CTLF Corpus de textes linguistiques fondamentaux • IMPRIMER • RETOUR ÉCRAN
CTLF - Menu général - Textes

Raynouard, François-Juste-Marie. Choix des poésies originales des troubadours. Tome sixième – T01

| Table des matières | Fiche | Texte |

Comparaison
des langues
de l'Europe latine.

Pour établir la comparaison des diverses langues de
l'Europe latine, et notamment du français, de l'espagnol,
du portugais et de l'italien, avec la langue des
troubadours ; pour indiquer les rapports intimes et primitifs,
les formes identiques, les caractères communs de
ces langues, et même des idiomes populaires et locaux
qui s'y rattachent, je suivrai le plan que j'ai adopté
dans ma Grammaire romane.

Ainsi, je rassemblerai dans huit chapitres les divers et
nombreux rapports de ces langues.

Le premier chapitre traitera des articles ;

Le second, des substantifs ;

Le troisième, des adjectifs ;

Le quatrième, des pronoms ;

Le cinquième, des noms de nombre ;1

Le sixième, des verbes ;

Le septième, des adverbes, prépositions et conjonctions ;

Le huitième, des locutions particulières.

Dans chacun de ces chapitres, je présenterai les rapports
grammaticaux ; je prouverai les identités de formes,
en rapprochant toujours les exemples anciens que fournissent
les écrivains dans chaque idiome.

Chapitre premier.
Articles.

Articles de la langue romane, qui se trouvent
dans les autres langues de l'Europe latine.

tableau masculin | féminin | sing. | el, lo | la, il | del, de lo | de la | al, el, a lo | a la | plur. | els, los, li | las | dels, de los, de li | de las | als, a los, a li | a las

Anciens articles français.

Aujourd'hui, d'après les modifications qu'ont subies
2les articles de la langue française, il ne reste en usage
que les suivants :

tableau masculin | féminin | sing. | plur. | le | du | de la | au | à la | les | des | aux

Mais, dans les anciens monuments, on retrouve les
articles romans qu'employaient les troubadours.

Si ces monuments n'existaient pas, les linguistes habiles,
les philologues exercés, reconnaîtraient facilement
les modifications que les articles de la langue des troubadours
ont subies dans l'ancien français 11.

Mais des monuments de cet idiome nous ont conservé
la preuve matérielle de l'existence des articles romans,
savoir :

tableau sing. | plur. | el, lo, del, de lo, al | la, de la | li, de li, dels, als3

En voici de nombreux exemples :

el, lo, sujets.

Il est rare de trouver el et lo employés comme sujets.

« Al grant palais où el grant conseil ere et ii petitz. »
Villehardouin, p. 12.

Le roi Artus, en un esté,
Estoit à Cardoil sa cité,
O lui la roine et Gauvain,
Keu lo senechal et Yvain.
Fabl. dou Chevalier a l'Espée 12.

Et quant il sera éloigniés
De sa maison, lo chapelain
Y ira.
Fabl. do Mire de Brai 23.

lo, régime :

« Il alast à Justinien lo prince…. Et là, estisant lo poble
e regardant…. »
Trad. des Dialogues de S. Grégoire 34.

« Car il esleit lo bien e si refusast lo mal. »
IIe sermon de S. Bernard, sur l'Avent.

« Dedanz lo voile el sanctuaire por orer por lo peule….
qui par lo sanc de sa passion desarmeit lo ciel. »
Com. d'Haimon, sur l'Ép. de S. Paul 45.4

Ne demoura fors lo mouton.
Marie de France, t. II, p. 223.

« Par lo jugement de Engleterre. »
Lois de Guillaume le Conquérant, XXV.

« Si aroit lo quart de la conqueste… dedans lo quar jor. »
Villehardouin, p 94, 122.

« Lo plus de nostre gens. »
Villehardouin, p. 150.

del, de lo :

« Le mestre del palais. »
Chroniques de France 16.

« Forment se deffendit del cas que la royne li metoit sus. »
Chroniques de France 27.

El nun del Père, del Fiz, del Espeirit.
Trad. en vers de la Bible 38.

« El regart del tot poissant deu. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire 49.

« El chief del mois. »
Villehardouin, p. 16.

E del romans un livre faire
El nom et en la révérence
Del roi fil Philippe de France.
Roman de Dolopatos 510.5

Sire de tot lo monde.
Roman d'Alexandre 111

Père de tôt lo mont.
Trad. du Livre de la cour du roi d'Allemagne 212.

Salvament de tot lo monde.
Sermon sur la Sagesse 313.

el, al, régimes :

« Li message vindrent el mostier. »
Viliehardouin, p. 10.

Si fiert celui el vis.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 87.

« Et se meist el leu le comte de Champaigne. »
Villehardouin, p. 16.

El buisson vienent trestot droit.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 98.

Qu'el puis le convient avaler
Se del fromaige velt gouter.
Le Castoiement, conte 21.

Quant el lit ot un poi geu.
L'Ordène de Chevalerie.

« E tote la terre encor se rendi à lui et obéi et ruina
el païs. »
Villehardouin, p. 189.

« Al matin si fu le parlemenz. »
Villehardouin, p. 17.6

« Al tiers jur repairad un huem. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 4.

« Et li fil al Grieu se revella. »
Villehardouin, p. 135.

« Lorsque al palais de Blaquerne. »
Villehardouin, p. 84.

« L'empereris qui ère fame al pere et marastre al fil et
ere suer al roi de Hongrie. »
Villehardouin, p. 85.

Gilebertz conta icel fait
Al autor ki 'l nus ad retrait.
Marie de France, t. II, p. 480.

li :

« Li Franc vainquirent les Grejois. »
Villehardouin, p. 132.

Li bois recovrent lor verdure.
Roman de la Rose, v. 53.

Si cum font li loial amant.
Roman de la Rose, v. 4229.

dels :

« Apud villam dels Glotos ».
Chartre de Louis IX, de l'an 1260 114.

« Es cambres dels reis meesmes. »
Traduction du Ps. 104 : Confitemini 215.7

als :

« Qui avoient esté pris à celle desconfiture et als autres
leus dont il avoit assez en sa terre. »
Villehardouin, p. 202.

La, de la, a la, articles féminins romans, au singulier,
ont été conservés dans la langue française 116.

Articles espagnols.

L'identité de ces articles avec ceux de la langue des
troubadours est telle qu'il suffit d'en présenter le tableau
comparatif.

tableau masculin | roman | espagnol | sing. | plur. | el, lo | del, de lo | al, el, a lo | á el, á lo | los | de los | a los | á los

tableau féminin | sing. | la | de la | a la | plur. | las | de las | a las | á las

La langue espagnole emploie spécialement au singulier
8masculin, l'article el, et au pluriel masculin, l'article los.

L'article lo est réservé au singulier pour les mots employés
neutralement : lo bueno, lo malo, lo peor.

Cette règle est établie depuis long-temps, puisque dans
les monuments qui restent de l'ancien idiome espagnol,
lo ne se trouve plus que comme article neutre.

Mais il est permis de croire que primitivement lo
était aussi article masculin au singulier, quand on voit
qu'il a été employé autrefois comme pronom relatif, se
rapportant aux personnes, ainsi que j'en donnerai des
exemples, quand je comparerai les pronoms.

L'article el masculin se place au lieu de l'article la
féminin, devant les noms féminins qui commencent par
la voyelle a. C'est ainsi qu'en français, pour ne pas choquer
l'oreille en disant ma amie, ta odeur, sa épée, etc.,
on a substitué mon amie, ton odeur, son épée, etc. Les
anciens monuments espagnols fournissent des exemples
de ce changement euphonique :

Por el agua a passado.
Poema del Cid, v. 150.

Antes perderé el cuerpo e dexaré el alma.
Poema del Cid, v. 1030.

Mais comme la règle a été introduite par le seul besoin
de l'euphonie, elle n'a pas été assez constamment et assez
généralement observée, pour qu'on ne retrouve encore
des preuves de l'usage primitif.

« Como va a la agua. »
Fuero de Llanes 117.9

Per amor de la alma.
Vida de santa Oria, v. 113.

Levaron los diablos la alma en preson.
Milag. de N. Sra, cobl. 163.

Anciens articles portugais.

Parmi les langues de l'Europe latine, la langue portugaise
semble, au premier aperçu, avoir formé ses articles
d'après un type particulier.

tableau articles romans | articles portug. modern. | masculin | féminin | sing. | el, lo | la | o | a | del, de lo | de la | do | da | al, a lo, el | a la | ao | á | plur. | els, los | las | os | asdels, de los | de las | dos | das | als, a los, a las | aos | ás

Cependant il est aisé de reconnaître que la différence
ne tient qu'à une modification unique, modification que
la langue portugaise reproduit régulièrement dans plusieurs
de ses mots auxquels elle retranche l'l.

Ainsi, c'est en supprimant l'l des articles primitifs lo,
la, qu'ont été formés les articles actuels o, a ; de même
des mots celo, quales, sont venus ceo, quaes, etc.

Ce caractère particulier de la langue portugaise étant
reconnu, il ne resterait plus aucun doute sur l'identité
primitive des articles romans et portugais ; mais j'ai à
fournir des preuves et des autorités positives auxquelles
10les philologues portugais eux-mêmes n'avaient pas fait
attention. Ces détails et leurs résultats démontreront
que c'est le seul défaut de monuments très-anciens qui
empêche de porter au même degré d'évidence tous les
rapports identiques et essentiels qui ont existé primitivement
entre les divers idiomes de l'Europe latine.

Peut-on méconnaître l'emploi des articles lo, los,
la, las, dans pello, pollos, pella, pollas, nollas,
todalas, contractions de per lo, por lo, etc. ?

Outre cet emploi évident des anciens articles lo et la,
les Portugais ont conservé l'article el pour le mot rey.

« Por el rey Fadrique… en casa del rey seu pay… el
rey Tarnaes. »
Palmeirim de Inglaterra, t. I, p. 2, 6 et 9.

Mais ces conjectures très-fondées deviennent des certitudes,
des vérités incontestables, quand on rencontre
les articles romans dans les anciens monuments de la
langue portugaise. En voici de nombreux exemples :

el :

« E foy fallar a el rey… dizendo lhe el rey, etc. »
Chronica del rey D. Joam. I, part. III, c. 21.

« El rey de Bitinia, el rey de Caspia, el rey de Trapisonda. »
Palmeirim de Inglaterra, t. III, p. 10.

lo :

« Per lo porto de Figueira. »
Foral de Moz. 1162 118.11

« Sobre lo départimento dos davanditos termos. »
Docum. de Aguiar de Beira, 1268 119.

« Dar li am por lo marco de prata. »
Docum. da villa de Moz, 137 220.

En lo dia en que vos vi.
Cancioneiro ms. do real collegio dos nobres de lisboa, fol. 94.

del :

« Et palacio del senor de Molas. »
Docum. da villa de Moz. 1162 321.

de lo :

« Complane en sulco de lo so. »
Elucidario, t. 2, supp. p. 23.

« De lo comaro a suso. »
Docum. de Pendora, 1185 422.

« Sine plaser de lo esposo. »
Docum. de Moncorvo 523.

De lo dia en que a connoci.
Cane. ms. do real Collegio dos Nobres, fol. 59.

al :

« Pectet xxx morabitinos, et al rancoroso. »
Docum. de Moncorvo 624.

« Pectet xx ff al rancuroso. »
Docum. de Thomar 725.12

« Pectet quatuor morabitinos al rancuroso. »
Foral de Santa Cruz da Villarica, 1125 126.

los :

« Sobre los santos livros. »
Carta del Rei D. Diniz, 1284 227

« Cum tres parentes los magis circa. »
Foral de Santa Cruz de Villarica, 132 328.

« Sobre los santos evangelhos. »
Inq. del Rei D. Diniz 429.

la, de la :

« In tota la villa. »
Foral de Santa Cruz da Villarica, 1225 5.30

« De la boca de fos de Sousa. »
Docum. de Graca de Coimbra, 1290 631.

« Prior de Portugal de la Ordem de Espital. »
Foral de Crato, 1220 732.

« De la carrega tres mealias… aprehendat suo hospite
la tertia. »
Foral de Aguiar de Beira, 1258 833.13

las :

« Pectet las anguejras. »
Foral de castello Franco, 1213 134

« Sahir sobre las fontes… suirem sobre las fontes. »
Test. de Santiago de Coimbra, 1231 235.

« Inquizicam que foi feita sobre las honras. »
Docum. de Lamego, 1292 336.

Dans une traduction que le roi Denis fit faire de
divers morceaux de la bible, et dont il existe deux manuscrits
à la bibliothèque de l'Escurial, l'un du XIVe, et
l'autre du XVe siècle 437, on lit :

« Quando nosso sennor deus crio en o començo o ceo
e a terra e todas las cousas que… e todas las naturas dos
angeos. »

Articles italiens.

La plupart des articles ou segnacsr italiens sont les
mêmes que ceux de la langue des troubadours, ou n'offrent
que de légers changements. Autrefois ces changements
étaient moindres encore.

anciens articles italiens

tableau masculins | sing. | el changé en il | lo, del conservés14

tableau de lo changé en dello | al, a lo conservés | plur. | li changé en gli, i | de li | degli, de' | a li | agli, ai | féminins | sing. | la conservé | de la changé en della | a la | alla.

el, sujet :

« El sommo saggio buono maiestro mio mi degnerà dimostrare. »
Guitt. d'Arezzo, carta I, p. 2.

« El coro del duomo di Siena fù finito… el vino valeva…
muoia el tiranno e viva el popolo. »
Chronice Sanese 138.

« In. quest' anno fù fatto el palazzo… et el dito podestà
duro per sei mesi e similmente el podestà de Vicenza. »
Régim. Paduæ 239.

« El conte Filippo Bonromeo metterà el bavero al duca. »
Registre dei Duchi di Milano, sec. XV 340.

« Col maestro Martino di Santo Spirito el quale dicea…
el maestro ed io Jacobo. »
Jacobo di Boccacio 441.15

el, régime :

« Ma se tutto el ben loro no fa. »
Ouit. d'Arezzo, cert. I, p. 4.

E vedi ed odi el lusignol che canta.
Ug. Azzo Ubaldini 142.

« Messere Guarnero gli farà el sermone e gli dara el
sagello con el Consiglio secreto. »
Registro dei Duchi di Milano, sec. XV 243.

Col popol mio contra el fiorentino.
Cronaca di Ser Gorello 344.

« El quale gli diedi in serbanza. »
Jacobo di Boccacio 445.

J'aurais pu multiplier à l'infini les preuves de l'existence
de l'article el dans l'ancienne langue italienne. On
me pardonnera d'en avoir fourni un certain nombre,
parce que l'académie de la Crusca n'a pas fait mention
de cet article dans son dictionnaire, quoiqu'elle ait indiqué
el comme ancien pronom personnel.

Il y a peu de dialectes ou patois italiens qui n'aient
fait usage de cet article primitif el.

lo :

La langue italienne ne se sert plus aujourd'hui de
l'article lo que devant les mots qui commencent par un
16s, suivi d'une autre consonne. Mais autrefois cet article
était employé indifféremment devant les mots qui commencent,
soit par une seule consonne 146, soit par une
voyelle.

« Si dolcemente lo cor m'inamora. »
Boccaccio, Decam. X, 7.

Grave a la terra per lo mortal gielo.
Dante, Purgat. XII.

« Lo abate udendo. »
Boccaccio, Decam. II, 3.

« Avevan lo innocente per falsa suspizione accusato. »
Boccaccio, Decam. III, 7.

« Lo amore. »
Cento Nov. ant., n° 47.

de lo :

Cosi de lo mio core
Ogni altra cosa, ogni pensier va fore.
Petrarca, canz. 19.

li :

« Gia li surgenti raggi per tutto il nostro emisperio
avevan fatto chiaro. »
Boccaccio, V, Proem.

E li angeli formao.
Brunetto Latini, Tesoretto, p. 36.17

« En li suoi vietò terrena grandezza. »
Guit. d'Arezzo, lett. I, p. 5.

de li :

De li quai non ti penti.
Barberini, Duc. dam., p. 38.

de la :

Signor de la mia fine e de la vita.
Petrarca, sest. A qualunque.

Così parlando lo percosse un demunio
De la sua scoriada
Dante, Inf. XVIII.

a la :

Dispregio e damno a la fiata.
Barberini, Doc. d'am., p. 14.

…. Pensate a la partita….
Venti contrari a la vita serena.
Petrarca, canz. Italia.

Del mattino a la sera.
Petrarca canz. Ne la.

Dans le tableau synoptique suivant, on trouvera îe
rapprochement de tous les articles romans qui ont été
jadis en usage, ou qui le sont encore aujourd'hui dans les
langues de l'Europe latine 147.18

Tableau des rapports des articles dans les langues
de l'Europe latine

tableau Roman | Français | Espagnol | Portugais | Italien | el | lo | del | de lo | al | a lo | á lo | los | li | dels | de li | de los | als | a li | a los | á los | la | de la | a la | à la | las | de las | a las | à las

J'ai prouvé précédemment que los et las romans ont
produit les français ; de sorte que le tableau pourrait
comprendre comme français los, las, de las, a las.

Dans la grammaire de la langue romane, j'ai dit que
devant des noms propres, génériques, qualificatifs, etc.,
19elle supprimait quelquefois la préposition qui sert à indiquer
le régime indirect.

Cette forme grammaticale est restée dans les diverses
langues de l'Europe latine, qui suppriment parfois les
prépositions a et de devant les noms que j'ai indiqués.

Français :

Sire, merci, por… dieu amor.
Le Castoiement, conte 9.

« La… dieu merci. »
Villehardouin, p. 107.

Si la mets en la… dieu main.
Villehardouin, p. 43.

« Bien se conformoit aux mors et à la manière… le roi. »
Chron. de France 148.

Toute semblable aux filles… Jupiter.
Clément Marot, t. 4, p. 110.

« La corone… le rei, la justice… le roi, la pais… le roi. »
Lois de Guillaume le Conquérant.

La mort ne me greveroit mie
Si ge moroie es bras… m'amie.
Roman de la Rose, v. 2474.

Per l'ame… mon père.
Roman de la Rose, v. 2609.

Cette ancienne forme se retrouve encore en quelques
expressions restées dans la langue actuelle, telles que
20hôtel-dieu, fête-dieu, de par le roi 149, choisy-le-roi,
etc.

« L'offre que il avoient faite… le duc de Bourgoingne et…
le comte de Bar-le-Duc, et comment il avoient refusé. »
Villehardouin, pag. 16.

Li marcheans dist donc… son frere.
Le Castoiement, conte 20.

Espagnol :

En l'apocalypsi… Sant Joan evangelista.
Arc. de Hita, cobl. 985.

Por el fue,…. deo gracias, la eglesia sagrada.
Vida de S. Domin., v. 110.

Mas avie,…. deo gracias, so pleyto ben librado.
Poema de Alexandro, v. 2303.

Portugais :

« Partiran se á… deos misericordia. »
J. de Barros, dec. I, liv. I, cap. 7.

Italien :

« Nel sommo bene… nostro signore. »
Guit. d'Arezzo, cart. 1, p. 8.

« Il qual cardinal, la… dio mercè, hora papa Leon. »
Bembo, l. 1. p. 6.

« L'amistà del mondo è… dio nemica. »
Guit. d'Arezzo, cart. 36, p. 8421

« La… dio mercè e la vostra. »
Boccacio, Dec. III, 9.

« Uscite segretamente una notte di casa… il padre. »
Boccacio, Dec. V, 2.

« E grazia non… dio rende di tanta grazia. »
Guit. d'Arezzo, cart. 13, p. 34.22

Chapitre II.
Substantifs.

Je me propose d'indiquer les identités de plusieurs substantifs
des diverses langues de l'Europe latine avec ceux
de la langue romane.

A cet effet, je rapprocherai d'abord des substantifs féminins
terminés en a bref ou muet, et ensuite je comparerai
des substantifs qui ont d'autres désinences, et dont
le plus grand nombre est masculin.

Substantifs en a bref ou muet.

Cette désinence, qui caractérisait un grand nombre de
substantifs féminins de la langue latine, resta dans l'idiome
roman ; et même il conserva, sans changement et
sans aucune altération, un grand nombre de mots, tels
que alba, aurora, carta, porta, secta, testa, etc.

Assez souvent cette désinence en a fut appliquée à des
substantifs qui, tirés ou conservés d'un autre idiome que
le latin, reçurent la forme finale qui caractérisait presque
23tous les substantifs féminins de la langue romane ;
ainsi elle dit : cortesia, guisa, flecha, jarra, sala, etc.

Et quelquefois des substantifs dont la racine paraît
appartenir au grec ou au latin, perdirent leur désinence
primitive et reçurent spécialement des désinences adoptées
par la langue romane ; je citerai entre antres : altezza,
cappa, cima, esperansa, rogna, pausa, verdura 150.

La langue des troubadours, et les autres idiomes de
l'Europe latine, ont beaucoup de substantifs, tels que,
camisia, lista, barreira, batalha, etc., employés dans
la langue latine du moyen âge, soit qu'ils y fussent déjà
passés de la langue romane, soit que, latinisés par les nations
dans la langue desquelles on les retrouve antérieurement,
ils eussent été adoptés par la langue romane.

On ne sera pas surpris de voir aube à côté d'alba,
si l'on se souvient que l'l des mots romans s'est changée
en u 251 dans les mots français, ni fée à côté de fada,
puisque j'ai prouvé que le d intérieur des mots romans a
été souvent supprimé dans les mots français, et que é, e
ont remplacé l'a pénultième et l'a final romans, etc. etc.24

Exemples de substantifs féminins, en a bref ou muet,
qui se trouvent dans la langue romane et dans les
autres langues de l'Europe latine.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | alb | alba | aube | alva | omb | tomba | tombe | arb | barba | barbe | erb | herba | herbe | yerba | herva | erba | ac | taca | tache | tacha | ec | hipoteca | hypothèque | hypotheca | ipoteca | ic | arimetica | arithmétique | aritmética | aritmetica | fabrica | fabrique | fábrica | anc | anca | hanche | banca | banque | onc | conca | conque | concha | oc | boca | bouche | bocca | arc | barca | barque | marca | marche | osc | mosca | mouche | ad | estrada | estrade | strada | fada | fée | hada | pebrada | poivrade | piverada | peverada | gelada | gelée | helada | geada | gelata | entrada | entrée | entrata | ed | moneda | monnoie | moeda | moneta | seda | soie | seta | id | partida | partie | partita | and | demanda | demande | end | tenda | tente | tienda | ond | fonda | fronde | honda | funda | fronda | od | roda | roue | rueda | ruota | ard | austarda | outarde | betarda | abetarda | aoutarda25

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | garda | garde | guardia | guarda | ord | corda | corde | cuerda | ud | muda | mue | of | cofa | coiffe | cofia | coifa | | coffia | ag | paga | paye | plaga | playe | llaga | chaga | piaga | ig | fatiga | fatigue | fadiga | fatica | og | sinagoga | synagogue | synagoga | ech | flecha | flèche | frecha | freccia | alh | batalha | bataille | batalla | battaglia | malha | maille | malla | maglia | toalha | touaille | toalla | tovaglia | elh | aurelha | oreille | oreja | orelha | orècchia | ilh | meravilha | merveille | maravilla | maravilha | maraviglia | olh | folha | feuille | foja | foglia | ulh | gulha | aiguille | aguja | guglia | anh | castanha | châtaigne | castana | castagna | onh | ronha | rogne | rona | rogna | aci | gracia | grace | graça | grazia | adi | abadia | abbaye | abbadia | edi | comedia | comédie | commedia | nhi | companhia | compagnie | compania | compagnia | ni | vilania | vilenie | villania | eri | caballeria | chevalerie | cavalleria | ori | senhoria | seigneurie | senoria | signoria | asi | fantasia | fantaisie | esi | cortesia | courtoisie | cortezia | isi | ipocrisia | hypocrisie | hipocresia | hypocrisia | osi | gelosia | jalousie | esti | bestia | beste | besta | onj | lisonja | losange | lusinga

15226

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | arj | tarja | targe | targa | charja | charge | carga | carica | al | sala | salle | el | tela | toile | il | fila | file | ell | capella | chapelle | capilla | ol | viola | viole | isl | isla | isle | ilha | isola | ul | mula | mule | am | flama | flamme | llama | flamma | fiamma | im | cima | cime | rima | rime | lm | alma | alme | om | goma | gomme | gomma | arm | arma | arme | orm | forma | forme | um | pluma | plume | an | cabana | cabane | capana | campana | campane | campaña | campainha | campàna | setmana | semaine | sedmana | semana | settimana | en | carantena | quarantaine | cuarentena | quarentena | estrena | etrenne | estrea | strena | in | farina | farine | harina | farinha | gaina | gaîne | vaina | bainha | guaina | on | persona | personne | pessoa | ern | lanterna | lanterne

153 25427

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | un | luna | lune | lua | o | proa | proue | prua | ap | capa | cape | olp | colpa | coulpe | culpa | omp | trompa | trompe | op | copa | coupe | estopa | étoupe | estoupa | stoppa | ar | cara | chère | cera | abr | cabra | chèvre | capra | ibr | libra | livre | libbra | mbr | ombra | ombre | sombra | obr | obra | œuvre | opra | dr | salamandra | salamandre | er | cire | esphera | sphère | esfera | ir | lira | lyre | lyra | eir | barreira | barrière | barrera | barriera | maneira | manière | manera | maniera | or | aurora | aurore | pr | lepra | lèpre | arr | jarra | jarre | giara | err | guerra | guerre | ur | aventura | aventure | ventura | verdura | verdure | cosdura | couture | costura | cosidura | armadura | armure | as | casa | case | mis | camisa | chemise | uis | guisa | guise | ans | lansa | lance | lanza | lança | lancia | balansa | balance | balanza | balança | bilancia | esperansa | espérance | esperanza | esperanca28

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | ensa | benevolensa | bienveillance | benevolencia | benevolenza | os | prosa | prose | ors | forsa | force | fuerza | força | forza | ass | massa | masse | ess | duquessa | duchesse | duquesa | duqueza | duchessa | pessa | pièce | pieza | peça | pezza | us | musa | muse | aus | pausa | pause | at | sabata | savate | zapata | sapata | ciabatta | ect | secta | secte | seita | et | planeta | planète | pianeta | it | cararaita | calamité | calamita | olt | volta | volte | vuelta | ant | planta | plante | ot | nota | note | rota | déroute | art | carta | charte | ort | porta | porte | ast | asta | hast | hasta | est | testa | teste | ista | lista | liste | vista | viste | ost | resposta | riposte | respuesta | risposta | ut | disputa | dispute | egu | tregua | trêve | tregoa | aigu | aigua | aiguë | agua

155 25629

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | engu | lengua | langue | lingua | av | fava | fève | haba | octava | octave | outava | ottava | ov | prova | preuve | prueba | ez | alteza | altesse | altezza | fineza | finesse | finezza | largueza | largesse | larghezza | proeza | prouesse | prodezza | richeza | richesse | riqueza | ricchezza | anz | tarzanza | tardance | tardanca | enz | descaienza | décadence | decadencia | decadenza

Une analogie aussi constante entre les principaux
substantifs des diverses langues de l'Europe latine, une
série aussi nombreuse d'identités remarquables dans la
racine et la terminaison des mots conservés ou modifiés
de la langue latine, et surtout d'un grand nombre de mots
tirés de plusieurs autres idiomes, et dont la modification
et la désinence sont identiques, voilà sans doute un phénomène
grammatical très-remarquable. Il suffirait à prouver
non seulement une communauté d'origine, mais encore
l'existence d'un type commun intermédiaire, qui a modifié
soit la langue latine, soit d'autres idiomes, par des opérations
dont on reconnaît encore l'empreinte caractéristique
et la parfaite unité.

On obtiendra de semblables résultats, en comparant
les autres substantifs.

Divers autres substantifs féminins romans, et le plus
grand nombre des substantifs masculins, sont terminés
en consonnes.30

Quelques-uns ont conservé la désinence du nominatif
ou de l'accusatif de la langue latine, tels que, animal,
mar, etc., etc.

Plusieurs autres ont été formés par la suppression de
la désinence qui caractérisait l'accusatif latin, tels que,
partem, dentem, florem, pontem, etc., etc.

D'autres, enfin, ont été formés par analogie, ou empruntés
à d'autres idiomes avec des modifications plus ou
moins remarquables.

Substantifs en age.

Il est vraisemblable que la langue romane forma cette
désinence, en modifiant les substantifs latins en agium, en
ago. Elle fut souvent attachée à des substantifs qui n'étaient
pas dérivés du latin, ou qui avaient en latin une
terminaison différente, tels que les suivants :

Roman : Corage, lenguage, linhage, message, omenage,
viage 157, etc.

Français : Courage, langage, lignage, message, hommage,
voyage 258, etc.

Espagnol : Corage, lengage, linage, mensage, omenage,
viage.

Portugais : Coragem, lenguagem, linhagem, mensagem,
homenagem, viagem.31

C'est par une euphonie particulière que la langue portugaise
ajoute un m final aux mots romans en age ; mais
dans les écrivains portugais anciens, et dans les classiques,
on trouve de nombreux exemples de la terminaison
commune en age ou aje :

« Que fora paje do conde d'Abrantes. »
J. de Barros, Dec. II, I, 3.

« Eu nani sei en este reyno jugada, portage, dizima, etc. »
J. de Barros, Dec. I, III, 12.

« Filho d'un pobre salvaje. »
Palmeirim de Inglatera, t. I, p. 112.

« Quem he aquelle que faz tanta vantage. »
J. de Barros, Dec. II, III, 6,

« Qu'em sua viage arrecadavan. »
Palmeirim de Inglatera, t. I, p. 94.

Italien :

Il est évident que l'euphonie italienne a changé en
aggio, la désinence romane age :

Corraggio, lenguaggio, lignaggio, messaggio, omaggio,
viaggio, etc., etc.

Cependant image se dit en poésie :

Dalla mente profonda, che lui volve,
Prende l'image e fassene suggello.
Dante, Parad. II, v. 131.

Des patois de la haute Italie ont conservé la désinence
romane age.32

Substantifs en al.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | animal | cardinal | cardeal | cristal | mal | metal | métal | quintal | sal | sel | senescal | sénéchal | senecal | senhal | signal | senal | sinal | val

Les substantifs italiens en al peuvent, ainsi que je l'ai
expliqué, prendre ou quitter la lettre euphonique e ou
o ; mais les patois de la haute Italie ne la prennent pas.

Substantifs en an.

Roman : Afan, man, pan, etc.
Français : Ahan, main, pain, etc.
Espagnol : Afan, man, pan.

Aujourd'hui la langue espagnole ajoute plus souvent
l'o final euphonique aux substantifs en an ; elle en avait
autrefois davantage avec la terminaison purement romane.

Quiero fer una prosa en roman paladino.
Vid. de S. Dom. Cob. a.33

On trouve escriban dans le Fuero Juzgo.

Elle conserve encore capellan, capitan, refran,
sacristan, etc.

Portugais :

Autrefois en changeant l'n final en m, on disait :

Affam, mam, pam, etc. etc.

« E ajao por seu afam en cada un anno. »
Testam. del Rey Joam I 159.

« Ao qual escriveo huma carta de sua propria mam. »
J. de Barros, Dec. I, II, 2.

« Pam meado, pam terceado, pam quartiado. »
Elucidario, v°, Pam.

Obedecer a seu capitam.
J. de Barros, II, VIII, 4

Era ido o capitam d'ella.
J. de Barros, Dec. III, I, 5.

Nosso escripvam.
Liv. Vermelho, do sr Rey D. Affonso.

O dito provedor e escrivam.
Test. del rey D. Joam, I. Dec. 1426.

Il y a même des exemples anciens de la terminaison
purement romane :

Quanta coita e quant affan….
Membre vos quant affan levei.
Canc. ms. Do coll. dos nobres, fol. 75 et 86.34

Italien :

Quoiqu'il ajoute ordinairement l'e ou l'o à la terminaison
en an, on la trouve encore souvent dans les
auteurs.

Affan, man, pan, pian, etc.

Les patois de l'Italie septentrionale rejettent la voyelle
finale, et disent an.

Substantifs en ar.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | mar | mer | altar | alter | colar | colier | collar | escolar | escolier | par | paire

160

La langue italienne permettant de se passer de la
voyelle finale dans les mots terminés en ar roman, on
rencontre souvent en prose et en vers cette dernière
désinence.35

Les patois de la haute Italie rejettent constamment
cette voyelle finale.

Substantifs en art.

Roman : Art, part, quart, rampart, etc.

Français : Art, part, quart, rempart, etc.

L'espagnol et le portugais ont depuis long-temps
adopté la voyelle finale euphonique dans les mots en art ;
mais il existe la preuve qu'autrefois la langue espagnole
disait art, part.

« Sin art é sin enganno. »
Fuero de Molina 161.

« Prendan de cada part quatre parientes. »
Fuero de Molina 262.

A vos tant dinno que con él avedes part,
Mandad nos ios ferir de qual part vos semeiar.
Poema del Cid, v. 2373, 4.

Que la avrien aina al otra part passada.
Milag. de N. Sra, cobl. 590.

De suenno de part mala non seamos tentados.
Trad. del Conditor alme 363.

L'italien, qui, après le t pénultième, ne quitte jamais
la lettre euphonique, a cependant conservé dans
plusieurs de ses patois la désinence primitive.36

Substantifs féminins en at.

Roman :

Antiquitat, auctoritat, beltat, bontat, ciutat, clardat,
crudeltat, dignitat, falsedat, impietat, libertat, majestat,
trinitat, vanitat, veritat, voluntat, etc. etc.

Français :

J'ai établi précédemment que l'ancien français modifiait
très-souvent en et la désinence romane at ; il est
certain que, dans les temps anciens, il disait :

Antiquitet, autoritet, etc.

Voici de nouvelles preuves de fait que je crois nécessaire
d'ajouter à celles que j'ai déjà fournies.

« E cuveiterat li reis la tue bealtet. »
Trad. du ps. 44, ms n° 1.

« Kar li nostre sire dunrat benignitet. »
Trad. du ps. 84, psaut. de Corbie.

« En la buntet de tes esliz. »
Trad. du ps. 105, psaut. de Corbie.

« En chaitivetet »
Trad. du ps. 34, ms. n° 1.

« Jete sur le Seigneur ta charitet. »
Trad. du ps. 54, ms. n° 1.

« En la citet del Seignur. »
Trad. du ps. 100, psaut. de Corbie.

« Et prist la tur de Syon, ço est la citedDavid… Curud
en la cited… Celui qui primes en la cited enterreit. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 46.37

« Tu, devencue de mort la crueltet, aovris as creanz
les regnes des ciels. »
Trad. du te deum, ms. de la bib. Cotton.

« En lit de enfermetet. »
Trad. du ps. 40, ms. n° 1.

« Freit e estet. »
Trad. du benedicite omnia, psaut. de Corbie.

« De la forceinetet de terre. »
Trad. du ps. 134, psaut. de Corbie.

La verge de la tue hereditet.
Trad. du ps. 73, psaut. de Corbie.

La humilitet de sa ancelle.
Trad. du magnificat, ms. de la bib. Cotton.

« Par humilited. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 48.

« De lur impietet. »
Trad. du ps. 72, psaut. de Corbie.

« Les fiz de iniquitet. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 48.

« Jo vi l'iniquitet ?. »
Trad. du ps. 54, ms. n° 1.

« E tes fiz ne tiennent pas tes veies ne ta lealtet. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 9.

« Père de grant majestet. »
Trad. du te deum, bibl. Cotton.

« Et parlerent malvaistiet. »
Trad. du ps. 72, psaut. de Corbie.

« Jo dis en la meinetet des miens jurz. »
Trad. de l'Ego dixi in medio, psaut. de Corbie.38

« Fruit de nativitet. »
Trad. du ps. 106, psaut. de Corbie.

« De lur necessitet délivrat els. »
Trad. du ps. 106, psaut. de Corbie.

« En parmanabletet e ultre. »
Trad. du ps. cantemus domino, psaut. de Corbie.

« En la poestet de la nuit. »
Trad. du ps. 135, psaut. de Corbie.

« Enveiat sacietet es anmes d'els. »
Trad. du ps. 105, psaut. de Corbie.

« Nen est santet en ma charn. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.

« A la memorie de sa seinteet. »
Trad. du ps. 29, ms. n° 1.

« Sulunc la meie semplicitet. »
Trad. du ps. 7, ms. n° 1.

« En miliu de la sollempnitet. »
Trad. du ps. 73, psaut. de Corbie.

« A la suvereinetet de Lui. »
Trad. du ps. 18, ms. n° 1.

« La boche desquels parlat vanitet. »
Trad. du ps. 143, psaut. de Corbie.

« Anuncerai la tue veritet en la meie buche. »
Trad. du ps. 88, psaut. de Corbie.

Deus mustrad sa volented à Mathan.
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 48.

En lu tue volentet.
Trad du ps. 29, ms. n° 1.39

J'ai cru indispensable d'insister sur la preuve de l'existence
antique des substantifs français en Et 164, parce que
cette forme grammaticale ne se retrouve plus dans des
monuments assez anciens ; et que, reproduite dans les
participes passés des verbes en er, elle démontre, d'une
manière incontestable, que l'é fermé actuel, qui désigne
l'absence du t final, correspond à l'at roman dans
les mots suivants :

Antiquité, autorité, beauté, bonté, cité, clarté, cruauté,
dignité, fausseté, impiété, liberté, majesté, trinité, vanité,
vérité, volonté, etc.

Espagnol :

La langue espagnole, plaçant le d pour le t, a conservé
la désinence romane :

Antiguedad, autoridad, beldad, bondad, ciudad, claridad,
40crueldad, dignidad, falsedad, impiedad, libertad,
majestad, trinidad, vanidad, verdad, volundad, etc.

On trouve, dans les anciens auteurs espagnols, la
finale en at.

Dans le titre Ier du Fuero Juzgo, on lit :

Dignitat, voluntat, trinitat, crueltat, pietat, etc.

Esta faz á la luna la claridat perder.
P. d'Alexandro, cob. 1311.

Dans les Fueros de Molina, du XIIe et du XIIIe siècle,
plusieurs substantifs conservent la désinence at.

« Que la hayan ellos en heredat… Vendan su casa e su
heredat… En voluntat del querelloso… De edat de diez
e seis annos. »
Llorente, not. de las prov. vascongadas, t. IV, p. 126.

Portugais :

Quoique la langue portugaise ajoute généralement
un e à la désinence romane ad ou at, il n'est pas sans
exemple que cette désinence primitive ait été conservée.

E se vus eu verdad non disser.
Cancioneiro. ms. do coll. dos nobres, fol. 63.

« Tu julgas isto ao reves da voluntad. »
Palmeirim de Ingl., t. 1, p. 61.

Mais a verdad vus quer eu dixer.
Cancioneiro, ms. do coll. dos nobres, fol. 42.

Italien :

De cette finale at, la langue italienne fit à. Cet accent
41grave, qui oblige d'appuyer sur l'à, indique et prouve
une suppression. Le pluriel et le singulier se terminent
également en à.

Souvent la langue italienne rétablit le t final, et alors
elle y ajoute l'e euphonique ; mais les patois de la haute
Italie le rejettent.

Substantifs masculins en at.

Roman :

Abat, magistrat, ducat, avocat, estat, evescat, grat,
senat, peccat, comtat, comjat, etc.

Français :

Quelques substantifs ont conservé la terminaison en at :

Sénat, magistrat, ducat, avocat, état.

D'autres ont suivi la règle générale du changement
en et, et par suite en é :

Abbé, évêché, gré, péché, congé, comté, péché.

Espagnol :

Abad est resté dans la langue espagnole, les autres mots
ont pris l'o final.

Potestat, dans le sens de magistrat, a été jadis employé.

« Si algun rey ó conde ó potestat ó otro home qualquier. »
Fuero de Molina 165.42

Le portugais et l'italien ont aussi ajouté la voyelle
finale euphonique, mais les divers patois de la haute Italie
l'ont rejetée.

Substantifs en el.

Roman :

Anhel, annel, auzel, cairel, camel, capel, castel, fardel,
mantel, martel, pel, ramel, scel, vassel, etc.

Français :

L'ancien français employait cette terminaison dans un
grand nombre de substantifs qui depuis l'ont changée en
eau.

Ce dist dou leu e dou aignel
Qui beveient à un rossel.
Marie de France, t. 2, p. 64.

« Une lampe de voirre qui devant son tombel ardoit. »
Chron. de France 166.

« Le cors du saint homme trouverent tout entier en char
et en pel. »
Chron. de France 267.

« Le royaume des Assyriens fut le flael que dieu apareilla
pour amatir son peuple d'Israël. »
Œuv. d'Alain Chartier. pag. 295.

Sans produire d'autres exemples, qu'il me suffise de
citer, par ordre alphabétique, quelques-uns des substantifs
qui, autrefois en el, sont aujourd'hui terminés en eau,
tels que :

Annel, batel, bercel, boissel, camel, capel, cervel, chalumel,
43chantel, chapitel, chastel, cisel, cotel, drapel, escabel,
faiscel, fardel, flambel, fornel, fusel, lioncel, mantel,
martel, nivel, oisel, ormel, panel, pourcel, renouvel,
scel, tonnel, tropel, trossel, vaissel, etc.

Par exception à cette règle générale, chevel changea
seulement l'l en u.

Sur les chevels de mon chief.
Trad. du ps. 68, psaut. de Corbie.

Espagnol :

La langue espagnole a changé souvent en illo la terminaison
en el, et a cependant conservé divers substantifs
avec l'ancienne désinence, tels que :

Angel, batel, doncel, castel, chapitel, fardel, lintel,
mantel, pincel, quartel, tonel, tropel, etc.

Mais elle en a perdu quelques-uns, comme annel pour
anhel roman :

Assado lo comiessen, non cocho lo annel.
Sacr. de la Misa, cob. 149.

Portugais :

Il est à remarquer que la langue portugaise qui a pris
assez souvent l'o final après la terminaison el, l'a cependant
gardée dans plusieurs substantifs. Ainsi :

Annel, bedel, burel, capitel, cartel, donzel, fardel,
nivel, pincel, quartel, tropel, vel.

Italien :

La langue italienne, pouvant, après les mots terminés
en el, prendre ou rejeter l'o ou l'e euphonique, dit :44

Agnel, angel, annel, capel, castel, donzel, gel, mel,
vel.

Les patois de la haute Italie rejettent la voyelle euphonique
après el.

Substantifs en en.

Roman :

Ben, desden, fren, palafren, ren, sen, terren.

Français :

La langue française a conservé ces mots avec les modifications
analogues, excepté dans palefroi, mais le
mot primitif roman est resté dans palefrenier.

Bien, desdain, frein, rien, sen, terrein.

E tolt au sage neis le sen.
Roman de la Rose, v. 8027.

Espagnol :

Bien, desden, palafren, sen.

De la cobdicia e del mal sen.
Fuero juzgo XII, 111, 24.

Portugais :

Par le changement de l'n final en m.

Bem, desdem, palafrem.

On trouve même dans les anciens auteurs l'n final.

E mia sennor e meu lum e meu ben
Por que trac amor tan en desden
Ca me fazedes ja perder o sen.
Cancion. ms. do colleg. dos nobres, fol 61.45

Italien :

L'n final pouvant admettre ou rejeter l'e ou l'o euphonique,
on trouve :

Ben, fren, palafren, terren, etc.

Substantifs en ent.

Le roman et le français ont cette désinence primitive
qu'on retrouve encore dans l'ancien espagnol.

Roman :

Accent, argent, dent, escient, gent, occident, orient,
parent, present, vent, etc.

Français :

Accent ; argent, dent, escient, gent, occident, orient,
parent, présent, vent, etc.

Espagnol :

Argent, gent, occident, orient, parent, present.

Non avemos dinero nin oro nin argent.
Vida d. S. Domin. Cob. 364.

Era gent mui fiera.
Poema de Alexandro, cob. 1780.

Movio de occident por mueda del peccado.
Vid. de S. Millan. cob. 387.

De parte de orient vino un coronado.
Poema del Cid, v. 1296.

« Qui perderie padre o madre o parient. »
Fuero de Molina 168.46

Adusso la gloriosa un present mui onrrado.
Mil. de N. Sra, cob. 58.

Portugais, italien :

Le portugais et l'italien ont constamment employé l'o
ou l'e final dans les mots que la langue romane termine
en ent, mais les patois de la haute Ifelie ont conservé
cette désinence primitive.

Substantifs en ment.

Roman :

Aliment, argument, bastiment, canbiament, comensament,
consentiment, clement, enseignament, fragment,
forment, instrument, mandament, monument, piment,
sacrament, testament, vestiment, etc. etc.

Français :

Aliment, argument, bâtiment, changement, commencement,
consentement, élément, enseignement, fragment,
froment, instrument, mandement, monument, piment,
sacrement, testament, vêtement, etc. etc.

Espagnol :

Quoique aujourd'hui la langue espagnole ajoute l'o à
la désinence des substantifs en ment, elle a jadis employé
cette désinence, et on en trouve des exemples nombreux :

Non lo saben los Moros el ardiment que han.
Poema del Cid, v. 555.

Querria vos contar un buon aveniment.
Mil. de N. Sra, cob. I.47

Non traien en su pleito ningun escarniment.
Mil. de N. Sra, cob. 699.

Nin estrument nin lengua nin tan claro vocero.
Mil. de N. Sra, cob. 9.

Andaban las redomas con el vino piment.
Mil. de N. Sra, cob. 699.

Per lo que avedes fecho buen cosiment y avra.
Poema del Cid, v. 1444

I nacio sant Millan esto sin falliment.
Vid. de S. Millan. cob. 3.

Portugais :

La langue portugaise ajoute la vovelle euphonique à la
désinence ment.

Italien :

Après le t, la langue italienne n'abandonne jamais la
voyelle euphonique, mais les patois de la haute Italie la
rejettent.

Substantifs en er, ier.

Roman :

Cavalier, corrier, destrier, dever, mestier, pensier, plazer.
poder, saber, esparvier.

Français :

Cavalier, courrier, destrier, devoir, métier, penser,
plaisir, poer, savoir, épervier.

Espagnol :

Deber, mercader, menester, placer, poder, saber.48

Portugais :

Dever, prazer, poder, saber.

Italien :

L'italien pouvant, après l'r, prendre ou rejeter la
voyelle euphonique, on trouve dans les auteurs,

Piacer, messer, ver, destrier, mestier, cavalier, lancier,
pensier, sparvier, etc.

Les patois de la haute Italie rejettent l'o et l'e, après
les noms en ier et en er.

Substantifs en es.

Roman :

Arnes, marques, mes.

Français :

Harnois, marquis, mois.

Espagnol :

Arnes, marques, mes.

Portugais :

Arnez, marquez, mes.

Italien :

La langue italienne ne rejette jamais l'o ou l'e final
après l's ou le z, mais les patois de la haute Italie disent
toujours :

Ames, marques, mes, etc.49

Substantifs en il.

Roman :

Abril, fil, stil, sobrecill.

Français :

Avril, fil, stil, sourcil.

« Suivant le stil accoutumé. »
Ord. des R. de Fr., t. 15, p. 137. (1461.)

A Ménandre en beau stil de grave comédie.
Anc. trad. d'Horace, liv. 2, p. 322.

Espagnol :

Abril.

Portugais :

Abril.

Italien :

La langue italienne, pouvant admettre ou rejeter la
voyelle euphonique après l'l, dit :

Abril, stil.

Ne lo stil minore.
Barberini, Doc. d'am., p. 222.

Cantarà in stil leggiero.
Mani, Illustr. di Boc. son. p. 50.

Les patois de la haute Italie rejettent la voyelle après il.

Substantifs en in.

Roman :

Delfin, fin, festin, florin, jardin, jasmin, latin, mastin,
paladin, etc.50

Français :

Dauphin, fin, festin, florin, jardin, jasmin, latin, mastin,
paladin.

Espagnol :

Delfin, fin, festin, florin, jardin, jazmin, latin, mastin,
paladin.

Portugais :

La langue portugaise changeant l'n en m, a dit :

Delfim, fim, festim, florim, jardim, jasmim, latim,
mastim, paladim.

Italien :

On trouve en italien très-souvent les mots en in sans
l'e ou l'o euphonique, parce que les mots terminés en
in peuvent l'admettre ou le rejeter. Mais les patois de
la haute Italie n'adoptent jamais l'o ni l'e euphoniques
après les mots terminés en in.

Substantifs en it.

Roman :

Dit, escrit, habit, marit.

Français :

Dit, écrit, habit, marit.

« Aussi se trouve il des marits qui ayans espousé des
femmes riches. »
Amyot, tr. de Plut. Mor., t. 3, p. 7.51

Espagnol :

La langue espagnole a placé la voyelle euphonique
après les substantifs en it et en id ; mais on trouve dans
les anciens auteurs :

Alcaid, traid, pleyt.
« Alcaid que toviere Zafra…
Prendades aquestos cafices en traid. »
Fuero de Molina 169.

« Aquel que ayuda en la lid. »
Fuero Juzgo, v. 111, I.

Fablemos su vegada del fleit del mercadero.
Mil. de N. Sra, cob. 681.

Entendió el santo ome el pleyt.
V. de S. Millan., cob. 188.

En est pleyt en que somos serie buen advocado.
Vid. de S. Millan. cob. 430.

Portugais, italien :

Le portugais et l'italien n'omettent jamais la voyelle
euphonique après it, id à la fin des substantifs. Les
patois de la haute Italie ne l'adoptent pas.

Substantifs en ol.

Roman :

Aiol, col, dol, roi, sol, titol.

Français :

Aiol, col, dol, sol.52

Anciennement on disait en français aiol et dol pour
aieul et deuil :

« Le premier Glothaires son aiol. »
Chron. de France 170.

« Saul tun aiol. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 50.

Quant pot parler, grand dol demene.
Marie de France, t. I, p. 268.

Ses guarnemenz de dol e de marement dessirad.
Trad. du IVe livre des Rois, fol. 149.

Espagnol :

La langue espagnole, en plaçant l'o euphonique après
aruel, cuell, duel, a conservé en ol,

Rol, sol, apóstol.

Elle a dit autrefois titol, que le Fuero Juzgo répète
souvent, soit dans le texte, soit dans les variantes.

Portugais :

Ayant supprimé l'l d'avol, le Portugais a fait avó,
en marquant l'ó d'un accent qui indique la suppression,
et il a conservé :

Col, sol.

Autrefois il a dit rool :

Hum rool de pragamyo.
Doc. das Salzedas, 1297 271.53

Italien :

La voyelle euphonique pouvant être placée ou omise, à
volonté, après l'l, on trouve dans les anciens auteurs italiens,
et à plus forte raison dans les patois qui ne reçoivent
guère la voyelle euphonique :

Capitol, diavol, duol, figliuol, miracol, pericol, popol,
sol, secol, titol, etc.

Substantifs en olp.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | colp | golp | golpe | golpo

L'ancien français a dit colp, qui, par le changement
ordinaire de l'l en u, a produit coup :

Ni ot plus colp feru d'espée.
Marie de France, t. I, p. 572.

L'ancien espagnol a dit aussi golp :

Dió á Alexandre grant golp en escudo.
Poema de Alexandro, cob. 161.

Et, si l'italien et le portugais ont adopté la voyelle
euphonique, les patois de la haute Italie l'ont rejetée.

Substantifs en om.

Roman :

Hom, nom, pom.

Français :

Hom, nom.54

« Homs fu de grant cors et de fort et de grant estature. »
Chron. de France 172.

« Est mult prodom. »
Villehardouin, p. 16.

Espagnol :

L'espagnol a dit omne et ome, et la terminaison bre
donnée à hom et à nom est si particulière, qu'on voit
évidemment qu'elle a été ajoutée à la racine romane.

Portugais :

Le portugais prend la voyelle euphonique, et dit même
omem, mais ome est dans les anciens auteurs.

Italien :

L'm final adoptant ou rejetant la voyelle euphonique,
on trouve très-souvent en Italien des exemples d'hom et
de nom :

Vedi saggio hom per via.
Barberini, Doc. d'am. p. 154.

« Mio padre fù gentil hom. »
Boccaccio, Decam. VIII, 9.

« Vedi me uom d'arme. »
Boccaccio, Decam. II, 9.

Ch' a nom Risalliti.
Barberini, Doc. d'am. p. 76.

Divers patois de la haute Italie gardent toujours l'm
final en ces mots.55

Substantifs en on.

Roman :

Baston, canzon, don, falcon, lairon, leon, perdon,
esperon, son.

Français :

Baston, chanson, don, faucon, larron, lion, pardon,
éperon, son.

Espagnol :

Baston, cancion, don, leon, halcon, ladron, leon, perdon,
espolon, son.

Portugais :

Bastaõ, cançaõ, dom, falcaõ, ladraõ, leaõ, perdaõ, esporaõ,
som.

La terminaison en portugais équivaut à om, qui,
par le changement de l'n en m final, représente on
roman ; aussi on trouve :

E se o confrade disser : villam… ou ladrom.
Doc. de Thomar. 1388 173.

