per ira trop esser anguoyssos 41387.
Gaucelm Faidit : Maintas sazos.

E sacha qu'en breu la veirai,
Si trop grands afars no m'en te 51388.
Pierre Rogiers : Tant ai mou cor.

Truesca, duesca, jusque.

Ces prépositions furent dérivées d'usque latin, en y
joignant de et tro romans.

Duesc' al jorn que ajorna. 61389
Arnaud Daniel : Lanquan vei.

Com el a pres d'Agèn truesc' a Clermon 71390.
Bertrand de Born : Quan la novella.414

Ves, vas, vais, enves, envers, deves,
vers, envers, en comparaison, devers.

Versus latin produisit cette préposition, qui fut diversement
modifiée :

Prép. E evers Deu no torna so talant 11391.
Poeme sur Boece.

Ves se me tira com aimanz 21392.
Bern. de Ventadour : Lanquan vei per miei.

Vas qual part tenrem, ni vas on
Penre port ! tot lo cor m'en fon 31393.
Augier : Cascus plor.

Ma chansos
An vais vos,
Amia, lai on etz 41394.
Gaucelm Faidit : Per l'esguar.

Eras no sai deves qual part me vire 51395.
Pons de la garde : Sitot no m'ai.

Quan la doss' aura venta
Deves vostre pays 61396.
Bern. de Ventadour : Quan la doss' aura.415

Prép. Qu'en aissi sui enganada e trahida,
Com si agues vas lui fag falhimen 11397.
Comtesse de Die : A chantar.

Que tuit son fals vas mi li plus leial 21398.
Bern. de Ventadour : Quan par la flors.

Digas li que mos Azimans
Mi ten quar envas lei non vau 31399.
Bern. de Ventadour : Ges de chantar.

Conj. Totz autres joys fora petitz,
Vas que lo mieus joys fora grans 41400.
Bern. de Ventadour : Pels dolz chans.

Veti, vecvos, veus, voi toi, voyez vous,
voici, voilà.

Cette préposition qui remplace l'ecce latin, signifie
voyez, voyez ici.

Veti que per encantamen
Fes pantayar verayamen
A ta molher quel delivresses 51401.
La Passio de Jhesu Crist.

Vecvos del vers la fi 61402.
Geoffroi Rudel : Lanquan vei.416

« E mentre que elhs estavan en aquest parlament, de
la valh vecvos un messager de Karle 11403 ; »
Philomena, fol. 13.

Veus tot lo tort en que m'avetz trobat 21404.
Arnaud de Marueil : Si m destreignetz.

Veus m'al vostre comandamen 31405.
Bern. de Ventadour : Non es meraveilla.

Dans le poème sur Boece on trouve :

Fevos Boeci cadegut en afan 41406.
Poeme sur Boece.

Après avoir exposé l'origine et la dérivation de la plupart
des adverbes, prépositions, et conjonctions de la
langue romane, il me reste à faire séparément un examen
rapide de ces divers éléments du discours.

Adverbes romans.

En général, les adverbes peuvent être définis des adjectifs
indéclinables, qui, s'attachant quelquefois à l'adjectif
ordinaire, et le plus souvent au verbe, remplissent
à leur égard la même fonction que remplit l'adjectif
déclinable, alors qu'il modifie le substantif auquel il se
rapporte.417

J'établis cinq divisions au sujet des adverbes romans.

La première division concerne les adverbes terminés
en men ;

La seconde ceux qui n'ont pas cette terminaison, soit
qu'ils aient été dérivés du latin, soit qu'ils aient été formés
extraordinairement par la langue romane ;

La troisième s'applique aux adjectifs qui remplissent
la fonction d'adverbes, parce qu'ils sont employés neutralement
et en forme absolue ;

La quatrième indique l'usage de la grammaire romane,
qui employe souvent substantivement plusieurs de ses
adverbes, lesquels deviennent alors sujets ou régimes, et
même reçoivent l'article qui caractérise ordinairement les
substantifs ou les noms employés substantivement ;

La cinquième est relative à l'usage des locutions adverbiales
dans la langue romane.

Première division.
Adverbes romans en men.

Dans les éléments de la grammaire romane avant
l'an 1000, j'ai indiqué de quelle manière s'était formée
la désinence caractéristique ment de la plupart des adverbes
de cette langue.

Ment de mente latin étant féminin, l'adjectif roman,
auquel il a été joint pour former un adverbe, a pris
nécessairement la terminaison qui appartient au genre
féminin :418

« Ne no l'en decebra ne malament 11407. »
Acte de 960. Ms. de Colbert.

Mais quand l'adjectif était du genre commun, il n'a
pas pu prendre la terminaison féminine a :

Qu'ieu vos sia homs, mas juntas, humilmen 21408.
Arnaud de Marueil : Us joys d'amor.

Je dois faire deux observations particulières :

Ces adverbes sont assez arbitrairement terminés en
ment, men, ou mens 31409.

Quelquefois ils sont précédés d'une préposition 41410.

Deuxième division.
Adverbes dont la terminaison n'est pas spéciale.

Ces adverbes ont été formés,

1 ° Du latin, en suivant toujours ou presque toujours
le système des suppressions des désinences :

tableau ben | de | bene. | clar | clare. | mal | male. | pauc | pauce. | tart | tarde. | etc.419

Par la langue romane même, qui les a appropriés
à ses besoins :

tableau bais | bas. | petit | peu. | pron | assez. | trop | beaucoup | etc.

Troisième division.
Adjectifs employés neutralement en forme d'adverbes.

Com gen fui per vos honratz 11411.
Bern. de Ventadour : Conort era.

Les précédentes citations ont souvent offert l'exemple
de cet emploi des adjectifs en forme adverbiale.

Ils prennent même des prépositions :

En escur vauc com per tenebras 21412.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

Quatrième division.
Adverbes employés substantivement.

J'ai dit que ces adverbes furent susceptibles de devenir
sujets ou régimes, et que parfois ils reçurent l'article qui
s'attache aux substantifs, et sert à les distinguer.

Suj. Que mais ni meins no i cove 31413
Bern. de Ventadour : Conort era.420

Rég. Qu'er trobaretz tot lo mais de las gens
Que si menton, ni s ne volon celar 11414.
Guillaume Anelier : El nom de Dieu.

E don m'en un bais d'estrena,
E, segon servizi, 'l mais 21415.
Arnaud de Marueil : Bel m'es quan.

E pus en joi vuelh revertir,
Ben dey, si puesc, al miels anar 31416.
Comte de Poitiers : Mout jauzens.

« Venc l'un vais l'autre, alh pus tost que poc 41417. »
Philomena, fol. 72.

Ans que la mort me sobrevengua,
Quan non poiria menar la lengua ;
Car penedensa del adoncx
No val a l'arma quatre joncx 51418.
Folquet de Marseille : Senher Dieu.

E sol que cor aia de mi membransa,
Del plus serai atendenz e sofrire 61419.
Hugues Brunel : Cortesamen.421

Rég. Mas car vos sai conoiser e chausir
Per la meillor, et ab mais de beltat 11420.
Arnaud de Marueil : Si m destreignetz.

Cinquième division.
Locutions adverbiales.

La langue romane se servit de différentes locutions
adverbiales ; on a eu occasion d'en remarquer plusieurs
dans les diverses citations qui précèdent 21421 :

Tant esteram rescondut a rescos,
Tro 'ls lauzengiers agron mortz los gelos 31422.
Pons de Capdueil : Per joy d'amor.

L'explication de ces locutions appartient spécialement
au dictionnaire de la langue.

Prépositions.

J'ai précédemment indiqué les principales prépositions
de la langue romane. On a vu que souvent elles se formaient
d'un adverbe, sur-tout par l'adjonction d'une
particule qui leur imprimait le caractère et la fonction
de prépositions ; on a vu aussi qu'elles devenaient adverbes
422à leur tour, lorsqu'elles étaient employées sans
régime ; et enfin qu'elles devenaient aussi conjonctions,
quand elles étaient suivies d'un signe ou d'une particule
qui leur permettait de servir de lien entre les membres
de la phrase, ou entre les phrases mêmes.

Dans la langue latine, les prépositions transmettaient
toujours une action sur le substantif ou sur le nom employé
substantivement, soumis à leur régime, en un mot,
sur le nom qu'en langage grammatical on appelle conséquent ;
le cas de ce régime était autre que le nominatif :
de même les formes de la langue romane ont en général
assujéti le substantif ou le nom employé substantivement,
après une préposition, à prendre le signe qui exprime et
caractérise le régime.

Il serait superflu d'indiquer des exemples ; dans les
citations déjà faites, on aura reconnu qu'après les prépositions,
les noms qu'elles gouvernent prennent toujours
les caractères et les signes qui appartiennent aux régimes.

La langue romane, à l'exemple de la langue latine, a
souvent adjoint à ses verbes, et même aux substantifs et
adjectifs, une préposition antécédente, qui quelquefois se
confondait avec ces noms, et d'autres fois y était seulement
adhérente, mais sans les soumettre eux-mêmes
comme régimes ; car alors ces prépositions devenaient en
quelque sorte des adverbes.

Il est même à remarquer que la préposition incorporée
ou adhérente n'empêchait pas soit le substantif, soit le
nom qui en faisait la fonction, de prendre le signe du
sujet ou celui du régime.423

En voici des exemples :

Suj. E s'ieu en re mesprenc el dir,
Sobretemers me fai failhir 11423.
Arnaud de Marueil : A guisa de.

Rég. Sols suy qui sai lo sobrafan que m sortz
Al cor, d'amor sofren per sobramar 21424.
Arnaud Daniel : Sols suy qui.

Ben sai que, per sobrevaler,
Dei far miels so qu'ai en talan 31425.
Pons de Capdueil : Ben sai.

Conjonctions.

Presque toutes les conjonctions romanes furent formées
par l'adjonction du que indéclinable.

Ce que j'ai dit de l'origine ou de la dérivation des
principales conjonctions romanes, me paraît suffisant.

On se souviendra que souvent le que est sous-entendu.

Je présenterai seulement quelques détails relatifs aux
particules conjonctives et disjonctives.

Particules conjonctives.

Et, e, ni, et.

La langue romane adopta et, conjonction latine ; mais
424au-devant des mots qui commencent par des consonnes,
le t final fut ordinairement supprimé :

Temutz era e mot prezats 11426.
La Vida de san Alexi.

Cel que fetz l'air, e cel, e terr', e mar,
E caut, e freg, e vent, e pluei', e tro,
Vol quel sieu guit passem mar tug li pro,
Sicom guidet Melchior e Gaspar 21427
Rambaud de Vaqueiras : Aras pot hom.

Ni signifia à-la-fois et et ni, mais eut plus souvent la
première acception que la seconde.

Je ne l'examine à-présent que sous la première acception.

Dans cette première acception, il n'y a jamais de négation
dans la phrase :

Quar ieu sai don venc ni on vauc 31428.
Trad. du Nouv. Testament : Johan, c. 8, v. 14.

Vas qualque part qu'ieu an, ni m vuelf, ni m vire 41429.
Arnaud de Marueil : Aissi com selh.

Si m'estessetz a razon,
Bona dona, ni a dreg 51430.
Rambaud de Vaqueiras, Guerras ni platz.425

Ou, o, ou.

Cette conjonction fut formée d'aut latin, qui, après
la suppression du t eut le son d'o, ainsi qu'aurum eut
celui d'or. Au fut aussi écrit et prononcé ou.

« Qui las te tod, ou las te tola… Comuniras ou cumunir
me faras 11431. » Actes de 960. Ms. de Colbert.

« Que a dreit aura ou a merce 21432. »
Acte de 1063. Pr. de l'Hist. de Langued. t. II, col. 247.

So laissas per mal, o per be,
Per ira, o per joi, o per que 31433.
Bern. de Ventadour : Peirols com avez.

Particules disjonctives.

Ne, ni, ni.

Nec latin produisit d'abord ne, et ensuite ni romans.

« Ne nus s'en recreira ne recredent no 'n sera 41434. »
Actes de 960. Ms. de Colbert.

Davan son vis nulz om no s pot celar ;
Ne eps li omne qui sun ultra la mar 51435.
Poeme sur Boece.426

E paratges no i des, ren ne i tolgues 11436.
Rambaud d'Orange : Aissi com selh.

Al seu voler no m vuelh ieu defendre,
Ne enves lieis de nulha re contendre 21437.
Rambaud d'Orange : Si de trobar.

J'examine à-présent ni dans sa seconde acception ; il
est à remarquer que lorsqu'il signifie ne, et non et, il y a
dans la phrase la négation non :

Non avent macula ni ruga 31438.
Doctrine des Vaudois.

Car non ai loc de vos vezer,
Joi ni deport non puesc aver 41439.
Arnaud de Marueil : Dona genser.

No sui alegres, ni iratz ;
No sui estrayns, ni privatz 51440.
Comte de Poitiers : Farai un vers.

E ancmais non auzim dir
Ni per meravilhas comtar 61441.
Bern. de Ventadour : En abril.427

Si non, sinon.

Si non, venant du latin, fut employé de deux manières
dans la langue romane.

La première, en conservant rapprochés les deux éléments
si et non ; et alors si fut immédiatement suivi de
non :

Una domna am finamen
Que m dis que no m'amaria,
C'amic a don no s partria,
Sinon per aital coven 11442.
Gaucelm Faidit : N'Ugo de la Bachalayria.

La seconde, en les séparant ; mais si fut toujours placé
le premier :

Non ho dic mia per gap, si per ver non 21443.
Richard Ier, roi d'Angleterre : Ja nuls hom.

Tant es mortals lo danz que no i a sospeisson
Que jamais si revenha, s'en aital guisa non,
Qu'om li traga lo cor, e qu'en manjo 'l baron
Que vivon descorat ; pois auran de cor pron 31444.
Sordel : Planher vuelh.428

Particules explétives.

A la négation non la langue romane joignit souvent
des particules explétives, qui augmentèrent la force même
de la négation.

Ainsi res, gaire, ges, mia, pas, remplirent cette
fonction.

Res, signifiant chose :

Nuls homs ses amor ren non vau 11445.
Bern. de Ventadour : Ges de chantar.

Ja ren non dirai 21446.
Arnaud de Marueil : Aissi com selh.

Gaire, dont il a été parlé précédemment, forma, dans
le même sens que res, une particule explétive jointe à
non, et signifiant grand chose, beaucoup :

Ma no us cal del mieu dan guaire 31447.
Rambaud d'Orange : Amicx.

Ges vint de gens, personne, aucun.

On trouve gens dans le poëme sur Boece :

Ella s fen sorda ; gens a lui non atend 41448.
Poeme sur Boece.

No m mogui ges 51449
Comte de Poitiers : En Alvernhe.429

Ges no l'aus mostrar ma dolor 11450.
Arnaud de Marueil : A guisa de fin.

Quar mon cor forsa d'amar lai
On sai be qu'amatz no sui ges 21451.
Arnaud de Marueil : Cui que fin' amors.

Mica, mia, minga, mie, point, furent les modifications
de mica latin, miette.

On trouve mica, miga dans le poëme sur Boece.

Pero no desesper mia 31452.
Bern. de Ventadour : En abril quan vei.

E datz m'en un, Sordel, qu'ieu no 'n ai mia 41453.
Blacasset : Er cinq en podetz.

Del tot mi sui viratz,
Totz enicx e forsatz,
A so que no m plai mia 51454.
Bertrand d'Alamanon : Lo segle m'es.

E conosc ben
Que no 'lh dey mostrar mingua
Vas lieis mo mal talen 61455.
Sail de Scola : Gran esfortz.430

No portaras minga l'enfant 11456.
Roman de Jaufre.

Pas, pas, point, particule explétive venant de passus
latin :

Car aquel que ha entendament po pensar entre si
Qu'el no ses pas forma, ni li autre asi….
E vol mudar la lei que devant avia dona ;
El no la muda pas qu'il fos abandona,
Ma la renovelha qu'il fos melh garda 21457.
La nobla Leyçon.

Sofrir m'er la pen' e 'l afan
Totz temps, non pas dos jorns ni tres 31458.
Peyrols : Eu non laudarai.

D'aisso no us sai pas esmenda 41459.
Pons de la Garde : Mandar m'es.

Que sols n'en anaretz vos pas 51460.
Roman de Jaufre.

Interjections, exclamations.

La langue romane eut aussi de ces particules indéclinables,
et employées dans un sens absolu, qu'on nomme
431interjections, exclamations, et qui servent à exprimer les
sentiments de surprise, de douleur, d'admiration, etc.

Il suffit d'indiquer les plus ordinaires :

Ai, ah ! qui vint peut-être du grec αἲ et αἶ.

Ai ! quantas bonas chansos
E quants bons vers aurai fag 11461 !
Bern. de Ventadour : Ai ! quantas.

Ai ! cal vos vi, e cal vos vei 21462 !
Bern. de Ventadour : Era non ai.

Las, venant de lassus, malheureux, produisit ensuite
ailas, halas ! las, hélas !

Las ! e donc que m farai 31463 ?
Blacas : Lo bels douz temps.

Ailas ! caitiu, que sabras dire 41464 ?
Pons de Capdueil : Ben sai que.

Ailas ! perque viu lonjamen ni dura
Cel que totz jorns ve creisser sa dolor 51465 ?
Aimeri de Bellinoi : Ailas ! per que.

Halas ! quant cuiava saber
D'amor, e quant petit en sai 61466 !
Bern. de Ventadour : Quan vei la laudeta.432

Chapitre VIII.
Locutions particulières, idiotismes
de la langue romane.

Parmi les différentes citations qu'offre cette grammaire,
on aura remarqué plusieurs idiotismes. La langue
romane créa un grand nombre de locutions particulières ;
et la plupart sont restées dans les langues de l'Europe
latine.

Je crois nécessaire d'en rapporter quelques-unes :

Esser a dire, être à dire, être l'objet du regret,
manquer :

De lieis no cre res de ben sia a dire 11467.
Arnaud Daniel : Sols sui que.

El dolz parlar, e 'l dolz rire,
E totz los bes c'om pot eslire,
Beutat, gaiez', e joven,
Honor, pretz, valor, e sen,
Res, mas merces, no i es a dire 21468.
Gaucelm Faidit : Coras que m.433

Dire d'oc, dire de no, dire d'oui, dire de non :

Quan m'auretz dat so don m'avez dig d'oc 11469.
Augier : Per vos belha.

Et ela li fai guizardon
Tal, que de re no 'l diz de non 21470.
Gaucelm Faidit : Dalfins respondez.

No poder mais, ne pouvoir mais :

Qu'eras l'am tan que non puesc mai 31471.
Bérenger de Palasol : Mais ai de talan.

Saber grat, savoir gré :

Car sui vostres, e no m'en sabetz grat 41472.
Giraud le Roux : Ara sabrai.

Mètre a cap, issir a cap, mettre à chef, sortir à
chef
 :

Pus a cap non puesc issir
De so qu'ieu tan volria 51473.
Bérenger de Palasol : Dona si tos temps.

Voler s'en mal, s'en vouloir mal :

E si no us platz mos enans. e mos pros,
Volgrai m'en mal, don', et amarai vos 61474.
Arnaud de Marueil : Us gais amors.434

Non aver que faire, n'avoir que faire :

E no y volgues portier ; n'y a que far 11475.
Rambaud de Vaqueiras : Honrat marques.

E si merces ab vos non a que faire,
Ma vida m val trop meins que si moria 21476.
Arnaud de Marueil : Aissi com cel.

Far, faire, employé dans le sens de parler, dire, fut
sans doute dérivé de fari latin :

Belha, fi ieu, cum etz aissi 31477 ?
Gavaudan le vieux : L'autre dia.

Faire la figa, faire la figue, insulter, se moquer :

E li fes la figa denant ;
Tenetz, dis el, en vostra gola 41478.
Roman de Jaufre.

Nat de maire, né de mère, homme, mortel :

E Sarrazi, Turc, Payan, e Persan,
Que us doptavan mais c'ome nat de maire 51479.
Gaucelm Faidit : Fortz chausa.

Merce, dona, la plus genta
Que anc natz de maire vis 61480.
Giraud le Roux : Amors.435

Passar lo pas, passer le pas :

Qu'enans que passon lo pas 11481.
Bertrand de Born : Gent part.

Donar, donar sobre, donner, donner sur, combattre :

E sapchatz be que non o fetz fugen,
Ans o a fag donan et combaten 21482.
Bertrand d'Alamanon : D'un sirventes.

« E Turpi ab sos compainhos donec sobre els 31483. »
Philomena, fol. 21.

Donar dels esperos, donner des éperons, fuir :

E a donat dels esperos
Al caval, e vai s'en cochos 41484.
Roman de Jaufre.

Aver nom, avoir nom, s'appeler :

Car reis joves aviatz nom agut,
E de joven eratz vos guitz e paire 51485.
Bertrand de Born : Mon chant.

« Es rey de Barsalona e ha nom Sathon…. Es rev de
Gironda e ha nom Mahomet 61486. »
Philomena, fol. 13.436

Pres d'amor, pris d'amour :

Lo cor ai pres d'amor 11487.
Bern. de Ventadour : Tant ai mon cor.