Italien :

La voyelle euphonique pouvant être adoptée ou rejetée
à la fin des mots italiens terminés en n, on trouve
très-souvent, dans les divers auteurs, des substantifs en
on, tels que

Baston, canzon, don, falcon, ladron, leon, perdon,
spron, son.

Les patois de la haute Italie rejettent la voyelle euphonique
après l'n final.56

Substantifs en ion.

Roman :

Benediction, campion, creation, devocion, entension,
nacion, predication, question, religion, resurrection, salvation.

Français :

Bénédiction, champion, création, dévotion, intention,
nation, prédication, question, religion, résurrection, salvation.

Espagnol :

Bendicion, campeon, creacion, devocion, intencion, nacion,
predicacion, cuestion, religion, resurreccion, salvacion.

Portugais :

Bençaõ, eampeaõ, creaçaõ, devoçaõ, intençaõ, naçaõ,
pregaçaõ, questaõ, religiaõ, resurreiçaõ, salvaçaõ.

Italien :

L'italien, par les raisons exposées précédemment,
conserve souvent l'on final qui se retrouve toujours dans
les patois déjà cités.

Substantifs en ond et ont.

Roman :

Mond, fond, font, mont, pont.

Français :

Mond ou mont, fond, font, mont, pont.57

Il n'en ad joie en cest mund.
Marie de France, t. I, p. 320.

E c'est la derverie
Del mont.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p. 20.

« Que si halte justice devoit bien toz le monz veoir, »
Villehardouin, p. 127.

Espagnol :

Quoique la langue espagnole ajoute aujourd'hui l'o ou
l'e euphonique, on rencontre des exemples de la désinence
primitive :

E finiò en un poyo que es sobre mont real.
Poema del Cid, v. 841.

Que trasquiesson el ninno del mont a los poblados.
Mil. de N. Sra, cob. 576.

El cond don Encas.
Poema de Alexandro, cob. 530.

Portugais :

On trouve aussi en portugais des vestiges pareils :

Ca mentr' eu no mund viver
Non quer outra sennor fillar.
Cancioneiro, ms. do coll. dos nobres, fol. 99.

Italien :

Quoique la langue italienne prenne toujours la voyelle
euphonique après le t final, on retrouve dans les patois
déjà indiqués la désinence en ond et en ont, et ils rejettent
toujours cette voyelle.58

Substantifs en or.

Roman :

Amador, amor, ardor, calor, cobertor, color, defensor,
dolor, doctor, emperador, error, favor, flor, honor, labor,
mirador, odor, olor, rancor, servidor, terror, tutor, etc.

Français :

La langue française a conservé assez long-temps la
terminaison romane des mots en or qu'elle a changés
ensuite, les uns en eur et les autres en our. Des exemples
sont nécessaires pour faire connaître à ce sujet les
variations de la langue.

Voici des exemples de substantifs autrefois en or et
depuis en our :

« La bonne amor que nous avons vers les princes. »
Chron. de France 174.

L'amors que Diex m'a commandée.
Fabl. et Contes Anc., t. 2, p. 206.

Mais je vous aim de bone amor.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p. 460.

Elle revint dedens sa tor.
Marie de France, t. 1, p. 304.

Voici des exemples de substantifs jadis en or et aujourd'hui
en eur :

« Ja soit ce que aucun actor aient escrit…
Maint actor d'istoires le metent en dampnacion. »
Chron. de France 275.59

Mais se de moi faites clamor.
Fabl. et Contes anc., t. 3, p. 441,

« Sous la color de pitié. »
Gestes de Louis le Débonnaire 176.

« Li glorieux confessors mesires S. Beneois. »
Chron. de France 277.

La dolors que li amanz sent.
Fabl. et Contes anc., t. 2, p. 217.

Que ce fut la flors des barons.
Fabl. et Contes anc., t. 2, p. 319.

Et de biauté et de grandor.
Marie de France, t. 2, p. 113.

Et fu enterré a grant honor al mostier Sainte Sophie.
Villehardouin, p. 160.

A la luor de la fenêtre.
Fabl. et Contes anc., t. 3, p. 466.

« Bien se conformoit aux mors et à la manière le roi. »
Chron. de France 378.

« Des églises de l'arceveschié de Lyon et de Vienne qui
estoient vagues et sans pastors. »
Gestes de Louis le Débonnaire 479.

« Plor et lamentation. »
Chron. de France 580.60

Onques n'amai fors mon segnor.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p. 60.

« Dont la ténors estoit telle. »
Chron. de France 181.

« De trop grant cruauté furent li vainqueur. »
Gestes de Louis le Débonnaire 282.

Il est donc évident que l'ancien français a conservé
pendant long-temps la désinence romane des substantifs
en or.

Espagnol :

La langue espagnole la conserve encore ; et aucun de
ses substantifs en or, qui sont très-nombreux, n'a jamais
admis la voyelle euphonique.

Amador, amor, ardor, calor, cobertor, color, defensor,
dolor, doctor, emperador, error, favor, flor, honor, labor,
mirador, odor, olor, rancor, servidor, terror, tutor, etc.

Portugais :

De même la langue portugaise n'a jamais pris l'e euphonique
à la fin des substantifs en or, qu'elle a conservés
dans leur intégrité primitive :

Amador, amor, ardor, calor, cobertor, color, etc.

Italien :

La langue italienne emploie souvent les substantifs en
or sans y joindre la voyelle euphonique, que n'adoptent
point les patois de la haute Italie.61

Substantifs en ot.

Roman :

Escot, mot, sacerdot, trot, vot.

Français :

Escot, mot, sacerdot, trot, vot.

« Ce gran sacerdot et prestre Moses. »
Contes d'Eutrapel, fol. 165.

« Vot voat a Deu de Jacob. »
Trad. du Ps. 131, psaut. de Corbie.

« S'il a eu volonteit de dewerpir son vot et chaingier son
proposement. »
Sermon de S. Bernard, fol. 45 183.

« Affermant par son serment et soubs le vot de sa religion. »
Ord. des Rois de France, t. 15, p. 86 (1461).

Espagnol :

Quoique la langue espagnole n'emploie plus la désinence
ot sans y ajouter l'e euphonique, on trouve dans
les anciens auteurs des traces de la désinence romane pure :

Pechado lo avemos el escot que comiemos.
Mil. de N. Sra, cob. 392.

El sacerdot legitimo que nunca descamina….
La hostia que ofrece el sacerdot senero.
Sacrif. de la misa, cob. 27 et 128,62

El preste benedicto sacerdot derechero.
Vid. de S. Millan. cob. 106.

El sacerdot precioso en qui todos fiaban.
Vid. de S. Domin. cob. 65.

« O el sacerdot de la tierra é non se quite d'aquel sacerdot
por tal quel sacerdot testimonie en verdad. »
Fuero Juzgo, XII, III, 20.

Portugais, italien :

Ces deux langues prennent toujours la voyelle euphonique
après les substantifs en ot ; mais les patois de la
haute Italie la rejettent.

Substantifs en rn.

Roman :

Carn, escharn, enfern, ivern, corn, fora, jorn, torn, etc.

Français :

L'ancien français a conservé pendant quelque temps
la désinence de ces substantifs, qu'il a ensuite adoucie :

« E beneisset tote carn al seint num de lui. »
Trad. du ps. 144, psaut. de Corbie.

« Nen est santet en ma charn. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.

« Frunchissement et escharn a ces ki esteient en nostre
avirunement. »
Trad. du ps. 43, ms. n° 1.

« Se io descendrai a enfern, tu i es. »
Trad. du ps. 138, psaut. de Corbie.63

« Sire, tu forsmenas de enfern la meie amne. »
Trad. du ps. 29, ms. n° 1.

« Ested e ivern tu as fait. »
Trad. du ps. 73, ms. n° 1.

« Serat eshalciet li corns de lui. »
Trad. du ps. 88, psaut, de Corbie.

« Ne vouliez eshalcier en hait vostre corn. »
Trad. du ps. 74, ms. n° 1.

« Si cum furn de feu. »
Trad. du ps. 20, ms. n° 1.

« Quant sunt jurn de tuen serf. »
Trad. du ps. 118, psaut. de Corbie.

« Oiet tei li sires en jurn de tribulatiun…. »
Il orrat nus el jurn que nus apeleruns.
Trad. du ps. 19, ms. n° 1.

« El noble turn de la nostre sollempnitet. »
Trad. du ps. 80, psaut. de Corbie.

On sent que les langues qui conservaient l'rn devaient
adoucir le son par l'adjonction de la voyelle euphonique
finale.

L'espagnol et le portugais disent :

Carne, infierno, inferaio, inverno, horno, forno, torno.

L'italien ne rejette jamais la voyelle euphonique, quoique
le mot soit terminé en n, et il dit :

Carne, infemo, inverno, forno, giorno, soggiorno, torno,
ritorno, etc.

Mais les patois de la haute Italie conservent la terminaison
romane primitive.64

Substantifs en u et v.

Roman.

Clau, esclau, nau, trau, feu, greu, neu.

Ablativ, accusativ, activ, adjectiv, comparativ, dativ,
genitiv, imperativ, indicativ, infinitiv, nominativ, optativ,
passiv, subjonctiv, substantiv, superlativ, vocativ.

Français :

En français, cette désinence a été presque toujours
rendue par le changement de l'u ou du v en f.

Clef, nef, fief, grief.

Ablatif, accusatif, actif, adjectif, comparatif, datif, génitif,
impératif, indicatif, infinitif, nominatif, optatif, passif,
subjonctif, substantif, superlatif, vocatif.

L'ancien français ne disait pas neige, mais neif, noif,
venant de neu roman.

« Tu laveras me, e sur neif serai emblanchiz. »
Trad. du ps. 50, ms. n° 1.

Onc plus espes ne noif ne gresle
Ne vi voler.
Roman de la Rose, v. 15823.

Espagnol :

La langue espagnole a ajouté la voyelle o ou e, et
a dit :

Llave, nave, esclavo, etc.
Ablativo, accusativo, etc.

Portugais :

La langue portugaise en a fait autant ; mais, dans le
mot nao, l'o a évidemment remplacé l'u de nau roman.65

Italien :

La langue italienne a toujours l'e ou l'o euphonique
dans les mots auxquels l'usage ne permet pas de le rejeter ;
les patois de la haute Italie ont conservé l'antique
forme.

Substantifs en uc.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | duc | dhuc | duce

Aujourd'hui on dit en espagnol et en portugais duque,
mais il existe encore des exemples qui prouvent qu'anciennement
ces deux langues ont employé la terminaison
romane :

« Nin duc ni rico ome… »
Fuero Juzgo, IX, II, 8.

« Si quier duc, si quier ricombre. »
Fuero Juzgo, IX, II, 9.

El duc Valeriano.
Mari, de S. Lor. cob. 92.

« O infante vosso tio que he dhuc della. »
Doc. de Viseu, 1430 184.

Substantifs en ul.

Roman :

Mul, cul.

Français :

Mul, cul.66

« D'un blanc mul descendi maintenant. »
Chroniques de France 185.

« Seur mulz et seur chevaux. »
Chroniques de France 286.

« Palefroi, muls et mules. »
Villehardouin, p. 99.

Espagnol :

Quoique l'espagnol et le portugais aient adopté l'o
final euphonique, il est cependant dans le portugais des
traces de l'ancien usage.

Portugais :

« E se o confrade disser á outro confrade : villam, fodidincul
ou tredor. »
Docum. de Thomar, 1388 387.

Italien :

Les mots en l final permettant de rejeter la lettre euphonique,
on trouve :

Mul, cul.

Non voler trar lo mul di sua natura.
Barbrrini, Doc. d'Am. p. 134.

« Che non le tocava il cul la camisia. »
Bocc. Decam. IV, a, p. 218.

Les patois de la haute Italie n'admettent jamais la
voyelle euphonique.67

Substantifs en ut.

Roman :

Salut, statut, tribut, vertut.

Français :

Salut, statut, tribut, vertut.

La langue française a conservé dans plusieurs mots
le t final roman ; dans quelques autres elle l'a gardé
assez long-temps, mais l'a abandonné ensuite en marquant
d'un accent l'e final de libertet, veritet, ainsi
que je l'ai prouvé précédemment.

Mais les mots terminés en it et en ut n'ont pas été
marqués d'un accent, parce qu'il n'était pas nécessaire
de distinguer les i et les u brefs ou longs, comme il est
nécessaire de distinguer les é fermés ou les e muets.
Ainsi de marit est venu mari, et de vertut, vertu.

Dans notre ancien idiome, ce substantif a conservé
assez long-temps let final primitif.

« En la vertut de Dieu. »
Trad. des Dialogues de S. Grégoire 188.

« E la verge Aàron ù Deu sa vertut mustrad. »
Trad. du Ier liv. des Rois.

« E livrat en chaitivitet la vertut d'icels. »
Trad. du ps. 77, psaut. de Corbie.68

Espagnol :

La langue espagnole a conservé la terminaison romane
avec la seule modification de changer le t en d, elle a
dit salud, virtud, etc. Mais les manuscrits anciens
offrent exactement la terminaison romane primitive.

La virtut de la missa quanto pode valer.
Sacrif. de la misa, cob. 121.

« Por salut de las almas. »
Fuero Juzgo, I, IX, p. 10.

« Que a ninguna otra servitut non sean constreinidos. »
Fuero de S. Vincent de Sosierra 189.

Portugais :

Le portugais prend l'e euphonique, et dit virtude,
servitude.

Italien :

Il faut appliquer au changement de l'ut roman en u
italien les mêmes observations qui ont déjà été faites sur
les substantifs en at changé en à ; c'est la même opération.

Les patois de la haute Italie ont adopté l'ù final,
comme ils avaient adopté l'à final.

A ces nombreuses et diverses désinences, soit de substantifs
masculins, soit de substantifs féminins qui ne sont
pas en a bref ou muet, désinences dont je présente les séries
et les rapports, j'aurais pu en ajouter plusieurs autres,
69mais je les omettrai ici par deux raisons : la première,
parce qu'elles n'appartiennent pas à des mots dont les
groupes soient assez considérables ; la seconde, parce que
quelques-uns de ces mots ne se retrouvent pas dans chacune
des langues de l'Europe latine.

Si plusieurs des terminaisons indiquées viennent du
latin, par la conservation du mot entier, comme animal,
etc., ou par le tronquement de la finale caractéristique
du cas, comme pontem, il en est beaucoup d'autres qui
ne viennent pas directement du latin, et qui ont été admises
dans toutes ces langues, et appliquées à des mots
auxquels le latin attachait une autre terminaison, comme :

Corage, lenguage, linhage, message, omenage, viage, etc.,
signal, beltat, agnel, annel, ramel, vassel, cavalier, corrier,
campion, cubertor, mirador, servidor, etc.

Comment ces diverses langues se seraient-elles accordées
à rejeter la terminaison latine primitive, pour y
substituer une terminaison étrangère ? N'est-il pas évident
que, pour une telle opération, elles avaient besoin d'un
type commun ?

Il y a même des substantifs dont la racine, empruntée
à d'autres langues, a reçu et conservé généralement la
terminaison caractéristique fournie à d'autres mots par
la suppression de la finale latine, tels que

Fardel, ardiment, bastiment, escarniment, cangiament,
enseignament, rancor, etc.

Enfin toutes les langues ont adopté des mots dont le
latin n'indiquait ni la racine, ni la terminaison :70

Ahan ou afan, desden, palafren, jardin, mastin, arnes.
marques, colp, baston, esperon, trot, jorn, esclau, etc.

Accidents grammaticaux dans les substantifs de la
langue romane, et qui ne se retrouvent que dans
l'ancien français.

De toutes les langues de l'Europe latine, l'ancien idiome
français a seul conservé ces formes dont l'emploi supplée
si heureusement à l'absence des cas, qui, dans les langues
à inflexions, désignent soit les sujets, soit les régimes
directs et indirects.

Pour démontrer avec quelle exactitude l'ancien français
reproduisit ces formes de la langue des troubadours,
il me suffira d'appliquer au français les principes que j'ai
indiqués dans la grammaire romane.

Au singulier, l's final, attaché à tous les substantifs
masculins, et à la plupart des substantifs féminins qui ne
se terminent point en e muet, avertit qu'ils sont employés
comme sujets ; et l'absence de l's désigne le régime direct
ou indirect.

Au pluriel, les sujets ne reçoivent pas l's que prennent
les régimes directs ou indirects.

Je présenterai successivement de nombreux exemples
de ces formes, surtout de celles qui ne sont plus aujourd'hui
dans la langue. et je rangerai les substantifs par
assonnances.71

L's désignant que le substantif est sujet au singulier.

Assonnances en a :

Li arcz des forz est surmuntez.
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 3.

« Pierre de Chappes qui ere cardonials. »
Villehardouin, p. 155.

« Qui eré amirals des galies. »
Villehardouin, p. 197.

« Travalî est e dolurs. »
Trad. du ps. 89, ms. n° 1.

« Ensi dura cil assals bien por cinq jorz. »
Villehardouin, p. 32.

« Icil chastials les travailla tant. »
Villehardouin, p. 137.

« Nient apresmeit a tei mals. »
Trad. du ps. 90, ms. n° 1.

« E li enchalz dura desque Battaven. »
Trad. du Ier Liv. des Rois, fol. 16.

« Que Joffrois li marescals e Manassiers de Lisle garderoient. »
Villehardouin, p. 146.

Ce est li romanz de la Rose.
Roman de la Rose, v. 37.

« Et cuiderent bien que li remananz fus toz perduz. »
Villehardouin, p. 151.

« Johans li rois de Blaquie venoit. »
Villehardouin, p. 146.72

« Or uns serjanz… s'en alat à la fontaine. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire 190.

Nus n'est joyeux com Thiebauz.
Le roi de Navarre, chans. XXVI.

« Et plut sur els si cum puldre carns. »
Trad. du ps. 77, psaut. de Corbie.

E dut estre pris ses chars d'armes.
Villehardouin, p. 92.

La gregneur pars doit estre meie.
Marie de France, t. II, p. 100.

Fu ocis li chatelains de Saintes.
Joinville, p. 185.

Assonnances en e :

Cist iert sires sur mun pople.
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 11.

« Qui est racines de toz mais. »
Villehardouin, p. 103.

« Li poples s'en parti. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 15.

Car grans est, ce croi, li outrages,
Que bien sai que nobles courages
Ne s'esmuet pas de poi de chose.
Roman de la Rose, v. 16521.

« Vint un granz passages de cels de la terre de Surie. »
Villehardouin, p. 130.

« Or conte li livres une grant merveille. »
Villehardouin, p. 14273

« Li reis cumanded a Jacob ki estoit maistres cunestables
de la chevalerie le rei. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 74.

« Li royaumes de France demeure en sa puissance. »
Joinville, p. 190.

Uns proverbes dit et raconte.
Fabl. et Cont. anc., t. III, p. 76.

Souvent me raconta uns miens oncles.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 334.

Je sui li prophètes.
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 11.

Mes cuers por li sautele.
Le roi de Navarre, chans. I.

« Il est yvers entrez. »
Villehardouin, p. 33.

« Il ere mult preux et mult vaillanz et bons chevaliers. »
Villehardouin, p. 94, 135.

« E enquis ù fust li ostels al prophète. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 9.

« Est toz mes desirriers devant tei e mes gemissemenz
n'est mie reposz. »
Comment. sur le Sautier, fol. 82 191.

« Ensi fu faiz le sairemenz d'une part et d'autre. »
Villehardouin, p. 138.

Car riens ne lor porroit tant plaire.
Roman de la Rose, v. 7731.74

« Quel chose puist issir de la fontaine de pitiet, si pitiez
non ? »
Sermon de S. Bernard, fol. 88.

E la clartés aval descent.
Roman de la Rose, v. 1551.

« La citez ère mult bien garnie de blez. »
Villehardouin, p. 132.

Dont lor profite adversités,
Plus que ne fait prospérités.
Roman de la Rose, v. 4973.

Avec le caut revient l'estés.
Roman de Brutus 192.

« Destruite fu la chretientez. »
Villehardouin, p. 120.

Assonnances en i :

La meschinette et ses maris
S'entramoient de bone amor.
Fabl. et Contes anc., t. III. p. 472.

Ses amis l'a moult conjuré.
Le Castoiement, conte 2.

Maugre qu'en ait Sains-Esperis.
Roman de la Rose, v. 12104.

E fu tels lor conseils.
Villehardouin, p. 140.

Ainsi tu la fins de lor conseil.
Villehardouin, p. 150.

E quant il fu nuiz.
Villehardouin. p. 150.75

« Parlèrent de plait faire… E li plais fu tels que il rendirent
le chastel. »
Villehardouin, p. 162.

« E li criz munta devam Deu jesqu'al ciel. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 7.

« Et ere li criz si granz que il sembloit que terre et
mer fundist. »
Villehardouin, p. 88.

« La regned li soleils de justise. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 8.

Tarn que piliez e mercis l'en prendra.
Le roi de Navarre, chans. III.

« Si tis plaisirs est. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 17.

Assonnances en o :

A tant devins ses homs, mains jointes.
Roman de la Rose, v. 1965.

Songes fu ou abusions.
Fabl. et Contes anc., t. III, p. 336.

« Dous aies ait donkes nostre oroisons, lo despitement
del monde e l'affliction de la char. »
Sermon de S. Bernard 193.

Li rossignols chante tant.
Le roi de Navarre, chans. XV.

Pouvoirs et vouloirs et bontez,
Ces trois sont en un Dieu comptez.
Trésor de J. de Meung.76

Que ce fut la flors des barons.
Fabl. et Contes anc., t. II, p. 319.

Que tout n'est pas ors c'on voit luire.
Fabl. et Contes anc., t. III, p. 76.

Car mes espoirs vaut d'autrui le joir.
Adam le bossu 194.

« Si advint que un garçons qui les vit l'ala hastivement
dire. »
Joinville, p. 184

Ne jà de par moi n'ert faussée
L'amors que Diex m'a commandée.
Fabl. et Contes anc., t. II, p. 206.

Li oisillons du vert bocage,
Quant il est pris et mis en cage.
Roman de la Rose, v. 14145.

Quant prodoms offre son servise.
Roman de la Rose, v. 15058.

Cist bons rois Karles l'en toli.
Roman de la Rose, v. 6670.

« S'en croisierent por ce que li pardons ere si gran. »
Villehardouin, p. 2.

« Que si halte justise devoir bien toz li mons veoir. »
Villehardouin, p. 157.

« Li jorz fu pris en une mult belle praerie. »
Villehardouin, p. 206.

Dame, ma morz e ma vie est en vos.
Le roi de Navarre, chans. XXIV.77

Assonnances en u :

Si m'aist Diex et sa vertus.
Le Castoiement, Conte 1.

Dist que tes hontes ert honneurs.
Fabl. et Contes anc., t. I, p. 127.

« Si lur dist : Rei m'avez demanded !, Deus l'ad oï. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 10.

« Et li murs fu mult garnis. »
Villehardouin, p. 65.

« Li fums de la fureur de lui. »
Trad. du ps. 17, ms. n° 1.

« Et li feus si commence si grans. »
Villehardouin, p. 68.

« Que ducs seit sur mun pople. »
Trad. du 1er liv. des Rois, fol. 11.

Absence de l's final marquant que le substantif est
régime au singulier.

Assonnances en a :

« El val de plur. »
Trad. du ps. 83, ms. n° 1.

« Mangerai jo d'une charn des tors, u le sanc des bues
beverai. »
Trad. du ps. 49, psaut. de Corbie.

Assonnances en e :

Quar nuit e jor du cuer la vei.
Le Castoiement, conte 2.78

Si que onc ne perdirent vaillant un dener.
Villehardouin, p. 180.

Del plus bas emfern.
Trad. du ps. 75, psaut. de Corbie.

En tue la citet.
Trad. du ps. 72, ps. de Corbie.

Ested e ivern tu as fait.
Trad du ps. 73, ms. n° 1.

Revint al pople e si lur dist.
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 10.

Assonnances en i :

Son bon ami esprouvera.
Le Castoiement, conte 2.

Si n'en avez merci de votre gré.
Le roi de Navarre, chans. III.

Assonnances en o :

De fine amor vient seance et beauté
Et amors vient de ces deux autresi.
Le Roi de Navarre, chans. VI.

Ne voillier eshalcier le corn.
Trad. du ps. 74, ms. n° 1.

Assonnances en u :

« Sor un bel leu. »
Villehardouin, p. 180.

« Lors crierez à Deu merci. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 9.

« Les divisions del flum. »
Trad. du ps. 45, ms. n° 1.

« La lumière de tun vult. »
Trad. du ps. 89. ms. n° 1.79

« Maistre escrivain de la curt. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 50.

« El jurn de la meie tribulatiun. »
Trad. du ps. 76, psaut. de Corbie.

« De la tue vertut. »
Trad. du ps. 88, ps. de Corbie.

Absence de l's final désignant les sujets au pluriel

Assonnances en a :

Diex ! quel avantage me firent
Li vassal qui la desconfirent.
Roman de la Rose, v. 14937.

Si drap me semblent d'escarlate.
Fabl. et Contes anc., t. 1, p. 202.

Sous ceste clef sunt mi joyau.
Roman de la Rose, v. 2014.

« Celui cui li Franc avoient chacié de Constantinople. »
Villehardouin, p. 129.

E li fuiant se recueillent tuit à lui.
Villehardouin, p. 149.

Assonnances en e :

Nostre père recunterent à nus.
Trad. du ps. 43, ms. n° 1.

Après viennent li arcevesque.
Et li abé et li evesque.
Partonopex de Blois 195.80

« A cel point que li message vindrent en Constantinople. »
Villehardouin, p. 154.

« En infer vont li bel clerc e li bel cavalier… e li franc
home… » Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

« Se tornerent li chastel qu'il avoient garnis contre lui. »
Villehardouin, p. 135.

Ne ti ami ne ti parent
Valoir ne ti porront noient.
Fabl. et Contes anc., t. 2, p. 182.

Que tuit ti beau membre te duelent.
Fabl. et Contes anc., t. I, p. 304

Tout mi penser sont à ma douce amie.
Le Châtelain de Couci 196.

Tant fussent bon phisicien.
Roman de la Rose, v. 16162.

Et quant li autre chevalier… virent ce.
Villehardouin, p. 143.

Si comme li fourrier coururent ;
Joinville, p. 184.

Li citoyen de Saintes vindrent.
Joinville, p. 185.

Quant li deux crestien furent armé.
Joinville, p. 188.

E cil oisel, chascun matin,
S'estudient en loi latin
A l'aube du jor saluer.
Roman de la Rose, v. 8445.81

« Li arcevesque, li evesque, li abbé, e li baron, qui
orent pitié et paour de leur roi, vindrent hastivement. »
Joinville, p. 189.

Experiment si m'ont fait sage.
Roman de la Rose, v. 13009.

Assonnances en i :

Le blasmoient moult si ami.
Fabl. et Contes anc., t. 3, p. 1.

« E mi veisin de luinz esturent. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.

« Celui que li pelerin avoient amené. »
Villehardouin, p. 126.

« Respundirent li pruveire e li devin. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 7.

« Et lors mandèrent li Greu et li Latin ensemble. »
Villehardouin, p. 191.

« Tuit se acorderent li grant et li petit. »
Villehardouin, p. 16.

Assonnances en o :

Que tes alées e ti tour
Soient tuit adès là entour.
Roman de la Rose, v. 1396.

Mi compagnon, dit-il, par Dè !
Dès quant estes vous retorné ?
Le Çastoiement, conte 15.

« Avec ces deux comtes se croisserent deux mult halt
baron de France. »
Villehardouin, p. 2.82

Et li courreor corrurent parmi la terre.
Villehardouin, p. 204.

« Dont li nom ne sont mie en escrit. »
Villehardouin, p. 18 et 21,

Assonnances en u :

E li escu furent portendu.
Villehardouin, p. 28.

Si cheveul tuit destrecié furent.
Roman de la Rose, v. 309.

« Et li Turc virent que il ne pourroient avoir secors. »
Joinville, p. 187.

« Li Flum levèrent, Sire, li Flum levèrent lur voiz. »
Trad. du ps. 92, ms. n° 1.

« Serunt saulet li fust del camp. »
Trad du ps. 103, psaut. de Corbie.

« Et furent nomé li Leu. »
Villehardouin, p. 103.

L's final marquant le régime dans les substantifs
pluriels.

Assonnances en a :

« Od lires e Tympans e frestels e cembals. »
Trad. du IIe liv.des Rois, fol. 47.

Dels travals e dolurs.
Trad. du ps. 89, psaut. de Corbie.

« Dunerent…. les charns de tes merceiables as bestes de
terre. »
Trad. du ps. 78, psaut. de Corbïe.

Estendiet ses rains desque à la mer.
Trad. du ps. 78, psaut. de Corbie83

Assonnances en e :

Li rois mande ses arcevesques
Ses meillors clercs et ses esvesques.
Partonopex de Blois 197.

« Sur les chevels de mun chief. »
Trad. du ps. 68, ms. n° 1.

Assonnances en i :

Delez les pins, delez les fresnes.
Roman de la Rose, v. 18146.

Dont moût ont travaus et anuis.
Roman de la Rose, v. 18597.

Assonnances en o :

« La duché de Nike qui ère une des plus altes honors
de la terre de Romanie. »
Villehardouin, p. 126.

« E esleverent li flum lur gorz. »
Trad. du ps. 92, ms. n° 1.

Assonnances en u :

« Sire, Deus de vertuz. »
Trad. du ps. 79, psaut. de Corbie.

Tu ne sez vaillant deus festuz.
Les deux Bordeors 298.

« Ils trouvèrent grand plentè de muls et de chamex cbargiés
d'or et d'argent. »
Chron. de France 399.84

Autre manière de distinguer les sujets et les régimes
dans la langue des troubadours et dans l'ancienne
langue française.

La langue des troubadours, indépendamment de la
règle précédente, donnait souvent aux noms propres une
terminaison différente, selon qu'ils étaient sujets ou régimes.

Dans les noms qualificatifs en or, le sujet était souvent
en aire, eire, ire.

L'ancienne langue française adopta en grande partie
ces formes grammaticales.

Je donnerai d'abord des exemples de la différence de
terminaison dans les noms propres romans, pour indiquer
qu'ils étaient sujets ou régimes.

Exemples romans.

Sujet :

Ames intra el palaitz denan lo rei…

Régime :

E parlarem d'Aimo l'envassalat.
Roman de Gérard de Rossillon.

Régime :

Fazia guerra mortal
A n Aymo d'Aigremont ;

Sujet :

E 'n Ames mant castel
E manta tor li font.
Vid. de S. Honorat, 114.85

Sujet :

Hugues ferit Doltran en son escut.

Régime :

Vec vos per la batalha Ugon ensi.
Roman de Gérard de Rossillon.

Régime :

G. vai conseilh querre a Odilo

Sujet :

Bon nebs, dis lo coms Odiels, enten raso.
Roman de Gérard de Rossillon.

Exemples de l'ancien français.

Sujet :

« Qui fu apelés messires Hues de Tabarie… Sire, fait messires
Hues, que vous donrai-jou ? Hues, fait li rois, je les
QUerrai. » L'Ordene de Chevalerie.

Régime :

« Si demand a mon Sire Huon comment on faisoit chevaliers. »
L'Ordene de Chevalerie.

Sujet :

Cest fablel fist Hues Piaucele.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p. 472.

Régime :

En ce lay du vair palefroi
Orrez le sens Huon le roi.
Fabl. et Contes anc., t. 1, p. 165.

Sujet :

« E quant Pieres estoit en la cort, de lez se vint une des
ancelles lo soverain prestre…. »
Trad. de la Passion 1100.86

Régime :

« E quant ille ot veut Pieron ki se chalfieuet al feu. »
Trad. de la Passion 1101.

Sujet :

Bueves jousta a la soie compaigne.
Roman de Guillaume au court nez.

Régime :

Buevon apelle et Guion le tiois…
Li quens Guillaume apele dant Boevon .
Roman de Guillaume au court nez.

Sujet et Régime :

Li euens Hues herberge
A Avranches où il torna,
Une nuit a illoec esté,
Au comte Huon a monstré.
Roman du Rou 2102.

Hues a les dix mile sols pris.
Roman du Rou 3103.

L'ancestre Huon le bigot.
Roman du Rou 4104.

La forme plus générale qui marqua les substantifs de
l'ancien français pour distinguer les sujets des régimes,
ce fut la désinence ère, ères, imitée du roman aire,
aires.

Cette désinence caractérisa au singulier le sujet, quand
87le substantif exprimait une qualité personnelle, tandis que
le régime du singulier et les sujets et régimes du pluriel
prenaient constamment la terminaison commune en or
ou eur, our, qui représentaient or roman.

Comme cette forme est peu connue, et qu'elle embarrasse
les personnes qui commencent l'étude des anciens
monuments de la langue française, j'en rassemblerai divers
exemples :

« Fu li accusierres. »
Gestes de Louis le débon 1105.

C'on ne croit pas qu'il soit ameres
Més essaieres et vanteres.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 218.

« Saint-Martin, dit-il, est bons aidieres au besoing, mais
il veut bien estre paiès. »
Chron. de France 2106.

« Cilz qui grant barreterres estoit. »
Chron. de France 3107.

« Nobles combateres et hardi estoit en armes. »
Chron. de France 4108.

Diex, tu ies rois et conseilleres
Et gouvernieres et jugieres.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 345.

Que qui ne set dire que fables
N'est mie conterres resgnables.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 92.88

« Li tous puissans Dieux crierres et gouverneres du
monde. » Chron. de France 1109.

« Vrais cultiveres de la foi. »
Chron. de France 2110.

Deceus est tex decevierres.
Roman de la Rose, v. 5125.

Nostre DEFENDer&s li Deus de Jacob.
Trad. du ps. 45, ms. n° 1.

« Car tu es defenderes de pais. »
Chron. de France 3111.

Leut vuelt estre a la mort du sien larges donnerres.
Testament de J. de Meung.

« Destruisieres des Sarrazins. »
Chron. de France 4112.

Couronés empereres i fu.
Ph. Mouskes.

« Et le chastel esgarda l'empereres et sa gent. »
Villehardouin, p. 195.

« L'empereres le conut bien… et quant ce vit le marches
de Monferrat que l'empereres li voloit attendre ses convenances….
fu la chose menée a tant que li empereres li
otroia. » Villehardouin, pag. 108.

« Comment li empereres Fredris fu corronnés. »
Joinville, p. 192.89

Empereres ne rois n'ont nul pooir.
Le Roi de Navarre, t. 2, p. 53.

« Moult s'en esmerveilla li rois e dist que ce estoit uns
enchanterres. »
Chron. de France 1113.

Li enguignieres dist.
Roman de Garin 2114.

« Devoz enrichissierres et fonderes d'abaïes. »
Chron. de France 3115.

« Fu li plus excellens exposerres qui onques fu des
Saintes Escriptures. »
Chron. de France 4116,

Mes dès que ge n'en suis faisierres.
Roman de la Rose, v. 5741.

« Li habiteres del ciel escharnirat. »
Trad. du ps. 2, ms. n° 1.

« Mestres, gouverneres estoit du palais le roi Haribert. »
Chron. de France 5117.

Deus est jugieres.
Trad. du ps. 74, psaut. de Corbie.

Au siège alla comme jongleres.
Roman de Brut.

Je devins lierrés merveilleux pour embler.
Roman de Guillaume au court nez 6118.90

N'est pas bons luitieres ne fors.
Roman de la Rose, v. 5903.

S'uns lechieres li demandoit,
Du sien volomiers lui donnoit.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 242.

Ou Diex est mentierres.
Roman de la Rose, v. 12484.

« Par eulx le requeroit que il fust moienierres de la pais. »
Chron. de France 1119.

Car cors ne peut estre pechierres,
Se li cuers n' en est consentierres.
Roman de la Rose, v. 8669.

« Tu, Sires, qui es pardonnerres de tous pechiez. »
Chron. de France 2120.

Et s'il vient aucuns prometieres.
Roman de la Rose, v. 13851.

Lors a estre advocat m'assis
Et courretier et procureres ;
Pour ce ne fus-je pas moins lerres.
Roman du Renard, fol. 18 3121.

J'en puis estre recitieres.
Roman de la Rose, v. 5742.

Li miens salveres.
Trad. du ps. 17, ms. n° 1.

Puis la laissa li mauls trichierres.
Roman de la Ruse. v. 13459.91

Fu il adès vainqierres en toutes ses batailles.
Chron. de France 1122.

L'avoir, le pris a li vendierres
Si que tout pert li achatierres.
Roman de la Rose, v. 10835.

« Diex qui es juges perdurables et vengierres des innocens. »
Chron. de France 2123.

Uns versifieres estoit
Qui bons vers e bons dis fesoit.
Le Castoiement, conte 4

Cette forme heureuse, qui permettait les inversions
et distinguait habilement le sujet du régime, se retrouve
encore dans quelques écrivains du XVe siècle.

Amours est lierres
De cueur, ou au moins un changierres,
Aux bons bon, aux bolieurs bolierres.
Œuvres d'Alain Chartier, p. 655.

Voici des exemples de la terminaison différente des
mêmes substantifs employés comme régimes au singulier,
ou comme sujets et régimes au pluriel :

Régimes au singulier des substantifs en eres.

« Seignor, nos somes accordé, la Dieu merci, de faire
empereor, et vous avez tuit juré que celui cui nous eslirons
à empereor, vous lo tendrez por empereor. »
Villehardouin, p. 107.92

Le roi un fableor avoit.
Le Castoiement, conte 8.

En son lit met le lecheor
Primes mucent le lecheor
Le Castoiement, conte 7.

« Il déguerpit Deu sun faitor. »
Trad. d'audite cœli, psaut. de Corbie.

Sujets au pluriel des substantifs en eres.

Ainsi l'ont fait maint bouleor.
Roman de la Rose. v. 7311.

Vous estes dui enchanteor
Roman de la Rose, v. 12462.

Près d'une maison aprocherent
beveor en deduit erent.
Fabl. et Contes anc. t. 2, p. 73.

E li fol large doneor
Si forment les enorguillissent.
Roman de la Rose, v. 7654.

E li nostre enemi sunt jugeor.
Trad. d'audite cœli, psaut. de Corbie.

Régimes au pluriel des substantifs en eres.

Que il est Dieu des jongleors
Et Dieux de tous les chanteors.
Roman de Brut.

Là veissies fleuteors
Menesterez et jongleors.
Roman de la Rose. v. 749.93

Je ne puis mieux terminer ces exemples, qui constatent
une règle essentielle et caractéristique de l'ancien
idiome français, qu'en rapportant ici une épitaphe, écrite
en cet idiome, sous la date de 1260 ; c'est la plus ancienne
qui se trouve parmi celles que Montfaucon a rassemblées
dans les monuments de la monarchie française.
On verra que toutes les formes que j'ai précédemment
indiquées, y sont rigoureusement observées, et alors on
pourra encore moins révoquer en doute l'existence antique
de la règle.

On trouvera qu'elle s'applique aussi à l'adjectif, ainsi
que je le démontrerai dans le chapitre III.

Epitaphe de Robert de Suzane, roi d'armes.

Chi gist de Suzane Fauviaus,
Rois
d'armes, fors, preus et loiaus.
Plains de meurs, de chevalerie,
Esperanche de se lingnie.
Vainquierres fu et nient vaincus,
Partout fu monstrer ses escus ;
Robers fu apelés par non ;
Li vrais Dix li fache pardon.
M et CC et LX ans
Mourut, dont mains homs tu dolans.
Vous qi passés dans me lame
Proies Dru q' ait merchi de m'ame.
Montfaucon, Mon. de la monarch. franc., t. 2, p. 164.

Il est permis de regretter que la langue française n'ait
pas conservé ces formes spéciales, caractéristiques, qui
94donnaient tant de facilité, tant de grâce, et surtout tant
de clarté au style ; je n'ai retrouvé que dans l'ancien
français l'emploi de ces formes romanes 1124.

Enfin un autre accident grammatical de la langue
romane, c'est que les noms propres des hommes sont souvent
précédés d'en ou 'n, et ceux des femmes, de na
ou 'n.

La langue italienne paraît avoir employé, mais rarement,
l'un et l'autre.

Exemples d'en :

Tantot degno ne fosse
Com esto re 'n Anfuse.
Bruneto Latini, tesoretto, p. 37.

« Lasciò rè d'Araona 'n Amfus suo primogenito. »
Giov. Villani, lib. VII, c. 102.

« Con tutto che 'l detto 'n Amfus vivette poco e succedette
il realme al suo fratello Giamo. »
Giov. Villani, lib. VII, c. 102.95

Exemples de na :

Je me borne à rapporter ce passage de Redi, dans ses
Annot. al Ditirambo, p. 181 :

« Giovani Villani con Ricordono Malespina disse santa
Maria n' Ipotecosa
in vece di santa Maria Ipotecusa. »

Verbes employés substantivement.

Cette forme est commune à tant de langues, que je
suis loin de la considérer comme un des caractères de la
langue romane ; et, si j'en fais mention ici, c'est pour
dire que l'ancien français appliquait à tous les mots employés
substantivement la règle relative à la distinction
des sujets et des régimes, par la présence ou l'absence de
l's s à la fin des substantifs.

Sujets :

Puisque li alers te delite.
Fabliau de Cortois d'Arias.

Que li prendres si la deçoit.
Le Castoiement des dames.

Si la blonde savoit
Com li departirs m'ocira.
Raoul de Beauvais 1125.

Ses biax parlers que tant plest à oïr.
Simon d'Athies 2126.

Régimes :

En lor aller, en lor venir,
En lor tesir, en lor parler.
Le Castoiement des, dames.96

« Mainte larme i fu plorée de pitié al départir de lor
pays. » Villehardouin, p. 17.

Les autres langues de l'Europe latine ne distinguant
pas les sujets et les régimes dans les verbes employés
substantivement, il suffira de rapporter les exemples suivants :

Espagnol :

Como es natural cosa el nascer é el morir.
Arcip. de Hita, cob. 917.

Mi esperar ja desespera.
J. de Mena, Cancion. gen. fol. 27.

Presumir de vos loar
Segtm es vuestro valer
Paresce querer contar
Las arenas de la mar.
J. de Mena, Caneton, gen. fol. 24.

Portugais :

Quem vio um olhar seguro, hum gesto brando.
Camões, Os Lusiadas, III, St. 143.

Italien :

… Fulminato e morto giacque
Il mio sperar che troppo alto montava.
Petrarca, canz. 1.

Les adjectifs employés soit dans la forme impersonnelle,
soit avec l'article, font aussi les fonctions de substantifs
dans les diverses langues de l'Europe latine.97

Chapitre III
Adjectifs.

Le plus grand nombre des adjectifs romans furent tirés
du latin, et formés, comme l'avaient été les substantifs,
par la suppression de la désinence caractéristique des
cas, tels que : altum, sanctum, vanum, fortem,
vilem, malum, bonum, vulgarem, fidelem, gloriosum,
durum, mortalem, ingratum, etc.

En indiquant les rapports des adjectifs des langues de
l'Europe latine, j'avertis qu'ils appartiennent à deux
classes principales.

La première comprend ceux qui, soit au singulier,
soit au pluriel, prennent la désinence caractéristique du
genre, quand ils se rapportent à un substantif féminin.

La seconde, ceux qui, invariables, quant au genre, ne
changent point leur désinence, quel que soit le genre auquel
ils se rapportent.98

Adjectifs variables en al.

Les adjectifs latins en alus produisirent des adjectifs
romans des deux genres.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | mal

Le français l'a employé autrefois :

« Par lors mals exemples et lor males semonces. »
Sermons de S. Bernard, fol. 108.

Molt est li siecles en mal point.
Bibl. Guiot, v. 1827.

Mal est resté dans plusieurs mots composés, tels que :
malheur, malemort, etc.

La langue espagnole conserva quelque temps la terminaison
romane pure :

« Como del mi mal pleito todos son sabidores. »
Mil. de N. Sra, cob. 763.

« Per mal taliento. »
Fuero d'Oviedo 1127.

Le portugais, qui dit aujourd'hui mao, ma, a dit autrefois
mal, mala.

E mal dia nasci.
Canc. ms. do coll. dos nobres, fol. 95.

L'italien peut, après l'l, admettre ou rejeter l'o euphonique.

« Avendo avuto pietà del mal trattamento. »
Novelle inedite, p. 240.99

Les divers patois de la haute Italie ont gardé mal
roman.

Adjectifs invariables en al.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | carnal | charnel | celestial | eternal | éternel | leal | loial | mortal | mortel

La désinence des adjectifs invariables en al, venant
d'alis, alem latins, fut adoptée dans toutes les langues
de l'Europe latine.

La langue italienne reçoit ou rejette l'e final ; les patois
de la haute Italie ne l'admettent pas.

L'espagnol, le portugais, l'italien, ont conservé aux
noms en al leur genre invariable. La langue française
l'avait admis pendant long-temps, et j'en rapporterai
diverses preuves.

Adjectifs français en al autrefois invariables.

« Il fist faire et ordener un livre de la canonial vie. »
Gestes de Louis le Débonnaire 1128.

« Souffrir peine capital. »
Anc. cout. d'Orléans 2129.100

« Trespassa de ceste mortel vie à la celestial joie. »
Chron. de France 1130.

« Par le conseil de la desloial Fredegonde. »
Chron. de France 2131.

« E l'asistrent en la chaiere emperial. »
Chron. de France 3132.

Pour traiter la paix final.
Martial d'Auvergne, t. I, p. 123.

L'amor de sa loyal, moillier.
Roman de la Rose, v. 20249.

Par la vertu medecinal.
Testam. de J. de Meung.

« L'excellence de ta royal majesté. »
Chron. de France 4133.

« Pour tel condicion que il mist les choses celestiaus
avant les terrienes. »
Chron. de France 5134.

As creatures qui reçoivent
Les celestiaus influances.
Roman de la Rose, v. 18082.

La langue française a conservé de cette forme ancienne
lettres royaux.

Plusieurs adjectifs français en el, représentant l'al
101roman, conservèrent long-temps leur indéclinabilité ; en
voici des exemples :

« Ne mies tant par aleure corporel cum por desier
d'apparillier devotions. »
Sermons de S. Bernard, fol. 62 1135.

« Cil qui fait desleel assemblée. »
Anc. cont. d'Orléans 2136.

« Une matrone qui la leva des fons e fust sa mère esperituel. »
Chron. de France 3137.

Or me gart Diex de mortel plaie.
Roman de la Rose, v. 1323.

« Trespassa glorieusement de ceste mortel vie à la joie
perdurable. »
Chron. de France 4138.

D'eux à mort naturel mener.
Roman de la Rose, v. 17228.

« Tu morras de mort perpétuel. »
Chron. de France 5139.

Adjectifs en an.

Roman :

Human, lontan, san, van, villan, etc.

Français :

Humain, lointain, sain, vain, vilain, etc.102

Espagnol :

L'ancien espagnol se passait quelquefois de l'o euphonique.

Non me querrá oir, esto sélo de plan,
Ca fui contra ella torpe é mui villan.
Milag. de N. Sra, cob. 762.

De plan fut employé en locution adverbiale :

Que fizo tal miraclo yo lo leí de plan.
Vid. de S. Dom. cob. 334.

Aujourd'hui on dit de plano :

Portugais :

Il prend l'o euphonique, mais on trouve encore des
traces de la terminaison romane.

« Se o confrade disser a outro confrade : Villam. »
Doc. de Thomar, 1388 1140.

Italien :

L'italien pouvant l'admettre ou le rejeter après l'n,
on trouve souvent :

Human, lontan, san, van, villan.

Les patois de la haute Italie n'admettent pas la voyelle
après les adjectifs en an.

De l'adjectif grand.

De tous les adjectifs primitivement invariables, grand
est un de ceux qui ont laissé des traces les plus remarquables
de la communauté d'origine.103

Français :

Pendant long-temps la langue française employa grand
avec les divers substantifs des deux genres ; et, aujourd'hui
même, il est comme identifié avec quelques mots
féminins, sans en prendre le genre.

Qui ot grant force e grant vertu.
Roman de la Rose, v. 1076.

« Mult fu gran la renomée par les terres. »
Villehardouin, p. 2.

Ma grant dolor et mes maus alegier…
E tant me fi en sa grant loiauté.
Le Comte d'Anjou 1141.

« Il convient mult penser à si grant chose. »
Villehardouin, p. 8.

Quant il voit la grant desconfiture.
Roman de la Rose, v. 241.

« Il portait une grant barbe. »
Desperriers, nouv. XLIV.

Feuilles de rose grans et lées.
Roman de la Rose, v. 898.

Qui nuit et jour sourt à grans ondes.
Roman de la Rose, v. 1439.

Les grans vertus qu'on lui a veu avoir.
Clément Marot, t. 3, p. 369 2142.104

Ce n'est que tard que l'adjectif grand a été soumis aux
règles grammaticales relatives au genre ; pendant assez
long-temps les écrivains français ont employé tantôt
grand, tantôt grande ; on le trouve ainsi dans les auteurs
du XVIe siècle.

Les grans roches se font de jour en jour moins grandes.
Dubartas, p. 390.

Uni à divers substantifs français, il est resté invariable ;
on dit encore :

Grand chambre, grand chère, grand croix, grand mère,
mère grand, grand peine, grand pitié, grand route, grand
rue, grand salle, etc.

On ne devrait donc pas marquer d'une apostrophe la
consonne finale de grand ainsi employé.

Espagnol :

Cet adjectif est invariable dans la langue espagnole.

« Con gran diligencia… con grant devocion. »
Fuero Juzgo, tit. I, 1.

« Que fue franc è ardit è de grant sabencia. »
Poema de Alexandro cob. 6.105

Portugais :

« Mui gram partija dos fraires. »
Doc. de Thomar, 1321 1143.

« Ei muy gram vergunha. »
Doc. de Vairam, 1289 2144.

Por sa gram fermosura e sa bondade.
El Rey Diniz 3145.

Italien :

La langue italienne emploie aussi gran avec les deux
genres ; elle dit même gran gran en forme de superlatif.
Les patois de la haute Italie ne disent que gran.

De l'adjectif sanct.

L'adjectif sanct conserva long-temps sa terminaison
romane, quand il fut placé devant le nom propre.

Le français dit saint ; il a même dit autrefois sant,
comme le roman. Ainsi on trouve sant Pol, dans la traduction
de la Passion de S. Pierre 4146.

L'académie espagnole déclare que, devant un nom de
saint, on doit se servir de san au lieu de santo. Primitivement
l'espagnol employait sant.106

« De sant Miguel era de la clusa claustero. »
Mil. de N. Sra, cob. 353.

« Qui la vida quisiere de sant Millan saber. »
Vid. de S. Millan. cob. 1.

Le portugais usa aussi de cette forme romane :

« Em hum moesterio de sam Francisco. »
Chron. del rey D. Joam I, p. 347.

Et les Italiens la préfèrent généralement.

Adjectifs en ant.

La langue romane avait ses adjectifs, soit simples, soit
verbaux, en ant, invariables quant au genre.

Pendant long-temps ces sortes d'adjectifs furent aussi
invariables dans la langue française ; je crois nécessaire de
le constater par des exemples variés.

Qui moult fu avenans e bele.
Fabl. et Cont. anc. t. 3 . p. 424.

Et tant ont les langues cuisans
Et venimeuses et nuisans.
Roman de la Rose, v. 16867.

Saches que c'est moult plesant chose.
Roman de la Rose, v. 3733.

Un jour li ala demander
De s'alene s'ele ert puanz,
Ou s'ele esteit souef oulanz.
Marie de France, t. II, p. 191.

« Brunehault estoit puissans et plus honorée de li. »
Chron. de France 1147.107

Ne voient pas quele aventure
En vient après pesans e dure.
Marie de France, t. 2, p. 238.

Si sui riche famé e poissans.
Roman de la Rose, v. 585.

Espines tranchans et agues.
Roman de la Rose, v. 1685.

La vaillant et la debonaire.
Roman de la Rose, v. 784.

Cette forme romane s'est conservée long-temps dans la
langue française :

La mer bruyant d'Abide l'ancienne.
Clément Marot, t. 4, p 104.

Contre la dicte complaignant.
Coquillart, p. 75.

Ignorans sont les nayades encore.
Clément Marot, t. 4, p 47.

Piquant couronne au chief digne portant.
Clément Marot, t. 4, p. 148.

Plaisans paroles sont esteintes.
Charles d'Orléans, p. 100.

René duc de Lorraine
Eut deux femmes vivans.
Molinet, p. 177.

Et chemina sur l'herbe verdissant.
Clément Marot, t. 4, p. 99.

La langue espagnole a, depuis long-temps, ajouté la
voyelle euphonique e aux désinences des adjectifs en ant,
mais on trouve encore des vestiges de la forme romane.108

Bien es de los miraclos semeiant è calanna.
Milag. de N. Sra, cob. 152.

« Frucho muy sobrepuiant. »
Fuero Juzgo, tit. I, 1 1148.

La langue portugaise a pris aussi la voyelle finale.

L'italien ne la rejette jamais après le t ; les patois de la
haute Italie ont conservé la forme entièrement romane.

Adjectifs déclinables en ar.

Les adjectifs romans formés d'arus, arum, furent déclinables.

Roman :

Amar, avar, car, clar, rar.