Prendre garda, prendre garde :

E quar negus no s pren garda 21488.
Boniface de Castellanne : Guerra e trebalhs.

Venir a plazer, venir à plaire, plaire :

Dona, sel que non pot aver
Joi, s'a vos non ven a plazer 31489.
Arnaud de Marueil : Dona sel que.

No far mot, ne faire mot, ne dire mot :

Pos van de Deu gaban ;
Car son crozat, e d'anar mot no fan 41490.
Bertrand de Born : Ara sai eu.

Metre en obli, mettre en oubli, oublier :

Del passatge qu'an si mes en obli 51491.
Bertrand de Born : Arai sai eu.

Non aver fin ni pausa, n'avoir fin ni pause :

Car ja, tro que l'aia trobat,
Non aura fin, ni ben, ni pausa 61492.
Roman de Jaufre.437

Penre lengatge, prendre langue, s'informer :

En autra terra irei penre lengatge 11493.
Guillaume de Cabestaing : Mout m'alegra.

Aver los datz, avoir les dés, tenir les dés :

Er entendatz en ma tenson
Qu'ieu vos part ; a vos los datz 21494.
Gaucelm Faidit : Dalfins respondez.

De part me, dérivé du latin de parte mei, de la
part de moi
 :

Guillem a Bertran fai saber
Per tot aquest dir de part me 31495.
Bertrand de Born : Sel qui camja.

Ces diverses citations ne laisseront aucun doute sur le
caractère particulier que des idiotismes nombreux et variés
ont donné à la langue romane. Le discours placé en tête
du dictionnaire présentera à ce sujet des détails et des
exemples, qui, en faisant toujours mieux connaître et
apprécier le génie et les formes de cette langue, serviront
à démontrer que les autres langues de l'Europe latine en
ont été la continuation.

fin de la grammaire romane.438

1(1) Le pain fat chaud, le vin fut bon.

2(2) « Le diable le sauva de la mort. »

3(3) Tout le bonheur du monde est nôtre,
Dame, si tous les deux nous nous aimons.

4(1) Pierre, le dormir et le repos
J'aime plus que le rossignol ouir.

5(2) Chanter ne peut gueres valoir,
Si de dedans du cœur ne meut le chant ;
Et chant ne peut du cœur mouvoir,
Si n'y est délicat amour affectueux.

6(3) Jules César conquit la seigneurie
De tout le monde, autant comme il tient et renferme.

7(4) « Le créateur de tout le monde. »

8(5) Au Capitole, le lendemain au jour clair.

9(6) Médecin je chercherai au mien chagrin.

10(1) Ami, peut-être demain tu mourras ;
Et donc, après que tu seras mis au tombeau,
Richesse puis que te fairait ?

11(2) Qu'a tout le monde il s'en fit, qui en veut vrai dire,
Aux uns craindre et aux autres agréer.

12(3) Les ruisseaux sont clairs sur le sable.

13(4) « Les Sarrasins fuirent toute la nuit. »

14(5) Vrai est que les cœurs sont ensemble
Et jamais ne se sépareront en nul temps.

15(6) « Chacune des parties sépara soi, les chrétiens contents, les Sarrasins
dolents. »

16(7) Car les ris et les jeux
Ont leur temps et leur lieu.

17(1) Maintenant je ne sais comme il s'en ira de moi,
Tant sont les maux grands et petits les biens.

18(2) Et les rameaux sont couverts de feuille.

19(3) Avant que les blancs sommets soient verts.

20(4) Qu'ainsi il convient qu'on les éprouve
Avec tristesse les uns, autres avec joie,
Avec mal les mauvais, avec bien les bons.

21(5) « Empêche que enlève les sujets. »

22(6) Et je maintiendrai les faibles contre les forts.

23(7) Les croisés je vais accusant.

24(8) Nourrissent les affamés et les errants dirigeassent.

25(1) L'être et la manière
Des vils et des bons,
Des mauvais et des preux.

26(2) Le doux chant des oiseaux par bois
M'adoucit le cœur et me ranime.

27(3) Et me plait quand la treve est rompue
Des Sterlings et des Tournois.

28(4) Donc sai je bien que ma dame tient les clefs
De tous les biens que j'attends et espère.

29(5) Et aurions la victoire de les nôtres ennemis.

30(6) Médisants font obstacles
Aux courtois et aux sincères.

31(1) A vous je voudrais montrer le mal que je sens
Et aux autres celer et cacher.

32(2) Dame Jeanne d'Est plait
A tous les preux sans manquement.

33(3) Et en Orient apparut une étoile a les trois princes….
Et dit a les apôtres qu'ils baptisassent la gent.

34(4) Que pareillement je tremble de peur
Comme fait la feuille contre le vent.

35(5) Dame, la plus gente des plus gentes.

36(6) Si la volonté n'est égale.

37(7) Surpasse, Dame, votre beauté
Et la valeur, et le prix, et la courtoisie,
Au mien avis, toutes celles du monde.

38(1) Et j'aime du monde la plus belle
Dame, et la plus prisée.

39(2) J'aime la meilleure dame que je sache
Et la plus belle qu'oncques Dieu fit.

40(3) Tant suis approché de la fin.

41(4) Chanson va-t'en a la meilleure.

42(5) A la mort ne se peut dérober
Roi, ni comte, ni duc, ni marquis.

43(6) Les dames pareillement
Ont prix diversement ;
Les unes de beauté
Les autres de vertu.

44(1) S'il sent d'amour les angoisses et les maux.

45(2) Qui fait les fleurs épanouir par la plaine.

46(3) Dame, je ne vous puis le centième dire
Des peines ni du martyre.

47(4) Des dames je désespère ;
Jamais en elles ne me fierai.

48(5) Belle dame, de cœur s'y appliquait
Dieu, quand il forma votre corps amoureux ;
Et parait y bien aux belles formes.

49(6) « Il la tint aux fonts et fut son parrain. »

50(1) Pour cela ne le voulut Boece à seigneur.

51(2) « Et Charlemagne dit : Donc ainsi soit, si à Thomas plait et à tous. »

52(3) Pareillement il m'est par similitude
Ainsi que d'Achille la lance,
Car de son coup ne pouvait homme guérir,
Si une autre fois ne s'en faisait férir.

53(4) « Et Charles, quand cela eut oui, rendit graces à Dieu et louanges. »

54(5) Je connais bien sens et folie
Et connais honte et honneur
Et ai audace et peur.

55(1) Généreuse dame savante,
En qui est prix et sens
Et beauté fine et pure
Que nature y mit.

56(2) Parenté de haute gent,
Pouvoir d'or ni d'argent
Ne vous donneront jamais bon prix,
Si noble cœur vous n'avez.

57(3) Si elle ne m'embrasse en chambre ou sous feuillage.

58(1) Je mourrai par le chef (de) saint Grégoire,

59(2) Le service (de) notre Seigneur.

60(3) « Pour (de) Dieu l'amour. »

61(4) Pour (de) Dieu l'amour, bien savez vraiement.

62(1) Valoir me devrait mon prix et mon parage
Et ma beauté et plus mon tendre attachement ;
C'est pourquoi je vous mande, là où est votre demeure,
Cette chanson, qui me soit message,
Et je veux savoir, ô le mien bel ami gent,
Pourquoi m'êtes vous tant cruel et tant sauvage ;
Ne sais si c'est orgueil ou mauvaise volonté.

63(1) Seigneur Conrad, tout pour votre amour je chante,
Et aucunement n'y regarde ami ou ennemi ;
Mais pour ce le fais que les croisés vais accusant
Du passage qu'ils ont ainsi mis en oubli :
Ils ne pensent pas qu'à Dieu il déplaise
Qu'ils se repaissent et se vont séjournant ;
Et vous endurez faim, soif, et eux restent.

64(2) Parce que plus me nuit a Dieu soyez
Que Dieu vous sauve ne m'aide.

Pour l'intelligence de ces locutions, je dois avertir que la première
correspond à adieu, et signifie donc l'instant de la séparation ;
et que la seconde correspond à bon jour, et signifie celui
de l'arrivée.

65(1) « Selon que dit le philosophe, tous les hommes du monde désirent avoir
science, de laquelle naît savoir, de savoir connaissance, de connaissance sens,
de sens bien faire, de bien faire valeur, de valeur louange, de louange honneur,
d'honneur prix, de prix plaisir, et de plaisir joie et allégresse. »

66(2) De pur amour sont tous mes pensers
Et mes désirs et mes meilleures journées.

67(3) En vous sont placés mes vouloirs,
Et mes souhaits et mes désirs.

68(4) En avril, quant je vois verdoyer
Les prés verts, et les vergers fleurir.

69(5) Le temps va, et vient, et tourne
Par jours et par mois et par ans.

70(1) Car qui bien veut abaisser et affaiblir
Ses ennemis, bons amis doit choisir.

71(2) Assez j'ai du chant instituteurs
Autour de moi et institutrices,
Prés et vergers, arbres et fleurs,
Cadences d'oiseaux et lais et ramages.

72(3) Que fera la votre amie ?
Ami, comment la voulez-vous laisser !

73(4) Guerre me plait, quoique guerre me font
Amour et ma dame toute l'année.

74(5) Je ferai chansonnette nouvelle.

75(6) Quand je vois la feuille
En bas des arbres tomber.

76(1) Mieux ne fait le vent de la ramée,
Vu qu'ainsi je vais elle en suivant,
Comme la feuille suit le vent.

77(2) Les dames également
Ont prix diversement….
Les unes sont agréables,
Les autres savantes.

78(3) Et je vois les eaux éclaircir.

79(4) Oncques Perseval, quant en la cour d'Artus
Il enleva les armes au chevalier vermeil,
N'eut telle joie.

80(5) Des dames me désespère :
Jamais en elles ne me fierai.

81(1) Le gentil temps me charme et me plaît.

82(2) Qu'entre leurs plaisanteries passe assuré mon vers.

83(3) Avec pure joie commence
Le vers qui bien les mots accorde.

84(4) Car beaucoup lui est besoin que sache souffrir
Qui veut à grand honneur venir.

85(5) En tous temps je vous aimerais
Si en tous temps je vivais.

86(6) Par joie que j'ai d'eux et du temps.

87(7) Été j'ai deux ans
Que je ne fis vers ni chanson.

88(8) Je dirai un vers que j'ai pensé.

89(1) Et chante ses vers rauquement.

90(2) Bien veux que sachent la plupart
De ce vers, s'il est de bonne couleur.

91(3) Là où j'aurais besoin que fût su mon vers.

92(4) Qu'à vous je suis fidèle et à mes avantages traître.

93(5) « Pistoleta ainsi fut chanteur d'Arnaud de Marueil, et fut de Provence,
et puis devint troubadour, et fit des chansons. »

94(6) Que jamais je ne fus faux ni tricheur.

95(1) Que je chante gai et joyeux,
Puisque celle dont je suis l'amant,
Qui est la plus gentille qui onc fut,
Veut moi et mes chansons.

96(2) Verger, ni fleur, ni pré
Ne m'ont fait chanteur ;
Mais par vous que j'adore,
Dame, je suis inspiré.

97(3) Je chanterai de ces troubadours
Qui chantent de maintes couleurs.

98(4) Ami j'ai de grande valeur
Qui sur tous domine
Et n'a pas cœur tricheur.

99(5) Je vous aime et ne me lasse
Par mal ni par douleur ;
Tant pour vous j'ai cœur de loyal amant.

100(1) Et si onques je fus gai poursuivant et galant.

101(2) D'une dame qui a deux poursuivants.

102(3) Et lui serai homme-lige, et ami et serviteur.

103(4) Donc, belle, souvenir
En ayez que je ne vous suis menteur.

104(5) Bonne dame, plus ne vous demande
Si non que me preniez à serviteur.

105(6) Car du retour j'ai peur
Qu'elle me tienne pour menteur.

106(1) La feuille et la fleur et le fruit mûr.

107(2) Quand la verte feuille s'épand
Et paraît la fleur blanche au rameau.

108(3) En tous temps suivent joye la tristesse et la douleur,
Et en tous temps tristesse la joye et le bien.

109(4) Je ne sais joye plus précieuse.

110(5) Et ma dame rit à moi si doucement.

111(6) Un ami, quand il veut se séparer
De sa dame, fait grand enfantillage.

112(7) Puisqu'à ma dame ne peut valoir
Dieu ni merci ni le droit que j'ai.

113(1) On conçoit que na a pu venir de domna, par la suppression
de dom, mais il est plus difficile d'expliquer d'où dérive en.
M. de Marca a proposé ses conjectures à ce sujet dans le Marca
hispanica
, liv. 3, c. 9.

114(2) Je trouvai la femme de Guarin
Et de Bernard.

115(3) Et fait toute la lignée
Qui prit d'Adam naissance.

116(4) Dame Béatrix, Dieu qui est plein de merci
Vous place avec sa mère et avec soi.

117(5) Ce dit dame Agnès, et dame Ermessen :
Trouvé avons ce que nous allons cherchant.

118(1) Seigneur oui et non veut la guerre plus
Que ne fait aucun des Alguais*.
(*) Noms de fameux brigands qui étaient quatre frères.

119(2) Dame pur amour, fontaine de bontés,
Merci je te demande, las ! ne m'accuse.

120(3) Dame sans merci, trop se renforce
Votre dur cœur contre moi.

121(1) Chanter me tourne à chagrin,
Quand il me souvient de Barral.

122(2) Le dieu d'amour m'a blessé de telle lance
Que ne me tient profit le reposer ni le coucher.

123(3) Que vivre m'est chagrin et effroi,
Depuis que morte est ma dame Azalais.

124(4) Puisque le séparer m'est si pénible
De la seigneurie de Poitou.

125(1) Vaut le bon cœur et le gentil parler
Et la merci et le condescendre
Plus que richesse ni pouvoir.

126(2) Grande affaire est le conquérir,
Mais le garder est science.

127(3) Quand je la vois, me tient le voir jouissant.

128(4) Bien je sais qu'à ceux serait dur
Qui me blâment parce que si souvent je chante,
Si leur coûtaient mes chanters.

129(5) Souffrissiez qu'à votre honneur
Fussent désormais tous mes chanters.

130(6) En mon cœur j'ai un nouveau chanter
Simple et léger et qu'il fait bon ouir
A tous ceux qui en joie veulent être.

131(1) Avec celer et avec souffrir
Je lui serai homme-lige et serviteur.

132(2) Et tel est en grand monter
A qui la roue en brief tourner
Fait son monter et descendre.

133(3) Messager, va, et ne m'en prise moins,
Si moi de l'aller vers ma dame suis craintif.

134(4) Ma dame me fut, au commencer,
Franche et de belle société.

135(1) Un gai encouragement me fait gaiement feire
Gaie chanson, gai fait et gai semblant.

136(2) Que vous me fissiez, contre le mauvais traitement, avoir
De ma belle dame un beau plaisir.

137(3) En aimant je vis et en aimant je mourrai,
Vu qu'avec bon cœur et avec bonne foi
J'aime la meilleure dame que je sache
Et la plus belle que oncques Dieu fit.

138(1) Si le cœur est pris, la langue n'est pas prise.

139(2) Tant sera gentillement servi par moi
Son cruel cœur sévère et courroucé,
Jusqu'à ce que du tout il sera adouci.

140(3) Pour cela je leur serai fidèle et cher,
Indulgent et simple et loyal ;
Doux, amoureux, pur, et cordial.

141(4) Sage et fol, humble et orgueilleux,
Avare et prodigue, et timide et hardi
Je suis, quand il échoit, et joyeux et marri ;
Et je sais être plaisant et ennuyeux,
Et vil et cher, et impoli et courtois,
Lâche et preux, et je connais maux et biens.

142(1) Un sirvente je ferai nouveau, plaisant.

143(2) Avant que les blancs sommets soient verts.

144(3) Car pour vos faits grossiers,
Mensongers et souterrains,
Vous déprisent tous les preux.

145(4) Aux durs, grossiers, cuisants médisants,
Ennuyeux, vilains, mal parlants,
Je dirai un vers que j'ai pensé.

146(1) Ah ! comme grande envie m'en vient.

147(2) Tant est grande la tristesse
Par quoi j'en suis chagrin.

148(3) Pour quoi j'en ai grand peine et grand travail.

149(4) Fleur est de prix et fruit de grand valeur.

150(5) Bien grande merveille en ai,
Car grande merveille est.

151(6) Que ses plaisirs sont grandes coupes d'argent.

152(7) Pour faire grands honneurs.

153(1) Je suis si courtoise guette
Que je ne veux que soit défaite
Loyale amour adroitement faite.

154(2) Ah ! bonne dame bien étant.

155(3) Tant est ferme ma volonté
En vous, dame prisée.

156(4) Et est jeune la dame, quand bien elle se gouverne.

157(5) Quand herbe verte et feuille paraît.

158(6) Que telle est la douleur qu'il sent
E la peine griève pour souffrir.

159(7) Elle qui est gaie, courtoise, et agréablement diseuse,
Franche et indulgente avec tous faits convenables.

160(1) Tant elle est subtile qu'on ne la peut voir,

161(2) Que lâche vie vaut peu, et qui meurt généreusement
Occit sa mort, et puis vit sans tourment.

162(3) Forte chose est que tout le plus grand dommage
M'avient à dire, en chantant, et à retracer.

163(4) Si me priait à-présent la généreuse comtesse.

164(5) Généreuse dame savante,
En vous est prix et sens.

165(6) Le médecin je sais bien qui est
Qui en peut seul salut donner ;
Mais que me sert, si moi montrer
Jamais je ne lui ose ma mortelle plaie !

166(7) Quand deux s'aiment purement
Par loyale tendresse.

167(1) Et je veux plus plaisant mensonge ouir
Que telle vérité de quoi tout temps je soupire.

168(2) Ami, avec grand souci
Je suis pour vous, et en griève peine.

169(3) Ah ! comme je traîne griève pénitence !

170(4) Franc, fidèle, d'humble apparence.

171(5) Honteuse vie et pire que mort ils auront.

172(6) D'amour ne chante ni veux avoir amie
Belle ni généreuse, ni avec grande courtoisie.

173(7) Les unes sont principales,
Et les autres vénales
Les unes bien pariant,
Les autres bien étant,
Les unes sont agréables,
Les autres savantes.

174(1) Le gracieux plaisir et l'avenante société,
Le gent parler, et les indulgentes manières
Me font chanter.

175(2) Cher j'achetai vos beautés
Et vos agréables manières.

176(3) Et dures réponses à mes humbles chansons.

177(4) Et par lâches gens
Prouesse condamnée.

178(5) Si voulez au siècle plaire,
En lieux soyez fol avec les fous ;

179(1) Et là même vous sachez
Bien avec les sages maintenir.
Car ainsi il convient qu'on les éprouve,
Avec tristesse les uns, les autres avec joie ;
Avec mal les méchants, avec bien les bons.

180(2) Vivre m'est grief, et mourir ne me sais bon.
Que ferai-je donc ? Aimerai-je mon ennemie ?

181(3) Beau m'est quand le vent m'haleine
En avril, avant qu'entre mai.

182(4) Et puisqu'il ne lui plait, je ferai désormais mon chant
Facile à chanter, et d'ouir agréable,
Clair d'entendre.

183(1) La face fraîche de couleurs,
Blanche, vermeille plus que fleur.

184(2) De autres voir je suis aveugle, et d'ouir sourd,
Vu qu'en seule elle je vois, et j'entends, et je regarde.

185(3) Beau m'est avec mots légers à faire
Chanson agréable et avec gai son.

186(4) Aller à pied, à manière de vil jongleur
Pauvre d'avoir et malheureux d'amie.

187(5) Hauts et bas, entre les premières feuilles,
Ils sont neufs de fleurs.

188(1) Plus blanche est qu'Hélène.

189(2) Plus belle que beau jour de mai.

190(3) Un empereur nous avons de telle manière
Qu'il n'a sens ni savoir ni mémoire :
Plus ivrogne ne s'assit en chaire ;
Ni plus lâche ne porte écu ni lance ;
Ni plus vil ne cliausse éperons ;
Ni plus mauvais ne fait vers ni chansons.

191(4) Que mille fois autant je suis mieux vôtre que mien.

192(5) Quand m'aurez donné ce dont m'avez dit d'oui,
Serai plus puissant que le seigneur de Maroc.

193(1) Tellement que mon plus grand souci,
Belle dame, douce et prisée
Est tout pour faire votre plaisir.

194(2) Dame plus gente que ne sais dire,
Par quoi souvent plains et soupire.

195(3) Car à-présent m'aurait besoin, quoiqu'il soit bon,
Mon chant qu'il fût meilleur qu'il n'est.

196(4) Qu'à-présent où plus mon pouvoir croît,
En ai plus grande tristesse avec moi-même.

197(5) Jamais de vous ne me séparerai,
Vu que plus grand honneur ai
Seulement à votre refus,
Que si une autre me donnait en m'embrassant
Tout autant que de vous je voudrais.

198(1) Sieur Gaucelm Faidit, je vous demande
Quels vous paraît que soient plus grands
Ou les biens ou les maux d'amour.

199(2) Que chevaliers j'ai vu et troubadours
Que de bas elle fit hauts, et de hauts plus hauts.

200(3) Mais je vous aime plus que ne fit Seguin Valence.

201(4) Car plus j'en suis charmée
Que ne fit Floris de Blanchefleur.

202(5) Qu'oncques ne us rien jusqu'à ce que je fus an milieu de la flamme
Qui me brûle plus fort que ne ferait feu de four.

203(6) Et j'aime la plus que ne fais cousin ni oncle.

204(1) Et plus j'en veux avoir d'indulgence
Que n'eut le lion, quand il fut sorti du lacs.

205(2) Que fleur de rosier, quand elle naît,
N'est plus fraîche que elle.

206(3) Pourtant ne sais galant
Qui mieux que moi s'y entende.

207(4) Qu'homme que moi ne vois plus puissant.

208(5) Que s'il le tenait un an
Que je le tinsse plus de cent.

209(6) Dame la plus gente qui soit.

210(1) Puisque celle dont je suis l'amant,
Qui est la plus gente qni oncques fut,
Veut moi et mes chansons.

211(2) Merci, dame la plus gente
Que oncques né de mère vit.

212(3) Donc comme elle est la plus gente qui oncques fut vue.

213(4) Blacas, de ce jeu-parti
Sais je choisir le meilleur.

214(5) Car j'aime et désire
Du monde la plus belle.

215(6) Par bonne foi et sans tromperie
J'aime la plus belle et la meilleure.

216(7) Et j'ai mon amour mise, en ma jeunesse,
En la meilleure et en la plus prisée.

217(1) De l'eau que des yeux je pleure
J'écris saluts plus de cent
Que je transmets à la plus gente
Et à la plus avenante.

218(2) Tant comme la mer environne,
J'en ai trié, sans dire hésitant,
La plus gente et la plus bonne
Qu'oncques vissent mes yeux.

219(3) Lui porte amour tant pure et naturelle
Que tous sont faux auprès de moi les plus loyaux.

220(4) Dame plus gente que les plus gentes.

221(5) Belle dame, meilleure que les meilleures.

222(6) Et sa beauté est entre les plus gentes
Plus gente ainsi comme entre feuilles la fleur.

223(1) Car vous valez les meilleures cent.

224(2) Qu'une j'en sai qui est des meilleures
La meilleure que jamais Dieu fit.

225(3) Car elle est du monde la plus belle.

226(4) La meilleure êtes du monde et la plus belle.

227(5) Et serait plus convenable la raison
Qu'ils s'empressassent de le lieu recouvrer
Où par Melchior et Gaspar
Fut adoré le très-haut enfant.

228(1) Je connais bien sens et folie
Et connais honte et honneur.

229(2) Puisque me priez, Seigneur,
Que je chante, je chanterai.

230(3) Et cependant oncques rien n'aimai tant ;
Mais, envers vous, je n'ose faire apparence.

231(1) Et si oyez dire ponrquoi je fus
Un soir, là où elle se deshabille.

232(2) E voici suis à votre plaisir
Moi et mon chant et mes tours.

233(3) Saluèrent moi franchement.

234(4) Ainsi me tient pris son amour et m'enlace.

235(5) Alors comme me sut gentement regarder !

236(6) Oyez la dernière chanson
Que jamais ouirez de moi.

237(7) Dame, que cuidez faire
De moi qui vous aime tant ?

238(1) Donc, pour quoi vous mettez amant,
Puisque à moi laissez tout le mal ?
Pourquoi tous deux ne le partageons égal ?

239(2) Et malgré de mauvaises gens
J'ose penser ce qui à moi plait.

240(3) A manger me donnèrent chapons.

241(4) Qu'au monde n'ai ami qui tant à moi vaille.

242(5) Répondez moi ; pour quelle raison
Reste-t-il que n'avez chanté ?

243(6) Dame, nous trois, vous et moi et l'amour.

244(7) Voulut nous racheter du sien sang.

245(1) Méchanceté le monde tant moleste,
C'est pourquoi paix de nous s'éloigne.

246(2) Beaucoup y fit grand à nous amour
Dieu, quand vint en elle humblement
Pour effacer notre faute.

247(3) Que Dieu nous donne tel encouragement
Qu'au siècle faux, déchu et mort,
Nous amène paix par sa douceur.

248(4) Telle merci, comme tu eus
De tous ceux que pendus as,
Toi, telle la trouveras.

249(1) Et pourra lui dire sans tort
Celui qui mourra : tu mourus pour moi,
Vrai dieu, et je suis mort pour toi.

250(2) Amour, feras-tu jamais rien au mien vouloir ?
Pour cela, te prie, toi qui ce as en pouvoir,
Qu'un peu vers moi le sien cœur tournes.

251(3) Que je ne vois rien que toi venir.

252(4) « Et je ne te tromperai du château de Drap. »

253(5) Vers Malespine va, chanson,
Au preux Guillaume qui est prisé ;
Qu'il apprenne de toi les mots et le son.

254(1) Oui, volontiers, ce dit Jaufre,
Avant que je me sépare de toi, tu l'auras,

255(2) Que maintenant fasse de toi présent
A elle dont je chante à-présent.

256(3) « Jurons à toi Roger, fils de Stéphanie. »

257(4) « Je jure à toi Guillaume de Montpellier. »

258(5) « Et ainsi te le tiendrai à toi. »

259(6) « A toi Raimond l'enlève. »

260(7) Et pourquoi ? ai-je à toi rien forfait ?

261(8) Dame, pur amour, fontaine de bontés,
Merci je te crie, hélas ! ne m'accuse pas.

262(1) Et vous êtes le mien bonheur premier
Et si serez vous le dernier.

263(2) Et vous, amour, qui m'avez promis tant
Votre secours, à-présent vous en souvenez.

264(3) Dame, si ne vous voient mes yeux,
Bien sachez que mon cœur vous voit.

265(4) De cela je m'encourage que oncques ne fis faute,
Ami, vers vous, par aucune démarche ;
Mais vous aime plus que ne fit Seguin Valence.

266(5) Ainsi je prends de vous congé.

267(1) Car de vous je sais, dame, que me vient
Tout autant que je fais et dis de bien.

268(2) Et me dit en riant :
Ami, à vous me rends.

269(3) Je mande et transmets salut à vous.

270(4) Quels à vous parait que soient plus grands
Ou les biens ou les maux d'amour ?

271(5) A devant une voyelle reprend souvent le d originaire ; ainsi
on dit ad el, ad ella. Quelquefois l'euphonie remplace le d par
un z ; ainsi, dans le roman de Jaufre, dont on a deux manuscrits,
on lit dans l'un,

El pres enan ad anar.

Et dans l'autre, az anar.

272(1) Qu'il donne grands dons volontiers
A jongleurs et à chevaliers.

273(2) Car mon ami est le plus gai,
Pour quoi je suis gentille et gaie ;
Et puisque je lui suis vraie,
Bien à lui se convient qu'il me soit vrai.

274(1) Et moi, dit-il, me défendrai.

275(2) De ce qui était à venir il leur va annoncer,
Comment il devait mourir et puis ressusciter.

276(3) Au nom de Dieu qui est père tout puissant,
Qui se voulut, pour nous sauver, à mort livrer,
Je fais sirvente, et prie le qu'il me défende,
Comme il est guide et chef,
Que ne me nuisent clercs avec de faux mots polis.

277(4) Car il était en si puissant lieu placé
Que jamais ne naquit si malheureux de mère
Qui là ne fût heureux en toutes saisons….
Mais il était sur tous élu.

278(5) Ni comme il est mal marié.

279(6) Aussitôt il tourne la tête
Du bon dextrier, vers cette part.

280(1) Mal lui feront tous les plusieurs
Qui le verront jouvencel mesquin.

281(2) Et Jaufre vint vers lui courant
Et trouva lui gissant étendu.

282(3) Si Foulque d'Anjou ne le secourt.

283(4) « Charles sépara soi de sa compagnie, et alla frapper le roi de Tudèle,
de manière que lui et le cheval il fendit par le milieu. »

284(5) Hébergeons le tout uniment et gentement.

285(6) « Et tous ceux qui entendaient lui s'émerveillaient sur la sagesse et sur
la réponse de lui. »

286(1) Et Estout est soi de lui éloigné.

287(2) « Le messager de lui s'en retourna. »

288(3) « Que ne vendissent à autre si non à son fils cela que de lui tenaient. »

289(4) Et la loi de lui très-fort dussent garder.

290(5) « Le vicomte Frotard lui reconnait le château d'Eysene qu'il tenait
de lui. »

291(6) Ceux qui n'ont de lui crainte.

292(7) Jamais nul mari ne daigne craindre
De lui, ni sa femme garder.

293(8) « En tous temps le roi de France aimez, et à lui obéissez, et après ce
à l'apôtre de Rome. »

294(1) « Et alors Charles plaignit soi à lui de l'abbé de Sorese et de l'abbé de
Galhac et de plusieurs autres, parce qu'ils ne lui étaient venus à secours au
siège de Narbonne.

295(2) « Prit soi à crier et baiser les pieds de Charles, contant à lui comment
l'abbé et le prieur cloîtrier lui avaient ôté le moulin. »

296(3) Merci demande à mon compagnon ;
Si oncques lui fit tort, qu'il le me pardonne,

297(4) Obéissance doit porter
A plusieurs gens, qui veut aimer ;
Et convient à lui que sache faire
Faits avenants.

298(5) Leur seigneur abandonnèrent, ne donnant à lui honneur.

299(6) Du vicomte de Brunequel mon seigneur, me déplait
De Brunequel tout ce qui à lui ne plait.

300(1) Morts étions tous, si Dieu ne fût mort,
Pour quoi à lui plut son corps en croix étendre.

301(2) Comme le papillon qui a tant folle nature
Qu'il se met au feu par la clarté qui lui luit.

302(3) Mais celui qui perd ne lui parait joie.

303(4) A la similitude du roi Thyois,
Quand l'eut vaincu l'empereur,
Et lui fit tirer, quand il l'eut pris,
Son char et son harnois.

304(5) Et fol qui trop est gardien
De cela qui ne lui importe ni lui convient.

305(6) Ainsi les garde Dieu de mal et de chagrin,
Comme ils n'ont ni orgueil ni luxe.

306(1) Dehors ils le vont mener,
Commencent à le lapider.

307(2) Et prêchent la gent, la nuit et le jour,
Que n'aient envie ni désir
De nulle chose, mais point ils n'ont sens,
Et défendent reniement et volerie,
Et eux font le, et d'eux prend on la voie.

308(3) Ils vont disant qu'amour tourne en biais.

309(4) Qu'eux se repaissent et se vont reposant,
Et vous endurez faim, soif, et eux restent.

310(5) Mais quand ils péchaient et faisaient méchamment.
Ils étaient tués et détruits et pris de l'autre gent.

311(6) Et ne les puis tenir tous deux,
Vu que l'un l'autre ne consent.

312(1) Ami, montre moi promptement
Les chevaliers, car je ici suis
Pour eux délivrer de prison.

313(2) Et perdent Dieu qui les tient tous en puissance.

314(3) Et d'autrui joie les vois calomniateurs.

315(4) Alors, dit Jaufre, tous les verrai,
Et puis délivrerai eux ;
Car non il convient que vous les teniez.

316(5) Que le roi de Babylone les met en sa prison.

317(6) Pour cela devez, seigneur dieu, par justice,
A chacun d'eux être vrai pardonnant.

318(7) Puis sépare soi d'eux hâtivement.

319(1) Que même nul d'eux ne s'en pourront défendre.

320(2) Avez fait telle vengeance d'eux.

321(3) Et d'autre part n'aillent entendant
Que ceci je dise par crainte d'eux.

322(4) Et ceux qui auront de moi tort et péché,
Sans manquement, vu que non à eux sera pardonné,
Tomberont léans an feu d'enfer ardent.

323(5) « Il conta à Charles en quelle manière ils avaient fait leurs affaires, et
comme leur était arrivé. »

324(6) Car ma perte est raison qu'à eux peine.

325(7) Et qui par eux s'effraye,
Et, à son tort, à eux fuir s'essaye,
Si je ne l'occis, que jamais je ne gisse bien.

326(1) « Et l'archevêque Turpin dit à Charles : Seigneur, si à vous plait, je là
irai à eux. »

327(2) Qu'à eux ne plait donner ni largesse,
Ni leur plait rien qui convienne à courtoisie,
Mais à eux plait quand amassent l'argent.

328(3) Le mal qu'ils font pardonne leur.

329(4) En Provence je transmets joie et saluts,
Et plus de bien que je ne vous en sais retracer,
Et fais efforts, miracles et merveilles ;
Car je leur envoie de ce dont je n'ai gueres.

330(5) J'aime la plus débonnaire
Du monde, plus que nulle chose ;
Mais elle ne m'aime gueres.

331(1) Oncques je, ni autre, ne lui cela dis,
Et elle ne sut mon desir.

332(2) Seigneur, par le Christ ne vous sais dire,
Dit elle, ni ne sais où elle soit.

333(3) Mais un seul jour voudrais qu'elle sentît
Le mal que j'éprouve par elle soirs et matins.

334(4) Elle m'inculpa de telle chose
Dont me devrait venir gré.

335(5) Qu'ainsi sait agréablement faire et dire,
Avec pur plaisir, tout ce qu'elle dit et fait,
Qu'on ne peut mal dire sans mentir.

336(6) Puissant homme suis si elle me tient en joie,
Mais je ne sais pour quoi je vivrais
Si elle entend et puis n'a soin.

337(1) Tant attendrai en aimant
Jusqu'à ce que je mourrai en criant merci,
Puisqu'elle veut qu'ainsi soit.

338(2) Car j'aime la plus belle,
Et elle moi, vu que je le sais.

339(3) Et ferai cela, à mon vivant,
Vu que d'autre chose ne suis amant ;
Car je crois qu'elle a bonne volonté
Envers moi, selon mon avis.

340(4) Car cela me défend dont me donna abondance
Elle qui est gaie, courtoise, et gentement parlant.

341(5) Comme que mon chant soit bon,
Ou quiconque le chante et l'apprenne,
Elle de qui je fais mes chansons
Ne fait semblant qu'elle en retienne.

342(1) Oncques ne la vis et aime la fort.

343(2) Quant je la pense à-présent entraîner pour amie,
Alors la trouve plus sauvage et pire.

344(3) Point ne me lasse d'aimer elle tant ni quant.

345(4) En rien je n'aime excepté elle que aimer ai coutume,
Et jamais nul temps autre n'aimerai,
Et sais et crois qu'elle en aimant mourrai.

346(1) Car si elle vous dit oui, mieux vous tiendrez pour assuré ;
Et si elle vous dit non, tenez votre chemin ;
Vu qu'au cœur d'elle y a tant léger et changeant
Que n'est homme, et sachez que ne vous en mens,
Qui jamais en pût avoir amour sûre.

347(2) « Il restituerait tout ce que il avait eu d'elle. »

348(3) Pourtant tant me plait
Quand d'elle me souvient.

349(4) Et je m'émerveille d'elle, où est honneur,
Beauté et sens, que ne y soit amour.

350(1) Ma raison change et tourne,
Mais je point d'elle ne me tourne.

351(2) Ne puis mal dire d'elle, parce qu'il n'y est.

352(3) Que je d'elle ne m'éloigne ni me envais ;
Qu'ainsi fût elle mienne,
Comme je l'aime tous jours mieux et plus !

353(4) Ne veux être ni roi, ni empereur,
Moyennant que d'elle séparasse ma pensée ;
Ne suis-je bien puissant, si j'aime bien tendrement !

354(5) Raison et commandement
J'ai d'elle où j'aspire
De faire gaie chanson.

355(6) « Dites que eut Charles ces paroles à elle, Orionde lui va répondre. »

356(1) Et garde le bien et gentement, car à elle il échoit
Que, quoique lui vaille assez, tous temps en vaudra davantage.

357(2) Souffre que je lui serve à cachette humblement.

358(3) Et tant la crains et la flatte,
Que de rien ne l'ose prier,
Ni rien ne lui dis ni ne lui demande.

359(4) Grand désir j'ai qu'un baiser
Lui pusse prendre ou voler :
E si puis elle s'en fâchait,
Volontiers le lui rendrais.

360(5) Amour blâment, par non savoir,
Foie gent, mais à elle n'est dommage.

361(6) Un gai descort je transmets à elle que je désire.

362(1) « Pour ce don doit faire on son anniversaire à elle. »

363(2) Son homme pleige et juré
Serai toujours, si à elle plaît.

364(3) Que toujours sans elle dis à elle rapides mots ;
Puis quand la vois, ne sais, tant l'aime, que dire.

365(4) Mais supporterais si grande peine
Qu'elles nous feraient tant d'honneur,
Qu'avant à nous prieraient que nous à elles.

366(5) Les trois dames à qui je te présente,
Car elles trois valent bien d'autres cent.

367(6) Et si elles sont en obédience,
Je suis ça dehors qui en traîne pénitence.

368(1) Qu'ainsi comme les ai coutume obéir
De même les désobéirai.

369(2) Pour quoi je serai aux dames sauvage,
Et ne cuide on que jamais je chante d'elles.

370(3) Bernard, c'est inconvenant
Que dames prient ; au contraire convient
Qu'on les prie et leur crie merci.

371(4) Mais jamais en aucun temps, si je vivais mille ans,
Ne le y dirai, si ne le elle veut entendre.

372(5) Toutes les crains et les mécrois
Vu que bien sais que semblables elles sont.

373(1) Bien est fou qui en vous se fie.

374(2) Que qui autrui veut inculper
Droit est que se sache garder.

375(3) Pourtant si fort se fait craindre
Que je ne l'ose voir ni ouir.

376(4) Le servant l'étreint et l'embrasse
Tellement que n'a de soi pouvoir.

377(5) Mais Dieu vous a mandés à soi venir.

378(6) Que quant vois la belle
Qui me avait coutume accueillir,
Maintenant ne m'apelle
Ni me fait à soi venir.

379(7) Par qui se sauvent les pécheurs.

380(1) Et quand tous dépouillés se sont….
Et sont soi mis à genoux.

381(2) Que tous déchirent à soi leurs vêtements.

382(3) Quoique me commandiez à faire,
Ferai vu qu'ainsi il convient.

383(4) « Arriva il que Thomas assembla un jour ses compagnons. »

384(1) Et mon cœur lui pardonne ;
Car tant la sais belle et bonne
Que tous les maux m'en sont bons.

385(2) Mon cœur ne se peut séparer de vous ;
Ains en dormant me tourne maintes fois,
Vu que je joue et ris avec vous, et en suis jouissant.

386(3) Et me dit en riant :
« Ami, à vous me rends,
Et faites en ce qui vous plaît. »

387(4) Quiconque croyez bonne amie avoir,
Seulement ce qu'en verrez en croyez ;
Vu que imaginer fait le sage tomber,
Si sens ne le déclare.

388(1) Par merci je prie les amants
Que chacun par soi considère et pense
Du siècle, comme il est envieux,
Et combien peu en y a de courtois.

389(2) Qu'une en sais qui est des meilleures
La meilleure que jamais Dieu fît.

390(3) Et pour dames ai déjà vu moi
A maint homme dépenser le sien ;
Et j'en ai vu aimé sans donner,
Et mal voulu avec beaucoup donner.

391(4) « Quand les ouirent ainsi crier et pleurer, prit leur en pitié. »

392(5) Et puisque je lui suis vraie,
Bien à lui il convient qu'il me soit vrai.

393(1) « Matran…. va lui transmettre message pourquoi lui retenait sa femme,
et Charles va lui répondre que il ne la lui avait prise, c'est pourquoi ne la lui
rendrait, mais le créateur du monde la lui avait prise, qui lui donna volonté
et cœur et sens du baptiser, et il la lui avait donnée, c'est pourquoi ne la lui
rendrait. »

394(2) Puisque…. à elle ne vient à plaisir
Que je l'aime, jamais ne le lui dirai.

395(3) Dame, ne puis de vous louer mentir,
Vu que tout le bien y est qu'en peut on dire.

396(4) C'est pourquoi serai aux dames sauvage….
Et ai haussé leur prix et leur valeur ;
Ores n'y trouve que chagrin et dommage ;
Regardez si je dois désormais chanter d'amour.

397(1) Elle m'affole et m'ôte tellement ma pensée
Qu'avoir ne puis de moi-même retenue.

398(2) Que lui-même Dieu, sans manquement,
La fit de sa propre beauté.

399(3) Qu'homme cueille maintes fois les verges
Avec quoi lui-même se fouette.

400(4) De soi-même nous fit don,
Quand vint nos torts effacer.

401(5) Vils envers eux-mêmes, vils envers le siècle et envers Dieu.

402(6) Et sont envers eux-mêmes traîtres
Les puissants méchants, c'est pourquoi les hais.

403(1) « Et affirme que plus vaut Mahomet que ton Christ lequel vous autres
adorez. »

404(2) « La reine va leur dire : Qui êtes et quels vous autres ? »

405(3) Je ne sais en quelle guise je fus né.

406(4) Ainsi me pressez, dame, vous et amour,
Qu'aimer ne vous ose ni ne m'en puis détacher….
Donc bien suis fol, puisque ne me lasse
D'aimer elle, car bien me paraît folie,

407(1) Puisque autre bien ne me en revient.

408(2) Ne m'émerveille de son amour, tellement me tient pris.