Français :

L'ancien français appliqua à ces adjectifs romans diverses
modifications précédemment expliquées.
Amer, aver, cher, clair, rare.

Avant de dire avare il avait employé aver.

Jadis estoit un vilains riches
Qui moult estoit avers et ciches.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 1.

Qui ne fut avers ne eschars.
Bibl. Guiot, v. 324.

Les autres langues de l'Europe latine ont généralement
109ajouté l'o final euphonique ; l'italien a employé ar, mais
rarement.

« Vostre sennato e retto e car savere. »
Guit. d'Arezzo, lett. 11, p. 31.

« E amar pomi. »
Guit. d'Arezzo, lett. 13, p. 37.

Les patois de la haute Italie ont gardé la forme romane.

Adjectifs invariables en ar.

La seconde classe des adjectifs romans en ar, dérivée
ou imitée des adjectifs latins, aris, arem, appartint aux
adjectifs invariables, soit qu'ils prissent l'e final euphonique,
soit qu'ils le rejetassent ; mais le français abandonna
bientôt la forme romane.

Roman :

Familiar, par, regular, singular, vulgar.

Français :

Familier, pair, régulier, singulier, vulgaire.

Espagnol :

Familiar, par, regular, singular, vulgar.

Portugais :

Familiar, par, regular, singular, vulgar.

Italien :

Famigliar, par, regular, singular, volgar.

L'italien peut admettre ou rejeter la voyelle euphonique
110après l'r final ; les patois de la haute Italie conservèrent
toujours la terminaison primitive.

On a vu que des adjectifs français changèrent en er la
terminaison romane ar, venant d'aris. Des exemples
prouvent que la langue française leur conserva quelquefois
l'invariabilité primitive, quant au genre.

Dient qu'il n'a sous ciel sa per.
Marie de France, t. I., p. 520.

Adjectifs en at, ad.

Roman :

Fat, ingrat, plat, scelerat, amat.

Français :

Fat, ingrat, plat, scélérat.

Dans les adjectifs simples, le français a conservé la terminaison
romane.

Quant aux adjectifs verbaux, formés par les participes
passés romans en at, il les a changés en et par la même
opération que j'ai déjà eu occasion de faire remarquer
au sujet des substantifs en at.

Dans tous ces adjectifs en at ou ad, l'espagnol, le
portugais, l'italien, ont pris la voyelle euphonique. Les
patois de la haute Italie ont conservé le roman pur.

Adjectifs en el.

Les adjectifs en el, comme quelques adjectifs précédents,
appartiennent aux deux classes.111

Les adjectifs dérivés ou imités des adjectifs latins en
ellus prirent l'a caractéristique du féminin singulier,
tandis que les adjectifs dérivés d'elis ou de toute autre
terminaison latine en is, restèrent invariables.

Les adjectifs en el roman, qui prennent les deux genres,
sont rares ; toutes les langues de l'Europe latine ont dit
ou disent :

Bel, novel.

« Deus, nuvel chant io canterai à tei. »
Trad. du ps. 143, psaut. de Corbie.

Comme, en français, la terminaison moderne en eau
est un simple changement euphonique, le féminin a conservé
belle, nouvelle, qui représentent bella, novella,
romans.

Espagnol :

Bel, novel.

Portugais :

Bel, novel.

Italien :

Bel, novel.

Après l'l, l'o euphonique peut être ajouté ou rejeté.
Les patois de la haute Italie disent bel, novel.

Adjectifs invariables en el.

Les adjectifs dérivés d'elis, latin, restèrent invariables,
soit qu'ils prissent la voyelle euphonique, soit qu'ils conservassent
la désinence romane el.112

Roman :

Crudel, fidel.

Français :

Cruel, fidel.

L'ancien français a d'abord employé fidel sans l'e
muet euphonique.

« Apres Néron César esteient à Rome les dous fidels
maistres as cristiens. »
Trad. de la Passion de S. Pierre 1149.

« Plusieurs de ses frères avoient greigneur cure de jolivetés
et d'envoisures qu'ils n'avoient de guerroyer les infidels. »
Le Chevalier errant 2150.

Dans l'ancien français, ces sortes d'adjectifs furent invariables,
quant au genre.

« Li Frison qui sont gent cruel et hardie. »
Chron. de France 3151.

Mes une cruel maladie.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 405.

Espagnol :

Cruel, fiel.

Portugais :

Cruel, fiel.

Italien :

Crudel, fedel.113

Les patois de la haute Italie ont toujours conservé la
désinence romane, ainsi que la communauté du genre.

Adjectifs des deux genres en ent.

Dans les adjectifs terminés en ent, il faut distinguer
aussi ceux qui viennent d'entus, latin, et ceux qui viennent
d'ens, entem, latins, ou des participes présents.

Les premiers ne furent pas invariables.

Roman :

Content, lent.

Français :

Content, lent.

L'espagnol, le portugais, l'italien, prennent l'o final.

Mais les adjectifs des patois de la haute Italie, en
donnant, comme la langue romane, l'a au féminin de ces
adjectifs au singulier, ont conservé la terminaison romane
ent au masculin.

Adjectifs invariables en ent.

Ces adjectifs, soit simples, soit verbaux, vinrent d'entem
latin, ou furent formés par analogie.

Roman :

Omnipotent, innocent, prudent, impatient.

Français :

Omnipotent, innocent, prudent, impatient.114

Prie Dieu molt devoltement
Le gloriox omnipotent.
Le Castoiement, cont. 6.

La langue française changea en ant les participes
présents des verbes en re et en ir ; et conséquemment
les adjectifs verbaux formés de ces participes sont tous
en ant.

Le féminin des adjectifs en ent prit l'e muet.

Espagnol :

La langue espagnole a depuis long-temps adopté l'e
final euphonique, mais on trouve dans ses anciens monuments
de nombreux exemples de la terminaison purement
romane.

Guie nuestra facienda el rey omnipotent.
Vid. de S. Millan. cob. 90.

Marido é mugier, un convenient cosado.
Vid. de S. Millan. cob. 342.

Quai merecia tal nueblo tan desobedient.
Vid. de S. Millan. cob. 290.

Recuclió el sant orne, fueli obedient.
Vid. de S. Millan. cob. 90.

Andaba cerea dellas prudient é mui espierto.
Vid. de S. Domin. cob. 22.

Que sano é valient en el infierno cayas.
Vida de S. Domin., Cob. 432 1152.115

Portugais :

Le portugais a ajouté l'e euphonique à ent.

Italien :

L'italien a fait de même ; mais les patois de la haute
Italie ont gardé la terminaison romane.

Adjectifs des deux genres en ert.

Ces adjectifs dérivés d'ertum latin furent soumis aux
deux genres, soit qu'ils fussent simples, soit qu'ils fussent
verbaux.

Cert, eubert, apert,

Ils reçurent, dans l'espagnol, le portugais et l'italien,
l'o final euphonique au masculin et l'a au féminin. Les
patois de la haute Italie rejetèrent toujours l'o et gardèrent
la forme romane en désignant le féminin par l'a
final.

Adjectifs invariables en erd, ert.

Verd roman, venant de viridem latin se conserva indéclinable
dans les langues dérivées, soit qu'il prît l'e
euphonique final, comme il l'a fait en espagnol, en portugais
et en italien, soit qu'il le rejetât comme fit d'abord
la langue française.

Ce n'est que tard qu'on a dit verte au féminin ; longtemps
l'adjectif est resté invariable.

A il coillie une vert foille.
Roman de la Rose, v. 2888.116

« Si que il n' i paroît que l'erbe vert. »
Joinville, p. 84.

« L'erbe vert qui entour l'autel estoit. »
Chron. de France 1153.

Ne lui riblent sa caige vert.
Villon, p. 39.

Chas auprès, sur l'herbe verd se siet.
Guil. Cretin, p. 98.

D'erbe vert, de bois, de gaudines,
Faisoient loges et courtines.
Le Renard contrefait 2154.

Adjectifs en il.

Ces adjectifs, invariables dans la langue romane, restèrent
tels dans toutes les langues de l'Europe latine :

Gentil, fertil, servil, util, vil, etc. etc.

ils furent employés comme tels, même en français :

Sovent feiz a li parlèrent
Qu'une gentil femme espusast.
Marie de France, t. I, p. 160.

De bonne terre et de gentil moillier.
Roman de Guill. au court nez.

De neant fit réalité,
D'immobil mutabilité.
Test. de J. de Meung, v. 381.117

On ne voit champ tant soit fertil,
S'il n' est poitry du labourage
Qu' a la fin ne vienne inutil.
Ronsard, t. 2, p. 1538.

« Le mentir est un vice servil. »
Amyot, trad. de Plutarque 1155.

Et se fu gentix, longue et droite.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 424.

Maintenant en un bel repaire
L'ammena la gentix comtesse.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 422.

Moult est riche la robe que d'onor est venue ;
Mes cele est povre et vil qui de honte est créue.
La Folle et le Sage 2156.

Adjectifs en in.

Les adjectifs français conservèrent la désinence romane
in ; l'espagnol, le portugais, prirent l'o euphonique ; l'italien
put l'admettre ou le rejeter à cause de l'n final ;
et les patois de la haute Italie gardèrent, comme le français,
la terminaison primitive.

Adjectifs en it.

Les adjectifs romans en it, soit simples, soit verbaux,
s'accordent avec le substantif, quant au genre, et quant
au nombre.

Contrit, petit, subit, etc.118

Ils passèrent en français ; quelques-uns perdirent le t
final, tel que hardi.

L'espagnol, le portugais et l'italien adoptèrent l'o final.
On trouve cependant dans l'ancien espagnol des exemples
du roman pur.

Que fue franc è ardit….
P. d'Alexandre, cob. 6.

Fueron a un bellaco muy grand et muy ardid.
Arcip. de Hita, cob. 42.

Del vestido mas chico sea tu ardit alardo.
Arcip. de Hita, cob. 429.

El fu este Troyano
No fue mas ardid ni tanto oviente.
Gomez Manrique, Cane. fol. XLI.

Les patois de la haute Italie ont conservé la terminaison
romane.

Adjectifs en olz, ulz.

Dolz, roman, venu de dulcis latin, conserva sa qualité
d'invariable.

L'espagnol employa souvent le mot roman sans l'e
euphonique ajouté depuis. Voici des exemples de l'emploi
de dolz au masculin et au féminin.

Que daba mas dulz fumo que un dulz lectuario.
Sacr. de la Misa, cob. 35.

Tal cevo les partio á la su dulz mesnada.
Sacr. de la Misa, cob. 168.

I fructo de los arbores era dulz é sabido.
Mil. de N. Sra, cob. 15.119

Con su ninno en brazos, la su dulz creatura.
Mil. de N. Sra, cob. 879.

Durmio, quanto dios quiso, suenno dulz è temprado.
Vid. de S. Millan. cob. 11.

Fue la aima á la gloria, a la dulz cófradia.
Mil. de N. Sra, cob. 234.

Le portugais ajoute l'e euphonique et supprime l'l, et
l'italien dit dolce. Les patois de la haute Italie ont conservé
la désinence romane.

Adjectifs en on.

Les adjectifs latins en on, dérivés du latin onus,
furent soumis aux deux genres.

Le roman et le français dirent bon.

L'ancien espagnol de même.

« E seya bon home. »
Fuero de Molina 1157.

« E deven seer de bon saso. »
Fuero Juzgo, I, II, p. 111.

Le portugais prit l'o final euphonique, et l'italien put
l'admettre ou le rejeter à cause de l'n final.

Adjectifs des deux genres en ort.

Les adjectifs en ort, simples ou verbaux, venus du
latin ortus, reçurent le signe féminin.120

Roman :

Tort, mort.

Français :

Tort, mort.

Ils prirent au masculin l'o euphonique en espagnol,
en portugais et en italien ; les patois de la haute Italie le
rejetèrent.

Adjectifs invariables en ort.

Les adjectifs romans en ort dérivés du latin ortem,
ou venus d'une autre langue, furent invariables quant au
genre, soit que la langue qui les employait adoptât ou
rejetât l'e euphonique.

Roman :

Fort, cort.

Français :

Fort.

D'après la règle romane, l'ancien français employait
fort au féminin.

« Et la ville fu mult fors e mult riche. »
Villehardouin, p. 144.

« Et dist que celle nacion est plus fors et plus hardie
que elle n' est grans en nombre de personnes. »
Chron. de France 1158.

Car targes ont et fors et fieres.
Roman de la Rose, v. 16025.121

« Qui est une des plus forz cités del monde. »
Villehardouin, p. 24.

La langue espagnole employa autrefois l'adjectif fort
sans l'e final qu'il a aujourd'hui.

Assi fassen los griegos que son yent fort é dura.
Poema de Alexandro, v. 773.

Un castiello tan fuert.
Poema del Cid, v. 2864.

Le portugais et l'italien adoptèrent l'e final ; mais les
patois de la haute Italie le rejettent.

Adjectifs des deux genres en os.

Roman :

Amoros, enuios, glorios, perillos, etc.

Français :

Amoros, enuios, glorios, perillos, etc.

Avant d'avoir ces finales en eux, l'ancien français employait
la désinence primitive os.

Pensix esteit et angusox.
Marie de France, t. 1, p. 228.

Je sui ici molt doulerox.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 99.

En son cuer fu mult enviox.
Marie de France, t. 2, p. 281.

Si comencierent l'assaut grant et merveillos.
Villehardouin, p. 140.122

Por Deu lo riche glorios.
Roman de Tristram.

Que il estoit mol perecox.
Fahl. et Cont. anc. t. 2, p. 166.

Lonc pont i a et perillox.
Fables et Cont. anc. t. 1, p. 286.

As langoros, as non veanz.
Robert Wale 1159.

« Icil religros reçoivent genz. »
Livre de Just. et de Plet 2160.

« Cele chose lor sembloit estre mult longe e mult perillose. »
Villehardouin, p. 43.

« Une des plus doutoses choses. »
Villehardouin, p. 58.

L'espagnol, le portugais, l'italien, ont ajouté l'o euphonique
que les patois de la haute Italie ont toujours
rejeté.

L'adjectif pros exige une remarque particulière.

Cet adjectif roman resta invariable dans la langue
française, et le fut même encore lorsque os fut changé
en eus ou eux.

« Le dux qui mult ert sage kt proz. »
Villehardouin, p. ro.

Qui mult est bêle, sage, e proz.
Marie de France, t. 1, p. 450.123

Ilec murut la dameisele
Qui tant est pruz e sage et bele.
Marie de France, t. 1, p. 268.

Que tu soies preus et isnele.
Fabl. et Cont. anc. t. 3, p. 309.

Preus et cortoise ert la pucele.
Marie de France, t. 1, p. 544.

Cet adjectif se retrouve dans la seule langue italienne
qui employa pro pour les deux genres.

« Costumato e valoroso e pro e bello. »
Boccac. Decam. II, 8.

Qui si tenga
Gagliarda e pro tua gente.
Barberini, Doc. d'am., p. 264.

« Voi fiete divenuto un pro cavaliere. »
Boccac. Decam. II, 10.

Adjectifs en au.

Les adjectifs romans brau, esclau, prirent en français
l'e muet euphonique, et, en espagnol, portugais et
italien, l'o ; les patois de la haute Italie ont conservé la
terminaison romane.

Adjectifs invariables en eu.

Breu, greu, etc., romans, en passant dans la langue
française, changèrent en f l'u final.

De grief pénitence sofrir.
Marie de France, t. 2, p. 421.124

« La brief parole et apertement dite plait aus entendans. »
Chron. de France 1161.

Lors t'avendront les aventures
Qui as amans sunt griés et dures.
Roman de la Rose, v. 2378.

Grief chose fu du departir.
Fabl. et Cont. anc, t. 4, p 439.

« Les sillabes briez estoient mises pour longues, et les
longues pour briez. »
Chron. de France 2162.

Lorsqu'en français ces adjectifs ne furent pas employés
comme invariables, le féminin reprit le v primitif.

Por co eslis, par Deu licence,
La plus grieve pénitence.
Marie de France, t. 2, p. 432.

L'espagnol, le portugais, l'italien, prirent la voyelle
euphonique après le v. La forme romane resta dans les
patois de la haute Italie.

Adjectifs en iu.

Cette terminaison des adjectifs romans se changea en
if français, au masculin ; mais le féminin garda la consonne
romane, et le français dit :

Vif, vive, adoptif, adoptive.

Toutes les autres langues romanes adoptèrent l'o euphonique
125au masculin, et eurent a au féminin ; les patois
de la haute Italie conservèrent la désinence romane.

Adjectifs en ou.

Ces adjectifs romans en ou, venus du latin ovus, furent
variables quant au genre.

Le français changea ov en euf au masculin, mais reprit
le v au féminin neuf, neuve, etc.

Les autres langues dirent novo, nova ; les patois de la
haute Italie gardèrent le roman pur.

Adjectifs en un.

Les adjectifs en un furent des deux genres quand ils
vinrent du latin unus.

Le roman et le français dirent, opportun.

L'espagnol et le portugais ajoutèrent l'o euphonique
que l'italien put admettre ou rejeter et que n'admirent
pas les patois de la haute Italie.

Quant aux adjectifs dérivés du latin unis, ils restèrent
invariables, et toutes les langues de l'Europe latine dirent
ou purent dire commun. Le français seul ajouta au
féminin l'e caractéristique du genre. L'italien admit ou
rejeta tour-à-tour l'e euphonique, et les patois de la haute
Italie employèrent toujours la désinence primitive.

Adjectifs en ur.

Les adjectifs romans venus du latin urus conservèrent
d'abord en français leur terminaison ur au masculin ; et,
postérieurement, quelques-uns ajoutèrent l'e muet.126

Roman :

Segur, parjur, dur.

Français :

Segur, parjur, dur.

« Il estoit arrivé a segur refuge. »
Chron. de France 1163.

« Il ne fust tenus pour parjur. »
Chron. de France 2164.

« La fin prova après que il furent parjur de ceste chose. »
Chron. de France 3165.

Et se j'en sui parjurs a emiant.
Le Roi de Navarre, t. II, p. 39.

L'espagnol et le portugais adoptèrent l'o euphonique,
que l'italien put omettre ou ajouter, et que rejetèrent les
patois de la haute Italie.

Régimes d'adjectifs.

Dans la grammaire de la langue romane, j'ai prouvé
que souvent les prépositions a et de étaient employées
à exprimer les rapports des adjectifs et des substantifs,
et qu'alors elles devenaient, pour ainsi dire, régimes
d'adjectifs 4166.127

Cette forme, qui se retrouve dans beaucoup d'autres
langues, est ancienne dans celles de l'Europe latine ; il
suffira de donner des exemples de la préposition de.

Français :

Ardans de pierres précieuses.
Roman de la Rose, 6127.

Onc mès ne fu nus leus si riches
D'
arbres ne d'oisillons chantans.
Roman de la Rose, v. 480.

Si se desnue et se desrobe
Qu' ele est orfenine de robe.
Roman de la Rose, v. 6176.128

Et de sa richesse vaillanz.
Bible Guiot, v. 358.

Italien :

« Copiosa di tutti i beni. »
Boccac., Decam. VII, 6.

« Paese, quantunque freddo, lieto di belle montagne,
di più fiumi e di chiare fontane. »
Boccac, Decam. X, 5.

« Ricco e di possessioni e di denari. »
Boccaccio, Decam. VII, 5.

Espagnol :

« Non sea osado de tirar de la iglesia aquellos que á ella
fuyen. » Fuero Juzgo, VI, v. 17, Var.

Portugais :

« Un reino falto de homēes, pobre de conselho. »
D. Hier. Osorio, Cart. 3.

Signe particulier des adjectifs français pour désigner,
soit au singulier, soit au pluriel, les sujets et les
régimes.

J'ai déjà eu occasion de dire que les adjectifs français,
ainsi que les adjectifs romans, s'accordaient avec le substantif,
en prenant ou refusant l's final dont la présence
ou l'absence indiquait les sujets et les régimes au singulier
et au pluriel.

Ce caractère essentiel et remarquable de la langue romane
resta dans l'ancien français ; et j'en citerai des exemples
sous la forme déjà adoptée pour les substantifs.129

Sujets au singulier.

Assonnances en a :

Granz et pleniers est li servises.
Partonopex de Blois 1167.

Puisqu'ainsi est que de vous suis loingtains.
Charles d'Orléans, p. 105.

« Pierre d'Amiens qui mult ere riches et halz hom et
bon chevaliers et pros. »
Villehardouin, p. 120.

« Li mals esperiz nostre Seignur te travaille. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 20.

Assonnances en e :

Devint fiers en faiz et en diz.
Partonopex de Blois 2168.

Vostre toujours soye jeunes ou vieulx.
Charles d'Orléans, p. 108.

« Mult ere sages et preuz et vigueros. »
Villehardouin, p. 150.

« Ferms est li tuen soliers. »
Trad. du ps. 92, ms. n° 1.

« E li jorz fu belz e clers e li venz dois e soes. »
Villehardouin, p. 46

Assonnances en i :

« Quant je serai saisiz de ma terre. »
Villehardouin, p. 113.130

Mes drois est que fins amis
Soit à sa dame ententis.
Le roi de Navarre, chans. II.

Jolis et renvoisiés deviengne.
Roman de la Rose, v. 10446.

« Ainsi fu departiz le gaienz de Costantinople. »
Villehardouin, p. 105.

E li pomiers ert bien floriz.
Partonopex de Blois 1169.

Assonnances en o :

« Ensi dura cel assals mult durs et mult fors et mult fiers. »
Villehardouin, p. 96.

Morz est Cloovers li bons rois.
Partonopex de Blois 2170.

Tu es Deus sols.
Trad. du ps. 85, psaut. de Corbie.

Assonnances en u :

Li ciex est clers, li airs est purs,
Adès s'en vait li tens oscurs.
Partonopex de Blois 3171.

Toz vestuz s'est couchiez el lit.
Partonopex de Blois 4172.

E cil avale le perchant
Qui pus estoit aguz d'un dart.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p. 249.131

« Li cuens Baudoins de Flandres i ere jà venuz. »
Villehardouin, p. 20.

« Ha ! fet il, trahitres, parjurs,
Com m'avez fet anuit de honte ! »
Fabl. et Contes anc., t, 4, p. 469.

Régimes au singulier.

Assonnances en a :

Ma grant dolour et mes maus alegier…
Et tant me fi en sa grant loïauté.
Le comte d'Anjou 1173

« La corone impérial li mist ou chief. »
Gestes de Louis le Débonnaire 2174.

Amors ne peut durer ne vivre
Se n'est en cuer franc et delivre.
Roman de la Rose, v. 9484.

Sire, salf me fai.
Trad. du ps. 3, ms. n° 1.

Assonnances en e :

Qui moult plus riche me fera.
Roman de la Rose, v. 6935.

Mes il font lor cruel domage.
Roman de la Rose, v. 7658.

Il affiert bien que l'en present
De fruit novel un bel présent.
Roman de la Rose, v. 8248.132

« De sun très ferm siège. »
Trad. du ps. 32, ms. n° 1.

Assonnances en i :

Cil dui valent un mui d'or fin.
Partonopex de Blois 1175.

Saluai les, le chef enclin.
Roman de la Rose, v. 10095.

Assonnances en o :

Mes il fera une fort glose.
Bible Guiot, v. 2433.

Il en eussent bon loier.
Roman de la Rose, v. 7664

Assonnances en u :

Ung grant vilain entr'eus eslurent
Le plus ossu de quanqu'il furent,
Le plus corsu et le gregnor.
Roman de la Rose, v. 9645.

De fer dur forgierent lor armes.
Roman de la Rose, v. 9679.

Sujets au pluriel.

Assonnances en a :

Loyal seront et dreiturier.
Bible Guiot, v. 608.

Tuit franc e tuit quite s'en aillent.
Roman de la Rose, v. 7626.133

Dieu, com furent prou et vaillant
Et riche et saige et quenoissant.
Bible Guiot, v. 120.

Dex ! com il sont estroit et mat.
Bible Guiot, v. 2457.

Assonnances en e :

« Turbet sunt ti abysme. »
Trad. du ps. 76, psaut. de Corbie.

Sachiés qu'il sunt trestuit doutable.
Roman de la Rose, v. 7635.

Tant bon chevalier l'atendoient
Qui tant bel e tant riche estoient.
Partonopex de Blois 1176.

« Se il estoient de riens inobedient vers lui. »
Gestes de Louis le Débonnaire 2177.

Qui demonstrance font et signe
Qu' il ne sont pas ne bon ne digne.
Roman de la Rose, v. 6294.

Cil arbre vert par ces gaudines
Lor pavillons et lor cortines
De lor rains sor eus estendoient.
Roman de la Rose, v. 8473.

Doivent tuis estre diligent.
Roman de la Rose, v. 9993.

Qui ne li sont ferm ni metable.
Fabl. et Contes anc., t. 3, p. 70.134

Assonnances en i :

Li vif déable, li maufé
T'ont si en amer eschaufé.
Roman de la Rose, v. 6415.

« Eslit furent li message. »
Villehardouin, p. 72.

E quant i furent acompli.
Le Castoiement, conte 2.

Hardi furent comme lyon.
Bible Guiot, v. 50.

Tuit li prodome sont gentil.
Bible Guiot, v. 1011.

Assonnances en o :

Lonc respit m'ont mort.
Le Roi de Navarre, chans. 3.

E cil sont si nice et si fol
E guileor et lasche et mol.
Bible Guiot, v. 122.

Par poi ne fusmes mort andui.
Partonopex de Blois 1178.

Li baron sunt fort et legier.
Roman de la Rose, v. 10476.

Qui ne peuvent estre pior.
Bible Guiot, v. 110.

Tuit menjuent sol e sol gisent.
Bible Guiot, v. 1328.

Assonnances en u :

C'onc puis ne furent asseur.
Roman de la Rose, v. 9690.135

Tuit sont venu sans contrement.
Roman dela Rose, v. 10484.

Soutil estoient et agu
Li mauves prince, li veincu.
Bible Guiot, v. 88.

Mais li prince sont si destroit
Et dur et vilein et felon.
Bible Guiot, v. 236.

Régimes au pluriel.

Assonnances en a :

« Envoia les huesces vermeilles et les dras imperials. »
Villehardouin, p. 128.

Voire mains que de blans corbiaus.
Roman de la Rose, v. 8735.

En mains lontains pelerinages.
Roman de la Rose, v. 9910.

Assonnances en e :

As rois, as princes terriens.
Roman de la Rose, v. 9667.

Assonnances en i :

Por l'amor des fins amoreus.
Roman de la Rose, v. 8459

Assonnances en o :

Et n'a ne bons faits ne bons dis.
Roman dela Rose, v. 8004.

Assonnances en u :

E vestoient les cuirs veluz.
Roman de la Rose, v. 8426.136

Degrés de comparaison.

Dans la langue romane et dans les langues de l'Europe
latine, les degrés de comparaison furent simples ou composés ;
simples, quand, pour le comparatif et le superlatif,
elles adoptèrent les désinences caractéristiques en or
et en imus, issimus des latins ; et composés, quand elles
empruntèrent, comme auxiliaires, pour le comparatif, les
adverbes de quantité plus, mais, mens, mielhs, aitant,
etc. ; et pour le superlatif ces mêmes adverbes précédés
de l'article, ou de trop, très, molt, etc.

C'est dans la seule langue des troubadours qu'on retrouve
à la fois plus et mais.

La langue française et la langue italienne n'ont conservé
que plus.

La langue espagnole et la langue portugaise n'ont
conservé que mais 1179.

Comparatifs.

Pour indiquer le second objet de la relation, les comparatifs,
soit simples, soit composés, employèrent que
137ou de, toutes les fois que cet objet était placé après le
comparatif.

Que fut quelquefois sous-entendu.

Comparatifs simples.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | maior | major | mayor | maggior | menor | minor | melhor | meillor | mejor | meglior | peior | pejor | peor | peggior

Les comparatifs simples français ont eu la désinence
romane or avant de la changer en eur ; et ils étaient
invariables, comme le prouveront quelques exemples.

Major est resté dans la langue actuelle et invariable ;
on dit tambour major, tierce major, quinte major, etc.

E die que li gentil home….
Sunt de meillor condicion.
Roman de la Rose, v. 18811.

De Bretaine la menor sui.
Marie de France, t. 1, p. 72.

Ainz ne l'en fait pejor samblant.
Marie de France, t. 2, p. 134.

Je crois inutile de citer des exemples des autres langues ;
il me suffira de dire que l'italien peut admettre
ou refuser l'e euphonique après la désinence en or des
comparatifs.

Outre ces quatre comparatifs simples, communs aux
langues de l'Europe latine, il en est d'autres qui de l'idiome
138roman ont passé dans quelqu'une de ces langues,
tels que forsor, gensor, etc.

E tra i servi di dio è fotzore
Chi piu umil e di core.
Not. sur Guit. d'Arezzo, p. 176.

Che, quanto gente è più mestier, gensore
Dimanda overatore.
Guit. d'Arezzo, lett. 30, p. 75.

de au lieu de que après les comparatifs.

Français :

Kar plus forz de mei esteint.
Trad. du ps. 17, ms. n° 1.

« Onques mes cors de chevaliers mielz ne se defendi
de lui. » Villehardouin, p. 48.

« Uns autres Scipions Aufricans qui mains n'estoit pas
nobles du premier, ne en lignage ne en fais. »
Chron. de France 1180.

N'est pas moins riches de mon père,
Il n'a enfans, famé ne frère,
Ne nul plus prochain oir de vous.
Fabl. et Contes anc. t. 1, p. 177.

« Bruneheult estoit puissans et plus honnorée de li. »
Chron. de France 2181.

Est ele plus bele de moi ?
Fabl. et Contes anc, t. 1, p. 354.139

« Nus n' est miendres de moi. »
Chron. de France 1182.

J'aim plus biau de vous et mult melz apris.
Richard de Semilli 2183.

« Puisque Dieu et nature vous ont créez plus parfaite
des autres choses qui ont ame. »
Œuvres d'Alain Chartier, p. 453.

Espagnol :

Que non podrie contarlos de mi mucho meior. »
Vid. de S. Millan. cob. 315.

Otras faciendas fizo d' estas mucho mayores.
Llores de N. Sra, cob. 85.

« Ninguna cosa non es peior de los padres que non an
piadat. » Fuero Juzgo VI, III, 7.

« La una es mayor de la otra. »
Fuero Juzgo, IV, II, 17.

Quante mas bella se para
De las estrellas la luna.
J. de Mena, Canc. gen. fol. 25.

« Pues que mayor desdicha puede ser, replicó Pansa, de
aquella que aguarda al tiempo que la consume. »
Cervantes, D. Quix. I, 3, c. 15.

Portugais :

« Seré mais forte e milhor aguardada do que he. »
Doc. de Moncorvo, 1376 3184.140

« Achou melhor acolhimento do que elle esperava. »
J. de Barros, III, I, I.

Muito menos D'aquillo que querian.
Camoẽs, Lus. c. II, st. IX.

E por que vos fez parecer mellor
Deus d' outra dona.
Cancioneiro, ms. do coll. dos nobres, fol. 41.

Mais fremosa de quantas donas vi.
Cancion, ms. do coll. dos nobres, fol. 59.

Italien :

« E nescienti siem fatti piu de brutti animali. »
Guit. d'Arezzo, cart. I, p. 4.

« Tutte le fiere bestie ho trovate piu umili di te. »
Cento nov. ant. n° 69.

« Chi piu di me sarebbe felice. »
Nov. ined. p. 83.

« Niun' altra piu onesta ne piu casta potersene trovare
di lei. » Boc. Dec. II, 9.

« Che non fosse in maggior dignità di lei. »
Cento nov. ant. n° 5.

Quanto ciascuna e men bella di lei.
Petrarca, Son. Quando fra.

E il mio core è maggior di mia fortuna.
Metastasio, Did. att. 1.

que sous-entendu après le comparatif.

La langue romane sous-entendit quelquefois le que
après les termes de comparaison ; dans l'ancien italien on
trouve l'emploi de cette forme.141

« E piò soave dorme in vile e piccial letto…. no face segnore
en grande e caro suo. »
Guit. d'Arezzo, lett. I, p. 4.

« Migliore stimo la condizione umana poi lo trepassamento
del primo nostro parente…. non era avante. »
Guit. d'Arezzo, lett. 25, p. 65.

Superlatifs.

Il me suffira de dire que la manière dont ils furent
formés dans la langue romane se retrouve dans les autres
langues de l'Europe latine.

Les superlatifs composés furent plus particuliers à la
langue romane ; en général, l'adjonction de l'article devant
le comparatif simple ou composé, ou l'emploi des
adverbes de quantité, molt, trop, devant l'adjectif, forma
cette première classe de superlatifs.

La seconde fut imitée du latin issimus, imus.

La langue romane ajouta isme à quelques adjectifs ; les
autres langues reproduisirent les formes latines ; l'ancien
français autrefois a dit :

Il meismes fundad icele altismes.
Trad. du ps. 86, ms. n° 1.

Lor confiance por Dieu l'autisme.
Ph. Mouskes.

Le filz Diex glorieus, par le sien nom saintisme.
Testament de J. de Meung.

Ces sortes de superlatifs ne sont presque plus d'usage
en français, tandis qu'ils sont beaucoup employés dans
les autres langues de l'Europe latine.142

Chapitre IV.
Pronoms.

Pronoms personnels.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | ieu, eu | jeo | yo | eo | me, mi | nos | nós | noi | tu | tú | te, ti | tí | vos | vós | voi | el, il | él | li, lui | lhy | lo | els, los | lor | ella, la | lei | ellas | las | se, si | sí | en, ne | y, hi, i143

Les pronoms personnels romans se retrouvent dans les
diverses langues de l'Europe latine qui les conservèrent
sans modifications, ou n'en firent que de très-légères 1185.

Pour marquer les régimes indirects, la langue romane
se servait des prépositions accoutumées, et les autres langues
se servirent aussi de prépositions.

Je citerai des exemples pour ceux des pronoms qui ne
sont plus en usage.

Première personne.

L'ancien français écrivit ieo, jeo, le pronom roman
ieu, ensuite jo, jou, et enfin je.

« E jeo vi un angel… e jeo alai al angel. »
Trad. de l'Apocalypse 2186.

« Jeo recordanz de deu esteie conturbet… jeo parlouve
e defailleit mis espiriz. »
Trad du ps. 76, ms. n° 1.

« Jeo l'aimoi et jeo la requis dès ma jovente, et jeo la
quisse prendre à ma espouse. »
Trad. de la Bible 3187

Si jeo vus enmenoe od mei,
Jeo li mentirai ma fei.
Marie de France, t. 1, p. 448.

Jeo crei en Deu.
Trad. du credo, ms. de la bib. Cotton.144

L'espagnol a dit yo, le portugais a conservé eu 1188 roman.

Les anciens auteurs italiens se servaient d'eo depuis
changé en io.

« Eo maggiormente credo… eo ricorlaudo… eo son sempre. »
Guit d'Arezzo, lett. 13, 25, 31.

In questa gente ch'eo descrive adesso…
Barberini, Doc. d'am. p. 35.

Et eo avesse l'ardire de parlare….
Po gli direi com eo son sua vita.
Cecco di M. Angiolieri 2189.

Me, mi, français.

« Li sires dist a me : Tu ies li miens filz, jo hui engendrai tei. »
Trad. du ps. 2, ms. n° 1.

« Je vous aim pluz que vos ne faciés mi. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Si demorer volez a mi.
Fabliau de Cortois d'Arras.

Si la très vers mi.
Jean Ewars 3190.

Mon cœur est tout endormy,
Resveille le my.
Clément Marot, t. I, p. 197.145

Dans la langue romane, soit que eu, ieu, fût exprimé,
soit qu'il fût sous-entendu, me était quelquefois employé
explétivement comme sujet.

Cette forme se retrouve dans d'autres langues de
l'Europe latine.

Portugais :

Já non sei que me digo.
Canc. ms. do real Collegio dos Nobres, fol. 91.

Italien :

L'italien employa mi :

« Anzi mi dico il vero. »
Boccaccio, Decam. VI, 6.

Les exemples suivants, dans lesquels mi est joint à io
sujet, auraient pu être beaucoup plus nombreux, mais
ils suffiront pour prouver cet accident grammatical.

« Io mi son giovinetta. »
Boccaccio, Decam. IX, 10.

« Cresciuta quasi com io mi sono. »
Boccaccio, Decam. II, 5.

« Io non so ch'io mi dica o ch'io mi faccia. »
Boccaccio, Ninf. Fiesol. CCXXX.

« I' mi vivea di mia sorte contento. »
Petrarca, son. I' mi vivea.

Nos, fut conservé même dans la langue française qui
ensuite se servit de nous.

Quar li filosophe nos dit,
Si com nos trovons en escrit,
146Que nos ne passons par la gent
Qui se contiennent folement…
Jà, se Diex plaist, par sa folie
Ne perdra nus de nos la vie.
Le Castoiement, cont. 6 et 18.

Seconde personne.

Tu, fut employé par toutes les langues et l'est encore
aujourd'hui, mais en français il n'est plus en usage comme
autrefois dans les formes suivantes :

Vous vous entreporterez foi,
Et tu à lui, et il à toi.
Roman de la Rose, v. 2722.

« Et li dist : O tu evesques, qui es en ceste cité en leu
de prelat. » Chroniques de France 1191.

Car je t'aime en vraie entente
Et tu moi.
Œuvres d'Alain Chartier, p. 774.

Ti, qui ne se retrouve plus en français, a été employé
autrefois.

Por ti isseut il de Deu lo peire.
Sermons de S. Bernard, fol. 92.

Vos, roman, adopté par l'ancien français, fut ensuite
changé en vous.

Je sens les maus d'amer per vos ;
Sentez les vos por moi ?
Le roi de Navarre, chans. III.147

Et se vos Deu servir volez
Aussi comme vos soliez,
Le mercier vos covient paier.
Fabl. et Cont. anc, t. III, p. 14.

L'italien a changé nos et vos en noi et voi. J'ai expliqué
ailleurs cette modification.

Toutefois nos, vos, romans, se retrouvent en italien
joints à la préposition co 1192.

Ne vi sia lo star nos-co ingrato e vile.
Bembo, son. 116.

Euripide v'è nos-co e Anacreonte.
Dante, Purg. XXII.

Gite sicuri omai, ch'amor vien vos-co.
Petrarca, son., ite caldi.

Pour donner aux pronoms personnels nos et vos une
signification plus restreinte et plus spéciale, la langue romane
ajoutait quelquefois altre. Cette forme, conservée
par le français et surtout par l'espagnol, se retrouve aussi
dans le portugais et dans l'italien.

Portugais :

« Mas por nosoutros… que estais vosoutros assi cuidando ?…
naõ sois, vosoutros verdadeiros portuguezes…
e vosoutros todos sois meus. »
Chron. d'El Rey D. Joam. I, p. 76, 49, 55.

« E per vosoutros. »
Carta d'El Rei D. Deniz, 1281 2193.148

« Vosoutros nom ficais sem muy grant parte. »
Chr. do conde D. Pedro, c. VIII, p, 237.

Italien :

« Cioè che, per la pratica, ch'abbiam noi altri nell' uso
del favellare, da'vocaboli men buoni. »
Salviati, avvert. l. 2, cap. 19, 127.

Noi altri, assai mi par che facciam…
Berni, Orlandino, XVII, 22.

Troisième personne.

L'ancien portugais offre beaucoup d'exemples de l'el
roman, qui aujourd'hui a été remplacé par elle.

« Que el o adube… que el tena de mim… como el
filhara grande affan no meu serviço. »
Carta d'El Rei Affonso IV 1194.

Se… o senhor d'el responda por el.
Foral de Thomar 2195.

« Que el nom era natural… que el se faria natural por
El Rei… que el viera ao dito moesterio. »
Doc. do most. de Ferreira d'Aves, 1315 3196.

El, italien, a été usité anciennement au lieu d'egli.

« E fa quant' el puo far. »
Guit. d'Arezzo, lett. 14, p. 43.

E tanto è l'uom gentile et a valore
Quant' el possede del pacer d'amore.
Roberto, Re di Gerusalemme.149

Cum el descende de cel en terra
E cum el sostene passion.
Pietro Bascapè 1197.

Et el con bella risa
Rispose in questa guisa.
Brunetto Latini, Tesoretto, c. 28.

L'ancien français a dit lo qui depuis a été changé en le.

« Et un suen chevalier… si lo mist sur son cheval. »
Villehardouin, p. 27.

A seignor lo volrunt aveir.
Marie de France, t. II, p. 132.

Lo, régime direct au singulier, fut autrefois pronom
personnel espagnol.

La grammaire de l'académie espagnole en atteste l'usage,
par cela même qu'elle le condamne. On en trouve
de nombreux vestiges dans les anciens monuments.

« Maestre Daniel me fecit. Deus lo benediga. »
Inscription de l'an 1258 2198.

Ruega á tu fijo, madre, por los tus peccadores,
Fijo lo as et padre.
Loores de N. Sra, cob. 214.

« E si non hobiere onde los peche, prendan lo é metan
lo en preson. »
Fuero de Molina 3199.

« E siempre a su volontad lo serviremos. »
Fuero de Llanes 4200.150

Lo fut employé de même en portugais.

« Isto me moveu a escrever esta á Vossa Reverentia e
avisa-lo do que na terra se passa…. Bon desejo de se mostrar
El-Rey inteiro e faze-lo amado do povo. »
D. Hier. Osorio, cart. 3.

L'ancien français disait li pour a lui.

Forment doute la maie gent
Que ne li toillent son argent
Dont il avoit à grant foison.
Fabl. et Contes anc., t. IV, p. 2.

Au lieu d'à el ou le, on trouve li roman, employé
comme régime indirect dans les anciens monuments espagnols.

Cadió li á los piedes en el suelo postrado.
Mil, de N. Sra, cob. 571.

Disso li su facienda el burgés al Ebreo…
Disso li el Judio.
Mil. de N. Sra, cob. 637 et 642.

« E pedir li misericordia…. O si los obispos fecieren al
principe que lli perdone. »
Fuero Juzgo, I, IX et X, p. IX et XI.

Lhi fut pareillement employé dans l'ancien portugais
pour la troisième personne du pronom personnel masculin.

« O quai herdamento a mhi deu Pero Pères por crompa
de meu corpo e por serviço que lhi ffiz. »
Doc. das Bentas do Porto, 1290 1201.151

« Se alguum vozeiro se composer com o moordomo que
lhy dê ende algua cousa. »
Foral deThomar, 1174 1202

« Que aquel que eu souber de vos que a nom faz….
lhy farei dar aquella pena meesma. »
Carta d'El Rey D. Deniz, 1281 2203.

Pronoms personnels au pluriel.

Els, qui depuis changea l'l en u et produisit eux, a
été long-temps employé dans l'ancien français, soit comme
sujet, soit comme régime.

Et menjurent privéement
Els et le garçon seulement.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 249.

K'il prist de els e garde e cure.
Marie de France, t. II, p. 429.

Que li un d'els l'autre conforte.
Fabl. et Cont. anc. t. 11, p. 294.

Semblanz à els seient fait.
Trad. du ps. 134, psaut. de Corbie.

Ne volt un mot parler à els.
Marie de France, t. II, p. 446.

Els encusa une béguine.
Fabl. et Cont. anc., t. IV, p. 134.

Il, pronom personnel roman, fut long-temps en usage.
Dans la suite on ajouta l's final qui caractérise aujourd'hui
ce pronom au pluriel.152

S'il me voient mesaeisié,
Il n'auront jà de moi pitié ;
Et s'il me voient avoir aise,
Il me porchaceront mesaise.
Bib. Guiot, v. 174.

Los, roman, par le changement ordinaire de l'o en e,
produisit les.

L'espagnol garda los.

On trouve los dans l'ancien portugais :

« Aos nossos filhos o filhas herdeiros, se no-los Deos der. »
Docum. de 1386 1204.

L'ancien français employait lor changé ensuite en
leur ; l'italien a dit loro et lor.

Pronoms féminins.

Ella, roman, qui a produit elle en français, s'est conservé
dans les autres langues.

La, régime, est resté en français, en espagnol et en
italien ; et on en trouve des traces dans le portugais.

« Aa dita Móór Gil nossa irmāa… e metemo-la en pura
e verdadeira posissom »
Doc. de Arouca, 1295 2205.

Me partirei pol-la non vir…
Ca, Deus lo sabe, poi-la vi,
Nunca jâ mais prazer ar vi.
Cancioneiro ms. do coll. dos nobres, fol. 44 et 58.153

L'ancien français employa au féminin singulier li et
lui comme régimes indirects du pronom personnel.

« En une cambre la fit mètre Nicolette en si haut estage,
et une vielle avec li por compagnie. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Trovai pastorele gardant berbiz,
Descendiz à terre, lez li m'assis,
Et ses amorettes je li requis.
Richard de Semilli 1206

Trestuit li bien qui sont en li,
Quant ele est yvre, sont péri.
Fabl. et Cont. anc., t. II, p. 194

La dame première s'asist,
Son oste lès lui seoir fist.
Conte du prévost d'Aquilée 2207.

Atant la dame o lui l'emmaine.
Fabl. et Cont. anc., t. IV, p. 211.

L'ancien portugais a aussi employé lhi et ly régime
indirect pour la troisième personne au singulier féminin.

« Que sempre honrre e aguarde minha molher, e que
lhy nunca busque escatima. »
Test. de Vairam, 1307 3208.

Lei, lieys, pronoms féminins dans la langue romane,
étaient à-la-fois sujets ou régimes.154

Quelques écrivains italiens ont jadis fait usage de lei
comme sujet.

« Tanto in un modo e in altro la sollicitó che con esso
lei si domesticò. »
Bocc. Decam. VII, 2.

Poi chi pinge figura,
Si non puo esser lei, non la procura.
Dante, convito, Le dolci rime.

E ho si avezza
La mente à contemplar sola costei
Ch'altro non vede, e cio, que non è lei,
Già per antica usanza odia e disprezza.
Petrarca, son., Pien di quella.

Des grammairiens italiens ont prétendu que, dans ce
passage, Pétrarque n'avait pas employé lei comme sujet :
et, pour expliquer cette prétendue anomalie, les uns ont
avancé qu'après le verbe esser, le pronom pouvait être
au quatrième cas, c'est-à-dire à l'accusatif 1209 ; les autres
ont soutenu que è lei était une forme elliptique pour
è in lei.

Cette dernière opinion est réfutée par Pétrarque lui-même,
qui, dans un de ses dialogues, exprimant en latin
le même sentiment, dit :

« Assuevit animus illam adamare, assuerunt oculi illam
intueri, et quidquid non ILLA est inamœnum et tenebrosum
dicunt. »155

J'ose croire que si ces philologues italiens avaient connu
les règles de la grammaire romane et l'emploi ordinaire
de lei comme sujet, ils n'auraient pas relevé dans Pétrarque
une faute qui n'existe pas plus dans ses vers que
dans ceux de Dante et dans la prose de Boccace.

On a reproché aussi injustement à Dante lui-même
d'avoir fait usage de lei en régime indirect sans la préposition
à dans ce passage :

Ond' io risposi lei.
Dante, Purgat. III.

J'ai montré par divers exemples que les troubadours
employaient ainsi ce pronom.

Des philologues italiens ont fait une critique très-judicieuse,
lorsqu'ils ont condamné l'emploi de lei pour les
objets inanimés ; ils ont reproduit une règle de la langue
romane, qui n'appliquait lei et lieYs qu'aux personnes et
au féminin singulier.

Ellas, pluriel roman, qui, en français, prit E au
lieu d'a, fut conservé par l'espagnol et par le portugais.

La langue romane employait comme sujet, se, à la
place de la troisième personne du pronom personnel,
soit au singulier, soit au pluriel.

Cette forme se retrouve dans les autres langues, excepté
dans la langue française.

Espagnol :

Tan ricos son los sos que non saben que se han.
Poema del Cid, v. 1094;156

« El adulterator áyala por muier, si s quisiere. »
Fuero Juzgo, III, IV, 9.

Plorando de los oios quanto mas se podia.
Mil. de N. Sra, cob. 770.

« Sea metida en poder de la muier d'aquel marido con
quien fizo el adulterio, que se vengue d'ella cuemo se
quisiere. » Fuero Juzgo, III, IV, 9.

Portugais :

« Ao tempo mesmo que se estavão fazendo os officios
divinos. » Elucidario, t. I, p. 197.

Italien :

Que le tre dive (o beato allora !)
Tra' suoi bei colli ignude a mirar ebbe.
La Casa, son. 35.

« Bruno eomperati i capponi, insieme col medico e co'
compagni suoi, se gli mangio. »
Bocc. Decam. IX, 3.

« Ricciardo sposo la giovane e con gran festa se la mena
a Casa. » Bocc Decam. V, 4.

Dans la langue romane en, et ne servaient parfois à
exprimer, en régime indirect, la troisième personne du
pronom personnel, de même que celle du pronom relatif,
soit au singulier, soit au pluriel ; l'ancien français
usa de ne dans ce sens.

Quant elle se veult bien parer…
Le corps vault mieux que les abis,
Bien est heureux qui n' a un ris.
Poème à la louange de la Daine de Beaujeu 1210.157

L'italien a aussi employé ne à la place du pronom
personnel.

« Se egli sapeva lavorar l'orto, e volesseci remanere, io
mi credo che noi n'avremo buon servigio. »
Bocc. Decam. III, I.

I, y, hi, roman, employé pour la troisième personne
du pronom personnel, se retrouve dans les autres langues.

Français :

S'ele est bêle tuit i aqueurent….
Tuit i hurtent, tuit i travaillent,
Tuit i luitent, tuit i bataillent….
Tuit i musent, tuit la convoitent.
Roman de la Rose, v. 8626 et suiv.

Espagnol :

« Las despensas que fizo por lo querer provar ó las testimonias
que aduxo de luenne sean de sobre si mismo y él
que desdixo el escripto non pague y nada. »
Fuero Juzgo, II, V, 16.

Italien :

Chi d'amor sente, de mal far no i cale.
Cecco di M. Angiolieri 1211.

Affixes.

Le genre d'affixes qu'on trouve dans la langue romane
est une forme toute particulière, et offre un caractère
très-remarquable.

On rencontre des vestiges de cette forme dans les anciens
auteurs français.158

S'ous me volés rien commander.
Roman de la Rose, v. 14986.

Cum vous serés, sous i aies.
Roman de la Rose, v. 10170.

S'ous n'en savés quartier ne aune.
Roman de la Rose, v. 13017.

Tant qu'os saciez comment li rois
Sera vers moi iriez ou lois.
Roman de Tristram.

Il paraît que cette forme romane s'est conservée parmi
les gens de la campagne, puisqu'on la retrouve dans le
langage des paysans que les auteurs comiques cherchent
à imiter.

Va, ça m viendra peut-être.
T. Corneille, le Festin de Pierre.

« Je vous dis qu'ous vous teniez et qu'ous ne caressiais
point mes accordées… parce qu'ous êtes monsieu, ous viendrez
caresser nos femmes… Allez us en caresser les vôtres…
Ce n'est pas là la récompense de vs avoir sauvé. »
Molière, le Festin de Pierre.

« Et l'on dirait par fois, ne vs en déplaise, qu'il a quelque
petit coup de hache à la tête. »
Molière, le Médecin malgré lui.

« A cause qu'ous êtes…. qu'ous avez…. qu'ous fêtes…. ous
êtes le roi. »
Cyrano de Bergerac, le Pédant joué.

Espagnol :

L'ancien espagnol offre une telle quantité d'exemples
de l'emploi des affixes, qu'il est difficile de concevoir
comment ils ont ensuite cessé d'être en usage.159

m :

Lo de antes é lo de agora todo m lo pechará
Poema del Cid, v. 988.

Mas ruego te que m digas por la ley que tienes.
Poema de Alexandro, cob. 1010.

Decid que m lo crie, io assin ge lo digo.
Mil. de N. S, cob. 534.

E da m grand soldada.
Arcipr. de Hita, cob. 1001.

t :

Membra t quando lidiamos cerca Valencia la grand »
Poema del Cid, v. 3328.

Benedicha fu là madré que t pudó engendrar.
Poema de Alexandro, cob. 213.

Come la tu, senor, que t sera buena é sana.
Arcipr. de Hita, cob. 75.

s :

Esto la nifia dixo é torno s pora su caza.
Poema del Cid, v. 49

Ca querie morir ó s querie vengar.
Poema de Alexandro, cob. 1139.

Gula, embidia, acidia que s pegan como lepra.
Arcipr. de Hita, cob. 209.

« E que s purgen de todo enganno. »
Fuero Juzgo, XII, III, 13.

« El varon é la muger que s casaren. »
Fuero Juzgo, XII, III, 7.

« Ego Maria Mingo so pagada, é non remanece nada por
pagar, é si s levantaren algunos de los mios, etc. »
Doc. de l'an 1216 1212160

os :

Levantad os en pie ya, Cid campeador.
Poema del Cid, v. 2037.

os, affixe, dans la langue espagnole, est placé indifféremment
après des consonnes ou après des voyelles.

On ne retrouve pas les affixes romans dans la langue
portugaise ni dans l'italienne ; mais ils existent encore
dans plusieurs patois de la haute Italie.