409(3) D'aimer ne te défends.

410(4) Pour ceci te crains, amour, que tu me engeignes.

411(5) « Bien me plairait plus, si te voulais baptiser. »

412(6) Que nullement là,
Par aucun traité,
Avec soi ne te retienne.

413(7) Trois lettres de l'A B C
Apprenez, plus ne vous demande :
A, M, T ; car autant
Veulent dire comme j'aime toi.

414(1) Bonne dame, tant vous aime purement,
Que mon cœur ne se peut séparer de vous.

415(2) Mais l'amour qui est en moi enclose
Ne se peut couvrir ni celer.

416(3) Pour faire esbaudir mes voisins
Qui se font tristes parce que je chante,
Ne changerai dorénavant.

417(4) Le jour que nous eut amour tous deux élus.

418(5) Ceci nous retracent les auteurs.

419(6) « Ni vous en empêcherons. »

420(7) Pourquoi vous voulez mettre none ?

421(8) Tellement vous fit Dieu agréable et sans pareille
Que rien ne vous fault qui vous doive bien être.

422(1) Oter ne me pouvez que ne vous aime,
Même si moi et vous le voulions.

423(2) Amour, merci vous prie que vous prenne
De moi qui vous aime et vous sers.

424(1) Si je vous plais rendez moi salut.

425(2) Si aussi purement comme je vous aime.

426(1) Qu'en vous est tout mon cœur joint et adhérent…
Donc, si ainsi je meurs, que me vaut mon bon espoir ?

427(2) Oncques n'eus de moi pouvoir,
Ni ne fus mien d'alors en cà.

428(3) Car le mien dommage vôtre sera également.

429(4) Et jamais par lui notre secret
Ne sera su.

430(5) Si de ma joie il me va enquérant,
Qu'au-dedans en mon cœur je ne le haïsse.

431(6) Médecin chercherai au mien chagrin.

432(7) Et à mon dommage voient trop subtilement.

433(1) Qui pour le notre sauvement
Pris en croix mort et douleur.

434(2) De pure amour sont tous mes pensers
Et mes desirs et mes meilleures journées.

435(3) Maintenant sachent bien mes hommes et mes barons,
Anglais, Normands, Poitevins, et Gascons.

436(4) « Si le mien règne fut de ce monde, certes les miens ministres combattraient. »

437(5) Que nous irons aventure chercher,
Puis que vois qu'en cette cour ne viennent ;
Vu que nos chevaliers cela tiennent
A mal, parce que leur est tant tarde.

438(1) A peu ne me rompis mes courroies
Et mes harnois.

439(2) Ni n'est droit que de mes amis me plaigne,
Vu qu'à mon secours vois mes parents venir.

440(3) Et n'y regarde les miens péchés,
Et retourne moi aux chemins droits.

441(4) Seigneur, par les notres péchés
Croît la force des Sarrasins.

442(5) Guerre me plaît, quoique guerre me font
Amour et ma dame toute l'année.

443(6) « Donc la mienne main ne fit toutes ces choses ? »

444(1) Qu'ainsi fût elle mienne,
Comme je l'aime tous jours mieux et plus !

445(2) « Et l'hérédité sera nôtre. »

446(3) Si je ma bonne dame aime.

447(4) « Aucun d'iceux qui étaient appelés ne goûteront le mien repas. »

448(5) Quand je ma dame surprends
De la mienne forfaiture.

449(6) « Quand aurons ouï notre messe. »

450(7) Et mes chansons me semblent sirventes.

451(8) « Les miennes brebis oyent la mienne voix. »

452(1) Et miennes soient telles amours.

453(2) Je ne sais quand plus la verrai,
Vu que tant sont nos terres loin.

454(3) Elle de qui je fais mes chansons
Ne fait semblant qu'elle en retienne.

455(4) Car elle daigne souffrir et il lui plaît
Que je la loue en mes chansons ;
Du très-grand plaisir que j'en ai,
A moi est accomplie la récompense.

456(5) « En quelle manière vous croirez les miennes paroles. »

457(6) « A ce que nous traitions les notres affaires par concile général. »

458(1) Je suis ton fils, et toi mon père.

459(2) A nous advienne le tien règne.

460(3) Dame, plus gente que je ne sais dire,
Pour qui souvent plaint et soupire
Ce votre ami bon et sensible ;
Assez pouvez entendre quel.

461(1) Et s'il vous plaît me retenir,
Suis vôtre, sans tromperie,
Et vôtre, s'il ne vous plaît.

462(2) Et conte lui de ton seigneur.

463(3) Et retourne moi au tien service.

464(4) Et suis plus froid que neige et glace,
Quand je me sépare du tien agrément.

465(5) Ami, bien vous dis et vous mande
Que je ferai votre commandement.

466(6) Quand tes jours furent achevés,
Quand avec joie au ciel tu t'en montas

467(1) Où as tout ce que desiras….
Car quand tu vis l'eau et le sang sortir,
Ah ! quels furent les tiens soupirs !

468(2) Ne vous veux donner conseil jamais d'homme insensé,
De sorte que puis disent tes hommes et tes amis
Que t'aie mis en guerre et en chagrin.

469(3) « Et dit à elle : Les tiens péchés te sont pardonnés. »

470(4) Nullement toutes retracer ne se pourront
Les tiennes joies qui toujours croîtront.

471(5) « Les vôtres fils et les vôtres filles prophétiseront, et les vôtres jouvenceaux
verront les visions. »

472(6) Et vos pasteurs
Sout faux et traîtres.

473(1) « Leve toi sur tes pieds, au nom du seigneur Jésus-Christ ; et il se leva,
et alla. »

474(2) Et reconnaisse les tiens sentiers.

475(3) « Je suis Dieu de tes pères. »

476(4) Car par vos faits vilains,
Mensongers et souterrains,
Vous déprisent tous les preux.

477(5) « Et quand l'auras fait, reste y ta femme. »

478(6) « Ne soit pas faite la mienne volonté, mais la tienne. »

479(7) « Et dit à Thomas : Exaucée est la tienne prière devant Dieu. »

480(1) Que la votre pitié
Leur pardonne leurs péchés.

481(2) « Et va lui dire : Femme, guérie es de ton infirmité. »

482(3) « Honore ton père et ta mère. »

483(4) « Qui apprêtera la tienne voie devant toi. »

484(5) « Maintenant laisses le tien serviteur en paix, selon la tienne parole. »

485(6) « Toi, me donne victoire, à l'honneur de la tienne mère. »

486(7) « Le zèle de la tienne maison dévora moi. »

487(8) Faire me pouvez ou bien on mal ;
En la votre merci soit.

488(1) Comte, voici tes gens viennent à toi.

489(2) « O Corneille, les tiennes oraisons sont ouïes devant Dieu, et les tiennes aumônes
y sont nombrées. »

490(3) « Et toutes mes choses sont tiennes. »

491(4) « Et vos menaces, Borrel, que faisiez en commencement, maintenant
par ma foi sont tournées en néant. »

492(5) « Aimeras ton seigneur Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et
de toutes tes forces. »

493(6) « Je sais les tiennes œuvres, et le tien travail, et la tienne patience. »

494(1) Les tiennes larmes montreras.

495(2) Cher achetai vos beautés
Et vos agréables façons.

496(3) Tant la joie que me présente
Son regard et le clair visage.

497(4) Tant est sur les plus hauts feuillages
Le sien prix, et domine.

498(1) Et je suis gai, car suis sien purement.

499(2) « Et les dragons se combattaient et les anges de lui, et ne purent ; car
leur lieu ne fut plus trouvé au ciel. »

500(3) Par sa joie peut malades guérir.

501(4) De Blacas ne m'ôte ni me détourne,
Ni de son prix célébrer.

502(5) Et pour dame ai déjà vu moi
A maint homme dépenser le sien.

503(6) Et dame, si merci n'a
Du sien, donc de qui l'aura ?

504(7) Je ferai ma pénitence,

505(1) Ici entre mer et Durance.
Auprès de sa demeure.

506(2) Seigneur comte, joie et prix et amour
Vous commandent que vous jugiez un leur procès.

507(3) Bon amant ne doit croire témoins,
Ni ce que verront ses yeux-

508(4) Mais Dieu, par la sienne douceur,
Nous donne, comme sommes ses ouvriers,
Qu'il nous accueille en splendeur
Où les siens saints sont héritiers.

509(5) « Et les parents siens allaient chaque an à Jérusalem. »

510(6) Les siens beaux yeux traîtres
Qui me regardaient si gentiment.

511(1) A manquer à lui commencent tous les siens sentiments.

512(2) Car leurs fols déportements
Et leurs mauvais semblants
Les font tous choir.

513(3) Mais à ses dits me paraît que ceci se change.

514(4) « Et confesserai le sien nom devant les anges siens. »

515(5) Quoique sont griefs et périlleux les faix
Que fait aux siens souvent amour souffrir.

516(6) Que mettent selles aux chevaux,
Et tirent leurs harnois dehors.

517(7) Ainsi me tient pris son amour et me lie.

518(1) « Puisque Dieu et la sienne mère bénite aiment tant ce lieu. »

519(2) « La sienne âme sera devant Dieu. »

520(3) Quiconque ait valeur perdue,
La sienne croit et s'améliore.

521(4) Tant est grande leur convoitise,
Que droiture en est à bas.

522(5) Chacuns oisels, en son langage,
Par la fraîcheur du matin,
Vont en menant joie de plaisance,
Lorsque chacun avec sa compagne s'arrange.

523(6) Tous temps voudrai son honneur et ses biens.

524(7) Parce que l'humilité de la sienne servante a regardé. »

525(1) « Car nous a visités de la sienne splendeur. »

526(2) Ainsi comme les poissons ont en l'eau leur vie,
L'ai je en joie et tous temps la y aurai.

527(3) « Et il en but et les siens fils et ses bêtes. »

528(4) « Et tellement a fait le dit comte jeune et ses gens que le champ leur est
resté. »

529(5) « Ne se voyent ni se connaissent leur manquement et leurs fautes. »

530(6) Pourquoi est ma joie renouvelée,
Quand me rappelle ses beautés.

531(1) Quand vois l'alouette mouvoir
De joie ses ailes contre le rayon.

532(2) Puisque je fais de tout à ses volontés.

533(3) « Et les chaînes tombèrent de les siennes mains. »

534(4) « Sieur Elias s'éprit de la comtesse ma dame Garsende femme du comte,
quand il fut mort en Sicile, et fit d'elle ses chansons. »

535(5) A demoiselles me suis donné,
Pour faire et dire leurs volontés.

536(1) Et n'est pas bien-étant
Qu'homme même les siens occise.

537(2) « Vous et les vôtres seriez tous morts. »

538(3) Ah ! seigneur Dieu, à qui ne plait
Mort d'aucun pécheur ;
Mais pour occire la leur,
Souffrîtes vous la vôtre en paix.

539(4) Aux maris n'est pas convenable
Qu'ils se fassent galants ni amants,
Vu qu'avec celles d'autrui vont apprenant
Engin avec lequel gardent les leurs.

540(1) Ne lui ose mon amour beaucoup exprimer.

541(2) Quand lui demande son amour.

542(1) Heureux est celui que amour tient joyeux.

543(2) Car mieux gagne et plus gentement
Qui donne que celui qui prend.

544(3) Le vers est fin et naturel ;
Et bon celui qui bien l'entend.

545(4) Je connais bien celui qui bien me dit,
Et celui qui me veut mal aussi ;
Et connais bien celui qui me rit,
Et ceux qui se prévalent de moi
Connais assez.

546(5) Que je porte de ce métier la fleur.

547(1) Tous ceux qui me prient que je chante,
Voudrais qu'en sussent le vrai,
Si j'en ai aise et loisir.

548(2) Car tous ceux qui prix ont
Ne l'ont aucunement de même semblant.

549(3) A vous me réclame, seigneur,
De ma dame et de l'amour,
Vu que ces deux traîtres….
Me font vivre avec douleur.

550(4) Car ceux qui sont restés
Apprendraient une folie,
Plus volontiers qu'une prouesse.

551(5) Peu furent ceux qui la loi bien gardèrent.

552(1) Tout homme que fait vieillesse ou maladie
Demeurer çà, doit donner son argent
A ceux qui iront ; vu que bien fait qui envoie.

553(2) En mon cœur ai un nouveau chanter
Simple et léger, et qu'il fait bon ouïr
A tous ceux qui en joie veulent être.

554(3) Ah Dieu ! Combien bonne serait amour
De deux amants, si être pût
Que jamais un de ces envieux
Leur amitié ne connût !

555(4) Et la belle à qui suis soumis,
Celle me plaît plus que chanson,

556(1) Roulade ni lai de Bretagne.

557(2) Puisque celle dont je suis amant,
Qui est la plus gente qui jamais fût,
Veut moi et mes chansons.

558(3) Vous êtes celle chose
Qui, sur tout ce qui au siècle est,
Me plaisez et m'animez.

559(4) Qu'un nain, qui fat fort petit,
Tourna au feu un sanglier
Dont celle gent doit souper.

560(5) Que je serais mort, si cet honneur ne fût,
Et le bon répit qui me reverdit.

561(1) Si me fût agréé
Mon chanter et bien accueilli
Par celle qui m'a en dédain.

562(2) Qu'aimé aurai
En perte longuement
Celle où jamais merci ne trouverai.

563(3) Fort m'est grief que jamais je flatte
Celle qui vers moi s'enorgueillit.

564(4) Et celles qui vierges se tiennent,
Est vrai que grand honneur retiennent.

565(1) « Bienheureuse es toi qui crus que ces choses seront faites qui sont
dites à toi du seigneur. »

566(2) Quelles sont celles-là ?

567(3) Médisants font encombres
Aux courtois et aux droits
Et à celles qui ont le cœur élevé.

568(4) Surpasse, dame, votre beauté….
A mon avis, toutes celles du monde.

569(5) « Regarde ces choses qui sont écrites en lui. »

570(6) Si je en voulusse dire le vrai,
Je sais bien de qui vient la fraude ;
De celles qui aiment pour avoir.

571(1) Dame, plus gente que ne sais dire,
Pour qui souvent plaint et soupire
Ce votre ami bon et cordial.

572(1) Pilate répond aux Juifs :
Celui-ci est trahi par mêmes les siens.

573(1) Ce roman est achevé ;
Notre seigneur en soit loué.

574(2) Pensant je vous accolle et vous touche et vous embrasse :
Ce charme m'est doux et cher et bon ;
Et ne me le peut défendre aucun jaloux.

575(3) Ce conseil m'a donné amour
A qui demande tout jour secours.

576(4) Celui qui sans vous ne peut avoir,
En ce siècle, joie ni plaisir.

577(5) En ce gai sonnet facile
Me veux, en chantant, esbaudir.

578(1) Dame, car ces médisants,
Qui m'ont ôté sens et haleine,
Sont vos angoisseux ennemis.

579(2) Ceux-ci sont de tel semblant,
Comme le nuage qui s'épand
Que le soleil en perd son rayon.

580(3) « Et ces signes suivront ceux qui y croiront. »

581(4) Tous ceux-ci furent à la cour.

582(5) « Mais tous ceux qui reçurent lui, donna à eux pouvoir d'être faits fils
de Dieu à ceux qui croient au nom de lui. »

583(1) Bien serai fol, si je ne prends
De ces deux maux le moindre.

584(2) Cette chanson veux que tout droit loge
En Aragon, au roi que Dieu aide.

585(3) Grande fut cette humilité.

586(4) Cette amour me frappe si gentiment
Au cœur d'une douce saveur ;
Cent fois meurs le jour de douleur,
Et revis de joie autres cent.

587(5) « Savons quelle est cette chanson. »

588(1) Puis vois qu'en cette cour ne viennent.

589(2) C'est pourquoi je vous mande, là où est votre demeure,
Cette chanson, qui me soit message.

590(3) Avec cette dame je courtise,
Et l'aime tant comme puis et sais ;
Et meurs parce que son amour n'ai.

591(4) « Et est aujourd'hui le tiers jour que sont faites ces choses…. Et va leur
dire : Quelles sont ces paroles ? »

592(5) « Vraiment vous dis que cette génération ne passera jusqu'à ce que
soient faites toutes ces choses. »

593(1) Ces joyaux prie que tiennes
Autant que à Dieu plaira.

594(2) De ces mains fut cueilli le bâton
Avec qui m'occit la plus belle qui jamais fut.

595(3) De cela fait bien femme paraître
Ma dame, c'est pourquoi je le retrace,
Vu que ce qu'on veut ne veut vouloir,
Et ce qu'on lui défend fait.

596(4) Tout homme qui cela blâme que doit louer,
Loue pareillement ce qu'il dut blâmer.

597(1) Que jamais de ce que j'aimai ne jouis.

598(2) De cela m'encourage que jamais ne fis faute,
Ami, vers vous en longue domination.

599(3) Nul homme ne sut ce que c'est grand bien être,
Si avant ne sut quel est d'amour le souci.

600(4) Ce sont bons hommes qui ont racheté leur péché.

601(1) Ainsi comme je commence mon lai, je le finirai.

602(2) Bonne dame, bien devriez regarder
Le sentiment que j'ai, mais aucunement ne le vous puis dire ;
Mais bien le pouvez connaître au penser.

603(3) « Un homme avait planté en sa vigne un figuier, et vint chercher en lui
fruit, et ne le trouva. »

604(4) Jamais n'aura prouesse
Qui ne fuit lâcheté,
Et ne la peut fuir
Qui ne la sut discerner.

605(5) Mais nul pouvoir n'ont
Yeux de regarder gentiment, si le cœur ne les envoie.

606(1) Premièrement mes dits,
Comme les ai écrits.

607(2) Les tiennes larmes montreras ;
A ton serviteur les laisseras ;
Car par elles connaîtra facilement
L'amertume du deuil souverain.

608(3) Si elle est folle, jamais je ne le serai.

609(4) N'est pas pur galant celui qui se change souvent,
Ni bonne dame celle qui le consent.

610(5) Bien la voudrais seule trouver
Qui dormît ou en fît semblant ;
Pour que je lui volasse un doux baiser,
Pois que ne vaut, lorsque le lui demande.

611(1) Et ôtez vous en de son chercher,
Vu que rien ne y pouvez conquérir,
Beau seigneur, et retournez vous en.

612(2) Compagnon, ferai un vers convenable,
Et aura y plus de folies que n'y aura de sens.

613(3) Mais à l'heure vois et pense et sens
Que passé ai ce tourment,
Et n'y veux retourner jamais.

614(4) On dit que joie n'est sans amour ;
Mais je n'y trouve que ennui et chagrin.

615(1) Je connais bien celui qui bien me dit,
Et celui qui me veut mal aussi.

616(2) Parce que vers elle ne suis retourné,
Par folie qui m'en retient.

617(3) Mais je suis celui qui en craignant meurs en aimant.

618(4) Quand je vois la belle
Qui me avait coutume accueillir.

619(5) Et donc si je fais ce qui se convient,
Bien m'en doit échoir honneur.

620(6) Et avec les preux de Provence
Qui règnent avec connaissance
Et avec belle domination.

621(1) Tous ceux qui me prient que je chante,
Voudrais qu'en sussent le vrai.

622(2) Mais ceux qui firent bien le plaisir du Seigneur
Héritèrent la terre de promission.

623(3) De vous, dame, que je désire et tiens chère,
Et crains, et flatte parmi les meilleures.

624(4) Ceci que vous dirai ne vous pèse.

625(5) Car sais que j'aime et suis aimé
Par la plus gente que oncques Dieu fit.

626(6) J'écris saluts plus de cent
Que transmets à la plus gente.

627(1) Pour tous nous pécheurs priez
Votre doux fils et votre père
De qui vous êtes fille et mère.

628(2) Et ma dame dont le monde est honoré.

629(3) Bonne dame, où est grande beauté,
Dont parait qu'on soit amoureux.

630(4) Et si j'eusse plus de quoi vous fisse présent
De tout le monde, le ferais, si mien fût.

631(5) De ces mains fut cueilli le bâton
Avec lequel m'occit la plus belle qui jamais fût.

632(6) Car homme de ce dont est forcé
Ne doit être accusé.

633(1) Au roi à qui est Lérida,
Que joie et jeunesse guide.

634(2) Si mal lui en prend, à qui donnerai le tort ?

635(3) Car elle où prix et sens et beauté règne.

636(4) Qu'aimer me fait en perte loyalement
Celle où jamais merci ne trouverai.

637(5) Et ceux à qui déplaît jonglerie,
Et ceux à qui déplaît courtoisie,
Et tous ceux à qui bien faire déplaît.

638(6) Peu n'y viennent à qui ne donne.

639(7) Ces jaloux, avec qui ai pris bataille,
S'ils sont mauvais et grossiers, ne me chaut.

640(1) La plus gente êtes qu'on jamais pût choisir ;
Ou ne vois clair des yeux avec lesquels vous regarde.

641(2) Et moi, hélas ! ne sais que dire.

642(3) Ne sais ce que je dis ni ce que je fais.

643(4) Trouvé avons ce que allons cherchant.

644(5) Et depuis que d'amour plus ne me chaut,
Ne sais d'où ni de quoi chante.

645(1) Seigneur Pelissier, choisissez de trois larrons
Lequel prit pire pour voler menu.