Pronoms possessifs.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | mos, mon, meu | mes | meo | tos, ton, to, teu | tes | sos, son, so, seu, ses | nostres | nuestro | nosso | nostro | vostres | vuestro | vosso | vostro | ma, mia | mha | ta, tua | sa, sua | nostra | nostre | nuestra | vostra | vostre | vuestra | mos, meus, miei | tos, teus, tiei | sos, seus | ses | mias, mas | tuas, tas | suas, sas | nostras | vostras | lor161

Pronoms possessifs masculins au singulier.

Pendant que l'ancienne langue française conserva la
distinction des sujets et des régimes, les pronoms mes,
tes, ses, qui représentaient mos, tos, sos, romans, par
le changement ordinaire de l'o roman en e, furent sujets
au singulier masculin, et mon, ton, son furent
régimes.

Et mes pères moult vous en prie.
Le Castoiement, conte 2.

« Hues, fait-il, ne me blasmés mie, vous estes mes prisons. »
L'Ordene de Chevalerie.

Mes sires Guillaume l'oï.
Fabl. et Cont. anc, t. I, p. 190.

Nous devons mengier deux pertris.
Que tes Sires prist hui matin.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 184.

Ses amis l'a moult conjuré….
Ses amis en fu moult dolent.
Le Castoiement, conte 2.

Que ses Sires à une vile
Devoit cel jor au marchié estre.
Fabl. et Cont. anc., t. IV, p. 182.

Le roiaume que ses peres tint.
Chron. de France 1213.

Je suis ses fils, il est mes pere.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 377.162

« Après se croisa Henris ses frères, Thierris ses niers ; »
Villehardouin, p. 4.

Nostres, Vostres, romans, furent employés au singulier
avec le signe qui caractérisait le sujet.

« Sacès que nostres Sires m'a pardonnez mes pechiez. »
Chron. de France 1214.

Par fiance, merci vous quier,
Quant vostres sui si ligement.
Fabl. et Cont. anc. t. 11, p. 205.

Li cuers est vostres, non pas miens.
Roman de la Rose, v. 1995.

Mon tens jolis est tous alez,
Et li vostres est à venir.
Roman de la Rose, v. 12947.

Lor, roman, fut employé en français au singulier masculin
et féminin.

Il est raison que li amant
Doignent du lor plus largement.
Roman dela Rose, v. 2224.

Mon, ton, son, romans, sont restés dans la langue
française.

Espagnol :

Au lieu de mon, ton, son, la langue romane disait
parfois, to, so 2215 dont l'ancien espagnol offre beaucoup
d'exemples.163

Desque el to Antipater en Babilonia vino.
Poema de Alexandro, v. 1367.

Mientra que visquieredes, bien se fara lo to.
Poema del Cid, v. 412.

« Non tomarás el nomne de to dios en vano. »
Fuero Juzgo, I, II, p. 111,

« Por el so ensinniamento. »
Fuero Juzgo, I, I, p. 1.

Todos los otros que van á so servicio.
Poema del Cid, v. 69.

Portugais :

Meu, teu, seu, régimes romans, furent pronoms portugais
au singulier masculin.

Italien :

Anciennement la langue italienne employait meo :

Quanto più mi destrugge il meo pensiero,
Ma 'lmeo fermo disio tant è jocondo.
Guit. d'Arezzo 1216.

Le pronom roman mon a été adopté et existe encore
dans monsignor. Ce vestige remarquable sert encore à
prouver l'ancienne communauté d'idiome.

L'italien a aussi employé mo, to, so 2217.164

« Sarei sentita da fratel-mo. »
Boccac. Decam. VIII, 7.

Cugino-mo, signor-mo.
Ser. Brun. Pat. 5.

Va racconsola figliuol-to
Perd pensa al stato-to.
Loi, del Medici, canz. a ballo, 22, 141

Ammaestra figliuol-to.
Albert. Giud. cap. 22.

« Ma tu perché non vai per sigoor-to.
Boccac. Decam. V, 5.

A ragasso aspettato da signor-so.
Dante, Infern. c. XXIX.

E'n altro spenda il tempo so
Se trova il mal ragione è che'l sia so.
Fr. Sacchetti, op. div. 112 et 125.

Dammi d'ogni peecatore
Pianger molto ogni so errore.
Jacopone da Todi, lib. I, sat. I.

Pronoms possessifs féminins au singulier.

Le français garda ma, ta, sa, romans.

Une observation qui doit trouver ici sa place, c'est
que, dans la langue romane, l'a final de ces pronoms
s'élidait devant les mots qui commençaient par une voyelle,
et qu'il s'élida de même en français jusqu'à ce que l'euphonie
eût admis mon, ton, son, pour le féminin, devant
les mots qui exigeaient l'élision.165

Je te commant m'ame en ceste heure dernière.
Chron. de France 1218.

De ma tristesse ne de m'ire.
Roman de la Rose, 4236.

Dieu, trai t'espée de ton fuerre.
Fabl. et Cont. anc., t. I, p. 310.

Mal recordant que t'amour ne dessers.
Clém. Marot, t. III, p. 312.

« De totes icelles choses dont s'ame puet estre mal mise
et enlaidie devant Deu. »
Serm. de Maurice, év. de Paris 2219.

Et ayme mieux en s'amour avoir peine,
Que sans s'amour avoir liesse pleine.
Clém. Marot, t. I, p. 375.

Adams qui perdi paradis
Ne fist tel perte com ge fis…
S'il fu chaciez par sa folie,
Il emmena o soi s'amie.
Partonopex de Blois 3220.

Espagnol :

Outre mia, nuestra, vuestra, romans, restés dans la
langue, l'ancien espagnol employa sa, su a.

E ar era y sa madre…
Por sa lingua responder.
Ortiz de Zuniga, Annal, de Sevilla.166

« Vaya sua carrera el rancuroso… e saque sua prenda…
Dia un home de sua mano. »
Fuero de Molina 1221.

Segondo sua veluntat del rey.
Fuero Juzgo, I, I, p. 11.

Portugais :

Le portugais emplova ma, mia, sa, romans.

Que mha filha prometeo a my.
Doc. de Almoster., 1287 2222.

« E alabarava hi a mha justiça. »
Carta d'El Rey D. Dinis 3223.

Con mia coita e con meu mal.
Cancioneiro ms. do coll. dos nobres, fol. 66.

Que seu padre ten en sa casa.
Foral de Thomar 4224.

Que faca d'elles en sa vida e en sa morte.
Doc. de Arouca, 1295 5225.

Italien :

Dans l'italien, qui a conservé mia, tua, sua, romans,
il existe encore des vestiges de l'emploi de ma, ta 6226, sa,
placés après le nom auquel il se rapportait.

« Moglia-ma nol mi credera. »
Boccac., Dec. VIII, 6.167

Marita fîgliuola-ta.
Albert Giud. cap. 22.

Mamma-ta che ti vienne a gastigare.
Ant. Guid. Orl. 141.

Allora disse a la suor-sa alla reina.
Fior. Ital. D.

Pronoms possessifs masculins au pluriel.

Français :

L'absence de l's marqua les pronoms nostre, vostre,
quand ils furent sujets, et sa présence indiqua quand ils
furent régimes.

Avant de dire nos, vos, contraction de nostre, vostre,
l'ancien français employait le mot roman, soit avec
l'article, soit sans l'article.

« Nostre pelerin orent mult grant joie. »
Villehardouin, p. 27.

Et malvaisement se regardent
Nostre pastor, qu'il ne nos gardent.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 334.

Nostre prince n'ont pas failli.
Fabl. et Cont. anc., t. 2, p. 314.

En cest point m'ont mis nostre frere.
Fabl. et Cont. anc., t. 2, p. 342.

Que li nostre eussent victoire.
L'Ordène de chevalerie.

Li nostre pere recunterent à nos.
Trad. du ps. 77, psaut. de Corbie.168

« U asaierent mei vostre pere. »
Trad. du ps. 94, ms. n° 1.

Vostre au lieu de vos a été employé encore dans le
dix-septième siècle.

Vostres beautés qui le monde enrichissent.
Forcadel, p. 149.

Mes, tes, ses, français, représentèrent, au pluriel,
mos, tos, sos, romans, comme ils les avaient représentés
au singulier.

Espagnol :

La langue espagnole changea en o l'e final des pronoms
nostre, vostre romans, et leur fit subir ensuite la
modification intérieure de l'ue pour l'o.

Mais on retrouve tos, sos, romans, dans ses monuments
anciens.

Por esso es venido á tos pies caer.
Mil. de N. Sra, cob. 738.

E di contra los tos que semeian mugieres.
P. d'Alexandre, cob. 55.

Espidió s de todos los que sos amigos son.
Poema del Cid, v. 3543.

A sos Castiellos á los Moros dentro los han tornados.
Poema del Cid, v. 809.

« Sos establecimentos… con sos varones… de sos padres. »
Fuero Juzgo, I, 1.

Ricos son venidos todos los sos vasallos.
Poema del Cid, v. 1862.169

Portugais :

Meus, teus, seus, pronoms romans régimes du pluriel
furent employés dans la langue portugaise comme
sujets et comme régimes.

Italien :

La langue italienne avec nostri, vostri, modifiés
par l'e changé en i, et avec lor ou loro, garda miei,
pluriel roman, qu'elle employa et comme sujet et comme
régime.

Pronoms possessifs féminins au pluriel.

Français :

La langue française, changeant l'a roman en e comme
au singulier, produisit mes, tes, ses, nostres, vostres,
et garda lor.

Espagnol :

Mias, pur roman, fut adopté par la langue espagnole,
qui l'a conservé.

Tuyas et suyas ne diffèrent presque pas de tieuas et
sieuas, que la langue romane employait aussi.

Mais dans les anciens monuments on retrouve quelquefois
suas.

« Peche el haber con suas novenas al donno que lo demandó
et diez sueldos al re é diez al mayorino por suas
tagantes. » Fueros de Oviedo, 1145 1227.170

Portugais :

La langue portugaise offre dans ses anciens monuments
mhas, sas, pronoms romans.

Eu fezesse mhas cortes.
Carta d'El Rey D. Deniz, 1291 1228.

« Todas mhas cruzes e todas mhas maiestades e todas
mhas religas. »
Testam. de 1278 2229.

Outre suas roman, le portugais se servit de sas.

« Que esse abbade aia sas herdades. »
Carta d'El Rey D. Deniz, 1291 3230.

« Que m'hajan en mentes en ssas horaçoens. »
Testam. de 1293 4231.

« Desonrra e escarnho en sas molheres e sas filhas. »
Docum. de Pendorada, 1372 5232.

Pronoms démonstratifs.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | cel, celui | cella, cellei | celle | aicel, aquel | icel | quello | aicella, aquella | icelle | aquela | quella | est, esta | ist | este | esto | cest, aquest | icest | questo | so, aco, aisso | ço, iço | isso | ciò171

Français :

Cel, était régime en français.

« En tot cel an… nus hom a cel jor n'en avoit plus. »
Villehardouin, p. 5 et 14.

Or m'a mon père bien trahie
Qui m'a donné a cel vilain.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 4.

Au pluriel, la langue romane et l'ancien français employaient
cil pour le sujet, et cels pour le régime.

Cil troi vin amainent la rogne.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 154.

« Tuit cil qui se croisseroient. »
Joinville, p. 2.

Si cum sunt ore cil blanc moine,
Cil noir, cil reguler chanoine,
Cil de l'Ospital, cil du Temple.
Roman de la Rose, v. 11611.

« Avec cels s'en alla mult grant plenté de chevaliers. »
Villehardouin, p. 21.

Le changement de l'l en u, produisit ceus, ceux.
Les féminins cella et cellas, romans, furent rendus
en français par la modification ordinaire et firent celle,
celles.

Icel, subit les mêmes accidents que cel.

Icel ne blandis ne ne dout.
Bible Guiot, v. 1036.

Au pluriel icil fut employé comme en roman.

Icil bouton forment me plurent.
Roman de la Rose, v. 1657.172

La langue française suivit l'analogie dans cest, icest.

Sire Rois, cest avoir prenez
Et a cest povre home rendez.
Le Castoiement, Conte 15.

Sest an pleure, et cest an prie,
Et cest an panrra baron.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 38.

A la fin de cest livre.
Villehardouin, p. 2.

E li fils dist icest respit
Est autretel come l'en dist.
Le Castoiement, conte 16.

Cist, icist, marquèrent surtout le sujet au pluriel.
Et tenroient fait ce que cest six feroient.
Villehardouin, p. 7.

Icist chanoine que je dis
Ont bone ordre.
Bible Guiot, v. 1655.

Le style du palais et celui de la chancellerie ont gardé
encore assez long-temps la plupart de ces pronoms démonstratifs
de l'ancienne langue.

Espagnol :

La langue espagnole emploie aquel, roman, sans
prendre l'o final euphonique qu'autrefois il recevait
souvent.

Aquello distingue le neutre.

Est, qui aujourd'hui reçoit toujours l'e final, se retrouve
dans les anciens monuments sans cet e.173

Grandes signos contiro quando est infant nascio.
Poema de Alexandro, cob 8.

Quiso est ministerio cambiar en otra guisa.
Vid. de S. Millan, cob. 9.

Fablo contra est dicho la boca verdadera.
Vid de S. Domin. cob. 281.

Nunqua fue en est sieglo confesor mas penado.
Mil. de N. Sra, cob. 820.

Conviene que catemos est sancto misterio.
Sacr. de la Misa, cob. 241.

Aquest, roman, se retrouve dans les anciens monuments
de la langue espagnole.

El sancto sacrifieio d'aquest buen varon.
Sacr. de la Misa, cob. 201.

Les féminins en a au singulier et en as au pluriel furent
les mêmes que dans la langue romane.

Portugais :

L'ancien portugais se servit d'aquel, et même il employa
aquest.

E por aquesta mia sennor,
Des aquel dia que vus ví.
Canc. ms. do coll. dos sobres, fol. 45.

« O Moordomo non filhe aquel queixume por voz ; salvo
se aquel, que o queixume fezer, disser ao Moordomo : dou
a ty este queixume por voz. »
Docum. de Thomar 1233.174

« Que aquel que eu souber de vós que a nom faz….
Aquella pena meesma, que ouvesse receber aquel, en
quem menguar a justiça. »
Carta d'El Rey, D. Denis, 1281 1234.

Italien :

L'italien, prenant toujours la lettre euphonique après
le t, a dit questo, et a rejeté ou admis l'o final après
quel.

Mais il est remarquable qu'autrefois il a employé le
pronom esto. Des grammairiens ont cru qu'esto était
une syncope de questo, mais il est évident qu'on se servait
alors du pronom roman est.

Esto 'l primo canto in questa prima entrata.
Jacopone da Todi, lib. I, sat. 2.

« Esto nostro periglioso cammino. »
Guit. d'Arezzo, lett. 1, p. 7.

« Ogni bene d'esta vita mortale. »
Guit. d'Arezzo, lett. 1, p. 4.

Tuta esta gente.
Dante, purg. XXIII.

D'esto infocato ardore.
Jacopone da Todi, lib. 3, oda 23.

Pronoms démonstratifs employés neutralement.

Le roman dit so, aisso, aco, aquo ; et le français
ço, iço.175

Français :

Ço, iço.

Dirai ço che j'en ai oï.
Marie de France, t. 2, p. 412.

« Ço es son pople à governer. »
Sermon de Maurice, év. de Paris 1235.

L'un dist al altre ki ço veit
Que ço esteit enchantement.
Geoffroy Gaimar 2236.

Si ço poeit veritez estre.
Marie de France, t. 2, p. 490.

« Ço est a saver… ço est la costume. »
Lois de Guillaume le Conquérant, I, IV.

Ja seit iço ke jo désir.
Marie de France, t. 2, p. 412.

La langue française n'a garde que ce, venant de ço ;
le portugais emploie isso, et l'italien ciò.

Pronoms relatifs.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | el, lo, o | el lo | la | en, ne | end | qui, que | chi, che | don, on | ont | ond | dond | qual | quel | cual | el qual, loqual | lo quel | el qual | o qual176

Dans la grammaire romane, j'ai dit que el, lo, ella,
la, etc., devenaient des pronoms relatifs, lorsqu'ils ne
désignaient pas des personnes.

Cet accident grammatical s'est reproduit dans les autres
langues de l'Europe latine.

Il suffira sans doute de donner ici des exemples de la
langue portugaise, qui depuis long-temps n'use plus guère
de ces sortes de pronoms relatifs.

Portugais :

« Castello… que servisse em el dous dias. »
Doc. de Moncorvo, 1366 1237.

« Un porco vivo ou huum meo maravitli por el. »
Doc. de 1329 2238.

« Estormento en aquella guisa que lhe lo devem dar. »
Elucid. t. I, p. 89.

« Eu quero acrescentar essa moeda e comensar la ei
acrezentar. » Doc. da villa de Moz, 1270 3239.

Je crois nécessaire de donner, pour chaque langue, des
exemples des pronoms démonstratifs lo, o, employés
neutralement.

L'ancien français avait employé lo, roman, avant de
le rendre par le.

« Ke Deus lor dons lo sabbat delieious…. Deus lo seit ;
pardonnez lo moi. »
Lettre de Saint Bernard 4240.177

Espagnol :

Es mi muger ? — Si lo es.
Lop. de Vega, Aut. sac. los acread. del hombre.

Portugais :

« Em testimonio de lo dei esta carta. »
Carta d'El Rey. D. Deniz, 1290 1241.

Deu lo sabe ca nunca dessiei
Ben d'este mundo, se o vosso non.
Cane. ms. do coll. dos nobres, fol. 41.

« Que de todo em posse, e que assi o provaria. »
Doc. do most. de Ferreira d'Aves, 1315 2242.

Italien :

« Ed aceiochè quello, ehe a me par di fare, eonoseiate,
con poche parole ve lo intendo di dimostrare. »
Boccac. Decam. I.

En, ne, furent aussi employés en forme de pronom
démonstratif invariable.

Français :

La langue française a conservé cette forme romane,
mais elle a autrefois employé ne pour en.

Ja l'esté n'avera tel chalor
Que l'evve ne perde sa freidor.
Roman de Protheslaus, ms. de la bibl. du Roi.

Espagnol :

Sennores et amigos, Dios, sea end laudado,
El segundo libriello avemos acabado.
Vida de S. Domin. Cobb. 533.178

Aurás end grand provecho.
Poema de Alexandro, cob. 345.

Resuscito el monge, Dios sea end laudado.
Milag. de N. Sra, cob. 175.

Portugais :

Cette forme n'existe plus en portugais ; mais on en
trouve encore des vestiges.

Mais non praz
A Deu de m'en dar o poder.
Cancion. ms. do coll. dos nobres, fol. 44

Au reste, les Portugais avaient employé dans le même
sens ende.

« Non sacadas ende as despezas. »
Doc. de Moncorvo, 1304 1243

Que lhi dé ende alguma cousa.
Foral de Thomar 2244.

Italien :

L'italien a pareillement appliqué en, ne, aux choses.

« E percio en prende granda pietate di voi. »
Trat. Vir. Mor 3245.

Color ehe dotti en sieno.
Barberini, Doc. d'am., p. 257.

Se 'l donante en riceve
Onor e laude.
Barberini, Doc. d'Am. p. 313.179

« Ma le donne mi davan sì poco salaro che io non ne
poteva appena pur pagare i calzari. »
Boccac. Decam. III, 1.

qui, que, dont, etc., relatifs.

Français :

Qui, fut ordinairement employé comme sujet, et que
comme régime ; mais, comme que était souvent sujet
dans la langue romane, il le fut quelquefois dans la
langue française.

Al rei de glorie, à Deu omnipotent
Ke maint senz fin e sens commensement…
De trois personnes ke sunt un Deu parfit.
Trad. en vers de la Bible 1246.

« A tos cels que devoient aller el service Dieu. »
Villehardouin, p. 15.

D'homme que vive.
Clément Marot, t. 1, p. 381.

Puisque ne voulez m'accorder
Ce que pourroit mes maulx guérir.
Charles d'Orléans, p. 29.

« Ils espèrent ce que ja est advenu. »
OEuv. d'Alain Charrier, p. 342.

« Ce que luy ayant esté accordé et passé par les voix du
peuple. »
Amyot, trad. de Plut. Demetrius, p. 217.

Ce neantmoins je ne vous l'ai construict
Des pires fleurs que de moy sont sorties.
Clément Marot, t. 2, p. 66.180

Espagnol :

Aujourd'hui l'espagnol admet seulement que ; mais autrefois
il a employé le qui roman, soit comme sujet, soit
comme régime.

« El qui por nos é por nuestra salud descendió del cielo. »
Fuero Juzgo, tit. XII, III, 14.

« Sennor dios á qui temen los vientos é la mar. »
Vid. de S. Dom. cob. 192.

« De qui tantos miraclos leemos é probamos. »
Mil. de N. Sra, cob. 582.

« En qui el rei de gloria tantas bontades miso. »
Mil. de N. Sra, cob. 774.

« Demandolis qui eran é fue bien aforzada. »
Vid. de S. Oria, cob. 31.

Portugais :

Autrefois le portugais s'est servi pareillement de qui.

« Que toto morador de cibidade de Bregança, qui ffillos
ouver, non seia maneiro. »
Foral de Bragança 1281 1247.

Qui, employé par la langue romane, en sous-entendant
le pronom relatif auquel il se rapporte, l'a été de même
dans d'autres langues.

Français :

A qui li vins n'est mie sains
Mesler le doit ou boivre mains.
Le Chastiement des dames, v. 335.181

Espagnol :

Qui en un logar mora siempre lo so puede menguar…
Qui un buen mandadero embia, tal debe esperar.
Poema del Cid, v. g56 et i465.

Qui la vida quisiere de Sant Millan saber.
Vid. de S. Millan, cob. 1.

E nunca fue vencido qui non quiso lidiar.
Poema de Alexandro, cob. 1287.

« Faga fazer emienda de su buena a qui non quisere
fazer emienda ni derecho. »
Fuero Juzgo, tit. VI, IV, 4.

« Peche l Sueldos al qui lo recibio el tuerto. »
Fuero Juzgo. XII, III, 3.

Italien :

Chi non ha ne vuol niente
Va sicuro infra la gente…
Questo bon pare in dispetto
A chi va cercando onore.
Jacopone da Todi, sat. 9 et 8.

Que fut employé dans l'ancien français, comme l'employait
la langue romane, dans le sens de quid, et ce
n'est que tard qu'on fit précéder que du pronom neutre
ce représentant ço de l'ancienne langue française.

Fai que dois, aviegne que puet.
L'Ordene de Chevalerie.

E les oï eontraliant ;
Demanda lor que ce estoit.
Le Castoiement, conte 4.182

Lors de la renaissance des lettres, cette forme grammaticale
devint très-usitée.

« Moult forte place et imprenable tant qu'il y ait dedens
que mangier. »
Œuvres d'Alain Charrier, p. 199.

« Envoya incontinent devers l'oracle d'Apollo pour enquérir
que cela pronostiquoit. »
Amyot, trad. de Plut. Numa Pompilius, p. 278.

« Et bien, dit Fouquet, dites moi que c'est. »
Bonav. Desperiers, conte XII.

J'ignorois que ce pouvoit estre
Qui lui coloroit ce beau teint.
Malherbe, sonnet, liv. IV.

Et l'emploi de que, dans ce sens, est resté dans quelques
locutions.

Et ne sait en cette peinture
Ni que laisser ni que choisir.
Malherbe, ode, liv. I.

Mais esploitiés tost vostre afaire,
Car là dedens n'ai jou que faire.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 214.

Les autres langues employèrent que de la même manière.

Espagnol :

Avia que vistir, avia que calzar.
Mil. de N. Sra, cob. 760.

« Quanto preciaren omnes buenos que vale. »
Fuero Juzgo, X, I, 17.183

Portugais :

Ja non sei que me digo nem que non.
Cancion. ms. do coll. dos nobres, fol. 91.

Italien :

che si far ne che si dir sapendo.
Boccac. Ninf. fiesol. CXXVIII.

Dont pour de qui, de quoi, est resté dans la langue
française.

Espagnol :

E si vos comedieredes don yo sea pagado…
Poema del Cid, v. 1043.

Italien :

Appresso il quarto modo
E questo dond' io godo.
Brunetto Latini, Tesoretto, 5.

« Ed ella muove cose donde molto mi conturba e tormenta. »
Cento Nov. ant., n° 100.

Qui et que furent quelquefois sous-entendus, comme
ils l'étaient dans la langue romane.

Français :

N'a si boin abé dusque a Troie
…, s'il engardoit vostre visage,
Ne changeast mult tost sun curage.
Marie de France, t. 1, p. 488.

N'i ot celui… ne fust mult liez.
Villehardouin, p. 86.

N'i ot un seul… ne le prisast.
Marie de France, t. 1, p. 518.184

Ni a celui… n'ait cinq cens mars.
Bibl. Guiot, v. 1973.

Portugais :

« Parece me que séria bom conselho…. nam quereres
perder mais sangue. »
Palmeirim de Ingl., t. I, p. 99.

Italien :

« Non è alcuno in parte…. non in l'autra parte aggia
plusori di sangue e d'amore seco congiunti. »
Guit. d'Arezzo, lett. 14, p. 42.

Non vi rimasse un sol… non lacrimassi.
Pulci, Morg. XXII, 150.

La langue romane employait qui, que, qual, loqual
pour l'interrogation ; cette forme est restée dans les autres
langues.

Je citerai seulement l'exemple suivant, qui offre l'emploi
du qui espagnol.

« Qui es este que fué vendido por plata, ó qui es este
pobre vendido por precio de los zapatos, si non es el fijo
de Dios vivo solo ? »
Fuero Juzgo, XII, III, 10.

Qual, roman, fut adopté dans les autres langues.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | qual | quel

Il fut invariable, et le français le soumit à la règle
qui distinguait les sujets et les régimes.

Que j'atendrai quelx sera ma chéance.
Le roi de Navarre, chans. VII.185

« Quant il voldroient movoir et quel part il voldroient
torner. »
Villehardouin, p. 5.

En quel manière et en quel guise
Vous l'avez priée et requise.
Fables et Cont. anc. t. 4, p. 302.

On employait encore, dans le seizième siècle, quel
pour le féminin.

On trouve, dans l'ancien français, lo devant quel.

« Et il li ensengerent un cercle en la terre de fors lo
quel il n'osast en nule manière lo piet fors traire. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire 1248.

Pronoms indéfinis.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | hom, on, se | omne, ome | ome | uom, huomo, si | al | altre | altro | outro | altrui | otri | tal | tel | cada | cadam, cascun | chascun | cadaun | cadaum | ciascun | alcun | algum | degun, nessun | neun | ningun | nenhum | nul | nullo | qualque, queque | quelque | chalque | qualquer | maint, molt | moult, much | muit | mant | tot | tod | todo | tutto | plusor | tant | tanto | quant | cuanto | quanto186

Hom, om.

Ce pronom roman venant d'homo fut adopté par
chaque langue.

Le français conserva souvent l'h qui attestait son origine,
et dit hom, hon, hum, um, om, on.

Français :

Salemons nous enseigne et dit :
E si 'l lit hon en son écrit
Que nus ne deit son sens celer,
Ains se deit hon si demonstrer.
Trad. de Darès le Phrygien 1249.

Un asne avoit en sa maison,
Mais teil asne ne vit mais hom.
Fabl. et Cont. anc., t. III, p. 71.

« Si feme est jugée à mort… ki seit enceintée, ne faced
l'um justice desqu'ele seit délivrée. »
Lois de Guillaume le Conquérant, XXXV.

Cum il se puist cuntreguetier,
K'hum ne le peust enginguier.
Marie de France, t. II, p. 60.

Cela ne sert pas d'une pomme,
A ce de quoy homs a besoin.
Œuvres d'Alain Chartier, p. 494.

Espagnol :

La langue espagnole a jadis employé omne.

« Muchas veces la negligencia, é non gardar las cosas
187que omne 1250 deve aver de derecho, desface las cosas que
omne ha eiertas. »
Fuero Juzgo, X, II, 4.

« En las cosas que non son conocidas deve omne subtilizar
por las cognoscer é por las saber ; mas en las cosas
que omne tiene ante sí, deve omne fazer segund quel demuestra
la forma. »
Fuero Juzgo, I, I, 1.

« E deve omne ante catar… que entendia omne. »
Fuero Juzgo, I, II, 4.

« La cosa que omne tienne treinta annos en paz. »
Fuero Juzgo, X, II, 6.

Portugais :

Mais eu non o posso creer
Que ome perdera per ren
Coita d'amor.
Cancion. ms. do coll. dos nobres, fol. 44.

D'esto seed sabedor
Que non pod ome coita aver
Que non aia log a perder.
Cancion. ms. do coll. dos nobres, fol. 45.

Italien :

Anciennement l'italien faisait aussi usage de uomo et
uom comme pronom indéterminé.

« Uomo dice che questa fo una delle dieci sibille. »
Volg. di Lucano, ms. 2251.188

« Cervegia è una maniera de beveraggio che l'huomo fa
di formento e di vena e d'orzo. »
Aldobrandin, ms. t. 3, c. 3 1252.

« Che io mi levi la notte così per bisogno del corpo,
come l'uom fà talvolta. »
Boccac. Decam. VIII, 9.

Di quai, che uom dice amici, è turba grande.
Bindo Bonichi.

Vien peccato di gola
Ch'uom chiama ghiottornia.
Brunetto Latini, tesoretto, 26.

« Il peccato per lo quale uom dice che io debbo esser a
morte giudicato. »
Boccac. Dec. III, 7.

Si veggion cose ch'uom non può ritrare.
Dante, son. : dagli occhi.

Tien la tua mente e l'ovra
Si falte, che non curi s'hom le scovra.
Barberini, Doc. d'am. p. 154.

Se, remplaça quelquefois dans la langue romane le
pronom indéfini om. Cette forme passa dans les autres
langues ; j'en parlerai lorsque je traiterai des formes qui
ont remplacé le passif latin.

Al roman, signifiant autre, se retrouve dans l'ancien
français, où il fut changé en el par une modification
usitée.

Que je ne pense al
Fors là où mes cuers s'acline.
Gace 2253.189

Il dient ung et pensent el.
Roman de la Rose, v. 2422.

L'espagnol et le portugais s'en servent encore, et il se
retrouve en Italien dans divers mots tels que alsi.

J'ai précédemment expliqué les diverses modifications
d'altre roman, qui ont produit autre, otro, outro.

L'un, l'altre, employés comme corrélatifs dans la langue
romane, le furent aussi dans l'ancien français et furent
soumis aux règles concernant les sujets et les régimes.

Li uns languist d'enfermeté,
Li autres chiet en povreté.
Bible au seignor de Berze, v. 74.

Autrui, roman, a conservé en français et en italien
son caractère d'invariable ; cette forme romane est spéciale.

Français :

« Pour aquerre autrui terre et autrui roiaume et pour
assembler en ses trésors autrui richesces. »
Chron. de France 1254.

Que nus prestres, por nule rien,
Ne devrait autrui fame amer.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 17.

Ne n'avons d'autrui chose envie.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 349.

« Les autruis fautes ne nous doivent enseigner à faillir. »
Œuvres d'Alain Chartier, p. 336.190

Italien :

Per altrui mal vedere.
Barberini, Doc. d'am., p. 119.

« Ghe chi andasse a moglie altrui dovesse perdere gli
occhi. »
Cento Nov. ant., n° 14.

Penitenza portar dell'altrui peccato.
Boccac. Dec. II, 8.

Tal fut employé comme pronom indéfini et invariable
en français, il fut soumis aux règles relatives aux sujets
et aux régimes 1255.

Car tels en est joianz et liez
Qui puis en est toz tens iriez…
191Et tels ne set conseiller lui
Qui donne bon conseil autrui.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 418.

Cada, adjectif indéfini roman, adopté par l'italien et
l'espagnol, est resté invariable et pour le genre et pour
le nombre.

Dans l'ancien français, chascun, roman, était pareillement
soumis à la règle qui distinguait les sujets et les
régimes.

Chascuns a merveille la loe…
Chascuns amans suit par coustume.
Roman de la Rose, v. 6129, et 2361.

Qui chascun jor sont en esprove.
Bibl. Guiot, v. 1200.

Com j'oi chascun conter et dire.
Bible au seignor de Berze, v. 170.

Je crois inutile de m'arrêter sur des pronoms indéfinis
qui, de la langue des troubadours, ayant passé dans les
unes ou les autres des langues romanes, n'offrent aucun
accident remarquable ; mais je parlerai de nessum roman,
qui n'est plus d'usage en français.

Nos ne poons anuit mais traire
A nesune de nos mesons.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 368.

Ung peu devant le point du jour
Affin que nesung ne les voye.
Coquillart, p. 170.

Aujourd'hui l'espagnol ne se sert de ningun, sans
o final, que lorsqu'il est placé devant un substantif ; autrefois
192il ne prenait pas cet o quand il était employé absolument.

« E ningunt non lleva otra senna… que non dé diezmo
de vino á ningunt. »
Fuero de Molina 1256

Nul, roman, devenu pronom indéfini français, reçut
ou rejeta l's final selon qu'il fut sujet ou régime.

Nuls ne s'en pourrait desevrer.
Bibl. Guiot, v. 2131.

Qu'il i alast sans nul ressort.
Bible au seignor de Berze, v. 565.

La langue espagnole, qui ajoute toujours l'o euphonique,
a employé autrefois nul purement roman.

Alexandro por los Griegos non ovó nul cuidado.
Poema de Alexandro, cob. 2042.

Le portugais se sert de nullo, et l'italien admet ou
rejette l'o final.

Qualque resta adjectif invariable dans les diverses
langues.

Le portugais ajoute un r.

De mant, roman, vinrent en français maint, et en
italien manto.

De mult, molt, roman, le français fit mult, molt,
et ensuite moult, qui a vieilli.

L'espagnol changeant lt en ch eut mcuch.

Et le portugais, par le changement de l'l en i, produisit
muito.193

A l'imitation de la langue romane, l'ancien français
distingua les sujets et les régimes, au singulier et au
pluriel, dans tot.

Et ce que toz li monz voit bien.
Bible au seignor de Berze, v. 365.

Qu'estre Sires de tot le mont clamez.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Tuit désigna les sujets au pluriel masculin.

Car Tuit li chevalier le font.
Ordene de chevalerie.

« Loez le Seignur de terre, dragons et tuit abyme, …
bestes e Tuit almaille, … li rei de terre et tuit pople, li
prince e tuit jugeor de terre. »
Trad. du ps. 147, psaut. de Corbie.

« E si virent tuit poeple la glorie de lui… seient confondu
tuit cil ki servent a chose entaillée… Aurez lui tuit
Deu. »
Trad du ps. 96, ms. n° 1.

Car tuit sommes et toutes en ta correpcion.
Testament de J. de Meung.

Toz, Totz, fut le régime au pluriel masculin.

« Par Toz les ports de mer. »
Villehardouin, p. 6.

Fiex, dist-ele, je te portai
En mes flancs neuf mois Toz entiers.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 157.

A nos parens et à Toz nos amis…
Et conoistrai trestoz mes anemis.
Le Comte du Bar 1257.194

L'espagnol, qui dit aujourd'hui todo, a autrefois employé
tod, tot.

« E tod omne… e tod cristiano. »
Fuero Juzgo, II, 1, 5.

En qui trova repaire tot romeo cansado.
Milag. de N. Sra, cob. 19.

Para si e los otros tod lo menudo era.
Arcip. de Hita, cob. 78.

Ferió l en escudo tod su poder metiendo.
Poema de Alexandro, cob. 551.

La langue française et la langue italienne conservèrent
plusor, roman, invariable ; et il est resté tel dans
la langue française, lors même que or a été changé en
ieurs.

Venu i furent li plusor.
Fabl. et Cont. anc, t. 1, p. 187.

« Et li plusor tendirent lor pavillons. »
Villehardouin, p. 51.

Li plusor sont si nescient.
Fabl et Cont. anc. t. I, p. 324.

Solum les ovres des plusors.
Marie de France, t. 2, p. 478.

On aura remarqué que dans ces exemples les sujets et
les régimes sont désignés par l'absence ou par la présence
de l's final.

« Impedito stato di plusor cose. »
Guit. d'Arezzo, lett. I, p. 1.

« Segondo la sentenza di plusor sapienti antichi. »
Guit. d'Arezzo, lett. XXV, p. 63.195

L'espagnol et le portugais, n'ayant pas conservé plus,
n'ont pas adopté plusor.

Tant, quant, romans, furent autrefois soumis en
français à s'accorder en nombre et en genre avec le substantif
auquel ils se rapportaient ; et on disait au pluriel
féminin tantes, quantes, de même que dans les autres
langues on les faisait accorder avec ce même substantif.

Ce roi qui tant avoit conquis,
Tantes cités, tant châteaux pris.
Roman du Rou 1258.

Quans chasteaulx et faulxbourgs brûlez,
Quans édifices mis par terre,
Quans pays robez et pillez
Par ceste malheureuse guerre !…
Quantes villes, quantes citez
En ont esté du tout destruites !
Vigilles de Charles VII, t. I, p. 10.

Dans la langue française on dit encore : « Toutes et
quantes fois. »196

Chapitre V.
Noms de nombre.

Il est si facile de comparer les noms de nombre, adoptés
par les diverses langues de l'Europe latine, et de reconnaître
les rapports qu'ils ont entre eux, et les modifications
qu'ils ont éprouvées dans chaque langue, que je
me bornerai aux seules observations qui auront l'avantage
d'indiquer quelque rapport plus spécial, plus caractéristique.

Nombres ordinaux.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | un | um

Dans la langue romane un était mis au pluriel, quand
il se rapportait à un nom qui s'exprimait spécialement
par ce nombre.

Français :

La langue française conserva cette forme pendant quelque
temps, mais elle n'est plus en usage.

« Se li caucha unes .cauces brunes… on li aporta uns espéerons
ou d'or ou dorés… »
L'Ordene de Chevalerie.197

Unes patenostres y a
A ung blanc laz de fil pendues.
Roman de la Rose, v. 12254

Espagnol :

L'espagnol admit aussi ce pluriel.

Mandó facer unas letras que avien tal tenor.
Poema de Alexandro, cob. 735.

Unos pocos miraclos vos querria contar.
Vid. de S. Millan, cob. 109.

Portugais :

« Humas esporas, hums çapatos. »
Elucid. t. 2, p. 269.

Cette forme ne se retrouve pas en italien.

Dui, sujet, et dos, régime, romans, et leurs composés
passèrent en français.

Sa famée font les loz giter
Dont li dui frèere les deus orent.
Fabl. et Cont. Anc., t. 4, p. 250.

Isnelement se deschaucerent,
Embedui en un lit couchèrent.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 201.

Devant les voisins qui là viennent
Qui por fox ambedeus les tiennent.
Roman de la Rose, v. 9416.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | tres | tre

Le français, ainsi que le roman, désigna les sujets et
les régimes.198

Chil troi porront bien l'ostel gouverner.
Chans. fléust 1259.

A Dieu s'en vont clamer tuit troi.
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p 117.

« Qu'il ait tres fois. »
Lois de Guillaume le conquérant, XLII.

L'ancien espagnol s'est servi de sex comme la langue
des troubadours, qui disait aussi sei.

Sex razones debemos en ella aguardar.
Sacr. de la Misa, cob. 174.

Il a aussi employé nuef, qui est évidemment le nov
roman, ainsi que je l'ai expliqué.

Una nina de nuef años á oio se paraba.
Poema del Cid, v. 40.

Quoique depuis long-temps l'italien se serve du mot
dodici, on trouve, dans ses anciens auteurs, le mot doze
roman, adopté par les autres langues.

E doze mila some di bisanti.
Niccoló da Siena 2260.

L'espagnol a dit autrefois veint et cient qu'il exprime
aujourd'hui par veinte et ciento.

Veint eran por cuenta todos caballeros.
Poema de Alexandro, cob. 1754.

Do trovaban conseio mas de cient veces ciento.
Vid. de S. Domin. cob. 197.

Cient carros bastidos de bonos balasteros.
Poema de Alexandro, cob, 1881.199

Peche cient maravedis.
Fuero de Molina 1261.

Nombres cardinaux.

Il y a peu d'observations à faire sur les nombres cardinaux.

En espagnol primer, roman, ne prit pas l'o euphonique
devant un substantif.

« El primer mercado despues de la fiesta de Sant Miguel. »
Fuero de Molina 2262.

Des manuscrits du fuero juzgo offrent la variante de
primer titol, tandis que primero titolo, se lit dans
d'autres.

On trouve aussi :

« Fasta l segund anno que nos regnamos. »
Fuero Juzgo, II, I, p. 11.

En français, les mots tiers, quart, quint, qui ne
sont plus employés qu'en forme de substantifs, furent
pendant long-temps adjectifs numéraux, comme ils l'étaient
dans la langue romane.

« Et al tierz jor lor dona Diex bon vent. »
Villehardouin, p. 52.

Iluek l'unt treit, si sunt alé
Al terz champ où il l'unt mené.
Marie de France, t. 2, p. 451.200

Le premier est de plomb et d'estein le deuxième,
Le troisième est d'acier, le quart d'or jaunissant,
Le quint est composé d'électre paslissant.
Dubartas, p. 419.

L'italien dit primier et primiero ; il ajoute l'o euphonique
à second, terz, quart, quint, adjectifs numéraux
romans :

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | secondo | seconda | terzo | terza | quarto | quarta | quinto | quinta

Les patois de la haute Italie ont dit primer, secund,
terz, quart, quint, etc.201

Chapitre VI.
Verbes.

J'indiquerai d'abord les rapports principaux qu'ont
avec les verbes auxiliaires de la langue romane, ceux
des autres langues de l'Europe latine.

Ensuite je comparerai les verbes réguliers de ces langues
d'après la division en trois conjugaisons, déjà établie
dans la grammaire romane.

La première, des verbes en ar ;

La seconde, des verbes en er ou re ;

La troisième, de ceux en ir ou ire.

Enfin, je rassemblerai diverses observations spéciales
sur différents verbes, soit réguliers, soit irréguliers, et
je rechercherai les causes de quelques anomalies.

Verbes auxiliaires.

Les verbes auxiliaires de la langue romane, aver,
esser ou estar, se retrouvent dans les autres langues de
l'Europe latine.202

Verbe auxiliaire aver.

Infinitif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | aver

L'ancien français a employé aver, roman, sans aucune
modification.

E joie aver de celle ren….
Desoremès dei armes aver.
Roman de Protheslaus, ms. de la bibl. du Roi.

Si melz amez à remaner
K'arrière aler e joie aver.
Marie de France, t. 2, p. 445.

« Si il aver les pot… e ait les à jur e à terme, s'il les
ad u, s'il les pot aver. »
Lois de Guillaume le conquérant, XVI et XXV.

« Ad ublié Deus aver merci ? »
Trad. du ps. 76, ms. n° 1.

Il a aussi fait usage d'aveir, qui ensuite a été changé
en avoir.

Od les princes le fait sedeir
Chaire de glorie li fait aveir.
Trad. du 1er liv. des Rois, fol. 3.

« Ublierat à aveir merci Deus ? »
Trad. du ps. 76, psaut. de Corbie.

Aver fut employé en espagnol et en portugais, qui
depuis ont dit, l'un haber, et l'autre haver.

L'italien put rejeter l'e après l'r d'avere.203

Indicatif.

tableau présent | roman | français | espagnol | portugais | italien | ai | he | hai | as | has | a | ha | avem | avom | avemos | avetz | avez | an | han | am

tableau imparfait | avia | aveie | avoie | avias | aveies | avoies | aviam | avium | aviamos | aviatz | aviez | avian | avien | avion

Je prouverai bientôt, que l'ancien français donnait
souvent aux premières personnes du pluriel des verbes
les inflexions um, om, un, on, sans l's final qui les caractérise
aujourd'hui ;

Que les premières personnes qui reçoivent au singulier
l'inflexion ois, l'avaient en eie, oie ; et les secondes
qui reçoivent la même inflexion ois, prenaient eies, oies.

Portugais :

An, am, portugais.

« Aquelos que som, e que an de veir por sempre. »
Foraes Velhos, XIV, sec 1263.204

Os rrenovos que am.
Doc. de Coimbra, 1361 1264.

Le portugais a dit avyam à la troisième personne du
pluriel de l'imparfait.

« Dixe que per essa medida avyam a dar os ditos cinquy
moyos. »
Doc. de Vairam, 1289 2265.

Italien :

Avem, italien, est un vestige très-remarquables.

« E come oggi avem fatto. »
Boccac., Decam. 1, 10.

Quando avem volta la dolente strada.
Dante, Inf. XXVIII.

Fornita avem nostra guerra.
Jacopone da Todi, lib. II, cant. XVIII.

An, italien.

« Che gli altri detti an questo seco chiuso. »
Barberini, Doc. d'Am., p. 221.

Avia, première personne de l'imparfait au singulier.

Quando i miei sensi tutti addormentati
Eran per gran pensier ch'el eore avia
Tornato a me lo Spirito pauroso
Per le tre ombre quali avia lassate.
Cronaca di ser Gorello 3266.

Avia, troisième personne.

Qui condotto l'avia a tale excesso…
Non avia letto la favola d'Isopo.
Cronaca di ser Gorello 4267.205

Aviam, première personne du pluriel.

Or quei che aviam nelle seconde mense.
Alemani, Coltiv.

Avian, avien, troisièmes personnes.

Divisi per l'affanno délia guerra
Ch'avian per lucca, s'io bene comprendo.
Cronaca di ser Gorello 1268.

« Dove leggi non avien luogo. »
Davanzati, Tacito, 1, 9.

Lo stato di color, che più di trenta
Anni passati avien fuor de lor nido.
Cronaca di ser Gorello 2269.

Futur.

J'ai eu occasion d'expliquer dans la grammaire de la
langue romane, avant l'an 1000, comment les futurs des
diverses langues de l'Europe latine s'étaient formés par
l'adjonction du présent du verbe aver au présent des
infinitifs romans.

Cette forme a été aussi appliquée par ces langues au
conditionnel, qui, au lieu du présent du verbe aver, a
joint l'inflexion de l'imparfait de ce verbe.

Et le verbe aver, soumis à cette forme, a ainsi opéré
sur lui-même :206

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | aurai | avré | averei | auras | aurás | aura | avra | aurem | auremos | avrem | auretz | aurez | auran | aurao

Il me suffira de rapporter des exemples d'avrem et
d'avran, italiens.

« Che avrem noi a fare altro sennon mettercela nella
scarsela ? »
Boccac., Decam. VIII, 3.

« Io non so corne piacevole reina noi avrem di voi, ma
bella la pure avrem noi. »
Boccac, Decam. VIII, 10.

Che fai, alma ? che pensi ? havrem noi pace ?
Havrem mai tregua ? od havrem guerra eterna ?
Petrarca, Son. Che fai alma.

Il est remarquable qu'aujourd'hui avremo, italien,
n'est plus en analogie avec le principe général qui forma
les futurs dans la langue romane et dans les autres langues,
parce que habbiamo a remplacé au présent l'ancien
avem.

Conditionnel.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | auria | aureie | auroie | avaia | haveria | avria | aurias | aureies | auroies | avrias | auriam | auriamos | auriatz | auriez | aurian | aurion | aurião207

D'après les formes actuelles de la langue italienne, on
ne trouverait pas que cet avria fût en analogie avec la
règle romane qui forme les conditionnels par l'adjonction
de l'inflexion de l'imparfait au présent de l'infinitif, mais
on se souviendra que j'ai rapporté précédemment des
exemples qui prouvent que jadis l'inflexion de l'imparfait
italien d'aver était en ia.

On trouve averia, avria, avrian.

Di mal dire d'altrui avria dottanza.
Masseo de Messina 1270.

« Forse essa averia perduto te. »
Guit. d'Arezzo, lett. 3, p. 9.

Quel chai Catai non avria fatto forse.
Ariosto, Orl. cant. 1, 54.

Chei i sassi tratti avrian fuor dei dur monti.
Ant. Tibaldo : deh ! perché.

Me forse avrian tradito
I sospir miei.
Alfieri, Filippo, atto 5.

Impératif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | ai as, | ai es | ay as | aj as | ai a | ai e | ay a | aj a | ai amay amos | aj amos | ai atz | ay ez | ai an | ai on | ay an | aj am

Dans l'ancien portugais on trouve aiam.208

« Cavaleiros aiam sas herdades libres. »
Doc. de Thomar, 1271.

L'italien a dit :

Ben aia il giorno ch'io ti vidi in prima.
Nicolò da Siena 2272.

Subjonctif.

tableau présent | roman | français | espagnol | portugais | italien | ai a | ai e | ay a | aj a | aia

Italien :

Aia, première personne du singulier.

Illuminato mostro mi fore
E ch'aia umilitate nel core.
Jacopone da Todi, lib. I, Sat. 12.

Aia, troisième personne du singulier.

« Non veggio amor chi contento aia 'l core. »
Barberini, Doc. d'Am., p. 189.

Ne ferma fede per esempio ch' aia.
Dante, Parad. XVII.209

Verbes auxiliaires esser, estar.

Infinitif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | esser | estar | estat | ser | ester estre | ested | estado | star | stato

Indicatif.

tableau présent | roman | français | espagnol | portugais | italien | es | est | estai | estam | estamos | estan | estaõ | estas | estatz | esten | estes | estez | estoy | etz | he | sem | soi | som | son | sou | soy | stiamo | sui | sun

Français :

Dans les divers monuments de l'ancien français, on
ne trouve jamais l'emploi d'esser pour le présent de l'infinitif ;
c'est d'ester que, par le changement ordinaire
de l'er en re, fut formé l'infinitif estre.210

Ester s'emploie encore aujourd'hui en quelques locutions ;
on trouve, dans les anciens auteurs, aster, asteir
dans le sens d'estre.

« Si lo comanderent asteir en un lieu. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire 1273.

Ested, participe dans l'ancien français, est ensuite
devenu esté, et enfin été.

La fud e out ested li tabernacles e li sanctuaries.
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 1 2274.

La première personne du présent ne prenait pas autrefois
l's final, qui la caractérise aujourd'hui.

Por vos sui en prison mis.
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Qui sui touz siens et sui en sa devise.
Le roi de Navarre, chans. III.

L'ancien français a dit, au singulier, pour la seconde
personne, êtes.

Biele suer, plaines estes d'outrage…
Molt estes de fol enfient.
Fabl. et Contes anc., t. 4, p 31.

Emes, première personne du pluriel, venant d'em,
roman, se trouve dans quelques anciens monuments de
la langue française.

En Calabre Emes arrivet…
Trop Emes travaillé par mer.
Roman de Protheslaus.211

Portugais :

Le portugais a employé som à la troisième personne
du pluriel.

E ssom compridouros.
Doc. da Cam. do Porto 1361 1275.

Italien :

L'o final peut être admis ou rejeté dans sono, première
personne du singulier et troisième personne du
pluriel.

Già di veder costui non son digiuno.
Dante, Inf. XVIII.

Dans l'ancien idiome on trouve sem, roman, pour la
première personne du présent au pluriel, au lieu de
siamo.

Se da caldo sem tratti.
Jacopone da Todi, lib. III, oda 7.

Noi sem levati al settimo splendore.
Dante, Parad. XXI.

« Fuori sem no' di casa nostra. »
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 15.

Noi sem venuti al luogo.
Dante, Inf. III.

Uomini fummi ed or sem fatti sterpi.
Dante, Inf. XXII.

Assai sem raggirati in alto mare.
Ill. del Boccaccio, son. p. 63.

Son, stan, troisièmes personnes du présent au pluriel :

« In Ravena son tante chiese quanti son di nell' anno. »
Ill. del Boccaccio, p. 216.212

« Già son parati i tormenti, già stan pronti i tormentatori. »
Seguor, pred. I, § 2.

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | era | ere | estava | esteie | estoie | stava | eras | estavas | esteies | estoies | eram | eramos | estavam | estavamos | staviamo | eratz | estavatz | estiez | eran | eron | estavan | estavon | estavaõ | stavan

Français :

Ere, iere, première et troisième personne, se retrouvent
dans l'ancien français.

Ce meisme mi fist tes pere
A ceste surce ù od lui ere.
Marie de France, t. 2, p. 66.

J'iere jà hors de ma jovente.
Roman de la Rose, v. 13036.

Li remenoir m'a mis en la folie
Dont je m'iere gardez mainte seson.
Le Châtelain de Couci, chanson 23 1276.213

Com se j'iere tous seus en un vergier.
Le roi de Navarre, chans. XVII.

Et avec ce qu'ele iere maigre.
Roman de la Rose, v. 206.

D'un tertre qui près diluec iere.
Roman de la Rose, v. 108.

Erent, troisième personne du pluriel :

Fors erent de chasteaux et fors erent d'amis.
Roman du Rou 1277.

Que s'en erent ainsinc foï.
Roman de la Rose, v. 6746.

Italien :

Eram et eran, première et troisième personne de
l'imparfait au pluriel :

Già eram desti, e Fora s'appressava.
Dante, Inf. XXXIII.

Ch'eran nemici segreti per parte.
Cronaca di ser Gorello 2278.

L'italien a dit aussi stavan au lieu de staviano.