646(2) « Et le dragon resta devant la femme laquelle devait enfanter. »

647(3) « Jean aux sept églises lesquelles sont en Asie. »

648(4) Trouvèrent grande multitude
De pauvre gent qui suivirent tous,
Entre lesquels Alexis fut.

649(5) Et saurons, quand l'aura joué,
Desquels des fils sera la terre.

650(6) Nul homme ne vous voit (qui) ne vous soit ami.

651(1) Car jamais ne vis dame (qui) tant me plût.

652(2) Que n'y a rameau (qui) ne s'entrelace
De belles fleurs et de vert feuillage.

653(3) Alors se doit bien réjouir
(Celui) qui bonne amour sut choisir.

654(4) Que (celui) qui bien sert, bonne récompense attend.

655(5) (Celui) qui en joie sème, plaisir recueille.

656(6) Bien devrais occire
(Celui) qui jamais fit miroir ;
Quand bien me le considère,
N'ai ennemi pire.

657(1) La première loi démontre à (celui) qui a sens et raison.

658(2) Ah ! comme paraît franche et débonnaire
(A celui) qui l'entend parler ou qui son gent corps voit.

659(3) Et que sût des barons
Quel est trompeur et quel lui est fidèle.

660(4) Et si je chante, qui m'ouïra ?

661(1) D'où êtes, et qui venez chercher ?

662(2) Amour, et quel honneur vous est,
Et quel bien vous en peut échoir,
Si tuez celui qu'avez pris ?

663(3) Ah ! quel vous vis, et quel vous vois ?

664(4) Et que vaut vivre sans amour ?

665(5) Amour, que vous est semblant ?
Trouvez-vous fol plus que moi ?

666(6) Tel ôte qui devrait donner ;
Et tel pense dire vrai qui ment ;

667(1) Tel pense autrui tromper
Qui soi-même trompe et reprend :
Et tel se fie au lendemain
Qui nullement ne sait si le il verra.

668(2) De telle suis homme-lige qui n'a pareille
De beauté ni d'éducation.

669(1) Et doit on plus cent ans durer.

670(2) On dit que joie n'est sans amour.

671(3) Qu'on soit indulgent aux bons,
Et aux méchants fier.

672(4) Car plus gent corps ne crois qu'au monde on voye.

673(5) Pour la meilleure qui en est et on admire.

674(6) Celui qui vous aima plus que jamais ne on vit.

675(1) Quiconque croyez bonne amie avoir,
Seulement ce qu'en verrez en croyez.

676(2) Dame, amour a telle nécessité,
Lorsque deux amants enchaîne,
Que le mal qu'ils ont et l'allégresse
Sente chacun à sa manière.

677(3) Que un chacun désire ce que je veux.

678(4) Qu'en elle aimer ont pris émulation
Mon ferme cœur et mon sens,
Que un chacun pense aimer plus fortement.

679(1) Chacuns oisels, en son langage,
Par la fraîcheur du matin,
Vont menant joie de plaisance.

680(2) Et n'y tient muet bec ni gueule
Nul oiseau, mais braille et chante
Chacun
En son us.

681(3) Voudrais que celât et couvrît
Son cœur chacun des amants.

682(4) Chacune créature
Se réjouit par nature.

683(1) Qu'à mon avis, qui en deux lieux s'attache,
Envers chacun est trompeur et traître.

684(2) Aucun voir mon beau penser ne me vaut.

685(3) Et chacun oisel cherche sa compagne.

686(4) Nul homme ne peut bien chanter
Sans aimer.

687(5) Que je vois çà et là
Chacun oisel avec sa compagne
Courtiser.

688(6) « Thomas dit à Charles que, pour aucune chose du monde, ne la
prendrait. »

689(7) Qui mieux furent chevauchés
De nul homme vivant.

690(1) Et marri suis de ce que ne la vois chaque jour.

691(2) À Carduel, une pentecôte
Où chaque an grand peuple s'assemble….
Chaque an, au jour de cette fête.

692(3) Que je vous aime, quelque dommage m'en soit
Destiné et à venir.

693(4) Connaissez donc que mal vous serait,
Si entre tous temps ne trouvais avec vous
Quelque bien fait ou quelque bonne réponse.

694(5) Autre chose n'y a excepté de mourir,
Si aucune joie n'ai en bref.

695(1) Ayez de moi quelque égard.

696(2) Qu'en vous trouvasse quelque pitié.

697(3) Bien en devrais-je avoir
Quelque avenant plaisir,
Vu que les biens et les maux, quels que j'en aie,
Sais souffrir, et ai savoir
De faire tout ce qu'à ma dame plaise.

698(4) Toute autre joie serait petite,
En comparaison que la mienne joie serait grande.

699(5) Nulle autre amour ne me peut faire joyeux,
Si me priaient d'autres dames cinq cents.

700(1) Que je ne suis alègre pour autre,
Ni autre chose ne me fait vivre.

701(2) D'autre guise et d'autre raison
M'avient à chanter que n'ai coutume.

702(3) Qu'aux fautes d'autrui convient qu'on se regarde,
Pour ce qu'on garde soi-même de faillir.

703(4) Car moi plus que les autres reprend.

704(5) Suis plus désireux d'elle qui m'a conquis,
Là où plus regarde les autres, tant elle est généreuse.

705(6) Car nul n'a doctrine
Sans d'autrui discipline.

706(7) Qu'avec celles d'autrui vont apprenant
Engin avec lequel gardent les leurs.

707(1) Et le roi conquiert l'autrui, et le sien défend.

708(2) Ne les puis tous deux tenir,
Vu que l'un l'autre ne consent.

709(3) Les chevaliers ont prix,
Comme l'ouir pouvez :
Les uns sont bons chevaliers,
Les autres bons guerriers ;
Les uns ont prix de servir,
Les autres de gentement équiper ;

710(4) Les unes sont agréables,
Les autres savantes.

711(1) Les uns tient bas et les autres fait valoir.

712(2) Car tous ceux qui prix ont,
Ne l'ont nullement de même manière.

713(3) Transmit en terre le sien fils,
Pour Adam ôter de péril
Et nous autres tous également
Qui sommes ses fils vraîment ;
Et en reçut notre chair mortelle
Par quoi nous autres serons saufs.

714(4) Blacas, ne suis moi nullement de telle façon
Comme vous autres à qui amour ne chaut.

715(1) Vous autres qui le monde oubliez.

716(2) Et si je ne me puis couvrir, qui me sera couvreur ?
Et qui me sera fidèle, si moi-même à moi suis traître ?

717(3) Car même dieu, sans faute,
La fit de sa même beauté.

718(4) Qu'en même la semaine,
Quand je partis de là,
Me dit en raison claire
Que mon chanter lui plaît.

719(5) Telle peur ai qu'à-présent se fâche,
Et moi-même tant crains faillir !

720(1) D'une joie qui me manque
Par ma propre folie.

721(2) Pareillement comme la chandelle
Qui soi-même détruit,
Pour faire clarté à autrui.

722(3) Et sont envers eux-mêmes traîtres
Les riches méchants, pourquoi les en hais.

723(4) Et là même vous sachiez
Avec les sages bien gouverner.

724(5) Dame, si vous plaît, ayez indulgence
De moi qui suis tout au votre pouvoir.

725(1) Alexandre, qui tout le monde avait,
N'emporta rien excepté un drap seulement.

726(2) Oncques je ne l'eus, mais elle m'a
Trestout en son pouvoir amour.

727(3) Ceci savons tous que est vrai.

728(4) Bons sont tous les maux que me donne.

729(5) Car si moi, louant votre gent corps, disais
Ce que par vrai façonner en pourrais,
Sauraient tous de qui suis fidèle amant,
Pour quoi j'en suis de vous louer craintif.

730(6) Bien sus choisir de toutes la meilleure.

731(7) Heureux est celui qu'amour tient joyeux,
Vu qu'amour est chef de trestous autres biens.

732(1) Qui bien plaît à trestoutes gents.

733(2) Bien serais puissant, si me voulussiez honorer,
Avant que du tout m'eussent tué les soupirs.

734(3) Maint mur et mainte tour défaite
Verrons, et mainte tête brisée,
Maint château forcé et conquis.

735(4) Mais ainsi manque-t-on en mainte affaire.

736(5) Fuir enfer et le puant feu ardent
Où maints chétifs vivront tous temps dolents.

737(6) Mal lui feront tous les plusieurs
Qui le verront jouvencel faible.

738(1) « Et plusieurs femmes étaient là. »

739(2) Là verrons maints servants dépecés,
Maints chevaux tués, maints cavaliers navrés.

740(3) « Et comme en deux combats avait tué plusieurs Sarrasins. »

741(4) Par maintes guises m'est donné
Joie et plaisir et agrément.

742(5) Obéissance doit porter
A plusieurs gens qui veut aimer.

743(6) Où eut gens de plusieurs manières.

744(7) « Plaça d'autre part plusieurs reliques à un trou, et aussitôt il le fit
clorre. »

745(8) « Quels et combien furent morts, nul homme ne le pourrait compter. »

746(1) En Limousin où a tiré maint carreau
En tant tour, tant murs, et tant retranchement
Brisé et rebrisé, et effondré tant château ;
Et tant avoir ôté, et donné, et mis ;
Et tant coup donné, et reçu, et pris.

747(2) Et Dieu comment put former
Tant belles façons,
Là où merci ne fût !

748(3) Dame, mon cœur et mon château vous rends,
Et tout quant ai, parce que êtes belle et généreuse.

749(4) Ah ! quantes bonnes chansons
Et quants bons vers aurai fait.

750(1) Une joie d'amour s'est en mon cœur enclose.

751(2) Grand désir ai qu'un baiser
Lui pusse prendre ou voler.

752(3) Qu'une en sais qui est des meilleures
La meilleure qu'oncques Dieu fît.

753(1) Et pigeoneaux, par joie d'été,
Mêlent leur amoureux débat,
Et deux et deux font leur amour.

754(2) Quand deux amants s'accordent d'un vouloir,
Ce que l'un veut doit à l'autre plaire.

755(3) Toute la joie du monde est nôtre,
Dame, si tous deux nous aimons.

756(4) Que tous deux me sont jurés
Et pleigés par serment.

757(5) Que l'un perdit le pied pour deux chapons ;
Et le second fut pendu pour deux deniers.

758(6) Deux jours fûmes sans boire ni manger.

759(1) Qu'amour ne veut rien qui être ne doive ;
Pauvres et riches fait les deux de même rang.

760(2) Et de deux mes bras vous ceigne.

761(3) Que bien peut avoir chevauché
Deux lieues à tout le moins.

762(4) Autant comme peut avec les deux mains.

763(5) Et ne sauront jamais deux ni trois
Quelle est celle qui m'a conquis.

764(6) Mais n'est, de mer en çà,
Ni là où est fleuve Jourdain,
Sarrasin ni Chrétien
Que je ne vainquisse trois ou deux.

765(1) Les trois dames à qui je te présente,
Car elles trois valent bien d'autres cent.

766(2) De ceci me sera mal Pierre Rogiers,
Parce qu'en est inculpé le premier.
Le second Giraud de Borneuil
Qui semble drap sec au soleil.
Le troisième Bernard de Ventadour
Le quatrième de Brive le Limousin….
Sire Guillaume de Rives le cinquième.

767(3) Le cinquième est Gancelm Faidit….
Le sixième Guillaume Adhémar
Qu'oncques ne fut plus mauvais jongleur.

768(1) Le huitième Bernard de Sayssac…
Et le neuvième est sire Rambaud….
Sire Ebles de Sagne le dixième,
A qui oncques d'amour ne vint bien.

769(2) Le onzième est Giraud le Roux
Qui a coutume vivre d'autrui chansons….
Et le douzième sera Folquet
De Marseille un petit marchand.
Et le treizième est mon voisin….
Guillaume de Rives le quinzième….
Avec le seizième en y a assez.

770(3) Maintenez moi le tiers ou le quart
Du désir qui me détruit et m'ard.

771(1) Dans les éléments de la grammaire de la langue romane
avant l'an 1000, j'ai expliqué la formation des verbes romans ;
j'ajouterai à-présent une remarque qui alors eût été prématurée.

Les troisièmes personnes des temps au singulier et au pluriel
étant terminées par un t dans la langue latine, ce t final ne disparut
que tard des mêmes personnes de la langue romane.

On a vu, dans les serments de 842, jurat, conservat, etc.

Lorsque la langue romane eut pris définitivement les formes qui
la caractérisent, on retrancha ce t final ; mais ce fut toutefois la
forme latine qui resta le plus long-temps empreinte dans le nouvel
idiome ; ce t se montra de temps à autre, selon les pays et les
copistes, même dans les poésies des troubadours.

Les actes de 960, et autres titres d'une date postérieure, qui
se trouvent dans les manuscrits de Colbert, offrent plus d'un
exemple de troisièmes personnes qui ont encore ce t final.

Dans le poëme sur Boèce, le copiste semble avoir indifféremment
retranché ou conservé ce t, en écrivant ant ou an, sunt
ou sun.

Las mias musas qui ant perdut lor cant….
Contra felnia sunt fait de gran bontat….
Zo sun bon omne qui an redems lor peccat1.
Poème sur Boece.

(1) Les miennes muses qui ont perdu leur chant….
Contre félonie sont faits de grande bonté….
Ce sont bons hommes qui ont racheté leur péché.

Un poëme sur sainte Foi, imprimé par Catel dans son histoire
des comtes de Tolose, offre plusieurs exemples, et entre autres :

Chi ant la soa majestat….
Qui eront a Conquas presens2.
Poeme sur sainte Foi.

(2) Qui ont la sienne majesté….
Qui étaient à Conques présents.

Je pourrais rapporter ici beaucoup d'exemples, mais je ne les
crois pas nécessaires. Dans le manuscrit de la bibliothèque du Roi
7225, on lit autrement que dans les autres manuscrits :

Li cavalier ant pretz….
Li un sont bon guerrier1.
Arnaud de Marueil : Rasos es.
(1) Les chevaliers ont prix….
Les uns sont bons guerriers.

Les manuscrits 7614 et 7698 offrent aussi dans les poésies de
Pierre d'Auvergne :

Adoncs vuoill novels mots lassar
D'un vers qu'entendant li meillor….
Que lop son tornat li pastor
Que degrant las fedas gardar2.
Pierre d'auvergne : Abans que.
(2) Maintenant veux nouveaux mots enlacer
D'un vers qu'entendent les meilleurs.
Que loups sont devenus les pasteurs
Qui devraient les brebis garder.

Ce t final disparut cependant des écrits en langue romane, mais
il désigna encore long-temps la plupart des troisièmes personnes
de l'ancien idiôme français, ainsi que j'aurai occasion de le faire
remarquer, lorsque j'expliquerai l'origine des formes grammaticales
de la langue française ; il est resté à toutes les troisièmes
personnes du pluriel, et à quelques-unes du singulier.

772(*) Ou For a, as, a, am, atz, an en on.

773* Indication des exemples relatifs aux verbes

tableau aver | estar | esser | infinitif | présent | part. prés. | avent | estans | essent | gérondif | part. passé | agut | estat | indicatif | ai | estai | soi | as | est | a | esta | es | avem | em | avetz | etz | an | etan | son | imparfait | avia | era | estava | aviatz | eratz | avian | estavan | eran | parf. simple | agui | fui | aguest | ac | estet | fon | aguem | estem | fom | foron | parf. comp. | ai estat | futur. | aurai | estarai | serai | auras | seras | aura | sera | aurem | estarem | serem | auretz | seretz | auran | seran

(*) Aic p. 253. (*) Estau p. 278. (*) Sui p. 130.

(**) Eron 264

(***) Fo 259

tableau conditionnel | auria | fora | estaria | foram | foratz | aurian | foren | impératif | sias | esta | sia | aiam | ayatz | siatz | sion | subjonctif. | présent | aia | estia | aya | estiam | siam | aion | sian | imparfait | agues | fos | fosses | fossem | aguessetz | estessetz | fossetz | acson | fosson | second conditionnel | agra | seria | esteram | agron

(*) Sien, p. 113

774(1) Que perdu ai prix et valeur.

775(2) On lit non aurei, je n'aurai, dans un titre de 1015. Pr. de
l'Histoire de Languedoc, t. II, col. 170.

776(3) Un titre de 1034 offre non aure, je n'aurai. Pr. de l'Hist.
de Languedoc, t. II, col. 192.

777(4) Dame, long temps a que je pense.

778(5) « Pourtant trois semaines a que nous sommes ici. »

779(6) Bien a cinq ans qu'onc d'un vouloir ne se mut.

780(1) « Car lui-même étant la quatrième bête auparavant décrite par Daniel. »

781(2) « Étant trop tendre et faible ne put obtenir. »

782(3) Puisque ainsi suis inculpé,
Quand je fais bas mots ou les faits.

783(4) Pour ce sens suis je sourd.

784(1) Mais quand il peut arriver
Que je vous vois, dame, et vous regarde,
Suis ainsi que plus rien ne je sens.

785(2) Je suis enchanté, de manière que le coup, que te donne,
Ne peut ton casque entamer.

786(3) Comtesse, je suis sainte Foi.

787(4) Mais suis vôtre beaucoup mieux que ne vous sais dire.

788(5) Et toi, seigneur d'humilité,
Tu es fort haut et moi très bas.

789(6) Qui vous appelait peureux,
Semblerait que vrai ne fût ;
Car êtes grand et jeune et roux.

790(1) Car es lâche et sembles bon.

791(2) Que si ne sommes amis tous deux,
D'autre amour ne m'est semblant
Que jamais mon cœur s'éclaire.

792(3) Et quand sommes au nouveau temps clair.

793(4) Vois que sommes ici venus.

794(5) O filles de Jérusalem,
De Nazareth, de Bethléem,
Vierges chastes et épousées,
Qui de Dieu êtes amoureuses.

795(1) Et crie : Qui êtes barons
Qui de telle heure vous combattez ?
Puisque ne vous puis voir, répondez.

796(2) Je sais qui tu es.

797(3) Et veux savoir, le mien bel ami gentil,
Pourquoi me êtes tant cruel et tant sauvage.

798(4) Tous temps serai tourtereau sans compagne.

799(1) Comme plus la prie, plus m'est dure ;
Mais si en bref ne se améliore,
Venu serai au partement.

800(2) Ferai un vers de juste rien ;
Ne sera de moi ni d'autre gent,
Ne sera d'amour ni de vaillance.

801(3) Car ne est, ni sera, ni fut
Plus gente d'aucune loi.

802(4) Mais ne lui sera, selon mon avis,
Après moi, nul ami autant certain.

803(1) Mais une chose sera, si vous me trompez ;
Mien sera le dommage, et vôtre sera le péché.

804(2) Hélas ! qu'en sera, si ne me secourt ?

805(3) Avec vous suis où que je sois.

806(4) C'est pourquoi je suis en bon espoir.

807(1) Les verbes en ir, qui ont leur parfait simple de l'indicatif
en gui, gardent gu en quelques autres temps et modes, comme le
font les verbes en er, qui ont aussi leur parfait simple en gui.

808(1) Ou Amar ion.

809(2) Ou Amer ion.

810(3) Ou Am essan.

811(1) Des verbes en er subissent une contraction : vez er fait vi, vim ; d'autres sont parfois
modifiés intérieurement : prend re fait pre s i em,etz, etc. ; tem er peut faire tem si, etc.

812(2) Iren, iron.

813(1) Souvent, et sur-tout dans les verbes en er et re, la langue romane employe
le présent du subjonctif pour l'impératif : Sapchatz, p. 146 ; vulhatz,
p. 339, etc. etc., forme qui vient du latin.

814(*) Des verbes ont ce présent en ia, ias, ia, iam, iatz, ian-ion.

815(*) Exemples des verbes des trois conjugaisons en
AR | ER ou RE | IR ou IRE.

tableau infinitif | présent | am ar | tem er | part ir | part. prés. | don ant | tem ens | gérondif. | am an | tem en | durm en | part. passé. | am at | tem ut | part it | indicatif | am | tem | part | laiss as | | am a | ten | am am | sab em | part em | endur atz | ten etz | part etz | preg an | paiss on | ven on | imparfait | trob ava | viv ia | sufr ia | ias | preg ava | ten ia | ven ia | deliur avatz | fas iatz | an a van | combat ian | auz ian | parf. simple | am ei | v i | jauz i | desir iest | v ist | mor ist | am et | nasqu et | part i | prez em | auz im | fez etz | sofr itz | am eron | crez eron | auz iron | parf. comp. | ai pensat | ai vist | futur | amar ai | decebr ai | dir ai | amar as | sabr as | ir as | anar a | veir a | dir a | vedar em | sabr em | ir em | etz | auzir etz | dar an | veyr an | ir an

(*) Am on p. 220. Am en p. 143

(*) Part i p. 199

(**) Cost avon p. 136. Laud aven p. 357.

tableau conditionnel | amar ia | rendr ia | poir ia | cossentr ia | volr iam | impératif | retorn a | guart | albergu em | dig am | am atz | rend etz | aui atz | subjonctif | prés. | auz e | jass a | part a | vir es | teng as | dig as | intr e | aprend a | sueffr a | guard em | am etz | entend atz | pregu en | fass on | dig on | imparf. | am es | plagu es | part is | delivr esses | cel es | pogu es | dorm is | volgu essetz | soffr issetz | coit esson | vez esson | second conditionnel | volgr a | torn era | degr a | degr atz | sembl eran | degr an

(*) Auc ia p. 211.

816(*) tableau infin. présent | esser occaizonatz | esser fach | indic. présent | es honratz | son fachas | imparf. | era pausatz | era elegit | parfait | fo culhitz | foron cavalguatz | pl.-q.-parf. | futur. | er adolzatz | er servitz | cond. présent | impératif | subj. présent | sia destinatz | sian fachas | imparfait | fos saubutz | fos visa

817(1) Estout est se de lui éloigné.
Me sui donat p. 210. Son remazut p. 216.

818(1) Voyez : tableau far | faire | querer | querre | dir | dire

819(2) Bien sachez, si je tant ne l'aimasse,
Que jamais ne saurais faire vers ni sons.

820(3) Dame, que croyez faire
De moi qui vous aime tant ?

821(1) Entreprenne de çà les Maures conquérir.

822(2) De conquérir pur prix entier
Aurais je volonté et désir.

823(3) Ni vers où le pourrai suivre.

824(4) De bien aimer sais suivre le droit chemin.

825(5) Sait plus qui veut ses dits suivre
Que Salomon ni Marculfe.

826(6) De Sire Blacas ne m'ôte ni me détourne,
Ni de son prix élever ;
Vu que tant ne puis de bien dire
Que toujours plus n'y trouve à dire.

827(1) Les écrits des Vaudois qui remontent à l'an 1100, offrent
de ces terminaisons d'infinitifs, qui ne sont plus dans les écrits
postérieurs.

La ley velha comanda combater li enemi e render mal per mal,
Ma la novella di : non te volhas venjar*.
La nobla Leyçon.
(*) La loi vieille commande combattre les ennemis et rendre mal pour mal,
Mais la nouvelle dit : ne te veuille venger.

828(1) Tous les participes présents dont la terminaison fut toujours
ant ou ent, restèrent, comme adjectifs verbaux, soumis aux
règles générales de l's final, qui étaient imposées aux adjectifs
ordinaires ; on peut en remarquer diverses preuves dans les citations
que j'ai déjà faites.

tableau sing. suj. | benestans | conoissens | doptans | jauzenz | parlans | plazens | perdonans | temens | presans | valens | sing. rég. | agradan | plazen | viven | plur. suj.

829(1) An ou en fut la terminaison caractéristique de tous les
gérondifs, qui, par leur nature, restèrent indéclinables. En voici
des exemples :

tableau an. | aman | en aprenden | bayzan | disen | cantan | durmen | menan | entenden | merceyan | queren | pensan | rizen | reptan | seguen | sejornan | temen

830(1) Il serait inutile de donner ici des exemples de ces participes
passés qui sont formés d'après l'analogie rigoureuse. Je me
borne à indiquer les participes qui se trouvent dans les précédentes
citations :

tableau at. | sing. suj. | acabatz | honratz | adolzatz | inculpatz | adoratz | iratz | alegratz | juratz | amatz | lauzatz | datz | moilleratz | donatz | occaisonatz | enamoratz | pauzatz | encantatz | renovellatz | forsatz | tardatz. | sing. rég. | auzat | nafrat | forsat | pensat | plur. suj. | acabat | perdonat | jurat | tornat | plur. rég. | mandatz | nafratz | visitatz | ut. | perdut | perduda | it. | auzit | issitz

831(1) Voici les exemples qui se rencontrent dans les citations
précédentes :

tableau at. | nat | aus. | enclaus | enclausa | ert. | cubert | ort. | mort | morta

832(1) La langue romane a aussi le participe régulier irascut :

Sion entre lor irascut*
Bertrand de Born : Lo coms m'a.
(*) Soient entre eux irrités.

833(1) Les citations précédentes offrent les exemples suivants :

tableau es. | conques | mes | messa | pres | presa | it. | destruit | elegit | faillit | forbitz | plevitz | ist. | vist | ut. | endevengut | estendut | fondut | pendutz | saubut | remazut | vencut | vengut | volgut

834(2) Tolt p. 256. Tout p. 223. Touta p. 185.

835(1) On a vu précédemment adolzatz, p. 139.

836(2) Il suffira de citer quelques exemples répandus dans les
précédentes citations : je rapporterai, comme dans l'une des notes
précédentes, les exemples masculins et féminins.

tableau destruit | escritz | escrichas | ditas | dichas | fach | fait | faichas | fachas | forfait | fraich | refrait | fraicha | desfraicha | joinhs

837(1) Voyez : tableau conques | conquis | elet | elegit

Que tot lo mon vos avia elegut*.
Bertrand de Born : Mon chan.
(*) Que tout le monde vous avait élu.

838(1) tableau ada | sing. | donada | prezada | forsjutjada | sanada | plur. | enamoradas | nombradas | espozadas | tornadas | ida. | abellida | auzida | uda. | perduda

839(2) Aimée vous ai plus qu'Andrieux la reine.

840(3) Ne soyez aucunement éperdue :
Jamais par moi ne sera sue
L'amour, bien soyez assurée.

841(4) Qu'une en veux et en ai voulue.

842(1) Dame gracieuse,
Chacan loue et crie
Votre valeur
Qui est charmante….
Car, pour plus gente,
Vous ai choisie
De prix accomplie.

843(2) tableau chanti | trembli | parti | auze | azire | remembre

844(3) Et je laisse plus à G. Pierre devant dit.

845(1) Je nage contre le vent.

846(2) Pense, et repense, et puis soupire,
Et puis me lève en m'asseyant ;
Après retourne moi en m'étendant,
Et couche moi sur le bras droit,
Et puis me tourne an gauche ;
Découvre moi subitement,
Puis me recouvre bellement

847(3) De tous chétifs suis je celui qui plus
Ai grand douleur et souffre grief tourment.

848(1) Dei p. 185.
Sai 114, 116, 123, 132, 138, etc. etc.

Je ne rapporte pas des exemples tels que crei, qui vient de creire
d'après la règle ordinaire, etc.

849(2) Pour cela dois être en bon espoir.

850(3) Et plus de bien que je ne vous sais retracer.

851(4) Savoir te le ferai, si le sais.

852(5) tableau aten d re | chan t ar | deman d ar | esgar d ar | man d ar | pren d re | presen t ar | reblan d ir | ren d re

853(1) Cre p. 174, 175. Mescre p. 180. Recre p. 130, 175, 187.

854(2) Dieu en loue et saint Julien.

855(3) Du roi d'Aragon je considère
Que maintes gens l'entends louer.

856(4) Cug p. 175, 180. Aug p. 147. Aus p. 157, 181.

857(5) Prec p. 164, 184, 190, 226, 277. Joc p. 183.

858(1) Fauc p. 232, 338.

859(2) Et je vais m'en là à celui
Où tous pécheurs trouvent fin.

860(3) tableau dic | aussisc | conosc

861(4) Le roi de qui je tiens ma dignité.

862(5) Ores ne puis plus souffrir le faix.

863(6) Ores finis mon ne sais quoi est.

864(7) Ainsi j'abandonne joie et amusement,

865(8) Fas p. 164, 174, 197, 210. Fatz p. 273.

866(1) tableau muer | muor | puesc | posc | suelh | truep | tuelh | vuelh | vueill | voill | vuoill

867(2) Et je suis vous, parce que m'est tant bon.
Quand je considère votre façon.

868(1) Pourquoi je vous demande de maintenant,
Si vous plaît, votre possession.

869(2) Vire p. 125.

870(3) Et maintenant il souffre qu'Espagne se va perdant.

871(4) Vai p. 125. Plai p. 167, 176, 199.
Desplay 167. Eschai 178.

872(1) tableau art | d'ar d re | gart | de | gar d ar | pert | per d re | sec | se g re | prec | pre g ar

873(2) tableau aten d re | enten d re | espan d ir | chan t ar | repren d re | respon d re | men t ir | sobrepren d re | sen t ir

874(3) Ve p. 161, 237, 239, . Au p. 239.

875(4) tableau dis | ditz | faz | notz | platz

876(5) Puesc p. 185. Cuelh p. 238.

877(6) Qu'autre ne me plaît, et elle me désaccueille.

878(7) Que je mourrai si avec soi ne m'accueille.

879(8) Fier p. 224. Quier p. 245. Conquier p. 249.

880(9) Veut qu'on la serve et rien ne récompense.

881(1) tableau abellis | afortis | enfoletis | reverdezis

882(2) Car vous il aime de si bon cœur,
Que en désirant il languit et meurt.

883(3) Celui qui pour vous languit et meurt.

884(4) Bien finit qui mal commence.

885(5) Et le doux parler qui m'afolle le sens.

886(6) Et vois qu'amour partage et choisit.

887(7) Pour une promesse agréable
Dont me surgit peine et effroi.

888(1) Creis p. 149, 195. Nais p. 151.

889(2) M'en naît orgueil et me croît indulgence.

890(3) Sofraing p. 252. Taing p. 163, 168, 178, 184, 248.

891(4) Tant fortement me presse et me vainc
Votre amour qui m'est agréable.

892(5) Jeune doit faire guerre et chevalerie ;
Et quand sera vieux, convient bien qu'en paix soit.

893(1) Amici p. 155.

894(2) Pogiest p. 199. Desiriest p. 200.

895(3) Que onc chose ne aimai tant.

896(4) Fis p. 161. Dis p. 173.

897(5) Et oncques ne vis plus belle, à mon escient.

898(6) Mais que leur dis tel latin.

899(7) Si me retins je tant de convention.

900(1) Me tins avec vous à loi de vassal bon….
En la bataille à vous vins en tel temps
Que vous frappaient par la poitrine et par le menton, …
Puis vins avec vons guerroyer en bande.

901(1) Car plus j'en suis charmée
Que ne fit Floris de Blanchefleur.

902(2) Celui qui fit l'air et ciel, terre et mer.

903(1) Anec p. 165. Donec p. 185. Fendec p. 165. Pausec p. 255.

904(2) Partic p. 165.

905(3) tableau tenrai | de | tener | mantenrai | mantener | partrai | partir | volrai | voler

906(4) Sabran de saber 260. Valra de valer 178.

907(5) Quoique ne m'aimiez, tous temps vous aimerai.

908(1) Et si ne vous plaît mon avancement et mon profit,
Voudrai m'en mal, dame, et aimerai vous.

909(2) « Et quant recouvré l'auront, tourner le ont en son pouvoir par foi et
sans tromperie. »

910(3) Et si lui plaît, auberger moi a.

911(4) Et puisque mon désir je n'ose dire à cachette,
Prier vous ai, si en ose, en ma chanson.

912(5) Et si à vous plaît qu'en autre part me tourne.
Otez de vous la beauté et le gent rire,
Et le doux parler qui m'afolle mon sens ;
Puis séparer me ai de vous, à mon escient.

913(1) Aimerai-je ? oui ; si lui plaît et lui est gent ;
Et si ne lui plaît, aimer la ai également.

914(2) Puisque tant secrète êtes de moi,
Dire vous ai mon secret avis.

915(3) Et dire vous ai pourquoi.

916(4) Puisque sais qu'avec elle ai à guérir.

917(5) A l'avènement duquel tons ont à ressusciter.

918(6) Et si pour moi ne vous vainc
Merci et préférence,
Crains que me sera à mourir.

919(1) tableau sapcha | sapchatz | sapchon

920(2) Combatessan p. 194. Endreycesan p. 113. Paguesan p. 113.

921(3) Mais que me plairait que fissent accord
Des rois qui ont guerre et brouillerie,
Tellement qu'outre mer passassent cet autre an.

922(1) Tant comme les chevaux peuvent aller.

923(2) Ici es entré ; que vas cherchant ?

924(3) Qui qui reste, j'irai voulant.

925(4) Tu t'en iras au léopard.

926(5) Que jamais n'ira sans bataille.

927(6) « Vous irez ainsi avec le seigneur Pape. »

928(1) C'est pourquoi en iront trèstous à damnation.

929(2) Que vous irais contant.

930(3) Chanson, tu m'iras outre mer ;
Et, par dieu, va moi à ma dame dire
Que n'est jour que je ne soupire.

931(4) Beau Papiol, vers Savoie
Tiens ton chemin, et va de bric et de broc.

932(5) Chansonette, va de course
A ma dame dire que te retienne,
Puisque me retenir ne daigne.

933(1) Messager, va-t-en, en chemin facile,
A mon pélerin, là vers Viane ;
Et dis lui.

934(2) Ores est bien juste, puisque j'en ai dit blâme.
Que lebien qu'ils font loue et aille disant.

935(3) Ni d'autre part n'aillent entendant
Que ceci je dise par crainte d'eux.

936(4) Souvent la vais, entre les meilleurs, blâmant.

937(1) Ils vont disant qu'amour tourne en travers….
La plus gente j'aime, jamais n'y allez doutant.

938(2) De tout bon prix vous allez améliorant.

939(3) tableau va li transmettre | va li respondre | va lor dir | | va li dir | va lur dir

940(4) Qu'il va tirer les attaques contre son seigneur.

941(5) « Quand l'eut assez écoutée, il lui va dire que mal cela disait. »

942(6) « Charles alla dire à Helias que dît tout ce qu'il voudrait, et Helias va
commencer ses paroles. »

943(1) De cette amour je suis chagrin,
Veillant, et puis songeant, dormant.

944(2) Mais de ce que j'ai appris,
Demandant et oyant,
Écoutant et voyant.

945(3) Tant attendrai aimant,
Jusqu'à ce que mourrai implorant merci,
Puisqu'elle veut qu'ainsi soit.

946(4) Aimant vis et aimant mourrai.

947(5) En pleurant serai chanteur.

948(1) En chantant, m'avient à remémorer
Ce que je crois chantant oublier.

949(2) Me veux en chantant esbaudir.

950(3) Souvent m'avient, la nuit quand suis couché,
Que suis avec vous, par semblant, en dormant.

951(4) Au paraissant des fleurs.

952(5) Et si je en aimer me méprends.

953(6) En plaire et en vouloir
Est l'amour de deux purs amants.

954(1) Des oisels qui entrent en aimer.

955(2) Pour quelle raison avez sens tant vénal
En maintes affaires qui ne vous tournent à profit,
Et en trouver avez savoir et sens ?

956(3) Les vaillants faits que au commencement prîmes à faire.

957(4) Pour quoi enseignerai à aimer
Les autres bons galants.

958(5) Car de là meut courtoisie et plaisir,
Instruction et franchise et retenue,
Et volonté d'aimer et effort de servir.

959(6) tableau per aucire | per aver | per emblar | per far | per gandir | per soffrir

960(1) Car au sage convient
Qu'il s'aille présentement reculant,
Pour mieux sauter en avant.

961(2) tableau aven | cal | taing | cove | endevenc | play

962(3) Répondez moi : Par quelle raison
Reste que n'avez chanté ?

963(4) Si eûmes peur, ne vous le chaut demander.

964(5) Jeune doit faire guerre et chevalerie,
Et, quand il sera vieux, convient bien qu'en paix reste.

965(1) Que, si nous fussions loyaux,
Tournerait à nous à honneur grand.

966(2) « Nous convient que soyons sagement, et que nous gardions que ne
nous puissent décevoir. »

967(3) Et si (vous) me départez un jeu d'amour,
(Je) ne suis tant fol
Que (je) ne sache trier le meilleur
Entre les mauvais.

968(1) Aussitôt lui dit : Non craindre, Marie ;
Car le saint esprit est en ta compagnie.

969(1) La belle que n'ose prier,
Tant crains faillir à son vouloir !
Pourquoi j'en plains et en soupire :
Ah ! amour, ne me tuer.

970(2) Peirols, comment avez tant été
Que ne fites vers ni chanson ?
Répondez moi : Par quelle raison
Reste que n'avez chanté ?

971(1) Pour quoi prix, et courtoisie,
Et plaisir tourne en non chaloir.

972(2) Le beau doux temps me plaît.
Et la gaie saison
Et le chant des oiselets.

973(3) Dieu sauve vous, en qui est placé
Ma joie, mon contentement et mon rire !

974(4) Par le bon commencement
Me vient joie et alégresse-

975(1) Tels y a qui ont plus d'orgueil,
Quand grande joie et grand bien leur vient.

976(2) Amour blâment, par non savoir,
Folle gent, mais à lui n'est dommage.

977(3) Et puis le roi, avec ses barons,
Montent, et leurs épées ceignent.

978(4) Je le dis pour enseignement
Au roi Jean, que perd sa gent
Vû que ne leur aide près ni loin.

979(1) tableau sai que… | crei que… | afermi que… | sabem que… | conoscatz que… | es vers que…

980(2) Et sais que fais faute,
Parce que n'aime par mesure.

981(3) Et connais bien que ai dit grande folie.

982(4) Ains vois que toujours croît ma douleur.

983(5) Mais ceci ne vous est bien
Que me fassiez tout jour maltraiter.

984(1) Mais coutume est que fol tous temps folâtre.

985(2) tableau prec que | prezicon que | taing que | preiatz qu'ieu | soffrissetz que | maritz soi que | ai paor que | li plai que | endevenir que

986(3) Par merci vous prie que vous plaise
Que je vous aime sans cœur changeant ;
Ne veuillez que je déchoie.

987(4) Mieux que je ne dis, vous prie que m'entendiez.

988(5) Et celui qui de moi l'apprendra
Garde soi que rien ne me change.

989(6) Aubergeons le tout simplement et gentement,
Vû que bien est muet.

990(1) Ni contre moi mauvais conseil ne croie,
Vû que je suis son homme-lige où que je sois.

991(2) Tristan, aucunement n'aurez de moi,
Vu que je m'en vais marri, ne sais où.

992(3) Mari, qui mari fait souffrant,
Doit tâter de telle saveur,
Vû que cher doit acheter qui cher vend.

993(4) Regardez si je l'aime sans tout cœur tricheur,
Vû qu'au monde n'ai tant mortel ennemi,
Si je lui en ouis bien dire, que ne l'en aie pour seigneur.

994(5) Et si un fol lui dit mal par folie,
Aucunement pour ceci n'y se tienne pour blâmé ;
Au contraire s'en doit tenir pour bien loué,
Vû que blâme est du fou au preux louange.

995(1) Bien sachez que, si tant ne l'aimasse,
Jamais ne saurais faire vers ni sons.

996(2) Ne pense que dise que oneques ouïtes
Meilleurs mots trouvés loin ni près.

997(3) Tous ceux qui me prient que je chante,
Voudrais qu'en sussent le vrai.

998(4) Ne resterai que mon chanter ne répande.

999(5) Mieux serait que fusses champion.

1000(6) Bien voudrais que ma dame sût
Mon cœur, ainsi comme je le sais.

1001(7) Ni ne semble que soit cordial ami.

1002(1) Mais crains d'elle que m'ait pour orgueilleux.

1003(2) Et ne veux que soit agréé
Mon sirvente parmi les lâches non vaillants,
Pauvres de cœur et d'avoir puissants.

1004(3) Sachez que grand désir en aurais
Que vous tinsse en lieu de mari.

1005(4) L'empereur voudrais qu'eût la croix prise,
Et qu'à son fils l'empire restât.

1006(1) Adv. « De Capitone post viderimus. »
Cic. pro Sex. Rosc. Amer. 30.

Prép.Postque brevem rescribe moram.
Ovid. De Arte amandi, III v. 473.

Conj. Tum, postquam ad te venit, mensis agitur hic jam septimus.
Ter. Hec. act. III, sc. 3, v. 34.

1007(1) « Avec Lothaire nul traité ne oncques prendrai. »

1008(2) Elle avec Boece parla tant doucement.

1009(3) Avec vous suis où que je sois ;
La nuit et le jour avec vous courtise.

1010(4) Que la meilleure est, et avec plus de beauté,
Qu'autre dame ; et est avec droit jugé.

1011(1) Qu'été ai en tel chagrin,
Qu'avec peu ne m'ont tué les soupirs.

1012(2) Que si la mère le savait, battrait le avec bâton.

1013(3) Là à Millau, où accoutumait tenir,
Que le comte lui ôte sans droit, et avec grand tort,
Et Marseille lui ôte avec grand mépris.

1014(4) Qu'assez vaut plus mourir, à mon avis,
Que tous temps vivre avec peine et avec chagrin.

1015(5) Avec peines sans dire oui et non.

1016(6) « Avec l'aide de Dieu. »

1017(7) « Et là trouvèrent leur frère Thomas et l'archevêque Turpin avec eux. »

1018(1) Ce changement d'ips en eps oues est très-ordinaire ; s'il
fallait en donner des preuves matérielles, je citerais ces vers du
poëme sur Boece, où eps est évidemment le même que ips :

Eps li satan son en so mandamen….
Ne eps li omne qui sun ultra la mar….
E la mors a epsament mala fe *.
Poeme sur Boece.
(*) Même les satans sont en son obéissance….
Ni même les hommes qui sont outre la mer.
Et la mort a mêmement mauvaise foi.

1019(1) Depuis le temps de Rolland
Ni là auparavant,
Ne fut jamais tant preux
Ni tant guerroyant.