Che i tre ch'eran mandati a la cucina,
E, ne i secreti miei, stavan da cesso.
Cronaca di ser Gorello 3279.214

Parfait simple.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | fui | stei | fust | fosti | fo | fon | fu | fom | fuimos | fomos | fotz | foren | foron | fueron | furon | furo | esteron | steron

Français :

Dans l'ancien français on trouve fui, qui ensuite est
devenu fus.

Li vers qui erent en la pierre
Disoient en itel maniere…
« Itel, com tu es, itel fui,
Et tel seras corne ge sui. »
Le Castoiement, cont. 28.

La troisième personne ne prenait pas le t final qu'elle
a aujourd'hui.

Qui ne fu avers ni eschars…
Ce fu li plus saiges dou mont…
Ce fu li bons quens de Provence.
Bible Guiot, v. 323, 326, 341.

Espagnol :

L'ancien espagnol a eu, pour la seconde personne du
présent, fust, roman.

« En el monumento resucitest e fust á los infiernos. »
Poema del Cid, v. 359.215

Que digas si lo ovo, ca tu fust fiador.
Mil. de N. Sra, cob. 693.

Ont eres natural corne fust convertido.
V. de S. Millan, cob. 81.

Sennor, dixo, et padre en buen punt fust nado.
Vid. de S. Domin., cob. 309.

Je pourrais me borner à dire qu'on ne peut voir, dans
fué, espagnol, que la modification ordinaire de l'o roman
en ue ; mais je citerai des exemples de l'emploi
même de , qu'on trouve très-fréquemment dans les
anciens auteurs.

Quando en su tierra la carrera complida….
Algun malo por ello á bien convertido.
Mil. de N. Sra, cob. 216 et 328.

Comme fueron représentait foron, espagnol, on ne
doit pas être surpris qu'il existe des exemples de l'emploi
de foron.

Quites, que nunca mais foron
San Marcos e San Mateus.
Ortiz de Zuniga, Annal, de Sevilla.

Portugais :

L'ancien portugais employa foro pour foron 1280.

Italien :

Stei, roman, se trouve, dans l'ancien italien, comme
première personne du parfait au singulier.

Io fui donna religiosa,
Settant' anni stei rinchiusa.
Jacopone da Todi, lib. IV, canz. 36.216

L'italien a aussi dit fo.

« Con lo stile che a lui fo possibile. »
Villani, prol. alle sue Storie.

Questo libro si fo facto…
E come de terra fo lo homo formo.
Pietro Bascapé 1281.

Questi fo padre del mio vescovado…
Questo fo Guido signor si valente.
Cronaca di ser Gorello 2282.

Fom, roman, première personne du pluriel du prétérit,
se trouve dans l'ancien idiome.

Christian ne fe ehiamare,
Quando in lui fom battisati.
Jacopone da Todi, liv. II, cant. 17.

Furon, furo, foro, ont été employés pour la troisième
personne.

« Mentre ella parlava furon lagrime sparte. »
Boce. Decam. III, 9.

Che semper furon come cani e gatte.
Cronaca di ser Gorello 3283.

« Con le più grandi giornate che gli furon possibili. »
Novelle inedite, p. 76.

« Per chè furo, donne mie, monasteri fatti ? »
Guit. d'Arezzo, lett. X, p. 30.

Che 'n Sennaar con lui superbi foro.
Dante. Purg. XII.217

Steron a été aussi employé :

Pur non gli steron contra.
Ariosto, Orl. XXIV, 64.

Futur.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | serai | seré | serei | estarai | esterai | estaré | estarei | seras | estaras | esteras | sera | estara | serem | serum | serémos | sarem | estarem | estarémos | estaremo | seretz | serez | estaretz | esterez | seran | seraõ | estaran | estaraõ | estarano

Français :

On trouve, dans l'ancien français, ere, iere, première
personne du singulier, venant d'er, roman.

Onques n'en oi guerredon…
Mès ja pour ce n'iere faus.
Gillebert 1284.

Et à la première personne du pluriel, serum :

Que nus serum en descovert.
Marie de France, t. I, p. 88.218

Italien :

Ti sera poi leggera…
E quel sera che 'l farà star con grandi.
Barberini, Doc. d'Am. p. 193 et 77.

Sarem fuor di speranza e fuor d'errore.
Petrarca, son., Ite caldi.

Omai ti seran piani
Tutti altri casi che posson venire.
Barberini, Doc. d'Am. p. 38.

Conditionnel.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien 1285 2286219

Espagnol :

Fora, roman, et fuera, espagnol, sont les mêmes.

Italien :

Je reproduirai, au sujet du conditionnel d'esser, la
remarque que j'ai faite précédemment au sujet du conditionnel
d'aver.

Le conditionnel italien avrei, avrebbe, etc., n'est
plus en analogie avec le principe d'après lequel, dans
les diverses langues de l'Europe latine, le conditionnel
fut formé en joignant au présent de l'infinitif les inflexions
de l'imparfait de l'indicatif ; mais on retrouve en italien
les vestiges du conditionnel roman. D'anciens auteurs
ont dit saria, seria, etc.

« Che taie nel seculo seria, non conosciuto… E che seria,
se bene spirituale fusse. »
Guit. d'Arezzo, lett. XIII, p. 37.

Lungo ben saria à narrare.
Jacopone da Todi, lib. II, cant. 6.

Ciascuna de le tre saria men bella.
Petrarca, son., Quest' anima.

« Non mi sarian credute le mie fortune. »
Boccac. Decam. VIII, 10.

I' non so se le parti sarian pari.
Petrarca, son., Vago augelletto.

Che tosto sarien tratti di palagio.
Cronaca di ser Gorello 1287.220

Che' ndarno vi sarien li gambe pronte.
Dante, Purgat. III.

Non mi sarien chiuse
Le tue cogitazion, quantunque parve.
Dante, Purgat. XV.

De même on trouve staria à la première et à la troisième
personne.

Io più nascosto staria sol tecto.
Cecco Nuccoli 1288.

Questa fiamma staria senza più scosse.
Dante, Infern. XXVII.

E la sua vita staria zoglosa.
Cecco de gli Angiolieri 2289.

Fora pour sarei et sarebbe.

Avegna eh' io non fora
D'habitar degno ove voi sola siete.
Petrarca, son. Il mio aversario.

« Che tale nel seculo seria non conosciuto, orrato e gradito
è da baroni, che fora affanato e tribulato e tempestato
nel mondo da tutte parte, posa e gaude in Dio pacificato. »
Guit. d'Arezzo, lett. XIII, p. 37.

Troppo fora periglioso damnaggio.
Guit. d'Arezzo, lett. V, p. 22.

Ben fora la pierà premio maggiore.
Tasso, Amint., at. 1, sc. 2.221

Impératif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Subjonctif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien222

Portugais :

On dit aussi sejam en portugais.

« Que sejam e tornem en aquelle estado que eram. »
Doc. de Lamego, 1292 1290.

Italien :

L'Italien a employé sian.

Si mi paion sian fole…
Se ben sian più che formichi.
Jacopone da Todi, lib. II, cant. 23 et 30.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Espagnol :

L'ancien espagnol avait employé fos, fues, romans,
au lieu de fuese qui est resté dans la langue.223

Que cada uno d'ellos bien fos ferir el so.
Poema del Cid, v. 3602.

Quando la luna fues plena.
Sacrif. de la Misa, cob. 148.

Que fues quando era morta cerca el soterrada.
Vid. de S. Millan, cob. 349.

On trouve même le pluriel fuessen, qui représente
le fossen roman.

Rogaba que la fuessen á sos piedes poner.
Vid. de S. Millan, cob. 131.

Il existe dans l'italien des traces de l'emploi de fos,
fosson, fossen, romans.

O ella fosse nata d'un zigante…
Et o fus un che tocasse somaglio.
Cecco di M. Angiolieri 1291.

E à chi fosson i troppo humori discesi.
Burchiello da Fiorenza 2292.

E benchè si dicesse che cento occhi
Fussen viduti ad Argon che guardava.
Burchiello da Fiorenza 3293.

Selle caverne fossen bene acorte.
Burchiello da Fiorenza 4294.224

Verbes réguliers.

Avant de présenter les rapports qui existent entre les
modes, les personnes et les temps des verbes de chaque
langue, il me paraît convenable de constater divers accidents
grammaticaux de l'ancienne langue française.

Les verbes qui aujourd'hui prennent l'e muet final
qui caractérise la première et la troisième personne du
présent de l'indicatif au singulier, comme aime, prie, ne
prenaient pas toujours cet e, et l'on disait, aim, pri, etc.

D'autres verbes, qui terminent la première personne
du présent par l's final, tels que vois, prends, rejetaient
parfois cet s, et l'on disait voi, prend, etc.

Il en était de même pour la seconde personne de
l'impératif, qui employait fai, secor, sustien, au lieu
de fais, secours, soutiens.

Les premières personnes du pluriel qui, dans les
divers modes, et dans les divers temps, ont leur désinence
caractéristique en ons, ions, rejetaient souvent l's, et
avaient leur désinence en om, um, on, iom, ium, ion.

Soit dans les auxiliaires, soit dans les verbes tant réguliers
qu'irréguliers, les premières personnes qui, aujourd'hui,
prennent l'inflexion ois au singulier, étaient terminées
en eie, oie ; et les secondes personnes qui ont la
même inflexion ois, prenaient eies, oies.

De ces formes, les trois premières étaient entièrement
romanes, et les deux autres n'offraient qu'une légère modification.225

Absence de l'e muet final dans les premières personnes
du présent de l'indicatif au singulier.

Assonnances en a :

« Je ne cac ne cerf ne porc. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

« Lui ai chacié, or chaz ma femme. »
Roman de Tristram.

Pensez, amis, que je faz molt.
Partonopex de Blois 1295.

Jo li mand que ne vuil pas.
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 48.

« Je te commant m'ame en ceste heure dernière. »
Chron. de France 2296.

A Dieu command vostre beauté.
Clément Marot, t. 3, p. 131.

Que je ne chant, puis c'amours m'en semont.
Le Roi de Navarre, chans. VI.

Et marnez, je vous créant
De moi aurez riche don.
Le roi de Navarre, chans. XI.

Quant je regard ceste croute.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 375.

Qu'es-ce que j'ai ? por qoi tresail ?
Fabl. et Cont. anc, t. 4, p. 149.

Ke je me claim vaincus, sans plus cop tendre.
Le roi de Navarre, chans. XXXVI.226

Pour çou que j'aim ceste contrée.
Marie de France, t. I, p. 510.

Je vous aim mout parfitement…
Mais je vous aim de bone amor.
Fabl. et Cont. anc, t. 4, p. 60.

Mais je l'aim plus ke nule riens vivant.
Le Roi de Navarre, chans. XVII.

Et me dist je t'aim moult.
Roman de la Rose, v. 1938.

Que nuit et jour bais cent fois d'un estal…
Je la lais sans demourer.
Le roi de Navarre, chans. XVIII et XL.

Je te lais mon filz en ostages.
Chron. de France 1297.

Assonnances en e :

« Je en apel celui qui ce fera devant Dieu. »
Chron. de France 2298.

Si mal l'en vient, ne m'en merveil.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 359.

Biax, douz amis, bien je t'amend.
Gautier de Coinsi 3299.

Quanque je pens, riens ne me vaut.
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p. 332.

Assonnances en i :

Mes, je me fi tout adès en ma foi…
Que j'en oubli le voir et la ouye.
Le Roi de IVavarre, chans. XXXVII et LIX.227

Dieu pri que corage vous doingne.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 182.

« Je vous pri touz. »
Chron. de France 1300.

Quitte moi, je te pry, je ne veux plus de toi.
Malherbe, liv. 1.

Bergers, je vous supply, retirez vos troupeaux.
Rémi Belleau, fol. 53.

Toujours remir sa semblance.
Le roi de Navarre, chans. IX.

« Las je desir la mort. »
Chron. de France 2301.

Or chant, or plour, et or sospir.
Le roi de Navarre, chans. v.

Car mult pris son linage.
Roman de Guillaume au court nez.

Et j'en cuit bien venir à chief.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 180.

Je ne quit mie que vous m'amés.
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Assonnances en o :

« Je te lo que tu voises au roi. »
Chron de France 3302.

J'aim totes dames comme moi,
Mon cuer et mon cors lor otroi.
Partonopex de Blois 4303.228

D'un borgois vous accort la vie.
Fabl. etCont. anc. t. 3, p. 451.

Se je plor souvent en requoi.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p, 135.

Raison me dit que j'en ost ma pensée.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Je chant et deport.
Le roi de Navarre, chans. XXIII.

Je m'en rapport.
Charles d'Orléans, p. 282.

Par qui vous os mon message noncier.
Le roi de Navarre, chans. II.

Dire vous os tout en apert.
Roman dela Rose, v. 12421.

Que je me dout foi ment de maie gent.
Le roi de Navarre, chans. II.

Assonnances en u :

De vos et des autres m'eskiu.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 139.

Je vous jur Dieu tout sanz faintise.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 287

« Je te conjur de Dieu le tout puissant que tu ne m'occies. »
Chron. de France 1304.

Absence de l'e muet final dans les troisièmes personnes
du présent de l'indicatif au singulier.

Que qui aim, repente s'en s'il puet.
Le roi de Navarre, chans. XXXVII.229

Sur ses fiez salt.
Fabl. et Cont. anc., t. 1 p. 87.

Amours le mant, et, puisqu'il est ses grez,
Ou je mourrai ou je raurai m'amie.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Come celé de cui ma chancon chant.
Le roi de Navarre, chans. XVI.

Chascuns se gart devant la mort.
Bible au seignor de Berze, v. 49.

Qu'elle ne cuit que je soie faintis.
Le roi de Navarre, chans. II.

Ce est raisons, qui a amer enprent,
Qu'il ne dout mort, ne paine, ne folie.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Absence de l's final dans les premières personnes du
présent de l'indicatif au singulier.

« Se dist : ne ni sai, ne ni n'enten ce ke tu dis. »
Exposition d'Haimon 1305.

Bien sai et voi que ce n'est mie à gieus.
Le roi de Navarre, chans. XXIV.

« Et se je remain ci, on me prendera. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Non, en volant si haut, je ne crain pas l'orage.
Bertaud, p. 403.

Nul outraige, dame, je ne vos requier.
Le roi de Navarre, chans. II.230

Vrais Diex, a vous m'en ren coupable.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 235.

Toz jors à mon pooir vous serf.
Fables et Cont. anc. t. 1, p. 356.

Je vous di bien une rien, sans mentir.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Je ne voi ni bas ne haut.
Le roi de Navarre, chans. XXVI.

Dès que j'oi de li parler.
Le roi de Navarre, chans. XXII.

Que ne sui ne clers ne letrez,
Ne je n'enten autoritez
Fors que je tant bien sai et voi.
Bible au seignor de Berze, v. 376.

Absence de l's final dans les secondes personnes de
l'impératif au singulier.

Mais pren bon cuer e si t'avance.
Roman dela Rose, v. 6874.

Sustien mes pas en tes sentes.
Trad. du ps. 16, ms. n° 1.

Ne di mie tot ton penser.
Fabl. et Cont. anc. t. 2, p. 64.

Secor ton serf, secor ta serve…
Secor nous, car en est mestiers.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 135.

« Espant la tue ire es genz ki tei ne cunurent. »
Trad. du ps. 78, ms. n° 1.

« Espand ta forcenerie sur ces genz. »
Trad. du ps. 78, psaut. de Corbie.231

« Fai à els si cura à Madian. »
Trad. du ps. 78, psaut. de Corbie.

Dis-ge bien ? respon, que t'en semble ?
Roman de la Rose, v. 5852.

« Oi la voiz de mes preieres, cum jo crierai à tei. »
Trad. du ps. 27, ms. n° 1.

« Car est escrit : repaire del mal e si fai lo bien. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire 1306.

« Reqier de mei e jo durrai à tei. »
Trad. du ps. 2, ms. n° 1.

« Pren les armes… e defen te terre. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Fui-t'en de nuit à tes amis.
Le Castoiement, conte 1.

Mil foiz te porvoi de l'ami.
Le Castoiement, conte 2.

Absence de l's final dans les premières personnes du
pluriel.

« Pur ço si devum depriendre ces ki sunt de sun lignaige ?
que neis un n'i remaigne en tute la terre d'Israël. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 69.

Et de plusurs l'avum nus véu.
Marie de France, t. 1, p. 126.

« Pur ço l'avum fait. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 67.

En north alum, en north venum,
North fumes nez, en north manum.
Robert Wace, roman de Rou 2307.232

« Sire, sire, jo e ceste meschine avum mes en une mesun. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 82.

« Si nus fuium de champ. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 63.

Nos ne savom de quel pais.
Roman de Tristram.

« Nus n'avum ne pain ne el…. mal sur mal fait avum. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 10 et 14.

Deus, nus te loum ; sire, nus Te regehissum.
Trad. du te deum 1308.

Ices choses, dont nus parlum,
Esteient pleines, ço nus trovum.
Marie de France, t. 2, p. 457.

Nos alum noz deduiz querre.
Roman de Protheslaus.

« Nos vos loom que vos le preigniez, et si le vos prion. »
Villehardouin, p. 31.

« Rei volum aveir sur nus. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 14.

Nos volon faire charbonnées.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 262.

Là comence l'histoire que nos dire devon.
Roman de Rou 2309.

Por Diex ! de trop mirer leurs agaiz nous gardon
Je ne sui mie pleiges, se trop les esgardon.
Testam. de J. de Meung.

Ne nus ne l'avium véu.
Marie de France, t. 1, p. 144.233

N'en parlerom à lui jamès.
Roman de Tristram.

« Al prudume en irum. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 10.

« Le matin a vus vendrum, et en vostre merci nus metrum. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 13.

A Rou sommes venu, et de Rou vous diron
Mez por l'œuvre esploitier les vers abrigeron.
Roman du Rou 1310.

Car ambedui ce sai morron
Plutôt, espoir, que ne vorron.
Roman de la Rose, v. 81175.

Car eissi j'irom plus gentement.
Benois de Sainte More 2311.

« Vien od mei e sejurnum ensemble en Jérusalem. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 67.

N'alon pas à cele maison.
Le Castoiement, cont. 6.

Gardon le, si l'en saichon gré.
Le Castoiement, conte 15.

« Alum ent en Galgala e renuvelum nos. »
Trad. Ier livre des Rois, fol. 13.

Ke le regne pussum merir.
Pierre de Vernon 3312.

Par coi à Deu puissum venir.
Fabl. de l'Ermite 4313.234

« Prie Deu pur nus tes serfs que tuit ne murium. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 14.

« Si nous estions sages tuit y penserion. »
Testam. de J. de Meung.

Premières personnes au singulier avec l'inflexion eie.

Je mes denz aiguisiez aveie.
Marie de France, t. 1, p. 318.

Ke je vus seie en present.
Marie de France, t. 1, p. 214.

U jeo suleie mun ami veir.
Marie de France, t. 1, p. 324.

« E pur quei dune te serreie e à charge e à cust. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 67.

Que malement aureie uvre.
Marie de France, t. 2, p. 212.

Sire, cument me hastereie.
Marie de France, t. 2, p. 156.

Kar trop suventes fois mordreie ?,
E à plusurs gens meffereie.
Marie de France, t. 2, p. 176.

Jeo te fereie à li parler.
Marie de France, t. 1, p. 342.

« Si m'en dunasses mil de tes deniers, ne metereie main
sur le fiz le Rei. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 64.

Et dist : Sire, je contereie,
Si vos congé en avereie.
Marie de France, t. 2, p. 493.235

Premières personnes au singulier avec l'inflexion
en oie.

Ke sien sui où ke je soie.
Le roi de Navarre, chans. XLVII.

Car je quidoie s'entre vos bras estoie.
Le roi de Navarre, chans. XXXIII.

Amour cogneu bien que j'estoie,
En ce propos, sans changement.
Charles d'Orléans, p. 290.

Gomment Diex me fist home quant je n'estoie rien.
Testam. de J. de Meung.

S'autre cose n'en avoie.
Le roi de Navarre, chans. XLVII.

Se venjance avoir en voloie.
Roman de la Rose, v. 7042.

Mais se j'amoie autant com dit avez.
Le roi de Navarre, chans. LIII.

Car honte leur cuidoie fere.
Fabl. etCont. anc. t. 4, p. 142.

« Et que je l'avoie une fois baisie… Je l'arderoie en un fu. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Escondire ne vous pourroie.
Charles d'Orléans, p. 291.

Jà voir amende n'en prendroie,
Bien l'offrist, ains li pardonroie.
Roman de la Rose, v. 7893.

Quant celi qui j'aimeroie
Et qui tant m'aurait conquis.
Le roi de Navarre, chans. XLVII.236

Moult autrement me vengeroie.
Roman de la Rose, v. 7041.

Se Dex me doinst ce que je li querroie.
… Que por li je morroie,
… K'estre ne voudroie
En paradis, se ele n'estoit moie.
Le roi de Navarre, chans. XXXIII.

Se vous vivez et ge moroie,
Tous jors en vostre cuer vivroie.
Roman de la Rose, v. 8181.

Lors demanday se j'y liroye
Il dit que trop poine prendroye
Charles d'Orléans, p. 311.

Secondes personnes au singulier avec l'inflexion
en eies.

Quand tu, fet-il, riens n'en saveies
Ne sa parole n'entendeies.
Marie de France, t. 2, p. 234.

Se tu od toi les emporteies
Et ensi nue me laisseies.
Marie de France, t. 1, p. 502.

E tu meismes me hereies
E pur trahitor me tenreies
Marie de France, t, 1, p. 154.

« E te ne serreies pas mis guaranz. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 64.

Amis, certes se tu créeies
Nos conseilz, jà n'i entreies.
Marie de France, t. 2, p. 435.237

« Ne te jurai par nostre seignur que al jur que tu istereies
de Jerusalem, que tu i murreies, e tu respundis que bien le
grantas. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 81.

« Se tu eies larrum, tu consenteies à lui. »
Trad. du ps. 49, ms. n° 1.

Secondes personnes au singulier avec l'inflexion
en oies.

E redisoies d'espérance…
Et por fox néis tenoies
Dont en mon service, venoies,
Et t'accordoies a raison
N'estoies bien mavez hom ?
Roman de la Rose, v. 10369.

Miex les hériteras, se tu bien les doctrines,
Que se tu leur lessoies d'or et d'argent dix mines.
Testam. de J. de Meung.

Ge di que croire ne devroies
Tote la rien que tu orroies.
Le Castoiement, cont. 20.

Tu devroies congnoistre les clers de t'éveschié.
Testam. de J. de Meung.238

Première conjugaison.
Verbes en ar.

Infinitif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

La langue française a changé en er la désinence ar,
caractéristique de la première conjugaison des verbes
romans ; ce changement a été expliqué.

L'espagnol, le portugais et l'italien, ont pris l'e final
euphonique au participe présent ; il existe toutefois des
preuves que l'ancien espagnol se servait d'ant roman
que le français a conservé.

Ne li fizo de danno un dinero pesant….
Maguer que fué el fuego tan fuert é tan quemant.
Mil. de N. Sra, cob. 324.

Como so tan pesant entre mi voîuntat.
Mil. de N. Sra, cob. 665.

L'ancien français changea en et la désinence romane
at du participe passé ; de nombreux monuments attestent
l'usage de cet et qui depuis a été remplacé par é.

Dans les exemples suivants, j'ai choisi de préférence
des participes passés sujets au pluriel, afin qu'on put reconnaître
la désinence et dans ces sujets qui ne prennent
pas l's final, et j'ai mis quelques exemples de sujets au
singulier, qui, au lieu du t, ont le z ou ts.239

Désinence en et des participes passés français de la
première conjugaison.

« Seient deliuret li tuen amet…. cume amet sunt li tuen
tabernacle…, assemblet sunt li abisme en mi la mer. »
Trad. du ps. 107, 83, cantemus domino, psaut. de Corbie.

« Jo fui a plaies aparaillez… e il sunt aparaillet. »
Trad. des ps. 37 et 58, ms. n° 1.

Chiès un autre qui de li est amez.
Le roi de Navarre, chans. XLIV.

En tûtes curts sunt avilet.
Roman de Protheslaus.

« Fait sumes si cum confortet… il meesme mandat e
criet sunt… seient conturbet en siècle. »
Trad. des ps. 125, 147, 82, psaut. de Corbie.

« Delà tue main débutet sunt… et nus delioret sûmes. »
Trad. des ps. 87 et 123, psaut. de Corbie.

Puis que me suj à ma dame donez.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

« Il sunt encurvet…. il serunt enivret de la greisse….
seient esparpeillet li enemi de lui…. estrangiet sunt li pecheur. »
Trad. des ps. 19, 35, 67, 57, ms. n° 1.

Li ciel sont fermet.
Trad. du ps. 32, ms. n° 1.

« E humiliet furent en lur felunie. »
Trad. du ps. 105, psaut. de Corbie.

« Sire, pur quei sunt multipliet mi enemi… il sunt multipliet. »
Trad. des ps. 3 et 24, ms. n° 1.240

« Que puissent estre recuntet. »
Trad. du ps. 39, ms. n° 1.

Si sont au moustier retornet.
Fabl. et Cont. anc, t. 4, p. 38.

« E saulet sunt mult. »
Trad. du ps. 77, psaut. de Corbie.

« Il esteient travailletturbet sunt ti abysme. »
Trad. des ps. 76 et 106, psaut. de Corbie.

« Serunt trasturnet mi anemi… desque il seient triblet. »
Trad. des ps. 37 et 57, ms. n° 1.

« Erranment fud quis, mais il n'i fud pas truvez. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 11.

Quelquefois le participe en et prenait un i après l'e,
et avait la désinence eit ; j'ai prouvé qu'il en était de
même pour les substantifs en et.

Li avogleit ne sevent esgardeir.
Trad. des Morales de S. Grégoire, fol. 20.

« Il savoit bien k'il anzois ne seroit delivreiz de cèle
racine. »
Sermons de S. Bernard, fol. 16.

« Et que virgine permanast cèle k'enfant avait porteit
et enfanteit. »
Sermons de S. Bernard, fol. 81.

« Li plusor qui là furent assembleit. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, liv. 4, ch. 32.

« Car cist tens est atorneiz por les airmes et ne mies
por les cors. »
Sermons de S. Bernard, fol. 16 1314.241

Indicatif.

Présent

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien |

Parfait simple.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien |

Futur.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien | 242

Indicatif présent.

J'ai prouvé précédemment que l'e muet français n'avait
pas toujours caractérisé la première et la troisième
personne du singulier.

Le changement de l'as et de l'a roman, en es et e dans
la seconde et la troisième personne, a été expliqué.

J'ai fait connaître aussi qu'au lieu d'aimons terminé
par l's, l'ancien français, plus rapproché du roman, disait
aimum, aimon, désinence qui rappelle d'autant plus la
désinence romane, que l'on retrouvera bientôt à l'imparfait
le changement déjà indiqué de l'a intérieur roman
en o français.

Ez du pluriel représente atz, az, roman, par le changement
de l'a final ou pénultième en e français.

L'italien offre souvent la première et la troisième personne
des pluriels sans l'o final.

Mais je ne dois pas omettre qu'il a parfois la première
personne du présent, en i, au singulier, accident
grammatical qui existait dans la langue romane, ainsi que
je l'ai dit dans la grammaire.

Madona che io ami.
Boccac. Decam. I, 10.

Le portugais a souvent terminé les troisièmes personnes
du pluriel en am, ce qui équivaut à an roman.

Os moradores que ora i moram.
Carta d'El Rey Joam. 1, 1386 1315.243

Imparfait.

Les inflexions diverses qu'a prises successivement l'imparfait
français de la première conjugaison, sont dignes
d'être observées par les linguistes.

Ava, roman, a produit oue, on a déjà remarqué que
l'a intérieur a souvent été changé en o, et il n'y a nul
doute sur la modification de l'a final en e muet.

L'ancien imparfait français disait donc
Amoue, amoues, amoue, amouent.

En voici des preuves :

Première personne du singulier.

« Jo duil sur tei, cher frère Jonathas, bels e amiables
que jo amoue si cume la mère sun fiz. »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 41.

« Jo acertes aoroue… jo alloue l'innocence… jo desiroue. »
Trad. des ps. 100, 108, 118, psaut. de Corbie.

« Jo crioue a tei. »
Trad. du ps. 30, ms. n° 1.

« Esperoue desque al matin… »
Trad. de l'ego dixi in medio, psaut. de Corbie.

« Io esgardoue a destre… en mi nuit m'esdreçoue. »
Trad. des ps. 141 et 118, psaut. de Corbie.

« Pur cendre ensement cume pain manjoue, e le mien
boivre ot pleurement mesdloue. »
Trad. du ps. 121, psaut. de Corbie.

« Sire, si jo l'osoue dire. »
Roman de Protheslaus.244

« Od mun queor parlowe e encerchowe mun esperit…
jeo parlowe, e defailleit mis esperiz. »
Trad. du ps. 76, ms. n° 1.

« E parloue de tes testimonies… parloue pais de tei…
cum jo parloue a els. »
Trad. des ps. 118, 119, 121, psaut. de Corbie.

Amis, fet ele, je pensoue
E vos cumpainuns remembroue.
Marie de Fiance, t. 1, p. 382.

Pensoue co serreit hontage,
Se par vos i eust damage.
Roman de Protheslaus.

E purpensoue en tes cumandemenz.
Trad. du ps. 118, psaut. de Corbie.

« Jeo purpensowe jurz anciens… jeo recordowe ? mes salmes
en nuit. »
Trad. du ps. 76, ms. n° 1.

Ainz quidoue aveir mun ami.
Marie de France, t. 1, p. 338.

Seconde personne.

Desque tu regardoues a mei.
Trad. du ps. 141, psaut. de Corbie.

Encontre tun frère parloes.
Trad. du ps. 49, ms. n° 1.

Troisième personne.

Ces quatre chevaliers amoue
E chescun por sei cuveitoue
Marie de France, t. 1, p. 380.245

Troisième personne du pluriel.

« Alant alouent et plorouent. »
Trad. du ps. 125, psaut. de Corbie.

Li uns avouent coroné
Cume rei e si atorné.
Marie de France, t. 2, p. 474.

Il m'amouent sur tute riens.
Marie de France, t. 1, p. 380.

« E en forsenerie cuntrariowent a mei. »
Trad. du ps. 54, ms. n° 1.

Par les viles ù il errouent
Set feiz le jur resposouent
Marie de France, t. 1, p. 336.

« Ses fiz overouent malement, e chastier nes voloit. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol 5.

« A mei parlowent agueiz… encontre mei parlowent ki
seeient en la porte e chantowent bevanz… que il tolissent
la meie anme purpensoent… tute jures purpensowent. »
Trad. des ps. 37, 68, 30, 37, ms. n° 1.

Issi faiterement parlouent
Li Diable e amonestouent.
Marie de France, t. 2, p. 445.

Li Diable les rebotouent,
Od crocs de fer enz les plunjouent.
Marie de France, t. 2, p. 456.

Quidouent tuz comunalement.
Marie de France, t. 1, p. 186.

Ces inflexions oue, oues, des verbes français à l'imparfait,
n'appartenaient qu'aux verbes de la première conjugaison ;
246j'ai dit que les inflexions romanes correspondantes
étaient ava, avas, de la conjugaison en ar.

Comment s'est-il fait que de l'imparfait primitif en oue
la langue française soit enfin parvenue à faire ses imparfaits
en ois ?

Les monuments de la langue expliqueront ce phénomène
grammatical.

De même que ava, roman, de la première conjugaison,
produisit oue, l'ia roman, de la seconde et de la
troisième conjugaison, fut changé par la langue française
en eie, oie ; on en verra les preuves, lorsque je parlerai
de ces conjugaisons.

La langue n'était pas tellement fixée que chaque
conjugaison française restât rigoureusement dans les limites
que la langue romane avait assignées et qu'elle avait
constamment respectées.

Bientôt les verbes français de la première conjugaison
prirent l'inflexion oie, à l'imparfait.

Que se dire l'osoie
Je me cuidoie partir.
Le roi de Navarre, chans. XXV et XXVI.

Qui une dame amoie
A Dieu les comandoie
Moniot d'Arras 1316.

A la vie que tu menoies.
Roman de la Rose, v. 10418.

Et l'acordoies a raison.
Roman de la Rose, v. 10373.247

Ensuite l'e muet final d'amoie fut parfois supprimé, et
il ne resta qu'amoi à l'imparfait et aux autres temps
dont l'inflexion était en oie.

Voici des exemples de cette inflexion oi :

Ces beaux contes j'escoutoy
Dont j'j'estoy
Bien digne d'estre decue….
Et tel, si fole n'estoy
Que beuroy
En éviter l'alliance.
Joach. du Bellay, fol. 261 et 264.

Alors l's final adopté pour caractériser les premières
personnes du singulier de divers temps de l'indicatif fut
pareillement appliqué aux mêmes personnes de l'imparfait
et du conditionnel qui primitivement avaient eu l'inflexion
eie, oie.

Italien :

La langue italienne a pu employer la première personne
du pluriel roman, avam, et la troisième avan.

Non lasciavam l'andar, perch' e' dicessi,
Ma passavam la selva tutta via.
Dante, Inf. IV.

Parlavan rado con voci soavi.
Dante, Inf. IV.

Français :

Ai, français, première personne du parfait simple au
singulier, diffère d'ei, roman, par l'orthographe et non
248par la prononciation. Aussi, on peut rencontrer, quoique
rarement, ei au lieu d'ai, dans l'ancien français.

A une fontaine,
Lez un bois ramé,
Johanne et Alaine
Soûles y trouvey,
Je les saluey.
Chanson anonyme dans les ms. de Clairambaut 1317.

On trouve aussi et, roman, au lieu d'a ou at, inflexion
de la troisième personne au singulier.

« Et dist a lui : tu estoies avoe Jehu de Galileie ; cil desnoieit
devant toz et se dit : ne ni sai ne ni n'entent ce ke
tu dis. Si ussit fuers davant la cort, se chanteit li jas….
Maintenant lo parax chanteit li jas…. Se recordeit Pieres
la parole Jhesu. »
Trad. de la Passion selon S. Mathieu 2318.

« Crist, sicum il est ja manifesteit en pluisors leus, ki
par lo sanc de sa passion desarmeit lo ciel, s'entreit ens
secreiz del celestial pais. »
Sermon de Maurice, évèque de Paris 3319.

Parfait composé.

Je crois convenable de montrer que le parfait composé
employait les participes en et, comme l'analogie
l'exigeait.249

« Ço que je t'ai otried. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 4.

« Tu as confortet mei. »
Trad. du ps. 85, psaut. de Corbie.

« Car tu, sires, as aided à mei. »
Trad. du ps. 85, ms. n° 1.

« Deus ad altre truved sulunc sun quer. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 15.

Au sac vint, si l'a deslachiet
Et dedans a son brait muchiet
Por le bacon atraire fors.
Fabl. et Cont. anc., t. IV, p. 39.

« Li sires a envoiet son angele. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, 1. r, ch. 3.

Que chi avés or aportet.
Fabl. et Cont. anc. t. IV, p. 40.

Alsi com ge ci devant ai parleit.
Trad. des Dial. de S. Grégoire 1320.

Espagnol :

Dans la langue espagnole, l'inflexion é de la première
personne du parfait, au singulier, est évidemment une
contraction d'ei roman 2321.

Ce qui ne permet guère d'en douter, c'est que, dans
les anciens monuments de la langue, on retrouve au singulier
250la seconde personne en est, inflexion purement
romane que l'espagnol a ensuite changée en aste.

Levest pocca ganancia quando luchest comigo.
Vid. de S. Millan, cob. 268.

Tu librest á Jonas del vientre del pescado.
Milag. de N. Sra, cob. 454.

Sennor, que per tos siervos dennest prender passion.
Vid. de S. Millan, cob. 119.

Tu mucho cordicest la nuestra compannia.
Mil.de N. Sra, cob. 135.

Diste conseio malo, matest al mio romero.
Mil. de N. Sra, cob. 202.

Portugais :

L'ei roman a été conservé en portugais sans aucune
altération.

Italien :

J'ai déjà eu occasion de prouver que le verbe star
avait conservé en italien son inflexion romane ei, à la
première personne du singulier ; il y a d'autres verbes
italiens qui ont conservé le même vestige roman.

L'inflexion romane était ei ou iei, on retrouve les
deux formes en italien.

« A Frate Gaddo e a Finfo, come imponeste mi, il mostrai
e diei scritto. »
Guit. d'Arezzo, lett. 35, p. 81.

Io glie donai memoria
Ne lo mio piacimento :
251De la céleste gloria
Glie diei lo 'ntendimento.
Jacopone da Todi, lib. IV, cant. 6.

Esser en brazzo stretto di coley
En cui l'anima e 'l cor e 'l corpo ney.
Cacco di M. Angiolieri 1322.

« Io mi servii del mio beneficio quando lo dei. »
Varch. trad. di Sen. benef. lib. 7.

Les verbes far, satisfar, ont pareillement l'inflexion
de la première personne du singulier en ei.

Ver me si fece ed io ver lui mi vei.
Dante, Purg. VIII.

Dell' amor mio vei Polinnesso certo.
Ariosto, Orland. V, 72.

Ebbi io contrition vera,
Confession pura e sincera ;
Satisfei tosto all' entiera.
Jacopone da Todi, lib. IV, cant. 38.

Esti, seconde personne dans quelques verbes, représente
est roman.

La troisième personne romane au singulier, et, se trouve
dans les patois de la haute Italie 2323, ce qui explique comment
252il y a en italien des troisièmes personnes en ette
telles que, dette, stette, etc.

L'analogie exigea que les premières personnes de ces
verbes fussent en emmo, et les troisièmes personnes en
eron.

« Ai ragionamenti dilettevoli demmo luego. »
Boccac. Dec. VII, 10.

Noi demmo il dorso al misero vallone.
Dante, Inf. XXXI.

Futur.

Je ne m'arrêterai pas sur le futur, dont j'ai, en plusieurs
occasions, fait reconnaître les formes identiques,
ou les modifications peu importantes, dans les diverses
langues.

Je rapporterai seulement des exemples de l'inflexion
em, première personne du pluriel en italien, croyant
très-inutile d'en donner de la troisième personne en on.

« Noi ti darem tante d'uno di questi pâli di ferro. »
Bocc. Decam. II. 5.

Salderem lo domattina.
Novelle Ined. p. 175.

Quando noi permerem li nostri passi.
Dante. Inf. III.

N'andrem sollazzando.
Boccac. Dec. I, 10.253

Conditionnel.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

1324

Les formes par lesquelles la langue romane exprima
le conditionnel, existent en espagnol et en portugais, et
on en retrouve des vestiges dans l'italien.

J'ai précédemment annoncé que le français, qui depuis
long-temps exprime le conditionnel par l'inflexion ois,
prenait autrefois oie ; cette inflexion se retrouve toujours
la même dans les divers modes et dans les divers temps
analogues des trois conjugaisons.

On se souvient des nombreux exemples que j'ai donnés
de cette inflexion d'abord en eie et depuis en oie ;
je citerai quelques exemples de l'oie, français, remplacé
par ois, de l'ia italien remplacé par ei et ebbe.

Français :

Car j'aim cèle qui proier n'oseroie.
Le roi de Navarre, chans. IV.

« Aimeroie je mix a morir de si faite mort. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

Mieuz aimeroie estre occis.
Le roi de Navarre, chans. XXII.254

Mieulx aimeroye estre au grand Caire.
Molinet, p. 187.

Por ma serve la proveroyie.
Roman de la Rose, v. 5626.

Italien :

E spesse volte gl' anderia denanti.
Cino da Pistoia 1325.

Similemente ed io sempre ameria.
Bembo, canz. 17.

Non ch' io gli daria ad intendere.
Ariosto, comed. la lena, at. 5, sc. 1.

Dicea che non la lasceria.
Ariosto, comed. la cassaria, at. 5, sec. 2.

Non sentiria peccasse,
E non sentendo non amenderia.
Guit. d'Arezzo, lett. 6, p. 13.

Quanto onor mai si amaria.
Jacopone da Todi, cant. lib. II. c. 18.

Che gioveria chiudere i monti ?
Davanzati, Tacit. Stor. III, a.

La porta via con tal prestezza d'ale
Che lasceria di lungo tratto quello.
Ariosto, Orlando, VI, 18.

Ne anchor non guardi chi deria la giente.
Cecco Nuccoli 2326.

L'on trouve les troisièmes personnes des pluriels en
erieno, ien.255

Impératif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Subjonctif.

Présent.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Dans le verbe dar, la langue italienne a employé la
forme romane desson.

E se ti desson troppo noya la gocte.
Burchiello da Fiorenza 1327.256

Seconde conjugaison.
Verbes en er, re.

Infinitif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Français :

Les grammairiens français ont divisé en deux conjugaisons
les verbes en oir et en re, quoique primitivement
ils aient appartenu à une seule.

Oir, français, vient d'er roman, conservé d'abord dans
l'ancienne langue française, ensuite changé en eir, et
finalement en oir.

Re existait en roman, et n'était qu'une modification
ordinaire d'er.

Ainsi ces infinitifs français en oir et en re doivent
être classés dans une même conjugaison.

Je crois nécessaire d'expliquer par des exemples les
changements qui d'er, inflexion de l'infinitif roman, ont
produit oir, infinitif français.

Infinitifs français en oir.

Avoir, chaloir, choir, décevoir, douloir, falloir, mouvoir 1328,
percevoir, pleuvoir, pourvoir, pouvoir, savoir, seoir,
souloir, valoir, voir, vouloir, etc., et leurs composés.257

Mais ces infinitifs ont conservé quelque temps l'inflexion
romane er.

Nule pour de peine aver
Ne puet sun corage mover.
Marie de France, t. 1, p. 433.

« E le forfait ait ki aver le deit. »
Lois de Guillaume le Conquérant, XLIII.

« Ces dis vaissels fist li reis aseer en le aitre ki plus fud
prucein al temple, ço fud li aitres as pruveires. »
Trad. du IIIe liv. des Rois, fol. 89.

Por atendre e por saver.
Marie de France, t. 1, p. 394.

« Qui deived seer en tun trone e regner après tei. »
Trad. du IIIe liv. des Rois, fol. 78.

« Si par aventure nostre Sires volsit veer ma affliction…
li poples se arestut pur veer Amasan. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 61 et 68.

A ces exemples, qui sont sans doute suffisants, je
joindrai la preuve surabondante que fournit le style des
anciennes lois anglaises, rédigées en français, et que,
dans le XVe siècle, Littleton rassembla et publia sous le
titre d'institutes 1329.

« E aver e tener à lui e à ses heires. »
Institutes de Littleton, liv. I, chap. I, sect. 1.258

« Home puit veier une bone note. »
Institutes de Littleton, liv. II, chap. I, sect. 88.

« Et si le Seignior adonques refusa de ceo ricever. »
Institutes de littleton, liv. II, chap. VII, sect. 151.

Cette inflexion des verbes en er se changea ensuite
en eir.

Ni pout aveir acordement.
Robert Wace, Roman de Rou 1330.

Li furmaiges li escapa,
A la terre l'estut cheir.
Marie de France, t. 2, p. 107.

Cil ne volt mie deceveir
Qui cel estre lui fist veir.
Marie de France, t. 1, p. 470.

Que nuls ne poeit cels porveir
E save/r voelent li plusor…
Saveir devuns par ceste fable.
Marie de France, t. 1, p. 107, 114 et 456.

Ço est a saveir.
Luis de Guillaume le Conquérant, I.

Que prince peust plus valeir.
Beneois de sainte More 2331.

Icil l'en fist sa pais aveir
D'en consentir e d'en voleir.
Beneois de sainte More 3332.

Sans mal faire e sans n ;mal voleir.
Marie de France, t. 1, p. 178.259

Qu'il quidout bien que nuls vivanz
El munde n'en péust veir tanz.
Marie de France, t. 1, p. 473

« A veeir en la buntet de tes esliz. »
Trad. du ps. 105, psaut. de Corbie.

Les angles poeit-il veir,
Ensemble od els grant joies aveir.
Marie de France, t. 1, p. 476.

« Ne durras le tuen merciable veeir corruption. »
Trad. du ps. 15, ms. n° 1.

Mais ci purrez le veir e tut plein oïr.
Guernes 1333.

Il est donc évident que les verbes en oir, qui sont
aujourd'hui dans la langue française, ont d'abord conservé
la terminaison romane er, commune aux infinitifs
de la seconde conjugaison dans les autres langues de
l'Europe latine ; que ces verbes ont pris ensuite eir, et
enfin oir.

Mais ces changements n'empêchent pas qu'ils n'appartiennent
et ne doivent appartenir à cette seconde conjugaison.

Je ferai une semblable remarque sur les verbes français
en re, dont je me réserve de parler plus au long au
sujet de leurs participes passés.

Primitivement, la langue romane a supprimé l'e final
des verbes latins en ere, et elle a employé er pour désinence
260de ses verbes de la seconde conjugaison, mais
ensuite elle a changé er en re 1334.

La langue des troubadours a dit destreiner, et l'ancien
français l'a employé avant de changer sa terminaison,
en disant destreindre.

« Purront distreiner pur l'escuage. »
Institutes de Littleton, liv. II, chap. III, sect. 103.

De même que les verbes français en er représentent
les verbes romans en ar, les verbes français en oir et
en re représentent les verbes romans en er et en re.

Portugais :

Quelques infinitifs de verbes portugais, primitivement
en er, ont été changés en or. Ainsi, poner, par le retranchement
de l'n et de l'e, a produit pór.

Des grammairiens portugais ont fait une quatrième
conjugaison de ces verbes, mais on voit qu'ils appartiennent
à la seconde.261

Italien :

On trouve aussi en italien quelques infinitifs en or ;
ce sont des contractions des verbes en ere, re. Ainsi
cogliere, corre, sont changés en cor, porre en por,
ritogliere en ritor, etc. ; mais ils ne doivent pas non
plus former une conjugaison particulière.

Participes présents.

Quoique la langue française n'ait plus de participes
présents terminés en ent, il n'est pas moins vrai qu'il
existe des preuves irrécusables de l'existence ancienne de
cette terminaison romane dans la langue française. Plusieurs
adjectifs en ent ont été originairement adjectifs
verbaux, et même participes. Je crois pouvoir citer entre
autres :

Adhérent, afférent, apparent, équivalent, inhérent, précédent,
etc.

L'ent, roman, du participe des verbes en er et en re,
fut remplacé, dans la langue française, par ant.

Les autres langues conservèrent ent, auquel elles ajoutèrent
l'e final euphonique ; on trouve pourtant dans
l'ancien espagnol des participes en ent roman.

Guiaba su conviento de toda voluntat,
Vivient segund régla en toda onestat.
Mil. de N. Sra, cob. 506.

Mas nol empedeciéron valient una ervéia.
Mil. de N. Sra, cob. 505.262

Fablólis voz del cielo dolient é querellosa.
Mil. de N. Sra, cob. 416.

Participes passés.

Français :

Les participes passés de la seconde conjugaison romane
étaient ordinairement en ut, et la langue française conserva
cette terminaison, soit pour les verbes en er, eir,
oir, dont il a été parlé précédemment, soit pour les
verbes en re, tels que :

Andre : Espandre.
Endre : Défendre, descendre, fendre, pendre, prendre,
rendre, tendre, vendre, etc.
Ondre : Fondre, pondre.
Erdre : Perdre.
Ordre : Mordre, tordre.
Oudre : Coudre.
Oire : Boire, croire.
Ompre : Rompre.
Aitre : Paître.
Oitre : Connoître, paroître.
Attre : Battre.

Et leurs composés.

Pendant long-temps les participes français en ut conservèrent
le t caractéristique, prirent ou rejetèrent l's
final, selon que sa présence ou son absence devait indiquer
les sujets et les régimes au singu ier ou au pluriel.263

« Que jo ne seie confunduz… ne esteie confonduz… seient
confondut e périssent. »
Trad. des ps. 118, 82, psaut. de Corbie.

« Nient ne serunt confondut… ne seient confondut. »
Trad. des ps. 36 et 68, ms. n° 1.

« Par mauvais conseil fu deceuz li rois Lothaires. »
Chron. de France 1335.

« Ne sunt deceut de lur desiderie… La venjance de sanc
de tes Serfs qui est espanduz. »
Trad. des ps. 77 et 78, psaut. de Corbie.

Fust descenduz jusqu'à la tor.
Partonopex de Blois 2336.

De grant joie me sui tot esmeuz.
Le roi de Navarre, chans. XXI.

« Qui t'a en amur receud. »
Trad. du IIIe liv. des Rois, fol. 95.

« E puis commanda que il fust tonduz en une abaie. »
Chron. de France 3337.

« En Serf venduz est Joseph. »
Trad. du ps. 104, psaut. de Corbie.

Quelques verbes français de la seconde conjugaison
ont des participes irréguliers.

Espagnol :

Les formes actuelles des participes passés espagnols de
la seconde conjugaison, qui n'offrent que des inflexions
264en ido, semblent exclure toute idée d'anciens rapports
avec les participes passés romans de la même conjugaison,
qui étaient régulièrement en ut.

Mais cette lacune n'existe pas dans la preuve des rapports
des deux langues. Il est certain que primitivement
la langue espagnole a employé l'inflexion romane ut devenue
udo. Ce fait important, qui sert à démontrer la
communauté primitive de langage, mérite d'être constaté
par des exemples assez nombreux pour ne laisser aucun
doute.

Je ferai observer que les participes en udo, que l'on
trouve dans l'ancien espagnol, ne peuvent avoir été empruntés
directement à la langue latine, puisque les participes
latins correspondants n'étaient pas en utus.

Venzudo es el campo quando esto se acabo.
Poema del Cid, v. 3702.

« Si el siervo que fuye dice que es libre e non es connozudo. »
Fuero Juzgo, II, 1, 12.

« Las leyes que son contenudas en este libro. »
Fuero Juzgo, II, 1, 10.

« Que la sentencia d'esta ley seya corrompuda en negund
tiempo. »
Fuero Juzgo, XII, 14.

« Mandamos que sean costrenudos. »
Fuero Juzgo, II. I. 10, var. not. 5.

« Defendudas é tollidas todas las maldades. »
Fuero Juzgo, XII, II, 3.

« La primera casa que fué encenduda. »
Fuero Juzgo, VIII, II, I, var. not. 20.265

« El juez deve ser entendudo. »
Fuero Juzgo, 1, 1, 7.

Que non fuesse buen clerigo sobre bien entendudo,
El maestre quel fizó fué tan mientes metudo.
Poema de Alexandro, cob. 614.

« Sea metudo en poder. »
Fuero Juzgo, II, IV, 6.

Asi lo han asmado é metudo en carta.
Poema del Cid, v. 852.

« Sea metudo en poder d'aquel. »
Fuero Juzgo, II, IV, 6.

Sea luego pendudo, en un arbol colgado.
Mil. de N. Sra, cob. 906.

« El ladron que es prendudo de dia. »
Fuero Juzgo, VII, II, 15, var. not. 26.

« Deve ser muy percebudo. »
Fuero Juzgo, I, I, IV, var. not. 47

Mas sedie el eaboso firme e percebudo.
Poema de Alexandro, cob. 982.

Sennora, so perdudo é so desamparado.
Mil. de N. Sra, cob. 772.

Iban todos fuyendo, los caballos perdudos.
Poema de Alexandro, cob. 906.

« El juramento que an prometudo. »
Fuero Juzgo, I, IX, x.

En mal huesped facielo seer loco sabudo.
Vida de S. Domin. cob. 627.

Avian a dar a Dario sabuda enforcion.
Poema de Alexandro, cob. 22.

« Para nos e para nostros sometudos. »
Fuero Juzgo, II, 1, 2, var. not. 12.266

Que mandava gran regno é era mui mudo.
P. d'Alexandro, cob. 116.

« Somos tenudos de gualardonar. »
Fuero Juzgo, V, I, 1.

El siervo que fué vendudo.
Fuero Juzgo, VII, III, 4.

« Que su marido fué venzudo con tuerto. »
Fuero Juzgo, II, III, 6.

Portugais :

Le portugais a aussi adopté la désinence ido pour
les participes passés de la seconde conjugaison, mais il a
employé autrefois teudo, et ses composés manteudo,
etc.

« E paguados e mantheudos todolos encarreguos pera que
esses bens foram assinados. »
Cod. Alf., L. III, tit. 105 1338.

Dans un fragment d'un poème portugais très-ancien
sur l'invasion des Maures en Espagne 2339, on trouve les
participes en udo :

Os ostes sedentos do sangue de onjudos
Metero a cutelo après de rendudos
Per ter a maleza cruenta sabuda
Mandou mandadeiro corne era teuda.

Une pièce composée par l'Infant don Pedro, sous le
règne de Juan I, contient le vers suivant :267

Neste logo tam sabudo 1340

Le cancioneiro que j'ai eu souvent occasion de citer,
fournit aussi des exemples des participes passés en udo.

Que o non pode ren apoderar
De si ar temudo que non sei…
Amo vos tant' e tan de corazon
Que o dormir ja o ey perdudo
Non vei eu orne tan entendudo
Cuidand' ela ja ey perdudo….
E non sey ome tan entendudo.
Cane. ms. do coll. dos nobres, fol. 94 et 101.

Enfin cette inflexion udo des anciens participes portugais
est attestée dans un mémoire de l'académicien
Francisco de Dias, sur les variations de la langue portugaise 2341.

Italien :

Les participes passés réguliers des verbes de la seconde
conjugaison italienne sont en uto.

Il me semble superflu de donner ici des preuves détaillées
de cette conformité avec la langue romane.

Il existe dans cette seconde conjugaison italienne des
participes irréguliers et des participes doubles.

J'aurai à parler de ces accidents grammaticaux.

Les anomalies de quelques participes passés des langues
de l'Europe latine, seront bientôt le sujet d'observations
spéciales.268

Indicatif.

Présent.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Parfait simple.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Dans toutes ces langues, le futur est soumis aux règles
générales et communes que j'ai eu plusieurs fois occasion
de faire remarquer ; et l'italien, comme dans la
269première conjugaison, a souvent employé l'inflexion
romane em pour la première personne du pluriel, et l'inflexion
en an pour la troisième.

Conditionnel.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

1342

Subjonctif.

Présent.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien270

Français :

Les nombreux exemples cités précédemment pour constater
les inflexions eie, eies, oie, oies, me dispensent
d'en produire de nouveaux.

Mais je dois prouver l'emploi ancien de l'inflexion i,
pour la première et la troisième personne du parfait au
singulier.

Première personne.

Je toli l'autrier sa chemise,
A uns ribaut, que je perdi
Adez, conques ne li rendi.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 446.

« Les tuens testimonies jo entendi de tute consumation
jo vi la fin. »
Trad. du ps. 118, in æternum, psaut. de Corbie..

Lors vi droit à moi revenant
Raison…
Roman de la Rose, v. 4237.

Troisième personne.

Que de sa tor jus descendi,
Quant mes complaintes entendi.
Roman de la Rose, v. 4239.

« Il ne vout pas la cité tenir contre le roi, ainz la rendi. »
Chron. de France 1343.

Plus courtois ne nasqui de mèere.
Fabl. et Cont. anc., t. 2, p. 318.271

Le parfait et les autres temps composés employèrent
le participe en ut.

« Ui ai entendud que grâce ai truvé vers tei… Ore te ad
rendud
nostre sire… »
Trad. du IIe livre des Rois, fol. 58 et 61.

U il a le saiec parchéut
Si l'a au vis reconnéut.
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p. 38 et 34.

« Absalon ki nous oumes receud a rei. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 65.

« Pour ço que nun dignement veud ourent l'arche en
descuvert. »
Trad. du Ier liv. des .Rois, fol. 8.

E si a tout véut lor estre.
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p 27.

« E quant ille ot véut Pieron ki se chafieuet al feu. »
Trad. de la Passion 1344.

Espagnol :

La langue espagnole offre à la seconde personne du
parfait le même accident que j'ai indiqué, en parlant de
la première conjugaison ; cette seconde personne a autrefois
employé la forme romane pure en ist.

Gozo ayas, Maria, que el angel credist,
Gozo ayas, Maria, que virgo concebist.
Mil. de N. Sra, cob. 119.

En el su monesterio fecist grand meioria.
Vid. de S. Domin. cob. 241.272

Fecist cielo é tierra, el tercero el mar,
Fecist estrelas é luna é el sol escalentar,
Prisist encarnacion en saneta madré.
Poema del Cid, v. 330.

Sennor, que por las aimas quisist passion prender.
Trad. du conditor alme 1345.

Frade, dissó el bispo, tengotelo á grado
Por que obedesist tan bien a mio mandado.
Vida de S. Millan, cob. 80.

Italien :

La seule langue italienne exige encore quelques exemples
pour justifier les inflexions romanes que le tableau
indique.

Premières et troisièmes personnes du présent
au pluriel.

« Credem tenendo…. se volem pervenire. »
Guit. d'Arezzo, lett. 36, et 9, p. 84 et 27.

Che ristar non potem.
Dante, Purg. XVIII.

Li si vedrà ciò che tenem per fede.
Dante, Parad. II.

« Metton fragelli in voi… cui vincon vizi. »
Guit. d'Arezzo, lett. 3 et 20, p. 18 et 52.

« Si Credon sapere e sanno meno. »
Bocc. Decam. IV, 8.

« A cui le femine di quel paese voglion molto bene. »
Boccac. Decam. II, 7.273

Premières personnes de l'imparfait.

Ed io conoscia tutte l'opèere ladre
E la virtù de' buon non conoscia.
Cronaca di ser Gorello 1346.

Ch'altramente campar non vediam come.
Cronaca di ser Gorello 2347.

Troisièmes personnes de l'imparfait.

L'ira allor mi respondia.
Jacopone da Todi, liv. II, cant. 26.

E facciamisi udir.
Petrarca, canz. amor se.

E non valia con lor esser cortese.
Cronaca di ser Gorello 3348.

Cosi 'l nostro maestro anco facia
Quandochè 'l pane in mano a via pigliato.
Jacopone da Todi, lib. III, oda 16.

E se volian somigliare a Fiorenza.
Cronaca di ser Gorello 4349.

La langue italienne qui emploie ordinairement ei roman
pour la première personne du parfait de l'indicatif,
usa aussi d'i, comme les verbes romans, et d'eron pour
la troisième personne.274

« Io ne naqui e sonne quai tu mi vedi. »
Boccac. Decam. II, 5.

« Torto ben è che non lo vi unqua pare. »
Guit. d'Arezzo, rim. ant. 1350.

« Quanto le gambe ne gli poteron portare. »
Boccac. Decam. II, 10.

Premières personnes du conditionnel.

« Pacifico esser vorria. »
Guit. d'Arezzo, lett. XIV, p. 41.

Dolce figlio, se tua madré
Non avesse pietate,
Perderia l'ereditate
Onde più mi fai laudare.
Jacopone da Todi, lib. III, oda 22.

I non porria giainmai
Imaginai*r…
Petrarca, canz. poichè per.

E crederia fra l'unghie e fra 'l veleno.
Tasso, Gerusal. VI, 70.

No 'l ti potriam cantare.
Jacopone daTodi, lib. II, cant. 14.

Troisièmes personnes du conditionnel.

Null' uom caderia d 'alto,
Se non fosse in altezza.
Jacopone da Todi, lib. II, cant. 32.275

« E si crederia aver mi perduto. »
Boccac., Filoloc. liv. 7.

Corne potria esser questo.
Jacopone da Todi, Mb. III, oda 19.

« Eleggeria il bene e fuggiria il male. »
Castiglione, cortig. fol. M.

Devrian de la pietà romper un sasso.
Petrarca, son., soleasi nel.

Ai colpi lor non reggerian le incudi.
Ariosto, Orl. I, 17.

Che tanti nascerian del viril sesso.
Ariosto, Orl. XX, 32.

Troisièmes personnes du pluriel au subjonctif.

Si ch'ei non teman delle lor vendette.
Dante, Inf. XXII.

« E che volesson dir le parole di lei. »
Boccac. Decam. IV.

Volessen de genayo portàar capelli.
Burchiello da Fiorenza 1351.

Scrivessen dì e notte in bei concetti.
Antonio Pucci 2352.276

Troisième conjugaison.
Verbes en ir, ire.

Infinitif.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Espagnol :

L'ancien espagnol eut dans cette conjugaison, comme
dans la précédente, des participes en ent.

Quando vinó la noche del sabbado ixient.
Vid. de S. Domin., cob. 565.

Français :

Les participes passés français de la troisième conjugaison,
furent en it, changé depuis en i ; cependant cette
inflexion primitive it des participes passés romans, est
restée dans quelques verbes français, principalement dans
ceux qui ont le présent de l'infinitif en ire, tels que :
cuire, duire 1353, conduire, etc., et autres composés, dont
le participe est encore cuit, duit, conduit, etc. ; dire 2354,
écrire, frire, confire, et autres composés, qui ont dit,
écrit, frit, confit, etc.

Les participes en it furent soumis à la règle relative
à l's final.277

« Beneiz li sire Deus de Israël. »
Trad du benedictus dominus, psaut. de Corbie.

« Convertit sunt en jurn de bataille… seiez convertit,
fil des humes. »
Trad. des ps. 77 et 89, psaut. de Corbie.

« A tei serunt deguerpit li tuen fort. »
Trad. du ps. 9, ms. n° 1.

« Departit sunt nos os dejuste enfern. »
Trad. du ps. 140, psaut. de Corbie.

« Lothaire out si grant duel et tel doleur de ce que il
fut desconfiz. »
Chron. de France 1355.

« Tu laveras me, e sur neif serai esblanchiz. »
Trad. du ps. 50, ms. n° 1.

Mais tant est de lui esclarciz,
Tant amendez et tant beliz.
Partonopex de Blois 2356.

« Quant il s'en fu fuiz en son païs. »
Chron. de France 3357.

« Quant il fu gariz de sa maladie… Divers sairemenz dont
li uns estoit ja mentiz. »
Chron. de France 4358.

« Pur ico sunt nurrit à orguil. »
Trad. du ps. 72, ms. n° 1.278

« Que il soit si loiaument partiz et si justement comme
cil le sauront partir. »
Chron. de France 1359.

« Raemplit sumes. »
Trad. du ps. 89, psaut. de Corbie.

« Et fu puis restabliz devant lo cors S. Denys en France. »
Chron. de France 2360.

Indicatif.

Présent

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Parfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien279

Conditionnel.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Subjonctif.

Présent.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Imparfait.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Dans cette conjugaison, le futur de chaque langue
est formé d'après les règles déjà expliquées pour les futurs
précédents, et la langue italienne prend aussi quelquefois
au pluriel les inflexions irem, iran.280

Voici des observations sur les principaux rapports qui
existent entre les verbes de cette conjugaison :

Français :

Les inflexions en um, om, on, eie, oie, eies, oies,
indiquées pour les premières et secondes personnes de
divers temps et de divers modes de la seconde conjugaison
servent aussi à la troisième.

La première et la troisième personne du parfait de l'indicatif
au singulier furent caractérisées souvent, dans
cette conjugaison, comme dans la précédente, par l'inflexion
i.

Première personne.

« Jo purpensai les meies veies, e converti mes piez en
tes testimonies…. Jo ne deguerpi tes cumandemenz… Jo
jurai e establi à guarder les jugemenz de la tue justise. »
Trad. du ps. 118, psaut. de Corbie.

Couleur changeay et de cuer tressailly.
Charles d'Orléans, p. 7.

Troisième personne.

« Lors se departi de Gondolvile et s'en ala… li dona trois
nés e li souffri que il s'en alast. »
Chron. de France 1361.

Li cuers li failli, si pasma.
Le Castoiement, conte 2.

Sans nul delai le portier nous ouvry.
Charles d'Orléans, p. 6.281

Pour celui qui la mort soffri,
Quant en la crois por nous s'offri.
Fabl. etCont. anc. t. 1, p. 215.

Le parfait composé employa le participe avec le t final
qu'il n'a plus aujourd'hui.

« E bien sache que desservid as la mort. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 80.

« Car tu as envaid le règne. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 61.

« Nos avons hui oit. »
Sermons de S. Bernard, fol. 88.

Vos aveiz oit ke az anciens fut dit.
Trad. des Morales de S. Grégoire, fol. 8.

Espagnol :

La langue espagnole conserva quelque temps l'inflexion
romane ist pour la seconde personne du parfait de l'indicatif
au singulier.

Acà torna bucar venist dalent mar.
Poema del Cid, v. 2419.

« Qui dixiere : en coto me ferist. »
Fuero de Molina. cap. 23 1362.

Dad nos qui nos captenga, siervo del criador,
Qui sofrist grand martirio por ganar su amor.
Vid. de S. Dom, cob. 196.

Exist pora mercado, tiempo as de tornar.
Vid. de S. Domin., cob. 313.

Gozo ayas, Maria, que á Xpo parist,
La lei vieia cerresti é la nueva abrist.
Mil. de N. Sra, cob. 19.282

Italien :

Troisièmes personnes du présent de l'indicatif au
pluriel.

« Secolari che contrari suoi sono e seguen diverso camino. »
Guit. d'Arezzo, lett. IV, p. 20.

« Quelle che, tra voi, senton de Dio, seguen la forma loro. »
Guit. d'Arezzo, lett. X, p. 30.

« E dicon : per chè vertù è buona ? »
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 14

Premières et troisièmes personnes de l'imparfait
de l'indicatif en ia au singulier et en ian
au pluriel.

Io sentia dentr' al cor già venir meno.
Petrarca, son., Io sentia.

Primo grado ch' io salia
Con la lancia i la feria.
Jacopone da Todi, lib. II, canz. 26.

« Gente armata che alla riscossa delle done venia. »
Boccac., Dec. V, 1.

« Vedendo la sua gente venire in fuga moria a dolore. »
Giov. Villani, V, 27, p. 207.

Quindi uscian fuor voci canore e dolci.
Tasso, Aminta, sc. 11.

Sentian si alquanto affaticati e lassi.
Tasso, Gerusal. XV, 55.283

Première personne en i du parfait au singulier.

Mal mi sentì un vento dar per mezza
La fronte, e ben sentì mover la piuma
Che fe sentir d'ambrosia l'orezza ;
E senti dir : Beati.
Dante, Purg. XXIV.

Troisième personne du pluriel en iron.

« Udiron questo, tutti si fecere beffe di lui. »
Boccac. Decam. VI, 6.

Conditionnel.

Premières et troisièmes personnes au singulier.

Ed io non sentiria
Ira per loro e men malinconia.
Boccac. Teseid., VIII, 103.

Nè dissi o dico
Cose di voi non degna e no 'l diria.
Fierensuola, p. 23.

Chi sentimento avesse
Del amor consumato,
Ben ardiria 'l suo core…
Ben sentiria li frutti
Del infinito amore.
Jacopone da Todi, lib. V, cant. 19.

Troisième personne du pluriel.

Non girian tutti al vento i miei sospiri.
Bembo, son. XLIX.284

Oltre che del sepolcro uscirian vivi.
Ariosto, Orl XXVIII, 12.

Première et troisième personnes du subjonctif.

« Almen nol seguiam peggio. »
Guit. d'Arezzo, lett. IV, p. 21.

Finiam prima tra noi la lite nostra.
Ariosto, Orl. XXVI, 84,

« Se nel cor stavvi un tal desio, quest' erta
Sagliam, venite. »
Alfieri, Eneid. VI, p. 234.

Usciam di questa mischia.
Tasso, Gerusal. III, 25.

Prima ch' indi si partan le guerriere.
Ariosto, Orl. XXXVII, 115.

Che seguian le fortune sue seconde.
Tasso, Gerusal., XI, 6.

Formes passives.

Dans toutes les langues de l'Europe latine, le passif a
été composé du participe passé et des divers temps de
l'auxiliaire esser : je crois inutile de le prouver par des
exemples ; seulement je constaterai que, dans l'ancien
français, le participe du singulier prenait l's caractéristique,
et celui du pluriel la rejetait, conformément aux règles
de la grammaire romane.

Indicatif.

Présent.

« Turmentez sui et encurvez. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.285

« Car pur tei sumes mortifiet tutte jurn. »
Trad. du ps. 43, ms. n° 1.

Imparfait.

« Et ne esteie confonduz. »
Trad. du ps. 118, et veniat, psaut. de Corbie.

« Là dont ù estoient tornet. »
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p. 38.

Parfait.

« Roboam mourut e fud enseveliz od ses ancestres. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 104.

« Car il dist, et fait sunt ; il meesme mandat et criet
sunt
. »
Trad. du ps. 147, psaut. de Corbie.

Futur.

« Estetei issi serat beneiz li huem. »
Trad. du ps. 127, ps. de Corbie.

« Nient ne serunt confondut el tens mal, e és jurz de
faim seront saulet. »
Trad. du ps. 36, ms. n° 1.

Impératif.

« Ne seies esloignez de mei. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.

Subjonctif.

Présent.

« Que io ne seie confunduz. »
Trad. du ps. 125, manus, psaut. de Corbie.286

« Seient trasturnet arrière e seient confundut ki vuelent
a mei mals. »
Trad. du ps. 39, ms. n° 1.

Pronominal passif.

Les troubadours employèrent une autre forme, qui
suppléait quelquefois au passif des latins. Le pronom
se, placé devant la troisième personne des verbes romans,
correspondit à la même personne des verbes passifs
latins.

Roman :

Czo que se conten en aquesta leiczon a363.
Poésies des Vaudois, p. 76.

E 'l genser quel mon se mire b364.
Pierre Vidal : Ab l'alen.

Français :

« Li juvencel et les puceles devindrent tuit morne, et la
beauté des femmes se changea… Et la terre se mut sor ceaus
qui en li habitoient. »
Trad. du Ier livre des Maccabées 1365.

En rivières fait crestines sovent,
Les russeaus s'en enflent ensement.
Pierre de Vernon 2366.

Sont aussi comme li metax
Qui se sevra dou malvés fer.
Bible Guiot, v. 2672.287

Espagnol :

Esta ley se deve entender del omne que es franqueado.
Fuero Juzgo, V, 1, 6.

Dixó Rachel é Vidas : non se face asi el mercado.
Poema del Cid, v. 139.

Cuidáron sines dulda prenderlo á manos,
Mas se fallaron, non fuéron tan lozanos.
Poema de Alexandro, cob. 973.

Portugais :

En que se faz muito serviço á deos.
Carta d'El Rei D. Joam 1 1367.

« E por esta razam se chamam estos montes os montes
das très hirmaãs. »
Palmeirim de Inglaterra, part I, p. 171.

Cesse tudo o que a musa antiqua canta
Que outro valor mais alto se alevanta.
Camoẽs, os Lusiadas, 1, 3.

Italien :

Non ogni cosa, ch' è vera, si vuole
In poplo predicare.
Barberini, Doc. d'amore, 134.

Noi aggiramo a tondo quella strada ;
Venimmo al punto dove si digrada.
Dante, Inf. VI.288

Observations spéciales
sur les verbes des langues de l'Europe latine.

Infinitif.
Participes passés.

La comparaison détaillée des modifications que les
participes passés ont diversement subies dans chacune des
langues de l'Europe latine, ajoute un nouveau degré d'évidence
aux preuves, si souvent répétées, d'une origine
commune : mais dans cette partie essentielle de mon travail,
je dois me borner à quelques observations et indications
principales ; les détails particuliers appartiennent
spécialement au lexique roman.

Les participes passés de la première conjugaison en ar
offrent rarement des anomalies dans les différentes langues
que je compare, mais on en trouve assez fréquemment
parmi ceux de la seconde conjugaison en er, re,
et de la troisième en ir, ire.

La langue latine, de laquelle l'idiome roman a emprunté
presque tous ses participes passés primitifs, avait beaucoup
de participes irréguliers dans les verbes qui correspondent
aux verbes des secondes et troisièmes conjugaisons
romanes ; ces conjugaisons ont adopté la plupart
de ces anomalies latines, toutes les fois que le participe
roman a été formé en retranchant seulement au mot latin
la désinence qui caractérisait les cas.289

Quelques exemples expliqueront de quelle manière cette
opération grammaticale fut faite.

tableau verbe latin | participe | verbe roman

Ces participes, devenus romans, passèrent dans les
autres langues de l'Europe latine.

Mais, en conservant le participe irrégulier, emprunté
au latin, la langue romane créa quelquefois un second
participe régulier, en le soumettant à la règle générale
qui avait établi l'inflexion ut 1368 pour les participes réguliers
de la seconde conjugaison, et l'inflexion it pour
ceux de la troisième.290

Ainsi, l'on trouve dans la langue romane :

tableau participe latin | part. rom. irrég | part. rom. rég.

Ces indications m'ont paru nécessaires, avant d'examiner
les participes passés et leurs modifications dans
chaque langue.

Français :

Les participes français de la première conjugaison en
er, venant d'ar, roman, n'exigent aucune explication.

Les participes passés de la seconde conjugaison en oir,
re, conservèrent l'inflexion romane primitive ut, changée
ensuite en u.

Plusieurs de ces participes conservèrent pareillement
l'inflexion du verbe roman irrégulier, tels que :

Roman :

Nat, claus, ubert, mes, près, conques, mort, cot, penh,
junt, destruct, etc.291

Français :

Né, clos, ouvert, mis, pris, conquis, mort, cuit, peint,
joint, détruit, etc.

Les participes, mes, pres, conques et analogues, qui,
aujourd'hui, sont mis, pris, conquis, ont pendant quelque
temps conservé la désinence romane es.

« Jo e ceste mesehine avum mes en une maisun. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 82.

La conjugaison française en ir, ire, présente dans
ses participes quelques anomalies qui exigent de courtes
explications.

Plusieurs participes de verbes en ir ont des participes
dont l'inflexion est ut, au lieu qu'elle devrait être it.

Je divise ces anomalies en trois classes.

Les participes en ut des verbes qui, au présent de
l'infinitif, ont en français l'inflexion ir, quoique l'infinitif
roman eût l'inflexion er, re, caractéristique de la seconde
conjugaison. La langue française, en changeant
l'inflexion du présent de l'infinitif 1369, a conservé l'inflexion
romane. Voici des exemples de ces participes.

tableau inf. roman | part. roman | inf. franç. | part, franç.292

Ceux qui, en roman, avaient irrégulièrement le
participe en ut, quoique le présent de l'infinitif fûut en ir.

Venir et tous ses composés, vengut ; issir, issut.

Ils ont dû conserver en français l'inflexion du participe
roman.

Ceux qui ont pris irrégulièrement en français l'inflexion
ut 1370, au lieu de l'inflexion romane it, tels que,
de vestir,

tableau roman | français

Espagnol :

Les participes passés de la langue espagnole exigent
quelques remarques particulières qui constatent de plus
en plus la communauté d'origine de cette langue avec la
langue romane ; ado est l'inflexion des participes de la
première conjugaison en ar.

J'ai dit précédemment que la première conjugaison offre
rarement des anomalies, et il est remarquable que
souvent chaque langue y a transporté des verbes qui originairement
appartenaient à d'autres conjugaisons.

Ainsi, l'espagnol a fait entre autres, de junher et soler,
romans, juntar et soltar, qui régulièrement ont
eu les participes juntado et soltado ; cependant, les
participes junto et suelto, venant de junt et solt, romans,
ont été conservés, et ont été appelés participes
293irréguliers de juntar et de soltar, quoiqu'il soit évident
qu'ils appartiennent à deux verbes dont les inflexions
ont été modifiées pour les faire passer d'une conjugaison
à une autre ; mais le vestige roman subsiste.

Dans la seconde conjugaison espagnole, le changement
d'udo, inflexion romane, en ido, est très-remarquable.

J'ai donné des preuves de cette opération grammaticale.

Cette seconde conjugaison a aussi de doubles participes
dont l'un, regardé comme irrégulier, est l'ancien participe
roman, conservé dans la langue, et l'autre, appelé
régulier, a été formé d'après l'analogie grammaticale de
la langue espagnole.

Le tableau suivant indiquera quelques-uns de ces participes.

tableau roman | espagnol irrég. | espagnol regul.

Quelquefois le participe roman, quoique irrégulier, a
suffi à la langue espagnole.

tableau roman | espagnol294

Dans la troisième conjugaison espagnole se trouvent
aussi des accidents grammaticaux, relatifs aux doubles
participes et aux participes irréguliers.

Parmi les doubles participes de la troisième conjugaison,
je citerai :

tableau roman | espagnol irrég. | espagnol regul.

Voici quelques-uns des participes irréguliers restés
dans la langue romane et dans la langue espagnole.

tableau roman | espagnol

Portugais :

La langue portugaise procéda comme l'espagnole ; elle
est régulière dans la première conjugaison ; ses participes
sont en ado, d'at roman.

Dans la seconde, elle adopta long-temps udo, d'ut
roman.

Et dans la troisième, ido, d'it roman.

Et dans ces deux dernières conjugaisons, elle offrit les
mêmes accidents que la langue espagnole,

Par ses doubles participes.

Par ses principes irréguliers.295

Participes portugais doubles.

tableau roman | portugais irrég. | portugais régul.

J'y joindrai quelques exemples de participes irréguliers.

tableau roman | portugais

Italien :

La première conjugaison de la langue italienne n'exige
aucune observation.

Les participes passés de la seconde sont ordinairement
en uto, venant d'ut roman ; mais plusieurs offrent des
accidents semblables à ceux des participes passés espagnols
et portugais, et surtout ils ont deux participes,
l'un irrégulier et l'autre régulier.

Je citerai parmi les doubles participes 1371 de la seconde
conjugaison,296

tableau roman | ital. irrég. | ital. régul.

Parmi les doubles participes passés qu i appartiennent
à la troisième, je choisis les suivants :

tableau

Le participe irrégulier est rarement unique en italien ;
on trouve cependant,

tableau roman | italien

Indicatif.
Futur divisé.

La langue romane, qui formait le futur par l'adjonction
du présent du verbe aver à l'infinitif des verbes, sépara
quelquefois ces deux éléments du futur, et plaça entre
eux le pronom que le verbe régissait. Cette forme ne se
retrouve qu'en espagnol et en portugais.297

Espagnol :

Non te diran Jacob, mas decir te han Israël.
Fuero Juzgo, XIII, III, 15.

Castigar los como avran a far.
Poema del Cid, v. 229.

Haber les hemos como alevosos perjurados.
Fuero de Lianes 1372.

Portugais :

E comezar la ei acrezentar.
Doc. da villa de Móz, 1270 2373.

Dar vos hey conta de donde ella yem.
Palmeirim de Ingl., cap, 6, t. 1er, p. 31.

Celte forme s'appliquait aussi au conditionnel formé de
l'inflexion de l'imparfait d'aver et d'un infinitif.

Dexar me ias con el sola, cerrarias el postigo.
Arcip. de Hita, cob. 1455.

« E mas pechere me hia en pena diez mil maravedis. »
Fuero de Llanes 3374.

« Habria nuestra ira y pechar nos ya toda aquella pena. »
Fuero de Castro verde 4375.

Modifications intérieures dans les verbes terminés en
ner, nre, ndre, nir.

La langue romane inséra en quelques temps de ces
verbes, et surtout au présent du subjonctif, le g après
l'n, et alors la forme de ce subjonctif fut,298

Tenga, tengas, tenga, tengam, tengatz, tengan.
Prenga, prengas, prenga, prengam, prengatz, prengan.
Venga, vengas, venga, vengam, vengatz, vengan.

Cette forme a existé dans l'ancien français, et se .retrouve
encore dans l'espagnol et dans l'italien.

Le portugais, par un changement qui lui est ordinaire,
au lieu de ng, prend nh.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Comme la langue française a rejeté ce g intérieur, je
prouverai, par quelques exemples, qu'elle a employé autrefois
cette forme romane.

Que jo aprenge les tuens cumandemenz.
Trad. du ps. 118, psaut. de Corbie.

E prie Diu qu'en prenge cure.
Marie de France, t. 1, p. 64.

« Si huem peehed…. e vienge merci requerre devant
cest le tuen altel. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol.91.

Que jamès ne vienge a port.
Marie de France, t. 1, p. 94.

Bien lur convienge del surplus.
Marie de France, t, 1, p. 88.

Viengent a mei les tues miseratiuns.
Trad. du ps. 118, psaut. de Corbie.

Ne volt ke nus des suens ne vienge
Ke desturnast e M detienge.
Marie de France, t. 1. p. 60,299

Du verbe anar, andar, aller 1376.

On trouve une nouvelle preuve de l'origine commune
des langues de l'Europe latine, 1°, dans l'usage que toutes
font de ce verbe, qui n'a pas été fourni par le latin ; 2°,
dans la forme particulière, vraisemblablement empruntée
à la langue grecque, par laquelle ce verbe et les verbes
défectifs ir et vader se joignent, en forme d'auxiliaires,
à des verbes qui sont au participe indécliné ou au temps
qui représente le gérondif latin.

Présent de l'infinitif employé avec la préposition en.

Cette forme romane se retrouve dans les langues que
je compare.

Français :

En moi grever poez griement pechier.
Le roi de Navarre, chans. IV.

Ne fis vers vous ne mal ne félonie
Ne en penser, n'en dire vilanie.
Le Comte de la Marche 2377.

Et quant mes cuers s'est mis en li amer.
Le Châtelain de Couci 3378.

Espagnol :

Percibido en dar conseio.
Fuero Juzgo, 1, 1, 2.300

Perderé en ser vencedor
Y ganaré en ser vencido.
Roxas, comed. : non a ser padre.

Portugais :

« Nõ se arrisquem em fazer tam grande desatino. »
Hieronymo Osorio, Carta 4.

Italien :

Godea in mirar lo e in ragionar con esso.
Tasso, Gerus. I.

Verbes employés impersonnellement.

Je n'entrerai dans aucun détail sur cette forme que la
langue romane avait empruntée des latins, et qui se retrouve
dans toutes les langues que je compare.

Suppression des pronoms personnels, sujets des verbes.

Cette forme fut aussi fournie par la langue latine, et
fut beaucoup employée par les troubadours, soit parce
que la poésie pouvait gagner à la concision, soit parce
que cette suppression ne nuisait jamais à la clarté du style,
lorsque les inflexions spéciales affectées à chaque personne,
des divers temps et des divers modes permettaient
de la reconnaître sans retard et sans équivoque.

En France on regarde assez généralement cette suppression
des pronoms personnels, sujets des verbes,
comme l'une des formes grammaticales qui constituent le
style marotique ; mais si Marot l'a souvent employée,
elle l'avait été bien davantage par les auteurs français les
plus anciens, ainsi que les exemples suivants le prouvent.301

« Ensi sejornerent, … ne sai quanz jorz. »
Villehardouin, p. 111.

Quant… voi ces oisiaux esjoir
Por la douçor de la seson,
Lors… chant por ma dolor couvrir ;
…N'ai de chanter autre reson.
Le Chastiement des dames, v. 665 et suiv.

Mais se droit… me voulez garder,
Puisque ce cœur de moi… avez
Le votre fault que… me laissiez.
Charles d'Orléans, p. 23.

« Pour la grant affection et amour naturelle que… avons,
comme avoir… devons a lui. »
Ordon. des rois de France, t. XV, p. 208.

Impératif.

Dans la langue romane, le présent de l'infinitif précédé
de la négation tenait parfois lieu de l'impératif.

Cette forme se conserva quelque temps en France, elle
existe encore en Italie, mais je n'en ai trouvé de trace
ni dans l'espagnol ni dans le portugais.

Français :

« Sire, ne me arguer en la tue ire… ne desturner tu la
face de mei… ne entrer en jugement ot tun serf. »
Trad. des ps. 37, 101, 142, psaut. de Corbie.

« Sire, ne me arguer en la tue ire, e en ta forsenerie ne
me chastier. »
Trad. du ps. 37, ms. n° 1.

Ah ! biaux douz filz, por Dieu, nel dire.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 379.302

Et tu, preudom, ne te haster
De ton anemi descombrer….
Dit li : ne t'esmaier de rien
Ge te conseillerai moult bien….
Beax. fils, dist-il, ne croire pas
Tote la rien que tu orras,
Ains que tu l'aies essaié.
Le Castoiement, conte 3, 8 et 19.

Plus n'embrasser que l'on ne peut estreindre.
Pibrac, Quatr. LXIX.

Italien :

Dicendó à me : di ciò non far parola.
Petrarca, canz. Nel dolce tempo.

« Non pianger, confortati. »
Boccac., Decam. I, I.

Non lasciar la magnanima tua impresa.
Petrarca, son., La gota.

E 'l duca a lui : Caron, non ti cruciare :
Vuolsi così colà, doye si puote
Ciò, che si vuole, e più non dimandare.
Dante, Inf. III.

Signor, non mi riprender con furore,
E non voler corregermi con ira.
Dante, trad. del ps. Domine ne in furore.

Secondes personnes du pluriel à la place des secondes
personnes du singulier.

Cette forme romane qui permet l'emploi de vos au lieu
de tu et qui exige en conséquence le verbe au pluriel,
303se retrouve dans les langues de l'Europe latine, avec
cette circonstance remarquable que lorsqu'un adjectif se
rapporte au sujet vos, il reste au singulier, attendu qu'il
ne s'agit que d'une personne.

Que conjonctif entre deux verbes.

Ce que conjonctif roman remplaça la forme latine
qui plaçait un second verbe à l'infinitif, et son sujet à
l'accusatif.

Ce que roman, conjonctif indéclinable, modifié par
l'italien en che, a été conservé dans les autres langues.

Il serait inutile de donner des exemples de l'emploi
ordinaire de ce que, comme suppléant à la forme latine
que les grammairiens modernes ont appelée le que retranché.

Mais souvent la langue romane employa ce que, dans
le sens de quia, ut, ne, latins.

Je prouverai par des exemples que cette forme fut
adoptée par les autres langues.

Et quelquefois la langue romane supprima le que,
sans que le verbe subséquent fût placé à l'infinitif.

Quelques citations prouveront l'adoption de cette forme
dans les autres langues.

Que conjonctif dans le sens de quia, eo quod,
ut, ne, etc.

Français :

Mes vous l'aurez que je le vueil.
Fabl. et Cont. anc. t. 3, p. 365.304

Ensi le di, que ne m'en puis celer.
Le roi de Navarre, t. 2, p. 16.

« Et que li avoirs lor fust rendus, que ils estoient prests
de mouvoir. »
Villehardouîn, p. 22.

« Nicholete laise ester, que ce est une caitivé qui fu
amenée d'estrange terre. »
Fabl. d'Aucassinet Nicolette.

Afuble toi, que trop es nus.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 378.

Je m'en vais en ma maison,
Que Perrin est ki m'atent.
Le roi de Navarre, t. 2, p. 93.

Quant il voudra bien li souffrez,
Qu'obedience li devez
Si com li moine a lor abé…
Par yvrece est mainz hom perduz
Qu'ele taut toutes les vertus.
Le Chastiement des dames, v. 112 et 312.

Il fault qu'il soit assisté d'un des dieux,
Qu'il est si fort au combat furieux.
Amyot, trad. de Plut. Œuvr. mor., t. 1, p. 227.

« Jo aturne tantel de viande a mei e a mun fiz, que nus
le manjum. »
Trad. du IIIe liv. des Rois, fol. 110.

« Li Sires del ciel esguardet sur les filz des urnes, que il
veist se fust entendanz u requeranz deu. »
Trad. du ps. n3, ms. n° 1.

« Geste merveilluse multitudine de pople que tu as veue
te livrerai a cest jur de ui, que tu saches veirement que jo
sui sires fors e poestifs. »
Trad. du IIIe livre des Rois, fol. 115.305

Vous me dites que je refraigne
Mon cuer qu'amors ne le sorpreigne.
Roman de la Rose, v. 3089.

Pour les musser, qu'on ne les voye.
Villon, p. 55.

« Il prist vaissiaus d'or et d'argent et les despeça et puis
les bailla a saint Germain pour donner aux povres, que il
ne les perdist. »
Chron. de France 1379.

« Et que il se tapisissent es eglises et en autres lieux,
que ils ne fussent occis. »
Chron. de France 2380.

« Guarde que n'aies merci. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 18.

« Ils laissent debout les parties des édifices qui y touchent…
et les estayent qu'elles ne tombent d'elles mêmes. »
Amyot, trad. de Plut., Œuvr. mor., t. 1, p. 463.

L'emploi de ce que n'étant plus admis dans la langue
française, j'ai cru convenable de fournir des preuves nombreuses
de l'ancien usage.

Je donnerai moins d'exemples pour les autres langues
qui ont conservé cette forme romane.

Espagnol :

Eucuba fué en coita que s cudaba morir.
Poema de Alexandro, cob. 331.306

« Dios los diera el poblo que lo defendiesen é que lo governasen
ben. »
Fuero Juzgo, I, IV, V.

De noche lo lieben que non lo vean christianos.
Poema del Cid, v. 93.

« Deven seer pesquiridos que se non puedan asconder. »
Fuero Juzgo, IX, 1, 21.

Portugais :

« Das flores de que o campo estava cuberto, que isto era
no mes de mayo. »
Palmeirim de Inglat., part. I, c. 3, p. 14.

lmpossibilidades não façais,
Que quem quiz sempre pode….
Camões, os Lusiadas, IX, 95.

« E porem ouro, prata, dineros…. que se não pode despender
en cousa mas guisada. »
Chron. d'El Rey D. Joam I, part. 1, cap. 123.

Vosso favor invoco, que navego
Por alto mar, com vento tão contrario.
Camões, os Lusiadas, VII, 78.

« E mandai vossas cartas pelas comarcas á quaesquer que
tem voz por Portugal, que se venhan a pressa. »
Chron. d'El Rey D. Joam I, part. 1, cap. 123.

E do teu claro sangue assi a memoria
Conserva que a não gaste o tempo ou mude.
Ant. Ferreira, t. 1, p. 118.

Italien :

« Beati poveri, che regno del cielo è loro. »
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 12.307

« Andiam che la via lunga ne sospinge. »
Dante, Inf. IV.

« Ti guarda di più in casa non menarlo che io ti pagherei
di questa volta e di quella. »
Boccac. Decam. IV, 10.

« E dove il potrem noi poire che egli non si suspichi
domattina. »
Boccac. Decam. IV, 10.

Suppression du que entre les deux verbes.

La forme romane qui consistait à supprimer le que
conjonctif, sans marquer son absence par aucun accident
grammatical, fut adoptée par les langues de l'Europe latine,
et pendant long-temps la langue française s'en servit
en prose et en vers.

Français :

Sire ne lairrai…. ne vus die
…. Vus m'avez rendu la vie.
Roman de Protheslaus.

Ne nous ne porrions nier
…. Ne nous aiez par armes pris.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 85.

Et quide…. ce soit faerie
Quanqu'il voit de manantie.
Partonopex de Blois 1381.

Bien savez…. le cox chaponez
Est as gelines mal venus.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 104.308

Ont bien juré…. rien ne douront
S'a ceux non qui l'avoir porront.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 306.

Sachiès…. vous vous en avilés.
Roman de la Rose, v. 3272.

« Sachez…. si vous y contrevenez, outre la note de parjure,
vous encourez nostre indignation. »
Ordon. des Rois de France (1317), t. XV, p. 23.

Je te promets et jure par ma foy
…. Par moi ton cœur jà forcé ne sera.
Charles d'Orléans, p. 5.

S'aucuns de vostre amor vous prie,
Gardez…. ne vous en vantez mie.
Le Chastiement des dames.

S'il advient…. les manteaux vers
Ayent cours comme chascun pense.
Coquillart, p. 180.

« Ils doutent, obstant son décès, …. on leur veuille mectre
ou donner empechement. »
Ordon. des Rois de Fiance (1461), t. XVII, p. 266.

Espagnol :

E si dis…. non dara fiador.
Foros de Oviedo 1382.

Sepas de mi…. non puedes nulla cosa levar.
Vid. de S. Domin. cob. 176.

Sabet… no lo dexáron en su tienda estar.
Poema de Alexandro, cob. 1553.309

No creo…. las rosas
De la primavera
Sean tan fermosas.
Marques da Santillane 1383.

Non creo…. de theología
Sant Augustin mas sabia.
Gomez Manrrique 2384.

Temo…. seré culpado.
Vid. de S. Domin. cob. 52.

Yo vos suplico y vos ruego
…Me libredes de la pena.
J. de Mena 3385.

« Temia…. me buscasen desde.
Un deudor que sabe…. le perseguen los alguaciles.. »
El. P. Isla, Gil-Blas, lib. VII, cap. 2.

Portugais :

« O quai affirman… lhe pos o mesmo Vigia Raja…
Posto que nesta fabula cuido… nam teve tan ta parte a
humana ambiçam. »
J. de Lucena, Vida do P. S. F. Xavier, liv. II, cap. 18.

« Lhe pedia encarecidamente… nam viesse nunca em seu
irmam dom Francisco de proseguir. »
J. de Lucena, Vida do P. S. F.Xavier, liv. I, cap. 1.

« Ves… corre a costa que Champá se chama. »
Camoõens, os Lusiadas, X, 129.

« E guarde se… non seja inda comido. »
Camõens, os Lusiadas, IX, 26.310

Italien :

« E forse non credete… ei rendan voi. »
Guit. d'Arezzo, lett. XIV, p. 42.

« Ben credo… savete vera moneta divisare da falsa. »
Guit. d'Arezzo, lett. XX., p. 52.

« Dubitava… non fosse alcuna dea. »
Boccac., Decam. IV, 10.

« Temendo… non gli avenisse quello ehe gli avvenne. »
Boccac. Decam. V, 9.

« E dubitando… non dicesse da beffe, gli demandai. »
Ben. Varchi, Ercolano.

En terminant ce chapitre VI relatif aux verbes, il me
serait facile de rassembler les diverses preuves d'identité,
les nombreux rapports que fournissent ou indiquent les
rapprochements successifs que j'ai eu occasion de présenter.

Mais est-il besoin d'énumérer spécialement ces preuves ?
On les trouve dans chacune des trois conjugaisons, dans
chaque mode, dans chaque temps, dans les formes intrinsèques
et dans les inflexions, et enfin dans l'emploi
ou dans la suppression du que conjonctif.

Quand on voit de telles conformités, peut-on croire
que ces diverses langues auraient pu les offrir, si elles
n'avaient eu primitivement une origine commune ?311

Chapitre VII
Adverbes, prépositions, conjonctions.

Avant de comparer en détail les adverbes, les prépositions
et les conjonctions qui offrent des rapports d'identité
dans les diverses langues de l'Europe latine,
j'examinerai les adverbes qui ont la désinence spéciale
ment.

Une forme de ces langues par laquelle le caractère d'un
type primitif et commun se manifeste de la manière la
plus évidente, c'est sans doute la formation de ces adverbes
composés, qui, par l'adjonction de la désinence
ment ou mente au féminin des adjectifs, les modifie en
adverbes.

Dans les éléments de la grammaire avant l'an 1000,
j'ai expliqué comment cette forme avait été empruntée à
la langue latine.

La langue romane a employé ment, et le français l'a
conservé.

Le portugais et l'italien 1386 ont pris l'e final euphonique,
et ont ainsi ajouté mente au féminin des adjectifs.312

Il existe des preuves nombreuses que l'ancien espagnol
se servait du ment roman.

El te Deum laudamus fué altament cantado.
Mil. de N. Sra, cob. 847.

En el fuego bravament encendido.
Mil. de N. S, cob. 363.

Empezo a plorar tant aturadament.
Vida de S. Domin., cob. 392.

La fonta que ficiéron carament la compraban.
Vid. de S. Millan, cob. 444.

Estaba el cativo burament espantado.
Vida de S. Domin. cob. 654.

Empezo la a lidiar muy denodadament.
Vid. de S. Millan, cob. 290.

Respondienle las virgines dulcement organando.
Vid. de S. Domin. cob. 524.

De escura manera escurament dictadas.
Poema de Alexandro, cob. 1106.

Fuéron con estas nuevas ferament espantados.
Vid. de S. Millan, cob. 411.

Empezo de sus ojos gravement á plorar.
Mart. de S. Lor. cob. 63.

Desmassen en agosto lealmient su cevera.
Vid. de S. Domin. cob. 464

Derramaba lo suyo largament é sin tiento.
Ma. deN. Sra, cob. 629.

Como qui yace preso luengament en cadenas.
Vid. de S. Domin cob. 415.

As todas tus yentes malment aontadas.
Poema de Alexandro, cob. 442.313

Conduchos adovados maravillosament.
Mil. de N. Sra, cob. 699.

Ca era grand facienda noblement celebrada.
Mil. de N. Sra, cob. 701.

Ixie á los de fuera ondradamient guarnido.
Sacr. de la Misa, cob. 137.

El palacio bien rico ricament parciado.
Poema d'Alexandro, cob. 2444.

Sirvieli un ministro santamient doctrinado.
Vid. de S. Millan. cob. 144.

On trouve aussi dans le Fuero Juzgo la preuve de
l'emploi de cette désinence romane. De nombreuses variantes,
fournies par quelques manuscrits, présentent plusieurs
exemples ; le manuscrit de l'Escurial n° 3 prend
ment dans tous les adverbes composés 1387.

Dans quelques Fueros on en trouve aussi des exemples.

Non-seulement les langues de l'Europe latine ont formé
l'adverbe composé par l'adjonction caractéristique de ment,
mais encore lorsqu'elles ont employé deux ou trois adverbes
rapprochés, elles n'ont placé quelquefois le signe
adverbial, ment, qu'à la suite de l'un des adjectifs. Je crois
convenable d'ajouter quelques exemples à ceux qui ont
été fournis dans les éléments de la grammaire romane
avant l'an 1000.314

Roman.

Mans Roger Bernatz parla suau e dousament.
G. de Tudela.

Dona non deu parlar mas gent
E suau e causidament
Anatz suau e bellament.
Anonyme : Seinor vos que.

Mostret lur grans reliquias
Qu'avia lonc temps guardat
Sanctament e devota.
Vid. de S. Honorat, XVII.

E Guarintz respondet
Follament et irada.
Vida de S. Honorat, XLVI.

« Els fan lo a fenchament e falsa. »
libre de Vicis e de Vertutz.

Français :

Cette forme se trouve, mais rarement, dans les anciens
auteurs français.

Son chief trecie moult richement,
Bien, et bel et estroitement.
Roman de la Rose, v. 502.

Espagnol :

Los trata cortes y amigablemente
Cervantes, D. Quix. 1. 2, c. 12.

Franjas texidas bella y sutilmente.
Luis. de Léon, prov. de Salomon, v. 75.

Portugais :

« Onde sotil é artificiosamente estava lavrada e esculpida
toda a maneira de sua vida. »
Palmeirim de Inglaterra, t. 1, p. 131.315

Italien :

« Non vederete antica o novamente esser divenuto. »
Guit. d'Arezzo, lettr. XIV, p. 42.

« Quanto prudente e giudiziosamente n'ammaestró Aristotile. »
Ben. Varchi, Ercolano.

Les langues qui primitivement employaient des adjectifs
communs auxquels ne s'attachait pas la désinence caractéristique
du féminin, avaient formé leurs adverbes composés
avec ces adjectifs. Quand elles admirent ensuite les
différences de genre, plusieurs adverbes conservèrent l'invariabilité
de l'adjectif qui entrait dans leur composition.
L'ancien français en fournit beaucoup d'exemples. J'en
citerai quelques-uns.

« Si le vestent imperialment. »
Villehardouin, p. 73.

Loyalment et bien l'amera.
Fabl. et Cont. Anc., t. 4, p. 66.

« N'a pas grantment és chroniques lisoye. »
Œuv. d'Alain Chartier, p. 261.

Li chevaliers lui dist brefment.
Marie de France, t. 2, p. 432.

Qui peche mortelment, il ocist Dieu son mestre.
Testam. de J. de Meung.

« Que tu n'aies souffert paines en la sainte croiz corporelment
pour nous. »
Chron. de France 1388.316

« Se rebellerent contre li trop cruelment. »
Chron. de France 1389.

« Que il se dampnent perpetuelment ! »
Chron. de France 2390.

Quel duel ont li loial amant
Que l'en refuse si vilment.
Roman de la Rose, v. 1474.

« Et pourtant rencontra fort gentilment le philosophe
Arcesilaus. »
Amyot, trad. de Plut. Œuv. mor. t. IV, p. 234.

Sire, li miens Deus, magnifiez iez fortment.
Trad. du ps. 103, psaut. de Corbie.

L'adverbe composé gentilment est resté dans la langue
française.

A ces observations sur les adverbes j'ajouterai que
toutes les langues dont j'examine les rapports ont admis
et conservé l'usage de la langue latine qui employait souvent
l'adjectif neutre comme adverbe ; ainsi on dit, frapper
fort, parler bas, etc.

Dans la comparaison de quelques adverbes, prépositions
et conjonctions dont l'usage est commun aux langues
de l'Europe latine, je me bornerai à un choix,
qui, par l'évidence des rapports identiques, prouvera d'une
manière toujours plus incontestable, l'origine, la formation
commune de ces langues.317

Principales prépositions
communes aux langues de l'Europe latine.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

a.

La préposition A se trouve dans toutes les langues de
l'Europe latine.

Il serait superflu de comparer les diverses acceptions
dans lesquelles elle est employée.

Mais il est une acception particulière qui mérite d'autant
plus de fixer notre attention, qu'elle n'a pas été fournie
par la langue latine.

Pour exprimer le sens de la préposition cum, latin,
avec, français, la langue des troubadours employait ordinairement
la préposition ab, modifiée quelquefois en A
318et restée, sous cette dernière forme, dans les autres langues.

Ce vestige roman est un des plus remarquables ; en
voici des exemples.

Français :

« Les prophètes ki d'amunt vendrunt a estrumens, psaltérie,
tympans, frestels e harpe, si prophetiserunt. »
Trad. du Ier liv. des Rois, fol. 11.

Poi me porrai mes soustenir
Fors a baston ou a potence.
Roman de la Rose, v. 12949.

« La verge, li ceptres de ton règne a que tu baz et chasties
cels que tu eimes. »
Com. sur le psalt. fol. 95 1391

« Et furent reçu a grant feste et a grant joie. »
Villehardouin, p. 21.

Deduistrent soi privéement
Au bon vin eler et au piment.
Le Castoiement, cont. 9.

Son vis a ses ongles depiéce.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 126.

« Vez-cy ung vaissel d'argent plain d'ung merveilleux
boire que j'ai fait a mes mains. »
Roman de Tristram.

A. deul et a corroux se part.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 325.319

« Il fut recueilly a grand gloire et grand obéissance. »
Comines, liv. I, p. 91.

Déchire l'ennemi aux ongles et aux dents.
Joac. du Bellay, fol. 186.

« Sans que nulle autre ville ou pays puissent ne doyent
draper au semblable marque et lisière. »
Ordon. des Rois de France (1435), t. 3, p. 31.

« Il faisoit lors gloire envers ces sages hommes là, de se
passer a peu sobrement. »
Amyot, trad. de Plut., Œuv. mor. t. 3, p. 51.

Espagnol :

La cinta fué obrada a muy grant maestria.
Poema de Alexandro, cob. 80.

Quien a hierro mata, a hierro muera.
Refranes.

Clamando : fiio, fiio, a una grand pressura.
Duelo de la virgen. cob. 36.

Portugais :

Vao correndo é gritando a boca aberta.
Camõens, os Lusiadas, 4, 21.

Italien :

« Un suo orto, che egli lavorava a sue mane. »
Boccac. Decam. VIII, 2.

Qual ingegno a parole
Potria agguagliar il mio doglioso stato ?
Petrarca : che debb'io.

Bateansi a palme, e gridavan si alto.
Dante, Inf. IX.

« Furo ricevuti tutti a grandissimo honore. »
Giov. Villani, IV, 33, p. 96.320

de.

Cette préposition latine passa dans chaque langue et
même dans l'italien qui aujourd'hui emploie di.

On retrouve de, devant les articles italiens lo, la,
gli, etc., et même ailleurs.

Fu cantator de lo Spirito santo.
Dante, Parad. XX.

Signor de la mia fine e de la mia vita.
Petrarca, Sest. chi è fermato.

Sotto 'l velame de gli versi strani.
Dante, Inf. VI.

Ma de la temperanza e pietate
La misericordia si ne è nata.
Jacopone da Todi, cant. 2, p. 95.

Eo Bonifacio de tanta potenza…
De mi dotaron et ebeno paura…
La strucion crudele de Florenza.
Butto Messo da Florentia 1392.

Che par florin d'or et è de recalco…
Sol cor de Bichina fosse diamante…
Amor mi fa envagir de si gran ladre…
S'altre de mi se fosse reclamato…
E de morir quando lo mar fie sico,
Falo deo per strazzo de mi esser sano.
Cecco di M. Angiolieri 2393.321

en.

La langue romane dit en au lieu de l'in latin.

Le seule langue italienne se sert encore d'in, mais autrefois
elle a employé en ainsi que le français, l'espagnol,
et le portugais, qui l'ont conservé.

« En le cose del seculo avere letitia. »
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 15.

« Se tutto en auro è. »
Guit. d'Arezzo, lett. XXXVI, p. 83.

« En li suoi vietò terrena grandezza. »
Guit. d'Arezzo, lett. I, p. 5.

En aspra e gran religione.
Jacopone da Todi, lib. 1, sat. 1.

Li fosse offerto en cotai povertade.
Jacopone da Todi, lib. 4, cant. 28.

per.

L'ancien français a, comme la langue romane, employé
per dans l'acception que par exprime aujourd'hui.

« Une autre assaillie firent per une porte de fors… et de
si grand essil furent torné à si grant haltesce per Dieu
avant et per les pelerins après. »
Villehardouin, p. 65 et 73.

Espagnol :

Luego vió per ù podria aver meior passada.
Poema de Alexandro, cob. 2342.

Fablar curso rimado per la quaderna via.
Poema de Alexandro, cob. 2.322

Cuemo se partel mundo per treb particion.
Poema de Alexandro, cob. 254.

Portugais :

« Afinado toto per o afinador. »
Doc. da Torre de Moncorvo, 1405 1394.

E non forem per eles punidos.
Liv. Vermeilho, n° 1, p. 399.

La langue italienne a toujours employé per.

entre.