1020(2) Le manuscrit du Vatican 3794 porte, au lieu de desse que,
le synonyme quant :

Quant aqui serem vengut.

1021(3) Dès que serons venus.

1022(4) Au temps du premier père,
Dès que augmentèrent les gens.

1023(5) Si je savais avoir guerdon
De chanson, si la faisais,
A l'instant la commencerais
Gentille de mots et de son.

1024(1) Son homme cautionné et juré
Serai toujours, si à elle plaît.

1025(2) Que tant ne vais, ni çà ni là,
Que toujours ne me tienne en son frein.

1026(3) Et en enfer en alla à l'instant,
Pour nous sauver, vraie merci.

1027(4) Et qui le bon roi Richard, qui veut que je chante.
Blâma pour ce que ne passa à l'instant,
Maintenant l'en dément, si que chacun cela voit
Qu'arrière tira pour mieux saillir avant.

1028(5) Pour quoi ne veux un jour
Vivre découragé,
Vû que, même quand suis triste.
Je chante et me récrée.

1029(1) Mais ce que ôter ne me pouvez,
Oter ne me pouvez que ne vous aime,
Même si moi et vous le voudrions,
Vû que ne me le consentirait amour.

1030(2) Sens ne fut aucunement, au contraire fut grande folie.

1031(3) Au contraire m'est rétive et farouche,
Où je plus lui crie merci.

1032(4) Ad tunc nos… Ad tunc ipse.
Plaid
de 842. Pr. de l'Hist. de Langued. t. I, p. 99.

1033(5) Et alors il appelle la mort tant doucement.

1034(1) Alors était même langage entre toute la gent.

1035(2) Et quand le bois reverdit,
Naît fraîche et verte la feuille ;
Alors je reverdis
De joie, et fleuris comme sureau.

1036(3) Lorsque vois les arbres fleurir,
Et ouis le rossignol chanter,
Alors se doit bien réjouir
Qui bonne amour sut choisir.

1037(4) Quand je la crois présentement entraîner pour amie,
Alors la trouve plus sanvage et pire ;
Donc bien est fol tout homme qui en elles se fie.

1038(1) Raison et mandement
Ai, de celle où m'adresse,
De faire gaie chanson ;
Donc, puisqu'elle m'en semond,
Bien convient dorénavant
Que je me réjouisse en chantant.

1039(2) « Et si a proposito suo aliorsum digressi fuerint, per abbatem Anianensis
monasterii corrigantur. »
Titre de 819. Pr. de l'Hist. du Langnedoc, t. I, col. 52.

1040(3) Mais force d'amour me retient
Qui ne me laisse tourner ailleurs.

1041(4) Perdre ne me peut pour ce que j'aime ailleurs….
Qu'ai fait semblant qu'ailleurs m'étais tourné.

1042(1) Pour ce si me suis aucunes fois forcé.

1043(2) Et si en ai été quelquefois lent,
Non m'en doit on accuser.

1044(3) Et le voile se fendit
Au temple, d'en bas jusqu'en haut.

1045(4) Tournent ce qui est au haut dessous.

1046(5) Jusqu'à ce que en aie mis toi à bas.

1047(6) Et va courant du haut en bas.

1048(1) « De cette heure en avant. »

1049(2) Autre loi d'ici en avant ne doivent plus avoir.

1050(3) Et tourne arrière, quand crois aller en avant.

1051(4) Que médisants et tricheurs
Portassent une corne au front au devant.

1052(5) « De cette heure en avant. »

1053(6) Qu'avant nous prieraient que nous elles.

1054(1) Mais ores crois ce que jadis ne croyais.

1055(2) Le mal d'amour qu'avais jadis.

1056(3) Pour que je tourne dorénavant.

1057(4) Qui font, par folle idée,
Avant du péché, pénitence.

1058(5) Va, Papiol, et ne sois lent,
A Trasinhac où sois avant la fête.

1059(6) Devant son visage nul homme ne se peut celer.

1060(7) Glorieux Dieu, par ta merci,
Lève ta face devant moi

1061(1) Son homme cautionné et juré
Serai toujours, si à elle plaît,
Préférablement à tous autres seigneurs.

1062(2) Qui vit oncques mais pénitence
Faire avant le péché ?

1063(3) Si dame Alazais
Me priait tout an, serait lasse
Avant que m'eût conquis pour amant.

1064(4) Avant que les blancs sommets soient verds.

1065(5) « Avant que tirassent arrière les chevaux. »

1066(6) Que plutôt veux que pris me teniez.
Dame, que si me délivriez.

1067(1) Que je rien ne vois, ni sais où suis ;
Mais prends le mauvais et laisse le bon
.

1068(2) Mais ceci n'est hardiesse,
Ains est folie et non sens.

1069(3) Que ont mis derrière ce qui allait devant

1070(4) Beaucoup fort blâmait Boece ses amis
Qui le louaient derrière aux jours anciens.

1071(1) Me mandes arrière tourner.

1072(2) Et tourne arrière, quand crois aller en avant.

1073(3) Et une femme vient derrière.

1074(4) Et est soi derrière un pilier mis,
Et resta là appuyé.

1075(5) Et à l'instant un nain sortit
Qui était derrière un buisson.

1076(6) Vû que tant sont nos terres loin ;
Assez y a pas et chemins.

1077(7) Et souvînt lui qu'assez demande qui se plaint.

1078(1) Comte d'Urgel, assez avez froment
Et avoine, et bons châteaux, avec tours.

1079(2) Après qu'ont assez raillé et ri.

1080(3) Le notre roi assez a de pouvoir.

1081(4) Et apprenez autre métier,
Vû que celui-là avez assez tenu.

1082(5) Car où plus la louerais,
De l'éloge seul qui en resterait,
Cent dames en auraient assez.

1083(6) Du pape sais qu'il donnera largement
Assez d'indulgences, et peu de son argent.

1084(1) Si je trouvasse plaisir à vendre,
Et eusse assez de payer,
Bien me pourraient reprendre,
Si je ne l'allasse acheter.

1085(2) Jamais ne m'ait cœur félon ni sauvage,
Et contre moi mauvais conseil ne croie.

1086(3) Comme la fleur qu'on rapporte
Qui toutes heures va
Contre le soleil tournant.

1087(4) Si veut que me laisse d'elle, ôte moi le sens,
Et le cœur et les yeux ; et puis séparerai m'en,
Si peux ; si non, fasse en elle son semblant,
Vû que envers elle n'ai force ni adresse.

1088(1) Qu'également tremble de peur
Comme fait la feuille contre le vent.

1089(2) Si tous les deuils et les pleurs et les tristesses….
Fussent ensemble, sembleraient tous légers
En comparaison de la mort du vaillant roi anglais.

1090(3) Et vis en bas une aubépine,
A l'encontre du premier rayon du soleil.

1091(4) Jamais mon chanter ne me sera honneur
En comparaison de la grande joie qu'ai conquise.

1092(5) Qu'à-présent amour m'a condamné, ne sais comment.

1093(1) Me montre que je considère
Comme d'elle me souvienne.

1094(2) Quand votre beauté admire
Fraîche comme rose en mai.

1095(3) Que vous et moi en fîtes par tous louer,
Vous comme seigneur, et moi comme bachelier.

1096(4) Dame, long-temps a que je considère
Comment vous disse ou vous fisse dire
Ma pensée et mon désir.

1097(5) Comment osons donc cette mort attendre ?

1098(6) Au siècle montrerai
Comment se doit gouverner
Qui veut bonne louange avoir.

1099(1) « Comme en ce parchemin est écrit et on lire y le peut. »

1100(2) Ainsi comme les poissons ont en l'eau leur vie.

1101(3) Et fîtes la terre, et le tonnerre,
Et tout quant est et oncques fut,
D'un seul signe, et le soleil, et le ciel.

1102(4) Dame, qui en bon prix se connaît,
Doit bien placer son consentement
En un preux chevalier vaillant.

1103(5) Ne pense qu'en Rome homme de son savoir fût.

1104(1) Jamais n'est besoin que feu y soit allumé ;
Voir de là peut l'on par quarante cités.

1105(2) Je m'en irai en exil.

1106(3) Tant l'aime par pure amour,
Que maintes fois en pleure.

1107(4) Dame, faire en pouvez à votre guise.

1108(5) Et sa beauté est entre les plus gentes
Plus gente, ainsi comme entre feuilles fleur.

1109(1) Entre les non savants et les fols
Sait choisir les sensés.

1110(2) Que jusqu'à la fin du monde serait tonjours avec eux.

1111(3) « De Savardie jusques à Justared. »

1112(4) Et écorchèrent moi du chef
Jusqu'au talon.

1113(5) Et si ainsi perd ses droits, tandis que est jouvencel,
Là quand sera vieux, en sera honteux.

1114(6) Que le cœur me dit que je ne chante plus.
Et amour ne veut que m'en laisse,
Pendant qu'au siècle serai vif.

1115(7) « Tandis qu'ils étaient en ce parlement. »

1116(8) « Tandis que Thomas élevait le corps de Jésus Christ à la messe. »

1117(1) Le meilleur ami que j'ai
Vous mande en ôtage,
Jusqu'à ce que je retourne de çà.

1118(2) « En aide leur en seront… jusqu'à ce que recouvré l'auront. »

1119(3) Et ne sait rien, jusqu'à ce que s'est pris à l'hameçon.

1120(4) Me dit que tant tonne jusqu'à ce qu'il pleut.

1121(5) Que la goutte d'eau, quand tombe,
Frappe en un lieu tant souvent,
Jusqu'à ce que creuse la pierre dure.

1122(6) Verrons à l'entrer de la bataille,
Grand chose vassaux ensemble frapper.

1123(1) Que je ne vous vois là où ensemble fûmes.

1124(2) Assez ai du chant instituteurs
Autour de moi, et institutrices,
Prés et vergers, arbres et fleurs.

1125(3) « Environ la mi-nuit. »

1126(4) Qu'en bref aura environ de sept ans
Que me fîtes aimer tant fort sans mesure.

1127(5) Que se met autour de l'oreille.

1128(6) Les ennemis qui les poursuivaient étaient plusieurs d'entour.

1129(7) De la française région
Dont il est, et d'environ.

1130(1) Mais comme celui qui autrement ne peut garantir.

1131(2) Aucunement ne lui ose montrer ma douleur,
Hormis adorer, quand il échoit
Que je la vois.

1132(3) Dis en chantant ma raison,
Qu'autrement ne vous ose découvrir
Ce que j'ai en mon cœur.

1133(4) « Et vont y mourir trois mille Sarrasins, outre les onze mille devant dits. »

1134(5) Mentir crus, mais outre gré dis vrai.

1135(1) Cependant cuide hors saillir….
Et dehors paraît bel et bon…
Ainsi lâche homme, bien vêtu,
Est beau dehors, et au dedans pourri.

1136(2) Je jette dehors l'un et l'autre mes bras.

1137(3) Mais à mon chant neige ni glace
Ne m'aide, ni été,
Ni rien, fors Dieu et amour.

1138(4) Le pendu est hors de souci.

1139(5) Au contraire sachez que tous temps vous aimerai,
Hors que jamais votre galant ne serai.

1140(1) Je parlerai bientôt de gaire comme négation explétive.

1141(2) Grand chose pourrait d'autres dames orner.

1142(3) « Mais beaucoup de Samaritains de cette cité crurent en lui. »

1143(4) Que science ne prise beaucoup,
Si au besoin ne la vois valoir.

1144(5) Le plus beau jour est aujourd'hui de la semaine.

1145(1) Aujourd'hui vaut beaucoup plus que hier.

1146(2) Non est amour, au contraire est tromperie prouvée,
Si aujourd'hui recherchez, et demain le laissez.

1147(3) « Vierge, de Dieu engendreresse, sois nous aujourd'hui en aide. »

1148(4) Mais aujourd'hui s'oublie cela d'hier.

1149(5) Désormais seront puissants portiers,
Qui tiendront porte fermée.

1150(6) Agréables raisons et nouvelles plaisantes
Disons désormais, et ayons beau contentement.

1151(7) Désormais m'esbaudis.

1152(1) Si la mort nous prendra ou en ce jourd'hui ou demain.

1153(2) Donne nous le notre pain quotidien en ce jourd'hui.

1154(3) D'un an n'y pourrait parvenir.

1155(4) Et n'y veux retourner jamais.

1156(5) Mais là où veut, là s'en prend.

1157(6) Car de là meut courtoisie et contentement.

1158(1) Vous apporte ici cette lance…
Et pourquoi ? ai à toi rien forfait,
Excepté parce que veux par ici passer ?

1159(2) Car qui là meurt, plus a que si vivait,
Et qui çà vit, pire a que si mourait.

1160(3) Ouvre mes yeux subitement ;
Regarde çà et là tout bellement.

1161(4) Que tant ne vais ni çà ni là,
Que toujours ne me tienne en son frein.

1162(5) « De Bolbone en çà et du Banchet en là. »

1163(6) Qui tout quand est de çà la mer conquerrait,
Ne lui tiens nul profit, si manque à Dieu vilement.

1164(1) Gratter me fait là où ne me démange.

1165(2) De là où prit mort et douleur.

1166(3) Qu'amour m'a en le cœur enclos
Votre valeur et votre renommée.

1167(4) Qu'oncques ne j'eus Normand ni Français
Dans ma maison.

1168(5) Au dedans de mon cœur courrouce et je hais.

1169(6) Pourquoi je voudrais être doucement et gentement
Dans ma maison, et accueillir les preux.

1170(1) Jusques là où est mont Oreb,
Puis entendîmes dedans Bethleem.

1171(2) Quoique fais de joie apparence,
Beaucoup ai au dedans le cœur triste.

1172(3) Pour le cœur au dedans rafraîchir.

1173(4) Qui est mauvais dehors et dedans.

1174(5) D'une demoiselle fut léans visité.

1175(6) Est se léans tourné asseoir….
Car ne peut de léans sortir.

1176(7) Chevalier, bien te tiens pour oser,
Parce que oncques céans osas entrer.

1177(1) Ne me donne Dieu nul bien, à mon vivant,
Si je jamais pour rien de vous aimer m'ôte.

1178(2) Et jamais ne verrai, cela crois,
Mon seigneur le roi, ni lui moi.

1179(3) Quel que vous me fassiez, ou mal ou bien,
Vous aime, et vous aimerai toujours.

1180(4) Que si oncques tournai vers autre part mon frein,
Maintenant suis avec vous demeuré pour jamais.

1181(5) Et ja ne veux mais de ses pieds mouvoir.

1182(6) Et ja ne voudrais mais être réveillé.

1183(1) Dame, que prix, et joie, et jeunesse guide,
Quoique ne m'aimiez, tous temps vous aimerai.

1184(2) « Charles les eut toutes entendues, ja soit ce qu'ils ne se pensaient aucunement
que lui cela eût entendu. »

1185(3) Et jamais ne sera, ni oncques ne fut
Bonne dame sans merci.

1186(4) Et ai jadis vu pour vil galant
A dame mari désaimer.

1187(1) « Jusum vis facere Deum, et te susum. »
S. Aug. Tract. VIII, in epist. I, Johan.

« Susum me honoras, jusum me calcas. »
S. Aug. Ib. tract. X.

« Et posant arma sua josum. »
Lei Alam.. Tit. 45, paragr. 2, Capit., t.1, p. 69.

1188(2) Que je le vis en l'arène
En bas trébucher.

1189(3) Que le Gastinel
Lui sut gentement de bas tirer.

1190(4) Tôt l'auront abaissé en bas.

1191(5) L'autre fut nourri ici bas près Confolens.

1192(6) De lieu plus élevé
En bas au terrain.

1193(1) Qu'est tant élevé que ne sait retourner en bas,
Ni sus ne va, tant lui paraît dangereux !

1194(2) L'élévation est dessus grande et haute.

1195(3) Mais parce que ne put sur le cerisier monter.

1196(4) Et est sur le cheval sailli.

1197(5) Le comte à qui fut Beaucaire
Vint au tournois
Dessus un destrier vairon.

1198(6) Quand paraît la fleur près la verte feuille.

1199(7) Que je prise plus coucher nud et gentement
Que vêtu comme pélerin.

1200(1) Proche les brefs jours et les longs soirs.

1201(2) Si la belle où elle gît
Ne m'a auprès soi.

1202(3) Car ne pouvez tant vîte sortir.

1203(4) Que qui non accoutuma avoir
Grand bien, plus tôt peut soutenir
Chagrin.

1204(5) D'amour ne dois dire davantage bien,
Parce que n'en ai ni peu ni rien,
Car peut-être plus ne m'en convient.

1205(1) Et dit qu'au feu s'en ira
Et peut-être là trouvera
Qui lui dira nouvelles à son gré.

1206(2) Roi des courtois, et des preux empereur
Seriez, seigneur, si eussiez davantage vécu.

1207(3) Ne la prie plus que son amour m'octroie.

1208(4) Mais qui plus en a avec soi,
Plus de bon prix retient.

1209(5) Car qui plus vaut, plus craint faire faute.

1210(6) Plus veux mourir que vivre deshonoré.

1211(1) Qu'onc depuis que la vis, n'eus pouvoir en moi
Plus qu'aimer elle et que faire son commandement.

1212(2) Pourquoi ne vous ose prier excepté en chantant.

1213(3) Car rien n'y trouve hormis tromperie et trahison.

1214(4) Vous aimerai, vous plaise ou vous pèse,
Mais beaucoup voudrais plus que vous plût.

1215(5) Que, mal gré votre, vous aime et vous aimerai
Et, mal gré mien : mais amour à vous m'attire.

1216(1) Dont, mal mon gré, souffrais
Peines, et dommages, et douleurs.

1217(2) « Et Rolland passa, mal leur gré. »

1218(3) « Les autres s'en entrèrent à la cité, malgré de Charles. »

1219(4) Car aime, malgré que j'en aie.

1220(5) Que je vis jadis commencer un pont
Avec une pierre seulement,
Qui puis venait à complément ;
Puis incontinent
Alla tombant.

1221(1) Et tire son épée maintenant.

1222(2) Désormais paraîtront les puissants et les preux
Et les courageux, avec hardiesse,
Au bien frapper incontinent.

1223(3) Et Jaufre va incontinent
A la porte par où entra.

1224(4) Où ne tient profit haubert fort et épais,
Ainsi lance droit, et puis tire subitement
Sagettes d'or, avec son arc de corne.

1225(5) Qu'amples vêtements portent et beaux harnois ;
Et sont hardis et frappent subitement.

1226(1) Moins prise vivre que mourir,
Car vivre est beaucoup pire que mort.

1227(2) Quand plus m'efforce, et moins me vaut.

1228(3) Ainsi sont parfaites beautés,
Que plus ni moins n'y convient.

1229(4) Quoique amour me tourmente
Et me tue, ne cela plains rien,
Vu qu'au moins meurs pour la plus gente.

1230(5) Que bien peut avoir chevauché
Deux lieues à tout le moins.

1231(1) Car tel gouvernement
Ne vaut parmi les bonnes gens.

1232(2) Giraud, bien voudrais que fût çà
Ce bon usage parmi nous.

1233(3) Trouve un chevalier navré
D'une lance par milieu le corps,
D'outre en outre.

1234(4) Le rossignol s'abandonne
De chanter parmi le bocage ;
Bel m'est le retentissement
Que fait parmi le jardin.

1235(5) Se combattent emmi la voie.

1236(1) Qu'il transmettait les brefs au-delà de la mer.

1237(2) Outre la terre Normande,
Par la cruelle mer profonde.

1238(3) Et faisait voir les aveugles qui oncques n'avaient vu.

1239(4) La plus gente et la plus bonne
Qu'oncques vissent mes yeux.

1240(5) Ni ne me veut oncques ouïr.

1241(6) Ne l'ouïrons donc ? non jamais.

1242(1) Ce que ne crus faire jamais.

1243(2) D'un sonnet vais en pensant,
Pour amusement et pour rire,
Que je ne chantai oncques.

1244(3) Si onc lui fis tort, que le moi pardonne.

1245(4) Le plus grand deuil, hélas ! que je jamais eusse.

1246(5) Et ja dame ne perdre oncques mais.

1247(6) Que toujours aimai jeu et amusement.

1248(7) Que son homme-lige et son serviteur
Suis, et ai été toujours.

1249(8) Que je jamais plains, quoique me fâche.

1250(1) Ce que dit qu'a fait ailleurs
Croie, si jamais le jure,
Et ce qu'en vit désaccueille.

1251(2) Dans les titres anciens de foi et hommage on lit :

« De ista hora in antea. »
Acte de 1025. Pr. de l'Hist. de Languedoc, t. II, p. 179.

« De aquesta hora adenant. »
Acte de 1025. Ib.

1252(3) Enfants, jadis furent hommes félons,
Mauvais hommes furent ; à l'heure sont pires.

1253(4) Si me priât à l'heure la généreuse comtesse.

1254(5) Mais la troisième loi, laquelle est ores au temps présent.

1255(6) « Le château de Laurag et les forteresses qui à présent y sont et dorénavant
y seront. »

1256(1) Mais ce que Merlin
En prophétisant dit
Du bon roi Louis….
Maintenant s'éclaircit.