Cette préposition romane est la même en français, en
espagnol et en portugais.

L'italien a seulement changé l'e final en o.

prop, aprop, pres, apres, auprès.

Français :

Aprop Nerun l'emperur.
Trad. de l'Évang. de saint Jean 2395.

Espagnol :

Apres de la verta aviéron la batalla….
Apres son de Valemia a tres leguas contadas.
Poema del Cid, v. 1234 et 1567.

« Apres de la prenda… aquel otro á quien lo demanda
vaya apres. »
Fuero de Oviedo 3396.323

Portugais :

Apres de mim.
Doc. de Vairam, 1287 1397.

sobre.

Le sobre roman se retrouve en espagnol et en portugais ;
il n'a éprouvé en italien que le changement de l'e
final en a, et autrefois l'ancien français l'a modifié en
sore, seure, d'où est ensuite venu sur.

Li troi larron sore li queurent.
Fabl. et Cont. anc, t. 1, p. 243.

Sire, fet-il, c'est par envie
Que l'en m'a mis seure telle œuvre.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 305.

« Defors et dedens et par de seure. »
Fabl. d'Aucassin et Nicolette.

senz, ses, senes.

Français :

L'ancien français a dit senz.

« Si nos volons estre membre de Crist il nos covient senz
dotte ensevre nostre chrief. »
Sermons de S. Bernard, fol. 16.

« Senz ce que la voix des deux estats puisse conclure la
tierce… senz aucun suspeçon. »
Ordon. des Rois de France, 1355, t. III, p. 22.

Deigne tu, Sire, en cest jor, senz pechié nus garder.
Trad. du te deum, psaut. de Corbie.324

Espagnol :

L'ancien espagnol avait employé senes, sen, romans.

Oviera senes dubda tomada mala zaga.
Poema de Alexandro, cob. 518.

Como tierra sen rey é sen octoridat.
Poema de Alexandro, cob. 1399.

Sen se trouve dans le Fuero Juzgo.

Portugais :

Le portugais a dit sen, sem, qu'il a conservé.

Italien :

Il est évident que le senza italien a été emprunté du
senz roman, en y ajoutant l'a final ; car comment de
sine, latin, serait venu ce senza ?

Segun.

Français :

L'ancien français a employé segont qui ensuite a été
remplacé par selon.

L'en doit fere le dépens segont le chastel.
Livre de Jost. et de Plet, fol. 63 1398.

Espagnol :

L'ancien espagnol a dit segunt, segund.

Mando les que mostrassen segunt las escrituras.
Poema de Alexandro, cob. 1159.325

pos, pus, pois.

Français :

D'après l'usage roman, l'ancien français a employé
puis comme préposition dans le sens actuel de depuis.

Puis cèle heure que elle obéi à son creatour.
Chron. de France 1399.

Puis Roullant, ne puis Olivier,
N'eut en terre tel chevalier.
Roman de Rou 2400.

Il prit de même le que conjonctif :

Mil ans, quatre moins ont passez
Puis que Dex fu en terre nez.
Roman de Rou 3401.

Espagnol :

L'espagnol qui n'emploie aujourd'hui que pues a employé
autrefois pos et pois roman qu'on trouve notamment
dans le Fuero Juzgo. Il a aussi ajouté le de avant
pois et l'a employé avec le que conjonctif et quelquefois
même ce que est sous-entendu, comme dans la langue
romane et dans l'ancien français.

Portugais :

L'ancien portugais a dit aussi pos, depos,

Huums depos outros.
Doc. da Coll. de Coimbra, 1348 4402.

Le portugais a ajouté à depois, le que conjonctif.326

Italien :

Por italien est venu de pos roman, comme Nnoi, voi,
sont venus de nos, vos ; il prit le que conjonctif et quelquefois
ce que fut sous-entendu.

fors, foras.

Français :

Qu'il n'emporta nis tant d'avoir
Dont on presist quatre festus,
Fors les dras qu'il avoit vestus…
Que nus fors Diex ne le convoie.
Fabl. et Contes anc., t. I, p. 223.

Car une odor m'entra où cors
Qui en a trait la dolor fors.
Roman de la Rose, v. 3486.

… N'avoit soussi ne esmay
De nule rien, fors seulement
De soi atorner noblement.
Roman de la Rose, v. 575.

L'ancien français a dit de fors et ensuite dehors.

E sel vous chastie de fors
Aies dedanz cuer d'aïment.
Roman de la Rose, v. 4020.

Espagnol :

L'ancien espagnol a dit foras, roman, et fuera ;
aujourd'hui fuera est seul employé.

« Foras ende ena cuita de morte. »
Fuero Juzgo, I, X, p. 11.327

Fuera que el obispo a vie la nomnadia….
Mil.de N. Sra, cob. 706.

Non osan fueras exir nin con el se ajuntar.
Poema del Cid, v. 1180.

Italien :

L'italien a employé autrefois for.

Punge corragio
For cui lo più valente ozio aunta.
Guit. d'Arezzo, lett. XXVII, p. 71.

oltra.

Français :

« Ultre le flum jurdan. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 42.

« Car la chars ne puet pas prendre les choses qui sont del
espir, et pore ice à la fie quant la humaine pense ultre
soi est meneie. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, liv. III, ch. 24.

Espagnol :

Crusáron se romeros por ir en ultra mar.
Mil. de N. Sra, cob. 588.

Que guia à los romeros que van en ultra mar.
Sacr. de la Misa, cob. 296.

Ultra portos est dans le Fuero Juzgo.

Portugais :

On trouve aussi en portugais ultra mar.

Italien :

« Oltra ogni vostro pensiero… oltra d'ogni misure. »
Guit. d'Arezzo, lett, x, p. 27 et 28.328

Principaux adverbes communs aux langues de l'europe
latine.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

oi, ut.

Français :

L'ancien français disait oi, ui, et huy qu'il n'a ensuite
employé que dans l'adverbe composé aujourd'hui.

N'en partirez hui ne demain.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 308.

« Qui hui cest jor vive. »
Villehardouin, p. 16.329

Guillaume bien se deffendi,
Hui guaingna et hui perdi.
Roman de Rou 1403.

Qu'il soit ainsi plustost huy que demain.
Clément Marot, t. 1, p. 333.

Portugais :

Le portugais dit hoje, mais il a employé autrefois
l'oi roman.

Des oy pera todo sempre.
Elucid. t. 1, p. 370.

Italien :

L'italien, qui dit hoggi, a employé autrefois oi.

Tal mondo corre ancoi.
Barberioi, Doc. d'Am., p. 300.

ora.

Français :

« Barcinone est une cité qui siet en la marche d'Espaigne ;
une heure estoit des Sarrazins, et une heure estoit des
Crestiens. »
Chron. de France 2404.

Ore se sent foie, ore sage ;
Ore pense qu'ele le volt amer,
Ore pense qu'ele s'en volt oster.
Roman de Protheslaus.

Car or est clere, or est oscure.
Roman de la Rose, v. 4810.330

Portugais :

« Mil libras d'esta moeda branca que ora corre. »
Testam. de 1393 1405

Italien :

Ciò ehe ora e nostro, altrui fù già.
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 13.

« Pensando ora una cosa, or' un' altra. »
Novelle inedite, p. 132.

« Or vide, or piange, or terne, or s'assecura. »
Petrarca, canz : di pensier.

dunc, donc, adonc, doncas, adoncas.

Français :

L'ancien français employa dunc, donc, adunc, dans
le sens de tunc, latin 2406.

Quant ele losenge et plore
Gar toi icele ore,
Kar dunc est en aguait.
Evrard, Hist. lit. de la Fr., t. 13, p. 70.

S'ele l'eust adunc conéu,
Retenu l'ust bonement.
Roman de Protheslaus.

Il se servit aussi de donkes et d'adonkes.331

Espagnol :

« Doncas faciendo derecho el rey, deve aver nomme de
rey. »
Fuero Juzgo, I, II, p. 11.

Italien :

L'italien, qui dit aujourd'hui dunque, a employé autrefois
dunqua, roman.

« Dunqua di che pur piangi ? »
Guit. d'Arezzo, lett. XXXIX, p. 89.

Dunqua é in lor maggior virtu ?
Barberini, Doc. d'Am. p. 81.

« Adonqua non peccato in richezze è. »
Guit. d'Arezzo, lett. XXV, p. 66.

ja.

L'ancien français employa ja dans le sens de jamais
et de déja, comme les autres langues.

Elle respondi à son père :
Si m'ait Diex ne l'aurai ja.
Ostez le moi cel vilain là….
Ja n'ere au vilain donée….
Quar je me sui ja repentie
D'avoir mari ainz que je l'aie.
Fabl. et Cont. anc. t. 3, p. 370 et 371.

sempre.

On retrouve dans l'ancien français cet adverbe, qui
est resté dans les autres langues de l'Europe latine.332

Ge gaiterai sempres le roi
Qant au mostier ira par soi.
Fabl. et Cont. anc., t. 3, p. 212.

Sempres est mol comme pelice.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 390.

tost.

Il est d'autant plus remarquable que cet adverbe se
trouve dans chaque langue, qu'il est difficile d'en expliquer
l'origine 1407.

L'espagnol a employé autrefois tost qu'il a ensuite
rejeté.

Fué luego recapdado muy tost é corriendo.
Mart. de S. Lor. cob. 78.

Ovioronlos por forcia mui tost a conquirir.
Poema de Alexandro, cob. 1043.

Le portugais a eu autrefois toste.

« Para haverem seus servidores mais toste sem outro embargo. »
Ord. Alf., liv. 11, fol. 5.333

plus.

Espagnol :

El otro plus vermeio que vino de Paralles.
Vida de S. Dom. cob. 230.

Vinien en dos caballos plus blancos que cristal.
Vida de S. Millan, cob. 438.

Chus, fut employé pour plus.

Que li diessen cada año LX duennas en renda,
Las medias de lignaje, las medias chus sorrenda.
Vida de S. Millan, cob. 370.

Portugais :

L'ancien portugais a usé aussi de chus pour plus.

« Pera comprir delles mhas mandas e pera fazer chus
prol de mha aima. »
Testam. de 1273 1408.

« E se vinhas fizerdes dar de nos o quarto e lagaradiga
e non chus. »
Docum. de Pendorada, 1290 2409.

« E vos devedes a dar estas cousas bem e entregadamente
e non chus. »
Prozo das Salzedas, 1295 3410.

Italien :

« Perché erano de li chiu poveri. »
Mat. Spinelli 4411.

« Lo capo e lo chiu vecchio de la famiglia. »
Ann. di lud. Monaldesco 5412.334

Testo d'un' altra ch' è plu menutina.
Barberini, son.

« Attemperanza la plu alta. »
Tratt. Virt. Moral.

L'italien a changé l'l en i ; et, supprimant l's final, il
a marqué l'u d'un accent grave qui indique cette suppression.

mais, mas, mai.

L'ancien français a souvent laissé à mais l'acception
primitive de magis, c'est-à-dire, plus, davantage.

De son ostel pou se mouvoit
Quar ne pooit chevauchier mais.
Fables et Cont. anc. t. 1, p. 169.

Mais je ne puis mais haut crier.
Fabl. et Cont. anc. t. 1, p. 124.

Se gentis homs mais n'engenroit,
Ne jamais louve ne portoit
Et grant cheval ne fust jamais,
Tout le monde vivroit en paix.
Le Renard contrefait 1413.

Il est resté dans la langue actuelle l'expression familière :
N'en pouvoir mais, c'est-à-dire davantage.

Dans le Fuero Juzgo on trouve souvent mais.

L'espagnol et le portugais disent aujourd'hui mas.

L'italien a ma et mai.335

mens.

Italien :

Quegli che men sapevano di lui.
Boccac. Decam. IV, 5.

Almen, se puoi, farai.
Barberini, Doc. d'Am., p. III.

assaz.

L'espagnol ne se sert plus d'assaz, qu'il avait employé
autrefois.

Assaz quisiera Dario en el campo fincar.
Poema de Alexandro, cob. 1260.

Avie en el un monge asaz mal ordenado.
Mil. de N. Sra, cob. 160.

L'assai italien prouve que cette langue a souvent fait
des modifications très-importantes aux désinences des
mots pour les accommoder à l'euphonie locale.

quasi.

Cet adverbe est identique dans les diverses langues.

tan, quan.

Espagnol :

De los sos oios tan fuerte mientre lorando.
Poema del Cid, v. 1.

Asi como yo las prendo de quant como si fose delant.
Poema del Cid, v. 2147.

Portugais :

Tam digna e tam necessaria.
Chron. d'El Rey Alfonso, V, t. 1, p. 202.336

E eu vi quan fremosa falava.
Canc. ms. do real Collegio dos Nobres, fol. 67.

si, altresi.

Français :

E si ne sai se j'en ai dit folie.
Le Roi de Navarre, chans. VII.

« Ensi com il fu devisé, si fu fait. »
Villehardouin, p. 33.

Quant Diex dist qu'on amast son prisme comme si,
Il ne dist mie mains ne plus, mes autresi.
Testa m. de J. de Meung.

« Se devons garder que altressi ne nos aviegne. »
Villehardouin, p. 106.

Le blasmoient moult si ami
Et toute la gent autressi.
Fabl. et Cont. anc. t. 3, p. 1.

tota via.

Français :

« Mais toutes voies rapareilla-il bataille après contre eulz. »
Chron. de France 1414.

Espagnol :

« Deve amar justicia, é si la amar, deve fazer la todavia. »
Fuero Juzgo, II, I, 2.

Portugais :

« E todavia a ssa ordinhaçom seer estavil. »
Doc. da Guarda, 1298 2415.337

Italien :

« Ma tutta via in somma dico voi che maie è solo quello
lo quai dispiace a Dio. »
Guit. d'Arezzo, lett. I, p. 5.

jos, sos.

L'ancien français a employé jus et sus, romans.

Ses oilz turnat e sus e jus.
Marie de France, t. 2, p. 439,

Li rossignols chante tant
Re mors ehiet de l'arbre jus.
Le roi de Navarre, chans. XV.

Sus est resté dans le composé dessus.

Espagnol :

« Avie de jus las peñas cuevas fieras sobeio. ».
Vid. de S. Millan, cob 28.

Buscando suso et juso atanto andidieron.
Mil. de N. Sra, cob. 83.

Le composé desuso, desus, fut en usage.

Desuso las lorigas tan blancas como el sol.
Poema del Cid, v. 3085.

Dessuso la loriga blanca cuemo christal.
Poema de Alexandro, cob. 430.

A desus se trouve encore dans le dictionnaire de l'académie
espagnole.

Portugais :

« F. des alri á juso… »
Elucid. t. I, p. 350.338

« De juso da sina do Miramolino 1416 »

« Da quintaá aa suso… Assi como de suso dito é… E des
hy á suso… De lo comaro á suso. »
Elucid., t. I, p. 463 ; t. II, p. 223, 254, 397.

Italien :

E conoscan per uso
Quanto va suso e juso.
Barberini, Doc. d'amore, p. 258.

De jus, sus, romans, la langue italienne a formé giu,
su, par la même modification qui de plus a fait piu.

ont, on, dont, don.

Français :

« A une viz par unt l'um muntad à l'estage meien. »
Trad. du IIIe liv. des Rois, fol. 86.

Et cil li demande son nom
Dont il est et de quele terre.
Fabl. et Cont. anc., t. 4, p. 294.

« Voilà dont vient qu'il a tant escrit. »
Amyot, trad. de Plut., m. cato, p. 454.

Espagnol :

Una vision vidó por ond fué confortado.
Vid. de S. Domin., cob. 226.

Issió, como que pudo, ont jacie escondida.
Mil. de N. Sra, cob. 401.

Al tercer dia don yxó y es tornado.
Poema del Cid, v. 945.339

o.

Français :

U ? en celé tente.
L'Ordene de Chevalerie.

Espagnol :

Adelinó pora San Pero ó las duenas estan.
Poema del Cid, v. 1400.

En la carrera ó los omnes suellen passar.
Fuero Juzgo, VIII, IV, 23.

Portugais :

« Estar nos lugares hu vos mandaredes… Per u a parede
foi furidada. »
Elucid., t. I, p. 84, et t. II, p. 397.

Italien :

« Non e maie alcuno u non peccato ha dispiacente Dio,
ne bene o non merto piacendo lui. »
Guit. d'Arezzo, lett. 1, p. 5.

Tu homo o ti se'.miso ?
Jacopone da Todi, lib. II, cant. XXVI.

sai, lai, ça, la.

Français :

« Lai si estoient mis seiz vaissel de pierre… les disciples
Nostre Signer lai où il en vait és noces. »
Sermons de S. Bernard, fol. 88.

Portugais :

« De la morteydade áo ça. »
Doc. de Paco de Sousa, 1351 1417.340

Italien :

Qual qua e qual la.
Boccac., Dec. II, 3.

i, hi, y.

Cet adverbe n'existe plus qu'en français, tandis qu'autrefois
il a été employé par chaque langue.

Espagnol :

« No se si entraré y mas en todos los mios dias. »
Poema del Cid, v. 220.

I nació Sant Millan.
Vida de S. Millan, cob. 3.

Portugais :

Com aquellas coussas que hy sun en Santarem.
Doc. de Bostello, 1329 1418.

Com todolos dereitos que nos hy avemos.
Doc. de Arouca, 1316 2419.

Italien :

Les Italiens, qui ne se servent plus que d'ivi, ont dit
autrefois i, y.

Ed una scritta imetti…
Che inanzi i va servire.
Barberini, Doc. d'Am. p. 265 et 345.

Per due fiammette che i vedemmo porre.
Dante, Inf. VIII.

Che, s'io volesse, y scender non potrei.
Cecco di M. Angiolieri 3420.341

Conjonctions, négations, etc.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

com.

Français :

L'ancien français employa com, roman, sans prendre
l'e muet final qui aujourd'hui s'y trouve joint.

« Ensi com Dieu plaist. »
Villehardouin, p. 13.

Si com je sai et com je croi.
Bible Guiot, v. 160.

Espagnol :

La langue espagnole, qui aujourd'hui dit como, s'est
servie autrefois de com, roman, ainsi que de cuemo.

Esto como cuntiera com non eran certeros…
Santigaron se todos com ó por quel manera
Fincó en el mar vivo una ora sennera…
Dissóli fuertes vierbos com qui con fellonia.
Mil. de N. Sra, cob. 104, 1605 et 777.342

Italien :

Com più mi giro e rimiro d'attorno….
Tanto lo intende com fa petra mola.
Com vuol raggion….
Barberini, Doc. d'am. p. 157, 162, 316.

Com val poco !
Guit. d'Arezzo, lett. XXXVI, p. 82.

quant, quan.

Espagnol :

Da quand vaya comigo cuedo qu'el avrà pro.
Poema del Cid, v. 2140.

El bisbo, quant lo vió, tovó se por guarido…
Sant Millan, quant la vió, ovó d'ella dolor…
El sucio alevoso, quant se vio aceitado…
Vida de S. Millan, cob. 79, 156 et 196.

Portugais :

Ca mia sennor, quan muey gran coita ten,
No coraçon faz le dizer tal ren
A que non sabe pois conseil aver.
Cancioneiro ms. do coll. dos nobres, fol. 65.

mentre, avec le que exprimé ou sous-entendu.

Français :

Peindre un petit les me covient
Endementres qu'il m'en sovient.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 308.

« Endementres que ce avent. »
Gestes de Louis le Débonnaire 1421.343

Endementiers k'il iluec sunt
Al meistre dient ço k'il funt.
Marie de France, t. 2, p. 492

Espagnol :

L'espagnol dit aujourd'hui mientras.

« Mientre que el principe vive. »
Fuero Juzgo, II, 1, 7.

Portugais :

Le portugais n'emploie plus aujourd'hui cette conjonction.

« Menthes á quiser corner no moesterio. »
Doc. de Almoster., 1287 1422.

Italien :

« Mentre ella parlaya, furon lagrime sparse. »
Boccac. Decam. III, 9.

anz, ant, avan.

Français :

« Anz fu assi…. anz serai, dist-il, semblant al haltisme. »
Sermons de Saint Bernard, fol. 33 et 36.

« E corent as. vasiaux qui ains, ains, qui mielx, mielx. »
Villehardouin, p. 193.

Que je n'ai mais de bien nule espérance,
Ains sui tosjors par parole menez.
Le roi de Navarre, chans. XXIX.

Moult lor convient soffrir dolor
Ains que gens lor doignent du lor.
Roman de la Rose, v. 8020.344

Espagnol :

Ant quiso à Dios una oracion facer.
Poema de Alexandro, cob. 107.

« E mando que los dichos avant homes mios. »
Fuero de Llanes 1423.

Que ant sabe la cosa que ome la comida.
Vida de S. Millan, cob. 69.

Portugais :

On trouve dans des mots composés portugais, la preuve
de l'existence de avan dans la langue.

« Sobre lo departimento dos davanditos termos. »
Doc. de Aguiar, du Beira, 1268 2424.

Italien :

« Lor morte permettendo ante lor viso. »
Guit. d'Arezzo, lett. XIV, p. 43.

« E misse avante lui bene e maie. »
Guit. d'Arezzo, lett. III, p. 17.

L'anzi italien est évidemment l'anz roman, auquel la
voyelle finale euphonique i a été ajoutée.

et, e.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

L'ancien français a employé e soit en vers soit en prose.

A richesces e a honurs ascont,
345E dunc ert fort e de plus de poer
A nuir les autres e grever.
Pierre de Vernon 1425.

« E quand il valoit de si grande conversation e soi ja restraindroit
meismes d'oisouse parole, e mult sa char dontoit
par abstinence. »
Trad. des Morales de S. Grégoire, fol. 8.

L'espagnol, qui aujourd'hui préfère y pour conjonction,
a employé primitivement e, et.

A mio Cid é a los suyos abastoles de pan é de vino.
Poema del Cid, v. 66.

Dans l'ancien poëme du Cid, et dans d'autres monuments
anciens de la langue espagnole, on trouve seulement
e.

o, ou, disjonctifs.

Français :

Qu'autrui richesee o mesestance.
Marie de France, t. 2, p. 94.

si.

Chaque langue a employé si comme terme d'affirmation.

« Celle où les méchants n'ont point authorité de commander
et les bons si. »
Amyot, trad. de Plut. mor. t. 3, p. 66.346

ni.

Chaque langue employa ni ou ne comme expression
disjonctive.

Un caractère particulier de la langue romane, fut d'employer
ni dans le sens eonjonctif d'et.

On trouve en français et en italien des vestiges de cette
acception.

« Et vos vos conseillerois se vos le porrois faire ne soffrir. »
Villehardouin, p. 8.

« Pristrent lor fames et lor enfanz et que il en porent
traire del feu ne escamper. »
Villehardouin, p. 82.

Or t'ai dit comment n'en quel guise
Amant doit faire mon servise.
Roman de la Rose, v. 2589.

Comment vit hons et comment dure
En tele poine n'en tel ardure.
Roman de la Rose, v. 2600.

Dès que Diex hst Adan ne Eve.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 137.

Du marchié ne de la paumée
N'avon nos pas béu le vin ?
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 117.

Robers de Blois i fist escrire
Ce qu'il i pot pensser ne dire.
Le Chastiement des dames, v. 759.

N'est pas honorez li mostiers
Où itiez gent chante ne bruit.
Bible Guiot, v. 974.347

« Vise doneques quel parti tu dois eslire, ne quelle
consolation ou adresse tu espères en telle perplexité. »
Œuvres d'Alain Chartier, p. 272.

Dites moi où ne en quel pays
Est Flora la belle romaine.
Villon, p. 23.

Italien :

Se gli occhi suoi ti fur dolci ne cari.
Petrarca, canz., che debb'io.

non, no.

Non fut adopté et se retrouve encore dans toutes les
langues de l'Europe latine.

La langue romane, pour exprimer la conjonction si
non
, dans le sens d'excepté, séparait souvent si et non,
et non était rejeté à la fin du membre de phrase pour
lequel si servait précédemment de conjonction.

Cette forme toute particulière, et très-caractéristique,
fut beaucoup en usage dans l'ancien français, et on en
trouve aussi des exemples dans les autres langues.

Français :

« On n'i puet passer se par un pont de pierre non
Et dedenz Andrenoble n'avoit se les Grex non. »
Villehardouin, p. 62 et 191.

« Il ne parle se de toi non. »
Chron. de France 1426.348

Maintes gens dient que en songes
N'a se fables non et mensonges.
Roman de la Rose, v. 2.

Hantez d'orne qui fust en vie
Se de lui non tant seulement.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 168.

Ne li pooit d'el souvenir
Se de ce non qui l'angoissoit.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 188.

Je n'en istrai se morte non.
Marie de France, t. 1, p. 276.

N'arai mais amie ne fame
Se vous non, bele douce dame.
Fabl. et Cont. anc., t. 2, p. 422.

Tant qu'il fu de si grant renom
Qu'en ne parloit se de lui non.
Fabl. et Cont. anc. t. 4, p. 393.

Moustiers est meson d'oroison ;
Ni doit parler se de Dieu non.
Le Chastiement des dames, v. 404.

Si n'avoit barbe ne grenon,
Se petiz peus folages non.
Roman de la Rose, v. 822.

Que je n'i os parler de raençon,
Ne d'ostage, s'en bele guise non.
Le roi de Navarre, chans. XXXII.

Espagnol :

De al no li membraba si de esto solo non.
Mil. de N. Sra, cob. 776.349

Portugais :

Se per vosso mandado non….
Por que non ei
Eu poder no meu coraçon
D'amar, mia sennor, se vos non.
Canc. ms. do coll. dos nobres, fol. 42 et 53.

Italien :

Nullo è buono s'ello è buon no.
Barberini, Doc. d'Am., p. 163.

« A niun altro s'ha da attribuire la causa se aile donne no. »
Castiglione corteg. lib. 3.

Cet accident grammatical serait très-remarquable,
quand même il existerait seulement dans une des langues
de l'Europe latine. Que penser, quand on le trouve dans
toutes ? Peut-on ne pas reconnaître, à de telles conformités,
la preuve, toujours plus évidente, d'une origine
commune, d'un type primitif ?350

Chapitre VIII.
Locutions particulières, idiotismes, etc.

J E ne crois pas nécessaire de rassembler beaucoup
d'exemples 1427 soit des locutions particulières, soit des idiotismes
de la langue romane, qui se retrouvent dans les
351autres langues de l'Europe latine, ou seulement dans
quelques-unes.

Ces rapports d'identité se présenteront naturellement
dans un dictionnaire comparé des mots de la langue
romane et de ces diverses langues.

Je me borne donc aux exemples suivants :

de part.

J'ai annoncé précédemment que j'aurais occasion de
prouver que la locution française de par le roi signifiait
de la part du roi.

Roman :

« El borges anet e fetz contrafar Tanel del rei, e fetz lettras
de part lo rei a 'n Guilelm del Baus. »
Vie de Guill. de Baux.

De part Dieu vos coman lo redemptor…
De part Gerard lo duc ton bon parent.
Roman de Gerard de Rossillon.

De part Boeci lor manda tal raizo.
Poeme sur Boecé.352

« Chansos, vai dir de part me. »
Hug. de Saint-Cyr : Servit aurai.

Per qu'ie 'ls encrim
De part honor.
Guill. de Montagnagout : Belh m'es.

Français :

« Ki de Juda est venuz de part Deu. »
Trad. du IVe liv. des Rois, fol. 151.

« Est faiz a nos justise de part Deu lo pere. »
Sermons de S. Bernard, fol. 38.

« De part Hisboseth le fils Saul. »
Trad. du IIe liv. des Rois, fol. 42.

De part Deu à vus parîerunt.
Marie de France, t. II, p. 436.

De part dame nature.
Charles d'Orléans, p. 2.

Les autres langues ont seulement retranché l'article,
tantôt après la première préposition de, tantôt après la
seconde, et quelquefois l'ont conservé après l'une et l'autre.

Espagnol :

« Sea maldicho é excomulgado de parte del poderoso
Dios. »
Fuero de Molina 1428.

Portugais :

Convocados da parte de Tonante.
Camoẽs, Lus. 1, 20.

Da parte do emperador.
Palmeirim de Inglaterra, t. III, p. 10.353

Italien :

Della parte del loro signore.
Cento novelle ant. n° 1.

Emploi du verbe aver dans le sens d'esser.

Roman :

Qui m disses, non a dos ans.
Giraud Riquier : Qui m disses.

Pretz y a et honors.
Arnaud de Marueil : Rasos es.

Français :

Nonques ne fu, ne n'ert jamès,
Qu'en amor ait repos ne pais.
Partonopex de Bloys 1429.

Briefment, en famé a tant de vice
Que nus ne puet ses meurs pervers
Conter par rime ne par vers.
Roman de la Rose, v. 26536.

En la vile avoit un boçu.
Fabl. et Cont. anc. t. 3, p. 246.

Espagnol :

Avia un sacristano en essa abadia.
Mil. de N. Sra, cob. 287.

Avie en una villa dos ciegos mui lazdrados….
Avie dos ornes bonos en la villa de Prado.
Vid. de S. Millan, cob. 323 et 342.

Portugais :

Avia muytas centenas de annos que era fundada.
J. Barros, dec. III, liv. IV, c. 1.354

Italien :

« Non ha gran tempo. »
Boccac. Decam. III, 1.

laissar estar.

Roman :

Be m lauzera que m laissassetz estar.
Bertrand de Born : Eu m'escondisc.

Français :

Mais lessiés ester vostre plor.
Roman de la Rose, v. 16513.

Ce leis ester, si tornerai
A ce que je préposé ai.
Bible Guiot, v. 556.

Lessiez ester
cel
Pastorel.
J. Errars 1430.

Espagnol :

Sabet no lo dexaron en su tienda estar.
Poema de Alexandro, cob. 1553.

Portugais :

On se sert en portugais, dans le même sens, de cette
locution deixar star 2431.

Italien :

Subitamente lasciano star l'esca.
Dante, Purg. II.355

Lascia star mia eredenza.
Ariosto, Orl. XLIII, 6.

de ben en mielhs.

Roman :

E dieus don li bonà via tener,
De ben en mielhs e de pretz en coder.
Hugues Brunet : Per lo dous.

Français :

«O nt tousjours de bien en mieulx prospéré. »
Ordon. des Rois de Fr., 1461, t. XV, p. 104.

Plaisirs croissans de bien en mieux.
Charles d'Orléans, p. 52.

Portugais :

« Que sua fama crecese de ben em milhor.. »
Chron. d'El Rey D. Joam I, part. I, p. 52.

Italien :

« Che 'l suo avviso andasse di bene in meglio. »
Boccac., Dec. III, 3, p. 152.

« Lo trasmuterò di bene in meglio. »
Boccac. Decam. X, 8, p. 536.

far la figa, dar la fica.

Cette locution qui exprime un signe de mépris se retrouve
dans chacune des langues.

Roman :

El li fes la figa denant,
Tenetz, dis el, en vostra gola.
Roman de Jaufre, v. 2298.356

Français :

Cil prime nous ont fait la figue.
Bible Guiot, v. 208.

En espagnol et en portugais, on dit : dar la figa 1432.

Italien :

Mas el ti fa la fica.
Brunetto Latini, Tesoretto, XVI.

« Quel donzello gli fece la fica quasi insino al occhio
dicendo li villania. »
Cento novelle ant. n° LV.

aver nom.

Cette locution fut en usage dans la langue latine.

Est via sublimis cœlo manifesta sereno ;
Lactea nomen habet ; candore notabilis ipso.
Ovid., Met. lib.I.

Roman :

Qu'ieu ai nom maistre Certa.
Le Comte de Poitiers : Ben vuelh.

Al comte que a nom n Ugos.
Bertrand de Born : Gent part.

Français :

« Uns nom astoit en la terre Us, ki out nom Job. »
Trad. des Mor. de S. Grégoire 2433.357

Me numerai par remembranee ;
Marie ai num, si sui de France…
Marie de France, t. II, p. 401.

Il avoit nom Mareomeris…
J'ai non, fet-il, Gaudins li blois…
Anglaire ot non, preux fu e sage.
Partonopex de Bloys 1434.

Un garçon qui ot nom Rodains…
Ains demande de quan qu'il voit
Cornent a nom
Chrestien de Troyes 2435.

Chevalier fud, Owens out nom.
Marie de France, t. II, p. 431.

Comment vous nommez-vous ? — J'ai nom Eliacin.
Racine, Athalie.

Espagnol :

Tersites avia nombre el que aya mal fado.
Poema de Alexandro, cob. 399.

Una manceba era, que avie nomne Oria.
Vid. de S. Domin., cob. 316.

Barbara avie nomne esta muger guarida.
Vida de S. Millan, cob. 137.

Estevan avie nomne el secundo ermano.
Mil. de N. Sra, cob. 238.

Avie el ome bueno nomne Nepociano.
Vida de S. Millan, cob. 172.

Era un rey de Moros, Alcarás nombre avia.
Arcip. de Hita, cob. 119.358

Portugais :

« Que avia nome Dom Gonçalo Pereira. »
Cron. d'El Rey D. Joam I, part. I, p. 58.

« A quarta avera nome Sancta Cruz. »
J. Barros, dec. III, liv. I, c. 1.

Italien :

« Io ho nome Don Diego. »
Cento nov. ant., n° 17.

« Monna Isabetta avea nome. »
Boccac. Dec. III, 4.

mal mon grat, mal grat mieu.

Cette locution mal mon grat, etc., est très-particulière,
et elle se retrouve cependant dans toutes les langues
de l'Europe latine.

Roman :

Que mal grat vostre us am e us amerai
E mal grat mieu, mas amors vos m'atrai.
Gaucelm Faidit : Mais ai poinbat.

E mal lur grat meto 'ls en las postatz.
Bern. de Rovenhao : Bel m'es quant.

De Jacobina qu'en volion menar
En Serdanha mal son grat maridar.
Ramb. de Vaqueiras : Honrat marques.

Français :

Esrache mau gré sien sa dent…
Autressi mau gré lor donnaient.
Fabl. et Cont. anc., t. 1, p. 162.359

Qui, quant il s'en vuet retorner,
Mau gré sien l'estuet sejorner.
Roman de la Rose, v. 14186.

Espagnol :

Mal su grado tornáron se al castiello.
Poema de Alexandro, cob. 589.

« Que fagan ende penitencia mal su grado. »
Fuero juzgo III, VI, 5, not. 20.

Issio de la celada á todo mal so grado.
Vida de S. Millan, cob. 194.

Fuyéron á los Griegos á todo mal su grado.
Poema de Alexandro, cob. 1030.

No contrastes á las gentes
Mal su grado.
Marq. de Santillana 1436.

Portugais :

« A mal seu grado de quantos dentro eram. »
Cron. d'El Rei D. Joam I, p. 1, 347.

Italien :

Il cor che mal suo grado attorno mando.
Petrarca, son. Quando più.

Che mal mio grado a morte mi trasporta.
Petrarca, son. Sì traviato.

S'a mal mio grado, il lamentar che vale ?
Petrarca, son. S'amor non è.

Furor, mal grado suo, tralucar vidi.
Alfieri : Filippo, att. 5.360

Le Tasse, dans ses lettere poetiche, n° 28, condamne
les écrivains qui ne placent pas le pronom entre mal et
grado, et le mettent au-devant de mal ou après grado,
comme l'a fait Alfieri 1437.

Conclusion.

Tels sont les principaux rapports que j'ai observés
entre les langues de l'Europe latine, telles sont les preuves
principales que j'avais à fournir de leur origine commune.

Qu'il me soit permis, en terminant ce travail, de rappeler
les caractères les plus essentiels, les formes les
plus spéciales de la langue romane, et d'indiquer jusques
à quel point on les retrouve dans chacune des autres
langues.

Ier caractère.
Articles.

Un des caractères spéciaux de la langue romane, fut
que, née de la corruption du latin qui n'avait pas d'articles,
elle en employa, et qu'elle les créa pour son propre
usage.

Ces articles ont été adoptés par les diverses langues.

Et ce qui mérite d'être remarqué dans cette identité,
c'est que tous les articles romans disséminés et épars dans
ces langues qui les ont employés, se retrouvent les uns
361sans changements, les autres avec des modifications qu'il
est aisé de reconnaître.

Plus on remonte dans les littératures de l'Europe latine,
plus on trouve de monuments qui déposent de
cette identité primitive des articles.

IIe caractère.
Désinences en consonnes.

La langue romane employa ordinairement des mots
terminés en consonnes, soit substantifs et adjectifs, surtout
quand ils n'étaient pas féminins, soit verbes, adverbes,
prépositions et conjonctions.

Cette forme caractéristique a existé principalement
dans l'ancienne langue française, et aujourd'hui même
notre langue conserve un très-grand nombre de ces désinences,
sur-tout dans les substantifs et les adjectifs
masculins.

Elle se retrouve encore dans la langue espagnole, qui
autrefois l'a employée plus souvent.

Le portugais l'a peu adoptée ; du moins faut-il le
juger ainsi, d'après les plus anciens monuments qui nous
restent de cette langue.

L'italien en a conservé des vestiges nombreux, et l'a
reproduite souvent dans les mots terminés en l, m, n, r.

Mais les patois de la haute Italie ont employé dans
les temps les plus anciens, et ils conservent encore, avec
une sorte d'universalité, ce caractère de la langue romane,
et ils rejettent ordinairement la voyelle finale
euphonique.362

IIIe caractère.
Désinences en voyelles.

Dans les désinences en voyelles qu'offrent les substantifs
et les adjectifs féminins de la langue romane, et qui
ont presque toutes été adoptées dans les autres langues,
il s'en trouve plusieurs qui sont particulières à la langue
commune, et qu'on ne peut regarder comme empruntées
au latin, ainsi que j'en ai fait la remarque.

IVe caractère.
Présence ou absence de l's final désignant les sujets
ou les régimes au singulier ou au pluriel.

Ce caractère individuel de la langue romane est un
des accidents grammaticaux les plus remarquables et les
plus utiles. Je n'ai pas besoin de prouver quel avantage
il procurait, en permettant tous les genres d'inversion,
sans nuire jamais à la clarté.

La seule langue française avait conservé ce caractère ;
elle le perdit durant le quatorzième siècle ; et, quoiqu'on
en trouve des vestiges dans le quinzième, il est certain
que, lors de la transcription des anciens manuscrits, les
copistes avaient soin de faire disparaître ce signe grammatical
dont ils ne reconnaissaient plus la valeur, et qui
leur paraissait une faute des temps anciens.

Dans le seizième siècle, Marot, donnant une édition
du roman de La Rose, crut devoir corriger les deux
premiers vers : et pour les accommoder à la grammaire
363du temps, il fit un sujet pluriel du mot songes, qui était
un régime indirect pluriel ; et des mots fables, mençonges,
sujets singuliers, il fit deux sujets pluriels 1438.

Il ne paraît pas que les autres langues de l'Europe latine
aient employé cette forme romane ; aussi ont-elles
quelquefois des constructions amphibologiques ; l'espagnol
et le portugais ont recours à la préposition a,
qui est employée pour désigner le régime direct, principalement
quand c'est un nom propre.

Ve caractère.
Autres manières de distinguer les sujets et les régimes
dans les noms propres et dans les noms qualificatifs.

Ces formes dont j'ai indiqué les règles 2439, ne furent communes
qu'à la langue romane et à la langue française qui
même les rejeta, quand vers le seizième siècle, les écrivains
eurent perdu la tradition des règles primitives de la
langue romane.

VIe caractère.
Caractères spéciaux dans les adjectifs romans.

On aura remarqué la formation des adjectifs romans
dont les uns sont invariables, parce qu'ils dérivent d'un
364adjectif latin qui appartenait aux deux genres ; et les
autres, dérivés d'un adjectif latin qui recevait dans sa déclinaison
les genres divers, ont été soumis à prendre le
genre du substantif auquel ils se rapportent.

Ce qui est remarquable dans cette double classe d'adjectifs
romans, c'est qu'elle a été adoptée par chaque
langue.

Ce n'est que très-tard que les adjectifs, auparavant invariables,
de la langue française, ont été soumis à la règle
générale qui a exigé que l'adjectif s'accordât en genre
avec le substantif.

Et encore est-il resté, dans divers emplois de l'adjectif
grand, des vestiges incontestables de la règle primitive.

VIIe caractère.
Termes de comparaison.

Les comparatifs et superlatifs composés furent un des
caractères de la langue romane.

Le que placé après les comparatifs, soit simples, soit
composés, fut remplacé souvent par la préposition de.

Cette dernière forme exista également dans toutes les
langues de l'Europe latine.

La langue française ne l'a tout-à-fait rejetée que dans
le seizième siècle.

VIIIe caractère.
Affixes.

Ce caractère de la langue romane est spécial.

Les affixes formés des pronoms personnels se retrouvent
365dans l'ancienne langue espagnole ; j'ai prouvé que l'ancien
français en a fait usage.

Il est très-remarquable sans doute que les anciens monuments
portugais n'offrent aucune trace de cet accident
de la langue romane.

Mais les affixes se retrouvent et dans les patois de la
haute Italie et sur-tout dans le catalan qui les a conservés
intégralement.

IXe caractère.
Le pronom altre joint à des pronoms personnels.

Ce caractère fut particulier à la langue romane, et
toutes les langues de l'Europe latine l'ont adopté et conservé.

Xe caractère.
Pronoms relatifs qui, que, lo qual.

La langue romane employa qui, que, lo qual, soit
comme sujets, soit comme régimes directs ou indirects.

La seule langue française a conservé qui, qu'elle emploie
comme sujet et comme régime indirect.

Les autres langues qui ont d'abord adopté qui roman,
l'ont ensuite rejeté 1440 ; et se servant de que ou che, comme
sujet et comme régime, elles sont exposées à des amphibologies
ou à des obscurités qui n'existent pas dans la
langue française.

Qual employé avec l'article, et faisant les fonctions
366de relatif, est une forme romane qui existe encore dans
chaque langue, et sert beaucoup à la clarté du style.

XIe caractère.
Pronom indéterminé om.

Quand on ne considérerait que l'usage du pronom indéterminé
om dans chaque langue, ce caractère particulier
serait digne d'observation.

La langue française a conservé essentiellement cette
forme romane qu'on retrouve dans les autres langues de
l'Europe latine à des époques plus ou moins reculées.

XIIe caractère.
Emploi des auxiliaires.

Toutes les langues de l'Europe latine ont également
employé les auxiliaires romans, et ont ainsi abandonné
une partie des formes que le latin avait créées ou imitées.

Ce caractère universel des langues nées après la décadence
de la langue latine mérite l'attention des linguistes.

XIIIe caractère.
Verbes.

Dans les accidents nombreux qui caractérisent les verbes
romans, il faut distinguer comme spéciaux la formation
des futurs par l'adjonction des inflexions du présent du
verbe aver au présent des infinitifs de chaque verbe, et
367la formation du conditionnel en joignant les inflexions
de l'imparfait de ce verbe au même présent des infinitifs.

Toutes les langues de l'Europe latine conservent cette
forme au futur 1441.

Toutes l'ont employée pour le conditionnel.

XIVe caractère.
Futurs divisés.

Le futur divisé est encore une de ces formes particulières
qui servent à caractériser une langue.

Il n'a été adopté que par l'espagnol et par le portugais.

XVe caractère.
Participes passés de la seconde conjugaison, en ut.

Les détails et les preuves que j'ai eu occasion de présenter
permettent de regarder cette inflexion ut des
participes passés, comme une particularité de la langue
romane ; ce caractère a existé, et s'est plus ou moins
conservé, dans les diverses langues de l'Europe latine.

XVIe caractère.
Doubles participes.

Ces doubles participes, l'un régulier d'après l'analogie,
l'autre irrégulier, emprunté de la langue antérieure, sont
368une des innovations de la langue romane, qui mérite quelque
attention, puisque l'effet s'en est retrouvé dans les
autres langues, quoique moins rarement dans la langue
française.

XVIIe caractère.
Formes passives.

L'emploi du verbe auxiliaire esser, avec le participe
passé, appartient à la langue romane ; il a fourni une
sorte de passif aux langues de l'Europe latine, qui aujourd'hui
s'en servent constamment pour remplacer le
passif latin.

XVIIIe caractère.
Verbes pronominaux passifs.

L'usage du verbe pronominal passif est de même une
forme spéciale romane.

XIXe caractère.
Infinitif avec la négation, employé dans le sens
de l'impératif.

Cette forme permettait une heureuse variété ; elle a été
en usage dans la langue romane, dans la langue française
et dans l'italienne.

Je n'en ai trouvé de traces ni dans l'espagnol, ni dans
le portugais.

XXe caractère.
que conjonctif exprimé ou sous-entendu.

Une forme particulière de la langue romane fut de
faire du que conjonctif les différents emplois que j'ai
369désignés, et sur-tout de le sous-entendre, sans que le
verbe suivant changeât son inflexion.

On a vu que chaque langue avait primitivement conservé
cette forme, et que toutes ne la rejettent pas aujourd'hui.

XXIe caractère.
Adverbes composés.

La manière heureuse dont la langue romane forma des
adverbes composés par l'addition de ment à l'adjectif féminin,
est une de ses formes les plus essentielles ; elle a
existe, elle se retrouve encore dans toutes les langues de
l'Europe latine. Il serait difficile d'admettre que chaque
langue eût créé, pour son usage, un pareil moyen de
caractériser les adverbes dérivés d'un adjectif.

XXIIe caractère.
Négations explétives.

Le latin ne connaissait pas cette manière d'augmenter
la force de la négation, en ajoutant à non des mots explétifs.

La langue romane employa de cette sorte res, gaire,
ges, mica, pas, etc.

Cette forme passa dans les autres langues ; chacune
adopta plus ou moins de mots explétifs romans, et en
ajouta particulièrement d'autres dans le même sens.

Ainsi la forme romane a été conservée ou reproduite
dans les langues de l'Europe latine.370

XXIIIe caractère.
Nom de romane, romance, donné aux diverses
langues de l'Europe latine.

A toutes ces preuves produites, sous tant de formes
différentes, de l'existence d'un type commun, de l'identité
des langues de l'Europe latine, j'en ajouterai une dernière
qui peut-être serait peu concluante, s'il ne s'agissait
que d'un fait isolé, mais qui me paraît ajouter un nouveau
degré d'évidence aux preuves déjà rapportées ; c'est
l'identité du nom qu'ont donné à la langue chacun des
peuples de l'Europe latine ; ils ont appelé leur propre
langue romane, romance : désignation qui rappelle et
confirme l'origine commune.

Je ne citerai pas ici les conciles et les capitulaires qui
ont parlé de la langue romane dès les huitième et neuvième
siècles.

Roman :

Et ieu pree ne Jeshu del tro
Et en romans et en lati.
Le Comte de Poitiers : Pus de chantar.

Cel que vole romansar
La vida Sant Albar.
Vie de S. Honorat.

Français :

Io Marie ai mis en mémoire
Le livre del espurgatoire
371En romanz k'il seit entendables
A laie genz e covenables.
Marie de France, t. 2, p. 499.

Au finement de cet escrit
K'en romanz ai turné et dit…
M'entremis de cest livre feire
E de l'angleiz en roman treire.
Marie de France, t. 2, p. 401.

Cil qui fist d'Erec et d'Enide,
Et les commandemens d'Ovide,
E l'ars d'amors en romans mist.
Chrestien de Troyes 1442.

Un clers de Chastiaudun Lambert li cors l'escrit
Qui du latin la trest et en romant la mist.
Roman d'Alexandre 2443.

« Les lettres…. l'une en roumanch, l'autre en latin. »
Lettre du Bailli de Cambrai, 1297 3444,

Espagnol :

Quiero fer la pasion de sennor Sant Laurent
En romaz, que la pueda saber toda la gent.
Mart. de S. Lor., cob. 1.

Aun merced te pido por el tu trobador
Qui este romance fizó.
Loores de N. Sra, cob. 232.

Quiero en mi vegez, maguer so ya cansado,
De esta santa Virgen romanzar su dictado.
Vida de S. Oria, cob. 2.372

Romanzó otra prosa, tan noble tratadiello
Qu'es un romanz fermoso.
Loor de Berceo, cob. 27.

Don Gonzalo el caboso preste noble é dino
Fizo d'estos deitados en romanz paladino,
Tirando las razones del lenguage latino.
Loor de Berceo, cob. 34.

Quiero fer una prosa en roman paladino,
En quai suele el pueblo fablar á su vecino.
Vid. de S. Domin., cob. 2.

Dans les constitutions de la Catalogne, Jacques Ier,
roi d'Aragon, défendit de garder les livres de l'ancien
ou du nouveau testament en langue romance :

« Ne aliquis libros veteris vel novi testamenti in romancio
habeat 1445. »

Portugais :

Dans l'ouvrage de Duarte Nunez de Liam, intitulé :
origem da lingoa portuguesa, le chapitre VI porte
ce titre :

« A lingoa que se oje falla em Portugal, donde teve origem
e por che se chama romance. »

Il répond que la langue latine avait été parlée en Portugal
jusques à l'arrivée des Vandales, des Alains, des
Goths et des Suèves, qui succédèrent aux Romains, et il
ajoute :

« Gorromperão a lingoa latina com a sua e amisturarão de
muitos vocabulos assi seus como da outras nacoẽs bárbaras
373que consigo trouxerão, de que se veo fazer a lingoa que
oje fallamos, que por ser lingoa que tem fundamentos de
Romana, ainda que corrupta, lhe chamamos oje romance. »

Camoẽns s'est servi de ce mot pour désigner la langue
particulière d'une nation :

O rapto rio nota, que o romance
Da terra chama Oby, entra em Quilmance.
Camoẽs, os Lusiadas, X, 96.

Italien :

Quoique les anciens auteurs italiens aient généralement
donné à leur langue le nom de volgar, la plupart de
ceux qui ont écrit l'histoire littéraire d'Italie ont souvent
désigné la langue ancienne par le nom de romanza.

Fontanini, della eloquenza italiana, p. 13, dit :

« Io abbia incontrata della pura lingua romanza d'Italia,
usata in quel tempo. »

« Indicatori di ciò che riguarda questa nostra favella volgare
o comune romanza d'Italia. »

Speroni appelle aussi la langue vulgaire commune
romanzo
d'Italia 1446.

Dans la haute Italie, le pays des Grisons conserve
l'ancienne langue romane, sous le nom même de romanche.

Je pense qu'on aimera à voir dans le tableau suivant
l'indication synoptique des principaux caractères de la
langue romane, adoptés par les langues de l'Europe
latine.374

Tableau indiquant dans chaque langue l'emploi des
principaux caractères de la langue romane.

tableau roman | français | espagnol | portugais | italien

Après s'être convaincu de la vérité de ces rapports, il
sera peut-être curieux de rechercher si dans les auteurs
français, espagnols, portugais et italiens, il ne se rencontre
point parfois des passages qui appartiennent à la
langue des troubadours ; si le fait existe, il deviendra un
nouveau genre de démonstration, qui, sans être nécessaire
375pour la conviction, ne laissera pas que de corroborer encore
les preuves précédentes 1447.

Passages romans qui se retrouvent dans le français,
l'espagnol, l'italien et le portugais.

Les nombreux passages qu'on peut extraire des auteurs
français, espagnols, portugais, italiens, et qu'on doit regarder
comme romans, fourniront une preuve d'identité,
qui seule suffirait pour faire admettre l'existence d'un type
primitif et commun.

Et, chose bien remarquable ! c'est que les passages que
je citerai, quoique identiquement romans et français, romans
et espagnols, romans et portugais, romans et italiens,
ne conservent ce rapport d'identité qu'entre le
roman et chaque langue isolée ; c'est-à-dire que le passage
qui est à-la-fois roman et français n'est plus français et
espagnol, et de même le passage qui est roman et espagnol
n'est plus espagnol et français ou italien, etc.

Français :

De corre sus à lor seignor…
Soz la flor
Com el novel tens de pascor…
Vostre hom lige en devenrai
E toz jars vostre sers serai.
Partonopex de Bloys 2448.376

Partirai
Tan com vivrai.
Raoul de Beauvais, p. 162 1449.

A la meillor del mont.
Jacques de Chison, p. 181.

La servirai…
Tant com vivrai,
Trop gran mal trai.
Gace, p. 196.

Mon corage
En retrairai,
De li partirai.
Le Moine de Saint-Denis, p. 201.

D'un escorpion sentir
Et morir
Que de ma dolor languir.
Raoul de Soissons, p. 219.

Faire clamor
S'a vos non de ma dolor…
Quant de vos n'ai confort…
Quant ma dolor désir…
Que toz jors sui en plors et en sospir…
Tant ai en li ferm assis mon eorage.
Raoul de Coucy, p. 264, 272, 274, 279, 294.

Vers deu greignur amur
De deu servir mun creatur…
A l'eveske de cel pais…
377Trop ai forfait a mun seignur…
Ja nul habit en recevra.
Ke si tut li home del munt…
Quant la chalur senti si grant.
En honur deu son creatur 1450.
M. de France, Purg. de Saint Patrice.

En trairai Dieu a garant…
De ma chançon fais message…
Tant i pens de haut corage…
Sofrir ma dolor
Vivre et attendre et languir…
Qui resplent a vostre vis…
Dieus tant fort, quant la remir…
Plus a mestier de confort…
Et tu t'en vas,
Chanson, a li et li di…
Sai k'amors damage i aura grant…
E chant sovent com oiselet en broel
A faire un lai
De la meillor, forment m'esmai
Que trop….
Le roi de Navarre, t. II, passim.378

Espagnol :

Passages romans tirés de quelques ouvrages de Berceo

Poema de Alexandro.

Cob.
6. Que fue franc é ardit é de grant sabeneia.
56. Di, si son treinta mill, que son très mill ó non.
87. Apelles que nul ome meior d'el non obraba.
96. Era la maldita de guisa fadada.
127. Abaxaron las lanzas é fueron se golpar.
175. Era esta Corinta una nobla eiudad,
Sobre todas las otras avia grant bontat.
176. Avien en Grecia rey á coronar.
263. Es maïor de todas Asia é meior….
321. Eucuba fué en coi ta que s cudaba morir.
325. Eucuba la reina fué de Paris prennada.
367. Pensa de aguisar lo que avrâs mester.
491. Las novas de Elena que non fuessen sonadas.

Milagros de Nuestra Senora.

8. Unas tenien la quinta é las otras doblaban.
…Errar no las dexaban,
Al posar, al mover, todas se esperaban.
38. Que en alguna guisa á ella non avenga
Non a tal que raiz en ella no la tenga.
47. Mas son que arenas en riba de la mar.
61. Fecist me nueva festa que non era usada…
127. Mas a gran diferencia de saber á cuidar.
230. El que á mi cantaba la missa cada dia.
236. …Cibdat
Maestra é sennora de toda christiandat.379Cob.
270. Era en una tierra un orne labrador
Que usaba la reia mas que otra labor.
281. En una villa bona que la claman Pavia.
352. Sonada es en Francia, si faz en Alemanna.
370. Entendieron que era Sancta Maria esta.
374. Tal es Sancta Maria que es de gracia plena,
391. … Plena de gracia, perdona esta cosa ;
Da nos buena respuesta temprada é sabrosa.
415. Udieron una voz de grand tribulacion ;
Fo perturbada toda la procession.
421. Entendieron que era voz de Sancta Maria.
439. Valas li, Sancta Maria, dicien à grant pressura.
446 La tierra estranha,
En Grecia é en Africa é en toda Espanha.
473. En forma de leon una bestia dubdada.
499. Que no vaian las aimas nuestras en perdicion.
527. Que nunca mas tome en aquesta erranza.

Vida de Santa Oria.

118. Todas venian vestidas de una blanca frisa
Nunca tan blanca.
126. …De una calidat,
De una captenencia é de una edat…
…. Las otras non vencia de bondât ;
Trahian en todas cosas todas très igualdat.
156. …De personas honrradas
Que eran bien vestidas todas é bien calzadas ;
Todas eran en una voluntat acordadas.
380

Portugais :

Passages tirés de la Lusiade de Camoens.

Est. Cant.
I. 17. … Renovada
Sua memoria é obras valerosas.
I. 30. Estas palavras Jupiter dizia.
I. 33. Estas cousas moviam Cytherea.
I. 46. De humas folhas de palma ben tecidas.
I. 67. Malhas finas é laminas seguras.
II. 100. Sonorosas trombetas incitavam.
III. 3. Nao me mandas contar estranha historia
Mas mandas me.
III. 18. Todas de tal nobreza é tal valor.
IV. 56. Maravilhas em armas estremadas
E de eseriptura dignas.
IV. 57. E gloria de mandar amara é bella.
IV. 61 …Que passaram
Hespanha, Franea, Italia eelebrada.
IV. 96. Chamam te fama é gloria soberana.
V. 72. De aquella portugueza alta excellencia.
V. 36. Era alguma profunda propheeia.
VIII. 2. Estas figuras todas que aparecem.
IX. 11. De mais nao celebrar nehum de Roma.
IX. 42 Que contra tua potencia se rebella,
…Hypocrisia val contra ella.
IX. 44 Mas diz Cupido que era necessaria
Huma famosa….
IX. 64. …Citharas tocavam
Alguas arpas, é sonoras frautas.
IX. 81. Que amor te ferirâ, gentil donzella,
381Et tú me esperaràs, se araor te….
X. 52. E fara descobrir remotas ilhas.
X. 73. …Estas nymphas é estas mesas
Que glorias é honras sao de arduas empresas.
X. 74. Honra, valor é fama gloriosa.
X. 83. …Santa providencia,
Que em Jupiter aqui se representa.

Italien :

Passages tirés de Pétrarque.

Una dolcezza inusitata e nova…
Canz. Perché la vita.

E seguir lei per via…
Son. La bella.

Sua bella persona
Copri mai d'ombra…
Son. Quella fenestra.

Che gran temenza gran désire affrena.
Son. Quando 'l.

Umil fera, un cor…. d'orsa
Che 'n vista umana e 'n forma d'angel…
Son. Questa umil.

E la strada del ciel si trova aperta.
Canz. Italia mia.

Ad uom mortal non fu aperta la via…
Un cavalier ch' Italia tutta onora.
Canz. Spirto gentil.

Un' altra prova
Maravigliosa e nova
Per domar me convien ti.
Canz. Amor se vuoi.382

Contra la qual non val forza.
Son. L'ardente.

Viva e bella e nuda al ciel salita.
Son. Nell' eta.

La vista angelica serena
Per subita partenza…
Son. Poi chè la.

Che sella mi spaventa, amor m'affida.
Son. O invidia.

Lei che 'l ciel non poria lontana far me.
Son. Per mezzo.

L'aura gentil che rasserena.
Son. L'aura.

Aima, non ti lagnar.
Son. Dolci ire.

Ch'un bel morir tutta la vita onora.
Canz. Ben mi.

Amor me, te sol natura mena.
Son. Rapido fiume.

Piacer mi tira, usanza mi trasporta
Speranza mi lusinga e riconforta.
E la man destra al cor…
Son. Voglie mi.

Mantova e Smirna e l'una e l'altra lira.
Son. Parra forse.

Cosa bella mortal passa e non dura.
Son. Chi vuol.

M'aporta
Dolcezza ch' uom mortal non sentì mai.
Son. Del cibo.383

J'aurais pu facilement accumuler de pareilles citations,
si ce genre de preuves matérielles m'avait semblé essentiellement
nécessaire après tant d'autres preuves que j'ai
précédemment établies, et qui par leur nature, leur
série, leur identité, démontrent si évidemment le fait incontestable
d'une opération générale et simultanée qui a
produit le type commun de la langue romane primitive,
et qui a devancé et préparé les diverses modifications de
détail, par lesquelles chaque langue de l'Europe latine,
en conservant le caractère général, devint une langue
particulière, tandis que la langue romane primitive se
maintenait et se perfectionnait dans celle des troubadours.

Il est aisé de reconnaître les principales modifications
qui constituent les diverses nuances par lesquelles les
autres langues de l'Europe latine diffèrent de la romane
primitive ; et si l'on se prêtait à ce que ces modifications
disparussent dans chacune des langues, elles redeviendraient
identiques avec celle des troubadours.

Mais, au lieu de répéter ici minutieusement les modifications
que j'ai eu occasion d'indiquer pour chaque
langue, je donnerai un genre de preuve que chacun
pourra aisément apprécier ; ce sera de citer des vers de
chaque idiome, et de les réduire à leur état primitif roman ;
le résultat de leur comparaison deviendra une
nouvelle démonstration.

Italien.

Ainsi, je choisirai pour l'italien un passage fameux de
Dante, le commencement du troisième chant de l'Enfer.384

Per me si va nella città dolente,
Per me si va neli' eterno dolore,
Per me si va tra la perduta gente.

Giustizia mosse 'l mio alto fattore.
Fecemi la divina potestate,
La somma sapienza, e 'l primo amore, etc.

Langue des troubadours.

Per me si va en la ciutat dolent,
Per me si va en l'eternal dolor,
Per me si va tra s la perduta gent.

Justizia moguet el mieu ait fachor.
Fez mi la divina potestat,
La surama sapienza, e 'l prim' amor.

Portugais :

Voici une petite pièce de Camoëns qui est entièrement
dans le genre des troubadours.

Portugais.

Da lindeza vossa,
Dama, quem a vè,
Impossivel he
Que guardar se possa.
Se faz tanta móssa
Ver-vos hum so dia,
Quem se guardaria ?
Melhor deve ser
Neste aventurar
Ver, e naõ guardar
385Que guardar e ver.
Ver, e defender
Muito boni seria,
Mas quem podria ?

Langue des troubadours.

De cuindanza vostra,
Domna, qui la ve,
Impossibil es
Que guardar se possa.
Si faz tanta cocha
Vers vos un sol dia,
Qui se guardaria ?
Melhor deu esser,
En est aventurai,
Vezer, e no guardar
Que guardar e vezer.
Vezer, e défendre
Molt bon seria,
Mas qui poiria ?

Espagnol :

Calderon a placé l'apologue suivant dans la pièce : la
vida es sueno
.

Espagnol.

Guentan de un sabio que un dia
Tan pobre y mísero estaba
Que solo se sustentaba
De unas hierbas que cogia…
Habrá otro, entre si decia,
386Mas triste y pobre que yo ?
Y quando el rostro volvio,
Hallo la respuesta, viendo
Que iba otro sabio cogiendo
Las hojas que el arrojo.

Langue des troubadours.

Contan de un savi que un dia
Tan paubres e meschis estava
Que sol se sustentava
De unas herbas que coglia.
Aura altre, entre si dizia,
Mas trists e paubres que ieu ?
E quant el vis volvet,
Trobet la risposta, vezen
Que anava altre savi coglien
Las folhas que el gitet.

Français :

Je citerai les deux premiers couplets d'une chanson
de Raoul de Beauvais 1451.

Langue des trouvères.

Puisque d'amors m'estuet chanter,
Chançonnette commencerai ;
Et, pour mon cuer reconforter,
De novele amor chanterai.
Dex ! tant me fit à li penser
Celé dont ja ne partirai,
387Tan com vivrai ;
He ! Dex ! vrai Dex ! ne puis durer
As maux que j'ai.

Se la belle blonde savoit
Com li departirs m'ocira,
Ja de moi ne departiroit
S'amor, qu'ele donnée m'a.
Car, en quel lieu que mes cors soit,
Mes cuers toujours a li sera,
Ne ja ne s'en départira,
Dex ! la reverrai-je tant ja
La bele qui mon cuer a ?

Langue des troubadours.

Pus que damor m'estuet chantar,
Chansoneta commensarai,
E, per mon cor reconfortar,
De novela amor chantarai.
Deus ! tant me fai a li pensar
Cela dont ja no m partirai,
Tan com viurai ;
Ah ! Dieus ! verais Dieus ! no puesc durar
Als mais qu'ieu ai.

Si la bella blonda sabia
Com lo departirs m'aucira,
Ja de mi no departiria
S'amor qu'ela donada m'a.
Quar, en quai loc que mos corps sia,
Mos cors totz jors a li sera ;
388Ni ja no s'en departira,
Dieus ! la reveirai ieu tant ja
La bella que mon cor a ?

Tels sont les rapports aussi curieux qu'incontestables
des diverses langues de l'Europe latine avec celle des
troubadours.

Comment était-il arrivé que cette dernière langue parvenue
depuis long-temps au degré de perfection où elle
pouvait atteindre, fixée par des ouvrages dont on peut
aisément reconnaître et apprécier le mérite, eût laissé si
peu de souvenirs de son existence, qu'il soit devenu nécessaire
de se livrer à de longues et pénibles recherches
pour en débrouiller les règles et en rassembler les précieux
monuments ?

On conçoit aisément que, depuis la séparation de la
France en langue d'Oil et en langue d'Oc, l'idiome des
troubadours, n'ayant plus été cultivé ni parlé que dans
les pays méridionaux, n'a pu se conserver lorsqu'ils ont
été tour-à-tour réunis au royaume.

À mesure que quelqu'un de ces pays devenait province
de France, cette langue d'Oc était forcée de
céder à la langue d'Oil qu'il fallait nécessairement étudier
et connaître pour entretenir les rapports avec la cour
de Paris, et faire exécuter les actes du gouvernement
français.

Quoique la loi qui a exigé rigoureusement que tous les
actes publics fussent rédigés en langue française, ne soit
que du seizième siècle, il n'en est pas moins certain que,
389depuis le treizième, les ordonnances des rois de France
étaient promulguées en cette langue, et que, pour les
pays de la langue d'Oc, on envoyait ces ordonnances et
les ordres du gouvernement en latin ou en français ;
ainsi la langue romane, ce bel idiome des troubadours,
n'avait plus aucun moyen de se produire et de se maintenir
hors du cercle étroit de l'usage domestique dans
lequel elle resta reléguée.

Aussi à l'époque fameuse où la découverte de l'imprimerie
répandit dans toute l'Europe un mouvement d'investigation,
un désir et même un besoin d'instruction qui
a tant favorisé la circulation des lumières, lorsque cet art
précieux assura une sorte d'universalité et d'éternité aux
nobles créations du génie, la France fit imprimer un
très-grand nombre d'ouvrages écrits dans l'idiome d'Oil,
sans que personne songeât à transmettre à la postérité
les ouvrages des troubadours.

Les formes, les expressions qui tenaient à leur idiome
étaient repoussées par les écrivains du nord de la France,
dont il fallait adopter les formes, les expressions ; Ronsard
s'en plaignait encore de son temps :

« Aujourd'hui, parce que notre France n'obéit qu'à un
seul roy, nous sommes contraints, si nous voulons parvenir
à quelque honneur, de parler son langage ; autrement
nostre labeur, tant fut-il honorable et parfait, serait estimé
peu de chose ou peut estre totalement mesprisé 1452. »

Me permettra-t-on d'examiner ce qui serait vraisemblablement
390arrivé, si, à l'époque de la gloire et des succès
des troubadours, les rois de France, fixant leur demeure
et choisissant leur capitale dans un pays situé au midi
de la Loire, avaient adopté la langue romane primitive,
cet idiome honoré et répandu dans la France et dans une
partie de l'Europe, pendant les douzième et treizième
siècles ; si, par exemple, Louis IX avait accordé en France,
à la langue fixée des troubadours, la faveur et les avantages
qu'Alphonse le Sage accordait en Espagne à l'idiome
castillan, à peine formé et presque inconnu ?

La langue romane primitive ou la langue des troubadours,
devenant la langue de la France entière, aurait
offert beaucoup d'avantages dont la plupart n'existaient
déjà plus ou cessèrent bientôt d'exister dans la langue des
trouvères. J'indiquerai les plus importants :

Au lieu de quelques articles dont le retour et le rapprochement
nuisent à-la-fois et à l'élégance et à la mélodie,
la langue aurait possédé plus du double d'articles
dont les sons différents eussent donné au style de la
pompe et de l'harmonie, et dont l'emploi varié eût fait
disparaître ou du moins eût beaucoup adouci la gêne qu'a
introduite inévitablement l'admission de l'article dans les
langues modernes.

Par la variété de ses désinences, la plupart formées
de consonnes douces à prononcer, elle aurait eu une
harmonie soutenue dont manquent souvent l'italien,
l'espagnol et le portugais qui, plaçant presque toujours
des voyelles brèves à la fin des mots fournis par la
romane primitive, évitent rarement une uniformité
391désagréable à l'oreille et nuisible à la mélodie des vers.

En place de l'e muet final qui s'attache à tant de mots
de notre langue, et qui lui a fait reprocher sa sourde
monotonie, l'ancienne langue eût fourni chacune de ses
voyelles finales, tantôt brèves et muettes, tantôt longues
et accentuées, ce qui aurait produit une heureuse diversité
dans les ouvrages écrits en prose, et aurait procuré
sur-tout au style poétique une variété harmonieuse propre
à favoriser la lecture des longs ouvrages écrits en vers
rimes.

Un point essentiel, un caractère précieux, qui eût
maintenu cette langue au-dessus des autres langues modernes,
c'eût été la faculté de distinguer, par la présence
ou l'absence d'une seule lettre, le sujet et le régime, soit
au singulier, soit au pluriel.

Combien un tel avantage aurait favorisé la clarté et
l'élégance, en permettant les inversions sans gêne et sans
ambiguïté 1453 ! tandis que les langues qui ont succédé à la
romane sont forcées de renoncer aux inversions, ou de
n'en user que sobrement, parce qu'il est souvent difficile
de reconnaître rapidement le régime et le sujet, la langue
392romane eût sans cesse désigné à l'œil et à l'oreille, avec
le secours du signe le plus léger, quel rôle chaque substantif
devait jouer dans la phrase ; et au lieu qu'en poésie
la langue française n'admet l'inversion que rarement et
pour les seuls régimes indirects, la romane l'eût permise
toujours, et pour tous les régimes, et pour tous les
sujets.

Parlerai-je de l'usage et de la variété de ces que conjonctifs,
qui pouvaient être exprimés ou sous-entendus,
selon que le goût et la clarté le permettaient, mais qui,
n'étant plus employés dans notre langue qu'avec les antécédents
préparatoires afin, vu, parce, de peur, embarrassent
inévitablement et ralentissent, surtout en vers,
la marche des idées et le mouvement de la période ?

La faculté d'exprimer ou de sous-entendre les pronoms
personnels devant les verbes, avantage que le genre
marotique nous a fait sentir, eût dégagé nos vers d'un
genre d'entraves qui nuisent pareillement à la perfection
et à la rapidité du style, lors même qu'elles sont nécessaires
à la clarté.

Mais un moyen facile et adroit de réunir à-la-fois et
la concision et la clarté, c'eût été l'emploi habile des
affixes.

Les consonnes m, t, s, ns, us, au lieu de me, te, se,
nos, vos, pronoms personnels, se rattachant aux sons de
la voyelle finale des mots précédents, devenaient le complément
de leur prononciation ; et ces pronoms affixes
pouvaient être ainsi employés, soit qu'ils fussent sujets,
soit qu'ils fussent régimes.393

Cette forme romane était surtout précieuse pour la
poésie.

Et combien la poésie n'aurait-elle pas gagné à employer
une langue qui était déjà en possession de produire
de nombreux effets d'harmonie, d'intéresser et de charmer
les princes et les belles, d'occuper et d'amuser les
cours par des vers faciles et mélodieux, gracieux et énergiques,
quoique la rime n'y fut pas constamment obligée !

L'agréable variété des rimes, leur retour prompt ou
tardif, ces strophes entières à vers non rimes, aux désinences
desquels répondaient méthodiquement les strophes
suivantes, tous ces nombreux et divers accidents d'harmonie
qu'offrent les chants des troubadours auraient pu
devenir, par le talent de nos grands maîtres, les causes
et les moyens d'une perfection poétique qu'apprécieront
sans doute Tes littérateurs, ceux surtout à qui leurs études
et leur goût permettent de juger les ressources que la
langue des troubadours offrait au poète capable de s'en
servir habilement.

J'aime à croire que le style de Racine n'y aurait rien
perdu, et j'ose dire que celui de Corneille y aurait gagné.394

11. J'ai expliqué comment lo, los, las, par le changement de
leur voyelle en e muet français, ont produit le, les, les.

Del a produit d'abord deu, dont on trouve quelquefois des
exemples dans les anciens manuscrits.

« Et tenom et avom deu davant dich comte tot quant nos avom et tenom. »
Aveux de l'Angoumoiss, Arch. du Royaume, an 1270, cart. 512.

Et ensuite ce deu s'est contracté en du, dels, els, al, als,
ont produit des, ès, au, aux.

21. Sinner, cod. mss. bibl. Bern. t. III, p. 379.

32. Ib. p. 382.

43. Hist. Litt. de la Fr. t. XIII, p. 11.

54. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 726.

61. Recueil des Hist. de France, t. III, p. 295.

72. Ib. p. 232.

83. Mém. de l'Acad. des Inscr. t. XVII, p. 730.

94. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 11.

105. Fauchet, Hist. des anc. Poëtes fr. XII.

111. Hist. litt. de la France, t. XV, p. 123.

122. Ms. de la bib. de Berne.

133. Glossaire sur Joinville, A.

141. Rymer, t. I, p. 55.

152. Psautier de Corbie, mss. de Colbert, à la Bibl. du Roi.

161. Dans quelques manuscrits des poësies des troubadours, on
trouve les contractions des articles als, a las, en as, et els en és.

As et ès ont été pareillement employés dans l'ancien français ;
ès est même resté dans quelques expressions surannées, maître
ès arts, chevalier ès lois.

171. Llorente, Not. de las tres prov. vascongadas, t. IV, p. 183.

181. Elucidario, t. II, p. 209.

191. Elucid. t. II, p. 483.

202. Ib. p. 118.

213. Ib. p. 195.

224. Ib. p. 337.

235. Ib. p. 308.

246. Ib. p. 264.

257. Ib. p. 264.

261. Elucid. t. I, p. 464.

272. Elucid. t. II, p. 95.

283. Elucid. t. I, p. 464.

294. Elucid. t. II, p. 331.

305. Elucid. t. I, p. 464.

316. Elucid. t. II, p. 395.

327. Ib. p. 397.

338. Ib. p. 230.

341. Elucid. t. I. p. 118.

352. Elucid. t. II, p. 399.

363. Elucid. t. I, p. 374.

374. Memorias de Litter. portug. t. VII, p. 48.

381. Muratori, Rer. ital. script, t. XV, p. 217—224.

392. Muratori, Rer. ital. script, t. VIII, p. 384—388.

403. Rosmini, Doc. ined. t. IV, dell' Istoria di Milano.

414. Manni, Istor. del Decamerone, p. 104.

421. Dans la pièce : Passando con pensier. p.

432. Rosmini, Docum. ined. t. IV, dell' Ist. di Milano.

443. Muratori, Rer. ital. scriptores, t. XV, 823.

454. Manni, Istor. del Decamerone, p. 104.

461. Castelvetro, giunte al Bembo, lib. III, avance que Pétrarque
s'était servi de l'article lo devant mio, cui et semblables, pour
donner à ses vers une sorte de dignité, en y répandant quelques
vestiges de l'antique usage de cet article :

Per accrescere, spargendo alcun vestigio dell' uso antico
di questo articolo, dignita alle sue rime
.

471. Les lettres en caractère ordinaire désigneront, dans ce volume,
les articles et les mots qui ont été employés autrefois dans
une langue et qui le sont encore à présent ; les lettres capitales
désigneront les articles et les mots qui ont jadis appartenu à la
langue, et qui, ensuite, ont été abandonnés ou modifiés.

481. Rec. des Hist. de France, t. III, p. 260.

491. On verra, dans le cours de cet ouvrage, que jadis on disait,
de part le roi.

501. En rassemblant un grand nombre des mots identiques qui ont,
dans les diverses langues de l'Europe latine, cette désinence en a,
caractéristique d'un si grand nombre de substantifs féminins romans,
je n'entrerai dans aucun détail sur les différentes formes
désinentes auxquelles s'attache cet a, telles que, ezza, ida, ura,
etc., etc., formes que la langue romane a souvent appliquées à
des mots qui en avaient d'autres, soit dans le latin, soit dans les
idiomes d'où elle les tirait.

512. Voici un exemple où l'l d'albe est conservé.

« E cume l'albe s'escreva. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 12.

521. Ancien mot français, signifiant à-la-fois, tromperie, flatterie.

531. L'ancien français a dit anme, arme et alme. pour ame.

E pur l'alme de li priot.
Marie de France, t. I, p. 470.

542. Dans l'espagnol ancien, on trouve sedmana :

« Dos dias en la sedmana. »
Fuero Juzgo, II 1, 18.

551. Je rappellerai ici, ce que j'ai dit ailleurs, que l'ancien espagnol employait
pour les mêmes substantifs la terminaison ansia ou ancia, ensa ou encia, etc.

562. De s'aigue doint abeuver cele
Qui enfanta virge pucele.
Fabl. et cont. anc. t. I, p. 344.

Lac d'aigue douce.
Villehardouin, p. 132.

571. La langue romane disait également age et atge dans les
mêmes substantifs, qui étaient très-nombreux avec cette terminaison.

582. La classe des substantifs en age est une des plus nombreuses
de la langue française.

591. Cron. del rey Joam, 3a part, p. 303.

601. L'ancien français avait d'abord traduit l'altar roman par
alter :

« Et io enterrai al alter. »
Trad. des Ps., ms. de la Bibl. du Roi, n° 1.

« Et introibo ad altare. »
Ps. 42 : Judica me.

« Lores emposerunt sur tuen alter tors. »
Trad. des Ps. ms. de la Bibl. du Roi, n° 1.

« Tunc imponent super altare tuum vitulos. »
Ps. 50, Miserere mei.

611. Llorente not. de las prov. vascong. t. IV, p. 125.

622. Ib. p. 131.

633. Coll. de poes. cast., t. II, p. 464.

641. Quelques manuscrits anciens emploient eit au lieu d'et :

« Qui me dourat que si halte majesteit dignet rezoyvre mon offrande ? »
Sermons de S. Bernard, fol. 105.

« Benoiz soit deus ki par sa très grant chariteit dont il nous amat nous
transmit son chier fil. »
Sermons de S. Bernard, fol. 59, v°.

« Li trabuchement de lor citeit. »
Sermons de S. Bernard, fol. 25.

« Li hom de plus grant simpliciteit. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, liv. III, c. 25.

« Par ke tu me doives delivreir de ceste enfermeteit. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, liv. III, c. 25.

« Lo mérite de la qualiteit del cors. »
Trad. des Dial. de S. Grégoire, liv. I, c. 5.

651. Llorente not. de las prov. vasc. t. IV.

661. Rec. des hist. de Fr. t. III. p. 209.

672. Ib. t. V, p. 311.

681. Llorente not. de las prov. vasc. t. IV, p. 148.

691. Llorente, not. de las prov. vasc. t. IV, p. 120 et 119.

701. Recueil des Hist. de Fr., t. 3, p. 272.

712. Elucid., t II, p. 235.

721. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 266.

731. Elucid., t. I, p. 312.

741. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 211.

752. Ibid. p. 266 et 304.

761. Recueil des Hist. de Fr., t. VI, p. 155.

772. Ib. t. III, p. 191.

783. Ib. p. 260.

794. Ib. t. VI, p. 164.

805. Ib. t. V, p. 305.

811. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 200.

822. Ib. t. VI, p. 160.

831. Gloss. sur Joinville, R.

841. Elucid. t. I, p. 374.

851. Recueil des Hist. de France, t. V, p. 278.

862. Ib. p. 309.

873. Elucid. t.1, p. 312.

881. Hist. Litt. de la Fr. t. XIII, p. 11.

891. Llorente, Not. de las prov. vasc., t. IV, p. 209.

901. Hist. Litt, de la France, t. XIII, p. 10.

911. Glossaire sur Joinville, N.

921. Glossaire sur Joinvilie. P.

931. Glossaire sur Joinville, A.

941. Roquefort, de la Poésie française, p. 79.

951. Not. des mss. de la Bibl. du Roi.

961. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 262.

971. Not. des mss. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 52.

982. Roquefort, de la Poésie française, p. 290.

993. Rec. des Hist. de Fr., t. III, p. 249.

1001. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 725.

1011. Mena, de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 725.

1022. Recueil des Hist. de Fr., t. XIII, p. 241.

1033. Ib. p. 245.

1044. Ib. p. 238.

1051. Recueil des Hist. de Fr., t. VI, p. 154.

1062. Ib. t. III, p. 175.

1073. Ib. t. III, p. 175.

1084. Ib. t. III, p. 275.

1091. Recueil des Hist. de Fr. t. III, p. 178.

1102. Ib. t. III, p. 176.

1113. Ib. t. V, p. 270.

1124. Ib. t. III, p. 312.

1131. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 236.

1142. Gloss. sur Joinville, M.

1153. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 298.

1164. Ib. t. V, p. 268.

1175. Ib. t. III, p. 284.

1186. Gloss. sur Joinville, L.

1191. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 241.

1202. Ib. p. 305.

1213. Gloss. sur Joinville. L.

1221. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 280.

1232. Ib. t. III, p. 251.

1241. On trouve encore dans les auteurs du XVe siècle des traces
de l'emploi de l'S comme sujet au singulier :

Cil est nobles et pour tel se maintient….
Œuvres d'Alain Chartier, p. 582.

Amis t'amour me contraint.
Œuvres d'Alain Chartier, p. 773 et 774.

Homs jolis et cointe.
Œuvres d'Alain Chartier. p. 539.

Ainsi despend
Un homs trop plus qu'a lui n'appent.
Œuvres d'Alain Chartier, p. 668.

1251. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 159.

1262. Ib. p. 162.

1271. Llorente not. de las prov. vasc. t. IV, p. 103.

1281. Rec. des hist. de Fr. t. VI, p. 141.

1292. Gloss. sur Joinville, E.

1301. Rec. des Hist. de France, t. III. p. 264.

1312. Ib. p. 209.

1323. Ib. p. 190.

1334. Ib. p. 221.

1345. Ib. p. 312.

1351. Glossaire sur Joinville, A.

1362. Ib. D.

1373. Rec. des Hist. de Fr., t. III, p. 209.

1384. Ib. p. 176.

1395. Ib. p. 220.

1401. Elucid. t. 1. p. 319.

1411. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 154.

1422. Je crois devoir me borner à ces exemples ; mais j'ajouterai
que, pour se convaincre toujours plus de l'emploi de cet adjectif
comme invariable, on peut voir, entre autres, la note sur le Cimbalum
mundi
, p. 182 ; Clém. Marot, t. IV, p. 138, 241, 262,
268, 284, 287, 288, 291, 294, 295, 304, 308, 314, 318, 319 ;
Joachim du Bellai, fol. 14, r9, 2O, 35, 59, 86, 94, 179, 274,
282, 288, 293, 318, 328, 329, 349, 352, 373, 375, 392, 394,
400, 403, 410, 414, 420, 422, 427, 438, 442, 451, 471, 549,
559 ; les Vigiles de Charles VII, t. I., p. 9, 12, 27, 29, 111,
132, 156, 218, 219 ; etc. etc.

1431. Elucid. t. II, p. 2o3.

1442. Elucid. t. II, p. 207.

1453. Dans un sonnet attribué à ce roi, et qui se trouve dans les
œuvres d'Antonio Ferreira.

1464. A Cat. of Harleian ms., t. 2.

1471. Rec. des Hist. de Fr., t. III. p. 243.

1481. Le texte porte muy poiante, mais la note indique les variantes
de divers manuscrits où on lit sobrepuiant.

1491. A Cat. of Harleian ms. t. 2.

1502. Notices des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 567.

1513. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 310.

1521. Dans quelques variantes du Fuero Juzgo, on trouve aussi
ent pour ente :

« Mui facient á los menores. »
Fuero Juzgo, tit. I, 1., not. 40. escurial.

1531. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 241.

1542. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 350.

1551. Morales, t. I, p. 53.

1562. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 561.

1571. Llorente, not. de las prov. vasc. t. IV, p. 131.

1581. Rec. des Hist. de Fr., t. III, p. 185.

1591. Essais hist. sur Caen, par M. de la Rue, t. II, p. 174.

1602. Gloss. sur Joinville, P.

1611. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 152.

1622. Ib. p. 239.

1631. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 276.

1642. Ib. p. 297.

1653. Ib. p. 297.

1664. Cette forme, dont il est facile d'abuser, donne au discours de
la précision et de la force. Les poètes français, qui se distinguèrent
le plus dans le XVIe siècle, employèrent souvent ces sortes de
régimes, et de nos jours on s'en est beaucoup servi. Je ne crois
pas étranger à mon sujet, de rapporter quelques exemples choisis
seulement dans Remi Belleau et dans Bertaut. On trouvera que
des formes qui, dans le dernier siècle, ont passé pour des créations
de style, avaient été employées jusqu'à l'abus, lors de la renaissance
des lettres en France.

Quand chacun attentif d'oreille et de pensée,
Tient sa langue immobile et sa bouche pressée.
Bertaut, p. 312.

Soit ou beau de richesse ou riche de beauté.
Bertaut, p. 158.

Et rend ces côtes là fameuses de naufrages.
Bertaut, p. 204.

Cependant j'espérais qu'une heureuse victoire
Te renverrait bientost grand de nom et de gloire.
Bertaut, p. 183.

Las ! bien estoi-je mort d'espoir et de courage.
Bertaut, p. 521.

Gros de foudre, D'esclair, de tonnerre et d'orages.
Remi Belleau, t. 2, p. 208.

Adieu bouchette orpheline
Du
baiser.
Remi Belleau, t. 2, p. 75.

1671. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 19.

1682. Ib. p. 9.

1691. Not. des ms. de la Bibl. du Roi. t. IX, part. II, p. 57.

1702. Ib. p. 30.

1713. Ib. p. 7.

1724. Ib. p. 44.

1731. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 154.

1742. Recueil des Hist. de Fr., t. VI, p. 147.

1751. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 83.

1761. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 47.

1772. Recueil des Hist. de Fr., t. VI, p. 155.

1781. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 82.

1791. Il existe cependant, dans l'ancien espagnol, quelques exemples
de l'emploi de plus pour former le comparatif composé.

Otros signos contiron que son plus générales
Plus blanco de color que la nieve reciente.
Poema de Alexandro, cob. 9, J244-

Quand je parlerai des adverbes de quantité, je prouverai que
l'ancien portugais a fait usage de ckvs pour plus.

1801. Recueil des Hist. de Fr., t. III. p. 211.

1812. Ib. t. III, p. 243.

1821. Rec. des Hist. de Fr., t. III, p. 186.

1832. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 214.

1843. Elucid. t I, p. 62.

1851. Les pronoms masculins français les, et les pronoms féminins
elle, elles, les, représentant évidemment los, ella, ellas,
las romans, auraient pu figurer dans ce tableau.

1862. Ms. de la Bibl. de l'Arsenal, T. n° 239, théol. 6.

1873. Gloss. sur Joinville, A.

1881. On trouve aussi dans l'ancien français des exemples de jeu,
pour jo, jeo. Mon savant confrère, M. De La Rue, m'a communiqué
une chartre de l'abbaye de Fontenai, près Caen, de l'an
1299, où on lit : « Jeu Guitt Bertren segnor, etc…. Tant que jeu
la puisse asseer aillors, etc., etc.

1892. Allacci, Raccolta de' poeti ant., fol. 204.

1903. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 188.

1911. Rec. des Hist. de Fr., t. III, p. 193.

1921. Cinonio, Osserv. della lingua ital., t. I, p. 272, et t. III,
p. 284.

1932. Elucid. t. II, p. 226.

1941. Elucid. t. I, p. 248.

1952. Ib. p. 121.

1963. Ib. t. II, p. 169.

1971. Tiraboschi, Stor. della Lett. ital., t. III, pr. XIII.

1982. Polygraph. isp., fol. XVII, n° 3.

1993. Llorente not. de las prov. vasc. t. IV, p. 126.

2004. Ib. p. 188.

2011. Elucid., t. I, p. 298.

2021. Elucid., t. I, p. 422.

2032. Ib. p. 226.

2041. Elucid. t. I, p. 162.

2052. Ib. p. 165.

2061. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 214.

2072. Roquefort, de la poésie française, p. 321.

2083. Elucid. t. I, p. 413.

2091. Giambulari, della lingna che si parla e scribe in Firenze,
1551.

2101. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. VIII, p. 599.

2111. Tavola de' Doc. d'amore.

2121. Hist. o descr. de la imperial ciudad de Toledo, 1554, fol.
LXIX.

2131. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 342.

2141. Recueil des Hist. de France, t. V, p. 286.

2152. Je n'ai pas cru devoir, dans ma grammaire, indiquer spécialement
cet accident grammatical de la langue romane, parce qu'il
suffisait d'avertir, comme je l'ai fait, que très-souvent cette langue
supprimait l'n final. Voyez, à la fin de la grammaire, l'appendice
au titre Suppression de lettres.

2161. Crescimbeni, Ist. de la volg. poes., t. II, p. 265.

2172. Cinonio, Osservazioni della lingua italiana, t. III, p. 213 ;
t. IV, p. 343, 459.

2181. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 304.

2192. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 722.

2203. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. 2, p. 51.

2211. Llorente, Not. de las prov. vasc., t. IV, p. 100 et 101.

2222. Elucid. t. II, p. 19.

2233. Ib. t. I, p. 66.

2244. Ib. t. II, p. 96.

2255. Ib. t. I, p. 165.

2266. Cinonio, Osserv. della lingua italiana, t. IV, p. 342, 453.

2271. Llorente. not. de las prov. vasc. t. IV, p. 106.

2281. Elucidario, t. II, p. 223.

2292. Ib. p. 102.

2303. Ib. p. 223.

2314. Ib. t. I, p. 46.

2325. Ib. p. 412.

2331. Elucid. t. II, p. 156.

2341. Elucid. t. II, p. 226.

2351. Hist de l'Acad. des Inscrip. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 722.

2362. Roquefort, de la Poésie française, p. 83.

2371. Elucid. t. I, p. 384

2382. Ib. t. II, p. 123.

2393. Ib. p. 118.

2404. Mém. de l'Acad. des Inscr. et Bell.-Lett., t. XVII, p. 721.

2411. Elucid. t. I, p. 441.

2422. Ib. t. II, p. 169.

2431. Elucid. t. I, p. 402.

2442. Ib. p. 422.

2453. Tuvola, de' Doc. d'amore.

2461. Mém. de l'Acad. des Inscr. et Bell.-Lett. :, t. XVII, p. 730.

2471. Elucid. t. II, p. 112.

2481. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 12.

2491. Bibl. Bibliot, t. I, p. 530.

2501. Les variantes des divers manuscrits du Fuero Juzgo offrent
souvent ome pour omne.

2512. Not. sur Guit. d'Arezzo, p. 167.

2521. Redi, Not. al dith., p. 90.

2532. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 197.

2541. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 273.

2551. J'ai renvoyé ici les exemples suivants, qui augmentent les
preuves fournies page 102.

Tels est de Deu la purvéance.
Marie de France, t. 2 . p. 416.

Et la somme de lor conseil fut tels.
Villehardouin, p. 45.

S'ai tel fain que li cuers me part.
Fabl. et Ont. anc, t. 1, p. 375.

Car tout en autretel maniere.
Romande la Rose, v. 1164

Car Diex het mout itel ordure.
L'Ordene de Chevalerie.

Li philosophe tel estoient.
Bible Guiot, v. 95.

Dehait qui tels dames honeure.
Le Chastiement des Dames, t. 304.

Tel a été encore employé invariable dans le seizième siècle ;
on en trouve de nombreux exemples dans Marot : voyez, entre
autres, t. I, p. 326, 333, 336, 352, 394, etc., etc.

2561. Llorente, Not. de las Prov. vasc. t. IV, p. 127 et 151.

2571. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 161.

2581. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 73.

2591. Roquefort, de la Poésie Française, p. 387.

2602. Tavola de' Doc. d'Amore, vbo Dozi.

2611. Llorente Not. de las Prov. vasc. t. IV, p. 128.

2622. Ib. p. 122.

2631. Elucid. t. I, p. 189.

2641. Elucid. t. I, p. 92.

2652. Elucid. t. II, p. 131.

2663. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 814 et 818.

2674. Ib. t XVI, 818 et 834.

2681. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 833.

2692. Ib. p. 839.

2701. Crescimbeni, t. II, lib. I, p. 45.

2711. Elucid. t. I, p. 253.

2722. Tavola de' Doc. d'Amore.

2731. Hist. Litt. de la Fr. t. XIII, p. 12.

2742. Ib. p. 16.

2751. Elucid. t. II, p. 127.

2761. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 304.

2771. Brondsted, Bidrag til den Danske historie, p. 208.

2782. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 828.

2793. Ib. t. XV, 839.

2801. Elucid. t. I, p. 265.

2811. Tiraboschi, Stor. della Lett. ital., t. III, pr. XIII.

2822. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 826.

2833. Ib. p. 847.

2841. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 166.

2851.Sar ia.

2862. Sar ien.

2871. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 380.

2881. Allacci, Raccolta de' Poeti ant., fol. 220.

2892. Ib. fol. 210.

2901. Elucid., t. I. p. 3-4.

2911. Allacci, Raccolta de' Poeti ant., fol. 147.

2922. Ib. fol. 204.

2933. Ib. foi. 134.

2944. Ib. fol. 135.

2951. Not. des rams. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 67.

2962. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 304.

2971. Recueil des Hist. de France, t. III, p. 299.

2982. Ib. t. III, p. 241.

2993. Gloss. sur Joinville, A.

3001. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 167.

3012. Ib. p. 225.

3023. Ib. p. 251.

3034. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 53.

3041. Recueil des Hist. de Fr., t. I, p. 218.

3051. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 76.

3061. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 8.

3072. Nouvelle Histoire de Normandie, p. 447

3081. Mus. Brit., bibl. Cotton.

3092. Brondsted, Bidrag til den Danske historie, etc., p. 94.

3101. Brondsted, Bidrag til den Danske historié, etc., p. 94.

3112. Roman des ducs de Norm., nouv. hist. de Norm., p. 432.

3123. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 118.

3134. Roquefort, de la Poésie française, p. 335.

3141. Glossaire sur Joinville, A.

3151. Elucid. t. I. p. 161.

3161. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 206 et 207.

3171. Bibliothèque du Roi.

3182. Mém. de l'Ac. des Inscr. et Belles-Lettres, t. XVII, p. 725
et 726.

3193. Id. ibid.

3201. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 36.

3212. Il y a des exemples que ei a été employé en espagnol pour
he, première personne d'aver.

Des que esto ei visto.
Poema de Alexandro, cob. 2462.

3221. Allacci, Raccolta de' poeti ant., fol. 208.

3232. Voici des exemples du patois de Bergame :

« Andet al sepulcher… se net de la ma in dol cò… Andet da lu. »
Salviati, Avv. della ling., t. I, p. 281 et 282.

La traduction de la bible en langage de PEngaddine commence
par ces mots :

« Ih il principi creuY seis il tschel è la terra. »

3241. Arion, erion.

3251. Allacci, Raccolta de' poeti ant., fol. 276.

3262. Ib. p. 242.

3271. Allacci, Race, de' poeti ant. fol. 144.

3281. Morver, resté dans la langue actuelle, est le même verbe.

3291. Littleton n'a pas retouché les expressions de ces anciennes
lois, et le style même le prouve évidemment. Elles ont été publiées
dans le tome premier de l'ouvrage intitulé : Anciennes Lois des
Français
, conservées dans les coutumes anglaises, recueillies par
Littleton, etc., par David Houard, etc. Rouen, 1766.

3301. Nouvelle Histoire de Normandie, p. 448.

3312. Ib. p. 434.

3323. Ib. p. 430.

3331. Archeologia, etc., by the soc. of antiq. of Lond., t. XII,
p. 325.

3341. On trouve dans les Institutes de Littleton :

Sect. 109. « Car il est bon matter d'aprender. »
200. « Poit committer l'administration. »
100. « A defender lour seignïors. »
108. « L'enhéritage ne puit discender. »
276. « Un auter partition poet ester fait »
100. « A mitter en quiet lour seigniors. »
92. « Puit prender fealtie pur le seignior. »
108. « E de ceo render accompt al enfant. »
103. « Poit tender convenable mariage. »
109. « Le seignior devant ascun tiel vender. »

3351. Recueil des Hist. de Fr., t. VII, p. 128.

3362. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 74.

3373. Rec. des Hist. de Fr., t. VII, p. 135.

3381. Elucid. t. II, p. 114.

3392. Europa Portuguesa, t. III, p. 379.

3401. Europa Portuguesa, t. III, p. 381.

3412. Mem. de Lett. portug., t. IV, p. 43 et 59.

3421. L'espagnol a aussi iera, ieras, iera, ieramos..., ieran ; cette
forme est romane. La seule modification qu'elle offre, c'est l'r ajouté
devant era, etc.

3431. Recueil des Hist. de Fr., t. VII, p. 135.

3441. Mém. de l'Acad. des Inscr. et Bell.-Lett., t. XVII, p. 725.

3451. Coll. de poes. cast. ant. al siglo XV, t. II, p. 464.

3461. Muratori, Rer. ital. Script., t. XV, 851.

3472. Ib. 843.

3483. Ib. 848.

3494. Ib. 847.

3501. Lett. di Guit. d'Arezzo, not., p. 274

3511. Allacci, Raccolta de' Poeti ant., fol. 122.

3522. Ib. fol. 43.

3531. Latin, ducere ; roman, durre.

3542. Latin, dicere ; roman, dire, dir.

3551. Recueil des Hist. de Fr., t. VII, p. 128.

3562. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 74.

3573. Recueil des Hist. de Fr., t. VII, p. 128.

3584. Ib. p. 135 et 136.

3591. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 134.

3602. Ib. p. 130.

3611. Recueil des Hist. de Fr., t. VII, p. 132 et 135.

3621. Llorente, not. de las prov. vasc. t. IV, p. 141.

363a. Ce qui se contient (est contenu) dans cette leçon.

364b. Et la plus gentille qui au monde se voye (soit vue).

3651. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 22.

3662. Ib. p. 116.

3671. Elucid. t. I, p. 161.

3681. La langue romane donna, dès l'origine, l'inflexion ut, à des
participes romans dont les participes latins correspondants avaient
l'inflexion itus, tels que,

tableau latin | roman

3691. On trouve, mais rarement, des verbes romans employés
avec la double inflexion du présent de l'infinitif, er, re, et ir,
tels que,

Tener, tenir, etc.

3701. L'ancien français disait eslit au lieu d'eslut.

E eshalçai l'eslit del mien pople.
Trad. du ps. 88, psaut. de Corbie.

3711. Voyez l'ouvrage de Mastrofini : Teoria e prospetto ossia
dizionario critico de' verbi italiani conjugati
, etc.

3721. Llorente, Not. de las Prov. vasc. t. IV, p. 189.

3732. Elucid. t. II, p. 118.

3743. Llorente, Not. de las Prov. vasc, t IV, p. 191.

3754. Ib. p. 353.

3761. L'ancien français offre des traces de la forme romane :

Que vos anez por moi fors terre.
Roman de Tristram.

3772. La Borde, Essai sur la Musique, t. II, p. 205.

3783. Ib. p. 262.

3791. Recueil des Hist. de France, t. III, p. 215.

3802. Ib. p. 201.

3811. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 17.

3821. Llorente, not. de las prov. vasc. t. IV, p. 98.

3831. Collect. de poes. cast. ant. al sig. XV, t. I, p. XLIV.

3842. Canc. gener., fol. XXXII, v°.

3853. Ib. fol. XXV, v°.

3861. Les patois de la haute Italie rejettent l'e final.

3871. « Esc. 3. Mansamient y con esta terminacion constantemente
se escriben los adverbios en mente como piadosament, etc. »
Fuero Juzgo, 1, 1, not. var. 34.

3881. Recueil des Hist. de France, t. V, p. 275.

3891. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 310.

3902. Ib. t. V, p. 286.

3911. Glossaire sur Joinville, A.

3921. Allacci, Raccolta de' Poeti ant., fol. 191.

3932. Ib. fol. 203-206.

3941. Elucid. t. I, p. 385.

3952. Cat. of Harleiam mss., t. II.

3963. Llorente, not. de las prov. vasc. t. IV, p. 101 et 106.

3971. Elucid. t L p. 128.

3981. Glossaire sur Joinville, C.

3991. Recueil des Hist. de Fr., t. III, p. 153.

4002. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 70.

4013. Ib. p. 55.

4024. Elucid. t. II, p. 89.

4031. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 71.

4042. Recueil des Hist. de Fr., t. V, p. 246.

4051. Elucid. t. I, p. 61.

4062. Voyez Cimbalum mundi, p. 191, 185 et 212 :

Tunc exaltabunt omnia ligna silvarum :
Dunc loerunt tuit li fust de la lande.
Trad. du ps. 95 : Cantate Domino, ms. n° 1.

4071. On a prétendu que cet adverbe venait du participe latin
tostus, et que le mot qui exprime la chaleur avait été emprunté
pour peindre la rapidité.

L'ancien français a employé la même figure lorsqu'il s'est servi
de chalt pas, signifiant chaud pas, pour désigner la vitesse, qu'il
exprimait aussi par isnel le pas, c'est-à-dire rapide.

« E Samuel chalt pas vint à l'évesche. »
Trad. du Ier livre des Rois, fol. 5.

4081. Elucid., t. I, p. 382.

4092. Ib. p. 273.

4103. Ib. p. 405.

4114. Muratori, Rer. ital. Script., t. VII, col. 1093.

4125. Ib. col. 530.

4131. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. V, p. 335.

4141. Recueil des Hist. de Fr. t. III, p. 157.

4152. Elucid., t. II, p. 125.

4161. Europa Portuguesa, t. III, p. 378.

4171. Elucid., t. II, p. 1S7.

4181. Elucidario, t. II, p. 229.

4192. Ib. p. 30.

4203. Allacci, Raccolta de' Poeti ant., fol. 201.

4211. Rec. des Hist. de Fr., t. VI, p. 131.

4221. Elucid. t. II, p. 129.

4231. Llorente, Not. de las Prov. vasc. t. IV, p. 192.

4242. Hist. Litt. dela France, t. XIII, p. 117.

4251. Hist. litt. de la France, t. XIII, p. 10.

4261. Rec. des hist. de Fr. t. VI, p. 165.

4271. Un autre motif qui me porte à ne donner pas trop d'étendue
à ce chapitre, c'est que M. le comte Perticarri, dans le savant ouvrage
intitulé : Proposta di alcune correzzioni ed aggiunte al
vocabolario de la crusca
, vol. II, part. II, cap. 15, s'est attaché
à prouver que les idiotismes que j'avais rapportés dans la grammaire
romane, se retrouvent dans la langue italienne, et il en a
donné des preuves multipliées. Qu'il me soit permis de citer les
passages suivants :

« Ci viene ora il dover toccare alcun poco di que' modi, che si
dicono fiorentini e partengono al dir comune non solo di tutti i
nostri, ma di tutti quegli stranieri, che vissero sotto l'impero del
romano rustico. E perche non si estimi che noi andiamo per
molti codici appostando le rade assomiglianze dell'un dialecto
coll'altro, onde cavarne questa dottrina dell'antico volgar commune,
noi prenderemmo qui ad esame il bel capitolo del chiarissimo
Renuardo intorno gl'idiotismi della lingua romana*, i
quali scuopriremmo essere a punto que' che si dicono fiori del
parlare toscano
, cioè quelle particolari forme, da cui lingue
prendono leggiadria e splendore, e fra loro si disgiungono e si
fanno più singolari dall' altre. »

Après avoir prouvé, par des exemples, que ces idiotismes romans
se retrouvent dans la langue italienne, il termine ainsi :

« Questi sono idiotismi che il Cl. Renuardo ha scoperti in quel
romano de' Trovatori : e queste sono pure maniere italiche
comuni, belle, proprie ed ancor vive nel parlare e nelle
scritture de' nostri
. »

* Grammaire romane, chap. 8, p. 337

4281. Llorente, Not. de las Prov. vasc. t. IV, p. 148.

4291. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 63.

4301. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 191.

4312. Bluteau, Dicc. v° deixar.

4321. Dicc. de la lengua castellana ; et Bluteau, v° figa.

4332. Hist. Litt. de la France, t. XIII, p. 7.

4341. Not des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, p. 11, 68 et 79.

4352. Hist. Litt. de la France, t XV, p. 228 et 247.

4361. Coll. de poes. cast. ant. al sec. XV, t. I, p. XXXIV.

4371. « Che non si possa dire : malgrado mio, o mio malgrado, è
certissimo, e così sempre appresso tutti i buoni. »

4381. Maintes gens dient que en songes
N'a se fables non et mesçonges.

Marot corrigea :

Maintes gens vont disant que songes
Ne sont que fables et mensonges.

4392. Voyez p. 85 à 95.

4401. L'italien a conservé qui dans quelques acceptions.

4411. C'est un accident très-remarquable dans la langue italienne que,
dans les anciens auteurs, ceux qui ont employé haggio, etc., pour
le présent du verbe haver, aient employé au futur haveraggio, etc.

4421. Hist. Litt. de la France, t. XV, p. 194.

4432. Ib. p. 160.

4443. Contin. de Ducange, v° romancia.

4451. Ducange, v° romancium.

4461. Dialoghi, p. 458, 461, 463.

4471. J'aurai soin de prendre ces passages dans des ouvrages imprimés,
afin qu'on puisse les vérifier aisément.

4482. Not. des ms. de la Bibl. du Roi, t. IX, part. II, p. 10, 51 et 67.

4491. Cette citation et les suivantes sont tirées de l'Essai sur la
musique par La Borde, t. II. Chaque chiffre indique la page du
volume.

4501. J'ai prouvé qu'anciennement l'idiome français écrivait souvent
u pour o.

4511. La Borde, Essai sur la musique, t. II, p. 162.

4521. Ronsard, abr. de l'Art poét., p. 1628.

4531. Pour en citer ici un seul exemple, je dirai que l'amphibologie
reprochée au vers de Thomas Corneille :

Le crime fait la honte et non pas l'échafaud,

n'eût pas existé ; car les règles de la langue romane, adoptées par
l'ancien français eussent exigé pour crime et échafaud l's final,
comme sujets au singulier :

Le crimes fait la honte et non pas l'échafaud.