1257(2) Ores peut on connaître et prouver
Que de bons faits rend Dieu bon guerdon.

1258(3) Ores quand vois verdoyer.

1259(4) Mais à présent vois bien que soi-même embarrasse
Celui qui avec amour guerroye et plaide.

1260(5) Mais ores sais bien que vrai est
Que tel se croit chauffer qui s'ard.

1261(6) Mais tant a vain courage et craintif,
Que tantôt ai elle, tantôt n'ai aucunement.

1262(1) Croît la force des Sarrasins ;
Jérusalem prit Saladin,
Et encore n'est recouvrée.

1263(2) Aucunement encore ne puis serrer mes dents
Que je du comte ne dise sa louange.

1264(3) Que bien connais qu'oncques rien n'aimai tant,
Comme je fais elle, dès l'heure que je fus né.

1265(4) Oncques n'eus de moi pouvoir,
Ni ne fus mien dèslors en çà.

1266(5) Ne sais quand je fus endormi.

1267(1) Ne sais quand plus la verrai,
Vû que tant sont nos terres loin.

1268(2) Pendant le moyen âge on se servait souvent de unde :

« Si potebat habere ullam scripturam aut aliam rem unde ipsas res partibus
suis indicare debeat. »

« De id unde ille repetit…. Quia de his unde me mallavit. »
Actes de 842 et de 875. Pr. de l'Hist. de Languedoc, t.I, col. 115, 128.

1269(3) Et vous chercha le dur peuple,
Jusques là où est mont Oreb.

1270(4) Pourtant le penser ne s'en sépare nuit ni jour ;
Au contraire est plus ferme où que j'aille et je sois.

1271(5) Ne sais où vais ni d'où je viens.

1272(6) Mort fut Mallius Torquator dont je dis.

1273(1) Ferai un vers de quoi suis dolent.

1274(2) Qui grand désir a de prodiguer,
Savoir doit d'où cela peut tirer.

1275(3) « Quand le vit, Charles appela le : Et d'où viens ? »

1276(4) Et depuis que d'amour plus ne me soucie,
Ne sais d'où ni de quoi je chante.

1277(5) « Meuble et non meuble où que soit, et quel que soit. »

1278(6) Tellement qu'avec elle est où que j'aille et sois.

1279(7) Mais pour ce je chante que j'oubliasse la douleur
Et le mal d'amour ;
Et où plus je chante, plus m'en souvient.

1280(8) Que toujours me fuit, où plus l'appelle.

1281(1) La demeure où entre dedans est en grande clarté.

1282(2) Tombé suis de mal en peine ;
Et vais là où le cœur me mène.

1283(3) Que n'est jour où je ne soupire.

1284(4) Et le Lazare ressuscitâtes vous
Qu'il était déjà quatridien.

1285(5) Je chante où devrais mieux pleurer.

1286(6) Eté j'aurai ces deux saisons
Que ne chantai, et fais y mon dommage.

1287(1) Au-delà de la terre Normande,
Parmi la sauvage mer profonde.

1288(2) Celui-là doit sur tous grainer,
Et au-dessus des autres briller.

1289(3) Roi Castillan, votre valeur on distingue
Au-delà des valeurs que tous les antres rois ont.

1290(4) Peu s'en faut que je d'aimer ne me lasse.
Par ennui des médisants.

1291(1) Qui me font souffrir tant grief tourment,
Que peu s'en faut que le cœur de tristesse et d'émoi ne me fende.

1292(2) Facilement lui jurerais,
Par Dieu et par ma foi,
Que le bien que me ferait
Ne fût su par moi.

1293(3) L'autre jour, par un matin,
Passais par un côteau.

1294(4) Bien est fou qui l'âme oublie
Pour cette mortelle vie.

1295(1) Et laisse son parler pour nous….
Et dis leur que pour mon amour
Tuent le chat.

1296(2) Tué m'a, et pour mort lui réponds.

1297(3) Pour ce ne suis du tout désespéré.

1298(4) Que plus êtes blanche qu'ivoire ;
Par quoi je autre n'adore.

1299(5) Péché a tant douce saveur !
C'est pourquoi Adam la pomme prit.

1300(6) Pourquoi vous voulez mettre none ?

1301(1) De bonne adresse à l'ouvrage d'aimer,
Pour servir, et pour tenir cher,
Et pour celer, et pour souffrir.

1302(2) Car pire traîne que si mourait
Celui qui peu voit ce qu'aime fort.

1303(3) Sa guerre m'est mortelle,
Et sa paix pire que martyre.

1304(1) Car si fait mal, puis fait bien.

1305(2) Plus que d'autre que je vis après et avant.

1306(3) Et pieçà délivrer les ai.

1307(4) Et oncques depuis ne fus sans jalousie.

1308(5) Car vivre est beaucoup pire que mort,
Depuis qu'on n'a joie ni amusement.

1309(6) Et puisque ne me puis de vous aimer cesser,
Par merci vous prie et par humilité,
Qu'en vous trouvasse quelque pitié.

1310(1) Depuis que fûmes tous deux enfants,
L'ai aimée et la flatte.

1311(2) Si non par tel accord
Que lui aimât à découvert,
Et que y eût domination ;
Et moi couvertement.

1312(3) Mais je ne lui ose découvrir mon désir,
Si ne le fisse à-présent en chantant.

1313(4) Qu'onc tant n'aimai loin ni proche.

1314(1) De telle douceur sais rempli,
Quand de près la puis voir.

1315(2) Après commence sa raison….
Après virent un vassal.

1316(3) Bien voudrais que Limousin
Fût plus près de Mortagne.

1317(4) L'autre fut nourri çà bas près Confolens.

1318(5) Que je sois, par son commandement,
Près du lit juste au bord.

1319(6) Si après cent dures réponses,
En fusse d'une joie payé.

1320(7) Quel prisez plus, et répondez premier ;
Et, après vous, réponde sieur Perdigon.

1321(1) Beaucoup vaudra le bien après le chagrin.

1322(2) Et après lui, mange en le roi Français.

1323(3) Quand je serai séparé de vous.

1324(4) Lorsque feuillent bois et forêts.

1325(5) Et autant que aurons de tort et de péché,
Trouverons tous au jour du jugement.

1326(1) Hélas ! combien cuidais savoir
D'amour, et combien peu en sais !

1327(2) Car ils avaient envie, parce que la gent le suivait.

1328(3) Par Dieu et par merci, vous crie
Que ne vous soit grief parce que vous aime.

1329(4) Gentille dame, plaisante tant m'êtes,
Que vous aime au-dessus d'honorés honneurs.

1330(5) Amour, alegre me sépare de vous,
Pour ce que vais mon mieux cherchant.

1331(1) Mais, selon leur pouvoir, y font empêchement.

1332(2) Que je ne veux, dame, joie ni bien,
Excepté selon la votre merci.

1333(3) Selon que se peut toujours faire.

1334(4) Qui à toute heure toujours va en tombant.

1335(5) Tous ses faits sait achever et accomplir
Avec sûr sens, sans danger de faillir.

1336(1) Et sans male adresse, sans blâme et sans folie,
Sans envie dire, et sans vilenie.

1337(2) « En la sienne puissance de Guillaume le rendra sans déception. »

1338(3) Mort suis, si vous aime ; et mort, si me sépare de vous.

1339(4) Dame, si ne vous voient mes yeux,
Bien sachez que mon cœur vous voit.

1340(5) « Ainsi te cela tiendrai… Et ainsi te cela tiendrai, et ainsi cela conserverai
à toi. »

1341(1) Un ami et une amie,
Sordel, ont tellement même vouloir,
Qu'à leur avis, ne pourrait
L'un sans l'autre joie avoir.

1342(2) Déjà douce amour, qui m'a conquis,
Me tient tellement que ne me tourne ailleurs.

1343(3) Me faites orgueil en dits et en apparence,
Et pourtant êtes franc vers toutes autres gens.

1344(4) « Au temps que sire Richard était comte de Poitou, avant qu'il fût roi,
Bertrand de Born alors était son ennemi, parce que sire Bertrand voulait bien
au roi jeune. »

1345(5) Pauvre était Notre Dame, et Joseph aussi.

1346(1) Quant ainsi oyez esbaudir
Le rossignol nuit et jour.

1347(2) Ainsi fût pris, comme je suis,
Mon Auvergnat, et serions deux.

1348(3) Et suis ainsi divisé par moitié,
Que ne me désespère,
Ni ose espérance avoir.

1349(4) Qu'ainsi comme çà pardonneront,
Sachez que tel pardon auront
Là où sera fait le jugement.

1350(5) Mais à-présent est temps que dit on du mal bien,
Et aussi, que du bien dit on mal.

1351(1) De même que l'éléphant
Qui, quand tombe, ne se peut relever.

1352(2) La loi vieille défend seulement parjurer,
Et plus que si ou que non ne soit en ton parler.

1353(3) Et quoique vente froid air,
L'amour qui au-dedans du cœur me meut,
Bie tient chaud, où plus hiverne.

1354(4) Et si en aimant meurs, dame, suis remerciant,
Vû qu'en la mort prends honneur, bien que m'est dommage.

1355(5) Si à elle ne plaît que prétende en son amour,
Tous temps pourtant retracerai sa valeur.

1356(1) L'ont moult de rester prié,
Du moins jusqu'à ce que eût mangé.

1357(2) Sur saints lui jurerais
Qu'autre joie au monde ne me soit.

1358(3) Mais elle vaut au-dessus d'elles plus,
Autant que vaut or plus qu'arène.

1359(4) En chantant sur la verdure.

1360(5) Et les xuisseaux sont clairs dessus les sables.

1361(6) « Saint Pierre fut placé en la croix, les pieds dessus et le chef dessous. »

1362(7) Que rien plus sous ciel n'envie.

1363(1) Pourquoi est dessus et les autres sont dessous.

1364(2) De même que les oisels sont tous au-dessous Orion,
Sont les autres au-dessous la plus gente du monde.

1365(3) Bon conseil vous donne et gent :
Aimez et chantez souvent.

1366(4) Tant de bon cœur vous aime !

1367(5) Tant gai et tant amoureux
Etiez en vos chansons.

1368(6) Quand vis que tant fort je fusse frappé,
Cuidai moi que fussiez mort.

1369(1) Que autant que soleil rayonne,
N'a dame à qui tant riche prix échoie.

1370(2) Autant que terre tient et dure.

1371(3) Que je fus d'autant amélioré
Qu'homme que moi ne vois plus puissant.

1372(4) Tant m'est grief que trompeur
Ait joie avec tromperie,
Ou plus, ou autant,
Comme celui qui est pur amant.

1373(5) Cependant le sénéchal s'écrie.

1374(6) Cependant le roi ores sonne
Son neveu mon seigneur Gauvain.

1375(1) Et si me faites mal, et ne me voulez avoir
Franc choix, aucunement pourtant ne m'en irrite.

1376(2) Nullement ne me lasse d'aimer elle tant et quant.

1377(3) Mais n'y a de tristesse aucunement,
Vû que dommage en est profit, et le mal en est bien.

1378(4) Et court tant vîte que rien ne la peut fuir.

1379(5) Chanson, va-t-en vîte en courant.

1380(6) Pourquoi me suis entièrement à vous donné.

1381(1) Et puis qu'à travers ne pique.

1382(2) Qu'à travers l'en a tout tranché.

1383(3) « Perdigon assurément fut jongleur, et sut très-bien jouer de la vielle
et trouver. »

1384(1) « Beaucoup et mieux serons à notre guise. »

1385(2) Beaucoup aimèrent le monde, et peu le paradis.

1386(3) Et si merci avec vous n'a que faire,
Ma vie me vaut beaucoup moins que si mourais.

1387(4) Pourquoi on ne se doit par joie trop réjouir,
Ni par tristesse trop être angoisseux.

1388(5) Et sache qu'en peu la verrai,
Si trop grande affaire ne m'en tient.

1389(6) Jusques au jour qui éclaire.

1390(7) Comme il a pris d'Agen jusques à Clermont.

1391(1) Et envers Dieu ne tourne sa volonté.

1392(2) Vers soi me tire comme aimant.

1393(3) Vers quelle part tiendrons, et vers où
Prendre port ! tout le cœur m'en fond.

1394(4) Ma chanson
Va vers vous,
Amie, là où êtes.

1395(5) Ores ne sais devers quelle partie me tourne.

1396(6) Quand le doux vent souffle
Devers votre pays.

1397(1) Qu'ainsi suis trompée et trahie,
Comme si eusse vers lui fait faute.

1398(2) Que tous sont faux, en comparaison de moi les plus loyaux.

1399(3) Dis lui que mon Azimant
Me tient que vers elle ne vais.

1400(4) Toute autre joie serait petite,
En comparaison de ce que la mienne joie serait grande.

1401(5) Voici que par enchantement
Fit réver véritablement
A ta femme que le délivrasses.

1402(6) Voici du vers la fin.

1403(1) « Et tandis qu'ils étaient en ce parlèment, de la vallée voici un messager
de Charles. »

1404(2) Voilà tout le tort en quoi m'avez trouvé.

1405(3) Voici moi à votre commandement.

1406(4) Voici Boece tombé en souci.

1407(1) « Ni ne l'en trompera ni malement. »

tableau belamen p. 304 diversamen p. 116. finamen p. 191. | guayamen 138. malement 169. raucament 129. | solamen 253. veramen 120. verayament 150.

1408(2) Que je vous sois homme-lige, mains jointes, humblement.

tableau formen p. 243. humilmen p. 178. soptilmen p. 193.

1409(3) tableau eissament p. 115. eissamen p. 118. eyssamens p. 116.

1410(4) En breumen p. 246.

1411(1) Comme gentement fus par vous honoré.

1412(2) En obscur vais comme par ténèbres.

1413(3) Que plus ni moins n'y convient.

1414(1) Qu'à-présent trouverez tout le plus des gens
Qui ainsi mentent, et s'en veulent celer.

1415(2) Et donne m'en un baiser d'étrenne,
Et, selon le service, le plus.

1416(3) Et puisqu'en joie veux retourner,
Bien dois, si puis, au mieux aller.

1417(4) Vint l'un vers l'autre, au plutôt que put.

1418(5) Avant que la mort me survienne,
Quand ne pourrais mener la langue ;
Car pénitence de l'alors
Ne vaut à l'âme quatre joncs.

1419(6) Et seulement que cœur ait de moi remembrance,
Du plus serai attendant et souffrant.

1420(1) Mais parce que vous sais connaître et choisir
Pour la meilleure, et avec plus de beauté.

1421(2) tableau al meu semblan | à mon avis | p. 115. | mon escien | à mon escient | 317. | al mieu viven | pendant ma vie | 174. | mal mon grat | malgré moi | 383.

1422(3) Tant serions celés à cachette,
Jusqu'à ce que les médisants eussent tué les jaloux.

1423(1) Et si je en rien me méprends au dire,
Sur-craindre me fait faillir.

1424(2) Seul suis qui sais le sur-chagrin qui me surgit
Au cœur, d'amour souffrant pour sur-aimer.

1425(3) Bien sais que, pour sur-valoir,
Dois faire mieux ce qu'ai en desir.

1426(1) Craint était et moult prisé.

1427(2) Celui qui fit l'air, et ciel, et terre, et mer,
Et chaud, et froid, et vent, et pluie, et tonnerre,
Vent qu'à sa guide passions mer tous les preux,
Ainsi comme guida Melchior et Gaspar.

1428(3) « Car je sais d'où viens et où vais. »

1429(4) Vers quelque part que je vais, et me tourne, et me vire.

1430(5) Si me fussiez à raison,
Bonne dame, et à droit.

1431(1) « Qui les te prend, ou les te prenne…. Avertiras ou avertir me feras. »

1432(2) « Qui à droit aura ou à merci. »

1433(3) Cela laissez pour mal, ou pour bien,
Pour tristesse, ou pour joie, on pour quoi.

1434(4) « Ni nul s'en lassera ni lassé n'en sera. »

1435(5) Devant son visage nul homme ne se peut celer ;
Ni même les hommes qui sont outre la mer.

1436(1) Et parage n'y donnât, rien ni y ôtât.

1437(2) A son vouloir ne me veux je défendre,
Ni envers elle de nulle chose disputer.

1438(3) N'ayant macule ni ride.

1439(4) Parce que n'ai lieu de vous voir,
Joie ni amusement ne puis avoir.

1440(5) Ne suis alègre, ni triste ;
Ne suis étrange, ni familier.

1441(6) Et oncques mais n'ouïmes dire
Ni pour merveilles conter.

1442(1) Une dame aime purement
Qui me dit que ne m'aimerait,
Vû qu'ami a dont ne se séparerait,
Sinon par tel accord.

1443(2) Non cela dis mie par raillerie, si pour vrai non.

1444(3) Tant est mortel le dommage que n'y a soupçon
Que jamais se répare, si en telle guise non,
Qu'on lui tire le cœur, et qu'en mangent les barons
Qui vivent découragés ; et puis auront de cœur assez.

1445(1) Nul homme sans amour chose ne vaut.

1446(2) Jamais chose ne dirai.

1447(3) Mais ne vous chaut de mon dam grand-chose.

1448(4) Elle se feint sourde ; aucunement à lui ne fait attention.

1449(5) Ne me remuai aucunement.

1450(1) Aucunement ne lui ose montrer ma douleur.

1451(2) Car mon cœur force d'aimer là
Où sais bien qu'aimé ne suis aucunement.

1452(3) Pourtant ne désespère mie.

1453(4) Et donnez m'en un, Sordel, vû que je n'en ai mie.

1454(5) Entièrement me suis tourné,
Tout contraint et forcé,
A ce qui ne me plaît mie.

1455(6) Et connais bien
Que ne lui dois montrer mie
Vers elle ma male volonté.

1456(1) Ne porteras mie l'enfant.

1457(2) Car celui qui a entendement peut penser entre soi
Qu'il ne s'est pas formé, ni les autres aussi….
Et veut changer la loi que devant avait donnée,
Il ne la change pas afin qu'elle fût abandonnée,
Mais la renouvelle afin qu'elle fût mieux gardée.

1458(3) Souffrir me sera la peine et le chagrin
Toujours, non pas deux jours ni trois.

1459(4) De ceci ne vous sais pas excuse.

1460(5) Que seul n'en irez vous pas.

1461(1) Ah ! combien bonnes chansons
Et combien bons vers aurai fait.

1462(2) Ah ! quel vous vis, et quel vous vois !

1463(3) Las ! et donc quoi je ferai ?

1464(4) Hélas ! chétif, quoi sauras dire ?

1465(5) Hélas ! pourquoi vit longuement et dure
Celui qui tous jours voit croître sa douleur ?

1466(6) Hélas ! combien cuidais savoir
D'amour, et combien peu en sais !

1467(1) D'elle ne crois que rien de bien soit à dire.

1468(2) Le doux parler, et le doux rire,
Et tous les biens qu'on peut élire,
Beauté, gaîté, et jeunesse,
Honneur, prix, valeur, et sens.
Rien, hors merci, n'y est à dire.

1469(1) Quand m'aurez donné ce dont m'avez dit d'oui.

1470(2) Et elle lui fait guerdon
Tel, que de rien ne lui dit de non.

1471(3) Qu'ores l'aime tant que ne puis mais.

1472(4) Car suis vôtre, et ne m'en savez gré.

1473(5) Puisqu'à chef ne puis sortir
De ce que je tant voudrais.

1474(6) Et si ne vous plaît mon avancement et mon profit,
Voudrai m'en mal, dame, et aimerai vous.

1475(1) Et n'y voulusse portier ; n'y a que faire.

1476(2) Et si merci avec vous n'a que faire,
Ma vie me vaut beaucoup moins que si mourais.

1477(3) Belle, fis-je, comment êtes ici ?

1478(4) Et lui fit la figue devant ;
Tenez, dit-il, en votre bouche.

1479(5) Et Sarrasins, Turcs, Payens, et Persans,
Qui vous redoutaient plus qu'homme né de mère.

1480(6) Merci, dame, la plus gente
Que onc né de mère vit.

1481(1) Qu'avant que passent le pas.

1482(2) Et sachez bien que ne le fit fuyant,
Ains cela a fait donnant et combattant.

1483(3) « Et Turpin avec ses compagnons donna sur eux. »

1484(4) Et a donné des éperons
Au cheval, et va s'en pressé.

1485(5) Car roi vaillant aviez nom eu,
Et de vaillance étiez vous guide et père.

1486(6) « Est roi de Barcelonne et a nom Sathon…. Est roi de Gironne et a nom
Mahomet. »

1487(1) Le cœur ai pris d'amour.

1488(2) Et parce que aucun ne se prend garde.

1489(3) Dame, celui qui ne peut avoir
Joie, si à vous ne vient à plaire.

1490(4) Puisque vont de Dieu gaussant ;
Car sont croisés, et d'aller mot ne font.

1491(5) Du passage qu'ont ainsi mis en oubli.

1492(6) Car jamais, jusqu'à ce que l'ait trouvé.
N'aura fin, ni bien, ni pause.

1493(1) En autre terre irai prendre langage.

1494(2) Maintenant entendez en ma tenson
Que je vous dépars ; à vous les dés.

1495(3) Guillaume à Bertrand fait savoir
Par tout ce dire de par moi.